Diapositive 1

Report
Diop Ibrahima Thione
Diop Ale Nar
Kane Cherif Sidy
Enseignants/Chercheurs
CREA
UCAD
1
Introduction
Depuis plus d’une décennie, le débat « Démographie
et durabilité sociale du développement » se pose de
plus en plus avec acuité dans les pays en
développement et particulièrement au Sénégal.
La croissance démographique, la persistance de la
pauvreté et l’accroissement spectaculaire des inégalités
constituent les principaux problèmes majeurs
qu’affrontent actuellement ces pays.
2
 Dans ce contexte, le problème est de savoir comment la
démographie, les inégalités et le développement
interagissent entre eux et quels sont les impacts sur la
dynamique sociale.
 Pour répondre à ces questions, il est nécessaire
d’analyser la relation qu’entretiennent les inégalités et
la démographie.
3
Hypothèse
L’Hypothèse à tester dans notre propos est celle selon
laquelle dans des sociétés à la pyramide des âges
inversée (parce que les jeunes y sont plus nombreux),
dans lesquelles la majorité de ces jeunes sont sans
emplois bien que largement scolarisés voire
surdiplômés et dans lesquelles le degré d’inégalité de la
distribution des revenus est très élevé les chances de
dynamiques sociales pouvant se transformer en
contestation politiques sont très élevées.
4
Méthodologie
- La recherche documentaire
- L’Analyse descriptive de données
Données:
- WDI
- De l’enquête ESPS et EDM de l’ANSD
5
 Nous démontrons dans cette communication que de
fortes inégalités peuvent déboucher à des mouvements
de contestations.
 Enfin au regard des observations ci-dessus , nous
dégagerons les mesures de politique économique à
prendre pour corriger ces inégalités
6
Caractéristiques démographiques
du Sénégal
7
Pyramide des âges du Sénégal
[75-80[
[65-70[
[55-60[
[45-50[
[35-40[
[25-30[
[16-20[
[10-13[
[0-7[
2,000,000 1,500,000 1,000,000
500,000
0
Homme
500,000
1,000,000 1,500,000 2,000,000
Femme
8
Population et tranche d’âge
Fréquence population
40%
36.59%
33.23%
35%
30%
25%
17.73%
20%
12.45%
15%
10%
5%
0%
[0-16[
[16-35[
[35-60[
[60-+[
9
Analyse des inégalités
 Définition:
Une inégalité, c’est une différence qui se traduit
en termes d’avantage et de désavantage et qui
fonde donc une hiérarchie.
10
Mesure des inégalités
Le coeff. de Gini vaut 0 en cas d’égalité absolue,
et 1 en cas de captation de l’ensemble
du revenu par une seule personne
100
90
La surface entre la courbe et la diagonale
= coefficient de Gini
80
70
60
50
40
30
20
10
0
0
20
40
60
80
100
% de la population par revenu croissant
11
Mesure des inégalités: Cas du Sénégal
Coefficient de Gini=38,98
depglob
1
Courbe de Lorenz
0,9
0,8
0,7
0,6
0,5
0,4
0,3
0,2
0,1
0
0
0,1
0,2
0,3
0,4
0,5
0,6
0,7
0,8
0,9
1
12
Analyse des inégalités
 Mais quelle que soit la méthode employée pour
mesurer les inégalités elles-mêmes, ce qui compte
davantage c’est leur évolution dans le temps.
 Sur le long terme, les inégalités économiques ont
peu évolué, ainsi que l’a démontré Thomas Piketty.

http://www.canalu.com/canalu/chainev2/utls/programme/996671/sequence_id/932138/format_id/3003/
13
Analyse des inégalités au Sénégal
Année
1994
2001
2005
2009
2010
Coefficient de Gini
41,44
41,25
39,19
38,98
41,3
Nous constatons une baisse du coefficient de
GINI sur la période 1994-2009 . Ce qui traduit
une baisse des inégalités. Mais cette baisse est
faible . Nous notons une hausse en 2010 qui
traduit une augmentation des inégalités
14
Les inégalités sociales
Elles peuvent être appréhendées soit par la
dimension de la vie sociale dans laquelle elles
apparaissent (devant la santé, la mort, les études,
le chômage, les vacances,…), soit par les groupes
sociaux qu’elles différencient (selon le sexe, l’âge,
la nationalité, l’origine ou le milieu social, et.)
15
Inégalités sociales: marché de l’emploi
 Parmi ceux qui cherchent un emploi et sont prêts à
travailler, 33% sont dans la tranche d’âge de 16 à 35 ans.
 Raison principale de ne pas travailler:
52% déclarent que le travail n’est pas disponible;
0,05% la rémunération est insuffisante.
16
Inégalité sociale: Formation des jeunes sans emploi
66.88%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
23.79%
5.79%
0.64%
1.93%
0.96%
0%
17
Revenu des jeunes 16-34 ans
Satisfaction
Moins
satisfaisant par Satisfaisant par Plus satisfaisant
rapport aux
rapport aux
par rapport aux
besoins
besoins
besoins
73,22%
25,09%
1,69%
18
Pauvreté des jeunes de 15 à 34 ans
43,34%
45%
40%
31.86%
35%
30%
25%
17.29%
20%
15%
6.92%
10%
5%
0.59%
0%
Très Riche
Un peu riche
Moyenne
Un peu pauvre
Très pauvre
19
Conclusion sur notre hypothèse
La population sénégalaise est à majorité composé de
jeune (70% moins de 35 ans).La plupart d’entre eux
n’ont aucune formation (66,88%).
Les inégalités dans la distribution du revenu sont
élevées (80% de la population reçoivent moins de 50%
des revenus).
Notre hypothèse est partiellement vérifiée au Sénégal
ou la majorité des jeune n’a aucune formation.
20
Conséquences
 Par comparaison à un autre groupe ou à l’intérieur d’un
groupe, un groupe (les jeunes) se sentent démunis.
 un sentiment de mécontentement, d’injustice ou de
frustration,
des
comparaisons
sociales
qui
prédisposent les individus à la révolte : C’est la
frustration relative développée par Ted Gurr
21
Attente des jeunes
Plus de justice
et d'équité
sociale
Plus de
participation
aux décisions
de l'Etat
Plus de
Transparence
Autre
43,55%
30,37%
23,03%
30,32%
22
Définition frustration relative
Un état de tension, une satisfaction attendue et
refusée, génératrice d'un potentiel de mécontentement
et de violence.
La frustration peut se définir comme un niveau de
revenus, une position hiérarchique, mais aussi des
éléments immatériels comme la reconnaissance ou le
prestige –qu'un individu détient à un moment donné
et celles qu'il se considère en droit d'attendre de sa
condition et de sa société.
23
Manifestation de la frustration relative
Fait social se manifestant par:
 Affects de dépits,
 Colère,
 Insatisfaction
Elle est relative parce que tributaire d'une logique de la
comparaison.
24
Ce graphique emprunte à Ted Gurr la représentation du processus le plus
aigu de production sociale d'un potentiel de frustration, celui de la
frustration progressive.
Les attentes en matière d'accès à la distribution des ressources sociales
s'élèvent tandis que les valeurs disponibles baissent de façon sensible. Ce
mouvement de ciseaux engendre aussi un grand potentiel de mobilisation.
25
Le paradoxe Tunisien
L’indice Mo Ibrahim mesure la qualité gouvernance. La
Tunisie a un score de 62,1, le plaçant à la huitième
place parmi les 53 pays
africain. Il montre la bonne gouvernance de la Tunisie
comparée à d’autres pays africain.
Le coefficient de Gini (mesure de l’équité de
distribution des revenus) est relativement élevé
(39,6).Les inégalités sont relativement fortes.
Ce qui est paradoxale
26
Indice Mo Ibrahim:
Indice de gouvernance
27
Le paradoxe Tunisien
Année
1985
1990
1995
2000
2010
Indice de GINI
43,43
40,24
41,66
40,81
39,8
28
Inégalité sociale: Chômage
 Le chômage est demeuré très élevé. Il s’est aggravé,
selon les chiffres officiels, de 12,6 % en 2008 à 13,3 % en
2009 et 14% en 2010.
 Celui des jeunes, surtout des jeunes diplômés, a été
encore plus élevé, allant selon les estimations jusqu’à
40-60 %.
 Cela a augmenté la pauvreté des jeunes. On
comprend dès lors leur désarroi et leur participation
massive, en particulier dans les zones déshéritées du
pays, à la révolution.
29
 Mesures de politiques économiques à prendre pour
corriger les inégalités
 Développer la formation professionnelle des jeunes
 Stimuler la croissance économique afin de créer des
opportunités d’affaires en vue de la création d ’emplois
nouveaux
 La poursuite du développement de la carte
universitaire avec la mise en place des universités de
métiers
30

similar documents