Le Système National de Recherche agronomique du

Report
LE SYSTÈME NATIONAL DE RECHERCHE
AGRONOMIQUE DU NIGER
Dr Aboubacar Malam Massou
Directeur Scientifique, INRAN
1
PLAN DE LA PRESENTATION
1.
RAPPEL HISTORIQUE
2. ACTEURS DU SNRA DU NIGER
3.
COORDINATION NATIONALE DE LA
RECHERCHE AGRICOLE
2
Rappel historique
• RA présente au Niger depuis plus d’un demi
siècle
 Dés les années 30 à travers les Structures Fédérales
(SF) de RA de l’AOF
 La station Tarna-Maradi (1930): recherche sur le mil
et l’arachide (Station fédérale de RA de Bambey);
 Le Laboratoire vétérinaire de Niamey (1931)
(Laboratoire Fédéral d’Elevage de Dakar)
 A partir de1950, les SF sont démantelées au profit
d’Instituts français de RA tropicale : IRHO (huiles et
oléagineux) et l’IRAT (productions végétales);
Rappel historique (suite)
 A l’Indépendance (1960) :
– Création (1965) du LABOCEL (fabrication de vaccins,
santé animale) par l’IEMVT;
– Création du CNRSH (transformation de l’antenne de
l’IFAN);
– Fondation de l’Université de Niamey en 1971 avec
ouverture en 1973 des FS, FLSH et l’ESA (devenue FA
en 1984);
– Transformation du CNRSH en IRSH et son
rattachement à l’Université;
– Création du CNR en 1974, remplacé par le MESRT en
1978;
– Création de l’INRAN en 1975 avec comme mandat
d’intervenir dans tous les domaines de la RA et de
coordonner toutes les activités de cette nature réalisées
dans le pays.
Rappel historique (suite)
• Les Décennies 1980 et 1990
– Rattachement du LABOCEL à la Direction de
l’Elevage en 1980;
– Création par la DPV d’un service d’Etudes
Biologiques chargé des diagnostics et des
essais phytosanitaires;
– Rattachement formel de la RA au MESRT
avec deux organes spécialisés : la DGRST et
le CNRST;
Les Acteurs du SNRA du Niger
• Institutions Scientifiques et Techniques Nationales
du SNRA
- L’Institut National de la Recherche Agronomique du
Niger (MAG);
- Les Institutions faisant la RA relevant des Universités
Publiques du Niger (MESRI);
- Les Institutions de RA relevant des Ministères en Charge
de l’Agriculture, de l’élevage, de l’Environnement et des
Eaux et Forêts;
- Les Projets de développement conduisant des activités
de RA.
• Institutions Scientifiques et Techniques « hors SNRA »
• Les autres acteurs du secteur agricole : Institutions
Nationales, OP, ONGs et AD
L’Institut National de la Recherche Agronomique
du Niger (MAG)
•
Création
-
•
Création sous la forme d’un EPA par Ordonnance N° 75001 du 7 janvier 1975;
La décision de sa création est née des conséquences de
la grande sécheresse de 1973 qui a fait beaucoup de
ravages : humain, au cheptel ainsi que sur le plan
écologique.
Missions de l’INRAN
-
Concevoir et exécuter des programmes de RA dans tous
les secteurs du Développement Rural
Coordonner et superviser toutes les recherches
agronomiques entreprises au Niger
L’Institut National de la Recherche Agronomique du
Niger (MAG) : Transformation institutionnelle
• Transformation institutionnelle
- 2010  Transformation en EPSCT par Ordonnance N°
2010- 12 du 1 avril 2010 afin de se conformer avec
l’Ordonnance N°99-34 du 27 AOUT 1999 portant régime
général des EPSCT
- Ce nouveau statut lui confère une plus grande
autonomie scientifique, administrative et financière
traduisant ainsi la volonté de l’Etat d’impulser une
nouvelle dynamique à la recherche agricole.
- Ses tutelles successives sont le PCMS, le MESR, le
Ministère Chargé de l’Agriculture.
L’Institut National de la Recherche Agronomique
du Niger (MAG) : les organes exécutifs
• L'organisation exécutive de l'INRAN comprend :
• Le Président du Conseil d'Administration,
• Le Directeur Général;
– Le Directeur scientifique;
– Le Directeur des Études, de la
Programmation et de la Formation;
– Le Directeur des Ressources humaines,
– Le Directeur des Ressources Financières;
– Le Directeur du Patrimoine.
L’Institut National de la Recherche Agronomique
du Niger (MAG) : les implantations
Les activités de recherche sont conduites à partir de 4
Centres Régionaux de la Recherche Agronomique (CERRA)
: Kollo; Maradi; Niamey; Tahoua.
Une trentaine
d’implantations
(stations, sous
stations, points
d’appui)
couvrant les
différentes
zones agro
écologiques du
Niger
L’Institut National de la Recherche Agronomique
du Niger (MAG) : le personnel scientifique et
technique
• Effectif du personnel par catégorie et par année de
2013 à 2014
Corps
2013
2014*
Chercheur
75
92
Technicien
49
54
Total
124
146
(*) Répartition du personnel scientifique et technique au 22 avril 2014
L’Institut National de la Recherche Agronomique
du Niger (MAG) : Les Départements de recherche
• La Direction scientifique en charge de la
recherche comprend 5 départements de
recherche :
–
–
–
–
Le Département Cultures Pluviales (DCP);
Le Département Cultures Irriguées (DCI);
Le Département Productions Animales (DPA);
Le Département Gestion des Ressources
Naturelles (DGRN);
– Le Département Economie et Sociologie Rurales
et Transfert de Technologies (DESR/TT).
L’Institut National de la Recherche Agronomique du
Niger (MAG) : Axes de Recherche - Développement
•
Les principaux axes de R & D
 Mise au point des variétés de sorgho, niébé et
arachide productive, résistantes à la sécheresse et
aux ravageurs en vue de la sélection de génotypes à
haut rendement pouvant accompagner la politique
nationale en matière de sécurité alimentaire ;
 La mise au point et la diffusion des technologies de
lutte contre les ravageurs du niébé et du mil pouvant
conduire à des hausses substantielles de
rendement ;
 La production de semences de base et de pré base
des variétés les plus performantes pour permettre à
l’US de mettre à la disposition des producteurs
nigériens des semences certifiées de qualité ;
L’Institut National de la Recherche Agronomique du
Niger (MAG) : Axes de Recherche - Développement
• Les principaux axes de recherche
Diffusion des technologies prometteuses à travers
les CEP ou les parcelles de démonstration;
Renforcement de la stratégie de l’alimentation
animale avec la mise au point et la fabrication des
blocs multi nutritionnels densifiés (BMND) pour le
bétail;
Gestion de la fertilité des sols, de l’eau et des
micronutriments;
Aménagement des forêts;
La gestion des ressources aquatiques et
l’aquaculture.
Les Institutions de RA relevant de
l’Enseignement Supérieur et de la
Recherche (MESRI)
• L’Université Abdou Moumouni (UAM) : l'UAM est la
seconde institution nigérienne qui assure la recherche
agricole à travers plusieurs facultés, instituts et laboratoires
notamment :
–
–
–
–
–
La Faculté d’agronomie de l'UAM
La Faculté des sciences de l'UAM
La Faculté des lettres et sciences humaines
L'Institut des radio-isotopes (IRI)
L'Institut des recherches en sciences Humaines
(IRSH)
• L'Université de Maradi (UM), créée en 2010
‒ La Faculté d'Agronomie de l'UM
‒ La Faculté des Sciences de l'UM
Les Institutions de RA relevant des
Ministères en Charge de l’Agriculture, de
l’Elevage, de l’Environnement et des
Eaux et Forêts
• Ministère en charge de l’Elevage
– Le Laboratoire Central d'Elevage
(LABOCEL)
– Les Centres de Multiplication de Bétail
(CMB)
• Ministère en Charge des Eaux et
Forêts
– Le Centre National de Semences
Forestières
• Les Services Techniques des
Ministères
Les Projets de développement
conduisant des activités de RA
• Programme d'Urgence pour la
Sécurité Alimentaire (PUSA);
• Projet de Développement des
Exportations et des Marchés AgroSylvo-Pastoraux (PRODEX);
• Projet Intensification de la
Production Agricole pour la
Sécurité Alimentaire (PIPA SA);
• Programme de productivité de
l'Agriculture en Afrique de l’Ouest
(PPAAO/WAAPP).
Institutions Scientifiques et Techniques
« hors SNRA »
Institutions Scientifiques et Techniques « hors SNRA »
ONGS et AD
•Il existe plusieurs ONGs impliquées dans les activités
de R&D;
•On peut en citer une qui est particulièrement
spécialisée : le Laboratoire d'Etudes et de Recherches
sur les Dynamiques sociales et le Développement
Local (LADSEL) qui a un statut d'ONG. Il peut être
amené à traiter des questions agricoles.
Avec 8 Chambres Régionales
d’Agricultures
La Plate Forme Paysanne du Niger : regroupant
plusieurs organisations paysannes
Un dispositif de recherche agricole
fragmenté; relevant de plusieurs Ministères;
d’où la création d’une structure de
Coordination de la Recherche Agricole
Coordination de la Recherche
Agricole (RA) au Niger
• Le CNRA a été créé par décret du Président de
la République le 19 juillet 2007;
• installation officielle le 21 Avril 2009 par SEM
le Président de la République ;
• Objectif : Faire converger les politiques et
stratégies en matière de développement
économique et rural.
Coordination de la Recherche
Agricole (RA) au Niger
• Le CNRA a pour mission principale d’assister le
gouvernement dans l’élaboration de la politique
nationale de recherche agronomique et dans le suivi
de sa mise en œuvre. A ce titre, il est chargé de :
– Veiller à une bonne traduction de la Stratégie de
Développement Rural ;
– Apprécier la pertinence et la qualité scientifique des
programmes et des résultats de la recherche agronomique ;
– Veiller à une meilleure gestion des ressources humaines,
matérielles et financières du Système National de la
Recherche Agronomique ;
– Superviser l’élaboration et la mise à jour du plan stratégique
de la recherche agronomique ;
– Définir une stratégie durable de financement de la recherche
agronomique et veiller à sa mise en œuvre ;
– Conseiller le Premier Ministre sur toutes questions relatives à
la recherche agronomique au Niger.
L’Institut National de la Recherche Agronomique du
Niger (MAG) : Quelques Acquis
Production végétale
MIL
Sélection variétale
•
•
•
CT6 : zone d’ Aguié, Mayahi, et Maradi
Cycle: 80-87 jours
Rendement potentiel : 1800 kg/ha en station, environ 1500
kg/ha en milieu paysan
CT3 : zone du sud Dakoro
Cycle : 80 jours
Rendement potentiel : 1000 kg/ha en station ; 800-900 kg/ha
en milieu paysan
TH 91-01 : région Diffa
Cycle 70-75 jours
Rendement potentiel : 1500 kg/ha en station ; 1000 kg/ha en
milieu paysan;
25
Protection
du mil
Utilisation de la lutte biologique avec Habobracon
hebetor
– Plus de 60 villages tests en 2006 à 2011 avec un total
de 3000 producteurs et
– 48 000 ha couvertes
– Une enquête conduite en 2011 a permis de démontrer
une bonne maîtrise du programme de gestion intégrée
de la mineuse par les producteurs
26
SORGHO
•
Sélection variétale
• Un deuxième hybride de
sorgho (F1 223), en plus de la
NAD1:
– rendement de 3-4 t/ha
–cycle moyen de 90 jours.
–excellente pour la production de
farine et couscous.
• Une nouvelle variété (SSD 35)
–résistante à la cécidomyie,
–rendement potentiel estimé à 2
t/ha
–cycle 85 jours en station.
F1 223
27
SORGHO (suite)
• L28
– Résistance à la sécheresse
– adaptation aux sols
dunaires
L28
28
ARACHIDE
– Deux variétés à haute teneur en huile : T181-83 (48,93%)
et la T169-83 (48,89%) adaptées au régions de Maradi,
Zinder et Dosso.
RIZ
–
–
–
En 2006, deux variétés homologuées pour diffusion
sur les AHA: Kogoni 91-1 (Gambiaka, 7 t/ha) et
Chiannung Sen Yu 30 (6-7t/ha)
En 2007, deux autres variétés de NERICA
homologuées au Niger : NERICA-L-49 , NERICA-L-39,
et WAS 4-B-B-91-4-TGR 48.
Giza175 avec 7.8 t/ha de rendement
SESAME
– Deux variétés SN01-18 avec 818 kg/ha et SN403
plus précoce maturité à 78 jours
29
CULTURES MARAICHERES
Piment
Hot4 123
(hybride)
(8 -12 t/ha )
0207-75-32
(8 à 12 t/ha )
9955-15
(5 à 8 t/ha )
30
Piment (Suite)
Trois variétés tolérantes au froid:
5,31 t/ha
5,36 t/ha
7,30 t/ha
31
CULTURES MARAICHERES (Suite)
TOMATE
• Variétés de saison des pluies :
FMTT848
FMTT847
10t/ha
12t/ha
• Trois variétés résistantes au flétrissement
bactérien: F1 Mongol (13,12t/ha), Locale (13 t/ha),
et NADIRA (12 T/ha)
32
Gombo
– Deux variétés résistantes à la virose: TOT 0581
(8,37 T/ha), et Line ARP (7,37 T/ha).
– Plus précoces (34 jours avant la locale)
Manioc
– variétés sélectionnées disponibles en station:
92/0067, 4(2) 1425, 91/02324, et 98/0583
– Potentiel de plus de 30 t/ha.
33
POST RECOLTE / TRANSFORMATION DES
PRODUITS AGRICOLES (valeur ajoutée)

Stockage amélioré du niébé avec le triple
ensachage;
 couscous fabriqué à partir du sorgho (NAD 1),
 des farines de céréales locales (mil, sorgho) pour la
fabrication de pain;
 des bouillies de sevrage d’enfants fabriquées avec
du niébé.;
 appareil de roulage de béroua (couscous à base de
niébé) avec un rendement de 60 kg/heure;
 Appareil solaire de séchage de béroua capacité de
60 kg /jour;
 4 produits à base de manioc
34
Gâteau de sorgho et blé
Dégué de sorgho
Biscuits de blé et sorgho
Biscuit de sorgho, blé, manioc
Couscous de sorgho
35
Recettes traditionnelles
PRODUCTION ANIMALE
• Alimentation des petits ruminants
– Rations pour l’embouche des ovins à base de
gousses d’Acacia raddiana, de foins, de paille de
brousse et de son de mil
– Blocs Multi Nutritionnels Densifiés (BMND) pour
Bétail à base des fourrages locaux, des sous produits
agroindustriels, des minéraux et de liants.
BMND
– Rations alimentaires pour l’élevage laitier
périurbain sur la race Djelli: trois fois plus de lait dans le
système semi-intensif
• Alimentation de la volaille
– le maïs importé peut être remplacé par du sorgho
local pour la production de chair et œufs
– Précocité dans le démarrage des pontes de 2
semaines pour la ration sorgho
36
GESTION DES RESSOURCES NATURELLES
•
Gestion de l’eau et des micronutriments : Utilisation des zaï
(tassa) améliorés avec des fertilisants organiques (fumier et
compost) et microdose aux engrais chimiques : récupérer des
terres improductives avec des rendements de 600 à 800 kg/ha de
mil
• Activités du Laboratoire des sols : de 2000 échantillons de
sol analysés par an (eau, sol, plantes, engrais) Etude de la
rentabilité économique des ouvrages de récupération de terre dans
la Région de Tahoua;
• Etudes pédologiques à la demande: ex. les cuvettes
oasiennes de Diffa, Mainé soroa, et dans la plaine de l’Irhazer,
AHA, projets de développement.
• Foresterie et récupération des terres: ouvrages mécaniques
adaptées selon la pente ; des techniques de régénération des
doumeraies , de RNA
37
CONSERVATION DES RESSOURCES PHYTOGÉNÉTIQUES
• collection de 3300 accessions, plus de 300 sous
forme de collections vivantes (manioc, oignon) et 3000
sous forme de semences conservées au froid (mil,
sorgho, niébé, riz, fonio, blé) plus de 1000 accessions
mil/sorgho collectées et conservées depuis 2003
• Plus de 400 accessions mil/sorgho collectées en
1976 rapatriées au Niger
PRODUCTION DE SEMENCES
• 30 à 40 tonnes par an de semences de base
destinées aux producteurs de semences;
• 20 variétés des différentes cultures sont produites
chaque année .
38
Je vous remercie de votre attention !
39

similar documents