Lutte contre infections nosocomiales

Report
Moyens de lutte contre les
infections nosocomiales
Dr. C. DELMAS – sept. 2010
1
Mesures préventives

Elles concernent :

Malade





Préparation pré-opératoire (ATS - antiseptiques)
Soins, pansements
Isolement cutané, respiratoire
Prélèvement, portage, infection
Environnement




Stérilisation
Ménage, décontamination
Désinfection : surfaces, locaux, objets des malades,
instruments
Contrôles
2
Mesures préventives

Elles concernent :

Personnel





Hygiène personnelle
Tenue : coiffe, masque, gants, couvre chaussures
Protocoles pour prélèvement, soins aux malades
Lavage des mains (ATS)
Responsabilité formation
 Toutes les actions sont menées en même temps.
3
CLIN

CLIN : Comité de Lutte contre les
Infections Nosocomiales

Décret n° 88-657 du 6 mai 1988 pour
organiser la surveillance et la prévention des
infections nosocomiales.

Notes du CLIN






Protection du personnel
Techniques de soins et d’isolement
Produits et matériel
Nettoyage et désinfection des dispositifs médicaux
Environnement
Divers
4
Unités Opérationnelles en Hygiène

Médecins, infirmiers, hygiénistes

Mise en place des actions



Par des enquêtes de surveillance
Des recommandations de bonnes pratiques
La formation continue en hygiène pour les agents
hospitaliers
5
Environnement
Contrôles

Eau



Air




Eaux froides non traitées
Eaux spécifiques, traitées dans l’établissement
Contrôle dans les zones où il existe un traitement d’air
Contrôle particulaire
Contrôle d’aérobio-contamination
Surfaces

Prélèvements systématiques dans secteurs à risques

Germes totaux, absence de pathogénie
6
Personnel
Hygiène des mains
 Lavage des mains




Lavage simple
Lavage antiseptique
Lavage chirurgical
7
Mesures d’isolement septique en milieu
de soin

Ensemble de mesures concourant à la
réduction du risque de transmission
d’agents infectieux à un patient

Précautions standards
Mesures spécifiques dans le cadre des
isolements septiques

Mesures applicables




Patients
Environnement
Personnel
8
Antiseptiques
9
Historique

Leur usage remonte à la plus haute antiquité



Vin répandu sur les plaies
Essences naturelles
Récipients en argent et en cuivre
1750 : Pringle – terme antiseptique
1825 : Labarraque – solution hypochlorite de soude
1822-1895 :
Pasteur
Lister
1818-1856 : Semmelweiss
10
Antisepsie - définition

AFNOR
(Association
Française
de
Normalisation) : opération au résultat
momentané permettant au niveau des tissus
vivants, dans la limite de leur tolérance,
d’éliminer ou de tuer les microorganismes
et/ou d’inactiver les virus en fonction des
objectifs fixés.

Le résultat de cette opération est limitée aux
microorganismes et/ou aux virus présents au
moment de l’opération.
11
Asepsie = privé d’infection

Ensemble de mesures propres à empêcher
tout apport exogène de microorganismes.





Décontamination
Désinfection
Antisepsie
Stérilisation
moyens de
réaliser l’asepsie
Décontamination : acte obligatoire qui prépare
le nettoyage puis la désinfection ou la
stérilisation.
12
Désinfection

Même définition mais concerne les objets
servant au malade et son environnement :




Chimiomécanique
De contact
Permanente ou continue en présence humaine
Terminale hors présence humaine.
13
Antiseptiques et désinfectants

Leur classification repose sur leur structure
chimique. La distinction entre antiseptiques et
désinfectants est liée à la possibilité ou non
d’utilisation en usage externe in vivo.

Dans une même famille chimique peuvent
figurer des antiseptiques et des désinfectants.
Il peut même s’agir parfois des mêmes
produits employés à des concentrations
différentes dans ces deux utilisations.
14
Antiseptiques – principales utilisations










Lavage des mains, médical et chirurgical
Antisepsie de la peau avant injection, ponction ou biopsie
Antisepsie cutanée avant intervention chirurgicale
Antisepsie cutanée et muqueuse des plaies et lésions
infectées après nettoyage et détersion
Pansements
Toilette gynécologique
Soins de bouche
Soins de canule de trachéotomie
Lavage des malades grabataires
Un antiseptique est une formulation composée d’un ou
plusieurs principes actifs et d’un excipient généralement
complexe.
15
Mécanisme d’action des antiseptiques

Contrairement aux antibiotiques




Contre-indications


Action brutale
Peu ou pas spécifique
De durée limitée
Jamais en contact avec méninges, cerveau,
oreille moyenne
Toxicité



Irritation cutanée
Photosensibilisation de contact
Allergie
16
Résistance bactérienne à l’action des
antibiotiques
Résistance naturelle ou intrinsèque
 Résistance acquise


Exemples :



gène qac code pour la résistance aux ammoniums
quaternaires et à la chlorhexidine
gène mer code pour la résistance aux dérivés
mercuriels
Staphylococcus aureus peut posséder le gène qac
17
Normes AFNOR

Principes des normes AFNOR

L’étude de l’activité des antiseptiques a été
standardisée par l’Association Française de
Normalisation (AFNOR) depuis 1975.

Les normes AFNOR décrivent des méthodes
permettant d’évaluer la concentration
minimale du produit qui, dans des conditions
déterminées de température et de temps de
contact, provoque la réduction, dans des
proportions préalablement définies, d’une
population initiale microbienne.
18
Dakin stabilisé Cooper







Hypochlorite de sodium
Action rapide, bien tolérée par les tissus
Spectre d’activité très large
Contre-indications : celle des antiseptiques en
général
Incompatibilité : Bonne stabilité
Utilisation :


Antiseptique de la peau saine, des plaies, des
muqueuses
Irrigation des cavités utérines (gynécologie)
19
Bétadine








Polyvinyl pyrrolidone iodée
Action différée bien tolérée par les tissus
Spectre d’activité très large
Contre-indications : sujets allergiques à l’iode, enfant de
moins de 30 mois, grossesse (gynécologie), épreuve sur la
thyroïde)
Incompatibilité : Stabilité
Plusieurs présentations : rouge, jaune, verte, bleue
Utilisations :







Douche pré-opératoire
Préparation du champ opératoire
Mise en place de cathéters
Pansements
Soins canules de trachéotomie
Soins de bouche
Irrigation vaginale
20
Chlorhexidine







Action rapide, bien tolérée par les tissus
Spectre d’activité : essentiellement bactéries à Gram+ /
inactif sur les mycobactéries
Contre-indications : celle des antiseptiques en général
Incompatibilité : Stabilité
Plusieurs présentations : Hibisprint, Hibiscrub, Hibitane
champ, Hibitane 5 %, Hibitil
Utilisation :







Lavage antiseptique des mains
Mise en place de cathéters périphériques
Douche pré-opératoire
Pansements
Changement de canule
Désinfection du circuit d’aspiration trachéo-bronchique
Décontamination des couveuses en présence du bébé
21

similar documents