Amélioration de la productivité et de la résilience des

Report
Des systèmes agro-sylvo-pastotaux pour
nourrir l’Afrique de l’Ouest et du Centre
Amélioration de la productivité et de la résilience
des systèmes agro-sylvo-pastoraux
Plan de l’exposé
• Insécurité alimentaire en A0C : De la nécessité
d’avoir des systèmes ASP plus productifs et
résilients.
• Actions/Acteurs. Qui a fait quoi?
• Pour quels résultats ? et pourquoi?
• Conclusion
Insécurité alimentaire et nutritionnelle
Situation de 2012
Quelques indicateurs
•
•
•
•
•
Pays sahéliens : 23% de la population
régionale
+40 % des cas de malnutrition
chronique, FAO
Crises alimentaires et nutritionnelles
successives (2005, 2010, 2012) en 10
ans
Taux de malnutrition aiguë globale
(MAG) surpasse le seuil critique de 10%
depuis le début du siècle.
Des pays non sahéliens (Togo, Guinée,
Sierra Léone et Libéria) : de + en + face à
des problèmes d’insécurité alimentaire
et nutritionnelle.
Facteurs clés multiples et complexes
Causes conjoncturelles
•
•
•
•
•
•
•
•
Mauvaise récoltes en 2011 (pluies irrégulières
et insuffisantes et attaques parasitaires
Déficit fourrager et en eau/ dégradation du
couvert végétal
Hausse inhabituelle et importante des prix
des céréales
Séquelles de la crise de alimentaire de 2010
Détérioration des moyens d’existence des
plus pauvres et affaiblissement de leur
résilience
Insécurité, instabilité politique et conflits
dans la région
Perte de transferts de fonds des migrants
(crise libyenne)
Conflit armé au Nord Mali
Causes structurelles
•
•
•
•
•
•
•
Taux de pauvreté élevé (manque d’accès aux
services de bases : éducation, sante et eau)
Taux élevé de malnutrition
L’explosion démographique, l’urbanisation et
la migration
La désertification et les changements
climatiques
La faiblesse des investissements dans les
filières agricoles (de la production à la
transformation et la commercialisation)
La faible diversification (agriculture, élevage,
pêche, forêts et gestion des terres et de l’eau)
Le fragilité des écosystèmes avec
l’appauvrissement des sols, le déboisement,
le déclin de la biodiversité et le manque d’eau
Sécurité alimentaire
• Corollaire de l’insécurité alimentaire
• L’accès de tous, en tout temps, aux aliments
nécessaires pour mener une vie saine » (Conférence
internationale de la nutrition)
• 3 objectifs de bases
– Garantir des approvisionnements sûrs et
nutritionnellement adéquats (disponibilité, qualité)
– Optimiser la stabilité du flux des approvisionnements
(durabilité)
– Assurer à chaque ménage les moyens matériels,
sociaux et économiques de se nourrir correctement (
accessibilité)
vers une souveraineté alimentaire ?
• Le concept de la souveraineté alimentaire prévoit par ailleurs :
– • le droit d’accès des producteurs aux moyens de production (terre, eau,
intrants agricoles, finance) et implique une répartition équitable des
moyens de production entre les producteurs ;
– • la possibilité de réglementer voire de protéger la production et le
commerce, notamment dans des filières sensibles, afin qu’ils répondent au
mieux aux exigences de développement des pays et qu’ils respectent
l’environnement naturel ;
– • le droit à une alimentation de qualité, culturellement appropriée et
priorisant les productions locales.
•
Ainsi le concept de la souveraineté alimentaire permet de défendre le droit de
favoriser et de soutenir l’agriculture familiale durable, de préserver les
ressources naturelles, la santé des consommateurs, la biodiversité, l’emploi
agricole en nombre suffisant et dignement rémunéré.
Des défis majeurs à surmonter
Assurer la disponibilité des aliments à l’ensemble des ménages AOC
dans un contexte de forte croissance démographique couplée aux chocs
climatiques
Faciliter l’accessibilité aux aliments pour les ménages les plus
vulnérables tout en améliorant leurs capacités de résilience face aux
crises
Lutter contre la pauvreté
Nécessité d’avoir des politiques, des stratégies, aux niveaux
régional, national et local pour promouvoir des
technologies et innovations
1. Améliorer la productivité des système de
productions
2. Améliorer leur résilience face aux chocs
Intensification durable en AOC
Qu’est-ce que la résilience ?
• Capacité d’une personne physique, un ménage, une communauté,
un système de production, un pays et une région
– à résister,
– à s’adapter et
– à se remettre rapidement
à la suite de tensions et de chocs tels que :
. Sécheresses, Inondations, attaques acridiennes
. Violences,
. Conflits ou encore
. Catastrophes naturelles.
Qu’est-ce que la résilience ?
• Plusieurs dimensions de la résilience
• 1. une résilience « écologique » avec des systèmes ASP
–
- économes en ressources et notamment en eau,
–
–
–
–
–
- robustes, dont le niveau de production est moins sensible aux aléas (espèces
ou races/variétés robustes),
- durables contribuant à renforcer le pouvoir tampon du milieu (sols riches en
matière organique, maintien de la biodiversité, maintien ou réintroduction
de l’arbre dans les systèmes de production).
•
• 2. une résilience économique où la pérennité des exploitations est consolidée
•
•
par la valorisation optimale des produits, la diversité des productions et des activités, un faible
niveau d’endettement et l’existence de mécanismes de sauvegarde en cas d’accident,
climatique ou autre.
Des atouts et des opportunités agricoles (Cas du Niger)
Des atouts
•
•
•
•
D’importantes ressources en eau
renouvelables (36 Km3/an dont 1% d’utilisé)
Des ressources en terres irrigables ( Plus de
350000 Ha )
Potentiel animal (+ de 36 millions de têtes)
Filières aux avantages comparatifs réels
(oignon, poivron, niébé, bétail et viande)
Des opportunités
• D’importantes marges d’amélioration de
rendement des principales cultures vivrières
( céréales et légumineuses) ,
• Un haut potentiel de production animal
• Des pratiques réussies à mettre à l’échelle
• Des revenus provenant des ressources
minières et du pétrole
Plan de l’exposé
• Insécurité alimentaire en A0C : De la nécessité
d’avoir des systèmes ASP plus productifs et
résilients.
• Actions/Acteurs. Qui a fait quoi?
• Pour quels résultats ? et pourquoi?
• Conclusion
Actions en faveur de la productivité et la résilience
des systèmes de productions au Niger
• Initiatives et opérations des partenaires techniques et
financiers en matières d’adaptations aux changements
climatiques
• Programme pilote pour la résilience climatique (PPCR)
• Projet de développement de l’information et la prospective
climatique
• Projet de mobilisation et de valorisation des ressource en eau
(PROMOVARE)
• Projet d’actions communautaire pour la résilience climatique
(PACRC)
• Programme Nigéro-allemand de lutte contre la pauvreté (LUCOP)
• Autres projets passés ; PASP, PDRT, PGRN, PIK, ASAPI,PPODR,
PBVT, PSN, PDR/ADM etc….;
• Projets humanitaires : types « argent contre travail » ou
« Nourriture contre travail » dans le cadre des travaux de
récupération des terres
Actions en faveur de la productivité et la
résilience des systèmes de productions
• Au niveau africain et régional
• Plan de développement détaillé pour l’agriculture en Afrique
(PDDAA)
• Politique agricole commune de la CEDEAO (ECOWAP)
• Politique Agricole de l’UEMOA (PAU)
• Programmes régionaux d’investissement agricole et sécurité
alimentaire (PRIA)
• Recherche agricole intégré pour le développement (IAR4D)système d’Innovation du CORAF
Actions en faveur de la productivité et la
résilience des systèmes de productions
• Au Niveau national
• Programme d’actions national pour l’adaptation aux
changement climatique (PANA)
• Programmes nationaux d’investissement agricole et de
sécurité alimentaire (PNIA-SA)
• L’Initiative 3N : les Nigériens nourrissent le Nigériens en lieu
et place de la Stratégie de Développement Rural (SDR) et la
Haute Autorité à la Sécurité alimentaire (HASA)
Axe 5 : Création d’un environnement
Favorable, coordination, animation
Accroitre la résilience à long terme des populations nigériennes et assurer la
croissance agricole
Axe 1 : Accroissement et
diversification des
productions agro-sylvopastorales et halieutiques
Axe 2 : Approvisionnement
régulier des marchés ruraux
et urbains en produits
agricoles et agroalimentaires
Développement
agricole durable
Sécurité Alimentaire
et nutritionnelle
durable
Axe 3 : Prévention
et gestion des
crises alimentaires
et catastrophes
Axe 4 : Amélioration
de l’état
nutritionnel des
nigériens
Faire face efficacement aux situations d’urgence et de catastrophes
Plan d’investissement prioritaire 2012 -2015
Le PI-3N est composé de onze programmes d’investissements
prioritaires (PIP)
PIP 1 : Accroissement des productions sous
irrigation
PIP 2 : modernisation des systèmes de
production sous pluies
PIP 3 : Programme de sécurisation des systèmes
de production animale
PIP4 : Intensification des systèmes de
production animale à cycle long
PIP 5 : intensification des productions animales de cycle court
PIP 6 : gestion durable des terres et de la
biodiversité
PIP 7 : valorisation des produits forestiers
ligneux et non ligneux
PIP 8 : Transformation et commercialisation des
produits
PIP 9 : Amélioration de la résilience des
populations face aux crises alimentaires et
catastrophes
PIP 10 : amélioration de l’état nutritionnel des
nigériens
PIP11 : Renforcement des capacités pour la mise en œuvre de l’i3n
Actions en faveur de la productivité et la
résilience des systèmes de productions
• Stratégies et innovations paysannes d’adaptations
(Cas Aguié)
– Individuelles ou collectives
– Techniques ou socio-organisationnelles
– Agriculture, élevage, gestion des ressources naturelles
Quelques innovations techniques
Agriculture
Elevage
• Litière de détritus ménagers
• Parcage
• Valorisation des glumes et
glumelles du mil
• Paillage
• Compostage (urée, Super de Dan
Saga
• Régénération naturelle (RN) et
brachage
• Semis du Doumier
• Lutte contre le striga
• La culture du manioc
• La culrure du Cassia torra et
Moringa Oleifera
• Alimentation du animaux
(privatisation des aires de
pâturage, traitements du
fourrage, utilisation de farine
de gousse de P. africana et de
P.reticulata)
• Reproduction et la production
laitière
• Acquisition et la recomposition
du troupeaux
• etc
Quelques innovations socioorganisationnelles
•
•
•
•
•
•
•
•
Gestion commune des stocks vivriers
Gestion commune des ressources végétales
Instances de préventions des conflits
Organisations socioculturelles
Organisations à caractères économiques
Groupements de producteurs
Gestion collective de matériel agricole
Appui à l’élevage des petits ruminants
Exemples de technologies, pratiques et approches pour la mise en
place de moyens d'existence résilients (FAO, 2013)
Exemples de technologies, pratiques et approches pour la mise en
place de moyens d'existence résilients (FAO,2013)
Le système zaï
Association riz-poissons
L’association riz – poisson (Chine)
un plat d’argile chinois datant de la dynastie des Han il y a
2000 ans, montre des poissons nageant d’un étang vers une
rizière. L’association riz-poisson repose sur une symbiose
écologique: le poisson est une source de nourriture et fournit
des engrais au riz, régule les conditions microclimatiques et
mange les larves et les herbes dans les rizières inondées,
réduisant ainsi les coûts de main-d’œuvre liés à la
fertilisation et à la lutte contre les insectes.
Agroforesterie
Champs école
Plan de l’exposé
• Insécurité alimentaire en A0C : De la nécessité
d’avoir des systèmes ASP plus productifs et
résilients.
• Actions/Acteurs. Qui a fait quoi?
• Pour quels résultats ? et pourquoi?
• Conclusion
Constats
1. Qui pourrait imaginer la situation de 2012 et
avenir sans tous les efforts consentis ?
• « c’est bon mais ce
n’est pas arrivé »
2. L’insécurité alimentaire est même chronique
par endroit en AOC
Persistance du spectre de l’Insécurité alimentaire ?
• Les solutions techniques, même si elles apparaissent pertinentes, voire efficaces,
sont souvent limitées dans leurs effets du fait de l’échelle restreinte à laquelle
elles sont mises en œuvre : Difficulté de changement d’échelle ?
• L’identification des « bonnes pratiques » reproductibles et transposables, est
rendue difficile par la variété des contextes (milieu naturel et économique) et
l’interaction qui peut exister entre de nombreux facteurs qui évoluent en même
temps
• Facteurs de risque de vulnérabilité de systèmes de production de + en +
importants
–
–
–
–
–
–
–
–
–
1. Irrégularité des pluies ;
2. Sècheresses récurrentes et inondations localisées ;
3. Variabilité climatique, désertification et dégradation des sols ;
4. Système agro-pastoraux vulnérables aux aléas climatiques ;
5. Attaques acridiennes ;
6. Maladies et pestes végétales et animales transfrontalières ;
7. Dépendances à l´égard des marchés céréaliers internationaux ;
8. Variabilité des prix des denrées alimentaires de base ;
9. Instabilité politique et conflits.
Persistance du spectre de l’Insécurité alimentaire ?
• Les stratégies paysannes d’adaptations relèvent davantage
de la réaction aux changements que de la prévention du
risque. Comment prendre en compte cette dimension ?
• Le choix des systèmes très résilients et donc souvent peu
intensifs, peut compromettre leur compétitivité à court
terme (mais pas obligatoirement)
• Comment concilier « productivité et résilience » ?
• Est-ce une question d’approche? Mise en œuvre?
Les deux ?
• innover pour une intensification durale
Intensification durable ?
•
•
•
•
•
Lutter contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle
Contribue à la croissance agricole
Réduire la pauvreté
Créer des richesses
Protéger les ressources naturelles
• « Solution puissante : produire plus en utilisant plus
prudemment les intrants de manière durable tout en réduisant
les incidences néfastes sur l’l’environnement et en renforcent la
résilience, le capital naturel et le flux de services
environnementaux »
Modèle théorique de l’intensification durable
Juma C., Tabo R., WilsonK. et Conway,G., 2013
Comment innover pour une intensification durale ?
Juma C., Tabo R., WilsonK. et Conway,G., 2013
Innover en faveur d’avantages multiples
Juma C., Tabo R., WilsonK. et Conway,G., 2013
Modèle de Plateformes d’innovations
• Un modèle comparable, pour l’adoption et la diffusion
des technologies (CORAF)
• La Plateforme d’innovation comprend les parties
prenantes et/ou les collaborateurs des différents acteurs
sociaux et économiques et les institutions qui
gouvernent leurs comportements, tout en œuvrant pour
la réalisation d’un objectif commun (intensification
durale pour le cas précédent)
• La PI considère l’innovation comme étant un processus
systémique dynamique et reconnait que l’innovation
peut naître de plusieurs sources, des interactions
complexes et du flux d’informations
Interventions prioritaires pour gérer les risques et
augmenter la productivité
• 1. Mise à très grande échelle des investissements dans l'irrigation
• 2. Facilitation de l'adoption à grande échelle de pratiques de
gestion durable des terres et de l'eau (GDTE) dans l'agriculture
pluviale
• 3. Amélioration du développement et de la gestion du cheptel des
éleveurs
• 4. Accélération de l'adoption de technologies agricoles à l'épreuve
des changements climatiques : variétés de cultures résistantes à la
sécheresse
• 5. Amélioration des pratiques de gestion post-récolte et de l’accès
et intégration des marchés
• 6. Amélioration de la préparation aux situations d'urgence (SAP)
•
•
Harmonie avec les Axes de l3N
Conclusion : Assurer la sécurité alimentaire et
nutritionnelle de l’Afrique
• Indispensable d’innover en faveur de l’intensification durable.
• Besoins du concours :
1. d’un plus grand nombre de partenariats et d’organismes de
recherche ;
2. de marchés efficients et équitables ;
3. systèmes éducatifs capables de former les innovateurs africains de demain
4. d’intégrer les innovations des agriculteurs aux processus formels.
5. de nouvelles technologies pour relever les défis multiples qui se posent en
matière d’environnement et de sécurité alimentaire et nutritionnelle dans des
contextes extrêmement divers.
• Pour cela,
– nous devrons développer des cultures et des institutions
appropriées, propices à l’innovation.
– En retour, le soutien des autorités nous sera vital – afin de créer des
environnements favorables, incitant à innover en faveur de
l’intensification durable.
Merci pour votre aimable attention

similar documents