Quels acteurs (décideurs, gestionnaires, intervenants, etc

Report
«Hopitaux et établissements
promoteurs de santé» et
«entreprises en santé»: quels
enjeux pour les syndicats ?
Par Michel O’Neill, Ph.D.
Formation F4S-CSQ
Boucherville, 20 mars 2011
Plan de la présentation
• Introduction
• Les origines générales des Hôpitaux et établissements
promoteurs de santé (HPS) et d’Entreprises en santé (ES)
– OMS et promotion de la santé
– L’approche par milieux («settings approach»)
• Ses caractéristiques générales
• Ses milieux d’application
• HPS
– Origines dans le monde, au Canada et au Québec
– Caractéristiques
• ES
– Origines dans le monde et au Québec
– Caractéristiques
• Comparaison
• Conclusion: les enjeux d’un point de vue syndical
• Références
Introduction
• Brève ronde de présentations
• Objectifs de la présentation: à la fin de cet
exposé, vous aurez:
– Compris les origines de HPS et de ES ainsi que les
conséquences de ces origines sur leur orientation
– Vu les caractéristiques particulières de chacune des
approches
– Compris les enjeux posés pour l’organisation des
services en établissement par chacune des approches
Les origines générales de HPS et ES
• Le mouvement de Promotion de la santé de
l’Organisation mondiale de la santé (OMS)
• Organisation des services de santé avant 2è guerre
mondiale: rôle marginal des États; privé, Églises,
philanthropie
• Après 2è guerre: États providence pendant les «30
glorieuses», jusque vers milieu des années 1970
• Réorientations suite aux chocs pétroliers de 1973 et
1977: rapport Lalonde (1974), OMS-UNICEF: Alma-Ata
(1978), OMS: Santé pour tous en l’an 2000 (1979-81)
• Suites de ça: mouvement de Promotion de la santé et
Charte d’Ottawa pour la promotion de la santé (1986)
« La promotion de la
santé est le processus qui
confère aux populations
les moyens d’assurer un
plus grand contrôle sur
leur propre santé et
d’améliorer celle-ci. »
OMS, ACSP et Santé Canada (1986), p.
1
L’approche par milieu («settings
approach») comme stratégie de PS
• For me, the most important sentence in the Ottawa
Charter remains the positioning of health within
society: Health is created in the context of everyday
life---where people live, love, work and play. Today
one might add where we travel, shop and Google.
This simple sentence in the Ottawa Charter is the
expression of the de-territorialization of health out of
the health care system into the social arena and the
market (Kickbusch, 2007, p.365, italics in the original).
•
•
•
•
•
•
Les caractéristiques de
l’approche
par
milieux
Prend place dans la vie réelle des gens, où leur activités quotidiennes se
déroulent (i.e. où ils vivent, travaillent, aiment, jouent, etc.)
Permet aux gens de contextualiser l'intervention selon la réalité de chaque
milieu.
Propose des approches globales fondées sur une vision écologique et de
systèmes ouverts.
Propose des interventions qui visent à changer les individus et les
organisations ainsi que les environnements dans lesquels le milieu est
inscrit.
Propose de le faire en impliquant autant de parties prenantes que possible
du milieu et de son environnement.
En sus du milieu local, s’organise généralement en réseaux régionaux,
provinciaux, nationaux et/ou internationaux.
À partir de: Poland, Green and Rootman, 2000; Dooris, 2005; Dooris, Poland, Kolbe et al., 2007;
Poland, Krupa and McCall, 2009; O’Neill et al., 2012.
Les milieux où L’OMS a fait la
promotion de la «settings approach»
• Villes en santé (villages, communautés, îles)
• Écoles en santé (ou promotrices de santé)
• Hôpitaux (et autres types
d’établissements)promoteurs de santé
• Entreprises en santé
• Prisons en santé…
• … et hors OMS
–
–
–
–
Boîtes de nuit en santé
Écosystèmes en santé
L’internet comme milieu pour la santé
Etc.
Hôpitaux et établissements
promoteurs de santé (HPS)
• Réseau mondial: lancé par l’OMS en 1988 (Groene, 2005, 2006) .
• 2012: 40 pays, 38 réseaux nationaux/régionaux, >800
établissements; élargissement à autres que CH (http://hphnet.org/)
• Réseau canadien: Toronto, début des années 1990.
• 2012: Réseaux québécois et ontarien (7 membres)
• Réseau montréalais depuis 2005, pan-québécois depuis 2012
– réseau surtout montréalais et montérégien; extension: autres
établissements que hôpitaux et autres régions (Dedobbeleer et al., 2007; Lagarde, 2009)
– nouveau réseau québécois: 33 établissements (2 IU, 6 CH, 25 CSSS), 4
régions (Mtl.Centre: 20, Mont.: 11, QC: 1, S-L: 1) ( http://hps.santemontreal.qc.ca/fr/ )
• Colloque récent sur le sujet: Colloque Jean-Yves Rivard, février
2012, U. de M. Lien avec politiques d’agrément (
http://www.mdas.umontreal.ca/rayonnement/colloque_jean_yves_rivard/presentations.html)
Source: dépliant du nouveau réseau, 2012 ( http://hps.santemontreal.qc.ca/fr/ )
Hôpitaux et services de santé promoteurs de santé (Dussault, 2012)
POURQUOI?
Mission:
Intégrer le concept de promotion de la
santé dans la culture et le travail
quotidien et produire des exemples de
bonnes pratiques, documentés évalués
et généralisables.
Parce que nous faisons face à une augmentation
constante de la prévalence des problèmes de
santé occasionnés par de mauvaises habitudes
de vie et pouvant mener à l’apparition de
maladies chroniques;
Mission Objectifs
Objectifs:
Diminuer l’incidence des maladies
chroniques ;
Mieux répondre aux besoins d’une
population vieillissante ;
Créer et maintenir un milieu de travail
sain pour les médecins et le personnel ;
Favoriser des comportements plus
respectueux de l’environnement ;
Bâtir des communautés en santé.
Cibles:
Évaluation:
Évaluation 1
Évaluation de processus
Activités réalisées et décalage par rapport à la
planification:(Échéance, Déroulement de l’activité, Moyens
matériels et humains, Public-cible, Participation des
partenaires)
Evaluation
Cibles
Évaluation 2
Évaluation d’impact, degré d’atteinte des objectifs.
Court terme: (Satisfaction, compréhension, reproduction,
progression, effets positifs ou négatifs non attendus,
modification de l’état de santé, Modification du
comportement, Chiffrage pour les indicateurs quantitatifs,
Analyse pour les indicateurs qualitatifs
Évaluation 3
Parce que les employés et les médecins
évoluant dans le réseau de la santé et des
services sociaux sont exposés à des facteurs de
stress physiques et psychologiques importants;
Évaluation de résultat (Long terme, Santé de la population,
Épidémiologie)
Parce que nous sommes confrontés
au vieillissement de la population.
1. Se doter d’une politique écrite de promotion de la santé:
harmoniser les interventions avec la politique et les programmes
de promotion de la santé ; arrimer les projets au plan local de santé
publique et programmes de gestion de la qualité ; Etc.
2. L’information et l’intervention auprès des patients par: des
conseils pour la santé en matière d’activité physique, de saine
alimentation et de cessation tabagique ; la promotion de
l’allaitement maternel; de la formation en intervention en contexte
pluriethnique.
3. La promotion de milieux de travail sains: offrir une alimentation
santé aux patients et au personnel ; favoriser l’accès à des activités
physiques sur le lieu de travail ; offrir des vélos libre-service ;
améliorer la qualité de vie au travail : meilleure conciliation travailvie personnelle, meilleure organisation du travail, tenue d’activités
de ressourcement, aménagement agréable des lieux de travail.
4. La continuité et la coopération: collaborer à la création de
développements domiciliaires sécuritaires, abordables et
écologiques ; s’associer pour créer des lieux propices à
l’allaitement maternel ; collaborer avec des organismes locaux à
l’introduction d’aliments biologiques à la cafétéria de
l’établissement ; Etc.
5. L’évaluation des patients: Garantir l’évaluation des besoins du
patient en promotion de la santé, prévention et rééducation.
Entreprises en santé (ES)
• Histoire mondiale:
– OMS moins active; réseau en 1996 qui n’a jamais levé internationalement quoique
réseau européen
– Cadre de travail mondial en 2010 ( http://www.who.int/occupational_health/healthy_workplaces/en/ )
– Grande place de l’entreprise privée dans les programmes de PS en milieu de travail
• Situation québécoise:
– Loi sur la SST relativement favorable aux travailleurs depuis les années 1970
– Forte implication publique en SST depuis ce temps via institutions de santé publique
(DSC, DRSP, CLSC, CSSS)
– Présence croissante d’offre privée de services en PS
– Fondation Lucie et André Chagnon -> GP2S [Groupe pour la promotion de la
prévention en santé] (2004) -> Groupe entreprises en santé (mars 2012) (
http://www.groupeentreprisesensante.com/index.php/fr/)
– Approche via norme du BNQ 9700-800 peu présente dans le secteur public et quasi
absente des établissements en SSSS (projets pilotes MSSS + 4 établissements)
Entreprise en santé (Dussault, 2012)
POURQUOI?
Mission:
Maintenir et améliorer de façon
durable l’état de santé des personnes
en milieu de travail
« Le capital humain constitue le principal actif d’une
entreprise et investir dans la santé globale de ses
employés s’avère une décision d’affaires
stratégique. »
Source: Groupe de promotion pour la prévention en
santé (GP2S).
Parce qu’éliminer un seul des facteurs de
risque à la santé d'un travailleur :
augmente la productivité au travail de 9%
et réduit l'absentéisme de 2%;
Objectifs:
Un employé en santé =




Une organisation en santé =

Mission Objectifs




Évaluation:
Une démarche de certification:
1. Préparation de l'entreprise
- Familiarisation avec les exigences de la norme
- Implantation des exigences de la norme dans l'entreprise
2. Demande de certification auprès du BNQ
3. Examen documentaire
- Étude des documents de l'entreprise par le BNQ
4. Audit de certification
- Visite de l'auditeur du BNQ en entreprise
5. Décision de certification
- Étude du rapport de l'auditeur BNQ
6. Délivrance du certificat de conformité
- Valide pour trois ans, sujet aux audits de maintien
7. Audits de maintien ou de renouvèlement du certificat
de conformité
Augmentation de la productivité
Diminution du taux d’absentéisme
Accroissement du mieux-être
Plus grande mobilisation
Evaluation
Cibles
Parce qu'un employé actif physiquement
est 12% plus productif qu'un employé
sédentaire;
Parce qu'un employé fumeur coûte
150$ de plus par année à une
entreprise qu'un employé non fumeur.
Accroissement de la productivité et
de l’efficacité
Meilleurs profits
Accroissement de la performance
Rétention d’une main d’oeuvre
qualifiée
Profitable à long terme
Cibles:
1. Les habitudes de vie du personnel
Services-conseils en nutrition; Programmes de sensibilisation à
l'activité physique; Formation sur la gestion du stress; Activités
d'éducation et de prévention pour des maladies comme le
diabète, l'hypertension; Etc.
2. L'équilibre travail-vie personnelle
Politique de conciliation travail-vie personnelle; Horaires
flexibles; Garderie en milieu de travail; Congés pour des raisons
familiales; Retour progressif à la suite d'absence pour des raisons
de santé; Etc.
3. L'environnement de travail
Distributrices d'aliments santé; Programmes d'ergonomie;
Programmes de soutien aux travailleurs ayant des malaises
physiques ou psychologiques; Aménagement d'aires de
relaxation; Etc.
4. Les pratiques de gestion
Intervention pour favoriser l'esprit d'équipe; Plan de
développement professionnel individualisé; Mécanisme de
consultation des travailleurs; Formation des gestionnaires sur la
reconnaissance et sur les communications efficaces; Etc.
Comparaison HPS et ES
Élément
HPS
ES
Origine
OMS, promotion de la santé
OMS-PS + autres
Idéologie de départ
Partenariale
Patronale
Visée de départ
Qualité de vie au travail
⬆rentabilité de l’entreprise
Liens avec la communauté
Importants
Négligeables
Importance des employéEs
Centrale
Utilitaire
Vision
Sociale
Économique
Orientation
Publique (0-5-30)
Privée (5-30, Actimenu)
Conclusion: quelques enjeux
d’un point de vue syndical
• En milieu de services publics, préférer une démarche à
orientation publique (HPS) à une plus privée (ES) ?
– Réseau d’établissements vs réseau d’employeurs ?
• Au delà des orientations générales, le milieu local de
chaque établissement.
– Quel est l’état des relations de travail en général ?
– Qui est l’instigateur de la démarche: l’employeur ou autre ?
– Quelle est l’instance locale en charge de mettre en œuvre
l’approche: le comité paritaire de santé et sécurité ou autre ?
• La place des fédérations et centrales syndicales, au delà
de la formation ?
Références
•
•
•
•
•
•
•
•
Dedobbeleer, N. & al. (2007). Le CSSS promoteur de santé, outil d’auto-évaluation. Montréal,
Département d’administration de la santé de l’U de M et Agences régionales de la santé et des
services sociaux de Montréal Centre et de la Montérégie.
Déraps, Sarah, Françoise Alarie, Louis Côté. (2009). Regard croisé sur le Réseau International des
Hôpitaux et des Services de Santé Promoteurs de Santé (HPS) et Planetree inc. Montréal : Agence
de la santé et des services sociaux.
Dooris, M., Poland, B., Kolbe, L., et al. (2007). Healthy settings: Building the evidence for whole
system health promotion –Challenges and future directions. In D. McQueen, C. M. Jones (Eds.),
Global perspectives on health promotion effectiveness. New York: Springer.
Dooris, M. (2005). Healthy settings: challenges to generating evidence of effectiveness. Health
Promotion International. 26 (1), 55-65.
Dussault, J. (2012). Documents préparatoires pour une activité de formation sur les nouvelles
approches de gestion en établissement de santé. Boucherville. F4S-CSQ.
Groene, O. (2005). Health promotion in hospitals - From principles to implementation. In O.
Groene & M. Garcia-Barbero (Eds.), Health promotion in hospitals: Evidence and quality
management (pp. 3-20). Geneva: World Health Organization.
Groene, O. (2006), Implementing health promotion in hospitals: Manual and self-assessment
forms. World Health Organization. Consulté le 17 juillet 2011 au :
www.euro.who.int/__data/assets/pdf_file/0009/99819/E88584.pdf.
Groupe entreprises en santé (anciennement GP2S) (2012). Consulté le 12 mars 2012 au:
http://www.groupeentreprisesensante.com/index.php/fr/.
Références (suite)
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Kickbusch, I. (2007). «Health Promotion: Not a tree but a rhizome. In M. O’Neill, A. Pederson, S.
Dupéré, S. & I. Rootman. (Eds.). Health promotion in Canada: Critical perspectives (2nd ed.) (pp.363366). Toronto: CSPI.
Lalonde, M. (1974). Nouvelle perspective de la santé des Canadiens / A New Perspective on the
Health of Canadians. Ottawa: Gouvernement du Canada.
Lagarde, F. (2009). Guide d’élaboration d’une politique de promotion de la santé et recueil de
politiques. Montréal: Agence de la santé et des services sociaux de Montréal.
Organisation mondiale de la Santé - OMS. (1981). 64è Assemblée générale, Résolution 36/43.
Genève: Organisation mondiale de la santé.
Organisation mondiale de la Santé - OMS. (1986). Charte d'Ottawa pour la promotion de la santé.
Ottawa: Organisation mondiale de la santé, Santé et Bien-être social Canada & Association
canadienne de santé publique.
O’Neill, M. & al. (2012). «Promoting Health through the Settings Approach». In Rootman, I.
Dupéré, S. Pederson, A. O’Neill, M. (eds.) Health Promotion in Canada: Critical Perspectives on
Practice (3rd ed.), Toronto, CSPI, pp.171-192 (parution prévue printemps 2012).
Poland, B., Krupa, G., & McCall, D.S. (2009). Settings for health promotion: an analytic framework
to guide intervention design and implementation. Health Promotion Practice, 10(4): 505-516.
Poland, B., Green W., L., & Rootman, I. (eds.) (2000). Settings for health promotion: linking theory
and practice. Thousand Oaks: Sage.
UNICEF & OMS (1978). Déclaration d’Alma-Ata. Conférence internationale sur les soins de santé
primaires. Alma-Ata: Fonds des Nations Unies pour l’Enfance et Organisation mondiale de la santé.

similar documents