La honte en supervision - Canadian Counselling and

Report
La honte en
supervision
Cynthia Bilodeau, Ph. D., c.o.
Réginald Savard, Ph. D., c.o.
CCPA, Calgary, 2012
2
Plan
• La honte
• La supervision
• La honte en supervision
• L’intersubjectivité en supervision
• Les réactions à la honte en supervision
• La régulation de la honte en supervision
3
4
La honte
• La honte se manifeste quand nous attribuons
l’information d’une situation spécifique à des
défauts de caractère
• Se manifeste typiquement en contexte relationnel.
• C’est une expérience interne négative menaçant la
cohésion de soi
• Une expérience qui s’accompagne de sentiments de
vulnérabilité et d’inadéquation aux yeux des autres
• Une expérience cachée et vécue par tout le monde à
différents degrés
Hahn, 2001; Talbot, 1995; Tangney, Miller, Flicker et Barlow, 1996; Zupancic et Kreidler, 1998.
5
La honte
• Au niveau des comportements, la honte se
manifeste par les yeux baissés et l’inclinaison de
la tête en bas ou vers le côté, se couvrir le visage
avec la main, et / ou les changements de posture
pour faire que le corps apparaissent plus petit
(Keltner & Buswell, 1996)
La honte
• Réactions à la honte
 Retrait
 Soumission
 Évitement
 Agressivité
(Gilbert,1998; Hahn, 2001)
7
La honte et la culpabilité
• Honte : l’emphase est sur qui on est
• Culpabilité : l’emphase est sur les actes que nous
avons posées
(Tangney et al., 1996)
8
9
Définition de la supervision
• Une intervention par un membre sénior d’une
profession à un membre junior de la même
profession qui implique des éléments de
formation et d’évaluation
• La supervision joue un rôle clé pour le
développement de la compétence et pour le
maintien de la qualité des services professionnels
(Bernard & Goodyear, 2004; Bucky, Marques, Daly, Alley & Karp, 2010)
10
La supervision en counseling
• La supervision requiert que la personne
supervisée…
▫ s’engage à apprendre et à se développer
▫ se dévoile et dévoile ses pratiques d’intervention
▫ soit évaluée sur sa performance
• Honte et culpabilité sont des émotions vécues en
supervision
(Alonso, 2000; Buechler, 2008; Graff, 2008)
11
12
La honte en supervision
Facteurs qui stimulent la honte de la personne
supervisée:
▫
▫
▫
▫
Le contexte
La demande de dévoilement
Les préoccupations concernant l’évaluation
Les préoccupations concernant leur niveau de
compétence
▫ Les préoccupations d’être bien vue par la personne qui
la supervise
(Mehr, Ladany et Caskie, 2010)
13
La honte en supervision
Facteurs qui stimulent la honte du superviseur:
▫ Confusion concernant les rôles du superviseur
(mentor, enseignant, aidant, etc.)
▫ Préoccupations du superviseur d’être bien vu par
l’étudiant
▫ Préoccupations du superviseur d’être compétent et de
se montrer compétent
(Alonso, 1999; Mehr et al., 2010)
14
La honte en supervision
Au plan théorique
• La honte vécue en supervision peut avoir des effets
néfastes sur le développement personnel du supervisé,
sur l’efficacité de la supervision ainsi que sur
l’apprentissage de la personne supervisée
Alonso, 2000; Buechler, 2008; Graff, 2008; Glickauf-Hughes, 1994; Yourman et Farber, 1996
15
La honte en supervision
Les effets néfastes de la honte du supervisé:
• Diminue la confiance en soi
• Peut mener au burnout
• Peut mener à des ruptures d’alliance et mettre fin à la
relation prématurément
• Limite l’ouverture à l’apprentissage en diminuant la
curiosité, l’autonomie et la créativité
(Buechler, 2008; Watkins,2010)
16
La honte en supervision
Les effets néfastes de la honte du superviseur:
• Diminue la confiance en soi et ses compétences
• Peut mener au burnout
• Peut mener à des ruptures d’alliance et mettre fin à la
relation prématurément
• Limite la flexibilité nécessaire pour l’apprentissage des
supervisés
• Peut avoir des conséquences psychologiques
permanentes pour le supervisé
(Buechler, 2008; Watkins,2010)
17
18
La honte en supervision
Une étude de Doherty (2005) sur la propension à vivre de la
honte et la satisfaction des supervisés démontre que:
Honte
satisfaction de
la supervision
apprentissage
La honte en supervision
Bilodeau, Savard et Lecomte (2010, 2012) sur la propension
à vivre de la honte, sur le processus et les effets de la
supervision
Supervisé(e)s (N=43)
Superviseur(e)s
(N=13)
36
7
4
9
Âge
30.1
37.5
Études
post-secondaire
6.8
7.5
-
9.3
F
H
Expérience
La honte en supervision
Une étude longitudinale
Superviseurs Supervisés
Avant
ISS
S1
S2
S3
S4
S5
SWAI-T SWAI-T SWAI-T SWAI-T SWAI-T
SEQ
SEQ
SEQ
SEQ
SEQ
ISS
SWAI-S SWAI-S SWAI-S SWAI-S SWAI-S
Résultats
• La propension à vivre la honte est liée l’alliance
F (4, 126) = 3.38, p = .0116
Temps 1
Honte
Temps 5
Alliance
Honte
Alliance
Résultats
• Les supervisé(e)s ayant une prédisposition à la
honte élevée perçoivent significativement moins
d’effet immédiat de la supervision
t(41) = 2.53, p = .02, d = 1.1
Honte élevée
Honte normale
Effet immédiat
Effet immédiat
Résultats
• Les superviseurs et les supervisées ont des
divergences significatives concernant leur
perception de l’alliance
F(1,29) = 12.70, p = .0013, d = .88
24
La honte en supervision
Les recherches démontrent…
• Pour une supervision optimale, les personnes
supervisées doivent dévoiler leurs difficultés (leurs
lacunes)
(Falender & Shafranske, 2004)
• Jusqu’à 97,2% des personnes supervisées dissimulent
des aspects importants à la personne qui les supervise et
les auteurs suggèrent que la honte est un facteur
important qui participe
Ladany, Hill, Corbett et Nutt,1996; Mehr, Ladany & Caskie, 2010; Yourman, 2003; Yourman et Farber ,1996)
25
Les personnes supervisées
dissimulent…
• 90% ne dévoilent pas leurs sentiments négatifs face à la
leur superviseur
• 60 % ne dévoilent pas leurs expériences ou leurs
problèmes personnels, ni ce qu’ils pensent d’eux-mêmes
• 44 % ne dévoilent pas leurs erreurs d’intervention
• 44 % ne dévoilent pas leurs inquiétudes ni leurs soucis
concernant leur évaluation
• 43 % ne dévoilent pas leurs observations générales au
sujet du client : diagnostic, apparence, processus de
counseling, etc.
(Ladany, Hill, Corbett & Nutt, 1996)
26
Les personnes supervisées
dissimulent…
• 36 % ne dévoilent pas leurs réactions négatives face
au client
• 25 % ne dévoilent pas leurs pensées ou leurs
sentiments d’attraction envers le client
• 23 % ne dévoilent pas leurs sentiments positifs
envers leur superviseur
• 22 % ne dévoilent pas leurs contre-transferts face
au client
(Ladany, Hill, Corbett & Nutt, 1996)
27
Les raisons évoquées du nondévoilement
• 51 % vivent des sentiments négatifs tels que la
honte, l’embarras et l’inconfort
• 55 % agissent par égards pour leur superviseur en
ne dévoilant pas de matériel qui pourrait le rendre
inconfortable
(Ladany, Hill, Corbett & Nutt, 1996)
28
La honte en supervision
D’autres recherches nous informent…..
• Pour qu’une supervision soit optimale, le superviseur
doit démontrer ses compétences en tant que superviseur
(Carifo & Hess, 1987; Falender et al., 2004, Falender & Shafranske, 2004)
• Un grand % de nouveaux superviseurs questionnent
leurs propres compétences, ne se sentant pas bien
outillés pour superviser
( Majcher & Daniluk, 2008; Johnson & Stewart, 2000)
29
Étude de Majcher et Daniluk (2008)
• Étude qualitative concernant les expériences de
6 superviseurs en formation:
▫ Tous les répondants ont parlé de sentiments d’être
inadéquats et d’avoir eu des inquiétudes quant à
leur capacité d’être compétents comme
superviseurs
30
Étude de Johnson et Stewart (2000)
Une enquête auprès de 156 superviseurs en formation a
démontré:
1
2
3
2.96
4
5
6
7
sentiments d’être
adéquatement préparés et
outillés pour superviser.
31
La honte en supervision
Les auteurs s’entendent…
• La manière dont la honte est identifiée et gérée va
déterminer ses effets
Alonso, 2000; Buechler, 2008; Graff, 2008 Glickauf-Hughes, 1994; Yourman et
Farber, 1996)
32
La honte en supervision
“Il y a plusieurs de différences individuelles entre
le supervisé et le superviseur qui influencent le
processus et les effets de la supervision. En
comprenant les effets de ceux-ci nous pouvons
mieux comprendre les problèmes sous-jacents”
(Traduction libre, Bernard et Goodyear, 2004)
33
34
L’intersubjectivité en supervision
• Le processus de supervision est un processus
relationnel qui implique la subjectivité des deux
parties
• Le modèle intersubjectif supporte une définition
mutuelle du processus.
▫ Ceci requière la reconnaissance de la subjectivité
de l’autre
(Herron & Teitelbaum, 2001)
35
L’intersubjectivité en supervision
Si comme superviseur je suis compétent, ceci dépend, à
un certain niveau, de la participation de l’étudiant d’une
part, et d’autre part, cela dépend de ma capacité à
augmenter son niveau de compétence clinique. Dans le
même sens, si je ne suis pas compétent (que ma
compétence n’est pas adéquate lors de cette supervision en
particulier), je crois que nous sommes les deux à participer
à cette triste situation… (traduction libre, Alonso, 1999)
36
L’intersubjectivité en supervision
• La honte peut provenir des deux parties et
influence la subjectivité de l’autre participant
• C’est la manière dont la honte est identifiée et
gérée qui va déterminer ses effets
(Alonso, 1999; Buechler, 2008; Watkins, 2010)
37
38
Les réactions à la honte en supervision
Réactions passives
Réactions agressives
• Retrait
style d’interaction passif, non
curieux
• Attaquer les autres
critique hostile, dévalorisation
de l’autre
• Évitement
évite d’être exposé, cherche à
faire diversion (erreurs,
échecs)
• S’attaquer soi-même
se critique pour éviter de l’être
par l’autre et pour protéger le
lien
(Gilbert ,1998; Hahn, 2002)
39
Réactions du supervisé à sa honte
• Retard répétitif ou oubli de noter ou d’enregistrer
plusieurs séances (évitement)
• Questionnement indu de la part du supervisé concernant
les expériences antérieures du superviseur ou de son
orientation théorique (attaquer l’autre)
• Hésite à contribuer, agit comme s’il était une feuille
blanche (blank-slate). Ne questionne jamais les propos
du superviseur (retrait)
• Met en lumière toutes ses « erreurs » et critique ses
interventions avant que le superviseur émette un
commentaire (s’attaquer soi-même)
40
Réactions du superviseur à sa honte
• Critique excessive ou dévalorisation du supervisé,
ou d’un autre superviseur (attaquer l’autre)
• Contrôle inflexible des interventions du supervisé
avec le client (évitement)
• Limite la rétroaction offerte, retourne les
questions vers le supervisé (retrait)
• Met beaucoup d’emphase sur ses lacunes en tant
que superviseur, cherche la validation de son
supervisé (attaquer soi-même)
41
42
Comment bien gérer la honte en
supervision?
1. Être à l’affût que la honte peut être présente et
que cela influence le processus et les effets de la
supervision
2. Être en mesure d’identifier la honte en
supervision
43
Suggestions pour gérer la honte en
supervision…
• En tant que supervisé
▫ Dévoiler la honte
▫ Être conscient de l’influence de ses actions sur le
superviseur
▫ Reconnaitre que le superviseur aussi n’est pas à l’abri
de la honte
44
Suggestions pour gérer la honte en
supervision…
• En tant que superviseur
▫ Pour les personnes supervisées
 Utiliser l’empathie
 Normaliser l’expérience de la honte en supervision
 Encourager le supervisé à partager l'expérience et à demander
ce dont il a besoin
 Initier une conversation sur les différences de pouvoir dans la
relation supervisé-superviseur
 Inviter le supervisé à discuter de ses inquiétudes face à
l’évaluation
 Démontrer une ouverture aux rétroactions et une volonté de
changer pour s’adapter
45
Suggestions pour gérer la honte en
supervision…
• En tant que superviseur
▫ Pour soi :
 Effectuer des auto-analyses pour augmenter sa
conscience réflexive
 Suivre une formation théorique et pratique de la
supervision
 Avoir une supervision sur sa supervision
46
Processus d’intervention en
supervision
Compétences du superviseur
• Sensible à l’expérience de déstabilisation
(honte, anxiété…)
• Sensible à la nécessité d’autoprotection :
difficulté d’autorégulation et de régulation
interactive
• Assurer la directionnalité et l’entente sur
l’objectif quand des enjeux personnels sont en
cause
• Sensibilité à l’alliance et à ses fluctuations
© Lecomte et Savard
47
Conscience réflexive de soi en
interaction : indicateurs
Expérience de
suraccordage
(dissonance)
Tente d’imposer sa
perspective
 Perte de vue des
besoins de la
personne supervisée
 Expérience affective
négative

Rupture –
Perturbation
Impasse – Conflit
© Lecomte et Savard
Expérience
d’accordage
(résonance)



Disponible à
l’autre et à soi.
Place pour les
besoins des deux
Plus conscient de
la relation
Régulation
Optimale
Expérience de
suraccordage
(consonance)



Assimile sa
perspective à celle de
l’autre
Se perd de vue
Expérience affective
positive-négative
submergeante
Perturbation – Rupture
Perte de vitalité
48
Conscience réflexive de soi en
interaction : indicateurs
ACTIVE
Réaction active:
Impatience
Colère
Affrontement
DÉSACCORDAGE
DISSONANCE
Réaction active:
Tente de répondre
de façon indue à
toutes les demandes
ACCORDAGE
RÉSONANCE
Réaction passive:
Retrait agressif
PASSIVE
© Lecomte et Savard
SURACCORDAGE
CONSONANCE
Réaction passive:
Culpabilité
Honte
Se sent pressuré
Retrait dépressif
49
Approche intégrative de la
supervision : paramètres
BUTS VISÉS, INTENTIONS
(théorie professionnelle)
CONSCIENCE
RÉFLEXIVE DE SOI
ET DE L’AUTRE EN INTERACTION
EXPÉRIENCE SUBJECTIVE
DE L’INTERVENANT
Théorie personnelle
Conscience «subjective» de soi
Degré de
cohérence
COMPORTEMENTS
PROFESSIONNELS
ET LEURS EFFETS
Conscience «objective» de soi
© Lecomte et Savard
50
[email protected]
[email protected]
51
References
•
•
•
•
•
•
•
•
Alonso, A., et Rutan, J. S. (1988). Shame and guilt in psychotherapy supervision.
Psychotherapy, 25, 576-581.
Bernard, J. M., et Goodyear, R. K. (2004). Fundamentals of clinical supervision (3rd ed.). Boston:
Pearson Education.
Bilodeau, C., Savard, R., & Lecomte, C. (2010). Examining supervisor and supervisee agreement
on alliance: Is shame a factor? Canadian Journal of Counselling and Psychotherapy, 44(3), 272282.
Bilodeau, C., Savard, R., et Lecomte, C. (2012). Trainee shame-proneness and the supervisory
process. Journal of Counselor Preparation and Supervision, 4, 37-41.
Bucky, S. F., Marques, S., Daly, J., Alley, J., et Karp, A. (2010). Supervision characteristics related
to the supervisory working alliance as rated by doctoral-level supervisees. The Clinical
Supervisory, 29, 149-163.
Buechler, S. (2008). Shaming psychoanalytic candidates. Psychoanalytic Inquiry, 28, 361-372.
Carifio, M. S., et Hess, A. K. (1994). Who is the ideal supervisor? Profession Psychology:
Research and practice, 18, 244-250.
Falender, C., et Shafranske. E. P. (2004). What makes for good supervision. In Clinical
Supervision: A competency-based approach. Washington DC: American Psychological
Association.
52
References
•
•
•
•
•
•
•
•
Gilbert, P. (1998). What is shame? Some core issues and controversies. In P. Gilbert & B. Andrews
(Eds.), Shame: Interpersonal behavior, psychopathology and culture (pp.3-38). New York:
Oxford University Press.
Glickhauf-Hughes, C. (1994). Characterological resistances in psychotherapy
supervision. Psychotherapy, 31, 58-66.
Graff, G. (2008). Shame in supervision. Issues in Psychoanalytic Psychology, 30, 79-94.
Herron, W. G., et Teitelbaum, S. (2001). Traditional and intersubjective supervision. The Clinical
Superivsor, 20, 145-159.
Hahn, W. K. (2001). The experience of shame in psychotherapy supervision.
Psychotherapy, 38, 272-282.
Johnson, E. A., et Stewart, D., W. (2000). Clinical supervision in Canadian academic and service
settings : The importance of education, training, and workplace support for supervisor
development. Canadian Psychology, 41, 124-130.
Keltner, D., et Buswell, B. N. (1996). Evidence for the distinctness of embarrassment, shame, and
guilt: A study of recalled antecedents and facial expressions of emotion. Cognition and Emotion,
10, 155-171.
Ladany, N., Hill, C. E., Corbett, M. M., et Nutt, E.A. (1996). Nature, extent, and importance of
what psychotherapy trainees do not disclose to their supervisors. Journal of Counseling
Psychology, 43,10-24
53
References
•
•
•
•
•
•
•
•
Majcher, J., et Daniluk, J. C. (2009). The process of becoming a supervisor for students in a
doctoral superivsion training course. Training and Education in Professional Psychology, 3, 6371.
Mehr, K., Ladany, N., et Craskie, G. I. L. (2010). Trainee non-disclosure in supervision: What are
they not telling you? Ounselling and Psychotherapy Research, 10, 103-113.
Talbot, N. L. (1995). Unearthing shame in the supervisory experience. American
Journal of Psychotherapy, 49(3), 338-349.
Tangney, J. P., Miller, R. S., Flicker, L., et Hill Barlow, D. H.(1996). Are shame, guilt
and embarrassment distinct emotions? An analysis of participant ratings. Journal
of Personality and Social Psychology, 70, 1256-1269.
Watkins, C. E. (2010). Considering characterological resistances in the psychotherapy supervisor.
American Journal of Psychotherapy, 64, 239-256.
Yourman, D. B. (2003). Trainee disclosure in psychotherapy supervision : The impact of
shame. Journal of Clinical Psychology, 59(5), 601-609.
Yourman, D. B., & Farber, B. A. (1996). Nondisclosure and distortion in psychotherapy
supervision. Psychotherapy, 33, 567-575.
Zupancic, M. K., et Kreidler, M. C. (1998). Shame and the fear of feeling. Perspectives
in Psychiatric Care, 34(3), 29-34.

similar documents