Pauvreté en Belgique - présentation de l`annuaire 2012

Report
ARMOEDE IN
BELGIË.
JAARBOEK 2012
PAUVRETE EN
BELGIQUE.
ANNUAIRE 2012
Jan Vranken & Willy Lahaye
Anneline Geerts & Catherine Coppée
Universiteit Antwerpen & Université de Mons
Pourquoi un Annuaire fédéral?
• Pour soutenir la dynamique amorcée par la présidence belge pendant
l’année européenne, bien que la lutte contre la pauvreté occupe une
place centrale dans le récent accord de gouvernement.
• Pour fournir aux autorités fédérales un instrument leur permettant
d’évaluer et d’analyser la situation et les mesures en matière de
pauvreté et d’exclusion sociale.
• Pour maintenir la pauvreté au cœur de l’intérêt politique et public.
• Pour réunir, accroître et rendre accessibles les connaissances relatives
à la pauvreté et à l’exclusion sociale.
• Pour rassembler les personnes et les organisations qui se soucient de
la pauvreté et de l’exclusion sociale et qui ne se rencontrent jamais ou
rarement - notamment à cause des frontières linguistiques ou
institutionnelles qui limitent les possibilités et rendent la
communication difficile.
La pauvreté est un problème de
taille
• En 2010, 14,6% de la population belge vivait en dessous du seuil de
pauvreté européen.
• En Belgique, ce seuil s’élève à € 973 par mois pour une personne isolée
et à € 2.044 par mois pour un ménage composé de deux adultes et
deux enfants.
 Willy Lahaye vous en dit plus à ce propos
• Mais la pauvreté est plus qu’une question de revenu
– Pauvreté dans la vie quotidienne
– Privation matérielle (grave)
Pauvreté dans la vie quotidienne
• 31,9% des habitants aux revenus les plus faibles (quintile le plus
pauvre) souffrent d’une ou plusieurs maladies chroniques.
• 28,5% des habitants aux revenus les plus faibles (quintile le plus
pauvre) reportent leurs dépenses en soins de santé pour des raisons
financières.
• 32,3% des habitants aux revenus les plus faibles (quintile le plus
pauvre) ont des problèmes de santé dus à des conditions de travail
dangereuses ou difficiles.
• 17% des ménages vivant sous le seuil de pauvreté ne peuvent pas
suffisamment chauffer leur habitation.
Privation matérielle (grave)
• Privation matérielle : mauvais résultat dans trois des neuf items suivants
(Belgique 2009 : 11,6%)
–
–
–
–
–
–
–
–
–
Partir une semaine en vacances en dehors de chez soi;
Manger de la viande, du poisson ou un plat végétarien tous les deux jours;
Éviter les problèmes d’arriérés de paiement;
Être en mesure de chauffer convenablement son habitation;
Pouvoir faire face à des dépenses imprévues d’un montant mensuel
équivalent au seuil de risque de pauvreté de l’année précédente
Pouvoir s’acheter une télévision
Pouvoir s’acheter un téléphone fixe ou mobile
Pouvoir s’acheter une voiture personnelle
Pouvoir s’acheter une machine à laver.
• Privation matérielle grave : mauvais résultat dans quatre de ces items
(Belgique 2009 : 5,2%)
La pauvreté est …
“een netwerk van sociale uitsluitingen dat zich uitstrekt over
meerdere gebieden van het individuele en collectieve bestaan. Het
scheidt de (mensen in armoede) van de algemeen aanvaarde
leefpatronen van de samenleving. Deze kloof kunnen ze niet op eigen
kracht overbruggen.”
• “un réseau d’exclusions sociales couvrant divers domaines de
l’existence individuelle et collective. Il sépare les pauvres des modes
de vie généralement acceptés de la société. C’est un fossé que ces
personnes ne peuvent combler par leurs seuls moyens.”
(Vranken e.a., Pauvreté et exclusion sociale. Annuaire 1994-2011)
Nécessité d’une gouvernance
• La complexité de la problématique nécessite une harmonie organisée
entre: les acteurs, les domaines et les niveaux politiques.
• Domaines: emploi, logement, enseignement, santé, droit, culture, …
• Acteurs: autorités, ONG, organisations à but lucratif, …
– Participation des personnes vivant dans la pauvreté, par le biais de leurs
associations
– Mais leurs intérêts doivent également être défendus par d’autres acteurs
• Niveaux: multilevel governance.
• Le niveau fédéral doit se repositionner mais il joue un rôle important
– En raison des pouvoirs qui lui sont propres
– En tant que coordinateur et médiateur entre l’UE et les régions
• Besoin d’un plan politique cohérent et efficace à long terme qui
s’attaque (également) aux processus de production de la pauvreté.
L’édition 2012 comprend des contributions sur
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Le fossé entre les riches et les pauvres
La pauvreté chez les enfants
Les emplois précaires
La pauvreté et la vie urbaine,
Les CCT européennes
Les budgets de référence
Les allocations minimales de sécurité sociale
Les pensions
Les soins de santé
La pauvreté énergétique
L’accès aux services sociaux pour groupes cibles
Les services d’intérêt général
La partie thématique porte sur la stratégie d’inclusion active
La structure de notre présentation
• Trois enjeux majeurs
– Une vulnérabilité accrue
– Qu’en est-il de l’inclusion active?
– Des mesures structurelles pour des problèmes structurels
• Évolutions récentes en termes de faits, de recherches et de
politique
– Mesurer la pauvreté
• Pauvreté infantile
• Budgets de référence
– Garantir des moyens
• Revenus
• Énergie
– Offrir des services sociaux
• Accessibilité des services
• Services sociaux d’intérêt général
Pauvreté en Belgique
• Trois défis majeurs dans l’Annuaire
 La vulnérabilité accentuée des extrêmes
 Les ressources de l’inclusion active
 Des politiques structurelles pour des problèmes structurels
Pauvreté en Belgique
1. La vulnérabilité accentuée des extrêmes
14,6% population belge vit sous le seuil de pauvreté
Enfants (0-18 ans)
-
Risque de pauvreté: 18,5% (22% enfants 0-2 ans)
-
2007: 73,9% des enfants à risque de pauvreté l’étaient les trois années
précédentes (2004 – 2005 – 2006)
Effet intergénérationnel de pauvreté (pas une fatalité)
Pauvreté en Belgique
1. La vulnérabilité accentuée des extrêmes
14,6% population belge vit sous le seuil de pauvreté
Enfants (0-18 ans)
- Monoparentalité: - 15% versus 11% (UE)
- risque de pauvreté: 35,5%
- 3 enfants et plus: - 32% versus 21% (UE)
- risque de pauvreté: 16,5%
Effet familial de la pauvreté
Pauvreté en Belgique
1. La vulnérabilité accentuée des extrêmes
14,6% population belge vit sous le seuil de pauvreté
65 ans et plus
Risque de pauvreté: 19,4%
Taux plus élevé que dans les pays voisins … MAIS
avec des écarts plus faibles au seuil de risque
Rôle de l’aide sociale: assurer la GRAPA
Pauvreté en Belgique
2. Les ressources de l’inclusion active
4,5% des travailleurs à temps plein sont pauvres
MAIS
1/5 vivant en pauvreté, travaille
Augmentation de l’emploi précaire
Pauvreté en Belgique
2. Les ressources de l’inclusion active
IMPORTANCE DE L’INCLUSION ACTIVE
Ressources suffisantes
• 30,4 % des demandeurs d’emploi
sont à risque de pauvreté
Pauvreté en Belgique
2. Les ressources de l’inclusion active
IMPORTANCE DE L’INCLUSION ACTIVE
Marché de l’emploi inclusif
• 54,8% des demandeurs d’emploi le
sont depuis plus d’un an
• 20% des demandeurs d’emploi le
sont depuis 2 à 5 ans
Pauvreté en Belgique
2. Les ressources de l’inclusion active
IMPORTANCE DE L’INCLUSION ACTIVE
Services de qualité
• augmentation de 29% du nombre
de bénéficiaires du droit à
l’intégration sociale de 2003 à 2010
Pauvreté en Belgique
3. Des politiques structurelles pour des
problèmes structurels
POUR UNE POLITIQUE DURABLE
Santé et pauvreté
-
Les chiffres indiquent que santé et pauvreté sont corrélés
parmi les revenus les plus faibles (quintile 1):
30,8% ont une perception négative de leur santé
32% se plaignent de vivre des difficultés psychologiques
22,2% ont peu de relations sociales
effet structurel sur la santé
persistance de l’inégalité de santé
Pauvreté en Belgique
3. Des politiques structurelles pour des
problèmes structurels
POUR UNE POLITIQUE DURABLE
Politique des grandes villes
Projets d’action locale et durable dans les quartiers défavorisés.
Les défis:
- Familles monoparentales
- Participation des plus défavorisés
Renforcer la cohésion sociale
Pauvreté en Belgique
Développements récents: politiques,
recherches et faits
1. Mesurer la pauvreté et l’exclusion sociale
2. Garantir les ressources
3. Garantir l’intérêt général et l’accessibilité
Pauvreté en Belgique
1. Mesurer la pauvreté et l’exclusion sociale
Pauvreté infantile
- 70% des enfants pauvres vivent dans une famille
monoparentale ou dans une famille nombreuse (2 adultes et
3 enfants)
- 47% des enfants pauvres vivent avec des parents sans emploi
- 48% des enfants issus de familles migrantes vivent des
privations cumulées
Mesurer la famille ou le bien-être de l’enfant?
Pauvreté en Belgique
1. Mesurer la pauvreté et l’exclusion sociale
Pauvreté infantile
Recherches centrées sur les indicateurs qualitatifs:
- l’univers des objets
- l’univers scolaire
- l’univers des liens forts
- l’univers des liens de quartier
Mesurer le bien-être de l’enfant et son inclusion
Pauvreté en Belgique
1. Mesurer la pauvreté et l’exclusion sociale
Les budgets de référence
-
Idée originale du gouvernement belge
Biens et services dont on estime le coût
Aspects concrets (en référence aux experts du vécu)
Favorise les comparaisons européennes
Permet d’estimer plus concrètement les contextes de
pauvreté:
impact du logement selon la région,
taxes, frais enseignement, produits de soin
Pauvreté en Belgique
1. Mesurer la pauvreté et l’exclusion sociale
Les budgets de référence
DIFFICULTES:
- Quelle échelle géographique?
- Quelle composition minimale du panier?
- Quelle définition du minimum adéquat?
- Quels critères pour le coût?
- Quelle adaptation au fil du temps?
Danger de la normalisation
Pauvreté en Belgique
1. Mesurer la pauvreté et l’exclusion sociale
INTERÊT POUR LES AUTORITES PUBLIQUES
- Une politique de qualité requiert des instruments de mesure
- Des indicateurs qualitatifs permettent de mieux apprécier les
vécus de pauvreté
- L’évaluation est nécessaire pour une politique de multigouvernance
- L’évaluation exige la prise en compte de l’expertise de terrain
Garantir des moyens : revenus
• Ce n’est pas seulement l’ampleur de la pauvreté qui est importante
mais aussi la profondeur; c.-à-d. le degré d’éloignement du reste de la
population
• Exemple: une proportion élevée des 65+ est pauvre en Belgique mais
leur pauvreté n’est pas (encore) aussi profonde que dans d’autres pays
• Mécanismes:
– Indexation pour compenser les augmentations de prix
– Liaison au bien-être pour ne pas aggraver le décalage
• Mais: besoin d’un sérieux mouvement de rattrapage pour certaines
allocations sociales afin de les amener au niveau du seuil de pauvreté
– La plupart des minimas sociaux se situent encore en dessous du seuil de
pauvreté (2009); voir contribution Goedemé e.a.
• Problème structurel: l’impuissance économique et politique des
personnes victimes de pauvreté
– À résoudre car les personnes ayant du pouvoir agissent comme des
locomotives
Garantir des moyens : l’énergie
• Les problèmes d’énergie résultent de deux mécanismes à ne pas
confondre:
– Le gaspillage d’énergie, qui engendre des problèmes malgré un revenu
suffisant
– Un revenu trop faible pour satisfaire les besoins minimaux en énergie. Ces
ménages sont rarement des mauvais payeurs parce qu’ils cherchent
constamment à réduire leur consommation énergétique…
• Mais ce n’est pas seulement un problème de revenu: c’est bien plus
complexe que cela
– Conditions de logement (isolation, humidité, manque d’ensoleillement)
– Santé
– Les mesures écologiques sont souvent payées par les faibles revenus
(panneaux solaires)
• Tenir compte de tous les vecteurs d’énergie (bois, pellets)
• Définition trop vague des ‘clients protégés’
• Besoin de mesures préventives et structurelles (isolation, régulation
des prix)
Services sociaux: accessibilité
• Des actions positives et ciblées sont nécessaires
• Mais elles ont des effets pervers qui limitent l’accessibilité des services
et des programmes par stigmatisation et qui accentuent l’exclusion
• Il serait bénéfique pour tout le monde de favoriser l’accessibilité
universelle en supprimant toutes sortes de seuils
– Seuils financiers, physiques, organisationnels, sociaux, culturels
• Ce sont justement les mesures prises après coup qui pèsent lourd sur
le budget public et qui disloquent les organisations
– Elles passent à côté de la mission globale, intégrée et transversale propre
au développement durable.
– Besoin de mesures structurelles
Services sociaux d’intérêt général
•
•
•
•
•
•
•
Il s’agit entres autres de services axés sur la garde d’enfants, la réinsertion sur
le marché du travail, les soins de santé et les traitements de longue durée,
l’intégration, le logement social.
Ils jouent un rôle clé dans la protection sociale des citoyens européens.
Ils contribuent à améliorer la qualité de vie des gens, notamment des plus
vulnérables.
Mais ils sont marginalisés par la domination de la logique de marché en
Europe.
En conséquence de quoi les personnes en situation précaire n’auront bientôt
pratiquement plus aucune chance de recevoir une aide substantielle.
Seule une directive sectorielle pour les services sociaux d’intérêt général peut
préserver ce socle de protection sociale essentiel et ancrer les principes de
solidarité et d’universalité des services sociaux.
La Belgique peut et doit jouer un rôle moteur.
Mais…
Vous en apprendrez encore plus dans
Pauvreté en Belgique. Annuaire 2012

similar documents