Nouvelle économie industrielle

Report
THEORIE DES
ORGANISATIONS ET
ECONOMIE INDUSTRIELLE
OBJECTIFS :
Prolonger le cours de 1ère année
« L'entreprise et le marché »;
Situer les paradigmes de l’économie
industrielle les uns par rapport aux autres;
Découvrir les débats théoriques sur la
nature de la firme;
S’interroger sur des problèmes actuels :
Les monopoles : abusifs? Justifiés?
Les délocalisations : comment les comprendre?
Etc.
Olivier Brossard, IEP, LEREPS-UT1
1
Retour sur les hypothèses du modèle
de concurrence pure et parfaite
o Pureté
•
•
•
Atomicité des offreurs et/ou demandeurs
Homogénéité des biens et services échangés
Libre entrée et libre sortie
o Perfection
•
•
Transparence des marchés
Fluidité des marchés : mobilité sans coût des facteurs,
des produits, des offreurs et des demandeurs
Olivier Brossard, IEP, LEREPS-UT1
2
Situer ce cours dans la dimension
des hypothèses:
• Hypothèses de CPP:
o Pureté
•
•
•
Atomicité des
offreurs/demandeurs
Homogénéité des B&S
Libre entrée et libre sortie
o Perfection
•
•
• Déviations étudiées dans le
cours « L'entreprise et le
marché »:
•
Non atomicité : monopole,
duopole, externalités
•
Non homogénéité :
différenciation, concurrence
monopolistique :
•
Non fluidité : différenciation
spatiale
Transparence des marchés
Fluidité : mobilité sans coût des
facteurs et des
offreurs/demandeurs Olivier Brossard, IEP, LEREPS-UT1
3
Nouvelles déviations que nous
allons étudier (1):
• Par rapport aux hypothèses de CPP
(Nouvelle économie industrielle):
Non fluidité (Entrée et/ou sortie non libres) :
théorie des barrières à l’entrée et analyse de la
contestabilité
Non atomicité, non liberté d’entrée :
concentration, collusion
Non transparence : théories de l’information
(agence, droits de propriété, contrats)
Non fluidité : coûts de transaction
Olivier Brossard, IEP, LEREPS-UT1
4
Nouvelles déviations
que nous allons étudier (2):
• Par rapport aux hypothèses ‘coeur’ :
• Hypothèses ‘coeur’ de la théorie néo-classique:
 Rationalité substantive
 Optimisation statique
 Comportements déterminent structures et performances
• Déviations :
 Rationalités limitées/procédurales (Simon)
 Apprentissage dynamique
 Dialectique structure/comportements/performances
 Prise en compte de l’histoire et de la variété des
comportements et des institutions
Olivier Brossard, IEP, LEREPS-UT1
5
Situer ce cours
Nouvelles
hypothèses
au sein d’un
paradigme
identique
Économie industrielle ‘néoclassique’ traditionnelle:
cf. cours 1ère année
« L’entreprise et le marché »
Économie industrielle néo-classique
renouvelée :
‘Nouvelle économie industrielle’
Remise en cause
méthodologique
Approches inductives :
-S/C/P
-Approches historiques
Approches hétérodoxes :
-Évolutionnisme
-Théorie de la régulation
-Théorie des compétences
-Conventions
Olivier Brossard, IEP, LEREPS-UT1
Double remise
en cause
6
Revoir le
cours
« L’entreprise
et le marché »
Les paradigmes de l’économie
industrielle
Approches ‘hétérodoxes’:
• Théorie des compétences
Monopoles, duopoles, oligopoles et • Approche évolutionniste
tarifications
• Approche
Différenciation
institutionalistes
Externalités, problèmes d’incitation
Nouvelle économie industrielle : • Approches
o
Marchés contestables
conventionalistes
o
Théorie des jeux
• Approches
o
Théories de l’information :
régulationistes
agence,
Approches néo-classiques :
•
Approches traditionnelles et
nouvelle économie industrielle:
•
-
o
droits de propriété,
contrats
Théorie des coûts de transaction
Olivier Brossard, IEP, LEREPS-UT1
7
PLAN du cours
INTRODUCTION
PARTIE I : Approches néoclassiques :
un renouvellement complet
I.1. Prolongements
I.2. Renouvellements
PARTIE II : Approches hétérodoxes
II.1. Le paradigme S/C/P
II.2. L’approche historique
II.3. L’analyse évolutioniste
Olivier Brossard, IEP, LEREPS-UT1
8
INTRODUCTION (1):
•
Qu’est-ce que l’économie industrielle?
1. Etude des comportements de production et de vente des
entreprises
2. Analyse de leur interaction concurrentielle

Dans cette optique, il s’agit d’une sous-branche de la
microéconomie
3. Analyse de la structure des branches et des secteurs
 Analyse de l’« industrie » : attention au contresens!
 Industrie ici : toute activité conduisant à la conception, la
fabrication et la vente de biens et services
4. Réflexion sur l’organisation interne de l’entreprise
(théorie des organisations)

Dans les optiques (3) et (4) il ne s’agit plus forcément d’une
approche micro-économique
Olivier Brossard, IEP, LEREPS-UT1
9
INTRODUCTION (2):
•
A quoi sert l’économie industrielle?
1. Régulation des marchés (problématique du
bien-être collectif) :
 Détection des pratiques anti-concurrentielles
 Analyse de leur coûts
 Choix des règles de tarification
2. Analyse et détermination de la stratégie des
firmes (Problématique du pouvoir de marché):
 Comprendre son environnement
 Choisir son positionnement concurrentiel
Olivier Brossard, IEP, LEREPS-UT1
10
INTRODUCTION(3):
•
Exemples de liens avec la stratégie:
1. Matrices SWOT (50s’, Harvard)
2. Matrices BCG (60/70s’, Boston)
 Parts de marché
 Taux de croissance de l’activité
3. Analyses de M. Porter dans les 80s’
 Positionnement concurrentiel : monopole, duopole,
etc.
 Avantages comparatifs : économies d’échelle,
différenciation, etc.
 Analyse des barrières à l’entrée et des menaces
d’entrée
Olivier Brossard, IEP, LEREPS-UT1
11
Origines de l’économie industrielle
•
Origines théoriques:
•
•
•
Condamnation du monopole par Aristote (384-322
AJC)
Discussion que l’on retrouve notamment chez les
auteurs scolastiques aux 12-13ème siècles
A. Smith, 1776:
•
•
•
•
Condamnation des interventions contre la
concurrence et des monopoles d’Etat
Analyse des bénéfices de la libre entrée
Ingénieurs économistes du 19ème siècle :
Cournot, Dupuit, Bertrand, Marshall
1940-50s’ : opposition Harvard (Mason, Bain,
Scherer, Shepherd)/Chicago (Posner, Stigler)
Olivier Brossard, IEP, LEREPS-UT1
12
L’apport fondamental d’A. Marshall
•
1879 : Economics of Industry, 1890 :
Principles of Economics, 1919 : Industry
and Trade :
Introduction des rendements croissants :
•
•
•
•
•
•
Au niveau de la firme : économies d’échelle
internes
Au niveau de l’industrie : économies d’échelle
externes
Oligopoles, monopsones
Discrimination
Notions de « marché pertinent » et de
« firme représentative »
Olivier Brossard, IEP, LEREPS-UT1
13
Origines de l’économie industrielle
•
•
•
•
•
Origines factuelles: la lutte contre les
pratiques anti-concurrentielles aux USA
Mouvement de concentration industrielle de la
fin du 19ème siècle :
Konzerns et Trusts (Rockfeller, Carnegie,
Morgan)
Ces firmes commencent à avoir un pouvoir de
marché très important qui inquiète les
consommateurs et les gouvernants aux USA
Elles entravent la ‘libre entreprise’
Olivier Brossard, IEP, LEREPS-UT1
14
Origines factuelles (1)
Le Sherman Act et les mésaventures de la
Standard Oil Company:
• Fondée par J.D. Rockfeller en 1865
• Raffinage et transport du pétrole par oléoducs
• Coûts fixes très importants => barrières à
l’entrée + économies d’échelle
• 1884 : la Standard Oil Company contrôle 84%
du marché grâce aussi à des pratiques déloyales
• 1890 : Sherman Act : première loi anti-trust
condamnant monopoles et ententes
Olivier Brossard, IEP, LEREPS-UT1
15
Origines factuelles (2)
•
1911 :
 dissolution de la Standard Oil : permettra la naissance
de Exon, Mobile, Chevron, Texaco
 Procès d’American Tobacco et de Du Pont de Nemours
•
•
1914 :
Clayton Act
 Interdiction des fusions conduisant à une baisse
significative de la concurrence
 Interdiction des discriminations de prix
•
Création de la Federal Trade Commission
(FTC)
Olivier Brossard, IEP, LEREPS-UT1
16
Origines factuelles (3)
•
A partir de 1929 :
 Accentuation des politiques anti-trust avec le ‘New
Deal’ de Roosevelt
 1936 : Robinson-Patman Act : protection des petits
commerçants contre les rabais excessifs obtenus par les
grands distributeurs
 1950 : Amendement Celler-Kefauver à la section 7 du
Clayton Act : interdiction d’acheter des actifs si cela
risque de réduire la concurrence
•
Mais parallèlement les méga-fusions ont
continué de se développer : verticales,
horizontales et, plus récemment, conglomérales
Olivier Brossard, IEP, LEREPS-UT1
17
La politique anti-trust aujourd’hui
•
Deux institutions de référence aux USA :
 La FTC
 La division anti-trust du ministère de la justice

•
Édite des « Merger guidelines » pour orienter les fusions
Exemples d’interventions célèbres :
 Poursuites de l’administration Carter contre IBM
 Démantèlement d’AT&T en 1984 (administration
Reagan)
 Microsoft plus récemment
 Voir aussi la description de la politique concurrentielle en
Europe dans Dang Nguyen (1995, pp. 22-28) et sur le site
de la Commission Européenne
Olivier Brossard, IEP, LEREPS-UT1
18
La politique anti-trust aujourd’hui
•
•
•
Pourtant, les méga-fusions ont continué de se
développer : verticales, horizontales et, plus
récemment, conglomérales
Les démocrates : influencés par la vision
structuraliste de l’école de Harvard : défendent
une position ‘dure’ à l’égard des monopoles
Les républicains : influencés par l’école de
Chicago, défendent une position plus ouverte à la
concentration : argument de la contestabilité
 Difficultés de mesure du pouvoir de marché : taille?
PdM (Mais problème dit « du marché de référence ») ?
Marges?
 Argument de l’efficacité interne contre celui du surplus
des consommateurs
Olivier Brossard, IEP, LEREPS-UT1
19

similar documents