Agenda du sommeil - Monaco Disease Power

Report
LE SOMMEIL
Besoin qui évolue avec l âge :
- Naissance
- 6 mois
- 3 ans
- 10 ans
- Adulte
> 2/3 du temps
15h
1/2 du temps
10h
1/3 du temps
Etudes sur la privation ou de l’insuffisance de sommeil :
- Le SNC et surtout le cerveau en sont tributaires
- Troubles neuro-psychiatriques
- Le sommeil est Indispensable au bon fonctionnement
du cerveau et à son développement
L’organisation du SOMMEIL
Sommeil de nuit +ou- siestes:
- 6 mois:
3 siestes
- 3 - 6ans:
0 siestes
Succession cyclique de deux états du cerveau:
-Sommeil lent +ou-profond
-Ralentissement de l’activité cérébrale
-Sommeil paradoxal
-Activité proche de la veille
-Déconnection la plus complète de l’environnement
- Inhibition motrice
Fonctions du sommeil
Sommeil lent profond
- récupération
- réparation
- croissance ( libération de l’hormone de croissance ou GH )
Récupéré à 75 % en cas de dette
Sommeil paradoxal
- traitement d’information
- gestion de la mémoire
- renforcement des apprentissage
- programmation des comportements
- plannification des actions
- à la naissance: prioritaire , 50%
- adolescent: 20-25%
 Rôle important dans le développement du cerveau et de ses capacités
Régulation du cycle veille sommeil
1) Processus homéostasique
En fonction de la durée de la veille qui précède
Plus longue est la veille, plus on a envie de dormir et plus on dormira
longtemps et profondément
Accumulation de facteurs hypnogènes pendant la veille (Ex: sérotonine)
2) Processus circadien (« autour de 24h »)
En fonction de l’heure
Horloge interne qui contrôle:
- l’ heure d’endormissement et de réveil de la principale période de sommeil
- l’heure de la sieste
Normalement, elle favorise le sommeil pendant la nuit
Influencée, entrainée par des synchroniseurs externes et interne ou
« donneurs de temps »
Rythmes circadiens
Rapports entre les rythmes endogènes* et les synchroniseurs externes**
* : alternance veille-sommeil (V/S) , température interne
**: alternance jour-nuit (J/N), alternance activité-repos (A/R)
jour
Synchroniseurs
externes
activité
Rythmes
endogènes
- Le sommeil coïncide avec la nuit et le repos
- La température passe par un minimum vers 4h du matin
- Le sommeil débute 2h après le début de la pente descendante de la température
- Le sommeil s’achève 2h après le début de la pente ascendante de la température
Synchroniseurs
circadiens
Rythmes
circadiens
(24h)
Horloge Y
Horloge X
Rythme
circasémédien
(12h)
Capacité de
s’endormir
18h
18h
Régulation circadienne du rythme veille / sommeil et de la vigilance
« Portes » du sommeil: possible la nuit et vers 15h, quasi-obligatoire vers 4h; interdit vers 9h
onset
4h
Courbe de la réponse en phase à la mélatonine :
- prise de mélatonine après 16h (16h correspond à 1 décalage de 12h par rapport au min. therm. de 4h)
 entraine une avance de la phase du sommeil. Le sujet va s’endormir et se réveiller plus tôt. L’avance
sera d’autant plus importante que l’exposition est proche de 16h
3) Système de l’éveil
 Contrôle permissif sur la production sommeil
Assure le maintien de l’éveil et donc empêche le sommeil dans des situations où l
éveil est nécessaire à la « survie »
Prioritaire sur le sommeil
Activé par différents stimuli externes ou internes :
-Bruits,
-sollicitations extérieurs
-situations appréhendées comme menaçante,
- problème vécu comme urgent
Stress + + +, Anxiété + + +
4) Une bonne perception de l’ envie de dormir, de l heure du
coucher
Savoir se coucher lorsque l’organisme se prépare à dormir, que les mécanismes de
l’endormissement se mettent en toute
Bonne connaissance et perception des « symptômes » témoignant de la mise en route
des mécanismes d’endormissement
Concerne autant l’enfant que les parents
5) Un environnement favorable
Chambre, lit
4) Associations positives + + +
Routines, rituels qui accompagnent la transition veille / sommeil, établissement des
liens avec l endormissement proche
Chambre associée positivement au sommeil: réservée au sommeil, limiter le temps au
lit à ne pas dormir et +ou- à attendre le sommeil
Régulation circadienne
Alternance veille / sommeil se présente comme est un rythme biologique circadien
Sous le contrôle d’une Horloge interne
Notre horloge interne tourne spontanément sur 25h
Dans les conditions de vie normales, elle est entrainée sur 24h par des « donneurs de
temps »:
Synchroniseurs externes présents dans l environnement:
-alternance lumière / obscurité
- Alternance bruit / silence
- activité sociale
- heure de repas
Synchroniseurs internes
-Activité personnelle + ou – structurées
- MELATONINE , sécrétée pendant la période du sommeil de nuit, influencée
par les variations de la lumière (exposition diurne, extinction en soirée)
-En pratique: s’assurer que ces repères sont bien marqués et bien perçus + +
Troubles du sommeil et spectre autistique
1) Insomnie
- Trouble de l’initiation du sommeil
difficulté d’endormissement, délai > 30’
difficulté à s’endormir seul + + +
- Trouble du maintien du sommeil
éveil(s), +ou- prolongés
réveil précoce
- Mauvaise perception du sommeil, Fatigue au réveil
Physiopathologie: tension d’éveil interférant avec endormissement ou réendormissement, « mauvaises » habitudes et comportements
2) Trouble du rythme veille / sommeil
- Sommeil décalé
Retard de phase + + +
Avance de phase
- Sommeil irrégulier
Physiopathologie: dysfonctionnement de l’horloge, « donneurs de temps » insuffisants
ou mal perçus, sécrétion insuffisante ou décalée de la mélatonine
3) Autres troubles
Troubles respiratoires liés au sommeil
- Syndrome d’apnées du sommeil
Fragmentation du sommeil, altération structure du sommeil
Mauvaise oxygénation
Mouvements anormaux pendant le sommeil
- Syndrome de mouvements périodiques des jambes
->Fragmentation du sommeil, altération de la structure
Parasomnies
- Terreur nocturnes, somnambulisme
- Cauchemars , troubles du comportement en sommeil paradoxal
- Rythmies du sommeil
…
Secondaires à une pathologie psychiatrique
Dépression, anxiété généralisée
Prévalence
Selon les études 50-75% des enfants autistes sont concernés par un
trouble du sommeil , en particulier, une insomnie ou un tr. du rythme V/S
Retentissements du mauvais sommeil
1) Diurne
Trouble de la vigilance
Déficit attentionnel
Diminution des performances
Irritabilité, agressivité
Majoration des troubles du comportement
2) Développement
Incidence sur les capacités d’apprentissage
Incidence sur le développement émotionnel, comportement social
Conséquences
Au niveau du bilan
Élément à prendre en compte
Intérêt d’ un dépistage précoce
Au niveau de la démarche diagnostic
élément du diagnostic
critère de sévérité
Au niveau de la prise en charge
Intérêt de le traiter ( traitement comportemental +ou-médication),
le plus précocement ,
voire le prévenir (hygiène de sommeil, bonne gestion du sommeil)
Retombées attendus:
Effets bénéfiques d’un meilleur sommeil:
enfant moins somnolent le jour
plus réceptif,
moins irritable … ,
diagnostic plus précoce
Dépistage, diagnostic des troubles du sommeil
Clinique
Interrogatoire des parents ou des intervenants
Questionnaires
Agenda du sommeil + + +
Horaires du sommeil, sur 15j
Bilan comportemental
habitudes, routines, la gestion des difficultés, …
Explorations
Actimétrie
Polysomnographie +ou- vidéo
structure du sommeil,
recherche d’événements pathologiques
analyse du comportement
Polygraphie respiratoire
Vidéo à domicile
Biologie (recherche)
Dosage mélatonine (salive, urines)
Apports des investigations
Agenda du sommeil
Tr. de l’initiation et du maintien du sommeil nocturne
Sommeil diurne ( siestes, épisodes de somnolence)
Décalage ou irrégularité des horaires du sommeil … et des repas
Outil diagnostic et support de la prise charge + + +
Polysomnographie
-Allongement de la latence d’endormissement, Diminution du temps de sommeil
-Augmentation du nombre et de la durée des éveils, micro-éveils spontanés
-Diminution du sommeil paradoxal
+ou- augmentation du sommeil lent profond
-Détection éventuels événements pathologiques (apnées, mvts périodiques, parasomnies
Dosage mélatonine
Retard voire inversion, déficit
Apnées obstructives (exemple avec polygraphie sur 2min)
Micro-éveil à la fin de l’apnée
Hypno
20s
polyG
2 min
Fin de l’apnée
Mouvements périodiques
Micro-éveil
20 s
5min
- Périodicité = 20-30 sec
-Noter que chaque mouvement est suivi d’un augmentation transitoire de la fréquence cardiaque,
- le curseur placé sur un mouvement coïncide avec un micro-éveil cortical dans la fenêtre
d’hypnographie
Mauvais contrôle des stimuli éveillants
dans la soirée ou la nuit:
Substances stimulantes
Coca, …
Activités stimulantes
Activité physique intense
Activités stimulant le cerveau
Jeux, TV, échanges tendus …
Se coucher alors qu’on a pas envie de dormir
Rester au lit au delà de 30-60’, alors qu’ on a pas réussi à s’endormir
Hypersensibilité propre à l’enfant autiste + + +
Hypersensibilité et réactivité aux stimuli provenant de l’environnement
mais aussi du corps
Causes comportementales de l’insomnie
« Mauvaises » habitudes
Présence ou détachement excessive des parents
Intolérance au pleurs
Bercements, endormissements dans les bras, co-sleeping
Endormissement devant télé
Intolérance au pleurs
Routines
Rituel Insuffisant ou inadéquates
Éléments de tension
Anxiété dans la soirée, en particulier, au coucher
Stress, inquiétude lié à des changements
Causes d’un trouble du rythme veille sommeil
Synchroniseurs circadiens insuffisamment marqués ou réguliers
- Contraste jour / nuit
Lumière, activité sociale, activités personnelles structurées
- Principaux repères temporels
Heure du lever + + +, des repas, routines du coucher
Synchroniseurs circadiens insuffisamment perçus ou intégrés
- Difficulté intrinsèque à s’inscrire dans le rythme circadien par:
Déficit de perception des repères temporels, du déroulement de
la journée puis la soirée
Déficit d’ interaction avec l’environnement
Manque d’information
Sécrétion inappropriée de MELATONINE
- Sécrétion retardée ou insuffisantes
Comment aider le maintien ou le retour d’un bon sommeil ?
1) Éviter les facteurs éveillants en fin de journée
Pas de Boissons stimulantes
Pas d’activités stimulantes ( activité physique, jeux, interactions tendues, … )
2) Renforcer la régulation circadienne
Lever
régulier, sortie du lit, habillage, exposition à la lumière
Dans la journée
planifier des activités structurées dans la journée pas après 18h ( matin et AM)
Favoriser interactions sociales
Horaires des repas réguliers
Dans la soirée
Diminution de la lumière et du bruit
1h avant coucher, stop activités stimulantes, TV, privilégier détente
Nuit
Silence, obscurité
WE
pas d’écart de plus 1h
+ Informations répétées sur les différentes étapes du cycle circadien
+ Implication de l’environnement ( fratrie, unité familiale, lieux d’accueil, … )
3) Renforcer la régulation homéostasique
Éviter le sommeil pendant la journée
Si sieste, alors courte (20’) et en début d’après midi
4) Routines en soirées + + +
Marquer les étapes menant au coucher et à l’endormissement
- Favoriser une meilleure perception du temps,
- Favorisant des associations positives avec la notion de fin de journée, la préparation au
coucher, le coucher et l’endormissement
- Favoriser le ressenti de l’envie de dormir
- Favoriser l’endormissement seul
 « points d’ancrages temporels », RITUEL menant au sommeil
5 ) environnement du sommeil
Chambre
- Réservée au sommeil
- Aménagées afin de contrôler certaines sensations
insonorisation
obscurité
température 18 – 20°
- Sécurisées
Repères sécurisants
Si nécessaire, veilleuse, porte laissée entre-ouverte
Lit
Couverture « lourde » afin de mieux sentir les limites du corps
( après 2 ans)
Routines du soir avant le coucher
Déconseillées:
Endormissement dans le salon auprès des parents, sur le canapé devant TV
Un DVD …
Conseillées:
- Bain + + +, pas trop chaud, pas trop de lumière
- Séance de détente, relaxation
Masser les pieds, visage ou bras, avec baume, avec musique douce
- Petits rituels
Vétements de nuit, toilette
Chanter, raconter une histoire
…
Chez l’enfant autiste, veiller à ce qu’ils soient assez variables afin d’éviter
fixations obsessionnelles
Routine au coucher
Rituel du coucher
Coucher l’enfant éveillé, si possible ayant envie de dormir,
Doudou,
La petite histoire,
Quelques caresses ,
souhaiter « bonne nuit »
L’objectif doit être un endormissement dans le lit et seul
Le lui expliquer,
Coucher l’enfant éveillé,
10-15 min de rituel du coucher,
près du lit, ne pas reprendre les bras
Le quitter avant qu’il ne s’endorme
Si l’enfant pleure:
Attendre 5 ‘
Venir le rassurer
Limiter le contact
Quitter la chambre après 1-2’
Si repleure:
Attendre, 10’ puis 15’ … , allongé jour après jour
Idem en cas d ’éveil nocturne
Si l’enfant sort du lit:
Le recoucher,
Maintenir porte fermée,
Ne sera réouverte que si l’enfant reste dans le lit
Si la difficulté d’endormissement ou de ré-endormissement se
prolonge au-delà de 30-60’, relever l’enfant pour quelque temps
Routine au lever
Gratification , si bon sommeil
Traitement de l’insomnie ou du trouble du rythme
veille/sommeil
Traitement comportemental
En première intention + + +
Traitement médicamenteux
Indication:
- si le traitement comportemental est inefficace
- en association avec traitement comportemental
Molécules:
-MELATONINE
-Sédatifs
-Non BZB
-Atarax, antidépresseurs sédatifs (à faible dose)
-BZB
- à +ou- longue action
MELATONINE
Physiologie
Hormone naturelle sécrétée par la glande pinéale
Profil:
-libérée le soir un peu avant l’endormissement et jusqu’au réveil
-Que si le sujet a été exposé à la lumière du jour et que survient l’obscurité du soir
Action:
Informe les structures cérébrales responsables du sommeil (horloge interne) de
l’arrivée de la nuit, et donc qu’il est « l’heure de dormir »
Elle favorise indirectement l’endormissement en soirée et le maintien du sommeil
pendant toute la nuit
Chez l’enfant autiste:
Des études en faveur d’une sécrétion décalée ou insuffisante
Plusieurs études ont montrer un effet bénéfique sur le sommeil
- Bonne tolérance
-Raccourcissement du délai d’endormissement
-Allongement de la durée du sommeil
- moins d’effet sur les éveils nocturnes
Présentation et posologie
Mélatonine
Préparation pharmaceutique
1mg /j, 1/2 h avant le coucher
comprimé
Circadin
Agoniste des recépteurs à mélatonine
Action prolongée
2mg /j
Gélule
Exemple de protocole pour régler l’heure du coucher
Ne pas chercher à coucher l’enfant à l’heure voulu
Repérer l’heure, même tardive à laquelle il s’endort de lui-même,
Y appliquer le rituel du coucher
puis progressivement, de jour en jour, avancer le rituel du coucher,
10’ par jour,
Jusqu’à l’heure souhaitée
Parallèlement , avancer et fixer l’heure du lever + + +,
peut_-être plus rapidement, favorisant ainsi une restriction temporaire du
sommeil qui mobilisera le processus homéostasique et facilitera
l’endormissement dans la soirée
CONCLUSION
Troubles du sommeil fréquents chez l’enfant autiste,
surtout insomnie ou trouble du rythme veille/sommeil
Retentissement négatif sur vie quotiditienne et le développement:
-majoration des troubles de la relation, du comportement et des
capacités d’acquisition)
Intérêt du dépistage précoce et leur prise en charge
Leur traitement est d’abord comportemental, visant:
- une mise en jeu optimale des processus de régulation du cycle veille
sommeil
- la mise en place de routines accompagnant la mise en jeu des
mécanismes d’endormissement en favorisant des associations
positives lors du coucher et de l’endormissement
-Des études ont montré les effets bénéfique d’un telle prise en charge
sur la vigilance, l’attention, la réceptivité, la vie relationnelle et le
comportement …

similar documents