Strangulation par pendaison

Report
Strangulation par
pendaison
Vocabulaire:
Pendaison: suspension du corps par le cou avec un lien attaché
à un point fixe. Effet de la gravité.
Strangulation: application d’une force perpendiculaire à l’axe
du cou avec compression des VAS et compression vasculaire;
pas d’effet de la gravité.
Suffocation: absence d ’entrée d’air dans les poumons de
manière brutale : occlusion nez-bouche, compression thorax
(incarcération, avalanche, déblaiement,…)
Mort par processus voisins mais mécanismes lésionnels différents
EPIDEMIOLOGIE
Chez l ’adulte
95 % sont volontaires
Pendaison 1° mode de suicide chez les 15-24 ans
BEH n°9/2000 - Institut de Veille Sanitaire - Les méthodes de suicide en
France :

pendaison ( 35 % )

arme à feu ( 32 % )

médicaments ( 14 % )
EPIDEMIOLOGIE
« pronostic outcome indicators following hanging
injuries » Resuscitation 54 (2002) 27-29 :
 42 victime de pendaison :
– 80 % hommes
– 80 % âge < 40 ans
– 50 % antécédents psychiatriques
– 40 % déjà une tentative de suicide
– 70 % association avec alcool et médicaments
EPIDEMIOLOGIE
Chez l ’enfant :
strangulation le plus souvent accidentelle
Dans le 1° âge :
– étranglement par : ceinture de fixation attachant l’enfant dans son
lit, jouets suspendus, cordon, chaînes autour du cou, barreaux du lit
– suspension par prise occipitomentonnière.
A un âge plus avancé :
– étranglement par : colliers, cordons de rideau
LES 3 SYNDROMES
Lésions par compression et traction au niveau du cou:
 cutané : sillon de pendaison
 VAS: lésions laryngo-trachéales
 vaisseaux du cou: ischémie artérielle
gêne au retour veineux
 rachis cervical
SYNDROME NEUROLOGIQUE
SYNDROME RESPIRATOIRE
SYNDROME NEUROVEGETATIF
PHYSIOPATHOLOGIE

Obstruction des voies aériennes
 complications respiratoires
 Ischémie cérébrale immédiate
 Lésions nerveuses périphériques,
vasculaires et cérébrales
Le syndrome respiratoire
Variable +++
Dyspnée laryngée, OAP, arrêt respiratoire, encéphalopathie postanoxique
Pharynx souvent obstrué par la base de la langue, refoulée par le
lien
25% des cas OAP de mécanisme mal connu: barotraumatisme sur
gasp à glotte fermée, HTAP, SDRA, histaminolibération ?
Obstruction des voies
aériennes

Obstruction du pharynx par la base de la
langue qui est refoulée par le lien.
 Œdème laryngé possible :
– en général non symptomatique
– stridor, dysphonie, dyspnée
– asphyxie extrêmement rare
Complications respiratoires

OAP neurogénique : « orage sympathique »
– sidération myocardique
– vasoconstriction intense avec élévation majeure de la
pression hydrostatique
– atteinte de la barrière alvéolo capillaire

OAP post obstructif :
– élévation de la pression négative intrapleural lors des
efforts inspiratoires sur obstruction des VAS.
– Augmentation du retour veineux avec élévation de la
préssion hydrostatique
Le syndrome neurologique
Compression du cou et des VAS
• souffrance cérébrale diffuse, secondaire à l’apparition rapide
d’un œdème d’origine anoxique aggravé par l ’hypercapnie,
acidose métabolique et respiratoire
• troubles de la conscience variables, convulsions, anomalies
pupillaires
Si lésion médullaire: mort immédiate, fracture de C2
Variabilité de l ’examen clinique à la phase initiale
Ischémie cérébrale immédiate
Compression expérimentale
2.5 kg  interruption des veines jugulaires
 5 kg  interruption des artères carotidiennes
 30 kg  interruption des artères vertébrales


Compression des deux bifurcations carotidiennes
par les deux ailes du cartilage thyroidien lors
d’une pression antéropostérieure
Ischémie cérébrale immédiate

Ischémie cérébrale peut être complète
d ’emblée : « tête blanche »

Elle peut être progressive avec hyperhémie
transitoire responsable d ’une cyanose de la
face: « tête bleue »
Ischémie cérébrale immédiate

Phase de compensation
– Vasodilatation réflexe
– Augmentation de l ’extraction de l ’O2

Phase anoxique
– arrêt de la transmission synaptique
– arrêt de l ’activité membranaire
– mort cellulaire

Phase post-anoxique
– formation de radicaux libres
– Perturbation micro-circulatoire ( reprise inhomogène du flux
sanguin, spasme artériolaire, déformabilité des GR altérée )
La durée de l ’anoxie est cruciale pour l ’étendue et la
réversibilité des lésions
Ischémie cérébrale immédiate
Œdème cérébral

Mécanique : occlusion de la circulation de retour
=> exsudation plasmatique (++ si persistance
circulation artérielle)
 Cytotoxique : anoxie cérébrale (altération des
pompes ioniques)
 Vasogénique : phénomènes de reperfusion et
altération de la membrane hémato-encéphalique
Lésions nerveuses périphériques
ou cérébrales
Lésions d ’étirement au niveau du plexus
brachial
 Lésions des nerfs récurrents et phréniques
 Hémorragies méningées
 Lésions ischémiques retardées décrites
secondaires dissections carotidiennes uni ou
bilatérales

Lésions osseuses

Rare mais doivent être recherchée
 Fracture du pendu ne se voit que dans les
pendaisons judiciaires
Au total





Le mécanisme à l ’origine de la mort est en
général une interruption de la circulation au
niveau des axes vasculaires du cou.
Les complications respiratoires sont fréquentes
origine neurogénique rare
OAP post-obstructif mécanisme le plus fréquent
lésions osseuses rares
Facteurs de gravité
Pendaison complète 70%: les pieds ne touchent pas le sol
lésions cervicales +++
Pendaison incomplète 30%: pieds ou bas du corps touchent le sol
chez l ’adulte 15kg de traction suffisent pour une occlusion totale
des vaisseaux du cou entraînant une PC
Efficacité +++
 Hauteur de la chute
hauteur → élongation de la moelle épinière et lésions cervicales
(pendaison judiciaire)
« haut et court » → décès de cause vasculaire et asphyxique
 Position du nœud
antérieur ou postérieur 75% : pendu blanc
compression symétrique, contre le plan vertébral
gravité +++
latéral 25% : pendu bleu
gêne au retour veineux avec préservation transitoire de la circulation
artérielle du côté du nœud
 Nature du lien
étroit : cordelette, fil de nylon
compressions graves, plaies, section du larynx
large : écharpe, foulard, drap
étalement de la zone de striction, baisse de la pression
Réponse clinique à la
strangulation



Phase initiale ( 1 à 2 mn ) : céphalées, bourdonnements
d ’oreille, sensations lumineuses diverses puis impression
de lourdeur des jambes précédent de peu la perte de
connaissance.
Phase convulsive : grimace puis mouvements
tonicocloniques qui partent de la face et s ’étendent ensuite
aux membres inférieurs.
Phase de mort apparente : immobilité puis apnée et enfin
arrêt cardiaque d ’origine anoxique.
Prise en charge initiale
Interrompre la suspension
Éviter tout nouveau traumatisme en
soutenant le corps ou en amortissant sa
chute après section du lien.
 Même coupé retirer le lien (garrot
veineux).
 Étendre la victime sur un plan dur.
 Respecter l’axe du rachis cervical.

Conduite à tenir
Dépendaison immédiate !!!!
Doit précéder l’alerte
couper le lien ou le desserrer puis le retirer
garder le nœud: intérêt médico-légal
soutenir le corps lors de la dépendaison
traumatisé du rachis cervical jusqu’à preuve du contraire: respect
de l’axe tête-cou-tronc, collier cervical de principe
si ACR : RCP
pas d’ACR: traitement symptomatique, cf. 3 syndromes
Prise en charge initiale
Patient en arrêt cardiorespiratoire
Prise en charge habituelle de l ’arrêt cardiaque
Pronostic très défavorable même si
récupération d ’une activité circulatoire
Attention aux problèmes médicaux légaux
Prise en charge initiale
Persistance d ’une ventilation et d ’une activité
cardiaque






Examen neurologique initiale n ’a que peu de valeur
pronostic.
Assurer une oxygénation cérébrale correcte
Intubation selon contexte, attention elle peut être difficile (
œdème laryngé ).
Maintient d ’une bonne pression de perfusion cérébrale
Lutte contre les autres facteurs d ’agression cérébrale
Collier cervical, VVP, Monitorage ...
Prise en charge hospitalière
Formes mineures
 hospitalisation 24 à 48 heures en unités de
soins intensifs
 surveillance clinique
 complications respiratoires
 complications neurologiques
 prise en charge psychiatrique
Prise en charge hospitalière
Formes graves
 hospitalisation en réanimation
 complications respiratoires
 complications neurologiques
– réanimation neurologique intensive
– monitorage de la PIC
– lutte contre les facteurs d agression cérébrale
Pronostic

90 % patients qui arrivent à l hôpital
survivent avec une faible incidence de
séquelles neurologiques.
 Lésions cervicales sont rares.
 Score de Glasgow et pupilles sont des
mauvais facteurs pronostics.
Certificat de décès

Le médecin doit avoir conscience que ce
n'est pas à lui qu'il revient de statuer sur la
cause suicidaire de la mort qu'il constate,
mais que c'est à la justice, et principalement
au procureur de la République, de le faire

Toute suspicion de suicide impose de cocher la
mention "obstacle médico-légal à l'inhumation".

L'indication d'obstacle médico-légal permet au
procureur de :
- diligenter une enquête de police ou de
gendarmerie pour réunir témoignages et indices
matériels venant compléter l'examen du médecin,
- décider d'examens médicaux complémentaires,
réalisés dans la plupart des cas par un médecin
légiste

similar documents