CATARACTE

Report
Cataracte
Docteur GRIMALDI Sébastien
Assistant Spécialiste
Service d’Ophtalmologie
Centre Hospitalier de Gonesse
Généralités



Opacification de tout ou partie du cristallin.
Pathologie très fréquente : 450000 interventions
chirurgicales / an en France.
En augmentation constante du fait du vieillissement
de la population.
Symptômes
Constant : BAV progressive surtout en vision de loin
(forme nucléaire).
 Associés :
- myopisation d’indice (forme nucléaire).
- photophobie.
- halos.
- diplopie monoculaire.

Diagnostic
AV de loin et de près.
 Examen au biomicroscope avant et après dilatation.
 TO et FO pour éliminer autres causes.
 4 principaux types suivant localisation :
- nucléaire.
- sous-capsulaire postérieure.
- corticale.
- totale.

Cataracte nucléaire
Cataracte sous-capsulaire postérieure
Cataracte corticale
Cataracte totale = blanche
Évolution et complications
Stade mature évoluant vers cécité.
 Intumescence avec risque de fermeture de l’angle
iridocornéen.
 Morgagnienne puis hypermature avec complications :
- subluxation ou luxation du cristallin.
- glaucome phacolytique.
- uvéite phacoantigénique.

Cataracte morgagnienne
Luxation du cristallin
Étiologies
Sénile : plus fréquente, facteurs favorisants (UV,
médicaments, tabac, stress oxydatif, race et hérédité).
 Traumatique.
 Pathologies:
- ophtalmologiques : uvéites chroniques, glaucome aigu,
chirurgie endo-oculaire, décollement de rétine,
tumeurs intraoculaires.
- générales : métaboliques (diabète), chromosomiques
(Trisomie 21), iatrogènes (corticoïdes).
 Congénitales : surtout bilatérales, TORCH
(Toxoplasmose, oreillons, rubéole, CMV, herpès).

Cataracte congénitale
Traitement chirurgical
Indication : gène fonctionnelle, baisse AV autour de
5/10 due à la cataracte.
 Extraction du cristallin cataracté :
- Extra-capsulaire par phacoémulsification (référence)
ou manuelle.
- Intra-capsulaire (abandonnée).
 Correction de l’aphaquie :
- Implant souple intraoculaire.
- Lunettes.
- Lentilles.

Modalités opératoires
Type d’ anesthésie :
- locale avec ou sans sédation : péribulbaire (référence),
rétrobulbaire, sous-ténonienne, topique pure , topique
améliorée avec gel urétral ou Visthésia°.
- générale.
 Type d’hospitalisation:
- ambulatoire (recommandée).
- classique.
 Antibioprophylaxie : chez patients à risques par voie
générale ou intracamérulaire.

Bilan préopératoire




Fiche d’information de la SFO lue et signée.
Kératométrie et échobiométrie A : calcul de l’implant.
Échographie B si cataracte obturante et autres
explorations des voies visuelles si doute sur autre
cause de BAV.
Consultation d’anesthésie.
Préparation de l’opéré




Douche à la Bétadine Scrub° le jour de l’intervention.
Pose d’un comprimé dilatateur (Mydriasert°) dans le
cul-de-sac conjonctival.
Pré-badigeon infirmier cutané à la polyvidone iodée à
10% .
Deuxième badigeon chirurgical à la polyvidone iodée à
5% des paupières, de l’oeil et des culs de sac
conjonctivaux après pose d’un champ stérile.
Phacoémulsification : principe
Technique de référence.
 Fragmentation puis aspiration du cristallin sous
l’action d’une sonde aspirante vibrant à une fréquence
ultrasonique introduite dans l’oeil.
 Avantages :
- ouverture limitée du globe oculaire.
- récupération visuelle plus rapide.

Phacoémulsification : étape 1

Installation du patient, préparation de la table
d’instrumentation et mise au point du microscope.
Phacoémulsification : étape 2

Incision cornéenne tunellisée au couteau précalibré
(3.2mm) pour accéder à la chambre antérieure de
l’oeil.
Phacoémulsification : étape 3

Injection d’un produit viscoélastique afin de remplir la
chambre antérieure puis incision de service dans la
technique bimanuelle.
Phacoémulsification : étape 4

Capsulorhexis à l’aiguille complété à la pince afin
d’ouvrir la capsule antérieure et de rendre accessible le
noyau.
Phacoémulsification : étape 5

Hydrodissection en injectant du BSS sous la face
postérieure de la capsule antérieure afin de mobiliser
et faire tourner le noyau.
Phacoémulsification : étape 6

Traitement du noyau : nucléofracture en creusant 4
sillons perpendiculaires (ou croix) à l’aide de la sonde
à ultrasons en position 1.
Phacoémulsification : étape 7

Cracking en 4 quartiers ensuite émulsifiés par la
sonde à ultrasons en position 2.
Phacoémulsification : étape 8

Aspiration des masses à l’aide de la sonde d’irrigationaspiration.
Phacoémulsification : étape 9

Implantation : insertion d’un implant souple soit par
injecteur à l’aide d’une cartouche soit par pliage dans
le sac et aspiration du produit viscoélastique.
Phacoémulsification : étape 10

Fin de l’opération : vérification de l’étanchéité de
l’incision et si besoin suture cornéenne par un point
de monofilament 10.0.
Soins post-opératoires



Traitement local par antibio-corticoïdes pendant 1
mois et mydriatiques pendant 1 semaine.
Feuille d’information sur consignes et symptômes
d’alerte.
Consultation de contrôle le lendemain, au 8e jour et à
1 mois avec prescription définitive de la correction
optique.
Extraction extra-capsulaire manuelle


Inconvénients : large incision et temps de récupération
plus long.
Indiquée dans les limites de la phacoémulsification.
Complications précoces






Cornéennes : déchirure descemétique (0.5%), œdème
cornée (<1%), pertes cellulaires endothéliales (10%).
hémorragiques et iriennes.
Rupture capsulaire postérieure avec possible issue de
vitré et risque de luxation du noyau.
désinsertion zonulaire.
Hémorragie expulsive.
Endophtalmie : taux de 1 à 3/1000, hospitalisation,
injection intra-vitréenne d’antibiotiques.
Endophtalmie aigue post-opératoire
Complications tardives




Opacification capsulaire postérieure (10 à 50% après 5
ans).
Décompensation cornéenne (<1%).
Décollement de rétine (0.5 à 2 %).
Œdème maculaire ou syndrome d’Irvine-Gass.
Capsulotomie au laser ND-Yag

similar documents