Téléchargez le support

Report
L’écriture pour le web
en bibliothèque
Isabelle Rouquet – Tony Faragasso
- Professeure associée Université de Clermont-Ferrand
Formatrice indépendante en bibliothèque.
[email protected]
- Auteur. Consultant «Project management for search engine
evaluation».
[email protected]
Pour commencer
La stratégie de contenu
La chaîne de publication
et de validation des contenus
La ligne éditoriale
La stratégie de contenu
Définition
La stratégie de contenu régit la création, la publication et
l’entretien de contenus utiles et utilisables.
Kristina Halvorson, Melissa Rach, Content Strategy for the web, Berkeley, Calif, New Riders, 2012,
197 p.
« Dans l’industrie du web, est appelé « contenu » tout ce
qui véhicule de l’information porteuse de sens pour l’être
humain. Tous les sites web ont du contenu. »
Erin Kissane, Stratégie de contenu web, Paris, Eyrolles, 2011 (Collection A Book Apart, 3), 85p.
Workflow éditorial ou chaîne de publication
et de validation des contenus
Définir le cadre de publication et organiser les processus
de travail en interne.
Tous les contributeurs, directs ou indirects, à la création
de contenus numériques font partie de la chaîne
éditoriale.
La chaîne éditoriale doit être modélisée, les tâches
formalisées et les rôles de chacun délimités, même si
l’équipe est réduite (trois personnes).
Identifiez les étapes de la production de contenu.
Cycle de production éditoriale
Source : Vandermeulen Muriel, Stratégie de contenu Web : la revanche de
l’éditorial, L’Alambic, 2010.
Assignez ces tâches.
On distingue trois rôles principaux au niveau de la
production éditoriale :
• l’auteur
• l’éditeur
• le responsable de publication
Fiche outil n°16
Exemple de création d’utilisateur dans le CMS Wordpress
La chaîne éditoriale (validation et publication des contenus) à la MIOP (extrait)
http://mediationdoc.enssib.fr/lire-en-ligne/sommaire/i-le-perimetre-de-la-mediation-numeriquedocumentaire/la-mediation-numerique-dans-le-cadre-d-une-politi-3
Réseau des bibliothèques de Cergy-Pontoise
http://www.bibliotheques.cergypontoise.fr/sites/default/files/fichiers_attaches/charte_editoriale_reflexions.pdf
Université de Bretagne
http://perseverare-diabolicum.fr/wp-content/uploads/2013/04/2012-Buboblog-charte.pdf
Penser aux Créatives Commons
Ligne éditoriale
Une ligne éditoriale définit l’identité d’un site internet.
Elle permet de comprendre la philosophie à l'origine du projet et l'état d'esprit dans
lequel doivent être conçus les textes et tout contenu du site.
Définir :
• publics cibles
• objectifs de communication visés
• liste des sujets, thèmes qui seront traités sur votre site
• le ton, le choix des angles et du traitement des sujets :
« De la plus grande neutralité à la complicité avec le lecteur, d’une écriture sobre
à une écriture plus littéraire, au vocabulaire plus recherché, d’un « style
institutionnel » à un style plus concret, plus vivant… » Agnès, Yves, Manuel de
journalisme, Paris, La Découverte, 2008, (Col. Grands Repères, Guides), 473 p.
Elle sert d'outil de cadrage pour les auteurs : adapter le style de rédaction, aider à
choisir les sujets,
Elle garantie la cohérence, la qualité continue des contenus et la pérennité du site
La ligne éditoriale évolue en même temps que le site et être régulièrement remise à
jour.
Elle doit être validée par les porteurs du projet et doit être accessible sur le site lui-même.
Un autre ton dans les
échanges, même de la
part de la BNF
1. Avant d’écrire
Le cycle de rédaction
Analyse des besoins
Récolte de
l’information
Mise en forme
Cycle de
rédaction
Correction
Edition
Structuration
Mise en texte
Source : Vandermeulen Muriel, Stratégie de contenu Web : la revanche de l’éditorial, L’Alambic, 2010.
Informer c’est choisir
Fiche outil n°3
Postulats : le rédacteur a identifié sa thématique, il connait la
ligne éditoriale, il pense au public visé pour lequel il va écrire.
Analyse des besoins : choisir un genre, définir l’angle de l’article,
choisir le ton, choisir les illustrations qui accompagneront l’article
Récolte de l’information : rechercher les éléments nécessaires à
la production de l’information selon l’angle choisi, choisir ses
mots-clés
Structuration : choisir une longueur adaptée, structurer les
informations choisies en respectant le plan de la pyramide
inversée, choisir le message essentiel
1.1 CHOISIR UN GENRE
Genres : différentes manières de rédiger un article.
Le choix du genre se fait le plus souvent en amont :
il est imposé par la charte éditoriale et visuelle.
Ce choix a des conséquences sur :
• le temps passé à la collecte de l’information
• le mode de recueil de l’information
• le type d’écriture et le temps passé à la rédaction
C’est la forme de l’article qui caractérise le genre : une
brève n’est pas une critique.
Parmi les familles des genres journalistiques, une
bibliothèque utilise souvent :
1. articles d’information stricte : le bibliothécaire relate
les faits. L’écriture est rigoureuse, et le commentaire est
proscrit.
2. Études : le bibliothécaire se plonge dans la recherche
des faits propres à éclairer un sujet
3. Commentaires : le bibliothécaire donne son avis
1. Articles d’information stricte
Fiche outil n°1
Brève : genre le plus court. Réponse la plus simple au fameux
« Quoi de neuf ? » : énonce en peu de mots des réponses aux
questions de référence.
Caractéristiques : 1 seul paragraphe.
La brève
Article web : article court sur une actualité strictement
informatif, titré. Très proche de la brève, il est plus long : il
permet de développer l’information en répondant plus
complètement aux questions de référence.
Présentation d’un nouveau service
Annonce d’une action d’animation
Promotion d’un dossier documentaire numérique
Informer les usagers des dernières acquisitions de la
médiathèque
Également nommé médiation info-documentaire
Article web
http://www.mediathequeouestprovence.fr/
Article web
http://www.bibliotheque.toulouse.fr/
2. Les études
Le dossier documentaire numérique
• agrège et compose les informations essentielles autour d’un sujet
ou d’un thème donnés (prescrits par son auteur)
• en même temps, il invite l’internaute à sortir de ce cadre
synthétique en faisant usage des multiples liens rebonds, du « Voir
aussi » ou encore du « Pour aller plus loin »
• cette forme très élaborée de production et de médiation de
contenus participe d’une évolution du métier, qui ne se limite pas à
l’acte d’achat de documents
• la médiathèque affirme un peu plus sa mission première, celle de
favoriser non seulement l’accès, par tous les vecteurs, à
l’information et au savoir mais également leur compréhension et
leur assimilation par l’usager.
Également appelé médiation didactique
2. Les études
Le dossier documentaire numérique
3. Les commentaires : le bibliothécaire est journaliste de ses collections
Conseils
• appelés également critiques, coups de cœur, sélections
• définition : avis personnel sur une production du monde culturel,
spectacle ou œuvre. Cela peut porter sur une pièce de théâtre, un film, un
concert, un livre, un CD, une pièce de théâtre, etc.
• formes de production et de médiation courantes sur les portails ou blogs
des médiathèques
• visent principalement à promouvoir, sans pour autant exclure l’esprit de
jugement critique, des documents particulièrement « recommandables »,
acquis par la médiathèque.
• Cette forme de médiation, opérée par un individu authentifié et
spécialisé, procède bien d’une démarche intellectuelle, le bibliothécaire
étant ainsi obligé, en quelque sorte, de « rentrer » dans les contenus.
Fait partie de la médiation prescriptive ou de recommandation.
Les commentaires
•
•
•
•
en page d’accueil du portail peut apparaître une phrase d’accroche accolée à
la vignette
la médiation de recommandation consiste alors à enrichir et animer
l’information par l’apport de différents éléments bibliographiques et
procédés éditoriaux : extraits (écrits ou sonores), résumés, liens d’accès
direct à la notice du document ou liens rebonds vers des sources
complémentaires d’informations (« Voir la bande-annonce », « Pour aller
plus loin », « Ce qu’ils en pensent aussi ») ainsi que de recommandations
(« Si vous avez aimé, vous aimerez aussi »).
ce dispositif de promotion vient bien évidemment compléter la médiation
directe (orale) ou déléguée (tables de présentation et autres « têtes de
gondole »)
longueur variable.
C’est un genre de grande liberté.
Les commentaires
Phrase d’accroche
http://www.mediathequeouestprovence.fr/
4 conseils renouvelés chaque semaine
Les commentaires
Information critique complète en page seconde
http://www.mediathequeouestprovence.fr/
Les commentaires
Un bon conseil comportera :
-
des éléments d’information stricte de manière à décrire un minimum
l’œuvre dont on parle : le sujet du roman, les grandes lignes d’un scénario,
le style de référence d’un peintre, etc.
Fiche outil n°12
-
une part « objective » née de la compétence du bibliothécaire (culture
personnelle du bibliothécaire)
une part de jugement : la part la plus subjective du genre
Le « je » rédactionnel n’est pas de mise. Car il fait oublier l’intention
profonde du métier : la médiation entre les documents et les lecteurs.
=> Le bibliothécaire n’a nul besoin de s’exprimer à la première
personne, le lecteur sait par la signature de qui est le jugement porté
sur le document.
1.2 TROUVER UN ANGLE
« Manière d’aborder un sujet, de le ramener à un aspect
principal bien délimité» (Source: Agnès, Yves, Manuel de journalisme, Paris, La
Découverte, 2008, (Col. Grands Repères, Guides), 473 p.)
Informer ses lecteurs implique de choisir l’information que
l’on souhaite diffuser pour quatre raisons : la surabondance
de l’information, le temps limité dont dispose le lecteur,
l’intérêt du lecteur, les objectifs du site web concerné.
« A un instant donné et sur une ligne éditoriale (un cadre de
valeurs) clairement définie, le choix d’un angle s’effectue en
fonction de l’internaute auquel on s’adresse. » (Christian Robin, L’angle
journalistique –Techniques de créativité pour des écrits originaux, Paris, CFPJ Centre de formation
et de perfectionnement des journalistes, 2009, 143 p.)
Le rédacteur doit donc choisir le sujet qu’il souhaite
traiter, puis choisir l’angle original pour l’aborder.
La recherche d’angle est le fruit du travail et de la
créativité du rédacteur. Elle vise à capter l’attention du
public, à le surprendre.
« Porter enfin un regard critique sur ce que nous
écrivons afin d’améliorer ce que nous offrons à nos
lecteurs. Développer sa créativité est une gymnastique
quotidienne, un état d’esprit permanent [. ..]. »
(Source: Christian Robin, L’angle journalistique –Techniques de créativité pour des écrits originaux,
Paris, CFPJ Centre de formation et de perfectionnement des journalistes, 2009, 143 p.)
Comment ?
• se méfier du général (Salon du livre 2014)
• réduire le champ pour être plus original, plus
d’actualité, plus pertinent, plus complet et plus
concret, plus adapté à son public
• Se poser la question : à propos de cet évènement ou
de cette situation que je veux décrire, quelle
question est susceptible d’intéresser le plus mes
lecteurs ?
Un sujet n’est donc pas un angle.
Marronnier
« Article sur un évènement qui revient chaque
année à date fixe » (Source : Agnès, Yves, Manuel de journalisme, La
Découverte, Col. Grands repères, 2008.)
Ce nom vient du célèbre marronnier rose du Cours-la-Reine à Paris, planté sur
la tombe des gardes suisses tués le 20 juin 1792 et qui fleurit, paraît-il,
chaque année exactement le premier jour de printemps, fait qui donnait
toujours lieu à un billet de circonstance. » (Bernard Voyenne, Glossaire des
termes de presse, Centre de formation des journalistes, 1967)
1.3 CHOISIR LE MESSAGE ESSENTIEL
1.3 CHOISIR LE MESSAGE ESSENTIEL
«Fait ou idée centrale d’un article, autour
duquel s’organise celui-ci.» » (Source: Agnès, Yves, Manuel
de journalisme, Paris, La Découverte, 2008, (Col. Grands Repères, Guides), 473 p.)
Le choix du message essentiel découle de l’angle.
Cette idée dominante apparaît dès le titre et le
début de l’article et garantit une bonne
compréhension de l’ensemble de la production par
l’internaute. La mémorisation de l’article et son
impact sera bonne. Le message ne sera pas brouillé.
Médiathèque Auch, rubrique Evènements à venir
En ligne Juin 2013
Deux catégories de « message essentiel »?
• Le message essentiel de l’article de synthèse,
d’enquête, etc. : il s’agit de délivrer un « message » au
lecteur, celui des conclusions auxquelles est parvenu le
rédacteur, de l’information-clé dans son ensemble, du
point nodal d’un commentaire.
• Le message essentiel du fait d’actualité. Il fonctionne
comme un article d’information et est constitué par la
réponse aux questions de référence:
Qui ?
Quand ?
Quoi ?
Comment ?
Où ?
Pourquoi ?
• Qui ?
Qui est concerné (personnes, services, sites) ?
De qui je parle ? A qui je m’adresse ?
Qui est acteur, responsable, sujet, cible?
• Quoi ?
Qu’est-il arrivé ? Quelle est l’histoire ?
De quoi est-il question ? De quoi s’agit-il ?
Quels sont les éléments, actions, opérations
qui caractérisent la situation ?
• Quand ?
Quand cela a-t-il lieu ? Situer l’article dans son
contexte chronologique (date, mois, jour, etc.)
Quelle est la fréquence ? Quel est le planning ?
Depuis quand ? A quel moment ?
• Où ?
Où cela se passe-t-il ? Situer l’article dans son
contexte géographique.
Quel est le lieu de l’évènement ? A quelle
distance ? A quelle étape ?
• Pourquoi ?
Pourquoi cela est-il arrivé ?
Pourquoi j’écris cet article ? Quel intérêt à
parler du sujet ? Quels sont les avantages pour
la cible ?
• Comment ?
Comment se déroule la situation ? De quelle
manière ? Dans quelles conditions, par quel
procédé, quels moyens ? Quelle approche ou
point de vue faut-il considérer ?
En français
Règle déjà énoncée en latin Règle des 5W + H
par le rhéteur Quintilien
chez les Anglo(env. 30 à 100 apr. JC)
Saxons
Qui?
Quis?
Who?
Quoi?
Quid?
What?
Où?
Quando?
Where?
Quand?
Ubi?
When?
Comment?
Cur?
How?
Pourquoi? (Pour
quoi?)
Quomodo? Quibis auxiliis?
Why?
Qui?
Gary Graham, condamné à mort depuis 1981
Quoi?
a été exécuté
Quand?
jeudi 22 juin 2000
Où?
dans la prison de Huntsville, au Texas
Comment?
en continuant de clamer son innocence du
meurtre dont on l’a accusé
Pourquoi?
le gouverneur de l’Etat, George W. Bush,
candidat à la présidence des Etats-Unis, ayant
refusé sa grâce.
Source: Agnès, Yves, Manuel de journalisme, Paris, La Découverte, 2008, (Col. Grands
Repères, Guides), 473 p.)
1.4 STRUCTURER : hiérarchiser
Plan en « pyramide inversée : « Plan journalistique
consistant à développer l’information essentielle
donnée dans le premier paragraphe par d’autres
informations classées par ordre décroissant
d’importance. » (Source: Agnès, Yves, Manuel de journalisme, Paris, La Découverte,
2008, (Col. Grands Repères, Guides), 473 p.)
• permet de hiérarchiser les contenus et de donner priorité
aux informations les plus importantes
• sert de trame aux dépêches d’agences
• c’est le plan journalistique le plus classique et le plus usité,
également sur le web
Ce plan enchaîne les informations à partir du
message essentiel, par ordre décroissant
d’importance.
Premier paragraphe : annonce le message
essentiel (réponse aux « questions de référence »)
Paragraphes suivants : développent les questions
de référence en apportant les compléments qui
donnent la valeur ajoutée à l’information.
A la fin : le call-to-action ou appel à action
Un call-to-action est un moyen d’inciter l’internaute à
effectuer une action. Le but ultime du contenu en
bibliothèque est de « vendre » des services, de l’information.
Le contenu doit convertir : amener le visiteur à réaliser ce que
l’on attend de lui :
• Je m’inscris à un atelier (« J’achète ! pour les sites
commerciaux)
• Je m’inscris à la newsletter
• Je pose mes questions
• Je télécharge un document (règlement bibliothèque,
tutoriel, etc.)
• Je clique sur le lien hypertexte pour en apprendre
d’avantage
Source: http://www.action-redaction.com
ESSENTIEL
DÉTAIL
Texte non efficace
Blog de la bibliothèque de Bordeaux
1.5 Choisir ses mots-clés : référencement
et visibilité
Méthodologie
• faire une liste intuitive de mots-clés qui vont
caractériser son contenu
• compléter avec les outils suivants :
Grand Dictionnaire Terminologique
Dictionnaire électronique des synonymes
Trésor de la Langue Française Informatisé
Liste d’autorité Rameau
Outil de planification des mots clés de Google
Le Grand Dictionnaire Terminologique
Auteur : Office québécois de la langue française
Ouvrage de référence unique rassemblant un
fonds terminologique de 3 millions de termes
français et anglais dans 200 domaines d'activité.
http://www.oqlf.gouv.qc.ca/ressources/gdt.html
Dictionnaire des synonymes
Auteur : Laboratoire de Sciences du langage,
rattaché à l’Institut de Linguistique Française,
fédération de recherche du CNRS.
Ce dictionnaire français des synonymes contient
approximativement 50,000 entrées et 400,000
synonymes.
http://www.crisco.unicaen.fr
Trésor de la langue française informatisé
Auteur : Réalisé par l’unité mixte de recherche ATILF (Analyse
et Traitement Informatique de la Langue Française), rattachée
au Département Homme et Société du CNRS.
Présente la version électronique du Trésor de la Langue
Française, dictionnaire de référence des XIXe et XXe siècles en
16 volumes.
Contient 100 000 mots avec leur histoire, 270 000 définitions,
430 000 exemples, 3 niveaux de consultation (visualisation
simple d’un article - consultation transversale - requêtes
complexes)
http://atilf.atilf.fr
CNRTL
Auteur : Créé en 2005 par le CNRS.
Le CNRTL fédère au sein d’un portail unique, un
ensemble de ressources linguistiques
informatisées et d’outils de traitement de la
langue. Il inclut notamment le TLFI.
(http://www.cnrtl.fr/definition)
http://www.cnrtl.fr
RAMEAU (Répertoire d'autorité-matière
encyclopédique et alphabétique unifié)
Les autorités RAMEAU sont accessibles en ligne
à partir du catalogue général de la BnF (bouton
"RAMEAU" en bas à gauche de l'écran).
Mots-clés
Il faut bien réfléchir aux mots-clés que vous souhaitez pour votre contenu : un
bon mot-clé est un mot-clé qui correspond à deux facteurs.
• Le mot-clé doit être beaucoup recherché sur Google : regarder combien
de fois ils sont demandés sur l’outil de Planification des mots clés de
Google (intérêt ou potentiel du mot-clé)
• Il doit être non concurrentiel si possible. Regarder combien de résultats
sont renvoyés par les moteurs de recherche lorsque l’on tape ces motsclés (faisabilité technique du positionnement ou concurrence)
Intégrez vos mots-clés :
Ils doivent s'intégrer naturellement à votre texte
et le visiteur n'est pas censé les remarquer au
cours de sa lecture.
« Bien choisir vos mots-clés pour un référencement
consiste donc à trouver un arbitrage entre le potentiel
des termes choisis et la faisabilité technique d’un
positionnement sur ceux-ci »
(Source: Olivier Andrieu, Réussir son référencement web, 2013, Paris, Eyrolles, 553 p.)
Remarques :
- Mieux vaut viser des expressions plus précises et avoir
une concurrence moins forte. Il faudra plus de temps
pour être bien positionné sur des mots clés
concurrentiels c’est-à-dire sur des mots utilisés par de
nombreux webmasters dans leur site.
- « Il ne servira à rien d’être bien positionné sur des motsclés que personne ne saisit ou sur des moteurs que
personne n’utilise. »
(Source: Olivier Andrieu, Réussir son référencement web, 2013, Paris, Eyrolles, 553p.)
Rappel: Lorsqu’un site web est référencé dans
un moteur, cela signifie qu’il est présent dans les
bases de données d’un moteur.
Imaginons un site de bibliothèque comportant
30 pages. Idéalement, ces 30 pages devraient
être toutes présentes dans l’index du moteur.
Ce référencement dit naturel, organique ou
traditionnel doit être complété par un ensemble de
techniques permettant d’améliorer la visibilité,
l’audience et la performance d’un site web :
• optimisation du référencement en identifiant et
en positionnant au mieux les pages du site dans
la SERP pour certains mots clés en tenant compte
des critères de pertinence des outils de recherche
• évaluation du trafic généré par les efforts de
positionnement.
Lorsqu’un internaute tape un mot-clé dans le
champ de recherche d’un moteur, ce dernier extrait
de son index général les pages contenant les motsclés en question.
Une ou plusieurs pages du site de la bibliothèque
devront donc être identifiées car contenant les
mots-clés ou expressions mots-clés tapées par
l’internaute importants et apparaître parmi les
liens organiques de la SERP.
Sans entrer dans les détails techniques du
moteur, il est important d’une part de
comprendre qu’une majorité d’internautes
utilisent les moteurs pour trouver l’information,
et que le référencement n’a de sens que vis-à-vis
des mots clés (keyword en anglais) tapés par
l’internaute dans le champ de recherche d’un
moteur.
L’effet de longue traîne
Le concept de longue traîne introduit par Chris Anderson
peut être appliqué au monde du référencement.
Environ 20% du trafic sur le site internet d’une
bibliothèque est constitué d’une petite dizaine de motsclefs très souvent saisis mots-clefs pour lesquels le site
est optimisé et positionné.
Il s’agit de la tête de la longue traîne qui génère du trafic
maîtrisé sur les mots clés prioritaires. Ces mots clés
décrivent la bibliothèque, les thématiques présentes sur
le site et l’univers sémantique global. Il est fortement
recommandé d’intégrer ces mots-clés dans la charte
rédactionnelle.
80% du trafic restant est généré par un nombre
important de mots-clés saisis peu souvent sur les
moteurs.
En référencement, la queue de la longue traîne est donc
l’ensemble des mots clés qui, pris individuellement,
génèrent peu de trafic mais qui, une fois cumulés,
peuvent peser jusqu’à 80 % du trafic.
C’est donc le contenu textuel qui va nourrir la queue de
la longue traîne. Le rédacteur définit un univers
sémantique simple.
http://www.olivier-corneloup.com/ressources/dico-referencement/definition-longue-traine/
2. Création du contenu
2.1 Des textes de qualité
2.2 Critères in pages
2.3 L’écriture efficace
2.1 Des textes de qualité
Le rédacteur s’attache à écrire du contenu original
et attractif.
Le contenu doit être de qualité et doit répondre
aux exigences des publics cibles. La promotion d’un
site web ne peut se faire sans ce critère.
Le bibliothécaire doit produire des contenus
apportant une valeur ajoutée réelle à son
audience.
2.2 Critères in pages
Parmi les techniques permettant d’optimiser
l’efficacité du référencement des pages d’un
site, le rédacteur placera les mots-clés choisis
dans les zones chaudes des pages afin qu’elles
soient plus réactives aux critères de pertinence
des moteurs.
Créer des titres uniques et pertinents
il s’agit de la balise <title> qui correspond au titre de la page, au
sens HTML du terme. Son libellé doit utiliser des mots clés
déterminants et caractéristiques du contenu de la page.
Dans le code source, se trouvent les métadonnées :
<title>Université de Poitiers - Service Commun de Documentation - L'Aquarium en travaux</title>
http://www.univ-poitiers.fr/actualites/vie-etudiante/l-aquarium-en-travaux-1149391.kjsp
Le contenu des titres s’affiche dans les résultats de
recherche :
Les mots contenus dans le titre s’affichent en gras
lorsqu’ils correspondent à la recherche de l’utilisateur.
Cela lui permet de reconnaître rapidement si la page est
pertinente pour sa recherche.
Meilleures pratiques - 1
Décrivez le contenu de la page de façon pertinente
Choisissez un titre décrivant clairement le thème du
contenu de la page.
Evitez :
• de choisir un titre sans lien direct avec le contenu
de la page
• d’utiliser des titres vagues ou par défaut, tels que
“Sans titre” ou “Nouvelle page 1”
Meilleures pratiques - 2
Créez des balises <title> uniques pour chaque page
L’idéal serait d’attribuer une balise <title> unique à
chacune de vos pages. Cela permet à Google de
saisir la différence entre cette page et les autres
pages du site.
Évitez : d’utiliser une seule et même balise <title>
sur toutes les pages de votre site ou sur un grand
nombre de pages.
Meilleures pratiques - 3
Utilisez des titres courts mais descriptifs
Les titres peuvent être à la fois courts (entre 7 et 10 mots
hors mots vides) et riches en informations. Lorsque le
titre est trop long, Google en affiche uniquement une
partie dans les résultats de recherche.
Evitez :
• d’utiliser des titres très longs et peu utiles pour les
utilisateurs
• de remplir vos balises <title> de mots clés inutiles
Titres informatifs :
Ils répondent avant tout aux questions de référence
qui, quoi, où, quand, pourquoi, comment, et représentent le
degré stylistique le plus neutre.
Titres incitatifs :
Par toutes sortes de procédés, ils cherchent avant
tout à piquer la curiosité du lecteur, suggèrent, donnent
envie d'en savoir plus.
Un titre informatif :
"Une importante opération de police fait échouer
un attentat à Lille."
Le Monde 3/11/95 à la une
Un titre incitatif :
"Le bélier pousse à nouveau son cri dans les
tuyaux."
Libération 2/11/95 page 23, rubrique " Vous "
Exemples de titres incitatifs hors contexte
Les titres sont soulignés, les commentaires entre parenthèses
Le sacre de l'arène (portrait d'un torero parue dans le
Journal Libération)
En fait, si (possibilités offertes par la zone 0 en ISBD. Billet du
blog [email protected])
Un homme d'expérience (annonce le portrait d'un
technicien de laboratoire)
A EVITER : titres qui utilisent un détournement de sens : autre variété
de titres incitatifs faisant référence à des expressions connues du
lecteur (cliché, titre d'œuvre, nom de personnalité...) pour établir avec
lui une relation de connivence.
Chronique d'une mort annoncée
L'année de tous les dangers
Voyage au bout de l'enfer
Le crime était presque parfait
Chronique d'une hausse annoncée
L'année de tous les excès
Voyage au bout de la jetée
Le périmètre était presque parfait
Sur le web, quel titre aura plus de chance d’attirer
l’attention des lecteurs (et des moteurs) ?
Peu de chance d’être compris sur le web (flux RSS)
Chaque page doit avoir un titre avec la
structure optimisée suivante :
<title> Contenu h1 – Rubrique Nom du site
</title>
Fiche outil n°8
Texte visible : il s’agit du texte affiché dans le navigateur car détecté dans
le code source HTML.
Afin de l’optimiser, les rédacteurs prendront soin de :
• proposer du contenu de qualité
• proposer du contenu bien rédigé et facile à comprendre
• rédiger du contenu actualisé et unique
• créer du contenu avant tout pour les utilisateurs et non pour les moteurs
• mettre en exergue les mots clés importants (mise en gras, titre, texte des
liens)
• prendre en compte les différentes formes de mots (singulier/pluriel,
masculin/féminin)
• prendre en compte la proximité des mots ainsi que leur ordre
• rester sur un IDM entre 2% et 5% pour les mots-clés importants sans
accorder à ce critère une importance trop grande.
L’url des pages web
Lorsque votre URL contient des mots pertinents,
elle fournit aux utilisateurs et aux moteurs de
recherche plus d’informations sur la page que
lorsqu’elle est composée d’un ID ou d’un paramètre
portant un nom étrange.
Il n’est pas toujours possible d’insérer des mots clés
dans l’url selon le système d’édition utilisé dans la
bibliothèque.
L’idéal est que le contenu du titre éditorial <h1> soit
recopié à la fin de l’url et au début de la balise
<title>.
<title>Le Knowledge Graph fait son apparition
dans Google Maps - Actualité Abondance</title>
http://www.abondance.com/actualites/201405
15-13912-knowledge-graph-fait-apparitiongoogle-maps.html
2.2.4 Le champ méta description du CMS
Les balises meta description sont importantes, car
Google peut les utiliser comme extraits ou “snippets”
de vos pages. Les termes apparaissent en gras dans les
extraits ou “snippets” lorsqu’ils correspondent à une
recherche utilisateur.
Cela donne une indication à l’utilisateur sur la
correspondance entre ce qu’il recherche et le contenu
de la page.
Afin de pouvoir être affichée, cette balise sera le
développement du titre de la page et un résumé du
contenu textuel de la page. Il est préférable
d’automatiser le travail sur le contenu de cette balise.
Ce travail sera payant, non sur le positionnement, mais
sur la façon dont les internautes percevront et
comprendront nos pages, bref sur le taux de clics dans
les SERP. C’est donc une zone « marketing qui doit
donner envie aux internautes de cliquer pour venir sur
votre site, beaucoup plus qu’une zone de pur
positionnement algorithmique de pertinence. »
Idéalement chaque page doit proposer une balise méta
description qui lui est propre.
Extraction automatique. Pas de reprise des métadonnées.
Importance du contrôle de l’affichage de chaque page de son site web dans Google.
<meta name="description" content="Portail documentaire du réseau des
médiathèques Ouest Provence. Accès au catalogue Koha et aux ressources du
réseau">
Source : BCU
Extraction automatique. Pas de reprise des métadonnées.
Les mots clés présents dans l’attribut alt de la
balise <img/> sont pris en compte par Google,
sans que cela ait beaucoup d’incidence dans
l’algorithme de pertinence.
Rédiger un texte d’ancre explicite
Le texte d’ancre d’un lien correspond au texte du lien qui s’affiche pour
les utilisateurs et sur lequel ils peuvent cliquer. Ce texte est placé
entres les balises d’ancrage <a href=“...”></a>.
Choisir du texte descriptif et concis : Le texte d’ancrage que vous
utilisez pour un lien doit fournir au moins une idée approximative sur
le contenu de la page vers laquelle le lien renvoie.
Evitez de rédiger du texte d’ancrage générique, tel que “page”,
“article” ou “cliquez ici”.
• véhicule de l’immédiateté.
• MAIS aussi un précieux véhicule de sérendipité.
Le lecteur peut lire le document comme bon lui
semble, sans subir les contraintes de la lecture
linéaire. Mais en conséquence, il perd la vision
globale du texte.
• règles à respecter pour produire de bons liens
Fiche outil n°6
Aucun apport informatif dans le lien.
Aucun apport informatif dans le lien.
Aucun apport informatif dans les liens.
2.3 L’écriture efficace
Un texte efficace
Des textes concis
Des textes lisibles
Des textes corrects
Des textes humains
Des mots justes et précis
Un texte efficace
« un texte efficace est un texte qui permet une lecture
efficace. […]. Et, la finalité première de cette lecture
efficace, c’est de « marquer le lecteur, de lui imprimer
une information nouvelle. […] Un texte efficace est donc
un texte qui convainc le lecteur ».
Richaudeau François. Le texte le plus efficace que je connaisse. In: Communication et
langages. N°37, 1er trimestre 1978. pp. 6-24.
Il s’agit ici de la force de l’empreinte du message dans
l’esprit du lecteur.
Le rédacteur web nourrit donc ses textes
d’arguments et n’écrit pas pour ne rien dire.
Il chassera également les redondances : tout ce
qui est « écrit en excès par rapport à ce qui est
strictement nécessaire pour exprimer une
information.» Richaudeau François. Le texte le plus efficace que je
connaisse. In: Communication et langages. N°37, 1er trimestre 1978. pp. 6-24.
Les redondances sont surtout :
• répétitions
• formules creuses : il est évident que, de fait, il se
trouve que, pour ainsi dire, etc.
• pléonasmes : trop excessif, seuls en tête-à-tête, etc.
• adjectifs ou adverbes censés compléter un mot :
l’insupportable « tout à fait »
• des locutions alambiquées qui compliquent la phrase:
« revêtir de sa signature » au lieu de « signer »
D’après Agnès, Yves, Manuel de journalisme, Paris, La Découverte, 2008, (Col.
Grands Repères, Guides), 473 p.
Enrichir son vocabulaire : renouveler son
vocabulaire.
Au lieu de « l’enquête piétine », chercher des
équivalences :
L’enquête stagne, ne progresse pas, n’avance
pas, est au point mort, etc.
Ou l’enquête s’enlise, s’embourbe, etc.
Texte non efficace
Blog de la bibliothèque de Bordeaux
Texte non efficace
Bibliothèque de Bordeaux
Un texte concis
[Appliqué à un écrit, à des propos ou à leur
formulation], Qui est réduit à l'essentiel et
l'exprime en peu de mots (Trésor de la Langue Française
Informatisé).
Un article dense ne comporte rien d’inutile.
Chaque phrase apporte une ou des
informations. Chaque mot est choisi pour
véhiculer au mieux cette information.
Le rédacteur web travaillera donc suffisamment
son sujet en amont : il prendra du temps sur la
partie stratégie éditoriale.
Il ne pratiquera pas une écriture lâche, trop
proche de la langue parlée.
Des textes lisibles
Lisibilité
1. Fait qu'une écriture, un texte imprimé soit
facilement perçu lors de la lecture.
2. Facilité de compréhension d'un texte
(Trésor de la Langue Française Informatisé)
Il s’agit tant de la lisibilité visuelle que de la
lisibilité rédactionnelle permettant une facilité
de compréhension des mots et des phrases.
LISIBILITE REDACTIONNELLE
• vocabulaire simple (mais riche cf Un texte
efficace) : vocabulaire adapté à ses lecteurs,
bien ancré dans le vocabulaire courant.
• structures de phrases simples
Vocabulaire simple
Sont à éviter :
• Mots abstraits
• Mots d’origine étrangère non intégrés dans la langue
courante
• Néologismes
• Sigles
• Jargon
• Mots scientifiques
• Langage recherché (satisfait celui qui l’écrit)
• Noms propres sans identification du personnage (sa
fonction, son titre; son métier…)
• Abréviations
• Mots polysémiques
Des structures de phrases simples
Les tests de lisibilité (François Richaudeau, La lisibilité, Retz,
1969) montrent:
• La première partie d’une phrase est mieux mémorisée que
la seconde
 adopter la structure sujet-verbe-complément
• La capacité de mémoire immédiate est de 8 à 17 mots pour
une phrase.
 rédiger des phrases courtes: 10 à 12 mots en moyenne (20
au maximum)
Risques : édulcorer son contenu et le rendre « sec », insipide
ou pas clair.
Nombre de mots
dans la phrase
Message entier
1ère moitié
2ème moitié
12
100%
100%
100%
13
90%
95%
85%
17
70%
90%
50%
24
50%
70%
30%
40
30%
50%
10%
Mémorisation du message en fonction de la longueur de la phrase
Source: François Richaudeau, La lisibilité, Retz, 1969
Bibliothèque de Bordeaux
La phrase compte plus d’une centaine de mots
Bib’n blog, bibliothèque municipale de Auch
Balley, Noëlle, « Le bibliothécais sans peine », BBF, 2007, n° 3, p. 78-81 [en ligne]
<http://bbf.enssib.fr/> Consulté le 05 mars 2012
Réseau des bibliothèques de Caen La Mer
http://opacnet.caenlamer.fr/cgi-bin/abnetclop/O7019/IDddb6b4d1?ACC=101
Consulté en janvier 2014
Bibliothèque de l’ENS de Cachan
http://www.bibli.ens-cachan.fr/version-francaise
Accueil > Catalogues > Catalogues ENS Cachan
Consulté en janvier 2014
Longueur des paragraphes
• Rédigez des paragraphes courts
Paragraphe de + ou - 4 lignes comportant chacune 45 à 75
caractères.
• Une idée = Un paragraphe
• Se fixer des limites
Des textes corrects
Ecrire correctement le français : respecter
l’orthographe, la grammaire, la ponctuation et les
règles typographiques.
Outils en ligne
Trésor de la Langue Française Informatisé
Grand Dictionnaire Terminologique
Dictionnaire électronique des synonymes
Portail CNRTL
Des textes humains
Avoir recours à des mots et à des constructions
ayant une résonance « personnelle »:
Utiliser en particulier :
- mots faisant référence aux sens
- mots extraits de l’univers corporel, personnel, familial
- citations de propos
- pronoms personnels
- phrases d’adressant directement au lecteur
SCD – Université de Bretagne Occidentale - BuBoblog
Exemple avec ce billet destiné aux enseignants de l’Institut universitaire de
formation des maîtres (IUFM) et intitulé « Veille en sciences de l’éducation »
Ici, c’est l’utilisation du « vous » pour appeler à témoin le lecteur du billet, le
dialogue suscité avec lui, l’alternance de points d’interrogation et d’exclamation
qui apportent une dynamique et facilitent la lecture du message.
Exemple du blog de Sébastien Billard
Référencement, Design et Cie
Transformez les "nous" en "vous"
Ne laissez pas au lecteur le soin de faire la connexion entre
leurs besoins et ce que vous ou votre organisation pouvez
offrir. Relisez votre copie et remplacez les "nous" par
"vous".
• "Nous disposons de terrains de tennis, d'une salle de jeu,
et de stages de psychothérapie canine" devient ainsi :
• "Jouez au tennis, amusez-vous dans la salle de jeu, ou
bien réglez les psychoses de votre chien"
Bibliothèque d’Attichy
http://bibliothequeattichy.blogspot.com
Consulté en janvier 2014
LOIS DE PROXIMITE
D’une manière générale, ce qui est
intéressant pour le public , ce qui le
touche, ce qui peut lui être utile est ce
qui est le plus proche de lui.
4 composantes:
• l’actualité:
>> on est plus réceptif à des faits, des
évènements, des situations qui se produisent ou sont
présentées dans le moment présent.
Le passe compte moins, de même que le futur (hormis le
futur immédiat).
>> le lecteur s’intéresse d’avantage à un fait s’il
a rapport avec des évènements dont les médias parlent au
moment où il se produit.
>> on s’intéresse à ce qui est nouveau, pas à ce
qui dure (exemple des conflits armés)
• les grands instincts
>> tout ce qui concerne l’être humain dans
ses dimensions fondamentales attire l’intérêt, éveille la
curiosité: l’amour, la mort, la haine, etc. (mort brutale de
la princesse Diana)
• la géographie
>> le lecteur s’intéresse à ce qui est
géographiquement le plus proche de lui: sa ville, sa
région, son pays. Plus l’information est éloignée, moins il
se sent concerné, sauf s’il a de bonnes raisons.
• le groupe socio-professionnel
>> l’appartenance à une profession garantit
l’intérêt pour tout ce qui touche à cet univers spécialisé
(cadres, médecins, salariés / retraités, femmes ingénieurs,
etc.)
• l’appartenance socio-culturelle
>> il peut s’agir des religions et des partis
politiques, mais aussi d’amateurs de peinture, de fan de jeux
vidéos, etc.
• la vie quotidienne
>> ce qui a rapport avec les gestes et les
préoccupations de chaque jour: la cuisine, la généalogie, le
jardinage, etc.
Médiathèques du Pays de Romans
Objectifs
• témoigner des échanges culturels entre personnes d’origine et de
milieu divers
• mettre en valeur les femmes d’origine étrangères et leurs talents
• conseiller des lectures sur le sujet
Source: http://www.action-redaction.com
Des mots précis et justes
Employer des mots les plus précis et les plus adaptés possibles.
• « Un substantif approprié rend inutile dans la plupart des cas un
adjectif, il améliore la lisibilité du texte en ancrant davantage le sens
du mot. »
• « Un verbe précis rend inutile l’adverbe mais aussi renforce le
message contenu dans le mot. »
Agnès, Yves, Manuel de journalisme, Paris, La Découverte, 2008, (Col. Grands Repères, Guides), 473 p.
un bateau peut être une embarcation, un cargo, une barque, un
vaisseau
Cette pièce fait 10m2 devient cette pièce mesure 10m2
Je fais du piano devient je joue du piano
Mise en application
• ne pas se tromper de sens
• faire appel aux synonymes
• bannir les clichés
• utiliser des mots concrets ou imagés. Toujours
faire référence à des univers proches du lecteur
ou immédiatement accessible à son imaginaire.
Métaphore : « Emploi d'un terme concret pour exprimer une notion abstraite
par substitution analogique, sans qu'il y ait d'élément introduisant
formellement une comparaison. » (Larousse)
3. Mise en forme
Taguer, hashtaguer, émoticôner !
Taguer, hashtaguer, émoticôner !
Comprendre la lecture à l’écran
« Il est sûr que lire la même œuvre dans une édition
imprimée ou sur l’écran n’est pas lire le même livre »
(Roger Chartier, Historien spécialisé sur l’histoire du livre, de l'édition et de la
lecture - Professeur au Collège de France).
1997 : La lecture à l'écran serait 25% plus lente que la
lecture sur papier
(source: Alertbox « Be succinct » de Jakob Nielsen publiée en
1997- http://www.useit.com/alertbox/9703b.html)
Et aujourd’hui ?
Progrès énormes sur la technologie écran.
Mais : lire à l’écran est moins confortable: luminosité,
contraste, brillance, position de lecture, reflets, etc.
=> Il faut faciliter la tâche de notre usager.
Constat n° 2
•
•
•
•
•
•
•
Temps moyen passé sur une page: 30-60 secondes
Temps moyen passé sur un site: 2 minutes
Nombre moyen de pages consultées sur un site: 2
79% des internautes lisent toujours en diagonale
16% lisent mot à mot
Le lecteur lit en moyenne 20 à 28% des mots sur une page
La page de résultats a 7 secondes pour convaincre: l’internaute passe
en moyenne 7 s sur la page de résultats d’un moteur de recherche
avant de prendre la décision de cliquer sur l’un des liens.
Sources: Etude Poynter Institute (Eyetrack III)
http://www.poynterextra.org/eyetrack2004
http://www.useit.com/alertbox/percent-text-read.html
http://www.useit.com/alertbox/9703b.html
Que voient les internautes
sur une page Web ?
Les études d’eyetracking permettent de capturer les
mouvements de l’œil sur un écran et de les représenter
graphiquement par des zones colorées.
Objectif: observer le parcours de l’œil sur la page
afin d'optimiser l'assimilation des contenus et d’adapter
par conséquent la façon de présenter l’information (contenu
et forme) :
ergonomie des interfaces, graphisme, emplacement des
contenus stratégiques, etc.
Plus les couleurs sont chaudes (rouge, orange, jaune), plus
elles ont été vues par les internautes. Plus les couleurs sont
froides (bleu, violet, gris), moins elles ont été vues.
Une étude de suivi du regard ("eye tracking study") a été
menée à bien, en 2004, par The Poynter Institute (une école
de journalisme américain), en collaboration avec The Estlow
Center for Journalism & New Media, ainsi que la société
Eyetools
Eyetrack III : étude du comportement de lecture de 46
personnes ayant surfé sur des sites de nouvelles et de
contenus multimédias pendant une heure.
http://www.poynterextra.org/eyetrack2004
Cabinet Miratech
http://www.miratech.fr
Eyetracking d’une page web
Source: Useit.com
Dans cet exemple réalisé il y a
quelques années par Jakob Nielsen,
on constate que les internautes ont
balayé la page Web, en sautant d’un
point à un autre et en s’arrêtant
notamment sur :
- le haut de la page ;
- la gauche de la page ;
- le premier paragraphe ;
- le début des paragraphes suivants.
Rares sont ceux qui sont allés
jusqu’en bas de la page…
Une lecture saccadée
L’œil ne lit pas mot à mot (ou de manière linéaire) le contenu
d'un texte mais fonctionne par mouvements oculaires:
l’œil bondit d’un mot ou groupe de mots à l’autre (saccades) ,
puis y fait un arrêt (fixation).
Durée des saccades: 0,1 seconde en moyenne
Durée des fixations: 0,25 secondes en moyenne
Parcours d’une saccade: environ 8 caractères
Le lecteur ne lit pas les mots vides (mots sans contenu
sémantique) tels que ou, dans, un, etc.
Correcteur professionnel : un métier
vidéo sur le site http://www.correctmot.com/etude-correction.html
Les deux premiers
paragraphes ne sont
pas lus de gauche à
droite.
Ils sont parcourus
rapidement du haut
vers le bas.
L’importance du premier tiers : le frontloading.
Qu’il s’agisse d’un titre, d’une accroche, d’un
paragraphe ou tout élément textuel qui
représente une fracture visuelle dans la page,
le lecteur ne lit que les premiers mots.
L’œil s’attarde sur le premier tiers du titre et
de l’accroche.
 évitez donc la redondance: l’accroche complète le titre.
 concentrez-y toute l’information essentielle: faites du frontloading ou « chargement en façade »
Partie orangée: l’œil s’est le
plus attardé
Partie bleue: l’œil est passé
rapidement
http://www.poynterextra.org/eyetrack2004/blurbs.htm
L’identification des titres
Les titres sont cinq fois plus lus
que le reste du texte.
- des titres et des intertitres: la présence d’intertitres entre les
paragraphes éclaire encore plus l’enchaînement du propos
- accroche, chute
- des paragraphes aérés
Fiche outil n°5
- des listes à puces
- des mots clés en gras: choisir les bons mots clés à graisser
- des encadrés
- du multimédia: des illustrations, des tableaux
- un sommaire interactif pour les textes longs: les ancres
- des liens hypertextes: c’est un autre moyen d’immédiatiser
l’accès à l’information
- ne pas justifier le texte
Pour favoriser le balayage du texte, aérer ce dernier en le segmentant
en paragraphes. Les paragraphes seront :
• concis ;
• aérés : ils sont séparés par un espace ou interligne. Chacun sera
donc perçu comme une « unité d’information » ;
• découpés : un paragraphe correspond au développement d’une
idée. Il est aberrant d’aller à la ligne à la fin de chaque phrase ;
• logiques dans le raisonnement ou développement : chaque
paragraphe est rédigé selon le principe de la pyramide inversée qui
présente l’essentiel dans le premier tiers de la première phrase.
• variable dans leur longueur facilitant ainsi le repérage ;
• non justifiés : aligner vos textes à gauche pour créer des aspérités
visuelles sur lesquelles l’œil peut s’accrocher. Proscrire les textes
centrés et les textes alignés à droite. Mettre un mot ou groupe de
mots en gras, sans tomber dans l’excès, permet aussi d’attirer le
regard.
Bibliothèque de Toulouse
http://www.bibliotheque.toulouse.fr
Consulté en juillet 2012.
Trop de listes sur une même page
Choisir ses illustrations
• Privilégiez la qualité et la pertinence : pas d’image mal
cadrée, insignifiante ou banale ; pas de vidéo sans véritable
scénario, sans traitement professionnel.
• Rognez, recadrer, détourer les images pour n’en garder que
l’essentiel
• Améliorer le contraste et la luminosité
• Images animés : faire en sorte qu’elles s’intègrent le plus
naturellement possible dans vos pages web à la manière de
réels contenus à valeur ajoutée ; limitez le nombre
d’animations sur une même page ; faire des animations
courtes (pas plus de 30 secondes) ; évitez de faire tourner
vos animations en boucle.
• Facilitez le partage sur les réseaux sociaux.
• Limitez le nombre et la taille des visuels : n’utilisez l’image
que de manière modérée et pour soutenir votre propos ou
véhiculer un message.
• Laisser l’internaute contrôler le contenu : par exemple, pour
les vidéos, ne lancer pas les clips par défaut à l’ouverture de
la page. Laisser l’utilisateur contrôler le contenu, et à sa
guise, faire une pause, stopper ou reprendre la lecture,
voire ignorer l’animation.
• Décrivez vos contenus animés : introduire animations,
graphiques et vidéos par quelques mots d’explication.
• Légendez vos images pour lesquelles le graphiste aura prévu
un style particulier.
• Prévoyez des textes alternatifs
Les images doivent attirer le regard
Jakob Nielsen, Kara Pernice,
Eyetracking Web Usability, New
Riders, 2010
Bonnes pratiques d’utilisation des images :
•
•
•
•
•
•
en relation avec le contexte
bien contrastée
haute qualité
facile à interpréter
originale
informationnelle
« Couplées à un contenu de qualité, les illustrations faites maison prouvent que
vous avez cherché une manière différente d’expliquer vos propos à vos
lecteurs. » […]
« Les illustrations homemade établissent aussi un contact plus humain avec vos
lecteurs. Même sans figure humaine, un dessin fait à main levée sollicitera le
côté émotionnel des lecteurs et reflètera beaucoup plus votre personnalité ou
celle de votre marque qu’une photo clichée provenant d’une banque
d’images. »
http://www.ecrirepourleweb.com/valorisez-contenus-illustrations-uniques/
Bibliothèque des Sciences et de l’Industrie
Dossiers documentaires
BNF
http://www.bnf.fr/fr/la_bnf/anx_actu_bib/a.120319_salon_livre_2012.html
Bonne ou mauvaise image ?
Médiathèque intercommunale Ouest Provence
http://www.mediathequeouestprovence.fr/nos-services-documentaires/lespoles-thematiques.html
L’image est en rapport avec le thème, mais n’apporte pas de valeur ajoutée.
Bonne ou mauvaise image ?
Bibliothèque municipale de Grenoble
http://www.bm-grenoble.fr/606-s-inscrire.htm
L’image est en rapport avec le thème et apporte une valeur ajoutée.
Bonne ou mauvaise image ?
Réseau des bibliothèques de Perpignan
http://mediatheque.perpignan.fr/infos_horaires.php
Bonne ou mauvaise image?
Bibliothèque municipale d’Auch
Infos pratiques /Venir à la bibliothèque
Les bibliothèques sont nombreuses à utiliser des widgets connus des internautes.
Bibliothèques universitaires UVSQ
http://www.info-bib.uvsq.fr/
4. Entretien des contenus
Entretien
Calendrier de publication - Charte éditoriale &
ergonomique - Résultats & reporting Formation
Audit
Canaux et conversations - Inventaire des
contenus - Benchmark éditorial - Typologie
des utilisateurs - Audit de positionnement
Stratégie de
contenu
Création et publication
Ecriture en ligne - Hypertexte & Formulaires Indexation et Trouvabilité - Systèmes de
gestion de contenu - Lisibilité - Rédiger pour
le mobile
Stratégie
Workflow éditorial - Ligne éditoriale - Formats
éditoriaux - Contenu créé par l’utilisateur Indicateurs de performance - Organisation de
l’information - Référencement éditorial
Source : Vandermeulen Muriel, Stratégie de contenu Web : la revanche de l’éditorial, L’Alambic, 2010.
Chaîne de publication
À quel rythme va-t-on publier : tous les jours, toutes les semaines, moins
souvent ? Quelles rubriques seront maintenues au quotidien, quelles
autres sur une base hebdomadaire, annuelle ?
Il peut être utile de se mettre d’accord à l’avance sur un nombre minimal
de production publiée chaque mois ou chaque semaine.
Plus on publie, meilleures seront les statistiques de fréquentation du site.
Deux outils sont utiles pour maintenir la publication de façon plus
régulière :
• outil de planification des billets : on peut écrire un billet à l’avance et
programmer sa mise en ligne automatique à une date et une heure
précise
• calendrier annuel : il permet d’anticiper les « marronniers » qui
reviennent chaque année à la même saison (billets sur les horaires de
fermeture de vacances, billets de rentrée, etc.).
Entretenir le contenu
Source : Vandermeulen Muriel, Stratégie de contenu Web : la revanche de l’éditorial, L’Alambic, 2010.
Calendrier
• Créer un tableau sous Excel
• Insérez autant de colonnes qu’il y a de jours, de semaines ou de mois en
fonction du rythme de vos publications.
• Inventoriez les contenus récurrents de votre site
• Si vous proposez des signets, assurez-vous que ceux-ci soient toujours
valides.
Mai
Semaine 1
Site web
Actualités
Services
Animations
Ressources
Infos pratiques
Dossiers
Bibliographie
Semaine 2
Semaine 3
Semaine 4
Focus sur la charte éditoriale des contenus ou
charte de rédaction des contenus
Avantages
• La stratégie de contenu a une vrai consistance. On publie tout en sachant vers
quoi on tend.
• La ligne éditoriale n’est pas floue. Les lecteurs perçoivent clairement l’identité du
média.
• La stratégie de contenu pensée à un moment ne se perd pas avec le départ du
responsable éditorial web.
• Pas de manque de documents de référence, donc pas de manque de pérennité
de la qualité de l’information.
• Pas de disparité d’écriture liée à la démultiplication de nombre de rédacteurs et
de contributeurs => cohérence rédactionnelle
• Les collaborateurs non formés à l’écriture web disposent d’un guide pour écrire
et ne sont plus angoissés.
• « La politique éditoriale est formalisée en un document de référence : la
charte éditoriale, qui présente les partis pris et les règles qui s’imposent à tous
ses contenus : fonction, nature, forme, process de production et de validation.
On entend par contenu web : des contenus texte-image, des contenus
audiovisuels, des modules d’information animés en Flash, des mini-sites, des
newsletters. » (Le Portail des Métiers de l’Internet)
• indispensable lorsque le contenu du site est rédigé par plusieurs contributeurs
ou qu’il est externalisé auprès d’une agence de rédaction web, surtout si la
rédaction Web n’est pas leur tâche principale mais une mission
supplémentaire.
Elle garantit la cohérence dans la ligne éditoriale, les messages, le vocabulaire,
etc.
Elle aide aussi à maintenir la justesse, l’originalité, la qualité et la pertinence
du discours pour chaque objectif sur lequel il est diffusé.
Focus sur la structure d’une charte éditoriale
•
•
•
•
•
Détaillez la ligne éditoriale
Expliquez la structure du contenu éditorial
Enoncez les règles rédactionnelles
Enoncez les règles typographiques
Donnez les règles sur l’insertion des médias (différents contenus non écrits,
photos, vidéos, ressources audios, graphiques, etc.)
• Indiquez la manière dont la publication du contenu (et donc le "workflow") va
s'organiser
• Interactivité (Contenu communautaire ou générés par les utilisateurs) :
expliquer la manière dont fonctionneront les échanges entre les contributeurs,
et entre le site et les contributeurs.
• Intégrez les aspects légaux dans votre charte : droits d’auteur, actualité et
caractère liant les contenus, la confidentialité.
Réservez un chapitre aux règles et obligations pour les contributeurs : quels
contenus peuvent-ils utiliser ? Sous quelles conditions ? Ont-ils vérifié leurs
sources ? Peuvent-ils garantir la paternité de leurs contenus ?
• Limitez la charte au cadre de travail des contributeurs. Illustrez les règles par des
exemples concrets.
• Expliquez à quoi sert chaque rubrique du CMS
• Rédiger la charte en langage simple.
• Il est possible d’adopter une présentation sous forme de tableau
Exemples de charte éditoriale
Réseau des bibliothèques de Cergy-Pontoise
http://www.bibliotheques.cergypontoise.fr/sites/default/files/fichiers_attaches/charte_edi
toriale_reflexions.pdf
Bibliothèques municipales Ville de Grenoble
Blog Trollire
Bibliothèques Clermont Université
http://bibliotheque.clermont-universite.fr/page/charte-ditoriale-bcu
SCD Université de Bretagne Occidentale
http://perseverare-diabolicum.fr/wp-content/uploads/2013/04/2012-Buboblog-charte.pdf
Détailler les règles rédactionnelles
Extrait de la charte éditoriale du blog Trollire (BM de Grenoble)
Rédacteur web
Le Portail des Métiers de l’Internet
http://metiers.internet.gouv.fr
Auteur: Délégation aux Usages de l'Internet (DUI) rattachée au Ministère chargé
du redressement productif, de l'innovation et de l'économie numérique.
Crédits photographiques
Toutes images : Norman Rockwell, tous droits réservés
avec, par ordre d’apparition,
Mike Licht, Two bloggers after Norman Rockwell CC BY 2.0
Perpetual motion – Popular Science, 10/1920
Family tree - Saturday Evening Post, 24/10/1959
The art critic - Saturday Evening Post, 16/04/1955

similar documents