sjsr et grossesse - Jambes sans repos

Report
Traitement des jambes sans repos
difficiles :
Grossesse
Dr Imad Ghorayeb
[email protected]
Grossesse
SJSR rapporté par 11 à 30% des femmes enceintes, et
ceci en dépit d’une supplémentation en folates et en fer.
Les symptômes de SJSR peuvent apparaître pendant
la grossesse, plus particulièrement au cours du
troisième trimestre, mais la grossesse peut également
sensiblement aggraver un SJSR pré-existant.
Dans la plupart des cas, les symptômes sont modérés,
transitoires et s’amendent habituellement après
l’accouchement.
Grossesse
Facteurs prédisposant :
Hémoglobine basse (Manconi et al. 2004; Tunç et al.
2007; Sikandar et al. 2009)
Ferritinémie basse avant la conception (Lee et al.,
2001)
Carence en folates (Lee et al. 2001)
Multiparité (Suzuki et al. 2003)
Élévation œstradiol au cours du dernier trimestre
(Dzaja et al. 2009)
Présence de SJSR avant la grossesse
Histoire familiale de SJSR (Sikandar et al. 2009)
Grossesse
Évolution :
Rémission totale chez 97% des femmes (Uglane et al.
2011)
Risque de développer une forme chronique de SJSR x
4 (Manconi et al., 2010)
Environ 60% des femmes qui ont souffert d’un SJSR
pendant la grossesse développeront un SJSR durant
une grossesse ultérieure (Manconi et al., 2010)
Grossesse
Magnésium
Le magnésium ne présente pas de risque particulier
pendant la grossesse, du moins par voie orale et aux
posologies habituelles.
Le mieux serait de prescrire du magnésium seul.
L'alimentation couvre une grande partie des apports
conseillés (de l'ordre de 350 à 400 à 1g/j pendant la
grossesse).
La prescription d'une supplémentation aux posologies
normales devrait donc suffire.
Grossesse
Les agonistes dopaminergiques
Pratiquement aucune donnée disponible, en
dehors des études animales.
Qu'il s'agisse de ropinirole, de pramipexole, de
rotigotine, compte tenu de l'indication principale
dans le Parkinson (donc plutôt des sujets âgés),
l'expérience est extrêmement limitée.
Par leur action sur la prolactine, ils vont de
toute façon inhiber la lactation.
Documentation prospective des grossesses exposées
N = 59
Grossesses
exposée
N. Né
vivant
Avortement
spontané
Avortement Malformatio
provoqué
ns
Lévodopa
seule
38
29 (1 paire
de jumeau)
3
7
3
Pramipexol
e seul
12
9
3
0
0
Rotigotine
seule
2
2
0
0
0
Ropinirole
seul
3
2
0
1
0
Lévodopa +
pramipexol
e
3
3
0
0
0
Lévodopa +
ropinirole
1
1
0
0
0
Dostal M, et al. Eur J Neurol. 2012
Grossesse
Les opiacés
Les opiacés, quels qu'ils soient, peuvent entraîner
deux types de risque :
une intoxication néo-natale avec dépression
respiratoire au 1er plan
et/ou à un risque de syndrome de sevrage
Grossesse
Les benzodiazépines
Les benzodiazépines, y compris le clonazépam,
entraînent le même risque que les opiacés :
intoxication (avec dépression respiratoire)
et /ou syndrome de sevrage. Ce dernier est parfois
différé de quelques jours (alors que la mère et
l'enfant ont quitté la maternité), avec un risque de
convulsions pour les benzodiazépines.
Grossesse
Les benzodiazépines
Opiacés et benzodiazépines peuvent nécessiter un
monitoring respiratoire à la naissance et imposent
de toute façon un accouchement dans une
maternité de niveau 3.
Le risque est bien sur augmenté en cas
d'accouchement prématuré ou de césarienne.
Grossesse
Les antiépileptiques
Gabapentine :
En clinique, des cas isolés de malformation
(holoprosencéphalie cyclopique, sténose pylorique) ont été
rapportés après exposition, in utero à une polythérapie
incluant la gabapentine.
Dans deux études regroupant des informations sur 75
nouveau-nés, 3 cas de malformation ont été rapportés, dont
un seul chez les 41 enfants exposés en monothérapie.
Dans une autre étude, 4 cas de malformations
(neurologiques et cardio-vasculaires) ont été répertoriés
chez 47 nouveau-nés exposés au premier trimestre en
monothérapie.
Grossesse
Les antiépileptiques
Prégabaline :
En clinique, on ne dispose pas de données sur l'utilisation de
la prégabaline au cours de la grossesse.
Carabamazépine :
En monothérapie, c’est l’antiépileptique au plus faible risque
de malformation congénitale.
Les données cliniques concernant la grossesse sont limitées
pour la gabapentine et inexistantes pour la prégabaline. De
ce fait, le choix s'orienterait plutôt vers la gabapentine : si le
traitement est poursuivi jusqu'à l'accouchement, une
surveillance du nouveau-né est nécessaire en raison d'un
risque de sédation.
Grossesse
Conclusion
La majorité des femmes enceintes répondent à une
explication simple et à la réassurance
Éliminer une carence en fer
Massage .. TCC ..
Si absolument besoin : opioïdes à la demande

similar documents