Ask en question-2 - Site de l`académie de Grenoble

Report
Ask.fm en question
Enquête sur un site qui interroge.
Expérimentation menée par Anne-Nicole Cariot, Lycée Porte des Alpes de Rumilly, pour la Délégation Académique au Numérique,
Académie de Grenoble
Dans le cadre du travail sur le site « ask.fm », j’ai
proposé des activités complémentaires à mes élèves
:
- Avec les terminales bac pro charpente et
menuiserie, une étude à partir d’un dossier avec
travail coopératif et restitution en fin de séance
- Avec une classe de CAP 1ère année,
canalisateurs, des recherches guidées sur des
fiches pratiques d’utilisation et une recherche sur
les URL
-
En fin de parcours, j’ai présenté un bilan croisé
des résultats aux deux classes.
SOMMAIRE
1. Qu’estce que
ASK.fm ?
2. Comment est-ce que cela
fonctionne ?
3. Qu’en savent les élèves ?
4. Peut-on en faire une
utilisation pédagogique ?
Qu’en savent les élèves ?
1. Qu’est ce que
ASK.fm ?
Le groupe 1 de
terminale bac pro a
travaillé à partir de
trois axes :
Dont voici le
bilan :
C’est un site
fondé le 16
juin 2010,
Fondé en
2009
La possibilité d’être anonyme a
fait l’objet de controverses car
certains messages mettaient en
place un véritable harcèlement.
Boycotté en 2010 à la
demande d’une association
locale suite au suicide
d’Alexis Pilkington (17 ans).
en Lettonie
et
concurrent
de
Formspring.
Ask est
référencé en
première
position tant
chez Google
que Bing ou
Yahoo
montrant
l’importance du
bruit
numérique
suscité par ce
site.
Les critiques
Les réponses du
site
 cyber-harcèlement
messages haineux anonymes
absence de système efficace de rapport
de messages offensants
absence de tracement de leurs auteurs
absence de contrôle parental
 existence d’ un système de
rapport des messages
 utilisation des modérateurs pour
combattre le cyber-harcèlement
 mise en place d’une surveillance
de « contenu sexuellement explicite »
Aucun commentaire n'a
jamais été supprimé du site
y compris les « menaces
explicites » selon l’article
dédié à Ask.fm sur
l’encyclopédie Wikipédia.
Suicide de Joshua
Unsworth, en
Angleterre, 8 avril
2013.
Appel
des
familles
contre
Ask.fm
Les
événements
tragiques
Suicide de Hannah
Smith, 14 ans, en
Angleterre, le 6 août
2013.
L’ enquête de police a
montré que la jeune
adolescente s'était envoyée
à elle-même les messages
d'insultes.
Appel au
boycott des sites
encourageant
et pouvant
mener au cyberharcèlement par
David Cameron
(Premier Ministre
britannique).
Des annonceurs et
sponsors ont retiré tout
partenariat avec Ask.fm,
come eBay ou McDonald’s.
Les réponses concernant les serveurs n’étant pas
facile à trouver, j’ai pris le relais avec les CAP.
Pour pouvoir obtenir des informations sur le domaine
du site et sur la localisation des serveurs afin de
connaître la législation applicable à l’utilisation des
informations personnelles, nous nous sommes
penchés avec les élèves sur le fonctionnement d’une
adresse internet ou URL.
Je leur ai expliqué que
pour contacter une
personne sur internet
il fallait …
Etape 1. Entrer une adresse sur
l’ordinateur
Ex : www.lemonde.fr
Etape 2. la faire traduire par le
serveur (ordinateur fournissant un
service en continu) de l’adresse en
chiffres pour l’établissement d’une
connexion
Ex : 93.184.220.20
C’est-à-dire …
C’est URL (Localisateur
Unifome de la Ressource)
www.lemonde.fr
qui correspond au
nom et prénom
d’une personne sur
un annuaire
téléphonique
Système des
Noms de
Domaine :
pour
établir une
connexion
appelé aussi « adresse
de protocole internet
(IP), qui correspond au
numéro de téléphone
93.184.220.20
DNS
Assure la
traduction
Pour obtenir
l’adresse IP
d’ASK.fm et obtenir
la localisation du
serveur :
Nous sommes
allés sur le site :
« www.dcode.fr/
adresse-ip-site
Puis sur cet
onglet
Les élèves ont
abouti à la
page suivante.
Et en rentrant
l’adresse du site,
Ils ont obtenu les
adresses IP
d’Ask.fm
En relevant les
adresses, ils sont
allés sur « localiser
IP.com »
Nous avons en fait trouvé un serveur qui
répondait grâce au Système des Noms
du Domaine ou DNS ; celui-ci fonctionne
donc comme un annuaire.
J’ai expliqué aux élèves qu’il y a 13
serveurs racines dans le monde qui font
fonctionner internet :
7
aux EU
2
en Europe
2
en Asie
2
pour le reste
du monde
Chacun des élèves a
suivi la démarche,
et Quentin a trouvé un serveur
en Lettonie.
Nous nous
sommes intéressés
ensuite,
au
.fm
Préfixe ou
World Wide Web
www.ask.fm
Nom de domaine ou
nom du site
Extension ou
TLD (Top Level Domain :
domaine de premier niveau)
Il existe aussi des TLD
« universels », indépendants du
pays.
Il y en a un pour chaque pays
en général.
.fr pour
la
France
.ma
pour le
Maroc
.co pour la
Colombie
.com :
Commerce
.eu : Domaine de
l'Union Européenne
.org : Organisations
à but non
commercial
.info : Services
d’information
Après avoir compris
le fonctionnement
d’une adresse, nous
avons cherché qui
utilisait le TLD
.fm
Réservé à la Micronésie ( États fédérés dans
les Iles Carolines, au sud-ouest de l’Océan
Pacifique garantissant une fiscalité
avantageuse, un anonymat relatif et une
législation limitée sur la protection de
données).
2. Comment est-ce que cela
fonctionne ?
Il suffit d’entrer
l’adresse :
www.Ask.fm
Puis de cliquer
sur :
« Créer un
compte »
On obtient
alors la page
suivante.
Avec en petits
caractères la
mention suivante
:
« En cliquant sur
S’enregistrer, tu
acceptes nos
Conditions et
politiques »
L’ inscription est réduite au
minimum d’informations avec
pour précision sur l’âge :
« Ton âge ne sera pas visible
par les autres utilisateurs ».
De plus, dès l’inscription est
créée une relation de
proximité avec l’utilisation du
tutoiement comme l’a noté le
groupe 2 de terminale bac
pro.
Pour obtenir les
conditions d’utilisation
du site.
J’ai demandé au
groupe 2 de réfléchir
à la phraséologie
employée par le site.
2. puis « conditions et politiques »
3. Etudiez la phrase suivante « Nous
savons que vous n’aurez sûrement pas
envie de lire cette partie… ». Quel est
le but ici ?
4. Quel est le champ lexical utilisé ?
Pourquoi ?
Je voulais qu’ils prennent
conscience de la place
accordée aux « conditions et
politiques » sur le site ainsi
qu’au particularisme du
langage employé, bien
éloigné de celui utilisé chez
Google.
A la question concernant la
première phrase du site, les élèves
ont répondu que les auteurs de ce
texte utilisaient le verbe savoir au
présent comme pour indiquer une
évidence et créer du lien avec le
futur utilisateur. Ils ont noté que le
choix du présent indique une
vérité établie.
L’utilisation de la phrase négative
leur a fait penser à un texte
destiné aux plus jeunes, passant
par l’interdit, pour mieux les
pousser à la lecture et montrer en
se mettant à leur place, qu’ils les
comprennent.
Ils ont repéré le caractère
simpliste et moralisateur du
vocabulaire :
« Ne mentez pas sur votre
âge »
« vous êtes seul responsable »
Puis comme pour se
dédouaner du contenu
problématique :
« nous ne surveillons pas tout
sur le site »
En comparant avec les
conditions d’utilisation de
Google que je leur avais
fourni, le groupe d’élève a
noté la présentation
commençant par une formule
de remerciement « Merci
d’avoir choisi … » puis
l’utilisation de phrases
affirmatives ainsi que le rappel
de la lecture « attentive » des
consignes.
En parallèle, j’ai demandé à
mes élèves de CAP de voir ce
que l’on disait du site.
Sur Vikidia, l’encyclopédie
participative des 8-13 ans, ils
ont trouvé une fiche
explicative du site.
« Le but de ce jeu est
d’avoir le plus de fans … »
En regardant et analysant ensemble le
vocabulaire, nous avons conclu que cette notion
de « jeu » enlève tout caractère préventif à
l’explication et dédramatise le sujet. Elle laisse à
penser que l’on ne doit pas s’inquiéter de
l’utilisation de ce site par un jeune public.
En continuant nos
recherches, nous sommes
arrivés sur le site
netpublic et ces fiches
pratiques pour
adolescents et familles.
Dans la fiche qui doit aider les parents à
mieux appréhender le site, on explique ce
qu’est une question anonyme : « votre nom
est caché pour les autres utilisateurs » pour
être certain que les utilisateurs et leurs
responsables légaux comprennent bien les
risques liés à l’utilisation du site.
Les concepteurs de la fiche continuent en indiquant que
l’identification de l’utilisateur peut être transmise à un juge, dans
le but de rassurer. Ce n’est donc pas clairement le site qui
participe à la modération des informations mais on attend une
intervention extérieure par décision de justice. Les élèves se
sont alors posés la question du rôle du modérateur et du délai
d’intervention pour mettre fin à des utilisations contraires à la
sécurité des personnes.
3. Qu’en savent les élèves ?
Public sondé : 1ère année CAP Canalisateur (7 élèves)
Ne
connaît
pas Ask :
57 %
Connaît
Ask :
43 %
Possède un
compte : 14 %
Ne possède pas
de compte :
86 %
Public sondé : terminales bac pro plombiers et électriciens (16 élèves)
Possède un
compte :
6%
0%
Ne
connaît
pas Ask :
57 %
Connaît
Ask :
64%
Ne possède pas
de compte: 94 %
Public sondé : terminales bac pro charpentiers et menuisiers (21 élèves)
Ne connaît pas
Ask :
57 %
Connaît Ask :
43 %
En conclusion, pour les élèves de CAP et terminales Bac Pro, le site est peu
voire pas connu.
Seuls deux élèves ont des comptes : 1 en CAP et 1 en terminale.
Pour les élèves de terminale qui ont testé le site, ils ont noté la pauvreté
des questions et des réponses. La présence de stéréotypes.
Peut-on en faire une
utilisation pédagogique ?
Les quatre derniers groupes de
terminale bac pro ont travaillé
sur une question au programme
avec ou sans Ask.
Les élèves des groupes 3 et 5
se sont inscrits en utilisant un
pseudonyme et une adresse
créée pour l’occasion.
Soit nous n’avons eu aucune
réponse, soit celle reproduite
ici.
Bien que nous soyons en
présence d’un site
question/réponse, les élèves
ont noté que les sujets sérieux
semblaient ne pas trouver leur
public. Ils ont repéré en
consultant le site des réponses
vides de sens.
Pour ce qui est de l’utilisation pédagogique, il semble
nécessaire de montrer aux élèves :
1. Les obligations et dérives liées à la publication anonyme
et à ce niveau le site regorge d’exemples
2. Le fonctionnement des réseaux sociaux (« conditions et
politiques », URL et Serveurs …)
3. La réalité des modulateurs, la place de la responsabilité de
chacun et le besoin de se protéger comme le présente par
exemple net public à propos d’Ask

similar documents