DMLA: quelles conséquences sur la conduite automobile?

Report
DMLA: quelles conséquences sur
la conduite automobile?
Dr X. ZANLONGHI
N. ROUSSEAU
A. MELUSSON
T. BIZEAU
Centre d’évaluation à la conduite, Nantes
Pôle Basse vision, Nantes
DMLA chez les plus de 75 ans et
conduite
• Conduire : la loi, les recommandations de
l’HAS
• La vision de la personne âgée
• La personne âgée et ses déplacements
• L’accidentologie de la personne âgée
• DMLA et conduite
– La littérature
– Notre expérience
– En pratique
Arrêté du 31 août 2010
• La Délégation interministérielle à la sécurité routière et la Direction
générale de la santé soulignent que les nouvelles normes médicales
favorisent la mobilité de ces personnes atteintes de ces pathologies, tout en
garantissant la sécurité de tous sur les routes. Elles tiennent compte de
l’évolution des connaissances scientifiques et des pratiques médicales de
traitement de ces affections.
• En matière de vision, les normes adoptées permettent une prise en compte
plus globale des fonctions visuelles. Refuser l’aptitude à la conduite sur
base d’un seul critère, sans tenir compte des autres, ne correspondrait
plus à la réalité d’aujourd’hui ; en effet, une faiblesse sur un point
précis, comme une acuité visuelle limite, peut souvent être compensée par
de bons résultats pour d’autres critères, comme le champ visuel, la vision
crépusculaire, la sensibilité à l’éblouissement et aux contrastes, par
exemple.
ACUITE VISUELLE Groupe léger 1 [permis A, B et E(B)]
- Incompatibilité si AV binoculaire < 0.5
CHAMP VISUEL BINOCULAIRE
Groupe léger 1 permis A, B et E(B)
- champ visuel binoculaire horizontal ne doit pas être inférieur à
120°
- champ visuel binoculaire horizontal doit s’étendre d’au moins
50° vers la gauche et la droite et de 20° vers le haut et le bas.
CHAMP VISUEL BINOCULAIRE
Groupe léger 1 [permis A, B et E(B)
champ visuel binoculaire horizontal doit s’étendre d’au moins 50° vers la gauche et la droite et
de 20° vers le haut et le bas
CHAMP VISUEL BINOCULAIRE
Groupe léger 1 [permis A, B et E(B)
champ visuel binoculaire horizontal doit s’étendre d’au moins 50° vers la gauche et la droite et
de 20° vers le haut et le bas
CHAMP VISUEL BINOCULAIRE
Groupe léger 1 [permis A, B et E(B)
Aucun défaut ne doit être présent dans un rayon de 20° par rapport à l’axe central.
50°
40°
50°
Esterman et le « Traffic perimetry algorithm »
Esterman
40 ° centraux min 25 points en III4e
HAS 2012
L ’ obligation d ’ information du patient
(réaffirmé par la loi Kouchner en 2002)
impose en pratique quotidienne que les
patients/conducteurs soient :
1 – informés de leurs incapacités à la conduite
2 – et sensibilisés aux risques qui s’ensuivent.
Cette tâche incombe au corps médical
DMLA chez les plus de 75 ans et
conduite
• Conduire : la loi, les recommandations de
l’HAS
• La vision de la personne âgée
• La personne âgée et ses déplacements
• L’accidentologie de la personne âgée
• DMLA et conduite
– La littérature
– Notre expérience
– En pratique
DMLA chez les plus de 75 ans et
conduite
• Conduire : la loi, les recommandations de
l’HAS
• La vision de la personne âgée
• La personne âgée et ses déplacements
• L’accidentologie de la personne âgée
• DMLA et conduite
– La littérature
– Notre expérience
– En pratique
Motifs de déplacement, Besoin de la voiture,
plus de 75 ans
Fabrigoule CNRS Bordeaux
Hommes 351
%
Femmes 190
%
Effectif
P-value
Motifs de déplacement au moins 1 fois par semaine
Visite famille/amis
44,3
49,7
530
ns
Service
famille/amis
30,1
26,6
527
ns
Activités de loisirs
43,4
35,1
527
ns
Courses,
démarches
administratives
76,9
79,4
535
ns
Boulangerie
31,5
38,1
538
ns
Epicerie
50,0
52,6
538
ns
Boucherie
51,6
51,8
536
ns
Pharmacie
44,1
43,2
537
ns
Médecin
57,6
59,5
539
ns
Nécessité de la voiture
Beaucoup de conducteurs âgés
arrêtent trop vite de conduire
• Manque de confiance en eux-mêmes, ou
découragés par l’entourage
• Surtout les femmes au delà de 75 ans (Accid Anal Prev.
2002 Sep;34(5):569-80. Rosenbloom T, Wolf Y.)
• Le fait de se sentir en bonne santé est
déterminant
• Les déficiences locomotrices ont plus d’impact
que les déficiences sensorielles (Programme recherche
CONSOL 2013)
Importance d’une régulation de la
conduite adaptée aux déficits
• Certains conducteurs âgées sont conscients de la
baisse de certaines capacités et adaptent leurs
habitudes de conduite :
– Réduction de l’exposition à la route : moins de
déplacements, plus courts
– Evitement de situations spécifiques : conduite de nuit
(West J Am Geriatr Soc. 2003), mauvais temps, trafic intense, tourne à G
– Arrêt de la conduite
• Les stratégies de compensations sont
particulièrement fréquentes chez les conducteurs
cognitivement fragiles (Freund J Am Geriatr Soc 2002)
Conducteurs âgés ont-ils trop
conscience des difficultés ?
• Un certain nombre de conducteurs âgés
aimeraient pouvoir passer des tests pratiques
(par ex remise à niveau après fracture de
hanche, ..). Allemagne cours de recyclage,
quelques mutuelles en France
• Stages d’entrainement sont capables de
prolonger la durée de la conduite (Accid Anal Prev.
2010 Jan;42(1):225-34 Gstalter H, Fastenmeier W.)
Patient présentant des troubles visuels mal définis non explicables par l’examen clinique
Patient incapable de réaliser un CV automatisé, mais encore capable de réaliser un Goldmann
Patient adressé par un médecin qui prescrit une évaluation de conduite
Patient alcoolique ou avec une suspicion de démence
Patient traumatisé crânien
Patient accidenté
Non
1. Le patient a-t-il plus de
Oui
oui
85 ans ?
4. Test MMSE
CV attentionnel raté
Non
Score ≥ 20
5. Faire un CV binoculaire
2. Le patient est déficient visuel
(acuité, CV monoculaire)
score<20
Oui
Altéré
6. Suite de l’évaluation
3. CV Binoculaire
et CV attentionnel
non
ok
Risque faible
Sensibilisation
Restriction pour la
conduite de nuit
Test sur
simulateur
Altéré
raté
ok
raté
Risque élevé
Cessation de
conduite
préconisée
Test
pratique sur
la route
ok
raté
Tests non significatifs
Refaire une formation
en autoécole
Compensation
possible ?
ok
DMLA chez les plus de 75 ans et
conduite
• Conduire : la loi, les recommandations de
l’HAS
• La vision de la personne âgée
• La personne âgée et ses déplacements
• L’accidentologie de la personne âgée
• DMLA et conduite
– La littérature
– Notre expérience
– En pratique
10% du trafic la nuit
source ONISR données de 2011
ONISR La sécurité routière en France, Bilan de l’année 2010. Le rapport d’analyse approfondi, 378 pages, http://www.securiteroutiere.gouv.fr/la-securite-routiere/l-observatoire-national-interministeriel-de-la-securite-routiere
INTERDIRE LA CONDUITE ? OUI MAIS
FINLANDE (contrôle médical dés 70 ans)
SUEDE (pas de contrôle médical)
• Accidents mortels = plus élevés lorsque les
usagers de la route ne sont pas protégés,
c’est-à-dire pour les piétons, les motocyclistes
et les cyclistes,
• Ces usagers sont plus vulnérables.
•
Hakamies-Blomqvist L, Johansson K, Lundberg C. Medical screening of older
drivers as a trafic safety measure – A comparative Finnish-Swedish evaluation
study. Journal of the American Geriatric Society, 1996, 44, 650-653.
DMLA chez les plus de 75 ans et
conduite
• Conduire : la loi, les recommandations de
l’HAS
• La vision de la personne âgée
• La personne âgée et ses déplacements
• L’accidentologie de la personne âgée
• DMLA et conduite
– La littérature
– Notre expérience
– En pratique
Szlyk 1995
•
•
•
compare10 personnes atteintes de DMLA avec une acuité visuelle
binoculaire inférieure à 3/10 à 10 personnes de même âge mais indemne
de toute pathologie visuelle.
Mesure leurs performance visuelles et leur capacité de conduite sur route et
sur simulateur de conduite, note des performances médiocres en simulateur
de conduite pour la reconnaissance des feux, des stops, des panneaux de
vitesse
Conduite sur route inadaptée, trop lente, et surtout des erreurs de
trajectoire avec mauvais respect des lignes blanches.
• Ces performances médiocres ne
s’accompagnent pas d’une augmentation du
nombre d’accident par rapport au groupe
témoin.
McGwin G 2013
• Examining the association between age-related macular
degeneration and motor vehicle collision MVC involvement : a
retrospective cohort study.
• MVC rate was highest among those in normal eye health and
progressively declined among those with early and intermediate
disease, and then increased for those with advanced AMD.
• However, only for drivers with intermediate AMD was the MVC rate
significantly different (lower) as compared with those in normal eye
health, regardless of whether the rate was defined in terms of
person-years (RR 0.34, 95% CI 0.13 to 0.89) or person-miles (RR
0.35, 95% CI 0.13 to 0.91) of driving.
Sengupta 2014
• Driving habits in older patients with central vision loss.
• Sixty-four subjects with bilateral visual loss (<20/32 in
better eye) or severe unilateral visual loss (<20/200)
from age-related macular degeneration (AMD) and 58
normally sighted controls between 60 and 80 years of
age.
• Factors predicting driving restriction were :
–
–
–
–
AMD (OR, 9.0; P = 0.004),
worse vision (OR, 2.5 per line of VA loss; P <0.001),
lower CS (OR, 2.2 per 0.1-logCS increment; P <0.001),
female gender (OR, 27.9; P = 0.002).
Bressler 2013
• Driving ability reported by neovascular agerelated macular degeneration patients after
treatment with ranibizumab.
• MARINA trial 2 years after randomization,
78.4% of 0.5-mg patients reported that they
were still driving.
Popescu 2011
• Age-related eye disease (AMD), glaucoma, or Fuchs'
corneal dystrophy and mobility limitations in older adults
• Two hundred seventy-two patients (68 with AMD, 49 with
Fuchs' dystrophy, 82 with glaucoma, and 73 controls)
• Patients with glaucoma had the most types of mobility
limitations, as they had reduced life-space scores, had
worse TUG scores, were less likely to drive, and were more
likely to have poor balance than the control group (P <
0.05).
DMLA chez les plus de 75 ans et
conduite
• Conduire : la loi, les recommandations de
l’HAS
• La vision de la personne âgée
• La personne âgée et ses déplacements
• L’accidentologie de la personne âgée
• DMLA et conduite
– La littérature
– Notre expérience
– En pratique
Homme 82 ans
• Antécédents : Ophtalmologiques : lunettes à
30 ans, DMLA sous IVT
• Généraux : pas de diabète, pacemaker en
2012, pas d'HTA, PTH
• Familiaux : mère DMLA,
• Conduite : permis B à 30 ans, vit seul,
AV ref 2013
• Acuité visuelle :
– OD +0.50(-1.00)65° =7/10
– OG 0.50(-0.50)85° < 1/20
DEPLACEMENTS
Conduit principalement des petits trajets connus
autour de sa ville.
Ne conduit plus de nuit depuis au moins 6 mois
(a peur de rencontrer un piéton ou un vélo mal
éclairés au bord de la route).
Régulateur de vitesse, maxi à 80km/h
auto-école de type ECF Handi
• M. R s'est senti perdu et dépassé au centre ville de
NANTES, cet essai de conduite l'a épuisé.
• M. R n'observe pas assez autour de nous, les
rétroviseurs extérieurs ne sont pas exploités ainsi que
les angles morts. Il lui ai impossible de suivre un
itinéraire, pourtant, il lit une plaque d'immatriculation
à 20m. J'ai du intervenir sur un giratoire qu'il n'avait
pas vu. Je trouve sa charge attentionnelle limitée.
• Préconisation : un bilan neuropsy serait nécessaire.
• Avis peu favorable à la conduite. "
MMSE = 24
DMLA chez les plus de 75 ans et
conduite
•
•
•
•
•
•
Conduire : la loi, les recommandations de l’HAS
La personne âgée
La vision de la personne âgée
La personne âgée et ses déplacements
L’accidentologie de la personne âgée
DMLA et conduite
– La littérature
– Notre expérience
– En pratique
APTITUDES VISUELLES
l’œil sain, l’œil opéré, l’œil pathologique
X. ZANLONGHI
S. QUINTON-FANTONI
www.associationdmla.com
Bulletin des Sociétés d’Ophtalmologie de France
BSOF
Rapport annuel – Novembre 2013

similar documents