La DIMENSION PYSCHO-SOCIALE en Cancérologie

Report
LA DIMENSION
PYSCHO-SOCIALE
EN CANCÉROLOGIE
RÉSEAU ONCARMOR
JEUDI 31 MAI 2012
PROGRAMME DE LA JOURNÉE
9 h 00 – 9 h 15

Accueil des participants.
9 h 15 – 9 h 30

Présentation du programme de la journée.
9 h 30 – 10 h 15

Parcours de soins du patient / Présentation du réseau.
par Valérie MOYSAN, cadre coordinateur, ONCARMOR
10 h 15 – 10 h 30

Pause.
10 h 30 – 12 h 30

La dimension sociale
Nolwen BELLIER, assistante sociale, ONCARMOR
Anne BOURDON, Ligue contre le Cancer
12 h 30 – 14 h 00

Pause déjeuner (libre)
14 h 00 – 16 h 30

Répercussions psychologiques du cancer sur le patient
et son entourage.
Anne-Cécile ROUILLE, psychologue clinicienne, ONCARMOR
16 h 30 – 17 h 00

Temps d’échange
2
VOS ATTENTES
3
QU’EST CE QU’UN RÉSEAU DE SANTÉ?
• Les RDS ont pour objectifs de mobiliser les
ressources sanitaires, sociales et autres sur un
territoire donné, autour des patients ciblés.
• Prise en charge médico-sociale
• Ils visent à:
- assurer une meilleure orientation du patient
- favoriser la coordination et la continuité des
soins qui lui sont dispensés
- promouvoir la délivrance de soins de
proximité et de qualité.
4
LA DIMENSION SOCIALE
5
TEMPS DE PRÉSENCE DE L’ASSISTANTE SOCIALE
-
20 % au sein du Réseau ONCARMOR
02 96 60 95 90
[email protected]
Le lundi matin et le vendredi des semaines paires
-
30 % de mise à disposition à la Clinique Armoricaine de
Radiologie
02 96 75 96 68
[email protected]
Le lundi après midi et le mercredi
6
LE RÔLE DE L’ASSISTANTE SOCIALE
AU SEIN DU RÉSEAU ONCARMOR
•
Ecouter, informer, conseiller, accompagner à tous les stades de la
maladie
•
•
•
Analyser et évaluer les besoins
Coordonner et orienter les patients et/ou leur entourage vers les
partenaires sociaux, médico-sociaux, psycho…
Cultiver l’échange d’informations entre les professionnels pour une
prise en charge globale de la personne
7
LE RÔLE DE L’ASSISTANTE SOCIALE
AU SEIN DU RÉSEAU ONCARMOR
• Favoriser le lien entre les services de soins et les services
sociaux
• Être une personne ressource auprès des usagers du réseau
(patients, entourage et professionnels) pour toutes les questions
relatives aux difficultés d’ordre social rencontrées au cours de la
maladie cancéreuse.
• Rôle relationnel. Son objectif est de permettre que la vie des
patients continue, en prenant le relais dans les démarches
administratives et autres, pour que ces derniers puissent
consacrer leur énergie à se battre contre la maladie.
 Le travail en réseau est l’axe essentiel des missions de
l’assistante de service social au sein du réseau Oncarmor.
8
COMMENT?
Par le biais :
-
D’entretiens individuels dans les locaux de la CAR ou du Réseau.
-
D’entretiens téléphoniques
-
D’échanges en équipe pluridisciplinaire.
-
De passation avec les partenaires sociaux et médico-sociaux
-
Interventions ponctuelles
9
LES OUTILS UTILISÉS
- La fiche de renseignements sociaux utilisée par les
professionnels de santé de la Clinique Armoricaine de Radiologie
 Lors de la consultation d’annonce
 En ambulatoire
 Lors d’une hospitalisation
- Le Guide d’Informations Sociales sera distribué par les
professionnels des consultations d’annonce du département des
Côtes d’Armor
 lors de la consultation d’annonce
10
LE GUIDE D’INFORMATIONS SOCIALES
-
Les droits du patient
-
Les soins de support
-
La couverture sociale
-
Les aides à domicile
-
Les différents services sociaux
-
Les prestations liées à la maladie
-
Les associations de soutien
11
DE QUI ÉMANE LA DEMANDE?
 Du patient ou de sa famille
-
Par le biais d’une information orale ( orientation par la Ligue
contre le cancer, par des partenaires, etc…).
-
Par le biais d’une information écrite (Affiche, dépliant du réseau ,
Guide d’Informations Sociales par exemple)
 De l’infirmière durant la consultation d’annonce ou dans le cadre
d’une hospitalisation.
 Du médecin au détour de la consultation d’annonce médicale
et/ou au cours d’une hospitalisation.
 D’autres intervenants:
travailleurs sociaux.
psychologue,
socio-esthéticienne,
12
CONTEXTE D’INTERVENTION
 Tenir compte du chemin que le patient a pu faire
A-t-il conscience de son pronostic?
Est-il dans le déni de sa maladie?
 Ambivalence entre
-
le désir de reconnaissance de la maladie
-
le besoin d’être considéré en tant que personne et non en tant
que malade.
13
CONTEXTE D’INTERVENTION
 Représentation de l’assistante sociale, du service social…
-
Des patients qui n’avaient pas de difficultés sociales, de
difficultés de gestion et qui se retrouvent brutalement dans le
besoin, le besoin d’être accompagnés, sollicités, non oubliés…
-
Beaucoup de nos patients n’ont jamais sollicité un service
social
-
Ne sont pas dans la demande
-
Objectif: modification de l’image de la profession
14
CONTEXTE D’INTERVENTION
Est-ce que j’ai le droit à des aides?
Vers qui dois-je aller?
Qui peut m’aider?
Pourquoi n’ai-je pas le droit à des aides? Je n’ai pourtant pas choisi
d’être malade!
15
CONTEXTE D’INTERVENTION
 Une intervention directement avec le patient n’est pas
toujours possible
- Déplacements en voiture sont quelque fois impossibles pour
le patient lors du parcours de soins.
- Nécessité d’une première évaluation par téléphone, d’une
passation et d’un suivi…. Toujours par téléphone.
- Relais avec l’entourage proche
= Nécessité d’assurer un suivi même informel très régulier afin
de ne pas perdre le contact…
16
DOMAINES
D’INTERVENTION DE
L’ASSISTANTE SOCIALE
EN CANCEROLOGIE
17
LA COUVERTURE SOCIALE
L’accès à :
- L’accès à la Couverture Maladie Universelle (CMU)
-
La Couverture Maladie Universelle Complémentaire (CMUC)
-
L’Aide Complémentaire Santé (ACS)
-
Une mutuelle
-
L’Aide Médicale de l’Etat (AME)
-
La prise en charge ALD
-
Le versement des Indemnités Journalières
-
La mise en place d’une prévoyance
-
La prise en charge du traitement
-
La prise en charge du transport
-
La prise en charge des prothèses
18
LES CONDITIONS DE REPRISE DU TRAVAIL
-
L’adaptation du poste de travail ou le changement du poste
de travail
-
Le temps partiel thérapeutique
-
Le risque d’inaptitude médicale au poste de travail
-
Le reclassement professionnel ou la réorientation
professionnelle
-
L’inaptitude au travail
-
La retraite au titre de l’inaptitude au travail
19
DES AIDES AU QUOTIDIEN
Le réseau Oncarmor intervient lors d’un retour ou d’un
maintien à domicile, en mettant en place des aides humaines:
Aide ménagère, d’auxiliaire de vie, infirmière, aide
soignante…
Des aides matérielles:
Matériel ( lit médicalisé, déambulateur….)
L’amélioration de l’habitat
Le portage de repas
La Téléassistance
Des aides financières ( spécifiques au RAD)
Mutuelle
Caisse de retraite (ARDH ou aide associée)
20
DES AIDES AU QUOTIDIEN
Le réseau peut également intervenir lors d’une
coordination entre les professionnels du secteur social et du
secteur médical lors:
-
D’un séjour en convalescence
-
D’ un placement en établissement
-
De l’intervention du réseau de soins palliatifs , d’une
Hospitalisation A Domicile, etc…
Lors d’une coordination uniquement entre travailleurs sociaux
- CAF/ MDD/CARSAT/ service social d’un centre hospitalier…
21
LES PARTENAIRES SOCIAUX
 Après une évaluation des besoins, une orientation peut être réalisée
vers le ou les services suivant:
-
La Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM)
la prise en charge :
Transport
Traitement
Prothèses
Aide financière individuelle
La pension d’invalidité
-
Le service social de la Caisse d’Assurance Retraite de la Santé Au
Travail (CARSAT)
L’Aide au retour à Domicile après Hospitalisation (ARDH)
L’Aide Ménagère à Domicile (AMD)
Le Plan d’Aide Personnalisé (PAP)
22
LES PARTENAIRES SOCIAUX
-
Le service social des régimes spécifiques (SNCF, Service
Social Maritime, Action Sociale de l’Armée, La poste,
CROUS…)
-
Le service social de l’établissement de soins
-
La Maison Départementale des Personnes Handicapées
L’Allocation Adulte Handicapé
La Prestation de Compensation du Handicap
Les cartes de reconnaissance (La carte d’invalidité et la
Carte Européenne de Stationnement )
23
LES PARTENAIRES SOCIAUX
-
Service social de la Caisse d’Allocation Familiale
Prise en charge d’une TISF
-
Le service social du Conseil général : les Maisons Du
Département (MDD)
FSL maintien / Accès
Impayés scolaires ( cantine, transport scolaire…)
L’Allocation Personnalisé d’Autonomie
-
Le Service d’Appui au Maintien dans l’Emploi des
Travailleurs Handicapés ( SAMETH)
24
LES PARTENAIRES SOCIAUX
-Le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) ou Centre
Intercommunal d’Action Sociale (CIAS)
-Le service social de l’Education Nationale
-La ligue contre le cancer
Demande d’aide financière en lien direct avec la maladie
25
LE SOUTIEN POUR LES AIDANTS
-
Le soutien psychologique et l’accompagnement administratif
suite au décès d’un patient
-
Le Congé de Solidarité Familiale (CSF)
-
L’Allocation Journalière d’Accompagnement d’une Personne
en fin de Vie (AJAPV)
26
L’ORIENTATION VERS LES SOINS DE SUPPORT
-
Le soutien psychologique
-
Les soins esthétiques
-
Les conseils diététiques
-
Les activités de soutien
27
CAS CLINIQUE
28
ORIGINE DE LA DEMANDE
-
Secrétaire du médecin spécialiste – fin juin 2011
-
Souhaite que sa patiente puisse rencontrer psychologue
/assistante sociale du réseau Oncarmor.
-
Pas de motif de la demande
RECCUEIL DE DONNEES
Il s’agit d’une femme que l’on nommera Madame LC
 Âgée de 38 ans
 Employée, en CDI, dans une mairie
 Vivant en couple
 Son concubin travaille en intérim, sans emploi depuis 2 mois.
 Mère de 3 enfants âgés de 7 et 10 ans et 20 ans d’une autre
union.
 Non connue des services sociaux
30
HISTORIQUE
 1er cancer du col utérin - février 2010
- traité par radiothérapie, puis chimiothérapie et
chirurgie
- développement de douleurs dans le dos et à l’aine
On lui parle de cruralgie normale.
 Annonce de récidive en Juin 2011: douleurs auraient, en fin de
compte, été causées par des tumeurs à l’aine et au vagin
- Chirurgie et traitement par chimiothérapie prévus
HISTORIQUE
-
Parallèlement son dossier médical sera perdu par le corps médical
-
Médecin traitant lui-même malade, sur le point d’arrêter son activité.
= Perte de confiance du corps médical
MOTIF DE LA DEMANDE
 Difficultés financières à venir car Monsieur LC est en fin de
droits Assedic.
 Problème de garde pour les 2 plus jeunes enfants durant son
hospitalisation ( 5 jours)
EVALUATION INITIALE
* Pas
de maintien de salaire
* Pas de prévoyance
* Pas de prise en charge ALD
* Pas de versement d’indemnités journalières
* Fin de droits Assedic pour son mari
EVALUATION INITIALE
Concernant ses enfants:
-
Moyen de garde à prévoir durant son hospitalisation
- Monsieur LC vient de retrouver du travail en intérim, à
1H30 du domicile ( absent de 6H30 à 20H30)
-
Aide à Domicile après hospitalisation
- Nécessité de la mise en place d’une TISF (pour un
accompagnement éducatif et scolaire auprès des enfants)
EVALUATION INITIALE
-
Accompagnement psychologique pour les enfants
Perspective d’intégrer le groupe des Mots à Maux.
-
Un suivi psychologique individuel
-
Prise en charge de la douleur
DIFFERENTES PHASES DE L’ACCOMPAGNEMENT
-
Orientation vers l’entourage familial concernant la garde des
enfants durant l’hospitalisation et pour les trajets
école/maison au retour d’hospitalisation.
-
Orientation vers l’Assistante Sociale de secteur concernant les
factures énergie impayées, les frais de scolarité et une aide à
la budgétisation.
 prise de rendez vous avec la patiente à la
permanence de l’Assistante Sociale de secteur
 transmission des actions réalisées et en cours
DIFFRENTES PHASES DE L’ACCOMPAGNEMENT
-
Orientation vers l’AS du Collège pour les impayés de scolarité
( cantine et garderie). A ce stade de l’intervention, le collège
n’est pas au courant de l’état de santé de Madame.
-
Déblocage des IJ (Attestation de salaire non établie par son
employeur) - 2 mois et demi de retard de versement
-
Mise en route de l’ALD, non envoyée par son médecin
traitant
DIFFERENTES PHASES DE L’ACCOMPAGNEMENT
-
Mise en place d’heures d’aide ménagère à la sortie
d’hospitalisation de Madame LC, par le biais de sa mutuelle. (
8 heures accordées).
-
Pas d’ARDH possible ( CAR conventionnée pour les + de 60
ans uniquement).
DIFFERENTES PHASES DE L’INTERVENTION
-
Mise en place d’une TISF – financement partiel de la CAF
-
Demande d’aides financières auprès de la Ligue contre le
cancer pour le reste à charge des heures TISF. (3,84 € / heure)
et pour le financement de sa prothèse capillaire.
-
Déclenchement de l’assurance du prêt habitat
DIFFERENTES PHASES DE L’ACCOMPAGNEMENT
Madame LC est inquiète pour la scolarité d’un de ses enfants.
-
Orientation vers l’AS et l’infirmière du Collège de l’enfant,
pour la mise en place d’un soutien scolaire durant les heures
de permanence.
Le collège est au courant de la situation médicale de la patiente.
DURANT CET ACCOMPAGNEMENT
Nous avons été sollicités par:
-
La Clinique Armoricaine de Radiologie, par le biais du
médecin oncologue:
pour une augmentation des heures d’aide ménagère, mais la
patiente ne veut pas débourser d’argent.
-
Le Collège, par le biais de l’infirmière pour signaler des
comportements d’agressivité de l’enfant scolarisé et nous
informer de la conduite que tient l’établissement
 Nous sollicite également pour les Mots A Maux.
Les enfants ont déjà participé au groupe, mais ne veulent pas
poursuivre, ni en individuel.
DURANT CET ACCOMPAGNEMENT
Nous avons sollicité:
-
L’assistante sociale du Collège
-
L’assistante sociale de la Maison du Département
-
L’Hospitalisation A Domicile ( AS, Psycho, Infirmière
coordinatrice)
-
La Ligue contre le cancer
LE PARCOURS DE SOINS DE CETTE PATIENTE
•Nécessitera:
De nombreux rendez vous chez des médecins spécialistes
(chirurgien, médecin oncologue, consultation anesthésiste,
médecin traitant…)
Des séances de chimiothérapie, de radiothérapie
Des bilans sanguins
44
LE PARCOURS DE SOINS DE CETTE PATIENTE
•Ce qui provoquera:
Un rythme de vie différent
Une perte d’énergie incontestable
De grandes difficultés à assumer des démarches
administratives( ALD, versement des IJ…) qui peuvent sembler
« simples ».
45
CONCLUSION
NOTRE OBJECTIF COMMUN
Accompagner, aider les patients atteints de cancer et leur
entourage à mieux vivre les différentes étapes de leur parcours,
et ce, depuis l’annonce du diagnostic, pendant les traitements
et à distance de ceux-ci.
47
CEPENDANT…
 Il existe toujours des patients qui n’ont pas accès aux soins
de support…
 Il est très complexe pour un patient de s’orienter parmi les
multiples dispositifs susceptibles de le concerner, durant
son parcours de soins
 Importance d’un accompagnement coordonné entre les
différents interlocuteurs
48
Une bonne coordination n’est donc possible qu’avec
votre collaboration.
49
LA LIGUE CONTR LE CANCER
3 missions
 Financement et soutien à la recherche
Projets nationaux- Recherche régionale
Bourses à de jeunes chercheurs de la région Bretagne
 Prévention et dépistage
Prévention des Toxicomanies-- Campagne soleil- Dépistages
 Actions pour les malades
50
LA LIGUE- ACTIONS POUR LES MALADES
 Soutien financier aux structures, aux associations
Équipements innovants dans les établissements
Subventions aux associations de malades- aide au fonctionnement:
 Information des malades et des proches
 Soutien moral et psychologique:
Accueil, écoute, orientation : travail en réseau
 Mise en place d’activités pour les malades
APA- sophrologie- yoga- relaxation- gym douce- ateliers divers
 Aide sociale
51
LES AIDES SOCIALES À LA LIGUE
Conditions d’attribution:
 Pathologie cancéreuse (certificat médical)
 Demande par un travailleur social
 Imprimé spécifique
 Accord de la personne concernée ou d’un proche
 Aide en complément ou en attente des aides légales
 Dépense en lien avec la maladie
52
LES AIDES SOCIALES A LA LIGUE
En 2011
 104 dossiers étudiés
 85 familles aidées
 Budget de 27000€
 Secours moyen: 258€
 Principales demandes
53
RÉSEAU DE CANCÉROLOGIE
ONCARMOR
Ouvert du Lundi au Vendredi
De 9 heures à 18 heures
Délocalisations sur Lannion et Guingamp
Téléphone: 02 96 60 95 90
www.oncarmor.fr
54

similar documents