Expérience du Niger sur le commerce régional de la viande et du

Report
REPUBLIQUE DU NIGER
Fraternité – Travail- Progrès
Expérience du Niger sur le
commerce régional de la viande et
du bétail
Atelier méthodologique et de Lancement de l’initiative :
Promotion du commerce régional de la viande et des
produits du bétail,
12-14 février, 2014 – Belle Côte Abidjan, Côte d’Ivoire
Participants :
- Dr. Bello ROUA- Ministère de l’Elevage
- Mr. Hassane MOUNKAILA – Ministère
du Commerce et de la promotion du
secteur Privé
Février 2014
Contexte
Le Niger est un pays sahélien à vocation pastorale avec le meilleur
avantage comparatif pour l’élevage dans la sous-région:
• Zone pastorale d’une superficie de 60 millions d’ha;
• Le capital bétail est estimé à plus de 2 000 milliards de francs CFA
pour plus de 14 millions d’UBT;
• En 2012, il a été exporté sur pied plus de 504 000 gros ruminants dont
plus de 425 000 bovins et plus de 2 100 000 petits ruminants.
(Ces exportations représentent en moyenne 40% des bovins vendus sur les
marchés intérieurs contrôlés avec une présentation sur les marchés de l’ordre de
2 millions de têtes).
• L’élevage représente en gros aujourd’hui environ 11% du PIB et c’est
une activité qui concerne 87% des populations.
L’élevage constitue la 2ème source de devises et 21% de l’ensemble des
revenus des produits d’exportation.
Ces aspects confirment que le Niger est bien un grand pays d’élevage
où le potentiel est encore sous valorisé avec un taux de prélèvement
en deçà de 15% et où toute l’exportation se fait sur pied donc sans
aucune plus-value liée à la transformation. Les cuirs et peaux sont
également exportés à l’état brut.
L’élevage au Niger connait des contraintes parmi lesquels l’on peut
retenir rapidement :
- Les contraintes climatiques ;
- La réduction des espaces de pâturages ;
- L’obsolescence des infrastructures de production et de
transformation;
- La faible productivité du bétail et des parcours pastoraux ;
- Une désuétude de certaines règlementations.
2. Analyse du commerce régional du bétail et de la viande en
Afrique de l’Ouest
La demande de produits d’origine animale au Sahel et en Afrique de
l’Ouest devrait augmenter de plus de 250 % d’ici 2025(selon une étude
récente). Le taux de croissance de la production des produits animaux,
estimé à moins de 2 %, est significatif bien qu’il reste inférieur à la
demande et au taux de croissance de la population.
La consommation par habitant est relativement faible. Par exemple au
Niger, elle n’est plus que de 9 kg de viande par an et par habitant.
Bien entendu la faiblesse de cette consommation peut être aussi
attribuée à la cherté de viande face à des populations qui luttent
contre la pauvreté.
Cependant, même si cette consommation reste au niveau actuel, la
demande globale continuera à croître en raison de la croissance de la
population.
Aussi faudrait-il que les pays de la CEDEAO prévoient de faire face à
une forte demande potentielle dans le futur non pas seulement en
important de l’extérieur mais en développant les productions
intérieures surtout.
• Activités et initiatives en cours
Intitulé
Objectif
Résultats
les performances de
production de lait et de
viande des races bovines
locales sont augmentées et
préservés
Projet d’Appui à
l’Aménagement
Pastoral et à la
Sécurisation des
Systèmes
Pastoraux/ CTB
Contribuer à la
préservation et à
l'amélioration du
potentiel génétique
des races
animales/bovins
Améliorer la
performance du
secteur de l´élevage
au Niger et contribuer
à la réduction de la
pauvreté rurale
Appui au
Renforcement
Institutionnel du
MEL/CTB
Les capacités
institutionnelles et
organisationnelles du
MEL sont renforcées
L´organisation et le
fonctionnement interne des
services centraux et
déconcentrés du MEL sont
améliorés
Programme
National
d’Amélioration
Génétique/Etat
Développement local
renforcé et productions
systèmes pastoraux
améliorées et valorisées.
Budget
10 355 577 762
7 215 527 000
1 311 914 000
• Activités et initiatives en cours/Suite
D’autres projets ont des volets élevage importants, comme exemple :
- Le PRACC (Projet d’appui à la croissance et à la compétitivité) ;
- Le PAC (Projet d’Appui Communautaire);
- PAC/RC (Résilience climatique);
- PRODEX (Projet de développement des Exportation des Produits AgroSylvo-Pastoraux);
- Le Projet de Productivité Agricole d’Afrique de l’Ouest (PPAAO) –
Spécialité élevage.
Ces initiatives sont de financement Banque Mondiale.
Pour l’année 2014, 4 autres projets sont attendus dans le domaine de la
viande, du lait et des cuirs et peaux de l’UE , de l’ONUDI, de la BID et de
l’Etat.
En remarque, il faut souligner que Le Niger a adopté récemment une
Stratégie de Développement Durable de l’Elevage qui est un cadre
des résultats des politiques en matière de développement des
productions agro-sylvo-pastorales telles que définies dans le Plan de
Développement Economique et Social (PDES) et l’Initiative 3N. Ce
cadre devrait intégrer toutes les initiatives locales, latérales et
multilatérales du sous-secteur élevage afin d’en avoir une vision
pouvant permettre l’amélioration des politiques
et des activités
connexes y compris les modes d’intervention.
•
Synergies et complémentarités (nationales, régionales / sous
régionales)
Il est en effet, important de rechercher compte tenu des particularités
écologiques, climatiques, socio-économiques des synergies et des
complémentarités sur le plan national, régional et sous –régional.
3. Principaux défis
Institutionnel
- Coordination des interventions dans les domaines des viandes, bétail,
cuirs et peaux et lait ;
- Renforcement de capacités des instituons en liens avec l’élevage et le
commerce ;
Structurel et fonctionnel
- Réussite d’un dispositif qui permet l’implication des acteurs intervenants
dans la chaine de productions de transformation et de
commercialisations des produits animaux (bétail, viande, lait, cuirs et
peaux) et aussi permettant facilement le partage de l’information sur
toutes les initiatives en cours et les débouchés possibles .
3. Principaux défis/suite
Socio-économique
- Réalisation d’infrastructure industrielle de production de viande, de lait
et de cuirs et peaux;
- Amélioration des circuits de commercialisation (formalisation des
systèmes de transaction, modernisation du transport, identification des
circuits commerciaux etc) ;
- Mise en œuvre de la démarche qualité (Identification des Animaux
Normalisation, traçabilité des produits animaux) ;
- Disposer d’un mécanisme adéquat de déstockage du cheptel lors des
crises de sécheresse ;
- Aménagements de zones de pâturages transfrontalières ;
- Création de marchés communautaires de référence;
Réglementaire/législatif
- Révision des textes législatifs et règlementaires dans le domaine du
commerce du bétail, de la viande, du lait, des cuirs et peaux et des
marchés à bétail ;
- Classification du bétail et vente au poids vif.
Principales recommandations
- Développer les productions locales du bétail et dérivés;
- Créer des marchés de bétail et des unités industrielles dans les zones
de production ;
- Faciliter les procédures commerciales et d’exportation des produits
animaux;
- Réhabilitation des zones pastorales et développement de services
adéquats.
Merci

similar documents