Correction

Report
Tutorat UE3A
12-13 novembre 2012



A. La relaxation longitudinale est un phénomène
électrique, où les spins transfèrent de l’énergie vers leur
environnement (réseau).

B. La relaxation transversale résulte de l’interaction spinsspins et permet la disparition de l’aimantation dans le plan
transversal.
C. Une substance paramagnétique influera le signal RMN
en augmentant les temps de relaxation nucléaire des
noyaux voisins.
D. Si l’agitation des molécules d’eau est faible alors le
temps de relaxation T1 sera plutôt long

E. Autre réponse.

A. Faux : la relaxation longitudinale n'est pas un
phénomène électrique mais magnétique en effet les
spins interagissent avec les champs magnétique
(Energie est égale au moment magnétique produit
scalaire le champ magnétique) .
B. Vrai : définition dans le cours.
C. Faux : Une substance paramagnétique influera le
signal RMN en diminuant les temps de relaxation
nucléaire des noyaux voisins.
D. Vrai : T1 sera plus long que celui de l'eau libre





1. En abscisse, on peut lire le déplacement
chimique.
2. Les noyaux du triplet et du quadruplet ne
sont pas couplés.
3. Le quadruplet possède un voisin CH3.
4. Le triplet C est généré par les H d’un
groupement CH3.
5. Le fractionnement des raies résulte d’un
couplage entre spins.
On donne J(A)=7 Hz et J(C)=7 Hz

1. Vrai

2. Faux, les constantes de couplage sont identiques, donc
les noyaux sont couplés.

3. Vrai : le quadruplet résulte du fait que les protons en
résonance sont couplés à (4-1) protons voisins, donc un
groupement CH3

4. Faux, pas forcément : le triplet indique simplement que
les protons de ce groupement sont couplés à (3-1)=2
protons voisins donc un groupement CH2 voisin.

5. Vrai

On considère la lentille L1 suivante en polyuréthane
d’indice 1,6. Ces rayons de courbure valent 30 et 60
cm.


Quelle la puissance de cette lentille ? (en dioptries)
-3 B. -1 C. 1
D. 3


On accole la lentille L1 à une lentille L2 de caractéristiques
inconnues. L’image d’un objet placé à 10cm de ce système
est droite et trois fois plus grande que l’objet.
Quelle est la proposition exacte ?

A. L2 est une lentille convergente de distance focale 27cm.

B. L2 est une lentille convergente de distance focale 10 cm.

C. L2 est une lentille divergente de distance focale -27cm.

D. L2 est une lentille divergente de distance focale -10 cm.

E. Autre réponse




Quelles sont les réponses exactes ?
1) : Les amétropies sphériques sont représentées par la myopie et par l’hyperopie
qui sont respectivement dues à un œil pas assez convergent et un œil trop
convergent.
2) : L’hyperopie peut dans tous les cas être assimilée à l’hypermétropie, il s’agit
d’un défaut de puissance de l’œil.
3) : Un sujet emmétrope aura besoin d’une correction lorsqu’il souhaite voir au
loin.
4) : L’amplitude d’accommodation est maximale à la fin de la puberté et est
d’environ 14 δ
5) : La presbytie est un phénomène pathologique qui provoque la diminution de
l’acuité visuelle de proximité.
A:4+5
B : Aucune
C:1+3+4
D:2
E : Autre réponse

1) FAUX : la première partie est vraie, mais c’est l’inverse dans la
deuxième partie.
2) VRAI : Hypéropie est un synonyme d’hypermétropie et
correspond bien à un défaut de puissance de l’œil.
3) FAUX : Un sujet emmétrope et un sujet dont le Ponctum
Remotum (PR) est situé à l’infini, il n’aura donc aucun problème à
voir au loin.
4) FAUX : L’amplitude d’accommodation atteint son maximum de
14 δ pendant l’enfance et diminue avec l’âge.
5) FAUX : C’est un phénomène physiologique et non pathologique.

On considère une onde de fréquence 200 MHz. Quelle est la
bonne proposition?

1. Sa longueur d’onde dans le vide est égale à 0,67 m.

2. Sa longueur d’onde dans l’eau (n=4/3) est 2 m.

3 .Sa période est égale à 5 ns.

4. Sa période dans l’eau est de 6,67 ns.

5. Cette onde est visible.

6. Cette onde se propage dans l’eau à la vitesse de 1500
m/s.
1:FAUX
Célérité = (longeur d’onde) x (fréquence)
Longueur d’onde λ = 1,5 m


2 :FAUX
n : indice de réfraction du milieu
c : célérité de l’onde dans le vide
c’ : célérité de l’onde dans le milieu transparent.

n 
c
c'



C. Faux : aucune transition ne correspond à
une différence d’énergie de 7,56 eV.

D. Faux. La différence d’énergie de vibration
entre ces niveaux est constante, donc ici
différente de l’énergie du photon (même les
multiples).

Laquelle ou lesquelles de ces propositions sont exactes ?

A. Un groupement insaturé est probablement chromophore.

B. D’après le principe de Franck-Gordon, les transitions les
plus probables, sont celles nécessitant un mouvement
moindre des noyaux.

C. Il est plus facile de pratiquer de la spectroscopie dans de
l’huile que dans de l’eau.

D. La loi de Lambert permet de mesurer l’épaisseur d’un
diamant.

E. Autre réponse


Soient des molécules de même nature qu’on irradie à l’aide d’un faisceau
d’intensité 35 MW/m2, totalement absorbé. Il fluoresce et cette émission
de fluorescence à une intensité de 20 MW/m2. Quelle(s) est (sont) la(les)
proposition(s) exacte(s) ?

A. Le rendement quantique de fluorescence de ce noyau vaut 0,57.

B. L’intensité de l’émission variera en fonction du solvant dans lequel
baignent les molécules.

C. L’énergie non-évacuée par fluorescence peut l’avoir été par
luminescence.

D. L’énergie non-évacuée par fluorescence peut l’avoir été sous forme de
chaleur

E. Autre réponse


similar documents