présentation Educ RDC lasdel - ORBi

Report
L A G O U V E R N A NC E É D U C A T I V E E N R D C S A I S I E P A R U N E
D É M A R C HE S O C I O - A NT H RO P O LO GI Q U E : Q U E L Q U ES
Q U E S T I O N S D E M É T H O D E E T D ’ I N T ER P R ÉT A T I O N D E
« L ’ E T A T D E S U S A G ER S »
M A R C P O N C ELE T , P Ô L E - S U D , I S H S - U N I V ER S I T É D E L I È G E
LASDEL, UNIVERSITÉ D’ÉTÉ , OCTOBRE
2012
A story of
school, State,
Churches,
time and
…money
LES RECHERCHES
 2006-2009 : GRAP OSC « Les associations de Parents » (BéninRDC)
 Comhaire et Mrsic in P. Petit, Société civile et éducation (Edit.
Académia-Bruyland 2010)
 Poncelet, Pirotte, Mondes en développement, 2007
 2008-2010 : IOB-UA (De Herdt), UCK (Bwebwa), Unilu (Ngoy),
MRAC (Trefon), Pôle-Sud (Poncelet), Lasdel (Olivier de
Sardan, Diarra). Programme de la Politique scientifique
fédérale belge. Strategic policy support for post -conflict
reconstruction in Democratic Republic of Congo + Dfid (UK
Aid Agency) Support pour des recherches complémentaires sur
l’école primaire dans les provinces.
 Secteurs étudiés : école primaire, questions foncières autour du
maraîchage urbain, approvisionnement énergétique (charbon de bois)
 De Herdt (Coord.) L’Harmattan 2011,
 Poncelet, André, De Herdt, Autrepart 2010
 Titeca, De Herdt, African Affairs, feb. 2011
GESTION DE PROGRAMMES
UNIVERSITAIRES EN RDC
 2000-2009
 Observatoire du changement urbain Lubumbashi (Prof Petit et Dibwe)
 2004-2008
 Grap OSC (Organisations des sociétés civiles économie sociale et
développement (APE en CP en RDC, G. André et S. Mrsic)
 2009-2013
 Grap AAA ( Sécurité alimentaire : Agriculture, Alimentation, Afrique)
 http://www.grap3a.be/index.php
 2004-2012, Coopération institutionnelle avec les universités
congolaises
 Unikin, Sciences sociales et pauvreté (Prof.Lututala etProf. Kapagama)
 Unilu, Culture et développement des sociétés africaines (Prof Dibwe)
EIC-CONGO BELGE,
RÉPUBLIQUE DU
CONGO, ZAÏRE,
RDC…
Une
historicité
singulière
du champ
scolaire

1860-85 : explorations et conquêtes
 1885 : L’EIC (Léopold II): un Etat privé!
 1908 : «reprise » comme colonie belge
 Concession généralisée de l’éducation
 1 9 5 4 - 5 5 : l a p r e m i è r e g u e r r e s c o l a i re a u C o n g o
 1 9 6 0 - 6 5 : I n d é p e n da n c e ( s ) , « c o n g o l i s at i o n »
« rébellions », Mobutu au pouvoir
 1970-1975 : mise en place de l’Etat MPR : « une
puissance africaine en devenir »
 « nationalisation » inaboutie de l’éducation
 Authenticité reste au seuil de l’école
 1977 : restitutions des écoles aux Eglises : début de la « guerre
froide » scolaire entre Eglise catholique et L’Etat
 1985-1990 : Ajustement structurel et contraction de
l’Etat : débrouillez vous! Yiba moke!
 Ouverture officielle de l’éducation au « privé » (1986)
 Le partenariat : le recours à la contribution financière des parents
 1990-1995 Echec de la transition, pillages, destruction
d e s b a s e s d e l ’ é c o n o mi e , s o c i é t é a b a n d o n n é e ,
« i n f o r ma l i s at i o n » g é n é r a l e e t r é d u c t i o n d r a s t i q u e d e s
b u d g e ts p u b l i c s e t d e s c o o p é ra t i o n s

rupture du financement public de l’éducation, survivre!
 1 9 9 6 - 2 0 0 2 / 2 0 0 5 … d e l a q u e s t i o n r w a n da i s e à l a
« première guerre mondiale africaine » :
 l’institutionnalisation de la « survie » scolaire dans « l’Etat failli »
 2 0 0 5 : P a i x ( ? ) « r e c o n s t ru c t i o n » ( ? ) r e t o u r d e s
i n v e s t i s se m en ts e t d e s b a i l l e u rs :
 Reprise expérimentale des appuis extérieurs (Purus et PPTE) dans
l’éducation
 Échec des tentatives de peser sur la gouvernance éducative « de
fait »
 Reprise des enrôlements, recrutements et mécanisation des
enseignants
TOUT
NOUVEAU
!
David Van
Reybrouck ,
Congo, une
H i s t o i re , A c t e s
Sud, 2012.

De Crawford-Young, Mac Gaffey,
Lemarchand, Jewsiewicki, Englebert, de
Villers, Trefon : une tradition US : critique
de l’Etat colonial ,formation et collapse du
pouvoir dans le Zaïre « informalisé »
 Merlier (Maurel), Weiss, Nzongola,
Willame, N’Daywel, Van Reybrouck, etc. :
Histoire politique : extraversion
dépendance, la nation par l’adversité ou
par défaut!
 Vansina, Devish, Mudimbe,Yoka, De
Boeck,
 de l’ethnographie aux postcolonial studies :
 derrière l’Histoire : l’imaginaire en travail
(innovations religieuses, culturelles, everyday
life…and postmodernity
 Littérature romanesque et critique culturelle :
Gide, Green, Naipaul, Stearns (dancing in the
glory of the Monsters), Lieve Joris….
 The Heart of Darkness…. Again
 « Limit of any rationality »
LITTÉRATURE.
d’énormes
ressources sur
le Congo
- Production
congolaise
(des dizaines de
livres congolais
sur la tragédie
éducative au
Zaïre Congo
- Europe
(Belgique)
- Last but not
least
USA/Canada
PIÈGES EXPLICITES OU IMPLICITES :
LITTÉRATURE ET LE SENS COMMUN DES
ACTEURS
 S y n dro me co n g o la is p e u d’ a p p ro ches co mp a ra tives
 L’ idé e d’ un e rup t ure, b rut a le, f o n da men tale, p ro f o n de e t e x p licative
 Rupture coloniale
 Rupture du projet d’« Etat total » (MPR)
 Rupture de la première guerre mondiale africaine 1996)
 « P a radigme » de la co rrup t io n
 D é p o s s es sio n de s re s s o urces , de l’ h is t o ire, de s o i. I mp uis s ance e t
« ma lé dictio n » !
 N a t ion « ima g in ée » ma is imp o s s ib le à t ra duire e n in s t it ution s
a cce p tables
 Le p e up le « s urv iv an t » a s s imilé à t o ut e la p o p ula t io n, v ict ime d’ un e
t ra g édie h is t o riq ue a b s o lue , b rico la n t s a s urv ie
 Le p e up le in f o rme l ( « p e t its » , f e mme s, m’ b o k at ier , e t c. . ) h o rs l’ Et a t
 La mis è re e t l’ a rt icle 1 5
 L ’ in g o uvern ance : « Th e y i s n o Con g o » ( H e rbs t , M ills 2 0 0 9); En g le bert ,
A f r i c a , S ov e r eign ty an d s or r ow ( 2 0 09)
MÉTHODOLOGIE
 Ecris comme base, équipes mixtes, préparation des enquêtes
sur les sites, enquête collective croisée (thèmes, lieux,
institutions et AS)
 Des sites urbains, périurbains et ruraux ( petites villes
provinciales)
 Comparatif? Intersectoriel ( makala, foncier, école) : périlleux
de tirer des conclusions transversales en termes de
gouvernance!
 Evénements critiques ou moments témoins du champ
éducatif (AG, Fonds de solidarité catholique à Kinshasa,
« gratuité » décrétée à L’shi, une inspection scolaire, la
gestion de Purus, une négociation syndicale, le
fonctionnement du Cecope…)
 Réunions en RDC et en Europe
 Une « restitution » à Kinshasa : un exercice hautement
significatif!
MÉTHODOLOGIE SUITE
 « Représentativité raisonnée » : un pari!
 Echelle gigantesque
 Grande variabilité des configurations des rapports de pouvoir dans
le champs éducatifs sous-provinciaux ( inclus dans notre analyse) y
compris en termes financiers (la singularité kinoise, sur scolarisation, développement très important du privé, prolifération
du privé supérieur!
 Prolifération et « hybridité » institutionnelles, mémoire (ex :
accords de M’Budi) et empilement des textes, prises de positions,
etc..
 Incertitudes très fréquentes et résistantes sur la nature des règles
officielles, leur portée, leur sanction, leur retrait…
 Mobilité des normes pratiques, contestations et suspicions
généralisées sur l’argent
 Des « quasi dogmes » du champ et le « non discutable » posent
sans cesse problème dans l’investigation
2007-2010 L’ÉCOLE PRIMAIRE DANS
UN « FAILED STATE EXEMPLAIRE »
 L’école primaire a survécu! Plus de 10.000.000 d’élèves! Des taux d’accès
plus élevés que la moyenne africaine malgré un recul relatif temporaire.
 1990-2005 un ralentissemen t des taux de scolarisatio n ou une
remarquab le résilience??
 Une demande d’école « à tout prix » ou une offre résiliente?
 Les réseaux dans les écoles primaires: chaque réseau ayant son
administr a tio n et son inspectio n
 Enseignement public officiel de l’état : 10%
 Enseignement public confessionnel conventionné 75% (dont 50 %catholique, 45%
différentes églises protestantes)
 Privé : 15% où l’on peut retrouver des pouvoirs confessionnels
 L’expansio n de la bureaucra tie scolaire publique et confessio nnelle
: « démissio n de l’Etat »?
 Enseignement = + 50% de la fonction publique
 « L’Etat par le bas » l’exemple de la mécanisation
 « Partenaria t » généralisé : institutio n nalisé depuis 20 ans (comme mode
de survie), mais en expansion.
 Plus d’une demi douzaine de frais différents imposés aux parents (assurance,
examens, bulletin, fonctionnement et surtout motivation des enseignants + frais
spécifiques des réseaux, voire d’établissement)
UN CHAMP SCOLAIRE COMPLEXE,
OPAQUE, RÉSILIENT
 + d e 5 0 % d e s r e s s o u rc e s é d u c a t i v e s d u s e c t e u r p u b l i c ( o f f i c i e l + c o n v e n t i o n n é )
fournies par les parents!
 P a r t i c i pa t i o n e t « v e n t i l a t i o n » v e r s l e h a u t v e r s l e s a d m i n i s t ra t i o ns é d u c a t i ves
( d i s t ri c t , p r o v i n c e , é t a t ) p u b l i q u e s m a i s a u s s i c o n f e s si o n n e l l e s , v e r s l e s a u t o ri t é s
p r o v i n c i a l e s g é n é r a l e s e t v e r s l e s c a b i n e ts ( é c o l e = t a x u n i t , D e H e r d t )
 L e s z o n e s d ’ o m b re d u p o u v o i r d e f i x e r l e s « t a r i f s » ( D i r e c t e u rs, P r o v i n c e ,
réseaux, parents, Etat) : des formules et tarifs très variables
 A P E , C O G ES : l e s f a u x - s e m b l a n t s d e l a p a r t i c i pa t i o n : l e s « A G a n n u e l l e s d e
fixation »
 U n e e x t r ê m e r é s i s t a n c e a u x r é f o r me s i n t e r n e s ( F o n d d e s o l i da ri t é e t G r a t u i t é d e
Moïse) et une relative impuissance des aides extérieures (Purus et remise de
d e t t e s ) à p e s e r s u r c e t t e g o u v e rn a n c e n é g o c i é e , d é c e n t r a l i s é e e t o p a q u e
( e m p i l e m e n t d e s t e x t e s , d é c i s i o n s , p o r o s i t é d e s n i v e a u x ; c h e v a u c h e m e n ts d e s
a d m i n i s t ra t i o n s , d é m u l t i p l i c a t i o n d e s i n s p e c t i o n s , d e s o r g a n i s a t i o n s s y n di c a l e s ,
c o n c u rre n c e d e s A P E , e t c .
 Pouvoir catholique au centre de l’arène…. mais divisé






Syndicat, FPE
Des appuis extérieurs localisés peu évaluables
Les meilleurs collèges et lycées!
Le défi permanent à l’Etat = mettre l’Etat devant ses responsabilités?!
Présence dans le privé peu évaluable
Présence protestante importante mais moins coordonnée, nouvelles conventions récentes
entre Etat et nouvelles Eglises
TIME…
Singularité et
permanence
de l’école
coloniale?
EVIDENCE, FACILITÉ ET LIMITES DE
L’EXPLICATION HISTORIQUE
 L’école primaire coloniale
 Concédée entièrement aux missions et églises (plus particulièrement
catholiques belges jusqu’en 1945) et reconnaissance par l’Etat colonial
d’une partie des écoles confessionnelles comme « officielles » donc
subventionnées via les salaires des religieux et des appuis de
l’administration territoriale
 Des milliers d’autres écoles sont tout aussi confessionnelles mais non
conventionnées, non subventionnées soit « privées » mais gérées grâce
à de bons rapports avec l’administration coloniale locale.
 Une présence massive et centrale dans le dispositif de pouvoir : son
visage « civilisateur ».
 Un enseignement primaire de masse, professionnel et purement
indigène (en langues africaines surtout)
 Une métropolisation relative 1945-55
 La guerre scolaire anticléricale ouverte en Métropole (1955) et la
rupture du modèle primaire professionnel : « métropolisation »
 Naissance d’un rapport catholique ambivalent au pouvoir (toujours
contemporain) et du BEC (quasi ministère catholique)
DE L’ÉCOLE COLONIALE À L’ÉCOLE
NATIONALE
 1960 Les taux de scolarisation primaire les plus élevés d’Afrique
(après RSA)
 1960-65 Dans le chaos politique : un consensus scolaire conservateur
national
 Élargissement du système conventionné
 Poursuite des développements des années 50 : de la «métropolisation»
homéopathique… au français généralisé
 Affirmation de la supervision, contrôle et inspection étatiques
 Ethos scolaire des élites urbaines très favorable aux écoles d’élites
métropolisées issues de 1955-60
 L’imaginaire populaire d’une scolarisation totale
 1970-1977 Seconde guerre scolaire
 Le « coup de tonnerre de la nationalisation » des écoles conventionnées et …de
leurs biens!
 Le bras de fer : restitution « de la gestion »?? (1977)
 1980-1989 systématisation, extension des contributions parentales
 Loi scolaire de 1986 : ouverture au privé et institutionnalisation des fees.
L’UNIVERSITÉ DANS UN FAILED
STATE EXEMPLAIRE
 Les universités historiques des années 55 -62 : Lovanium,
catholique, Unikin), Eville (Etat colonial, Unilu), Kisangani
(Unikis, protestante), des créations coloniales tardives
 La nationalisation centralisation et le déploiement des ISP
provinciaux : 1970-1975, mouvements étudiants, répression,
mise sous tutelle MPR
 Le retour à l’autonomie académique et l’ouverture au privé
(1980-1990). Tout le champ universitaire reste sous supervision
d’un « Conseil d’administration des Universités » au statut
flou
 1990-2005 : contraction drastique du financement public,
salaires faibles voire insignifiants, généralisation du
« syndrome partenarial participatif », prolifération de
l’hybride « survie »(ruptures de toutes les coopérations
universitaires) : « résister dans la solitude, partir ou vendre
des « sucrés » (N’Daywel 2007)
 2005-2012 : poursuite de l’explosion démographique,
prolifération institutionnelle, marché du diplôme et rentes
académiques
LE MARCHÉ ACADÉMIQUE ET SES
RENTES
• 1981 : moins de 10.000 étudiants pour les trois campus!
• 2002 : +/- 200.000 étudiants dans l’ES dont 146.000 dans
l’enseignement « de l’Etat »
• 1987 : 200 établissements privés d’Ens. Sup. déjà identifiés à
Kinshasa : « dont 71 considérés comme crédibles » (de Saint -Moulin,
in Ndaywel 2007)
• 2010 : on estime à 1.400 le nombre d’IES « sur papier » (institutions
d’enseignement supérieur, universitaires et non universitaire)!
• Selon le Ministère de l’ES : 550. 000 jeunes étaient inscrits dans l’ES
(moins de 80.000 dans les universités historiques)
• Une prolifération incontrôlable , une qualité en chute libre, un
« marais juridique » (BM 2005), une « hybridation » généralisée et
un « marché de l’enseignement » juteux , mais très concentré
– 70 % au moins du financement de l’ensemble de l’ES à charge des usagers
– proportion plus réduite dans le secteur public : 30 -40%
– Aujourd’hui retour de salaires de 1500$ pour les prof, absence de budgets de
fonctionnement et de recherche
QU’EXPLIQUE LA LONGUE DURÉE?
 Enracinement des acteurs, pratiques, habitus et des
institutions du pouvoir d’éduquer
 Modèle politique « consociatif belge » et modèle
concessionnaire congolais
 L’Etat concessionnaire
 Le chevauchement historique du privé, public, confessionnel
 Mais ….
 Pourquoi l’Etat est devenu pour tous le acteur l’acteur référentiel
de l’éducation à tout le moins dans l’imginaire
 Bureaucratisation de l’administration scolaire opposée à la
tradition coloniale d’autonomie.
ANGLES MORTS, FAIBLESSES ET
LEÇONS TIRÉES
 Position de responsable de programme de coopération
universitaire : bilan à tout le moins difficile au niveau
scientifique
 Résultats atteints sans impact sur les institutions de DRC ou très peu
(extraordinaire résilience d’institutions pourtant dites « survivantes »)
 Des métiers différents, des positions partenariales inconciliables,
 Guidage en temps réel des programmes par les recherches en SA :
périlleux
 La recherche « reconstruction »






La qualité des apprentissages et de la formation
Equité, éthique and justice
Comparaisons internationales
Les mouvements sociaux : le ventre seulement
Le MEPSP à Kinshasa et les Cabinets du Ministériels (k
Les logiques de l’aide et celles de la recherche : temporalités,
langages, contraintes différentes : peu conciliables??

similar documents