Présentation BTP - Version courte

Report
Valoriser pour transmettre
Principales méthodes et pièges à éviter
KPMG ENTREPRISES
Xavier Borotra – KPMG
CCIB
23 mai 2013
Le contexte
D’ici à 2014, pas moins de 450 000 entreprises vont
changer de mains pour des raisons structurelles.
12 000 dirigeants ont aujourd’hui plus de 60 ans.
Rajeunissement de la population des dirigeants.
2
Plan
Les raisons d’une évaluation
Le plan d’optimisation
Position acheteur : étapes et risques
Position vendeur : étapes et risques
Attraits du marché et atouts de l’entreprise
Retraitements du bilan et du compte de résultat
Analyse historique et comparative
Analyse prévisionnelle
Méthodes d’évaluation
3
Les raisons d’une évaluation :
Concentrer son activité ou se désengager,
Racheter d’autres entreprises,
Changer d’activité,
Attirer de nouveaux investisseurs,
Assurer le développement de l’entreprise,
Profiter d’une entreprise au sommet,
Estimer le rapport d’échange dans le cas d’une fusion,
4
Les raisons d’une évaluation :
Arrêter son activité,
Résoudre un problème de décès ou de transmission,
Résoudre un désaccord entre associés,
Anticiper un départ à la retraite,
Faire face à des difficultés financières,
Ne pas tout perdre lorsque l’entreprise est en déclin.
5
Le plan d’optimisation
Réaliser un état des lieux de l’entreprise
Positionnement stratégique
Analyse du marché et de la concurrence
Atouts de l’entreprise sur son marché
Évaluation de la société
Analyse de la situation juridique et fiscale de l’entreprise
Adapter l’entreprise avant une éventuelle cession
Organisation juridique et sociale
Rationaliser l’immobilier de l’entreprise
Structurer l’organisation interne de l’entreprise
Rédiger le mémorandum de présentation
6
Position acheteur : 15 étapes à franchir
De la détermination de votre profil à la conclusion de
l’opération, en passant par l’identification de votre
cible, la prise de connaissance de l’entreprise cible,
les diagnostics industriel, humain, juridique, fiscal,
social, l’audit comptable et financier, l’estimation du
futur de l’entreprise, la négociation du prix, le choix du
mode de reprise, la clause de garantie d’actif et de
passif,
7
Position vendeur : 10 étapes à franchir
Du bilan des raisons réelles de la cession à la
conclusion en passant par l’appréciation du profil de
l’acheteur, la réalisation du dossier de présentation, la
liste des engagements donnés, la construction d’un
dossier d’analyse financière, la préparation des
éléments prévisionnels, le choix du mode de cession,
l’examen des dossiers des acheteurs.
8
Les attraits du marché ?
Stade de maturité du marché ?
Positionnement des clients ?
Positionnement des fournisseurs ?
Existence de produits de substitution ?
Eventualité de nouveaux entrants ?
Intensité de la concurrence ?
Diagramme de Porter
9
Les attraits du marché ?
 Diagramme de Porter
Nouveaux entrants
Faible
Fournisseurs
Concurrence
Clients
Fort
Faible
Fort
Produits Substitution
Très Faible
10
Les atouts de l’entreprise ?
Commercial
Technologique
Production
Ressources Humaines
Management et système de pilotage
Détermination du coefficient de risque de l’entreprise
11
Les retraitements du bilan :
Exemples au niveau de l’actif :
Exemples au niveau du passif :
Neutralisation des non valeurs (frais
d’établissements)
Neutralisation du fonds de
commerce
Retraitements des crédits baux
Détermination des plus values sur
immobilisations
Détermination des éléments hors
exploitation
Retraitement des immobilisations
(correction VNC car changement
des durées…)
Impact fiscal des retraitements
Etc…
Retraitement des crédits baux
Provision pour risque et charge
Retraitement des comptes
courants
Etc…
 Ces divers retraitements nous permettent d’obtenir ce que l’on nomme :
« La situation financière initiale » ou « Bilan normatif de la société »
12
Les retraitements du compte de résultat :
Exemples de retraitements :
Retraitement du crédit bail
Eléments hors exploitation
Détermination des recettes et dépenses sur ou sous évaluées
Réévaluation du résultat financier
Retraitement du résultat exceptionnel
Etc…
 Ces divers retraitements nous permettent d’obtenir le « compte de résultat normatif »
Ce dernier sert de base à l’établissement du « Business Plan »
13
Analyse historique
Dans la pratique et dans la mesure du possible, cette analyse
est menée sur les 4 derniers exercices :
Evolution du chiffre d’affaires
Evolution des marges
Evolution de l’effectif
Evolution de la Valeur Ajoutée
Evolution de l’EBITDA
Evolution du taux d’endettement
Evolution du REMIC
Analyse de l’évolution de la structure financière
Analyse de l’évolution des capitaux investis
14
Analyse comparative
Identification des concurrents directs
Comparaison de leurs performances avec celles de
l’entreprise évaluée
15
Business Plan
Objectif de l’analyse des prévisionnels :
Cerner le potentiel de l’entreprise car « une entreprise ne
vaut que ce qu’elle est susceptible de rapporter »
Cette étape est effectuée en étroite collaboration avec le
dirigeant
16
Méthodes d’Evaluation
Données financières et prévisionnelles
(selon Business Plan)
Les différentes méthodes d’évaluation :
Méthode patrimoniale
Méthode de rentabilité
Méthode par les flux
Méthode d’actualisation
Méthode de capitalisation
Valeur de marché
17
Les conditions d'une bonne évaluation
Utiliser trois approches
Valeur de
rentabilité
Valeur
patrimoniale
Valeur de
marché
Ces trois approches complémentaires mettent en évidence des
écarts constitutifs de la valeur
18
L'approche patrimoniale
Le principe
Fonds propres
Actifs
Endettement
Vp = actifs - endettement
Le périmètre : Identifier les éléments non nécessaires à
l'exploitation
Actifs
hors exploitation
Endett hors exploit.
19
La valeur de marché
Multiples usuels
+
• Chiffre d'affaires
• EBE
• MBA
• RE
• RN
-
Conditions d'utilisation
Bases homogènes (professionnels, transactions ou marché)
Critères d'ajustement (taille, secteur, …)
Qualité des multiples (contradiction entre multiples)
20
La valeur de rentabilité
Principe
Conversion d'un revenu (flux) en capital (valeur) à un taux incluant
le risque
Exemple :
Revenus annuels attendus : 100
Taux risqué : 10%
Valeur : 100 = 1 000
10%
Caractéristiques
Pas de référence explicite à la valeur des actifs
Hypothèse d'anticipation : la valeur est celle des flux futurs
(cf : marchés financiers)
21
La valeur d’un bien économique?
« C’est la valeur actuelle des revenus futurs que
ce bien permettra d’obtenir. »
‘I.Fisher’
22
La détermination de la valeur
Valeur patrimoniale
Valeur de rentabilité
Valeur de marché
100
200
300
400
500
600
Valeur de rentabilité – valeur patrimoniale = Goodwill
Valeur de marché – valeur de rentabilité = potentiel de
valorisation ou performances supérieures au marché
23
Quelques typologies d'entreprise
1er cas : j’y crois
Valeur patrimoniale
Valeur de rentabilité
Valeur de marché
100
200
300
400
500
Le potentiel de valorisation de la société à long terme n'est pas pris
en compte par le marché. Attendre avant de céder ses parts.
2ème cas : champagne
Valeur patrimoniale
Valeur de rentabilité
Valeur de marché
100
200
300
400
500
L'entreprise vaut plus par son passé (actif net) que par ses
perspectives. Céder sur la base de la valeur patrimoniale.
24
Quelques typologies d'entreprise
3ème cas : la bulle.com
Valeur patrimoniale
Valeur de rentabilité
Valeur de marché
100
200
300
400
500
Le marché anticipe une forte création de valeur. S'introduire sur le
marché.
4ème cas : danger
Valeur patrimoniale
Valeur de rentabilité
Valeur de marché
100
200
300
400
500
Le potentiel de valorisation à long terme est élevé. Mesurer le risque
de volatilité.
25
Conclusion : de l'évaluation à la gestion
de la valeur
Comprendre l'entreprise et l'origine de la création de
valeur (avantage concurrentiel)
Verrouiller les points clés de la création de valeur :
management, salariés, réseau de distribution, etc.
Comparer valeur - prix
26
Contact
Xavier Borotra, associé, directeur Bordeaux-Aquitaine
KPMG
Tél. : 05 56 42 43 44
[email protected]
www.kpmg.fr

similar documents