Echographie de la thyroide

Report
introduction
 Diagnostic initial et surveillance des nodules
 Ponction écho guidée
 Surveillance des cancers traités
 Bilan et surveillance des dysfonctions thyroïdiennes et
des thyroïdites
Anatomie ,technique ,examen normal
 Glande endocrine ,forme de papillon,zone basicervicale




antérieure;
2 lobes réunis par un isthme plus ou moins un lobe
pyramidal.
Volume inférieur à 20ml chez l’homme et 16 ml chez la
femme
Vascularisation
- art thyroïdienne sup(carotide ext)
- art thyroïdienne inf. ( tronc thyrocervical)
Retour veineux par les veines thyroïdiennes sup et
moy(jugulaire int) et veines thyroïdiennes inf.(tvbc)
DRAINAGE LYMPHATIQUE
Technique échographie –examen normal
 Matériel
- sonde de fréquence sup ou égale à 10 MH avec
module doppler couleur
- sonde convexe à grand rayon pour mesure des
hauteurs de lobe
- balayage composite(tir croisé)
 Examen réalisé en décubitus cou en hyper extension
Technique échographie –examen normal
 La biométrie doit comprendre la mesure des 3 diamètres de




chaque lobe
V=LxlxEx0.5
Le volume global obtenu par addition du volume des 2
lobes
Échogénécité glandulaire comparée aux muscles sous
hyoïdiens :thyroïde normale toujours plus échogène.
Hypoéchogénicité doit être précisée:diffuse ou
segmentaire.
Les nodules seront décrits et l’étude des chaines gg est
systématique
NODULE THYROIDIEN
 Epidémiologie
- découverte échographique dans 50% des cas
- sa fréquence augmente avec l’âge ,une femme
sur deux à 50 ans
- 3 fois plus fréquents chez la femme,carence
iodée facteur favorisant
NODULE THYROIDIEN
 Diagnostic positif
- formation circonscrite expansive
- visible en écho par son effet de masse,son contraste
ultrasonore par rapport au parenchyme adjacent ou par le
refoulement des structures vasculaires
 Diagnostic différentiel
- parathyroïde intra thyroïdienne
- le pseudo nodule de la thyroïdite
- un faux nodule derrière un septum fibreux
Décrire un nodule
Comment mesurer la taille des
nodules
 Mesurer la taille des 3 diamètres et calculer le volume
 Critères de variation:
-modification de 2 mm dans 2 diamètres au moins
-modification du volume> 20%
FORME ET ORIENTATION
FORME ET ORIENTATION 2
ECHOGENEICITE
 Comparer tout d’abord à la glande
 Puis si hypoéchogène comparer aux muscles
superficiels
ECHOGENEICITE
ECHOGENEICITE
ECHOGENEICITE
ECHOGENEICITE
ECHOGENEICITE
ECHOGENEICITE
CONTENU
CONTENU
CONTENU
CONTENU
CONTENU
CONTENU
LIMITES
LIMITES
LIMITES
LIMITES
LIMITES
LIMITES
LIMITES
CALCIFICATIONS
 Macrocalcifications
CALCIFICATIONS
CALCIFICATIONS
CALCIFICATIONS
CALCIFICATIONS
 microcalcifications
CALCIFICATIONS
 Diagnostics différentiels aux microcalcifications
VASCULARISATION
VASCULARISATION
VASCULARISATION
VASCULARISATION
VASCULARISATION
VASCULARISATION
Récapitulatif et CR
 Glandes
Volume
2. Vascularisation
3. Doppler artères thyroïdiennes
4. Echogénicité
1.

Formes intermédiaires
1. Hyperplasie
2. Amas nodulaires
Récapitulatif et CR
 Nodule
1. Forme et orientation
2. Volume
3. Echogénicité
4. Contenu
5. Limites
6. Contours
7. Calcifications
8. Vascularisation
9. Contact capsulaire
Récapitulatif et CR
 Drainage: ADP
CR
SCHEMA
EXEMPLE DE SCHEM
ETUDE
 Le système TIRADS (Thyroid Imaging Reporting and
Data System) en échographie thyroidienne
 J.Jradio.2011.03.022
 G.Russ, C.Bigorgne, B.Royer, A.Rouxel, M.BienvenuPerrard
Objectif
 Homogénéiser la description et les conduites à tenir
face à un nodule de la thyroïde
Le score TIRADS
RESULTAT
 Par signe ou par association de signes
 Classée par ordre de croissance de VPP
 A permis de classer dans les groupes TIRADS 2-4
RESULTAT
RESULTAT
 PRINCIPE DE BASES : LE SIGNE LE PLUS PEJORATIF
L’EMPORTE TOUJOURS
 3 signes ont une VPP sup à 50% : Hypoèchogeneicité
forte, micro-calcifications, contours lobulés ou
anguleux.
 4 signes ont une VPP entre 10% et 50%: Hypoéchogène
et vascularisation centrale ou diffuse, Epaisseur >
largeur, hypoéchogéne et macrocalcification, nodule
hypoéchogéne solide majoritérement.
RESULTAT
 4 signes ont une VPP entre 2% et 10%: Nodule iso ou
hyperéchogène avec macrocalcification ou
vascularisation à prédominance centrale,
hypoéchogène majoritairement kystique, absence de
halo.
 3 signes ont une VPP 0%: Kyste simple, Nodule
spongiformes isoéchogène, Nodules hyperéchogène.
Classé donc en 2. On peut rajouter macrocalcification
isolée, Thyroïdite subaigüe typique, Amas nodulaire
isoéchogène.
 Les autres signes ont une VPP entre 0% et 2%.
RESULAT
 Le score TIRADS d’un nodule est défini simplement
par la forme du nodule, l’échogéneicité, calcification,
contenue, contours et l’élasticité.
 Sensibilité du score diagnostique 95%, SP 58%
RESULTAT
Arbre décisionnel pour l’analyse
d’un nodule thyroïdien
Arbre décisionnel pour l’analyse
d’un nodule thyroïdien
Autres signes
Indication à la cytoponction
Contexte à risque
CANCER THYROIDIEN
 Épidémiologie
- entre 0,5 et 10 cas pour 100000 par an
- très rare chez l’enfant
- age moyen 45-50 ans
- 3 facteurs pronostiques peuvent etre dégagés



Age: rechutes et déces plus élevés après 50 ans
Extension au moment du diagnostic
Type histologique: papillaire différenciés, vésiculaire, médullaire
CANCER THYROIDIEN
 Cancer nodulaire: présentation la plus courante
- nodule solide hypoéchogène à contours flous,+/-
-
microcalcicifications, vascularisation interne, adénopathie
satellite
Nodule mixte avec composante solide dominante
Très rarement iso ou hyperéchogène
K papillaire microcalcifications fréquentes et métas gg
K médullaire lobe moyen
CANCER THYROIDIEN
 Cancer diffus
- se présente comme un goitre.Fréquence du
papillaire au sein des goitres
- formes diffuses invasives


Anaplasique , tumeur envahissante du sujet agé avec douleurs et
compression, hypoéchogène en écho , envahissement des parties
molles et adénomégalies
Lymphome, parfois primitif thyroidien.Pas de masse circonscrite
, goitre douloureux qui augmente rapidement de volume
THYROIDITES
 Ensemble hétérogène avec un point commun en
échographie :hypoéchogène
 thyroidites aigues: rares, pathologie des immigrés et
des immunodéprimés , d’origine
bactérienne,virale , mycosique ou parasitaire
- évoluent dans un tableau infectieux avec atteinte orl.
-en écho se présente comme une thyroidite
banale avec abcédation secondaire
THYROIDITES
 thyroidite subaigue de Quervain-crile
- saisonnière (automne-printemps)
- affection virale non immunisante,succédant
à un épisodrhinopharyngé banal.
- hypertrophie transitoire douloureuse avec signes généraux
- échographie
- aspects évolutifs

Thyroidite focale

Récupération progressive
 Hypertrophie glandulaire inconstante
 Parenchyme hypoéchogène
 Alternance zones saines et zones inflammatoires
 Au doppler couleur les zones hypoéchogènes sont peu
vascularisées voir avasculaires
Thyroidites lymphocytaires
- forme chronique : maladie de hashimoto
- forme subaigue : thyroidite silencieuse et
thyroidite du post partum

thyroidite fibreuse de riedel
- affection rare , touchant la femme jeune
se présente comme une fibrose extensive
avec sténose trachéale
- échographie




zones hétérogènes ,hypoéchogènes
Peu vascularisées
dépassent les limites de la glande
Parfois associée à d’autres fibroses
DYSTHYROIDIES
 Thyropathies autoimmunes(TAI)
- hypoéchogénécité(inflammation)
- fibrose septale échogène
- hypervascularisation au doppler couleur
Maladie de basedow
- sujet jeune, goitre avec thyrotoxicose
et exophtalmie
DYSTHYROIDIES
- goitre modéré ,hypoéchogène, contours
réguliers et bosselés.
- hypervascularisation avec augmentation du calibre artériel
- vitesses systoliques élevées sup à 1m/s
Maladie de hashimoto
- thyroidite lymphocytaire chronique
- élévation des ATPO, goitre et hypothyroidie
- hypoéchogénécité très marquée ,contours bosselés avec
septa échogènes
- ganglions sont fréquents et les pseudo nodules de thyroidite
fréquents
DYSTHYROIDIES
- hypervascularisation sans élévation des vitesses.
- évolution soit vers un retour à la normale soit vers
hypotrophie voir atrophie complète
Autres thyroidites lymphocytaires
- myxoedeme primitif
- thyroidite lymphocitaire de l’adolescent
- thyroidite du post partum
DYSTHYROIDIES
 Thyropathies iatrogènes
Thyropathies iodoinduites
- amiodarone, pdc iodés
autres agents
- lithium, cytokines
DYSTHYROIDIES
 Hyperthyroidie nodulaire
nodule toxique isolé ou au sein d’un goitre multihétéronodulaire
- échogénicité variable
- hypervascularisation
- scinti iode 123
 Insuffisance thyréotrope
hypotrophie de la glande sans modification écho
MISE AU POINT
Le nodule toxique résulte le plus souvent d’une
mutation activatrice du récepteur de la TSH ou de la
Protéine Gsalpha
- cest la forme la plus évoluée du nodule autonomisée
. À priori bénin
. Générant une thyrotoxicose
. Chaud extinctif à la scinti
- en absence de thyrotxicose on parle de nodule
autonomisé prétoxique
GOITRE
 définition
- hypertrophie diffuse du corps de la thyroide
- sup à 16 ml chez l’adolescent, 18 ml chez la femme,
20 ml chez l’homme.
- cervical , rétrosternal, endothoracique
 Différents goitres
GOITRE
 Goitre hypoéchogène
- contexte douloureux
. Thyroidite sub aigue , lymphome , forme
douloureuse de hashimoto ou hématocèle
- contexte de dysthyroidie
. Soit HYPER basedow ou thyroidite lympho.
. Soit HYPO hashimoto ou thyroidite du post
partum
- goitre diffus et cancer (lymphome et cancer
anaplasique)
GOITRE
 Goitre nodulaire
- nodule au sein d’un goitre ( cancer papillaire)
 goitre multinodulaire
chaque nodule est étudié comme s’il était unique
recherche de signes d’autonomisation
 Goitre compressif(trachée, œsophage, jugulaire,
récurrent).
CONCLUSION
ECHOGRAPHIE
élément clé de l’analyse
thyroidienne

similar documents