INTRODUCTION A L`ANTHROPOLOGIE

Report
Distinguer
l’anthropologie
Pascale Moity-Maïzi
Anthropologue
Supagro Montpellier/Irc 2011
UMR Innovation
Ethnographie, ethnologie,
anthropologie
Des concepts liés à l’histoire de nos
sociétés (des conquêtes coloniales
aux Indépendances)
 …et à l’histoire de nos courants de
pensée (pour penser l’homme dans
les sociétés et la nature).

Ethnographie, ethnologie,
anthropologie
Débats de méthodes bien plus que d’écoles, ces
termes renvoient à un moment de l’histoire de ce
champ disciplinaire obsédé par le besoin de se
définir un cadre scientifique qui viendrait lui fournir
une légitimité et une autonomie face aux sciences
de la nature, face à la sociologie et à la
psychologie dont l’anthropologie a toujours eu du
mal à se différencier (cf. Guillet-Escuret, 1994).
Ethnologie
Le terme est ancien : XVIIIème
C’est d’abord la science qui s’intéresse au
classement des peuples et des
races…(Montesquieu par exemple)
Désigne peu à peu l’étude des
sociétés sans écriture ou sans
industrie, sociétés que l’on disait
« primitives ».
Primitif
Terme et définition associés aux auteurs du XIX
ème siècle distinguant : sociétés proches de
l’état de nature (sauvages, barbares..), par
opposition à sociétés civilisées …
Le terme disparaît suite à la multitude d’études
qui ont
dévoilé la complexité, la richesse
culturelle et les dynamiques des sociétés
humaines (Voir C. Lévi Strauss, in Race et histoire).
Ethnologie
Quand s’efface la notion de primitif reste
l’Ethnologie :
En France, ce terme est conservé pour se
distinguer de la sociologie, avec une vocation
affirmée et officielle dès 1926 (création du
premier Institut d’ethnologie en France) :
l’ethnologie fournit aux Anthropologues des
« monographies comparées».
On enseignait l’ethnologie (et non
l’anthropologie) à partir de 1927 au sein de
l’Institut d’Ethnologie du musée de l’Homme à
Paris.
Cet enseignement comprenait à la fois de
l’anthropologie physique, de la technologie, de
la préhistoire, de la linguistique et de
l’ethnologie proprement dite …
Pour Lévi Strauss
L’ethnologie est définie comme une étape
d’explication des coutumes, des institutions
observées, une étape de synthèse analytique
aussi, souvent réalisée par méthode comparative
Une science utilisant une méthode
(ethnographie) privilégiant l’oralité,
l’observation, l’entretien, la biographie
C. Lévi Strauss créateur de la distinction :
ethnographie, ethnologie, anthropologie
Ethnographie (concept créé par L.S.)
 de ethnos : peuple ; graphein : décrire
C’est la partie descriptive de l’Ethnologie
Avec Levi-Strauss, l’ethnographie est une
démarche : description fine, inventaires,
classifications…
Anthropologie
Du XIX à la première moitié du Xxème siècle :
L’anthropologie était une branche de l’histoire naturelle
(anthropologie physique), à vocation biologique..
Avec Lévi Strauss, l’anthropologie se définit
comme la science de tous phénomènes
humains présents ET passés. Sa vocation est
universelle ; elle propose des Lois générales
d’organisation de l’homme en société.
Grande Bretagne et USA
Le terme Ethnology : peu employé ; en
général associé à l’étude historique des
civilisations. C’est la même chose aux EtatsUnis..
On privilégie le terme Anthropology pour
décrire l’homme : c’est La science de l’homme
dans sa diversité (biologique, sociale,
psychologique..).
Grande Bretagne et USA
Le terme Anthropology recouvre donc
toutes les disciplines qui explorent le passé
et le présent de l’évolution de l’homme :
sciences
naturelles,
archéologie,
linguistique, ethnologie...
On établit toutefois une différence entre
Anthropologie sociale et Anthropologie
culturelle : la seconde est déterminante
dans l’histoire de la discipline en Occident
(étude des Indiens au Xxème siècle).
L’anthropologie sociale
Etude des sociétés en tant qu’entités, où l’on
aborde à la fois l’écologie, l’économie, les
institutions politiques et juridiques, les structures
familiales, les systèmes de parenté, les
religions, les techniques, les arts, etc...comme
parties intégrantes de systèmes sociaux (Evans
Pritchard, Anthropologie sociale)
où l’on considère que tous ces aspects de la vie
humaine sont étroitement interdépendants,
L’anthropologie culturelle
C’est l’étude des cultures
C’est à dire les oeuvres de l’homme, ses
systèmes de communication symbolique,
ses techniques, ses arts, mais aussi ses
organisations sociales, le fonctionnement
de ses institutions comme cadres ou
« structures » de production de ces
œuvres..
Lévi Strauss qui dans les années 50 va
reprendre le terme Anthropologie y adjoindra
très vite le terme « structurale » pour bien
marquer l’orientation théorique qui est la sienne
(par rapport aux anglo-saxons)...
Peu à peu, les auteurs anglo-saxons font
converger ces deux domaines (social/culturel)
partageant en fait une même vocation :
produire des études comparées de l’homme
en société dans sa dynamique historique.
Convergences actuelles :
L’anthropologie n’est limitée ni par le temps
ni par les lieux, son investigation s’étend au
monde entier.
Elle étudie donc l’homme à travers son
physique, ses sociétés, sa production,
ses modes de communication, ses
langues et ses cultures.
Sa démarche est spécifique….
Anthropologie et sociologie :
La démarche de recherche différencie
les deux disciplines :
L’anthropologie implique la
compréhension d’une culture
étrangère..
Cela nécessité de vivre les sociétés de
l’intérieur, d’en connaître la langue,
comprendre les comportements, les
institutions, les valeurs, auxquels il faut
donner un sens, une signification…
L’enquête de terrain, sur longue durée, est
désormais la caractéristique essentielle de
l’anthropologie : celle-ci constitue selon
Copans (1996) « l’approche la plus totalisante
et la plus engagée personnellement, de
production des connaissances ».
L’histoire de l’anthropologie montre avant tout
l’histoire d’une démarche, d’une relation et
d’une méthode : l’observation participante
symbolise la nature même de la discipline.
C’est un aller-retour permanent entre deux
mondes (Copans, 1996).
Finalité de l’anthropologie
L’anthropologie c’est le regard porté sur
l’autre, le désir de connaître les différents
peuples ..
C’est permettre de modifier par un acte de
compréhension, le regard que l’on porte sur l’autre,
regard qui est souvent façonné par des préjugés
anciens ..
comprendre l’autre c’est en donner le point
de vue et non l’évaluer
« Participant du changement même des
sociétés et des cultures, l’ethnologie et
l’anthropologie témoignent, prouvent et
traduisent. La différence s’élabore dans le
texte que rédige le chercheur dans sa propre
langue » (Copans, 1996).
Si la tendance n’est plus à la recherche de lois
naturelles immuables qui caractériseraient
ces sociétés dites traditionnelles et perçues
comme stables, l’anthropologie s’est
désormais et logiquement orientée vers
l’étude du changement, des dynamismes
sociaux, des conflits
Cette discipline a toujours fait appel à d’autres
sciences jusqu’à parfois former des écoles de
pensée inspirées de modèles scientifiques non
anthropologiques
cette ouverture aux sciences voisines
doit être aussi considérée comme un
facteur favorable à la pluridisciplinarité,
dans un monde scientifique de plus en
plus cloisonné par ses différentes
spécialisations
Conclusion
L’histoire des disciplines centrées sur
l’homme met aujourd’hui en évidence :
Un champ disciplinaire avant tout
défini par une démarche spécifique
pour étudier les rapports entre
différents aspects de la vie humaine.
Mais comment donner du sens à ces faits et
rapports observés dans d’autres cultures,
façonnés par d’autres systèmes de pensée
que le nôtre ?

similar documents