chap9

Report
FINANCE corporative
Cinquième édition
Claude THOMASSIN, éditeur
Claude THOMASSIN
Cégep de Sainte-Foy
Robin GAGNON
Cégep de Sainte-Foy
Chapitre 9 — La gestion des stocks
Claude THOMASSIN, éditeur
1
Claude THOMASSIN, éditeur
Chapitre 9
La gestion des
stocks
Chapitre 9 — La gestion des stocks
2
Claude THOMASSIN, éditeur
Table des matières
1 Compétences et objectifs d’apprentissage
1.1 Énoncé de la compétence
1.2 Éléments de la compétence
1.3 Objectif général
1.4 Objectifs spécifiques
2 Introduction
3 La nécessité de stocker
4 Les types de stocks
4.1 Classement selon la nature du stock
4.2 Classement selon la localisation
4.2.1 Les stocks en transit
4.2.2 Les stocks en usine
4.2.3 Les stocks en magasin ou en entrepôt
Les stocks de sécurité
Les stocks saisonniers
5 Le contrôle des stocks
5.1 La méthode ABC
5. 2 Le ratio de rotation des stocks et l’âge des stocks
Chapitre 9 — La gestion des stocks
6 Les coûts reliés à la gestion des stocks
6.1 Le coût d’achat ou de fabrication
6.2 Les coûts de commande
6.3 Les coûts de maintien en inventaire
6.4 Les coûts de pénurie
6.5 Les coûts de contrôle des stocks
7 Le modèle de la quantité économique de commande (QEC)
7.1 Les hypothèses
7.2 Les formules
7.3 Modèle QEC — Exemple
7.3.1 Le stock de sécurité
7.3.2 Les escomptes de quantité
8 Lexique
3
1. Objectifs d’apprentissage



Claude THOMASSIN, éditeur

Énoncé de la compétence
Éléments de la compétence
Objectifs généraux
Objectifs spécifiques
Chapitre 9 — La gestion des stocks
4
1.1 Énoncé de la compétence
Contribuer à la gestion du fonds de roulement
Claude THOMASSIN, éditeur

Chapitre 9 — La gestion des stocks
5
1.2 Éléments de la compétence
Assurer le suivi et le contrôle des stocks.
Claude THOMASSIN, éditeur

Chapitre 9 — La gestion des stocks
6
1.3 Objectifs généraux
Évaluer et améliorer la politique de gestion
des stocks.
Claude THOMASSIN, éditeur

Chapitre 9 — La gestion des stocks
7
1.4 Objectifs spécifiques



Claude THOMASSIN, éditeur


Reconnaître l’importance de la gestion des
stocks ;
Définir la gestion des stocks ;
Comprendre la nécessité de stocker ;
Définir, nommer et identifier les types de
stocks ;
Nommer, identifier et appliquer les méthodes
de contrôle des stocks ;
Chapitre 9 — La gestion des stocks
8
1.4 Objectifs spécifiques (suite)


Claude THOMASSIN, éditeur

Définir et identifier les coûts reliés à la gestion
des stocks ;
Décrire les hypothèses qui sous-tendent le
modèle de la quantité économique de
commande ;
Calculer la quantité économique de
commande.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
9
2 Introduction

La gestion des stocks revêt une importance
primordiale dans la gestion globale de l’actif à
court terme.
—
Claude THOMASSIN, éditeur
—
La valeur des stocks représentait plus de 30 % de
la valeur de l’actif à court terme des industries
canadiennes en 2011.
L’importance relative de chacun des postes de
l’actif à court terme varie selon son secteur
d’industrie.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
10
2 Introduction (suite)
L’importance relative de chacun des postes de l’actif
à court terme varie selon son secteur d’industrie.
Claude THOMASSIN, éditeur

Chapitre 9 — La gestion des stocks
11
2 Introduction (suite)

Les investissements nécessaires dans les
stocks dépendent,
1. Du type de secteur dans lequel on œuvre
»
»
Secteurs de services  investissements réduits
Commerces de gros et détails  investissements
importants
Claude THOMASSIN, éditeur
2. Du niveau d’intégration entre la production et la
distribution
»
»
Entreprises manufacturières qui intègrent la distribution
en gros
Entreprises qui font la distribution de gros et de détail
Chapitre 9 — La gestion des stocks
12
2 Introduction (suite)

Les investissements nécessaires dans les
stocks dépendent,
3. Utilisation du concept de juste-à-temps qui
consiste à :
»
»
Claude THOMASSIN, éditeur
»
»
livrer les stocks au moment précis de leur utilisation,
réduire le niveau d’investissement requis dans les stocks
et les frais de maintien en inventaire qui y sont rattachés.
éliminer toute forme de gaspillage,
offrir des produits à moindre coût et augmenter la
rentabilité des entreprises qui y souscrivent.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
13
2 Introduction (suite)


La gestion des stocks consiste à planifier, organiser,
diriger et contrôler les activités relatives à tous les
stocks de matières gardés dans l’entreprise.
La gestion des stocks touche à trois fonctions de
l’entreprise qui poursuivent des objectifs différents.
Claude THOMASSIN, éditeur
1. Fonction marketing
2. Fonction production
3. Fonction finance
Chapitre 9 — La gestion des stocks
14
2 Introduction (suite)

Claude THOMASSIN, éditeur


La fonction marketing cherche à obtenir le
maximum de produits finis en stock pour
servir rapidement la clientèle.
La fonction production cherche à produire en
grande série afin de profiter des économies
d’échelle.
Enfin, la fonction finance vise à réduire au
minimum le niveau de tous les stocks et d’en
accélérer la rotation.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
15
3. Pourquoi stocker ?


Claude THOMASSIN, éditeur

Simplement pour répondre à la demande.
Ce sont les délais associés à la production et
à la livraison qui font en sorte que les
entreprises doivent stocker.
La constitution de stocks donne tout
simplement la marge de manœuvre
nécessaire pour maintenir un niveau de
service à la clientèle concurrentiel.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
16
4 Les types de stocks
Les stocks peuvent être classés selon leur
nature ou leur localisation.
Claude THOMASSIN, éditeur

Chapitre 9 — La gestion des stocks
17
4.1 Classement selon la nature

On recense quatre types de stocks
Stocks de matières premières
Stocks de produits en cours
Stocks de produits finis
Stocks de fournitures
Claude THOMASSIN, éditeur
1.
2.
3.
4.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
18
4.1 Les types de stocks (suite)

Claude THOMASSIN, éditeur

Le stock de matières premières représente
les principales matières nécessaires aux
opérations de transformation de l’entreprise.
Le stock de produits en cours est constitué
des matières premières ayant subi quelques
étapes de transformation et de production.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
19
4.1 Les types de stocks (fin)

Claude THOMASSIN, éditeur

Le stock de produits finis représente les
quantités de produits prêts à être livrés aux
clients.
Le stock de fournitures est constitué des
produits nécessaires à l’entretien de
l’équipement et des lieux de travail, aux
réparations des machines et aux opérations.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
20
4.2 Classement selon la
localisation

Dans cette catégorie, on distingue :
—
—
Claude THOMASSIN, éditeur
—
Les stocks en transit
Les stocks en usine
Les stocks en magasin ou en entrepôt
Chapitre 9 — La gestion des stocks
21
4.2.1 Les stocks en transit


Claude THOMASSIN, éditeur

Les délais que nous impose le transport des
stocks sont à l’origine des stocks en transit.
Le transport des unités demande du temps
pour effectuer les livraisons.
On peut facilement calculer leur valeur à
l’aide de la formule suivante :
  =  .× é é   × û 
Chapitre 9 — La gestion des stocks
22
4.2.1 Les stocks en transit

Tout gestionnaire soucieux d’améliorer
l’efficacité de la gestion des stocks révisera
périodiquement :
—
Claude THOMASSIN, éditeur
—
les moyens de transport utilisés et
pour chacun d’eux les durées associées à
chacune des routes auprès des différents
transporteurs.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
23
4.2.1 Calcul de la valeur des stocks en
transit : un exemple



Demande quotidienne moy. = 1000 unités
Durée du transport = 3 jours
Coût unitaire des unités transportées = 5 $
Claude THOMASSIN, éditeur
  =  .× é é × û 
  = 1000 é × 3  × 5$  é = 15 000 $
Chapitre 9 — La gestion des stocks
24
4.2.2 Les stocks en usine

Claude THOMASSIN, éditeur


Comme pour les stocks en transit, les délais
que nous impose la fabrication des stocks
sont à l’origine des stocks en usine.
Le temps requis pour la fabrication d’une
unité de produit fini fait en sorte que nous
retrouvons, dans l’usine, des unités en cours
de fabrication tout au long de l’année.
Leur valeur figure au bilan sous la rubrique
«Stock de produits en cours»
Chapitre 9 — La gestion des stocks
25
4.2.1 Calcul de la valeur des stocks en
usine

On peut facilement calculer leur valeur à
l’aide de la formule suivante :
Claude THOMASSIN, éditeur
   =  .× é .× û . ation
Chapitre 9 — La gestion des stocks
26
4.2.3 Les stocks en magasin ou en
entrepôt


Ils répondent aux besoins de la clientèle,
Ils permettent d’améliorer l’efficacité de la
gestion des stocks. Par exemple, une grande
quantité commandée auprès des fournisseurs
permet :
Claude THOMASSIN, éditeur
—
—
—
aux gestionnaires de profiter d’escomptes,
de retarder l’impact d’une hausse des prix,
de réduire les frais de manutention, de réception
et de passation des commandes.

Chapitre 9 — La gestion des stocks
27
4.2.3 Les stocks en magasin ou en
entrepôt

L’évaluation du nombre d’unités à stocker se
fondera :
—
—
Claude THOMASSIN, éditeur
—
sur la demande,
les stocks de sécurité
et s’il y a lieu les stocks saisonniers.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
28
4.2.3 Les stocks de sécurité

Claude THOMASSIN, éditeur

On retrouve la notion de stocks de sécurité
autant pour les entreprises manufacturières
que commerciales.
Pour établir le nombre d’unités de matières
premières ou de produits finis à stocker, on
doit non seulement tenir compte de la
demande mais également d’un niveau de
stock de sécurité.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
29
4.2.3 Les stocks de sécurité

Un stock de sécurité devient essentiel pour
nous prémunir :
—
—
des ruptures de stocks causées soit par des
variations subites d’une demande difficile à
évaluer,
des problèmes d’approvisionnement causés par
Claude THOMASSIN, éditeur
»
»
»
»
un fournisseur, comme une pénurie
une grève,
une faillite,
un incendie, etc.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
30
4.2.3 Les stocks de sécurité
Pour l’entreprise manufacturière, la notion de
stock de sécurité revêt une importance
primordiale car une pénurie d’une seule
matière première peut paralyser toute la
chaîne de production.
Claude THOMASSIN, éditeur

Chapitre 9 — La gestion des stocks
31
4.2.3 Les stocks saisonniers

Claude THOMASSIN, éditeur

Toute entreprise affectée par une variation
saisonnière des ventes, peut lorsque la
demande est relativement connue, stocker
des articles en prévision des jours où la
demande sera plus forte.
Exemple : les jouets pour le temps de Fêtes,
le chocolat pour la Saint-Valentin ou Pâques
etc.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
32
4.2.3 Les stocks saisonniers

Claude THOMASSIN, éditeur

Problème : difficulté de réunir efficacement
les matières premières, la main d’œuvre et
les équipements pour répondre à une
demande saisonnière en répondant à la
demande au fur et à mesure qu’elle se
présente.
Solution : répartir la production sur l’année
entière de manière à répondre aux besoins
saisonniers.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
33
4.2.3 Les stocks saisonniers

Bénéfice de répartir la production : utiliser
plus efficacement les ressources impliquées
soit :
—
—
Claude THOMASSIN, éditeur
—
les matières premières,
la main d’œuvre,
les équipements.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
34
4.2.3 Les stocks saisonniers

Ce principe s’applique autant aux entreprises
dont la fabrication des produits est basé :
—
Claude THOMASSIN, éditeur
—

sur un approvisionnement saisonnier (produits
périssables) avec une demande régulière
(fabrication de jus de pommes, de canneberges
ou autres)
qu’à celles dont la demande est saisonnière et
l’approvisionnement est régulier (ventes de jouets,
d’articles de sports, chocolaterie, etc).
.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
35
5 Le contrôle des stocks


Claude THOMASSIN, éditeur

Quels sont les stocks sur lesquels doit-on
porter son attention pour mieux les contrôler?
Il faut consacrer ses énergies aux unités pour
lesquelles les investissements et la demande
sont les plus importants.
Outils utilisés pour le contrôle des stocks
—
—
Méthode ABC
Ratio de rotation des stocks et âge des stocks
Chapitre 9 — La gestion des stocks
36
5.1 Méthode ABC – les classes

Elle divise les stocks en trois classes de
contrôle.
—
—
Claude THOMASSIN, éditeur
—
Les articles de la classe A demandent des
contrôles très stricts.
Les articles de la classe B font l’objet de contrôles
à des intervalles réguliers
Les articles de la classe C sont rarement
contrôlées.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
37
5.1 Méthode ABC – classes
basées sur la règle de Pareto
Afin de diviser les stocks dans les trois
différentes classes, on considère qu’environ
20 % des articles représente 80 % de la
valeur des stocks.
Claude THOMASSIN, éditeur

Chapitre 9 — La gestion des stocks
38
5.1 Méthode ABC – procédure
1.
2.
3.
4.
Claude THOMASSIN, éditeur
5.
6.
Faire la liste des unités utilisées ou vendues dans l’année.
Calculer les achats annuels de chaque produit en multipliant la
quantité utilisée ou vendue dans l’année par le prix d’achat
unitaire de chaque produit.
Trier en ordre décroissant les achats annuels.
Exprimer le total des achats annuels de chaque produit en
pourcentage du total des achats.
Cumuler les pourcentages trouvés à l’étape 4.
Inscrire chaque produit dans une classe en se basant sur les
règles du tableau .
Chapitre 9 — La gestion des stocks
39
Claude THOMASSIN, éditeur
5.1 Méthode ABC – résultats
Chapitre 9 — La gestion des stocks
40
Claude THOMASSIN, éditeur
5.1 Méthode ABC – sommaire des
résultats
Chapitre 9 — La gestion des stocks
41
5.2 Ratio de rotation des stocks

Claude THOMASSIN, éditeur

Le ratio de rotation des stocks mesure la
liquidité des stocks et la vitesse avec laquelle
l’entreprise renouvelle ses stocks pour
répondre aux besoins de sa clientèle.
Le type de produits vendus et la durée de
production (pour les entreprises industrielles)
sont des éléments qui déterminent le nombre
de fois qu’il y a rotation des stocks dans une
année.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
42
5.2 Ratio de rotation des stocks exemple

Claude THOMASSIN, éditeur

Le ratio de rotation des stocks des entreprises
opérant dans le domaine de l’alimentation est élevé
puisque les produits vendus représentent des
denrées périssables.
Les quincailleries ont plutôt un ratio de rotation des
stocks plus bas car elles n’ont pas à se soucier de la
fraîcheur de leurs produits.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
43
5.2 Ratio de rotation des stocks –
mode de calcul


Le ratio se calcule généralement en divisant les
ventes par les stocks si on se compare au ratio du
secteur d’industrie.
Pour une valeur plus représentative de la réalité, on
doit utiliser le CMV sur les stocks.
Claude THOMASSIN, éditeur
û   
   =

Chapitre 9 — La gestion des stocks
44
5.2 Ratio de rotation des stocks –
les stocks

Claude THOMASSIN, éditeur

Il est préférable d’utiliser une moyenne des stocks à
la fin de chaque mois comme dénominateur pour une
entreprise saisonnière.
Ne pas oublier que la date de fin d’exercice d’une
entreprise est souvent choisie pour coïncider avec la
période où les affaires sont au ralenti où les stocks
atteignent leur plus bas niveau. Il ne faut donc pas se
surprendre des valeurs plus élevées des ratios
calculés en fin d’exercice.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
45
5.2 Ratio de rotation des stocks –
interprétation

Un ratio élevé de rotation des stocks indique:
—
Claude THOMASSIN, éditeur
—
Que l’investissement dans les stocks et ses frais
d’intérêts sont réduits
Que cela peut entraîner des situations de rupture
de stocks fréquentes qui font perdre des ventes et
limitent l’entreprise à générer plus de profit.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
46
5.2 Ratio de l’âge des stocks

Indique le nombre de jours nécessaires pour
renouveler l’ensemble des stocks.
Claude THOMASSIN, éditeur
365 
   =
  
Chapitre 9 — La gestion des stocks
47
6 Les coûts reliés à la gestion des
stocks

Claude THOMASSIN, éditeur

Les stocks représentent des coûts très
élevés pour les entreprises, mais quels sontils exactement ?
Nous pouvons classer les coûts liés aux
stocks en quatre catégories.
1.
2.
3.
4.
5.
Le coût d’achat ou coût de fabrication
Les coûts de commande
Les coûts de maintien en inventaire
Les coûts de pénurie
Les coûts de contrôle des stocks
Chapitre 9 — La gestion des stocks
48
6.1 Le coût d’achat ou coût de
fabrication

Le coût d’achat représente la valeur monétaire (le
prix coûtant) des produits stockés.
—
—
Entreprise commerciale, ils correspondent au coût des
marchandises qui inclut les frais de transport.
Entreprise industrielle, ils correspondent à tous les coûts
engagés pour produire les unités finies soit :
»
»
Claude THOMASSIN, éditeur
»
le coût des matières premières directes,
la main d’ œuvre directe
les frais généraux de fabrication que l’on retrouve dans l’état du
coût de fabrication.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
49
6.2 Les coûts de commande



Claude THOMASSIN, éditeur

Les coûts de commande sont indépendants des quantités
commandées.
Chaque fois qu’une commande est passée, un coût fixe est
encouru, peu importe la taille de la commande.
Plus la quantité commandée est grande moins important sera le
nombre de commandes à placer au cours de la période étudiée
pour satisfaire la demande. Par conséquent, les coûts de
commande seront réduits.
La relation entre le total des coûts liés aux commandes est donc
inversement proportionnelle à la quantité commandée.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
50
6.2 Les coûts de commande (fin)

Les coûts de commande comprennent :
—
—
—
—
Claude THOMASSIN, éditeur
—
—
—
la préparation du bon de commande ;
le traitement de l’information pour préparer la commande ;
les frais de poste, de téléphone, de télécopieur, de courrier
électronique ;
les frais reliés au suivi des commandes ;
les frais reliés à la réception et l’inspection des
marchandises.
les frais liés aux amortissements, aux frais d’intérêts, à
l’entretien et aux réparations des équipements utilisés par le
service des achats.
.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
51
6.3 Les coûts de maintien en
inventaire


Les coûts de maintien en inventaire ou les
coûts de stockage représentent les coûts
encourus pour supporter des marchandises
en inventaire pendant une certaine période.
Ils sont exprimés :
Claude THOMASSIN, éditeur
—
—
en dollars par article par unité de temps
(exemple : 0,10 $ par article par an) ;
ou en pourcentage du coût d’un article (exemple :
12 % du coût de l’article).
Chapitre 9 — La gestion des stocks
52
6.3 Les coûts de maintien en
inventaire

Claude THOMASSIN, éditeur

Ces coûts varient de façon directement
proportionnelle avec la taille des stocks.
Pour une demande déterminée, les gestionnaires
peuvent toujours choisir le niveau d’inventaire qu’il
désire.
Par exemple, commander de petites quantités réduit
les coûts de maintien en inventaire mais augmente
les coûts de commande car il faudra commander plus
souvent.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
53
6.3 Les coûts de maintien en
inventaire (fin)

Le coût de maintien en inventaire comprennent :
—
Coût de renonciation ou coût d’opportunité des fonds
investis
»
—
Coûts d’entreposage
Claude THOMASSIN, éditeur
»
—
Le coût du capital immobilisé sous forme de stocks (en d’autres mots
les frais de financement des stocks) ou le coût de rendement d’un
investissement comparable.
Ils comprennent tous les coût d’utilisation de l’espace d’entreposage
(location, électricité et chauffage, taxes, assurances pour l’entrepôt,
frais d’entretien des installations, la manutention, etc.)
Coûts de détention des marchandises
»
Les assurances pour les produits, la désuétude, le vol, le bris,
l’emballage, le rangement spécial, etc, entrent dans cette catégorie.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
54
6.4 Les coûts de pénurie

Claude THOMASSIN, éditeur


Les coûts de pénurie représentent les coûts
susceptibles de survenir lorsqu’un article
n’est pas disponible.
Ils sont exprimés en dollars par article par
unité de temps (exemple : 2 $ par article par
mois).
Certains coûts de pénurie demeurent
toutefois difficiles à quantifier.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
55
6.4 Les coûts de pénurie (suite)

Les coûts de pénurie comprennent : la main d’œuvre
inoccupée ;
—
—
—
—
Claude THOMASSIN, éditeur
—
—
les frais de redémarrage de la chaîne de production ;
les coûts occasionnés par les changements dans le
programme de fabrication ;
la perte de réputation ;
la perte de commandes ;
les coûts des procédures d’urgence pour accélérer les
livraisons ;
les coûts supplémentaires de sous-traitance pour respecter
les délais.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
56
6.5 Les coûts de contrôle des
stocks

Les coûts de contrôle des stocks réfèrent à tous les
coûts liés aux systèmes de gestion des stocks qui
sont utilisés pour connaître
—
—

Ils comprennent :
—
—
Claude THOMASSIN, éditeur
le volume des stocks à un moment précis
et d’en faire le suivi.
les coûts en ressources humaines ;
les coûts rattachés aux systèmes manuels (prise
d’inventaire), mécaniques ou électroniques mis en place
pour permettre une gestion adéquate des inventaires.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
57
6.5 Les coûts de contrôle des
stocks

L’objectif du système de contrôle des stocks :
—
Claude THOMASSIN, éditeur

maintenir le niveau de stock suffisant au bon endroit et au
bon moment. Ceci réduit l’investissement dans les stocks et
minimise les coûts associés à d’éventuels pénurie.
Les coûts de contrôle des stocks varient selon le type
d’article stocké. La méthode ABC qui divise les
stocks en trois classes de contrôle dont le niveau
passe du plus strict au moins strict démontre
parfaitement cette réalité.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
58
6.5 Les coûts de contrôle des stocks –
entreprise manufacturière

Pour une entreprise manufacturière, ces coûts
concernent :
—
—
—

Ces coûts sont engagés à chaque étape du
processus de production soit:
—
Claude THOMASSIN, éditeur
les matières premières utilisées dans la production,
les unités en cours de fabrication,
et les unités finies.
—
—
au moment de l’achat ;
lors de l’utilisation ;
au moment de la livraison.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
59
6.5 Les coûts de contrôle des stocks –
entreprise commerciale

Claude THOMASSIN, éditeur

Une entreprise commerciale achète des
unités sans les transformer.
On ne s’intéresse qu’aux coûts de contrôle
des unités achetées.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
60
6.5 Les coûts de contrôle des
stocks

Les coûts de contrôle comprennent notamment :
—
—
—
Claude THOMASSIN, éditeur
—
les frais de surveillance (équipement et main d’œuvre) ;
les charges salariales des employés assignés à la gestion et
au contrôle des stocks(exemple: magasinier dans une
usine) ;
les coûts de tous les équipements manuels, mécaniques,
informatiques ainsi que les coûts des logiciels ;
le coût de renonciation ou le coût d’opportunité des fonds
investis dans les équipements et logiciels.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
61
7 Le modèle de la quantité
économique de commande
(QEC)
Le modèle de la quantité économique de
commande (QEC) est un des modèles le
plus utilisé en pratique.
Claude THOMASSIN, éditeur

Chapitre 9 — La gestion des stocks
62
7.1 (QEC) – les hypothèses
Claude THOMASSIN, éditeur

Il repose sur les hypothèses suivantes :
1. La demande est connue avec certitude.
2. Les commandes sont toutes de la même taille.
3. Les coûts de commande sont fixes. Ils ne varient pas
quelle que soit la quantité commandée.
4. Les coûts des marchandises sont indépendants des
quantités achetées.
5. Les coûts de stockage varient selon la valeur des stocks.
6. L’utilisation des stocks est régulière et stable.
7. Une commande n’est passée que lorsque le niveau des
stocks a atteint son point de commande.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
63
7.1 (QEC) – les hypothèses – le point
de commande

Claude THOMASSIN, éditeur

Le point de commande est fixé selon la
quantité minimale que l’on doit conserver en
tenant compte des délais de livraison ou des
situations probables de rupture de stocks.
Le point de commande sera nul dans les
meilleures conditions ou supérieur à zéro
dans le cas contraire.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
64
7.1 (QEC) – les hypothèses

Claude THOMASSIN, éditeur

Le modèle QEC tient compte seulement des
coûts de commande et des coûts de maintien
en inventaire.
Il ne tient pas compte du coût de pénurie car
la demande est connue avec certitude
(hypothèse 1).
Chapitre 9 — La gestion des stocks
65
7.1 (QEC) – les hypothèses

Claude THOMASSIN, éditeur

Les fournisseurs n’accordent pas d’escompte
de quantité (hypothèse 3).
Il ne tient pas compte du coût d’achat car peu
importe la quantité commandée le coût
d’achat par unité est le même (hypothèse 4).
Chapitre 9 — La gestion des stocks
66
7.1 (QEC) – graphique
Le coût total de commande diminue lorsque
la quantité commandée augmente
inversement proportionnel.
Claude THOMASSIN, éditeur

Chapitre 9 — La gestion des stocks
67
7.1 (QEC) Coût total de maintien
en inventaire - graphique
Le coût total de maintien en inventaire
augmente quand la quantité commandée
augmente (directement proportionnel).
Claude THOMASSIN, éditeur

Chapitre 9 — La gestion des stocks
68
7.1 (QEC) Coûts totaux - graphique
Le modèle QEC a comme objectif de calculer la
quantité commandée qui minimise les coûts totaux ;
c’est-à-dire le coût total de commande plus le coût
total de maintien en inventaire.
Claude THOMASSIN, éditeur

Chapitre 9 — La gestion des stocks
69
7.2 (QEC) Définition des paramètres

Identifions les différents paramètres comme
suit :
—
—
—
—
Claude THOMASSIN, éditeur
—
—
—
—
QEC : la quantité économique de commande
Q : la quantité commandée
D : la demande
Cc : le coût de commande par commande
CcT : le coût total de commande
Cmi : le coût de maintien en inventaire par article
CmiT : le coût total de maintien en inventaire
CT : le coût total.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
70
7.2 (QEC) Coût total de commande –
mode de calcul

Le coût total de commande peut se calculer de la
façon suivante :
Claude THOMASSIN, éditeur
CcT = D * Cc
Q
Chapitre 9 — La gestion des stocks
71
7.2 (QEC) Coût total de maintien en
inventaire – mode de calcul
Claude THOMASSIN, éditeur

Le coût total de maintien en inventaire peut
s’exprimer ainsi :
CMiT = Q * Cmi
2
Chapitre 9 — La gestion des stocks
72
7.2 (QEC) Coût total – mode de calcul
Claude THOMASSIN, éditeur

Le coût total sera donc égal à la somme du coût total
de commande et du coût total de maintien en
inventaire.
CT = D * Cc + Q * Cmi
Q
2
Chapitre 9 — La gestion des stocks
73
7.2 (QEC) – mode de calcul

On doit calculer la dérivée première de CT par
rapport à Q et d’annuler cette dérivée. On obtient
alors l’expression suivante :
Claude THOMASSIN, éditeur
QEC =
Chapitre 9 — La gestion des stocks
2 * D * Cc
Cmi
74
7.3 QEC – Application

La société Bellevue est un détaillant de
système de son.
—
—
—
Claude THOMASSIN, éditeur
—
—
Elle estime ses besoins pour la prochaine année à
1920 unités.
Le coût d’achat d’un système est de 550 $.
Le coût d’une commande est de 50 $.
Le coût de maintien en inventaire est de 30 $ par
système par année.
Le délai de livraison d’une commande est de 4
jours.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
75
7.3 QEC – Application
Claude THOMASSIN, éditeur

On vous demande de calculer :
a)
b)
c)
d)
e)
f)
g)
h)
la quantité économique de commande (QEC).
le nombre de commandes à placer pour l’année à venir.
la durée d’écoulement ou d’épuisement d’une commande.
le niveau de stock moyen.
le coût total de commande (CcT).
le coût total de maintien en inventaire (CmiT).
le coût total relié à ce niveau (CT).
le point de commande.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
76
7.3 QEC – Application solution
a) la quantité économique de commande (QEC)
Claude THOMASSIN, éditeur
b) le nombre de commandes à placer pour l’année à venir
Chapitre 9 — La gestion des stocks
77
7.3 QEC – Application solution
c) la durée d’écoulement ou d’épuisement d’une commande
Claude THOMASSIN, éditeur
d) le niveau de stock moyen
e) le coût total de commande (CcT)
Chapitre 9 — La gestion des stocks
78
Claude THOMASSIN, éditeur
7.3 Durée d’écoulement d’une
commande
Chapitre 9 — La gestion des stocks
79
7.3 QEC – Application solution
f)
le coût total de maintien en inventaire (CmiT)
Claude THOMASSIN, éditeur
g) le coût total relié à ce niveau (CT)
Le coût total est égal à la somme des coûts de commande
et des coûts de maintien en inventaire soit 2 400 $.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
80
7.3 QEC – Application solution
h) le point de commande.
»
Claude THOMASSIN, éditeur
»
Si la livraison est immédiate, le délai de livraison est nul. On attendra
alors que la quantité en stock soit nulle avant de commander.
En revanche, un délai de livraison de quatre jours impose de passer
une commande lorsque la quantité en stock correspond à la
demande pour quatre jours.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
81
Claude THOMASSIN, éditeur
7.3 Point de commande
Chapitre 9 — La gestion des stocks
82
7.3 QEC – Application solution
i)
Calcul du jour où passer une commande
»
»
Claude THOMASSIN, éditeur
»
Le nombre de commandes pour répondre à la demande
annuelle dans notre exemple est de 24 par an.
La première commande sera épuisée au jour 15,2 et le délai de
livraison est de 4 jours.
Par conséquent, on doit passer la deuxième commande 4 jours
avant, soit le jour 11,2 (la première commande ayant été reçue
le jour 0) et ainsi de suite pour les autres commandes soit les
jours 26,4, 41,6 etc.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
83
7.3.1 Le stock de sécurité

Les constats :
1. Il est difficile d’estimer avec certitude la demande et de la
considérer comme constante. Exemple : demande
saisonnière.
2. Les fournisseurs respecteront-ils toujours leurs délais de
livraison ?
Claude THOMASSIN, éditeur
1.
Le climat (tempête), les grèves, les faillites et les erreurs
humaines peuvent survenir à un moment inattendu et causer
des retards dans la livraison.
3. Le nombre d’unités en inventaire est-il exact au moment de
passer la commande ? Vol, mauvais décompte, stock
endommagé…
Chapitre 9 — La gestion des stocks
84
7.3.1 Le stock de sécurité

La solution :
—
—
La constitution d’un stock de sécurité demeure la
solution à privilégier pour limiter les coûts de
pénurie que peuvent entraîner une rupture de
stock.
L’ajout d’un stock sécurité affectera :
Claude THOMASSIN, éditeur
»
»
»
»
le point de commande,
le niveau du stock moyen,
les coûts de maintien en inventaire,
et bien sûr les coûts totaux de gestion des stocks.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
85
7.3.1 Le stock de sécurité
Claude THOMASSIN, éditeur
a) Calcul du point de commande
En considérant un stock de sécurité de 5
unités, le point de commande devient :
Chapitre 9 — La gestion des stocks
86
Claude THOMASSIN, éditeur
7.3.1 Le stock de sécurité
Chapitre 9 — La gestion des stocks
87
7.3.1 Le stock de sécurité
b) Calcul du stock moyen
Claude THOMASSIN, éditeur
c) Calcul des coûts de maintien en inventaire
Chapitre 9 — La gestion des stocks
88
7.3.1 Le stock de sécurité
Claude THOMASSIN, éditeur
d) Calcul des coûts totaux
Chapitre 9 — La gestion des stocks
89
7.3.1 Le stock de sécurité

Conclusion :
—
—
Claude THOMASSIN, éditeur
—
La QEC demeure la même (80 unités) ;
Les coûts totaux augmentent (2550 $) car le stock de sécurité
augmentent dus aux coûts de maintien en inventaire.
Les coûts de maintien en inventaire au point d’origine égalent le
stock de sécurité X par le coût unitaire de maintien en inventaire
soit le point (0 unités, 150 $).
Chapitre 9 — La gestion des stocks
90
7.3.2 Les escomptes de quantité


Claude THOMASSIN, éditeur

Nous pouvons adapter le modèle de la QEC pour
tenir compte des remises de quantité.
Rappelons-nous que la quatrième hypothèse sur
laquelle repose le modèle de la QEC est que les
coûts des marchandises sont indépendants des
quantités achetées.
Dans la pratique, une entreprise pourrait ne jamais
bénéficier d’escompte sur les quantités achetées
mais que devient notre modèle dans le cas contraire.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
91
7.3.2 Les escomptes de quantité

Pour déterminer la taille optimale de
commande, nous devons ici tenir compte :
—
—
Claude THOMASSIN, éditeur
—
des coûts de commande ;
et des coûts de maintien en inventaire ;
mais aussi des coûts d’achat des marchandises
puisque désormais ceux-ci varient en fonction de
la taille de la commande.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
92
7.3.2 Les escomptes de quantité

Soit les escomptes suivants selon la taille des
quantités commandées
Claude THOMASSIN, éditeur

Soit les données suivantes :
Chapitre 9 — La gestion des stocks
93
7.3.2 Les escomptes de quantité –
calcul de la taille optimale
Pour déterminer la taille optimale de
commande, on doit comparer, à l’aide d’un
tableau, les coûts de gestion des stocks pour
chacun des taux d’escompte consentis.
Claude THOMASSIN, éditeur

Chapitre 9 — La gestion des stocks
94
7.3.2 Les escomptes de quantité –
comparaison avec la QEC
À la lecture du tableau suivant, on constate
que commander 24 lots de 80 unités, tel que
suggéré par la QEC devient l’alternative la
plus coûteuse.
Claude THOMASSIN, éditeur

Chapitre 9 — La gestion des stocks
95
7.3.2 Les escomptes de quantité conclusion

Claude THOMASSIN, éditeur

Des commandes de 200 unités permettent
d’obtenir à la fois 3323 $ d’escompte et une
diminution des coûts de commande de 720 $
(1200 $ - 480 $) ce qui compense largement
pour l’augmentation de 1800 $ des coûts de
maintien en inventaire (3000 $ - 1200 $).
Au final, les coûts totaux sont réduits de
2243 $.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
96
Conclusion

Claude THOMASSIN, éditeur

Nous pouvons adapter le modèle pour tenir
compte de l’incertitude de la demande.
Il est important pour le gestionnaire de
déterminer le niveau des stocks qui minimise
les coûts qui se rattachent à la gestion des
stocks.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
97
Claude THOMASSIN, éditeur
Lexique
Coût d’achat
Le coût d’achat représente la valeur monétaire (le prix coûtant) du
produits stockés.
Coûts de commande
Les coûts de commande représentent les coûts engendrés pour
faire une commande.
Coûts de maintien en inventaire
Les coûts de maintien en inventaire représentent les coûts
encourus pour maintenir en inventaire, pendant une certaine
période, des marchandises.
Coûts de pénurie
Les coûts de pénurie représentent les coûts susceptibles de
survenir lorsqu’un article n’est pas disponible.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
98
Claude THOMASSIN, éditeur
Lexique (suite)
Gestion des stocks
La gestion des stocks consiste à planifier, organiser, diriger et
contrôler les activités relatives à tous les stocks de matières gardés
dans l’entreprise.
Point de commande
Niveau d’inventaire à partir duquel une commande doit être placée.
Stock de matières premières
Le stock de matières premières représente les principales matières
nécessaires aux opérations de transformation de l’entreprise.
Stock de produits en cours
Le stock de produits en cours est constitué des matières premières
ayant subi quelques étapes de transformation et de production.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
99
Lexique (suite)
Claude THOMASSIN, éditeur
Stock de produits finis
Le stock de produits finis représente les quantités de produits prêts
à être livrés aux clients.
Stock de fournitures
Le stock de fournitures est constitué des produits nécessaires à
l’entretien de l’équipement et des lieux de travail, aux réparations
des machines et aux opérations.
Chapitre 9 — La gestion des stocks
100
FINANCE corporative
Copyright © 2014, Claude Thomassin, éditeur
Tous droits réservés.
Aucune partie de ce fichier ne peut être reproduit, enregistré, diffusé ou transmis sous quelque forme ou par
quelque procédé que ce soit, électronique, mécanique, photographique, magnétique, sonore au autre, sans avoir
préalablement obtenu une autorisation écrite de la maison d’édition.
Dépôt légal : 3ième trimestre 2014
Bibliothèque nationale du Québec
Bibliothèque nationale du Canada
Claude Thomassin, éditeur
248, rue de la Flore
Lévis, Québec, Canada G7A 3L6
Téléphone : (418) 831–0246
Télécopieur : (418) 831–6230
Site internet : http://www.claudethomassin.com
Courrier électronique : [email protected]
ISBN 978-2-921283-69-4

similar documents