document Power Point - Refusons les compteurs

Report
ESTRIE REFUSE
LES COMPTEURS À RADIOFRÉQUENCES
(Compteurs numériques, compteurs numériques de première génération
à radiofréquences, compteurs de deuxième génération dits intelligents)
ESTRIE REFUSE
Une initiative des Amis de la Terre de l’Estrie
http://estrierefuse.wordpress.com/
POURQUOI «ESTRIE REFUSE»?
L’élément déclencheur:
• La Régie de l’énergie, le 5 octobre 2012, autorise le
déploiement de compteurs de deuxième génération par HydroQuébec, sans considération pour la santé.
http://internet.regie-energie.qc.ca/Depot/Projets/111/Documents/R-3770-2011-A-0163-DECDEC-2012_10_05.pdf
• Le compteur à radiofréquences fait plus que doubler
l’exposition aux champs électromagnétiques (CEM), de
nombreuses personnes deviennent sérieusement malades suite
à l’exposition aux ondes des compteurs à radiofréquences.
http://maisonsaine.ca/compteurs-intelligents-une-taxe-sante-contestee/
• Pour une première fois, les gens sont exposés aux
radiofréquences dans leur propre maison, sur une base
continue et contre leur gré.
HISTORIQUE DE L’EXPOSITION AUX RADIOFRÉQUENCES
NOTRE EXPOSITION AUX RADIO-FRÉQUENCES
Les effets sur la santé montrés
ici ne sont pas officiellement
reconnus par Santé Canada
SANTÉ CANADA
• Les niveaux d’exposition jugés acceptables sont énoncés au
Code de sécurité 6 de Santé Canada.
http://www.hc-sc.gc.ca/ewh-semt/pubs/radiation/radio_guide-lignes_direct-fra.php
Dernières mises à jour en 2009 (mêmes niveaux qu’en 1999)
• Les limites maximales pour les fréquences allant de 30 kHz à
300 GHz sont de 2 à 10 W/m2 (2 000 000 à 10 000 000 µW/m2).
• On ne prend en compte que les effets thermiques. On ne
reconnaît pas les effets biologiques, c’est-à-dire que le
fonctionnement normal des cellules puisse être perturbé par
les champs électromagnétiques.
(Si ça ne brûle pas, ce n’est pas dangereux!!!)
Lignes directrices de Santé Canada sur l'exposition aux radiofréquences
Niveau d’exposition maximal pour le
compteur à RF et intelligent en fonction
des effets thermiques uniquement
6 w/m2 (6 000 000 µw/m2)
PROTÉGEZ-VOUS
Protégez-Vous a publié en novembre 2012 une étude de l’École Polytechnique
affirmant que l’exposition des Québécois est bien en deçà des limites maximales
et qu’il ne faut pas s’en inquiéter. Cela uniquement en regard des effets
thermiques tel que le dit Santé Canada. En ne parlant pas des effets biologiques,
on sème la confusion chez la population.
Il est à remarquer que pour son étude, l’École Polytechnique a été subventionnée
par l’industrie du sans fil (avoué par Protégez-Vous sur son site internet).
DIRECTIVES DE L’INSTITUT NATIONAL DE
SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC (INSPQ)
• 10 Antennes de téléphonie mobile et santé publique,
ÉTAT DES CONNAISSANCES, sept. 2010
http://www.ic.gc.ca/eic/site/smt-gst.nsf/vwapj/AntennesCell.pdf/$FILE/AntennesCell.pdf
• 20 Les compteurs d’électricité de nouvelle génération
présentent-ils un risque pour la santé? mars 2012
http://internet.regie-energie.qc.ca/Depot/Projets/111/Documents/R-3770-2011-D-0062-OBSERV-AUTRE-2012_03_16.pdf
• Dans ces documents, comme Santé Canada, on ne reconnaît
que les effets thermiques. Au mieux, on mentionne qu’il faut plus
de recherche.
• On fait référence à des publications de 2009 et antérieures et il
y a aucune mention qu’en mai 2011, l’Organisation mondiale de
la santé (OMS) classait les radiofréquences comme «peut-être
cancérogènes pour l’homme»!!!
DEPUIS 2009, L’ÉTAT DES CONNAISSANCES A ÉVOLUÉ
• En mai 2011, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a changé sa
position en classant les radiofréquences comme «peut-être cancérogènes
pour l’homme», au même titre que le plomb et le mercure.
http://www.iarc.fr/fr/media-centre/pr/2011/pdfs/pr208_F.pdf
• En décembre 2012, l’Académie américaine de pédiatrie (AAP), regroupant
plus de 60 000 médecins et intervenants, demande une révision des
normes d’exposition aux CEM afin de mieux protéger les femmes
enceintes et les enfants qui sont particulièrement sensibles.
http://www.emfacts.com/2012/12/american-academy-of-pediatricians-endorses-cell-phone-safetylegislation/
• En 2012, des études réalisées en Angleterre, en Australie et en Autriche
ont démontré un accroissement du cancer du cerveau de 50 % à 200 %
chez les utilisateurs du cellulaire. http://www.brain-surgery.us/mobilephone.html
http://www.youtube.com/watch?v=AEOcB7Svhvw
DEPUIS 2009, L’ÉTAT DES CONNAISSANCES A ÉVOLUÉ
(suite 2)
• En décembre 2012, les médecins allemands (plus de 1000) rappellent
l’urgence d’agir pour contrer les effets négatifs des radiofréquences sur
la santé.
Référence%20et%20liens\Appel%20des%20médecins%20allemands%20International%20
Doctors%20Appeal%202012_2012_Nov_21.pdf
• Les pays scandinaves, ainsi que l’Autriche, reconnaissent l’électrohypersensibilité, au même titre que les autres affections d’origine
environnementale. (Plusieurs cas d’électrohypersensibilité sont apparus
au Québec suite à l’installation de compteurs ITRON par d’HydroQuébec). http://www.es-uk.info/info/sweden.asp
• La Suisse, la Russie, l’Italie, la Belgique, la Pologne, la Hongrie, la Chine,
l’Australie, la Tchécoslovaquie et la ville de Paris ont des normes
d’exposition beaucoup plus restrictives. (100 à 10 000 µWatts/m2).
Bruxelles refuse le 4G.
http://www.powerwatch.org.uk/science/intguidance.asp
DEPUIS 2009, L’ÉTAT DES CONNAISSANCES A ÉVOLUÉ
(suite 3)
• En mai 2011, le Conseil de l'Europe (résolution 1815) recommande aux pays
membres d’adopter des normes plus sécuritaires, fait une mise en garde contre
le lobby de l’industrie et demande d’instaurer des zones libres de CEM pour
accommoder les individus électrosensibles.
http://www.assembly.coe.int/ASP/Doc/XrefViewHTML.asp?FileID=17994&Language=FR
• En décembre 2012, les députés français ont déposé le projet de loi 531, pour
l’abaissement des normes d’exposition aux CEM en fonction des impératifs de
santé. Ce projet de loi fait état de la problématique du lobby de l’industrie et
propose des solutions pour des usages sécuritaires des technologies sans fil.
http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion0531.asp
• Le 7 janvier 2013, le rapport BioInitiative, (plus de 600 pages et 1800 études),
produit par 29 scientifiques internationaux de renom (dont 2 québécois),
recommande, entre autres, que les CEM soient maintenant classés
cancérigènes et que les normes d’exposition soient revues en conséquence………
http://www.bioinitiative.org/
• Tableau des effets biologiques selon BioInitiative
DEPUIS 2009, L’ÉTAT DES CONNAISSANCES A ÉVOLUÉ
(suite 4)
• L’Académie américaine de médecine environnementale, en juillet 2012
(AAEM), a émis la recommandation qu’aucun compteur à RF ne devrait
être installé sur le domicile de toute personne présentant des troubles de
santé, pas plus que sur le domicile de ses voisins.
http://aaemonline.org/AAEMEMFmedicalconditions.pdf
• Le rapport Carpenter du nom du fondateur de l’Institute for Health and
the Environment, de l’université d’Albany, cite que « l’état de la recherche
scientifique établit de façon suffisante que les compteurs à radiofréquences
proposés par Hydro-Québec puissent constituer un risque sérieux et engendrer
des dommages irréversibles pour la santé, notamment des séquelles biologiques
autres que celles résultant d’un effet thermique ». Ce rapport a été présenté à
la Régie de l’énergie en 2012, mais non retenu. (seuls les aspects
économiques furent considérés).
http://www.ledevoir.com/documents/pdf/carpenter.pdf
SYMPTÔMES RÉPERTORIÉS PAR LE GROUPEMENT DES
PERSONNES ÉLECTROHYPERSENSIBLES DE BELGIQUE
•
•
•
•
•
•
•
•
Sommeil perturbé
Nervosité intérieure, hyperactivité
Sifflement dans les oreilles
Saignements du nez
Irritabilité, hostilité
Dépression
Inquiétude, anxiété
Difficulté de se concentrer,
d’apprendre, de mémoriser
• Douleurs rhumatismales et
articulaires
• Douleurs, pressions et tensions au
crâne
• Tensions à l’arrière de la tête, dans la
nuque et les épaules
• Picotements dans le corps
• Tremblements dans le corps
• Douleurs sourdes dans le corps
• Altération des sensations du toucher
• Serrements au niveau du ventre
• Troubles cardiaques et vasculaires
• Altération de la vue
• Membres qui dorment
Voir le site pour la description complète des symptômes
INTENSITÉ ANNONCÉE PAR HYDRO-QUÉBEC
Usages ponctuels
Valeur moyenne d’ondes
pulsées sur 6 minutes
FICTION ET RÉALITÉ
La réalité est que pour les ondes pulsées,
c’est la valeur complète de l’onde radio qui
est en cause pour les effets biologiques,
environ 8 000 µW/m2 comme on peut
lire sur l’échelle de gauche.
Valeur moyenne annoncée
par Hydro-Québec, 50 µW/m2
Source: RAPPORT D’EXPERTISE DE STÉPHANE BÉLAINSKY EXPERTISE ÉLECTROMAGNÉTIQUE ENVIRONNEMENTALE 3E INC.
http://www.cqlpe.ca/
ONDES PULSÉES DES COMPTEURS À RADIOFRÉQUENCES
Effet réel des ondes
pulsées sur les cellules
Compteurs Hydro-Québec: 1 à 4 pulses par minutes
Intensité
8 000 µW/m2
Cellulaire
2 600 µW/m2
50 µW/m2
2.2 µW/m2
Moyenne
Temps
Compteurs Hydro-Sherbrooke: 1 ou 2 pulses par minute
Selon le consultant 3E inc. : 2 700 à 49 000 µW/m2
Source: RAPPORT D’EXPERTISE DE STÉPHANE BÉLAINSKY EXPERTISE ÉLECTROMAGNÉTIQUE ENVIRONNEMENTALE 3E INC.
http://www.cqlpe.ca/
TABLEAU DE COMPARAISONS ANNONCÉES
PAR L’INDUSTRIE EN CALIFORNIE
Non corrigé en fonction du temps d’usage et
de l’exposition sur le corps humain.
(1 µW/cm2 = 10 000 µW/m2)
Lien
TABLEAU DE COMPARAISONS ANNONCÉES
PAR L’INDUSTRIE EN CALIFORNIE
Corrigé en fonction du temps d’usage et de
l’exposition cumulative sur le corps humain.
(1 µW/cm2 = 10 000 µW/m2)
Lien
FICTION ET RÉALITÉ 1
Si les compteurs à radiofréquences étaient vraiment dangereux,
nos autorités gouvernementales feraient des mises en garde.
Les études les plus récentes (2010 et plus) ne laissent plus de doute
sur les dangers des radiofréquences.
Les études sur lesquelles nos gouvernements se basent sont désuètes
(2009 et avant, alors que les recherches les plus concluantes sont parues
de 2010 à 2012 et même 2013).
Il a fallu à Santé Canada des dizaines d’années pour agir dans les cas de la
cigarette, du plomb, des gras trans, etc..
Le lobby de l’industrie maintient la controverse.
Maintenant qu’on connaît le danger, et sachant très bien que la locomotive
gouvernementale ne peut « faire demi-tour sur un dix sous », pourquoi
attendre? Il incombe à nos autorités locales d’appliquer le principe de
précaution.
FICTION ET RÉALITÉ 2
Un cellulaire est pire qu’un compteur à radiofréquences ?
L’intensité annoncée d’un compteur à radiofréquences est de 50 μW/m2 pour HQ ou de 2,2
μW/m2 pour Hydro-Sherbrooke. Il s’agit là d’une valeur moyenne sur six minutes. Pour les
effets biologiques autres que l’élévation de température, c’est l’onde en totalité qui risque
de perturber le fonctionnement de la cellule et non pas sa valeur mathématique moyenne.
Les valeurs mesurées par une firme indépendante sur les compteurs d’HQ varient 2 700 à
49 000 µW/m2. Rien ne nous indique que cela est différent pour ceux d’Hydro-Sherbrooke.
La valeur généralement admise pour l’intensité d’un compteur à radiofréquence est de
8 000 µW/m2 en usage continu 24 h sur 24, alors que celle d’un cellulaire est de 2 600
µW/m2pour un usage ponctuel. Alors, l’exposition cumulative sur 24 heures en provenance
d’un compteur est de loin supérieure à celle d’un cellulaire dont l’usage est ponctuel.
Pour les compteurs à radiofréquences, on est exposés tant à ceux de nos voisins qu’au nôtre.
On a le choix de ne pas dormir avec le cellulaire. Ce n’est pas le cas pour un compteur.
Pour une exposition moindre et ponctuelle, en dix ans d’usage d’un cellulaire, la probabilité
d’un cancer du cerveau augmente de 50 à 200%.
Pour des raisons de santé, de plus en plus de pays d’Europe interdisent ou font des
mises en garde contre le cellulaire aux moins de 14 ou 18 ans.
Pourquoi , ici, les exposer aux compteurs à radiofréquences?
FICTION ET RÉALITÉ 3
Les compteurs à radiofréquences que Sherbrooke veut installer sont moins
puissants, donc plus sécuritaires. En plus, il y a un droit de retrait,
donc les gens on la liberté de choix.
On n’a pas de données fiables sur l’intensité de 2,2 µW/m2 annoncée pour les
compteurs à radiofréquences d’Hydro-Sherbrooke. Depuis que ce type de
compteur fait mauvaise presse aux USA, les fabricants annoncent des
intensités d’émission inférieures à ce qu’ils émettent. Les valeurs que l’on
retrouve dans la littérature sont du même ordre que celles des compteurs
d’HQ, soit de 8 000 µW/m2.
En milieu urbain, les personnes peuvent être exposées 24h/24 aux compteurs
avoisinants, si les occupants ne se sont pas prévalus de leur droit de retrait
(coût initial de 98 $, plus mensualité de 17 $ avant taxes pour HQ, mensualité
de 4,25 $ pour HS, non officiel). Une problématique aigüe pour les édifices à
logements multiples, condos et appartements.
Les matériaux des bâtiments n’offrent que très peu d’atténuation du niveau
des radiofréquences. À preuve, les téléphones résidentiels sans fil
fonctionnent très bien sur le patio et ce sont des appareils utilisant les mêmes
gammes d’ondes.
FICTION ET RÉALITÉ 4
Il y des radiofréquences partout et personne n’est malade.
Jusqu’à tout récemment, nous n’avions que l’exposition relativement faible
des tours de télécommunication, puis est arrivé le cellulaire et le routeur. Les
compteurs à radiofréquences ajoutent une toile permanente d’exposition
dans nos propres demeures.
Il est légitime de se demander si nous en sommes au point où nous
dépassons les limites sécuritaires. Selon des scientifiques, l’engouement
pour les technologies sans fil de toutes sortes pourrait causer une
augmentation considérable des cas d’électrohypersensibilité.
Les études montrent une augmentation croissante du cancer du cerveau
ainsi que des cas d’électrohypersensibilité, pathologie reconnue par le
Conseil des ministres nordiques des pays scandinaves.
L’idée n’est pas de bannir ces technologies mais bien de les utiliser de façon
sécuritaire. Si nos gouvernements posent des balises, l’industrie du sans fil
s’y adaptera. Tel fut le cas pour la sécurité des véhicules automobiles par
exemple.
L’APPLICATION DU PRINCIPE DE PRÉCAUTION
Paru en janvier 2013, un rapport de l’Agence européenne de l’environnement
(AEE) démontre, qu’en matière de risques environnementaux, incluant les
dangers relatifs au champs électromagnétiques, il est rentable d’appliquer
le principe de précaution. Ce qui fut vérifié dans 84 cas sur 88 par l’AEE.
Ce rapport montre également que « les mesures de précaution permettent
souvent de stimuler plutôt que d'étouffer l'innovation ».
En Colombie-Britanique et dans plusieurs villes de Californie
on a obtenu le droit de conserver le compteur électromécanique.
D’autres états aux USA sont en démarches légales sur le même point.
Présentement au Québec, 13 municipalités ont votés des résolutions
demandant à Hydro-Québec de ne pas installer de compteurs à
radiofréquences sur leur territoire.
Nous demandons à notre ville et à notre gouvernement
supérieur d’appliquer le principe de précaution et
de surseoir à tout projet de déploiement des
compteurs à radiofréquences
DIFFÉRENTS TYPES DE COMPTEURS
Électromécaniques
Numérique non communicant CIS
Communiquant C1SR
Communiquant intelligent HQ
On place des compteurs à
radiofréquences sur les même
boitiers que les compteurs
électromécaniques dont la
localisation, à l’origine, n’a pas
été prévue pour des appareils qui
émettent des ondes radio.
Réseau maillé des compteurs de dernière génération d’Hydro-Québec

similar documents