Le stress

Report
BIENVENUE AU
ENSEMBLE… ça se peut!
MERCI DE CÉLÉBRER AVEC NOUS
NOTRE 20e ANNIVERSAIRE !
Ensemble, en soutien aux
intervenants
Ensemble, pour de meilleurs
services aux jeunes
Vers une meilleure capacité à faire face au stress chez
les jeunes présentant une vulnérabilité adaptative :
le programme In vivo
Jonathan Bluteau, ps.éd.
Doctorant en psychoéducation
BIO
DÉVELOPPEMENTALE
PSYCHOSOCIALE
2
L'adolescence est une période critique dans l'apparition de
nombreux troubles psychiatriques.
Le stress chronique et la période de l’adolescence sont des
variables déterminantes dans le développement des problèmes
de santé mentale.
Un stress chronique ainsi que des niveaux de stress élevés
sont associés à plusieurs problèmes de santé mentale qui
englobent les déficits cognitifs, la dépression et l’anxiété.
(Romer et Walker, 2007; Paus, Keshavan et Giedd, 2008; Steinberg et al., 2011)
Lupien, S., King, S., Meaney, M. J. et McEwen, B. S. (2001). Can poverty get under your skin?: Basal cortisol levels and cognitive
function in children from low and high socioeconomic status. Development and psychopathology, 13, 651-674.
5
1936 : La réponse du corps: Hans Selye,
docteur endocrinologue
• 1968 : La réponse du cerveau: John W. Mason, médecin et
physiologiste
6
Qu’à découvert
?
Les déterminants
psychologiques du stress
Contrôle diminué
Imprévisibilité
Nouveauté
Égo menacé
Une situation est stressante
que si elle est interprétée
comme étant étant stressant !
7
Parce qu’il y a des récepteurs de cortisol dans tout le corps et
en plus grand nombre dans le cerveau.
Également le stress est impliqué dans de multiples systèmes :
endocrinien – développement;
la mémoire et les apprentissages;
la régulation des émotions;
la régulation du glucose;
la cohérence et la variabilité cardiaque;
etc.
8
La promotion de compétences pour faire face au stress a des
effets préventifs sur une variété de problèmes de santé
mentale. (Cicchetti, Rappaport, Sandler et Weissberg, 2000; Greenberg, Riggs et Blair, 2007)
2 compétences sont importantes dans la prévention de la
santé mentale: l’appropriation psychologique et la gestion du
stress (Blanchet, Laurendeau, Paul et Saucier, 1993; Barrett et Ollendick, 2004; Lecomte et Leclerc,
2006; Lehrer, Woolfolk et Sime, 2007)
Interventions préventives (habitudes de vie) qui s'attaquent
aux causes communes (stress) démontrent une évidence
scientifique pour prévenir les problèmes de santé mentale.
Le modèle
vulnérabilité-stresscompétence
Adapté de Ventura,
Nuechterlein, Subotnik et
Hwang (2002)
Microparadigme issu du
champ de la
psychopathologie
développementale
Dans le traitement des troubles intériorisés chez les
adolescents, la TCC est la forme d’intervention dont
l’efficacité est la plus documentée (Turgeon et Gendreau, 2007).
Une méta-analyse reconnait la TCC comme efficace en
intervention psychosociale chez les adolescents
et suggère que l’intervention pharmacologique est efficace
lorsqu’elle est conjointe avec l’intervention psychosociale
(Michael et Crowleyb, 2002).
Trois phases : 1) l‘éducation sur le stress, 2) éducation et
entraînement aux stratégies de coping et 3) entraînement en
situation in vivo. (Kiselica, Baker, Ronald, Thomas et Reedy,
1994)
L’EIS propose aux participants un environnement permettant
la compréhension de leur réponse à des situations
stressantes.
Structurée de façon à ce que l’exposition au stress soit
progressive pour que l’acquisition des stratégies de coping
soit maximale.
13
La situation stressante est susceptible de provoquer chez le
participant des réactions psychophysiologiques similaires aux
situations vécues dans la vie quotidienne.
Permet d’observer la séquence comportementale
(physiologique, cognitive, affective et comportementale) de
l’adolescent lorsqu’il est soumis au stress.
Le participant est à même de reconnaître ses réactions et les
appliquer à une échelle de pénibilité psychophysiologique.
Cardiofréquencemètre en biofeedback
17
Échelle de charge psychophysiologique
Danger
10
Co-régulation
8
Autorégulation
5
9
7
6
4
Biofeedback
Cardiofréquencemètre
3
Repos
2
1
Signaux physiques
Comportements
Pensées
18
Bluteau, J. (2012). Programme In Vivo
But: Favoriser le développement de compétences pour faire face au
stress dans le but d’augmenter les capacités d’adaptation
biopsychosociales chez les jeunes.
Objectifs généraux
1. Améliorer les connaissances sur le stress.
2. Améliorer l’autorégulation en situation de stress.
3. Améliorer la gestion du stress.
4. Améliorer l’utilisation des stratégies d’adaptation (coping)
10 séances-activités d’une durée de 2h30 pour chaque
séance (25 heures total par jeune).
Activité de groupe (4 jeunes par groupe)
Intériorisé et extériorisé (actuellement)
Structure des séances-activités
Rassemblement
Partie pédagogique
Collation
Entrainement sur modules
Retour
10 séances-activités
1) Brise glace : présentation du programme (accompagné des parents)
2) À la découverte du stress : connaissance sur le stress
3) Je respire par le nez pour ma santé : respiration/effet sur la santé
4) On va y penser : pensée/émotion/comportement
5) Je SPIN mon stress : déconstruction (cognition) du stress
6) Des stratégies pour la vie : stratégies de coping
7) Du problème aux solutions : étapes de la résolution de problème
8) Comme les 5 doigts de la main : soutien social
9) Mon profil : compilation des observations
10) Mes nouvelles compétences : le bilan (accompagné des parents)
Organiser les modules en fonction des défis et des besoins
des participants.
Ajuster les défis afin qu’ils génèrent un stress, mais qu’ils
soient également convenants et stimulants.
Animer l’activité en tenant compte des styles d’animation:
Soutien affectif/Réconfortant/Empathique
Confrontant/Ouverture au défi et au dépassement
Mettre l’accent sur l’effort et le plaisir.
22
Centrer l’animation sur l’entrainement et le retour sur
l’activité.
Ne pas s’acharner sur le contenu pédagogique si manque de
temps.
Sur module :
Favoriser l’auto-observation et l’auto-évaluation
Référer à l’échelle, au biofeedback, aux techniques apprises durant le
programme.
Respiration, cohérence cardiaque, stratégies cognitives
Reprendre toujours les mêmes étapes indépendamment du
module ou de l’animateur.
23
Orienter les questionnements sur l’auto-observation des
réactions physiques et des pensées.
Favoriser d’abord la respiration et ensuite l’auto-instruction.
Évitez de mettre de la pression, accompagner de manière
empathique.
Toujours terminer avec la formule suivante:
Avez vous travaillé fort?
Êtes vous fier de votre performance?
Avez vous eu du plaisir?
Par cette formule, favoriser le sentiment d’appartenance au
groupe.
24
Thèse de doctorat dirigée par :
Line Massé, Ph.D., Professeure au département de
psychoéducation, Université du Québec à Trois-Rivières
(directrice)
Jocelyne Pronovost, Ph.D., Professeure au département
de psychoéducation, Université du Québec à TroisRivières (co-directrice)
Évaluation de l’implantation
Examiner ses effets sur la gestion du stress et les
stratégies enseignées en situation d’entrainement
permettent:
une diminution des marqueurs du stress;
une diminution des symptômes de dépression et d’anxiété;
une plus grande utilisation de stratégies de coping
productives au détriment des stratégies non productives.
26
Centres Jeunesse de Lanaudière
Jeunes : Adolescent(e)s 13-16 ans ayant une
vulnérabilité sur le plan de la santé mentale
(troubles internalisés : anxiété et dépression) en
milieu interne et externe.
Intervenant(e)s : Éducateurs(trices)
Évaluation et collaborative
Protocole à cas unique quasi-expérimental avec
condition témoin
Pré-intervention
Niveau de base
Post-intervention
Relance
3 mois post
Méthode mixte : collecte et analyse de données
quantitatives et qualitatives
Les participants sont affectés à la condition
expérimentale ou témoin à partir d’un échantillon de
convenance.
Implantation (N:15)
Devis
pluriméthodiqu
e
Instruments
et
procédures
Effets (N:17)
participants (N:13) / animateurs (N:2)
Groupe de mise en œuvre
•
3 participants garçon
Entrevues semi-structurées sur:
•
•
•
•
Programme d’intervention
Stratégie d’intervention
Changements perçus et la participation
Modules qui induisent le stress
Questionnaire non validé
•
Évaluation du traitement par
l’adolescent (CEI-Ado)
participants (N: 10) / témoins (N: 7)
Questionnaires validés
(participant)
• Coping (ECA)
• Anxiété et dépression (CBCL)
Questionnaires non validés
(participant)
•
Échelle des tracas quotidiens
Marqueurs physiologiques
(participant)
• Stress (FC nocturnes et cortisol
salivaire)
Grille de conformité et journal de bord
(animateurs et les participants)
• Contenu et moyens
• Animation et ambiance
• Apprentissage et satisfaction
Analyses
Triangulation-convergence (Creswell & Plano-Clark, 2007)
•
•
Intégration des résultats lors de l’interprétation
Nuances/corroborations
29
Évaluation de
l’intervention par
l’adolescent
Appréciation du
programme et du
laboratoire par les
participants
Caractéristiques
des participants
Appréciation du
programme et du
laboratoire par les
animateurs
30
Genre
Total participant
(N:20)
Groupe
expérimental
Groupe
témoin
♂
12
5
4
♀
8
5
3
Âge
13 à 16
Moyenne
15,4
14:4
(ET)
(1,34)
(0,98)
Pilote
3
14:3
(1,52)
90
80
70
60
50
40
Fille
30
Garcon
20
ET= 13 à 17
10
0
Progrès et
apprentissage
Acceptabilité et
adhérence
Appréciation
globale
32
10
9
8
7
6
Filles
5
Garcons
4
3
2
1
0
Anxiété
Dépression
Anx./dép.
33
Thèmes
Objectifs
Négatifs
Programme
d’intervention
en général
Évaluation de
l’appréciation du
programme
d’intervention
•
Les stratégies
d’intervention
Changements
perçus et
participation
Les modules
qui induisent
le stress
Positifs
•
•
•
Commencer par les modules
avant le pédagogique pour
dépenser l’énergie
Ajouter un module
C’est long les séances
Manque des heures d’école
•
•
•
•
•
•
Appris à gérer le stress
Tout le monde vit du stress
Se connaître davantage
Mieux résoudre mes problèmes
Appris à déconstruire le stress
Contenu l’fun
Évaluation de
l’adéquacité de
l’intervention
offerte par le
programme
•
•
•
•
Parfois trop confrontant
Poser moins de questions
Trop insistant
La confrontation entre dedans
•
L’aide apportée, l’écoute et le
soutien
Animateur souriants, patients et
compétents
Aide à m’observer
Pousse nos limites et la
persévérance
Évaluation de la
perception face
aux changements
attribués par la
participation
•
•
Évaluation de la
perception face
aux modules
utilisés dans
l’intervention
•
•
•
•
•
•
•
Se donner de trop gros défis
Profitez davantage des
rencontres
Trop souvent bloqué
Manque de persévérance
•
•
•
Parfois trop difficile
Labyrinthe et escalade parfois
difficiles
•
•
•
•
•
•
Capacité à gérer le stress
Mieux faire face au stress
Laisse moins mes pensées
m’envahir
Expérience positive
Je m’évalue mieux + positif
Les modules sont l’fun
Permet de voir son stress
Les modules stressent
Chaque module vient chercher une
crainte
Positif
Permet l’activation comportementale rapidement
Permet de documenter les stratégies d’adaptation de façon
efficace
L’EIS est un levier puissant pour l’intervention TCC
Fait des liens avec le quotidien
À améliorer
 Serré dans le temps/modification du programme
 Trop de contenu pédagogique, axer davantage sur
l’entrainement
35
Plus affirmé
Amélioration du sentiment de compétence, se fait davantage
confiance
Plus en contrôle de ses émotions
Croient que c’est positif pour leur jeune
Désire un programme similaire pour adulte
« ce serait bon pour moi ça! »
36
Un programme d’intervention prometteur dans le développement de
compétences pour faire face au stress.
Adhérence au programme élevée et acceptabilité élevée par les
participants et les partenaires
In vivo reconnu par le Gouvernement du Qc comme un programme
novateur pour les adolescents présentant des problèmes de santé mentale
Groupe intériorisé et extériorisé – service régulier au CJL + partenariat
avec la pédopsychiatrie
Formation sur l’approche In vivo et implantation ailleurs
vimeo.com/49244701

similar documents