Diagnostic - Nouvelle

Report
Phase 1 - Diagnostic
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
01- OBJECTIFS DE LA
DÉMARCHE ET
FONCTIONNEMENT DES
INSTANCES DE
PILOTAGE
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
Objectifs de la démarche
•
Une démarche initiée par le Gouvernement de NouvelleCalédonie
– Présentée lors du Comité de Pilotage du 14/08/2013
– Pour le développement des transports en Nouvelle-Calédonie,
dans une vision prospective 2030
•
L’appel à un groupement de bureaux d’études
– Appel d’Offres lancé à l’automne 2012 pour une réalisation du
Schéma entre mai 2013 et juin 2014 ;
bureaux d’études spécialisés couvrant les différentes
dimensions techniques de l’étude (transport routier, transport
collectif, transport maritime, transport aérien, gouvernance,
finances…)
– Des
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
SGTM
3
Objectifs de l’étude
•
Développer un Schéma de Transport s’ inscrivant dans les
perspectives tracées par la démarche NC2025, initiée par le
Gouvernement de Nouvelle-Calédonie
•
Et répondant aux Objectifs suivants:
– Le « Droit au Transport »
– L’ attractivité des Territoires
– L’ optimisation des Financements publics
– Le développement durable
– Le développement économique
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
SGTM
4
Programme et instances de pilotage
•
Rappel des grands temps d’élaboration du Schéma
– Diagnostic (phase 1) – septembre 2013
– Phase d’élaboration des scénarios pour le Schéma – Décembre
2013
– Plan d’action détaillé et programmation – juin 2014
•
Les différentes instances de pilotage de l’étude
– Une
« équipe pilote » en liaison étroite avec le groupement
d’études : SAP, DITTT, services du GNC
– Un Comité Technique : techniciens des collectivités
– Un Comité de Pilotage : responsables politiques
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
SGTM
5
02-CARACTÉRISTIQUES
DU TERRITOIRE
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
Caractéristiques du territoire
Principes d’organisation du territoire:
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
SGTM
7
Hypothèses d’évolution du territoire
Un horizon 2030 sans grands chamboulements prévisibles dans
l’organisation territoriale:
Une population portée à 315 000 habitants ;
Une montée en puissance douce du pôle VKP – 22 000 habitants en 2030 ;
Les 2/3 de la population installée sur le Grand Nouméa
.
L’économie calédonienne présente de bons résultats:
- Un Indice de Développement Humain proche de celui de la Nouvelle-Zélande ;
- Une économie dynamique (croissance moyenne de 3,3% par an entre 2000 et
2011) qui a permis une certaine diversification (90% du PIB calédonien est issu de la
satisfaction des besoins internes)
Cependant:
- Elle présente des niveaux d’inégalités encore importants ;
- Sa balance commerciale est déficitaire et le territoire ne peut compter que sur une
seule ressource compétitive à l’international : le nickel
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
SGTM
8
Analyse quantitative des déplacements
•
De la nécessité de la connaissance des déplacements
actuels au sein de l’approche prospective
Elaboration d’un modèle simplifié de déplacements tous modes
•
Une cartographie des déplacements difficile à appréhender
d’enquête ménages globale rendant compliquée la
l’appréciation exhaustive des habitudes et des besoins des
habitants
– Absence
Prise en compte des flux enregistrés dans les différents modes
de transport en tant que « résultante » des déplacements
– Prise
en compte des flux de touristes et de croisiéristes (dont
l’évolution pourrait avoir un impact significatif sur les différents
réseaux)
Comité technique - 11 septembre 2013
SGTM
9
03-LES TRANSPORTS
TERRESTRES
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
Les Transports Terrestres – offre routière et
usages
•
Caractéristiques du réseau routier calédonien :
Un linéaire revêtu de 2600 km géré par la Nouvelle Calédonie (22% du linéaire),
les Provinces (25%) et les communes (54%)
Linéaire total (km) Linéaire revêtu (km)
Routes territoriales
Routes provinciales
Routes communales
Total
Répartition du réseau routier
calédonien par domanialité
Un réseau supportant des volumes de
trafic modestes (hors du Grand Nouméa)
562
779
4100
5441
560
640
1400
2600
Charge de trafic de l’axe Koumac – Nouméa – Yaté
2000
8600
2500
3600
5100
5700
9600
20000
53000
28000
600
50000
Un niveau d’entretien du réseau routier
interurbain plutôt minimaliste, mais
d’importantes dépenses d’investissements
programmées pour mettre à niveau le
réseau et le sécuriser
Trafic
journalier
actuel
28000
Capacité
de l'axe
14000
16000
14000
8000
Principaux dysfonctionnements identifiés :
–
–
–
–
Un niveau de service insuffisant sur la RT1
Koumac
Koné
Pouembout
Bourail
La Foa Boulouparis Tontouta
Paita
Dumbéa
Nouméa Mont-Dore
Yaté
Un réseau interurbain à fiabiliser
Une signalisation à mettre aux normes
Une insécurité routière préoccupante
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
SGTM
11
Les Transports Terrestres – offre routière et
usages
Statistiques de sécurité routière en
Nouvelle Calédonie depuis 2004
•
Une insécurité routière préoccupante
Un taux de mortalité particulièrement élevé
Une diminution du nombre d’accidents mais un taux de
gravité qui ne régresse pas
Une surmortalité qui s’explique avant tout par des
problèmes de comportement (vitesse, alcool, absence de
port de la ceinture ou du casque)
L’état des infrastructures routières peut dans certains cas
constituer un facteur aggravant des accidents (obstacles
latéraux, état des accotements,…)
Indicateurs globaux de sécurité routière en Nouvelle
Calédonie, en Métropole et dans les DOM
Tendance d'évolution moyenne du nombre de tués
Taux de tués par million d'habitants
Taux de tués pour 100 accidents
% de tués avec facteur alcool
% de tués avec facteur vitesse
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
* : Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion
Nouvelle
Calédonie
-3% / an
220
12,1
53%
46%
France
Départements
Métropolitaine d'Outremer*
-5% / an
-4% / an
69
93
6,0
7,9
32%
39%
26%
SGTM
12
Les Transports Terrestres – offre et usage des
transports collectifs
•
Les transports collectifs interurbains
– Une
réorganisation et une rationalisation des services qui
doivent aboutir dès 2014 (nouveau matériel roulant, création /
modification de lignes, identité visuelle, modification des arrêts,
information
voyageurs
pédagogie,
nouveau
contrats
d’exploitation)
– Une
offre actuellement théorique liée au statut des exploitants
(risques et périls)
– Peu d’infrastructures dédiées
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
SGTM
13
Les Transports Terrestres – offre et usage des
transports collectifs
•
Les transports collectifs urbains
– Limités au Grand Nouméa (+ réflexion sur la zone VKP) ;
– Des transports urbains souffrant, mais à un degré moindre,
des
mêmes maux que les transports interurbains ;
– Le
projet Néobus comme catalyseur des développements des
Transports Collectifs dans le Grand Nouméa (augmentation de la
qualité de service, réorganisation des réseaux, intégration
tarifaire,….)
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
SGTM
14
Les Transports Terrestres – offre et usage des
transports collectifs
•
Les transports scolaires
multitude d’acteurs en charge de son organisation :
compétence exercée par les Provinces (collèges et lycées) et les
– Une
Communes (primaire) ; SMTU et SCT dans le Grand Nouméa,
associations…dans un ensemble assez « informel »
– Des
difficultés de coordination avec les services de transport
interurbain et urbain dans les zones les plus denses
•
Des services complémentaires aux Transports Collectifs
pour pallier aux carences de l’offre
– Concerne principalement les zones les moins denses et/ou les
plus isolées ;
– Des services de VLC ;
– Moyens « opportunistes » : marche à pied, autostop…
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
SGTM
15
04-LES TRANSPORTS
MARITIMES
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
Les Transports Maritimes – infrastructures
•
Les infrastructures portuaires en NouvelleCalédonie
Un réseau d’infrastructures portuaires constitué du PANC,
d’autres infrastructures publiques (Népoui, Maré, ile des
Port de Nouméa
Pins,…) et d’infrastructures privées exploitées notamment
par les sociétés minières (Doniambo, Prony, Vavouto,…)
Diagnostic des infrastructures portuaires :
-
Le port de Nouméa bénéficie d’infrastructures répondant
aux besoins actuels de la Nouvelle Calédonie et prévoit
des adaptations pour répondre aux besoins futurs (quai
n°8 pour les marchandises, nouveau quai pour les navires
de croisière)
-
Le port public de Népoui doit trouver sa place au sein du
réseau des ports publics
-
Dans les iles les infrastructures sont insuffisantes : les
wharfs et quais doivent faire l’objet d’une remise en état et
d’une maintenance régulière, les flux portuaires et le
stockage marchandises doivent être mieux organisés
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
Port de Népoui
SGTM
17
Les Transports Maritimes – transport de
voyageurs
Bélep
•
Diagnostic du
transport maritime de
voyageurs
Relations maritimes entre les iles
1 aller-retour / semaine
Ouvéa
Koumac
Une organisation différente entre
les iles Loyauté / l’ile des Pins (80
à 100 000 voyageurs / an) et
Bélep (16 000 voyageurs / an),
mais dans chaque cas une
desserte
organisée
par
la
Province
De
nombreux
dysfonctionnements
constatés
pour la desserte des iles Loyauté
et de l’ile des Pins
Une forte concurrence de l’aérien
pour la desserte de l’ile des Pins
et surtout des iles Loyauté
Sur les flux internationaux, un
trafic de croisiéristes en forte
croissance
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
2 aller-retour / semaine
Lifou
Tiga
Maré
1 trajet / semaine
dans le sens
Nouméa-Lifou-Maré
Répartition des volumes de
passagers transportés par le
Betico II sur 3 mois en 2013
Nouméa
1 trajet / semaine
dans le sens
Nouméa-Maré-Lifou
3 aller-retour / semaine
Répartition
des
volumes de
passagers
en 2011
Ile des Pins
SGTM
18
Les Transports Maritimes – transport de
marchandises
•
Diagnostic du transport maritime de marchandises
Au niveau international :
-
Une desserte maritime internationale de bon niveau, des infrastructures et
équipements portuaires adaptés aux besoins
-
Mais un éloignement des centres de production et de fabrication qui contribue à
maintenir des coûts d’importations élevés
A l’échelle du territoire :
-
Des problèmes récurrents constatés sur la desserte des iles Loyauté et de l’ile
des Pins
-
Une situation plus satisfaisante pour la desserte de Bélep, organisée par la
Province Nord
-
Un rôle marginal du transport maritime pour la desserte marchandises de la
Grande Terre, en dehors du trafic maritime généré par l’activité minière
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
SGTM
19
Les Transports Maritimes – Conclusion
•
Diagnostic du transport maritime : synthèse des enjeux
Pour les voyageurs :
-
Pour les croisiéristes : tirer de manière volontariste le meilleur parti d’ un un mouvement
naturellement favorable
-
Pour la desserte des iles Loyauté et de l’ile des Pins : mettre en place une desserte avec un
niveau de service répondant vraiment aux besoins des habitants (qui rejettent totalement l’
alternative mer) et avec un outil naval adapté
-
Pour la desserte de Bélep : consolider le service existant et le développer en fonction de
l’évolution des besoins
Pour les marchandises :
-
Pour la desserte de la Nouvelle Calédonie : mettre en œuvre les aménagements programmés
au port de Nouméa (quai N°8)
-
Pour la desserte des iles Loyauté et de l’ile des Pins : mettre à niveau les infrastructures et
mettre en place un approvisionnement régulier des iles dans une logique de continuité
territoriale
-
Pour la desserte du Nord de la Grande Terre : déterminer le rôle que pourrait jouer le port
SGTM
20
public de Népoui dans une optique de développement d’une desserte maritime du VKP
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
05- LES TRANSPORTS
AÉRIENS
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
Le transport aérien
•
3 niveaux de puissance publique concernés
-
•
le Gouvernement de Nouvelle-Calédonie
et les Provinces.
2 grandes composantes
-
•
l’Etat,
Le transport aérien international,
Doit être considéré dans son ensemble
Le transport aérien intérieur
5 types d’acteurs :
La DAC, le gestionnaire de l’aéroport international de La Tontouta, les exploitants des
autres aéroports et aérodromes, les compagnies aériennes basées en NouvelleCalédonie, les compagnies aériennes étrangères
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
SGTM
22
Le transport aérien – infrastructures
•
Les infrastructures aéroportuaires en Nouvelle-Calédonie
13 aéroports / aérodromes avec ou non activité commerciale
Des projets d’allongement de pistes, de dépôt de carburant, de mise à niveau des
bâtiments d’accueil (Gouvernement et Province des îles)
Belep
Etat
Gouvernement
P. des îles
P. sud
P. nord
Ouvéa
Koumac
Touho
Koné
+ 50 000 pax.an
- 15 000 pax.an
Canala
Tiga
Lifou
Bourail - Poe
La Foa
Mare
Nouméa - Tontouta
Nouméa - Magenta
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
SGTM
Ile des Pins
23
Le transport aérien international
•
7 Etats ou territoires
•
4 compagnies aériennes
2012 / 2011
9 destinations internationales
- Aircalin (en partage de code)
- 3786 mouvements au total en 2012
•
L’aide à la continuité territoriale vers la
la Métropole
•
La problématique des droits de trafic
internationaux vers la Nouvelle Plus grande ouverture à la concurrence et baisse
des tarifs au détriment d ’Aircalin ou système
Calédonie
protecteur et risque pour le développement
économique
Nombre annuel de
Passagers
Air Calédonie International
(Air Calin)
Air New Zealand
Air Austral
Air Vanuatu
Qantas
Comité technique
- 11 septembre 2013
Autres
compagnies
Total passagers
2008
2009
2010
2011
2012p
350 443
335 313
332 036
342 735
363 721
21 951
///
21 621
27 311
22 615
45 764
25 742
45 247
26 215
14 987
9 763
6 662
14 404
15 646
19 932
64 912
60 659
58 009
57 968
60 315
5 015
451 834
8 693
460 219
4 947
477 985
4 049
491 387
809
485 979
SGTM
24
Le transport aérien intérieur
•
Liaisons assurées par la compagnie
Air Calédonie
–
–
ATR 72 et ATR 42
Twin Otter d’Air Loyauté pour les liaisons à
faible trafic
Passagers
Magenta
2008
2009
2010
2011
2012p
348 532
370 056
367 636
343 651
385 308
86 548
88 675
78 915
80 469
131 207
136 715
141 441
134 017
Ouvéa
63 713
69 247
70 673
66 755
Maré
63 920
69 586
69 349
60 499
Touho
1 439
957
211
902
Koné
1 310
2 689
4 493
4 902
Koumac
2 745
1 510
2 381
2 738
Tiga
2 037
2 978
2 276
2 245
Belep
1 807
872
1 447
1 528
84 778
162 001
72 616
67 555
1 370
5 601
3 262
2 340
2 010
6 062
Ile-des-Pins
Lifou
Inter-îles
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
4 336
SGTM
25
Le transport aérien : les dessertes intérieures
•
Un monopole naturel qui implique une autorité de régulation économique:
–
–
Pas de concurrence sur ce marché non rentable
Régulation nécessaire par la puissance publique : des tarifs, de l’obligation de service, de
situation économique…
•
Une mission de service public qui implique une aide financière aux liaisons
naturellement déficitaires: à rationaliser et homogénéiser
•
Un choix à faire entre propriété publique du transporteur avec autonomie de
gestion ou DSP avec mise en concurrence
•
Conserver le principe d’aide à la personne pour la continuité territoriale
intérieure
•
Intégrer le tourisme dans la réflexion
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
SGTM
26
Conclusion sur le transport aérien
Atouts : Bonne base d’organisation
• le système de navigation aérienne,
• les compétences techniques de la DAC,
• l’infrastructure aéroportuaire :
aménagements mais pas de remise en
cause du réseau,
• le dimensionnement général et la flotte de
chaque compagnie aérienne,
• l’existence d’un système d’aides publiques.
•
•
•
•
•
Faiblesses : Manque de cadre clair,
explicite
• Des besoins de clarification des principes
de gouvernance
• Des besoins de simplification et
d’homogénéisation
• Un besoin de rigueur de gestion
Système de transport aérien existant correctement dimensionné
Dessertes internationales : quelle évolution du marché?
Dessertes intérieures
• Les bases techniques de l’outil existant correspondent aux besoins.
Gouvernance et gestion financière de l’ensemble manquent de clarté,
•Infrastructures
: poursuivre les investissements d’allongement et d’élargissement de
pistes, de modernisation des aérogares, Question des dépôts de carburant (Lifou)
Regroupement de l’activité des deux aéroports de Nouméa
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
SGTM
27
06- GOUVERNANCE
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
Aspects institutionnels et de gouvernance
•
Compétences et délégations de compétences
– Les Accords de Matignon – Oudinot et la loi référendaire de 1988
comme point de départ de l’organisation actuelle ;
– L’Etat
et la Nouvelle-Calédonie compétents en termes de
réglementation (+ délégations aux Provinces) ;
matière d’infrastructures, les compétences sont organisées
en fonction de l’intérêt territorial s’y rapportant ;
– En
– De
nouveaux transferts de compétences (droit civil et
commercial, transport maritime, police et sécurité de la
circulation maritime et aérienne intérieure)
•
Un cadre législatif et réglementaire qui n’ est pas complet:
LOTI et Droit au Transport, problèmes liés au foncier et aux
enquêtes publiques, réglementation des professions, réglementation
des transports, Code des transports…
SGTM
29
Aspects institutionnels et de gouvernance
•
Une variété de modalités de contractualisation :
DSP, marchés publics, délégation semi-publique (SEM),…
Des contrats souvent rédigés au regard de la « situation existante »
•
Des risques et opportunités de gouvernance à appréhender
et saisir :
Calendrier politique, évolution des structures intercommunales ,
évolution de la fiscalité, nouvelles technologies (centrale de
mobilité), difficultés financières…
Comité technique - 11 septembre 2013
SGTM
30
07-COMPTE
DEPLACEMENTS ET
ANALYSE FINANCIERE
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
Le Compte Déplacements ou la
« photographie » du coût des transports
•
Un exercice de reconstitution du coût réel des
déplacements quotidiens basé sur une approche
économique et financière (premiers éléments)
•
Principaux résultats:
milliards de francs XPF sont dépensés lors d’une année
type pour les transports terrestres, dont 83% sont associés aux
dépenses des ménages pour la VP
– 68,3
– Cela ne représente que 10% du PIB, contre 12% en Métropole,
et 18% à la Réunion et en Guyane.
– Mais
cela représente néanmoins un poids important des
transports dans le budget des ménages (19% face à 15% en
Europe Occidentale)
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
SGTM
32
Le Compte Déplacements ou la
« photographie » du coût des transports
•
Principaux résultats:
– Pour la voirie, la Nouvelle Calédonie
dépense 34600 Francs par
habitant et par an, quand la Métropole dépense 38200 Francs, la
Réunion 88300 Francs et la Guyane 58500 Francs ;
– Pour
les Transports Collectifs, la Nouvelle Calédonie dépense
22700 Francs par habitant et par an, quand la Métropole
dépense 77600 Francs, la Réunion 29800 Francs et la Guyane
27400 Francs..
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
SGTM
33
Le Compte Déplacements ou la
« photographie » du coût des transports
•
Principaux résultats:
–
L’ usager paie 45% de la dépense transport collectif, quand celui
de Métropole en paie 35% et celui de la Réunion 28%.
– La taxe sur les produits pétroliers
est encore loin des standards
de métropole concernant le taux de couverture des couts des
transports urbains (15% contre 40% en Ile-de-France)
– L’
insécurité routière se traduit par un « coût externe » de
54000 XPF par an et par habitant (contre 22 500 XPF en
métropole)
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
SGTM
34
Diagnostic financier
•
Analyse financière en vue de mesurer la politique existante
en matière de transport et mobilité au travers de l’analyse
des comptes des collectivités
•
Principaux résultats
– 10,3 Mds XPF par an de dépenses, dont 6,7 Mds XPF dédiés à
la voirie et 3,6 Mds XPF dédiés aux autres modes de transport
(hors dépenses finales du SMTU, du SMTI et hors dépenses des
délégataires), acquittés par les Collectivités ;
– Ces
dépenses se répartissent à 45% en fonctionnement et à
55% en investissement ;
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
SGTM
35
Diagnostic financier
•
Principaux résultats
– Ces dépenses mobilisent cependant assez peu les budgets des
collectivités (de 2,5% pour les Provinces et la NouvelleCalédonie à 6% pour les communes) ;
– La fiscalité dédiée au transport représente 2,8 Mds XPF ;
– Les collectivités présentent en moyenne une santé financière
convenable ;
– Le
système actuel de redistribution des recettes fiscales ne
facilite pas le lancement de projets par les Provinces et les
Communes.
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
SGTM
36
Analyse des contrats et modes de relations
entre Autorités et Exploitants
•
Une variété de modalités de contractualisation : DSP,
marchés publics, SPL, régimes de régie…, délégation semi-publique
(SEM)
– Pas d’analyse (audit) des contrats existants dans le cadre de la
présente démarche ;
– Des
contrats souvent rédigés au regard de la « situation
existante »
•
Des réflexions qui devront éclairer la question des modes
d’évolution possibles et souhaitables de la gestion des
services de transport visant à:
– Bonne appréciation initiale des besoins ;
– Capacité des Autorités à exercer un
pilotage efficace des
exploitants (exigences, qualité, coûts,…) ;
– Devenir et prise en compte des dispositifs de subventionnement
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
SGTM
37
08-SYNTHÈSE DES
ENJEUX
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
Synthèse des enjeux
– Un
territoire marqué par un polycentrisme économique et
démographique avec de (très) faibles densités en dehors du
Grand Nouméa : une tendance à la stabilité du modèle hors
émergence secondaire du pôle VKP ;
– De
fortes disparités dans les habitudes de déplacements /
besoins en fonction des territoires ;
– Des difficultés à appréhender les besoins de mobilité et donc leur
évolution (absence d’enquêtes déplacements, fiabilité des
données relatives à l’évolution des touristes et des croisiéristes) ;
– La nécessité de la définition d’ un cadre législatif et réglementaire
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
SGTM
39
Synthèse des enjeux
– Un
réseau routier qui irrigue correctement le territoire et un
réseau a priori suffisamment capacitaire à l’horizon du SGTM,
mais dont l’entretien doit être perfectionné et devant faire l’objet
d’aménagements ponctuels, notamment afin de lutter contre
l’insécurité routière ;
– Des transports collectifs « loin du compte » en termes quantitatifs
et qualitatifs, mais dont les évolutions actuelles en termes de
gouvernance enclenchent une dynamique positive ;
– Des transports à adapter pour la desserte des zones de faible
densité ;
transport maritime pour lequel l’encadrement de
l’approvisionnement des îles apparait indispensable (alors que
l’approvisionnement général international de la Nouvelle
Calédonie s’avère satisfaisant)
– Un
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
SGTM
40
Synthèse des enjeux
– Un transport aérien, pour lequel une optimisation économique du
système intérieur apparait nécessaire (devenir des compagnies,
dispositifs de subventionnement) ;
– Des
transports maritime et aérien vers les îles qui doivent
devenir plus complémentaires ;
– L’
hypothèse d’ un transport ferroviaire à long terme à
approfondir ;
– Une gouvernance générale des transports qui doit évoluer vers
davantage de coordination en vue de fournir des services
intermodaux rationalisés
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
SGTM
41
Synthèse des enjeux
– La nécessité
de dégager des ressources pérennes suffisantes
pour financer les transports ;
– La nécessité de mettre en place des contrats performants entre
les Autorités Organisatrices et les Opérateurs, quels qu’ ils
soient, afin d’ améliorer l’ efficacité globale du système
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
SGTM
42
09-PROCHAINES
ETAPES
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
Prochaines étapes
•
Validation du diagnostic
– Validation du diagnostic par les membres du Comité de Pilotage ;
– Un ensemble partagé d’enjeux et de constats relatifs aux
différents systèmes de transport et à leur organisation
•
L’établissement de divers scénarios d’évolution des
systèmes de transport en Nouvelle-Calédonie (fin 2013)
Des scénarios à bâtir autour des composantes suivantes :
– horizons de mise en œuvre des actions proposées et phasage,
– effort financier à accomplir,
– priorisation territoriale,
– degré d’encadrement des services de transport par les
Collectivités,
–…
Comité de Pilotage 13 septembre 2013
SGTM
44

similar documents