Les solutés

Report
Les solutés
Christelle CATY, Pharmacien Assistant
Cours IFSI
Mercredi 12 janvier 2011
1
Plan de cours
 Définition
 Indications
 Propriétés
 L’EPPI
 Les solutés glucosés
 Les cristalloïdes
 Les polyioniques glucosés
 Les solutés alcalinisants
 Les colloïdes
 En pratique…
 Conclusion
2
Définition
 Solutions aqueuses destinées à être administrées en grand
volume
 Appelés solutés massifs, préparations injectables de grand
volume
 Pour information :
 Solution = liquide constitué par la dissolution d'une substance
dans un solvant
 Solvant = véhicule liquidien (EPPI +++)
 Soluté = substance dissoute
3
Indications
 Hydratation
 Administration d’un médicament (voie IV +++)
 Correction de troubles électrolytiques et/ou métaboliques
 Remplissage vasculaire (troubles hémodynamiques ou
hémorragiques)
 Maintien d’une voie veineuse ("garde veine")
 Présentations en poche ou en flacon
 Différents volumes
4
Propriétés
 Limpides et exempts de particules
 pH voisin de la neutralité  bonne tolérance
 Stériles et exempts de pyrogènes
 Isotoniques au sang +++
 concentration des molécules dissoutes par rapport au
plasma
 Isotoniques : même concentration
 Hypotoniques : moins concentrés  risque d’hémolyse
 Hypertoniques : plus concentrés  taille des globules rouges
diminuent
 Choix de la voie d’administration et du débit de perfusion
5
L’Eau Pour Préparations Injectables
EPPI
6
L’EPPI
 Eau stérile exempte de pyrogènes et de particules,
hypotonique
 Indication : véhicule pour la dilution et la reconstitution de
médicaments injectables
 Ne doit pas être injectée seule  hémolyse
7
Les solutés glucosés
8
Les solutés glucosés
 Solutions aqueuses contenant du glucose
9
Hypotonique
Glucose 2,5%
25 g de glucose /Litre
Isotonique
Glucose 5%
(G5%)
50 g de glucose/Litre
Hypertonique
Glucose 10%
Glucose 15%
Glucose 20%
Glucose 30%
Glucose 50%
100 g de glucose/Litre
150 g de glucose/Litre
200 g de glucose/Litre
300 g de glucose/Litre
500 g de glucose/Litre
Les solutés glucosés
Indications
 Solutés hypotoniques (G2,5%)
 Réhydratation dans les états hyperosmolaires
 Patients diabétiques
 Solutés isotoniques (G5%)
 Hydratation
 Véhicule pour administration de médicaments IV
 Apport calorique
 Solutés hypertoniques (G10%, 15%, 20%, 30% et 50%)
 Hypoglycémie sévère
 Apport calorique glucidique (nutrition parentérale)
10
Les solutés glucosés
Voies d’administration
 Hypotoniques : voie IV lente
 Isotoniques : voie IV, voie SC (sous-cutanée) possible (ajout
NaCl)
 Hypertoniques : voie IV centrale
11
Les solutés glucosés
Effets indésirables
 Diurèse osmotique, polyurie
 Hyperosmolarité, œdème
 Déshydratation
 Hyperglycémie, hypokaliémie
 Thrombophlébite
 Nécrose cutanée en cas d’extravasation de solutés
hypertoniques
12
Les solutés glucosés
Contre-indications et mises en garde
 Contre-indications
 Hypersensibilité, intolérance au glucose
 Surcharge hydrique
 Hyperglycémie, acidose
 Mises en garde
 Diabète : risque de déséquilibre
 Surveillance kaliémie, glycémie, glycosurie
13
Les cristalloïdes
14
Les Cristalloïdes
 Solutions aqueuses d’électrolytes
 Traversent facilement la paroi du vaisseau
 Pouvoir de remplissage faible et de courte durée d’action
Isotoniques
Hypertoniques
15
Chlorure de sodium 0,9% (NaCl
0,9%, sérum physiologique)
9 grammes de sodium/Litre
Ringer
Sodium, Potassium, Calcium
Ringer Lactate
Sodium, Potassium, Calcium, Lactate
Chlorure de sodium 7,5%
Chlorure de sodium 10% (ampoule)
Chlorure de sodium 20% (ampoule)
75 grammes de sodium/Litre
100 grammes de sodium/Litre
200 grammes de sodium/Litre
Les cristalloïdes
Indications
 Sérum physiologique
 Véhicule pour administration de médicaments IV
 Réanimation hydroélectrolytique : apport de sodium et de
chlorure
 Hydratation, garde veine
 Ringer (Lactate)
 Déshydratation
 Hypovolémie (hémorragies, brûlures…)
 Acidose métabolique (Ringer Lactate)
16
 Solutés hypertoniques
 Correction des pertes hydroélectrolytiques avec apport d’eau
limité
 Apport sodique (nutrition parentérale)
Les cristalloïdes
Voies d’administration
 Sérum physiologique
 Perfusion IV
 Soluté de choix pour la perfusion SC
 Ringer (Lactate)
 Perfusion IV lente
 Pas par voie IM
 Solutés hypertoniques
 Perfusion IV voie centrale
17
Les cristalloïdes
Effets indésirables
 Hyperhydratation
 Œdème, hypervolémie
18
Les cristalloïdes
Contre-indications et mises en garde
 Contre-indications :
 Solutés salés : rétention hydrosodée, insuffisance
cardiaque, cirrhose hépatique décompensée, hypernatrémie,
hyperchlorémie
 Ringer (Lactate) : hyperhydratation, insuffisance
cardiaque, hyperkaliémie, hypercalcémie, alcalose
métabolique (Ringer Lactate)
 Mises en garde :
 Suivi du ionogramme, tension artérielle, fonction rénale,
rétention hydrosodée (poids, diurèse)
19
Les polyioniques glucosés
20
Les polyioniques glucosés
 Glucose + 4 grammes de sodium + 2 grammes de
potassium par litre
 Bionolyte G5%®, Glucidion G5%®, Osmotan G5%®,
Polyionique G5%®
 Bionolyte G10%®, Glucidion G10%®,
Osmotan G10%®, Polyionique G10%
 Glucose + 2 grammes de sodium + 1,5 gramme de
potassium + 1 gramme de calcium par litre
 Plasmalyte 4 G5%®, Polyionique B27®,
21
Dextrion G5%®
 Dextrion G10%®
Les polyioniques glucosés
Indications, voie d’administration et effets indésirables
 Indications
 Apport calorique glucidique
 Désordres hydroélectrolytiques
 Déshydratation
 Voies d’administration
 Voie IV lente
 Mauvaise tolérance du potassium par voie SC
 Effets indésirables
 Œdèmes, hyperkaliémie
22
Les polyioniques glucosés
Contre-indications et mises en garde
 Contre-indications
 Rétention hydrosodée
 Insuffisance cardiaque, hépatique, respiratoire sévère
 Hyperkaliémie
 Insuffisance rénale (Dextrion, Plasmalyte)
 Hypercalcémie (Polyioniques avec calcium)
 Mises en garde
 Surveillance ionogramme (kaliémie+++), glycémie,
rétention hydrosodée
23
Les solutés alcalinisants
24
Les solutés alcalinisants
 Solutés d’eau stérile et de bicarbonate de sodium
25
Isotonique
Bicarbonate de sodium 1,4%
Hypertonique
Bicarbonate de sodium 4,2% (semi-molaire)
Bicarbonate de sodium 8,4% (molaire)
Les solutés alcalinisants
Indications et voie d’administration
 Indications
 Acidose métabolique
 Alcalinisation des urines (cela favorise élimination des toxiques
acides comme aspirine)
 Hyperkaliémie menaçant le pronostic vital (les
bicarbonates favorisent le transfert intracellulaire de
potassium)
 Certaines intoxications (antidépresseurs tricycliques,
neuroleptiques, salicylés…)
 Posologie adaptée au degré des perturbations acidobasiques
 Voie d’administration
 IV lente (hypertoniques : voie centrale +++)
26
Les solutés alcalinisants
Effets indésirables
 Hypokaliémie
 Alcalose métabolique
 Hypernatrémie
27
Les solutés alcalinisants
Contre-indications et mises en garde
 Contre-indications
 Acidose respiratoire
 Alcalose métabolique
 Mises en garde
 Suivi ionogramme (potassium), gaz du sang, pH
 Tenir compte de l’apport de sodium (insuffisant
cardiaque)
 Nombreuses incompatibilités physicochimiques
28
Les colloïdes
29
Les colloïdes
 Grosses molécules, substituts du plasma
 Ils retiennent l’eau dans les vaisseaux
 pouvoir de remplissage > cristalloïdes
 Colloïdes naturels (albumine = médicament dérivé du sang)
ou synthétiques
 Colloïdes synthétiques :
 Les gélatines
 Les dérivés de l’amidon
 Les dextrans
30
Les colloïdes
Gélatines
 Solutés constitués de molécules protéiques (gélatines
modifiées)
 Expansion volémique au moins égal au volume perfusé
 Elimination rapide
 Spécialités :
 Gélofusine 4%® (gélatine, sodium)
 Plasmion® (gélatine, sodium, magnésium, potassium,
lactate, chlorure)
31
Les colloïdes
Gélatines
 Indications : remplissage vasculaire
 Traitement ou prophylaxie des états de chocs hypovolémiques (suite
hémorragies, brûlures, grandes déshydratations) et d’autres chocs
(toxiques, infectieux, traumatiques)
 Hypotension au cours des anesthésies
 Modalités d’administration :
 Perfusion IV
 Adulte : possibilité d’administrer 500 ml en 10 à 15 minutes
32
Les colloïdes
Gélatines
 Effets indésirables :
 Réactions d’hypersensibilité (perfusion trop rapide+++)
 Hyperkaliémie, alcalose métabolique (Plasmion®)
 Surdosage : hyperhydratation, OAP (Œdème Aigu du
Poumon)
33
Les colloïdes
Gélatines
 Contre-indications :
 Hypersensibilité
 Accouchement, fin de la grossesse
 Hyperhydratation, hyperkaliémie, alcalose métabolique
(Plasmion®)
 Mises en garde :
 Surveillance tension artérielle, ionogramme, diurèse,
34
hématocrite
 Accouchement, fin de la grossesse
 Pas administration en même temps que sang, fractions
plasmatiques
Les colloïdes
Dérivés de l’amidon
 Solutés constitués d’hydroxyéthylamidons HEA (glucides naturels
modifiés)
 Expansion volémique rapide, supérieure ou égale au volume perfusé
 Maintien du volume sanguin pendant 6 heures
 Spécialités :
 Voluven®, Heafusine 6%®, Heafusine 10%®, Plasmohes 6%®,
Restorvol 6%® = HEA + NaCl
 Hyperhes® hypertonique = HEA + NaCl
 Plasmavolume® = HEA, sodium, potassium, calcium, magnésium,
acétate, chlorure
35
Les colloïdes
Dérivés de l’amidon
 Indications : remplissage vasculaire
 Traitement ou prophylaxie des états de chocs hypovolémiques
(suite hémorragies, brûlures, grandes déshydratations) et
d’autres chocs (toxiques, infectieux, traumatiques)
 Traitement à dose unique de l’hypovolémie aiguë avec état de
choc (Réanimation en petits volumes avec expansion volumique
rapide) (Hyperhes®)
 Modalités d’administration :
 Perfusion IV
 Perfusion lente au départ (détection hypersensibilité)
36
Les colloïdes
Dérivés de l’amidon
 Effets indésirables :
 Réactions d’hypersensibilité
 Troubles de l’hémostase
 Dysfonctionnement hépatique en cas d’accumulation
 Augmentation transitoire de l’amylasémie habituelle
 Troubles respiratoires, cardiovasculaires (hypotension…),
hypernatrémie, hyperchlorémie (Hyperhes®)
37
Les colloïdes
Dérivés de l’amidon
 Contre-indications :
 Hypersensibilité
 Surcharge circulatoire
 Insuffisants rénaux chroniques en cours d’hémodialyse
 Troubles de la coagulation (Hémophilie, Maladie de
Willebrand)
 Insuffisance cardiaque ou hépatique sévère, troubles de la
natrémie et de la chlorémie, accouchement (Hyperhes®)
 Hémorragie intracrânienne, insuffisance rénale aiguë,
cardiaque ou hépatique sévère (Plasmavolume®)
38
Les colloïdes
Dérivés de l’amidon
 Mises en garde :
 Surveillance hémostase, TCA en cas traitement > 4 jours
 Suivi ionogramme, pression artérielle, fréquence cardiaque,
fonction rénale
39
Les colloïdes
Dextrans
 Solutés constitués de glucides
 Expansion volémique supérieure ou égale au volume perfusé
 De moins en moins utilisés (mauvaise tolérance)
 Spécialité :
 Rescueflow® : Dextran 70 (60 grammes/L) + NaCl (75
grammes/L)
 Indication :
 Hypovolémie avec hypotension liée à un état de choc traumatique
40
(dose unique, perfusion IV rapide 2-5 min, 1ers ml injectés
lentement)
Les colloïdes
Dextrans
 Effets indésirables :
 Réactions d’hypersensibilité
 Contre-indications :
 Hypersensibilité, fin de grossesse, accouchement
 Mises en garde :
 Suivi hémostase, ionogramme
 Attention en cas d’insuffisance cardiaque ou rénale
41
Solutés osmotiques
42
Le Mannitol
 Solutés hypertoniques à 10% et 20%
 Propriétés :
 Anti-oedémateux  réduction de la pression intracrânienne
 Diurétique
 Indications :
 Œdème cérébral, hypertension intracrânienne
 Hypertension intra-oculaire
 Oligo-anurie (diminution voire suppression diurèse)
 Diurèse osmotique dans certaines intoxications
 Voie d’administration : Perfusion IV lente
43
Le Mannitol
 Effets indésirables :




Troubles hydroélectrolytiques, déshydratation
Vertige, confusion
Troubles de la tension artérielle
Modification de la vision
 Contre-indications :
 Hypersensibilité
 Hyperosmolarité, déshydratation
 Œdème pulmonaire
 Mises en garde :
 Déconseillé en cas d’insuffisance cardiaque
 Surveillance bilan hydroélectrolytique, diurèse, tension artérielle,
44
fonction rénale
En pratique
45
Contenants
 Fonction de la stabilité et de la compatibilité des solutés avec
le matériau
 Flacons en verre
 Utilisation d’une prise d’air
 Poches souples
 Possibilité de rajouter du volume (limites définies en fonction
du volume initial de la poche)
 Flacons Ecoflac®
 Pour ajouter du volume, nécessité de retirer le volume
équivalent du flacon
46
Incompatibilités physicochimiques
Exemples
 Amphotéricine B et NaCl
 Ceftriaxone et Calcium
 Furosémide et G5%
 Nombreuses interactions avec le bicarbonate de
Na
47
Conclusion
 Standard : Sérum physiologique ou G5% (pas EPPI
seule)
 Débit de perfusion et volume en fonction du patient et
du contexte clinique
48
 Attention :
 Incompatibilités
 Perfusion IV de potassium
 Surveillances associées
 Voies d’administration
 Ressemblance des flacons ou poches
 Ne pas injecter du versable

similar documents