Pose de Sonde et aspiration Gastrique

Report
Pose d’une sonde par voie nasale ou buccale dans
l’estomac en vue d’aspiration, de tubage, de lavage
ou d’alimentation gastrique.
Une sonde gastrique est un tube lubrifié souple
d’environ 70cm de longueur qui est glissé dans
l’œsophage par voie nasale ou buccale(le choix de la
voie d’introduction dépend de certains critères, dont
le confort du patient et la présence d’une intubation
endotrachéale) dont l’extrémité se situe au niveau
de l’estomac. De l’indication posée dépend le type
de sonde.
Les sondes de diamètre plus important sont utilisées
pour l’aspiration des sécrétions gastriques, les plus
fines pour l’alimentation.La sonde gastrique fait
l’objet d’une surveillance et d’un entretien régulier
 La
pose d’une sonde gastrique peut faire
l’objet d’une urgence, dans le cas d’une
intubation endotrachéale suite à un arrêt
cardio-respiratoire, dans le cas d’une fausse
route, d’une hématémèse…..
 ART.R.4311-7.-
l’infirmier est habilité à
pratiquer les actes suivant soit en application
d’une prescription médicale qui, sauf
urgence, est écrite, qualitative et
quantitative, datée et signée, soit en
application d’un protocole écrit, qualitatif et
quantitatif, préalablement établi, daté et
signé par le médecin.
 ART.R.4311-5.-le changement de la sonde est
un acte de soins infirmiers relevant du rôle
propre de l’infirmière.
 Mettre
en place une sonde gastrique dans le
respect des règles d’hygiène.
 Vérifier sa bonne mise en place et sa
perméabilité.
 Prévenir les réactions d’intolérance et les
traumatismes.
 Aspirations
des sécrétions gastriques: lorsque
l’estomac du patient doit rester exempt de
toute sécrétion( lors d’une intervention
chirurgicale sur le tube digestif, d’une
intubation endotrachéale, d’une
hématémèse…)
 Tubage gastrique: prélèvement de sécrétions
gastriques effectué le matin, afin d’analyser
les crachats ingérés pendant la nuit, pour
diagnostiquer une tuberculose par
exemple(le bk crachat).
 Lavage
gastrique: lors d’une hématémèse
abondante, suite à une rupture de varices
œsophagiennes par exemple, lors d’une
intoxication médicamenteuse….
 Alimentation entérale : lors d’une
intubation, lorsque la personne est dans
l’incapacité de se nourrir.
 Présence
d'une douleur intense lors de
l'introduction de la sonde.
 Lésion hémorragique et varices
œsophagiennes.








POUR LE SOIN DE L’ ASPIRATION GASTRIQUE
Anesthésique locale (selon protocole) en spray
Sonde gastrique dite « De Salem » de différents
diamètres de 14 à 22 gauges).
Flacon de lubrifiant en spray.
Sparadrap et ciseaux.
Matériel aspiration mural: prise de vide,
manomètre d’aspiration, réceptacle de sécurité,
réceptacle des sécrétions, les raccords
correspondants
Seringue de 50ml dont l’embout s’insère dans
celui de la sonde gastrique.
stéthoscope
Anesthésique local (selon protocole) en spray
 Sonde gastrique équipée d’un réceptacle et
d’un tube muni d’un embout se connectant à
l’aspiration.
 Flacon de lubrifiant en spray.
 Matériel aspiration mural: prise de vide,
manomètre d’aspiration, réceptacle de
sécurité, réceptacle des sécrétions, les
raccords correspondants
 Seringue de 50ml dont l’embout s’insère
dans celui de la sonde gastrique.







Anesthésique locale (selon protocole) en spray
Sonde gastrique de diamètre important.
Flacon de lubrifiant en spray.
Matériel aspiration mural: prise de vide,
manomètre d’aspiration, réceptacle de sécurité,
réceptacle des sécrétions, les raccords
correspondants
Seringue de 50ml dont l’embout s’insère dans
celui de la sonde gastrique.
Tulipe ( bocal se connectant à la sonde
permettant d’introduire de grandes quantités
d’eau dans l’estomac ).
Anesthésique local (selon protocole) en spray
 Sonde gastrique d’alimentation lestée (de
petit calibre) siliconée, avec un mandringuide.
 Sparadrap et ciseaux.
 Seringue de 50ml dont l’embout s’insère
dans celui de la sonde gastrique.
 poche d’alimentation (prescrit) et tubulure
adaptée.
 Stéthoscope.

 Compresses
non stériles.
 Gants non stériles.
 Prévenir
la personne, lui expliquer le
déroulement du soin, la rassurer.
L’examen est désagréable mais peu
douloureux, la personne doit rester
tranquille et calme. En fonction de sa
conscience et de ses capacités, il peut être
demandé au patient d’avaler sa salive au
moment du passage de la sonde dans le
pharynx.
 Même
en urgence, la personne doit être
tenue au courant des gestes réalisés.
 Installer la personne dans son lit en position
demi-assise (sauf au décours d’une
intubation où la personne est en décubitus
dorsal).
 Oter les prothèses dentaires.
Le matériel d’aspiration doit être prêt et vérifié
avant le début du soin. Dans certains services
(chirurgie gastrique, réa, soins intensifs) le
matériel d’aspiration est en place. Il est vérifié
régulièrement.
 Après s’être lavé les mains et avoir enfilé les
gants, lubrifier la sonde.
 Selon les protocoles, anesthésier la narine par
laquelle la sonde sera introduite.
 Le patient est prévenu des étapes du soin.
 La sonde est retirée sur PM. Prévenir le patient,
mettre une protection sous son menton, retirer
doucement la sonde. Réaliser un soin de bouche
ou de nez.

Mesurer la distance à l’aide de la sonde entre
l’aile du nez et à peu pres 10cm au dessus de
l’ombilic, prendre un repère (sur la sonde)
 Glisser la sonde par une narine horizontalement
le long du plancher nasal. Pour éviter que la
sonde ne s’enroule dans la bouche, faire un léger
mouvement de rotation à la sonde pour qu’elle
prenne appuie au fond du pharynx et se dirige
vers l’œsophage.
 Demander, si possible à la personne d’avaler et
lui faire pencher la tête en avant, ainsi, la sonde
devrait pénétrer dans l’œsophage et non dans la
trachée.
 Arrêter de glisser la sonde quand le repère
atteint le nez.

 Appliquer
un stéthoscope sur l’estomac et
injecter un peu d’air (avec la seringue dans
la sonde), écouter le bruit d’air confirmant
la présence de la sonde dans l’estomac.
 Fixer la sonde au nez avec le sparadrap.
 Mettre la sonde en aspiration.
Cette voie n’est choisie que dans le cas où le
patient est intubé et ventilé si la sonde
d’intubation est posée par voie buccale
également.
 La mesure de la sonde diffère, le repère est pris
depuis la bouche.
 La pose de la sonde est plus délicate, elle se fait
à l’aveugle sur une personne inconsciente. La
sonde d’intubation a tendance à diriger la sonde
gastrique vers la trachée. Il est plus facile de
demander au médecin de poser la sonde avec le
laryngoscope après l’intubation endotrachéale.

 Attention:
une radiographie thoracique
(validée par le médecin) est indispensable
pour vérifier la bonne position dans
l’estomac avant la pose de l’alimentation.
 Le
passage de la sonde gastrique dans la
bronche souche provoque une gène
respiratoire intense et une toux, il faut alors
immédiatement retirer la sonde
 Retrait accidentel de la sonde, nécessitant la
pose d’une nouvelle sonde
 Pose de la sonde d’alimentation dans une
bronche et passage de l’alimentation par
voie bronchique.
 Escarre de l’aile du nez.
 Bonne
mise en place de la sonde.
 Vérifier l’état cutané de la narine
 Vérifier la présence de troubles digestifs:
nausées, vomissements.
 Vérification de l’emplacement de la sonde
avant chaque utilisation: injection d’air et
auscultation de la région épigastrique,
mesure de la longueur externe de la sonde,
repérage de la marque sur la sonde à 2cm de
l’aile du nez.
Date et heure de la pose de la sonde gastrique,
du contrôle de sa bonne position (radiographie
sur prescription), de l’efficacité de la fixation.
 Nom et signature de l’IDE.
 Explications données au patient et à son
entourage: objectifs, utilité du soin,
préparation, déroulement, surveillance,
participation du patient.
 Indiquer: matériaux, charrière et longueur de la
sonde, longueur extériorisée de la sonde une fois
posée.
 Selon le but de la pose de la sonde: date, heure
du tubage, de la mise en route d’une aspiration,
d’un lavage d’estomac, administration de la
sonde entérale .

 Quantité
et couleur du liquide recueilli par
aspiration.
 Soin de nez, de bouche.
 Etat cutané au niveau du nez et de la
bouche.
 Tolérance du système mis en place.
 Changement de la fixation de la sonde.
 Retrait de la sonde.
 Informations transmises au médecin: nature,
heure et modalités de transmission, décisions
prises.
 Maurane
Duhin
 Mélanie Roussel
 Vincent Saul
 Betty Stankovic
 Dorothée Wioska

similar documents