David_DKCP - Lamsade - Université Paris Dauphine

Report
Apports des théories et méthodes de la conception
innovante aux politiques publiques
Analyse à travers le cas du projet ANR "Lien social, habitat et situations
de fragilité dans la ville innovante de 2030"
Conception innovante des politiques publiques
26 juin 2013
Albert David
Professeur de management de l’innovation
Université Paris-Dauphine
•
Le projet ANR "Lien social, habitat et situations de fragilité dans la ville
innovante de 2030 » (LISOHASIF)
•
C/K : une modélisation du raisonnement de conception
•
Ateliers DKCP : une application de la théorie C/K
•
L’organisation du projet LISOHASIF : les phases D, K, C et P
•
Politiques publiques innovantes, fabrique innovante des politiques publiques
•
Le projet ANR "Lien social, habitat et situations de fragilité dans la ville
innovante de 2030 » (LISOHASIF)
•
C/K : une modélisation du raisonnement de conception
•
Ateliers DKCP : une application de la théorie C/K
•
L’organisation du projet LISOHASIF : les phases D, K, C et P
•
Politiques publiques innovantes, fabrique innovante des politiques publiques
Augmenter la
puissance
d’aspiration au
fur et à mesure
« Concevoir un aspirateur qui ne
perde pas de puissance
au fur et à mesure que le sac se
remplit »
Faire des grands
sacs qu’on
change très
souvent
« Concevoir un aspirateur sans sac »
Aspirateur classique
dont j’enlève le sac
Aspirateur dont
le filtre ne soit
pas un sac
Aspirateur dont le système
de séparation air-poussière
ne soit pas un filtre
le cyclone
…
…
Pare-brise classique…mais de plus en plus sophistiqué
Une propriété d’un nouveau genre : athermique
D’autres propriétés du même genre : électrochrome, hydrophobe, anti-bruit,
récepteur/émetteur d’informations, …
« Nous ne faisons plus des pare-brise : nous faisons des interfaces
isolantes communicantes
…« plateformes d’Innovation ouverte »
?
Il fallait « sortir du cadre » !
C-K
Un guide et une méthode interprétative
Rule-based design
Innovative design
Expansions in C and
K are limited
Expansions are
important in C and K
C-K expansions : type 1
Concept
C-K expansions : type 2
Knowledge
Concept
Knowledge
Old K
Old K
New K
New K
EURAM05 hatchuel/Lev ent
Evaluation criteria:
Quality, Cost, Delay
18
EURAM05 hatchuel/Lev ent
19
Evaluation criteria: Variety, Value,
Intro / 9
Originality, Robustness
Copyright STS Associés
•
Le projet ANR "Lien social, habitat et situations de fragilité dans la ville
innovante de 2030 » (LISOHASIF)
•
C/K : une modélisation du raisonnement de conception
•
Ateliers DKCP : une application de la théorie C/K
•
L’organisation du projet LISOHASIF : les phases D, K, C et P
•
Politiques publiques innovantes, fabrique innovante des politiques publiques
Les ateliers DKCP®
Une application de la théorie C/K de la conception
Un dispositif progressivement mis au point, testé, étendu, professionnalisé grâce à
des recherches et applications collaboratives (RATP, Thalès, Vallourec, Turbomeca,
Merck Millipore, ANR, RFF, SAFRAN …)
Principe :
Une phase D de définition du thème d’innovation
Une phase K de mutualisation intensive des connaissances
Une phase C : détermination de concepts déclencheurs (projecteurs conceptuels)
puis atelier de conception proprement dit
Une phase P : transformer les concepts et connaissances produits en propositions
de divers types.
DKCP® : Le processus
Concept
Define
• Formuler les « concepts projecteurs »
•Cadrer l’action : enjeux, ressources, calendrier, ….
•Préciser le « champ d’innovation initial / concept initial C0 »
•Identifier les « poches de connaissances » initiales à explorer,
•Organiser le pilotage stratégique et opérationnel
K1
K2
• Séminaire C : Explorer à partir des
concepts projecteurs
Kn
D
C
• Mobiliser les connaissances existantes
• Acquérir des connaissances nouvelles
• Mutualiser les connaissances
P
• Élaborer une stratégie de
conception
Proposals
Knowledge
3 à 6 mois – 30 à 60 participants
« Régulation et circulation des trains 2030 »
Demande
initiale
– Quel paysage ferroviaire et quelles externalités du réseau ferré
français?
• Quels nouveaux services à fournir aux entreprises
ferroviaires ?
• Quelle régulation ?
• Quelles places pour les nouvelles technologies
(information,..) ?
– Quelle organisation et quelles missions pour les agents des CCR
• Maintien des fonctions historiques (AC et AR) ?
• Evolution des fonctions
• Capacité à traiter le flux d’informations et à remplir les
missions
C
D
D
K
K
Génération c1….cn
La régulation négociée
La régulation ouverte
Le train collecteur de données
La régulation par les conducteurs
Le repérage des trains en temps réel
La régulation sans sillon
La régulation par les gares, régulation sans centre
Les optimisations sophistiquées
La régulation a-localisée
Les nouvelles cartographies
Le réseau étanche
Les sillons simultanés
Le centre de régulation prestataire (de services)
La régulation seamless (sans coutures)
La régulation qui supprime les arrêts inutiles en pleine voie
en cas d’incident
L’incident sans impact
Le train 100 % garanti sans problèmes
Le centre de régulation embarqué
Réseau « affordant »
Réseau banalisé (tout conducteur peut y conduire un train,
même sans préparation)
La géolocalisation universelle (on sait toujours où est tout)
« my sillon » (par analogie : my SAP, etc.)
Les yeux et les oreilles du régulateur
La régulation à domicile (les régulateurs sont chez eux)
Le centre de régulation « cluster »
Sélection et
exploration des C0 à
haut potentiel
La régulation négociée
et ouverte
La régulation
embarquée
Le centre de régulation
prestataire de services
La régulation négociée
et ouverte
C
K
La régulation négociée
et ouverte
entre
régulateurs
entre
régulateur(s)
et EF(s)
entre
régulateur(s)
et clients
finaux
entre régulateur(s)
et clients,
fournisseurs et
partenaires
extérieurs à la
régulation
K sur nature et
rôles des
parties
prenantes
K sur clients finaux
(particuliers,
groupements,
entreprises…)
K sur intermédiation
(mandataires, entremetteurs,
agrégateurs, infomédiaires…)
K sur apports
d’informations
par le client final
La régulation négociée
et ouverte (suite)
C
K
La régulation négociée
et ouverte
entre régulateur(s)
et clients,
fournisseurs et
partenaires
extérieurs à la
régulation
en changeant
le business
model
sans changer
le business
model
K sur clients finaux
(particuliers, groupements,
entreprises…)
K sur intermédiation
(mandataires, entremetteurs,
agrégateurs,
infomédiaires…)
K sur apports
d’informations
par le client final
K sur Situation actuelle :
EF (demande de sillons) ----> RFF (attribution
des sillons) ----> EF
K sur business models en général (marchés
bifaces, freemium, plateforme, etc.)
Situation future possible :
Clients (demande de transport) ----> RFF
(transmission des demandes) ---->
EF(propositions) ------> RFF (sélection des
propositions) ----> clients
« courtier en EF »
Marketing de la relation client
Négociations à critères multiples
Optimisations sophistiquées
Concertations y compris en régime non dégradé
Interventions du client final dans la régulation en
temps réel ou légèrement différé
•
Le projet ANR "Lien social, habitat et situations de fragilité dans la ville
innovante de 2030 » (LISOHASIF)
•
C/K : une modélisation du raisonnement de conception
•
Ateliers DKCP : une application de la théorie C/K
•
L’organisation du projet LISOHASIF : les phases D, K, C et P
•
Politiques publiques innovantes, fabrique innovante des politiques publiques
Projet financé par l’ANR – Agence Nationale pour la Recherche
LIen SOcial, HAbitat et SItuations de Fragilité dans la ville innovante de 2030
Séance 1
08h45 accueil café
09h00
Introduction présentation du projet LISOHASIF par Albert David
09h30‐10h45 La fragilité au Moyen âge
Diane Chamboduc, ancienne élève de l’École Normale Supérieure, agrégée d’histoire.
Aurélie Houdebert, agrégée de Lettres modernes.
Cécile Troadec, ancienne élève de l’École Normale Supérieure, agrégée d’histoire.
Résumé
10h45‐11h
pause
11h ‐12h15
Le concept de fragilité … à manier avec précaution
Bernard Ennuyer, Ancien directeur d’un service d’aide à domicile, sociologue, HDR, chercheur associé à l’Université Paris Descartes
A partir du milieu des années 1990, la notion de fragilité vient remplacer progressivement la notion de dépendance, mais elle reste la chasse
gardée des médecins : la fragilité est un moyen terme instable, entre bonne santé et maladie et désigne un équilibre homéostatique
menacé par n’importe quel évènement de vie. La fragilité est un concept multi dimensionnel avec une interaction de facteurs physique,
neuropsychologiques, sociaux et environnementaux. La fragilité apparait comme une notion dynamique et évolutive qui devrait prendre en
compte le contexte particulier de chaque individu. D’innombrables approches sont possibles, physiologique, médicale, fonctionnelle,
biologique, dynamique, socio environnementale, psychodynamique…..En clair la fragilité est un processus mouvant, qui possède une
dimension subjective irréductible, d’où la difficulté à la définir et à l’objectiver, donc la difficulté à l’opérationnaliser dans un dispositif
d’action sociale…
12h15 ‐ 14h
Déjeuner
14h‐15h15
Fragilité ou vulnérabilités ?
Nathalie Frascaria, directrice‐adjointe du laboratoire Écologie, Systématique et Évolution‐ESE (Université Paris‐Sud 11, AgroParistech, CNRS).
Professeur AgroParisTech.
La science de l'écologie n'a pas de définition précise et acceptée de la fragilité de l'écosystème. Les écologistes utilisent «fragilité» pour
désigner un «système à risque», où la notion de «risque» est liée à des concepts écologiques de la stabilité, l'instabilité et la vulnérabilité.
Pour les écologues, la fragilité est liée aux faiblesses intrinsèques des individus (santé des individus) et est rarement mesurée. La
vulnérabilité, par contre, notion plus globale, qui est l’analyse des faiblesses des individus au regard de leur mode de relation à
l’environnement est largement utilisée par les écologues.
Différentes acceptions de la vulnérabilité, pour les écologues, seront présentées, amenant notamment à aborder les notions de résilience et
de stabilité.
15h15 ‐16h15 La fragilité des matériaux et les différentes formes de rupture
Elie Favier – Maître de conférence en mécanique des solides (laboratoire MSME, UMR CNRS)
La fragilité est explorée du point de vue de la mécanique de la rupture. Ce sera l’occasion, à travers une description de la typologie de cette
thématique, d’examiner le sens que donne la Mécanique à des concepts dont nous partageons le nom.
16h15 – 17h
Synthèse et prochaines étapes
Mardi 28 Mai 2013
Université Paris Dauphine
Salle A 709
FRAGILITE, CONCEPTS ET
SITUATIONS
Le projet "Lien social, habitat et situations de fragilité dans la ville
innovante de 2030" (LISOHASIF), soutenu par l'Agence Nationale de
la Recherche, a démarré en mars 2013. Il réuni trois laboratoires
universitaires (Dauphine Recherches en Management, le NIMEC de
l'Université de Rouen et l'IRG de l'Université Paris‐Est) ainsi que l'IMRI
de la Fondation Dauphine et la mutuelle d'assurance Réunica.
En remontant aux fondamentaux (le lien social, la ville), en nous
projetant en 2030 dans un univers urbain que l'on voudrait innovant,
et en utilisant des méthodes inspirées des théories et des pratiques
contemporaines de la conception innovante (théorie C/K et ateliers
DKCP), nous allons à la fois contribuer à renouveler la façon de poser
la question des liens entre habitat et situations de fragilité et tenter
de concevoir des services et, plus largement, des façons de vivre
ensemble, qui soient innovants.
La première d'une série de quatre séances dites de "mutualisation des
expertises" sera consacrée au concept de fragilité.
Contact – inscriptions : [email protected]
•
Le projet ANR "Lien social, habitat et situations de fragilité dans la ville
innovante de 2030 » (LISOHASIF)
•
C/K : une modélisation du raisonnement de conception
•
Ateliers DKCP : une application de la théorie C/K
•
L’organisation du projet LISOHASIF : les phases D, K, C et P
•
Politiques publiques innovantes, fabrique innovante des politiques
publiques ?

similar documents