ABCdaire - Le sommet à votre portée

Report
L’ABCdaire
Présenté par
Dr Jean-Jacques Turcotte
et
Dre Joanne Morneau
Le 3 mai 2013
1
L’ABCdaire...
 Le niveau d’évidence des recommandations concernant les
problèmes de santé potentiels associés aux facteurs de risque
identifiés chez l’enfant est facilement identifiable par
l’utilisation de caractères d’imprimerie distincts :
 Recommandations A : caractères gras
 Recommandations B : caractères italiques
 Recommandations C : caractères ordinaires
 D’où, par analogie, l’utilisation du terme
« L’ABCdaire du suivi périodique de l’enfant de 0 à 5 ans »
2
L’atelier...
 Nous nous attarderons à renforcer cette démarche par l’étude de cas
clinique soumis aux 5 mêmes questions reflétant chacune, une des
étapes de cette démarche :
 Préoccupations parentales : il s’agit de la préoccupation principale
des parents, qu’il faut bien identifier au début de l’entrevue ; la réponse
est simple et facile à déceler dans la courte vignette clinique.
 Identification des facteurs de risque : il s’agit de facteurs de
risque desquels découlent des stratégies payantes ou des consensus ; on
en retrouve la liste dans le Recueil des données de base et identification
des facteurs de risque.
 Questionnaire et examen ciblé par âge
 Solutions aux préoccupations parentales
 Conseils préventifs et anticipatoires
3
Recueil des données de base
et des facteurs de risque
 Gen_french_2012.pdf
4
ABCdaire
PRÉSENTATION
Kerline,
2 semaines de vie
Sommaire
Préoccupations
 Pleurs excessifs
 Gain de poids
Facteurs de risque
 Vaccin Hépatite B
Problème potentiel
 Anémie falciforme (Hémoglobinopathies)
Questionnaires et examens physiques
 Allaitement
 Vitamine D
 Lait commercial
 Audition
 Examen oculaire
 Plagiocéphalie
 Dysplasie congénitale de la hanche
Conseils préventifs et anticipatoires
 Température de l’eau chaude
 Brûlures par eau chaude
Conseils préventifs et anticipatoires (Suite)
 Détecteur de monoxyde de carbone
 Sécurité Lit d’enfant
 Le sommeil














Heures
Heures selon l’âge
Sommeil en toute sécurité
Sommeil éveil nocturne
Tabagisme
Médication mère allaitante
Sucette
Bébé secoué
Reflux gastro-oesophagien (R.G.O.)
Aide situation familiale à risque (SIPPE)
Prévention des allergies
Conseils sur la sécurité
Siège du nouveau-né
Références
Cas clinique 1 : Kerline
Vous rencontrez, à votre bureau, la petite Kerline,
bébé de deux semaines, pour un examen
périodique. Les parents, d’origine haïtienne, vivent
au Québec depuis une dizaine d’années et vous
informent que la grossesse et l’accouchement se
sont déroulés sans problème.
7
Pleurs excessifs
8
Pleurs excessifs parfois persistants
(5 heures/jour)
Un moyen de s’exprimer, parler à son parent.
Un bébé pleure de 1 h à 3 h par jour, plus c’est trop!
Une façon de communiquer, mais certains bébés communiquent trop!
Pour la plupart des bébés, les pleurs veulent dire :







« J’ai faim, je suis fatigué! »
« Ma couche est sale, j’ai des gaz! »
« J’ai trop chaud, trop froid! »
« J’ai besoin de faire un rot! »
« Je m’ennuie, j’ai besoin d’affection! »
« Je veux jouer avec toi, je veux ton attention! »
« La journée est dure et je ne me sens pas bien! »
Parfois, malgré toutes vos tentatives, vous ne comprendrez pas pourquoi votre
enfant pleure. Il faudra alors simplement tenter de rester présent et de lui offrir
votre calme. Il apprendra ainsi à vous faire confiance.
9
> 3 heures/jour
> 3 jour/semaine
> 3 mois
Pleurs excessifs parfois persistants
(5 heures/jour) Suite…
Il est important de manifester de la compassion, de l’ouverture.
Faire sentir au parent que la préoccupation des pleurs est importante.
Avant tout, Madame, comment vivez-vous ces pleurs? Votre seuil de tolérance?
Si un jour, vous étiez épuisé pour toutes sortes de raisons, pleurs excessifs du bébé,
lourdeur de la tâche comme parent, etc. avez-vous accès à une ressource (personne)
dans votre famille, dans l’entourage, qui pourrait vous venir en aide? *syndrome du
bébé secoué) (1) « Vous êtes au bord de la crise de nerf ». Ce sont des moment difficiles.
Pendant les neuf premiers mois, votre bébé n’a pas la notion de temps et ne supporte
pas d’être inconfortable. Il a besoin que vous vous occupiez de lui rapidement. De cette
façon, il apprend que vous lui êtes attentif et prêt
à répondre à ses besoins. Consoler un bébé chaque fois qu’il pleure ne risque pas de le
gâter.
C’est pour cela, qu’il y a des congés parentales. ›
Mieux vivre avec son enfant : Y référer le parent constamment
10
Les coliques :
« des pleurs forts » stridents
De l’air avalé
distend
l’intestin
Votre bébé est en bonne santé, mais il pleure fort pendant plus de trois
heures par jour, surtout en fin de journée ou en soirée et souvent aux
mêmes heures. Son visage est rouge, ses poings sont fermés et ses
cuisses, repliées sur son ventre tendu. Il peut avoir des gaz. Il est très
difficile à consoler. Entre les périodes de pleurs, il est de bonne humeur
et semble satisfait. Il prend du poids normalement.
On connaît mal ce qui cause ces pleurs intenses souvent appelés «
coliques ». Elles font partie du processus d’adaptation à son nouvel
environnement et sont liées à sa sensibilité. Les bébés allaités peuvent
également en souffrir. Elles apparaissent vers l’âge de 2 à 3 semaines et
diminuent beaucoup vers le troisième ou le quatrième mois. La période
la plus difficile se produit autour de la sixième semaine. En consultation,
le médecin peut préciser le diagnostic de colique. En général, les
médicaments contre les coliques ne sont pas recommandés.
Vers 2 à 3
semaine de vie
et ↓
vers le 3e et 4e
mois
Le soir en
présence du
père
11
Les coliques : « des pleurs forts »
stridents (Suite)
Facteurs de risque des coliques :
• Stress maternel pendant la grossesse
• Allaitement ante partum
• Complications pendant la grossesse ou l’accouchement
• Tabagisme parental
Probiotiques et flore intestinale
Bio Gaia : 5 gouttes 1 fois/jour
Peu d’expérience, mais certaines données supportent l’utilisation de
probiotiques :
• Lactobacillus reuteri
• Bifidobacterium Lactis
Mieux vivre avec son enfant : Y référer le parent constamment
12
Il est possible que des pleurs intenses de
souffrance inconsolable ait une
cause organique
Dont une allergie




Histoire d’atopie dans la famille
Bébé avec lésions cutanées compatibles avec l’eczéma
Bébé allaité exclusivement ou avec supplément de lait
commercial
Bébé nourri avec une préparation commerciale
Tout cela sera élaboré au chapitre des allergies alimentaires
13
Que faire lorsque bébé pleure
et ne semble pas malade? (Suite)
2. Si vous ne trouvez pas de cause corrigible pour les pleurs, voici quelques gestes qui
pourraient l’apaiser :
•
le mettre en contact avec le corps du parent au moyen d’un porte bébé,
•
lui chanter une berceuse,
•
lui parler calmement de tout et de rien, le bercer, lui faire écouter de la musique,
•
l’envelopper dans une couverture réchauffée au préalable dans la sécheuse ou lui donner
sa suce si vous en utilisez
•
On peut aussi coucher le bébé à plat ventre sur soi (contact peau sur peau), lui tapoter ou
lui caresser le dos.
•
Donner un bain à l’enfant peut apaiser ses pleurs.
•
On peut aussi le promener dans ses bras, dans une poussette ou même l’amener faire un
tour d’auto.
•
Des parents placent leur bébé sur une sécheuse en marche pour les calmer. Cette
dernière méthode est dangereuse, parce que les vibrations peuvent faire bouger le bébé
et entraîner sa chute. Si vous décidez malgré tout de l’utiliser, il faut demeurer juste à
côté de la sécheuse pour exercer une surveillance constante.
14
ABCdaire 2012,V-p. 286
Le questionnaire « serré » vous a peut-être orienté
vers un diagnostic…
Mais un diagnostic différentiel est à faire, ça vient vous chercher davantage comme un
médecin!
1. Cause digestive
•
Allergies aux protéines de lait de vache ou de soya
•
Reflux gastro-oesophagien (RGO)
•
Hypersensibilité viscérale
•
Le rôle de la flore intestinale
2. Causes infectieuses
•
Infection urinaire
•
Otite moyenne
•
Septicémie/méningite
3. Cause musculosquelettique (fractures) : Bras - clavicule
4. Cause neurologique
•
Méningite
•
Traumatisme ou hématome cérébral
5. Conditions abdominales chirurgicales ou occlusion (invagination, volvulus)
Quant à l’examen physique : tout est strictement normal. Très belle croissance,
très beau gain de poids, selles, pipis normaux.
15
Est-ce que la modification de
l’environnement peut être aidante?
Exemple : Vivre en appartement quant le voisin d’en bas
frappe au plafond…
• Mesures apaisantes
• Peau à peau
• Berceuse
• Musicothérapie
• Massage
• Manipulation spinale
• Suce
• Méthode kangourou
• Mamelon
• Bain chaud
• Bain à l’huile de lavande
• Balancer dans le siège d’auto
• Emmaillotage du bébé
• Acupuncture
16
Pleurs excessifs du jeune bébé
Colique
Que penser?
Bébé allaité : Intolérance aux protéines du lait de vache
# bovines provenant de l’alimentation de la mère (produits
laitiers, lait , fromage, yogourt, café en excès, thé, chocolat,
crème glacé durant 1 semaine) aucune boisson de soya pour
la mère, breuvage cola, calcium, vitamine D à la mère
(diététiste).
17
Pleurs excessifs du jeune bébé
Colique
Bébé nourri avec lait commercial :
Intolérance ou allergie aux protéines de lait de vache :
 Réaction retardée de quelques heures
Crises de pleurs, vomissements et de diarrhées
 Réaction immédiate, danger, mais plus rare
Angio-œdeme, urticaire, difficulté respiratoire, vomissements, diarrhées
Px : Lait hydrolysé – Alimentum – Nutramigen
 Déficience congénitale en lactase : extrêmement rare
 Le choix d’un lait sans lactose lors de coliques serait inutile
 Le Fer (préparation commerciale enrichie de fer n’occasionne pas davantage de
coliques.
ABCdaire 2012,V-p. 285
18
Retour au sommaire
Les coliques et
les pleurs
Cliquez sur l’icône pour
plus d’information
ATTENTION : Si l’icône (PDF ou PPT) n’est pas cliquable,
revenez en mode NORMAL en cliquant 2 fois sur l’icône.
Société Canadienne de pédiatrie
http://www.soinsdenosenfants.cps.ca/handouts/colic_and_crying
19
Gain de poids
20
Kerline,
2 semaines de vie
Sa mère est portée à croire que son bébé
ne prend pas beaucoup de poids.
Comment la rassurer?
Un Iphone, une calculatrice et le tour est joué!
Poids à la naissance : 3450 g
À ce jour : 4080
21
Retour au sommaire
Quand le gain de poids
n’est pas au rendez-vous !
Gain de
poids de
30 g/jour
EXCELLENT
 Perte de poids : 5 à 7 % parfois 10% du poids de naissance vers le 3e et
4e jour.
 Reprise du poids de naissance entre le 10e et 14e jour de vie, voir même
3 ou 4 semaines dans certains cas.
 Prise de poids de :
 Le bébé prend de 20 à 30 g/jour(1) durant les 3 à 4 premiers mois et
15 à 20 g/jour par la suite.
 Comment s’assurer de la qualité de l’acte?
•
•
•
•
Toujours la même balance
S’assurer de la mise à zéro au préalable
Toujours la même technique
Tout nu ou en couche sèche
(1) 150 à 250 g par semaine
22
Gain pondéral
bébé: 37 à 42 semaines de grossesse
Taille:
entre 45 et 55 cm (18 et 21 pouces)
et
Poids:
Perte de poids :
entre 2500 et 4300 grammes (5,5 et 9,5 lbs)
entre 5 et 10% de son poids de naissance
Commence à regagner du poids vers la 4e journée
Si le bébé boit
suffisamment
de lait
Reprise du poids de naissance vers l’âge de 10 à 14 jours ou plus
Jusqu’à l’âge de 3 mois, un bébé peut prendre autour de 170 à 280 grammes par
semaine soit 24 g,/jour à 40 g./jour
Le nombre de pipis et de selles par jour est un bon indice pour savoir si votre bébé boit assez.
•
•
•
Jour 1 = 1 pipi
Jour 2 = 2 pipis
Jour 3 = 3 pipis, etc,
À 5 jours de vie: mouille ±
6 couches /jour
Pendant les 2 ou 3 premiers jours, les selles sont très foncées, vertes ou même
noires,
Par la suite, jusqu’à 10 selles/jour pendant les 6 premières semaines, puis 2 à 5
selles/jour.
Puis parfois, 1 selle aux 3 à 7 jours.
Source: Mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à deux ans (p.227,232,316,317)
La vaccination
de Kerline
Une grande PREUVE D’AMOUR de la part des parents.
La couverture vaccinale est une responsabilité partagée : Parents, médecin,
infirmière en vaccination au CLSC.
24
Source : P.I.Q., nov. 2011
Source : site Web du MSSS, 2011
25
Calendrier de vaccination
et noms commerciaux
Et autres
FLUMIST
Source : P.I.Q., nov. 2011
26
Une contribution essentielle pour la santé de leur
nourrisson,de la fratrie, des adultes qui l’entourent
(parents, grands-parents), les enfants et l’éducatrice
du C.P.E. (protection de groupe)
C’est aussi un petit geste,
mais combien généreux !
27
On devra s’assurer qu’elle a bien reçu tous les vaccins prévus au Calendrier de
vaccination de base et plus.
Prevnar 13® : 3e dose à 6 mois (1) pour un total de :
• 4 doses de vaccin conjugué contre le pneumocoque Prevnar 13®
• 3 doses de vaccin conjugué quadravalent Menveo® dès l’âge de 2 mois (2)
• 1 dose de vaccin polysaccharigique Pneumovax 23 (2)
REVACCINATION – Pneumocoque polysaccharidique Pneumovax® 23
À l’heure actuelle, la revaccination systématique contre les infections invasives à pneumocoque
n’est recommandée que chez les personnes présentant une asplénie, un état
d’immunosuppression, une insuffisance rénale chronique ou un syndrome néphrotique.
On revaccine ces personnes seulement 1 fois, 5 ans après la 1re dose du vaccin polysaccharidique.
Cependant, s’il s’agit d’un enfant de 10 ans ou moins, on peut le revacciner 3 ans après la 1re dose
du vaccin polysaccharidique.
L’utilité de toute dose subséquente reste à préciser.
28
Kerline…
âgée de 2 semaines est née au Québec
(Canada) mais ses parents sont des néoQuébécois originaires d’Haïti, une région des
Caraïbes. Ils vivent au Québec depuis environ
10 ans.
Haïti est un des pays à forte endémicité(1)
pour le virus de l’hépatite B (VHB) mais les
parents ont un HBs Ag négatif.
(1)
Prévalence supérieur à 8 %
29
Retour au sommaire
Administration
(1) Le calendrier régulier idéal comporte 3 doses administrées aux temps 0, 1 et 6 mois.
(2) Chez les personnes âgées de 1 an ou plus, l’intervalle minimal entre les doses est de 4 semaines.
(3)Pour le nouveau-né de mère porteuse du VHB, voir le calendrier spécifique. Pour les autres nourrissons,
administrer la 1ère dose à compter de l’âge de 2 mois, la 2e à l’âge de 4 mois (intervalle minimal de 4
semaines). Retrait de la recommandation de donner une dose à l’âge de 1 an ou plus. Ainsi, il n’y a plus de 4e dose
(septembre 2012).
(4)Pour les indications de sérologie postvaccinale, voir la section Recherche sérologique d’anticorps après la
vaccination.
30
Source : P.I.Q., page 292
Retour au sommaire
Vaccination et ASPLÉNIE
Kerline, 2 semaine de vie et Émilie, 3 ans ont un problème de défense de leur organisme contre
les infections, asplénie fonctionnelle chez Kerline (anémie falciforme) et asplénie chirurgicale
(splénectomie) chez Émilie.
Le protocole d’Immunisation du Québec (P.I.C.) devient un document de consultation au regard
de la vaccination.
1.
Document et mises à jour disponibles sur Internet (version électronique
www.msss.gouv.qc.ca/immunisation/piq)
2. Version papier peut être commandée auprès de la Direction de la santé publique de la
Montérégie (DSP), Programme maladies transmissibles (frais) :
1255, rue Beauregard
Longueuil (Québec) J4K 2M3
Téléphone : 450 670-6772
Télécopieur : 450 928-3023
Pour compléter des informations de vaccination, les ressources auprès de la DSP sont
disponibles de 8 h 30 à 16 h 30 au 1 800 265-6213.
Révision ensemble les vaccins que les deux enfants auront à recevoir.
31
Anémie falciforme
(Hémoglobinopathies)
RÉFÉRENCE
L’ABCdaire : Guide de référence du praticien - 2012
32
Anémie falciforme
(Hémoglobinopathies)
Les hémoglobinopathies :
(formation d’Hb anormales)
Les thalassémies
synthèse diminuée ou
absente de l’Hb
bêta
anémie falciforme (drépanocytose)
mineure
intermédiaire
majeure
alpha
L’interprétation des rapports d’examens, quelle complexité !
Y a-t-il lumière au bout du tunnel?
La réponse suivra…..

33
Anémie falciforme
(Hémoglobinopathies)
La petite Kerline souffre-t-elle d’anémie falciforme ou porteuse du trait
falciforme?
 Un programme de dépistage néonatal universel de l’anémie falciforme
qui s’ajoute au programme déjà existant (PQDNS) (1)
 Morbilité et mortalité
 Suivi médical plus rapide (septicémie, méningite à pneumocoque)
 Démarre en 2013 (Montréal-Laval) et Pan-québécois
 Une cohorte d’enfants et d’adultes particulièrement à risque devront
être dépistés avec interprétation du résultat
 Service d’interprétation des résultats disponibles sur demande
(1) Programme Québécois de Dépistage Néonatal Sanguin
34
PQDNS
LE CHUL est l’établissement fiduciaire du Programme.
35
Recommandations concernant le
dépistage des hémoglobinopathies
Plus récemment, en 2008, la SOGC confirmait l’importance du dépistage prénatal
des porteuses d’hémoglobinopathies (thalassémie et anémie falciforme) chez
toutes les femmes à risque accru, idéalement avant la conception ou encore dès
que possible au cours de la grossesse (recommandation A) Cet énoncé se
prononce donc sur le dépistage des mères mais non sur celui des nouveau-nés.
Le dépistage néonatal universel sera bientôt disponible (2013).
Les enfants présentant une thalassémie majeure seront rapidement diagnostiqués
à cause de l’anémie hémolytique et de l’ictère qu’ils présenteront précocement.
De leur côté, les porteurs de thalassémie mineure ne présenteront aucun problème
de santé majeur devant être précocement décelé.
Cette détection prioritaire de l’anémie falciforme tient au fait qu’il existe un risque
important de septicémie et de méningite à pneumocoque et à méningocoque
avant l’âge de 6 mois, c’est-à-dire avant tout autre signe ou symptôme d’anémie
falciforme.
36
Anémie falciforme (drépanytose)
Populations à risque









Prévalence la plus forte : Afrique Tropicale
Afrique du Nord, (en Grèce et en Italie)
Afrique Centrale : bénin
Afrique de l’ouest : Sénégal
Caraïbes : Haïti, Cuba, Jamaïque, République Dominicaine,
Puerto Rico, Barbade
Antilles : Martinique, Guadeloupe, Trinidad
Amérique Latine : Mexique, Brésil
Moyen Orient
Asie Méridionale (Inde, Pakistan, Afghanistan, Arabie Saoudite
Sources : Dre Marie Gingras, 9 octobre 2012, Dre Nancy Robitaille, 15 janvier 2013
37
Anémie falciforme (drépanytose)
Populations à risque
Autres populations à risque qui ne seront pas dépistées par le Programme
Québécois, entre autres les enfants, adolescents, adultes non dépistés,
immigrants de pays endémiques.
Un service d’interprétation nous est offert :
C.H.U. Sainte-Justine
Service d’Hématologie
Dre Nancy Robitaille, m.d., hématologue et collègues
3175, Côte-Sainte-Catherine
Montréal (Québec) H3T 1C5
Téléphone : 514 345-4639
Télécopieur : 514 345-4884
* Un dépliant sera disponible sous peu.

38
Dépistage et interprétation
des hémoglobinopathie
SOMMAIRE

















Objectifs
Globule rouge et hémoglobine
Types d’hémoglobines selon l’âge
Hémoglobines normales
Hémoglobinopathies –vs- thalassémies
Anémie falciforme
Hémolyse
Population à risque
Hémoglobinopathie E
Bêta-thalassémie
Bêta-thalassémies (mineur-intermédiairemajeur)
Silencieuse mineure (Hb H – Hydrops)
Alpha thalassémies
Intérêt pratique
Histoire Programme Provincial
Dépistage néonatal
P.Q.D.N.S. et autres
















Syndrome Drépanocytose majeur
Trajectoire d’un patient
Centres désignés
Diagnostic des hémoglobinopathies
Génotypes (anémie falciforme et FSC
Frottis sanguin
Test de solubilité
Méthodes diagnostiques des
hémoglobinopathies
Chromatographie de l’Hb
Principes d’interprétation
Interprétation de la chromatographie
Les bethas
Les alphas thalassémies
Diagnostic du trait alpha-thalassémie
Points à retenir
Conclusion
39
Retour au sommaire
Dépistage et interprétation
des hémoglobinopathies
Cliquez sur l’icône
pour plus d’information
ATTENTION : Si l’icône (PDF ou PPT) n’est pas cliquable,
revenez en mode NORMAL en cliquant 2 fois sur l’icône.
40
Allaitement
RÉFÉRENCES :
ABCdaire 2012, p. 132-138
Mieux vivre… Le lait de maman, p. 329
41
Initiative amis des bébés :
10 conditions
Exclusif : □ Oui
□ Non
Complément : □ Oui
 La meilleure forme d’alimentation pour les
bébés
Lait…
 Bénéfices immunologiques et nutritionnels
Vitamine D
  risque et gravité de IVRS et G.E.
Mictions ± 6/jour
 Bénéfices Santé Croissance Développement
intellectuel, psycho-affectif
Selles > 2/jour
Régurgitations
Étouffements lors des
boires
 Les 6 premiers mois… jusqu’à 2 ans et plus,
aliments solides à partir de 6 mois
42
 Promotion
Initiative amis des bébés :
10 conditions (Suite)
 Prestation de programmes d’information structurés avant l’accouchement et
de soutien après l’accouchement pour promouvoir la décision d’allaiter et la
durée de l’allaitement (Recommandation A)
 Counseling par les pairs pour promouvoir la décision d’allaiter et la durée de
l’allaitement (Recommandation B)
 Cohabitation et contact rapide de l’enfant avec la mère pour promouvoir la
décision d’allaiter (Recommandation A)
 Ne pas distribuer de documents écrits utilisés comme mesure isolée pour promouvoir
l’allaitement maternel (Recommandation D)
 Ne pas distribuer de préparations commerciales aux nouvelles mères au moment de
leur sortie de l’hôpital (Recommandation E)
 On ne dispose pas de preuves suffisantes pour formuler une recommandation au sujet
des conseils donnés par des prestataires de soins de santé primaires pour promouvoir
la décision d’allaiter (Recommandation I).
Difficultés possibles… Ressources disponibles… Appui des membres de la
famille, des proches et des professionnels de la santé… Conjoint (rôle majeur)
43
Contre-indications à
l’allaitement maternel
Les contre-indications à l’allaitement maternel sont rares :
 Nourrissons atteints d’une erreur innée du métabolisme, telle que la
galactosémie congénitale
 Cancer du sein
 Mères infectées par le VIH
 Mères qui souffrent de certaines maladies infectieuses (tuberculose active,
fièvre typhoïde, malaria)
 Mères qui reçoivent une chimiothérapie de longue durée
 Utilisation de médicaments antimétaboliques ou antinéoplasiques
L’allaitement est également déconseillé chez les mères qui consomment
régulièrement des drogues illicites (héroïne, cocaïne, marijuana). L’usage de
méthadone durant l’allaitement est sujet à controverse. Il faudra procéder à
une évaluation individuelle afin de déterminer si elles peuvent allaiter.
44
Contre-indications à l’allaitement
maternel (Suite)
Une mère porteuse de l’hépatite B peut allaiter son nouveau-né si celuici a reçu de la gammaglobuline et a été vacciné.
L’hépatite C chez la mère n’est pas une contre-indication à l’allaitement.
Une interruption temporaire de l’allaitement est nécessaire lorsque la
mère :
 souffre de rougeole
 présente des lésions d’herpès aux seins
 a contracté la varicelle de 5 jours avant à 2 jours après l’accouchement
 a souffert de complications sérieuses liées à l’accouchement, telles
qu’une hémorragie sévère, une septicémie ou une éclampsie. Il s'agit
de situations exceptionnelles.
45
Retour au sommaire









Début de l’allaitement
Médicament et allaitement
Consommation d’alcool
Tabagisme
Allaitement et tétine
Gain de poids normal
Prise de poids insuffisante
Aspects nutritionnels de l’allaitement pour la mère et l’enfant
Végétarisme
Infirmières – Consultantes en allaitement au sein de nos trois CLSC
Cliquez ici pour consulter le répertoire des services pédiatriques.
Souces : ABCdaire 2012, p. 132-138 – Mieux vivre… Le lait de maman, p. 329
46
La vitamine D
47
Retour au sommaire
 Bébé à terme, allaité :
400 ui
ou
10 µg
Supplément de Vitamine D
chez le nourrisson pour
prévenir le rachitisme
D drops : une goutte dans la bouche (50 doses par bouteille)
D-Vi-Sol : 1 ml dans la bouche jusqu’à l’âge d’un an
 Bébé prématuré : 200 ui/kg/jour max. 400 ui/jour
 Bébé nourri avec préparation commerciale de lait : 1000 ml ou 1 litre ou
33 oz contient 400 ui de vitamine D. Si le bébé est partiellement allaité en recevant
moins de 1000 ml ou 1 litre ou 33 oz de préparation commerciale de lait, 400 ui de
vitamine D doivent être administrés
 Bébé vivant dans le Nord du Canada, soit à des latitudes > 55e parallèle (Edmonton)
doit recevoir un apport quotidien en vitamine D de 800 ui/jour
Pour plus d’information, consultez La Vitamine D de la Société Canadienne de Pédiatrie.
Cliquez ici
48
Retour au sommaire
Préparations
commerciales de lait
Cliquez sur l’icône
pour plus d’information
ATTENTION : Si l’icône (PDF ou PPT) n’est pas cliquable,
revenez en mode NORMAL en cliquant 2 fois sur l’icône.
49
Dépistage des
troubles auditifs
50
Dépistage des
troubles auditifs
 À la naissance
 Si examen non concluant : audiogramme
 Test audiologique selon l’âge
 Intensité de la perte auditive
Un dépistage est pratiqué à la naissance du bébé avant le départ
du Centre mère-enfant-famille.
S’il y a un doute, un audiogramme est fait par l’audiologiste de la
Clinique de développement de la petite enfance (CDPE)
Suite…
51
Retour au sommaire
Dépistage des troubles
auditifs
Pour joindre l’Accueil clinique :
 Répertoire des services aux enfants
 Clinique de développement de la petite enfance
La mère peut soupçonner un trouble d’audition, si l’enfant ne se
retourne pas lorsqu’on fait du bruit derrière lui, lorsqu’il babille
très peu ou qu’il ne fait aucune tentative pour imiter les sons
émis par les parents.
Sources :
ABCdaire 2012, p. 57-61
Société canadienne de pédiatrie : L’ouïe de votre bébé
52
Examen oculaire
53
Dépistage visuel
Pathologie du
cristallin et rétine
Strabisme
Désalignement
occulaire
 Reflet rétinien (rouge) de la naissance à 5 ans
(Leukocorie 1)
Élimine opacité du cristallin (cataracte, rétinoblastome)
Reflet rouge = Normal
 Reflet cornéen de 2 mois à 5 ans
Point lumineux au centre des deux papilles
Affirme ou infirme un strabisme
Photographie de la figure peut être utile
Déviation
Strabisme
Intégralité du
système nerveux
et visuel
Temporale : strabisme divergent
Nasale : strabisme convergent
 Test de l’écran de 6 mois à 5 ans
Étude du reflet cornéen tout en cachant un œil.
Regardons les mouvements de l’œil, non caché qui doit demeurer
immobile en l’absence de strabisme. On cache un œil, l’un après l’autre
 Poursuite oculaire (visuelle) de 2 mois à 2 ans
Indicateur de l’intégrité du système nerveux et visuel
1 Leucocorie : aspect blanchâtre de la pupille, AMBLYOPIE  acuité visuelle
54
Retour au sommaire
Examen oculaire
Cliquez sur l’icône
pour plus d’information
ATTENTION : Si l’icône (PDF ou PPT) n’est pas cliquable,
revenez en mode NORMAL en cliquant 2 fois sur l’icône.
55
Plagiocéphalie postérieure d’origine positionnelle
(P.P.O.P.) et autres anomalies crânio-faciales
Jean-Jacques Turcotte, m.d., pédiatre
CSSS Richelieu-Yamaska
Un document complet est disponible sur le site du CSSS Richelieu-Yamaska: Le sommet à votre portée/Accueil clinique
56
Objectifs
57
Au terme de la présentation,
le médecin sera en mesure de…
 revoir l’anatomie du crâne (fontanelles et sutures);
 s’assurer que le bébé présente une plagiocéphalie
postérieure d’origine positionnelle (P.P.O.P.);
 conseiller et rassurer les parents lors d’anomalie légère et
référer le bébé en physiatrie lorsque sévère;
 transmettre les conseils de prévention à l’aide d’exercices de
stimulation et de positionnement (Torticolis);
 réviser brièvement certaines craniosynostoses.
 éliminer un torticolis congénital en présence d’une
plagiocéphalie postérieure d’origine positionnelle (P.P.O.P.)
57
Plagiocéphalie
(Torticolis)
Deux questions-clés à poser :
1. Votre bébé a-t-il un côté préférentiel pour dormir (droit
ou gauche)?
2. Votre bébé a-t-il tendance à pencher la tête du côté droit
ou du côté gauche (inclinaison de la tête).
et l’examen de la tête vous permettra de valider si :
Normal
Léger
Prévention
Conseils
Exercices
Modéré
?
Sévère
Orthèse
Crânienne moulée
58
Les différentes structures
anatomiques du crâne
59
Fermeture des fontanelles
Fontanelles
Fermeture en mois
Antérieure
6-9 mois, 24 mois (1)
(Bregmatique)
Losange
3 x 4 cm
Postérieure
2 mois
(lambdatique)
Triangulaire
(1) 24 mois, UpToDate
0.5 cm
59
Un simple coup d’oeil
vers le bébé nous permet
(1)
d’éliminer d’emblée :


un dysmorphisme crânio-facial
une craniosynostose syndromique
Et à titre d’exemple…
(1) À l’aide d’un « Examen méthodique »
60
Comment poser un diagnostic à la suite de la
découverte d’une déformation
de la tête?
Éliminons d’emblée une craniosynostose syndromique.
Pas de dysmorphisme facial, mains, pieds.(1)
Un simple regard
vers le ou les
parents (tête).
Rappelonsnous…
(l) Syndrome malformatif, Pied bot
61
Comment poser un diagnostic suite à la
découverte d’une déformation
de la tête?
On doit se rappeler les différentes structures anatomiques du crâne dont :


Le P.C. et la forme de la tête;
Les sutures :










Métopique : bourrelet osseux ou crête
Sagittale : bourrelet osseux ou crête
Coronales : dépression osseuse ou encoche
Lambdoïdes : dépression osseuse ou encoche
Les fontanelles;
Un examen méthodique;
La recherche d’un torticolis;
La position et les mobilisations du cou;
La radiographie du crâne est réservée aux cas de présomption de
craniosynostose
Parfois une tomographie(1) devient nécessaire si chirurgie envisagée.
(l) T.A.C.O. (Scan cérébral)
62
Comment réussir un examen méthodique de la
tête incluant un examen complet?
Question : Votre bébé a-t-il un côté préférentiel pour dormir, droit ou gauche?
La tête est-elle légèrement inclinée?
Un premier coup d’œil
a permis d’éliminer un
DYSMORPHISME
CRÂNIO-FACIAL
1
2
Vue frontale : symétrie du visage, position des yeux, oreilles,
déplacement du nez, présence d’un torticolis.
Palpation des fontanelles antérieure et postérieure : forme,
position, dépression ou bombement.
3
Palpation des sutures : mobilité, pont osseux (une mobilité de la suture sagittale jusqu’à l'âge de
22 mois et métopique jusqu’à l’âge de 2 mois).
4
Vue du vertex : observation de la symétrie des os frontaux et occipitaux, largeur du diamètre
bipariétal, longueur du crâne, forme du front, position antérieure ou postérieure des oreilles.
5
6
7
8
9
Vues postérieure et latérale : niveau de la base du crâne, bombement de la mastoïde, déplacement
vertical de l’oreille, largeur du crâne.
Mouvements d’inclinaison et de rotation du cou, position du cou.
Si craniosynostose, perte de la mobilité au niveau de la suture atteinte et sensation de bourrelet ou
crête osseuse, dépression osseuse ou encoche.
Examen des mains et des pieds pour éliminer les anomalies. (Pied bot)
À la recherche d’autres malformations pour éliminer une craniosynostose syndromique.
63
Plagiocéphalie Postérieure d’Origine
Positionnelle (PPOP)
 20 %
Vous ne palpez pas de dépression osseuse ou encoche au niveau de la
suture lambdoïde (côté méplat), éliminant ainsi une soudure prématurée
de la suture lambdoïde (0,3 à 3,0 sur 100 000 naissances, très rare)
Le méplat peut être léger, modéré ou sévère
Vous utilisez la Feuille d’évaluation pour classifier et le suivi par la suite
Normal
Léger
Prévention
Conseils
Exercices
Modéré
?
Sévère
Orthèse
Crânienne moulée
64
Aplatissement en postérieur
Plagiocéphalie
Droite
□
Gauche
□
Droite
□
Gauche
□
Oreilles mal alignées
Front asymétrique
Nom:
D.D.N:
Dossier:
Date exam:
Droite
□
Gauche
□
Cou incliné
Droite
□
Gauche
□
Asymétrie faciale
Pointage =
Pointage total :
65
Comment peut-on prévenir les
plagiocéphalies positionnelles (têtes
plates, occiput)
Faire coïncider :
 Réduction dramatique du syndrome de mort subite; Dodo sur le
dos pour la vie… Sur le ventre pour jouer. (Exercices de
stimulation)
 Alterner la position du bébé dans sa couchette :
 Un jour, placez la tête de votre bébé à la tête de la couchette
 Le lendemain, placez sa tête au pied de la couchette (1)
 Éviter au bébé de développer un côté préférentiel pour dormir,
sinon un méplat (aplatissement d’un côté de la tête) risque de se
produire
 Un petit rouleau de serviette déposé le long du dos peut aider
(1) Ce message devrait être transmis aux parents lors du congé.
66
Platycéphalie (large et plat)




Méplat occipital (aplatissement) bilatéral +/- symétrique.
Ressemble à une brachycéphalie mais sans synostose des coronales.
En lien avec de longues périodes de sommeil et d’éveil sur le dos chez des
nourrissons adoptés en provenance d’orphelinat, un peu comme les
enfants asiatiques.
Auto-résolutif car le bébé arrive à tourner sa tête d’un côté à l’autre au
gré de son développement moteur.
Bathrocéphalie
(1)
Source: Dr J-F Chicoine.
« Était fréquent autrefois chez les bébés ayant séjourné en orphelinat »
(1) Vaussure proéminente de l’os occipital, une variante de la normale, aucune signification clinique.
67
Retour au sommaire
Plagiocéphalie Postérieure
d’Origine Positionnelle (P.P.O.P.)
Cliquez sur l’icône
pour obtenir la présentation entière.
ATTENTION : Si l’icône (PDF ou PPT) n’est pas cliquable,
revenez en mode NORMAL en cliquant 2 fois sur l’icône.
68
Dysplasie congénitale
de la hanche (DCH)
69
1-1,5/1000 naissances
Dépistage jusqu’au début de la marche
Hanche gauche en premier!
Examen
d’une hanche
à la fois
Tentative de
réduire la
luxation
Considérez que le bébé souffre d’une DCH (Faites comme si…)
 Manœuvre 1
Ortalanie (sensation de « ClunK » ou Ressaut), coincidant avec la RENTRÉE de la
tête fémoral dans l’acétabulum tout en exerçant une abduction légère.





Décubitus dorsal
Hanche gauche fléchie à 90o
Le 3e et 4e doigt placé sur le grand trochanter
Pouce placé à la région interne de la cuisse (petit trochanter)
Bassin stabilisé avec la main droite
ORTALANIE
Suite…
70
1-1,5/1000 naissances
Dépistage jusqu’au début de la marche
Hanche gauche en premier!
Tentative de
recréer la
luxation
 Manœuvre 2
Barlow : Vous reproduisez la luxation


Bébé placé dans la même position que la manœuvre 1
Peut signifier une laxité ou subluxation.
Main entourant le genou et vous poussez vers le bas
(table d’examen pour tenter de luxer à nouveau la hanche)
« Signe du piston »
BARLOW
Suite…
71
1-1,5/1000 naissances
Dépistage jusqu’au début de la marche
Hanche gauche en premier!
Inégalité
dans la
hauteur des
genoux
 Signe de Galeazzi
Plus significatif vers 1 an
L’enfant étant en décubitus dorsal, les hanches fléchieses à 90o et les genoux
en flexion complète, le genou du côté de la hanche atteinte est plus bas que
l’autre suggérant une dysplasie congénitale.
TEST DE GALEAZZI
Suite…
72
1-1,5/1000 naissances
Retour au sommaire
Dépistage jusqu’au début de la marche
Hanche gauche en premier!
Asymétrie
existe en
l’absence de
DCH
 Inspection : asymétrie des plis des cuisses et fesses
OBSERVATION DES PLIS CUTANÉS
Imagerie médicale : Échographie statique et dynamique dans le 3e mois,
Rx de hanche à 4 mois.
73
Dysplasie de la hanche
Cliquez sur l’icône
pour plus d’information
ATTENTION : Si l’icône (PDF ou PPT) n’est pas cliquable,
revenez en mode NORMAL en cliquant 2 fois sur l’icône.
74
Brûlures par eau chaude
chez l’enfant
75
Quelles sont les
précautions à prendre?
Quels sont les précautions
à prendre?
60o
C
ou
140o F = Brûlure
49o C
ou
120o F =
Plus sécuritaire
Bain
Robinet
Douche
Toujours vérifier la température de l’eau avant de mettre l’enfant
dans la baignoire.
76
Quelles sont les
précautions à prendre?
60o C
ou
140o F = Brûlure
49o
C
ou
120o F =
Plus sécuritaire
Bain
Robinet
Douche
L’eau chaude du robinet peut causer à un enfant une brûlure
au 2e degré, voire au 3e degré. Il suffit d’une seconde, si la
température de l’eau atteint 60o C (140o F). Or, les petits
adorent jouer avec les robinets.
Il est préférable que votre eau ne soit pas plus chaude que
49o C(120o F). Il existe de petits appareils(1) de contrôle de la
température qui peuvent être installés sur les robinets du
bain ou du lavabo pour éviter les brûlures. Si votre chausseeau fonctionne au gaz ou à l’huile, vous devriez régler le
thermostat à 49o C. Toutefois, si votre chauffe-eau est
électrique, vous pouvez régler le thermostat à 60o C pour
prévenir le développement des bactéries responsables de la
légionellose, un genre de pneumonie très sévère.
77
Quelles sont les
précautions à prendre?
Retour au sommaire
Au moment de la préparation du bain, faire couler l’eau
chaude et l’eau froide en même temps. Toujours
vérifier la température de l’eau avant de mettre
l’enfant dans la baignoire.
(1) Métigeur thermostatique qui règle la température de l’eau à 49o C (119o F)
78
Incendies et brûlures,
quand est-il?
Ça n’arrive pas qu’aux autres!
79
Retour au sommaire
Détecteur de fumée – Extincteur - Vêtements
Détecteur de
fumée dans
chaque pièce
Extincteur
Briquet?
Chandelles?
Liquide chaud
Coin de nappe
Vêtements
en polyester
ou nylon
Il est essentiel d’installer un détecteur de fumée à
chaque étage et de remplacer la pile une fois l’an. Au
besoin, le service d’incendie de votre municipalité est
à votre disposition pour vous renseigner. Il est très
utile de vous procurer un extincteur. Faites
disparaître les allumettes et assurez-vous que vos
briquets ont un verrou de sécurité. Si vous éclairez à
la chandelle, posez-la dans un chandelier en métal et
Un détecteur de fumée
gardez sa mèche courte. Attention à la cire chaude.
placée à l’entrée de la
chambre et le séjour
Les enfants ont la peau plus mince que les adultes.
Ils risquent donc davantage de se brûler avec un
liquide chaud. Par exemple, évitez de manger de la
soupe ou de boire du café lorsque vous portez
bébé dans vos bras. Gare à la vapeur et aux
appareils électriques brûlants.
Les vêtements pour enfants doivent être faits de
tissus qui ne prennent pas en feu facilement. Les
vêtements de nuit amples peuvent s’enflammer plus
aisément. Il est préférable de les choisir en polyester
ou en nylon, qui ne brûlent pas aussi facilement que
le coton.
Détecteur de
fumée (gros plan)
80
Retour au sommaire
Détecteur de monoxyde
de carbone
Recommandé dans les maisons où il y a possibilité d’émission
de gaz de combustion :
• Chauffage :
• au bois
• à l’huile
• au gaz
• Garage adjacent
ou
dans le sous-sol
Maison
• Oubli d’éteindre le moteur
• Démarreur automatique déclenché accidentellement
81
Sécurité avec les
lits d’enfant
82
Sécurité avec les
lits d’enfant
• Sécuritaire selon la limite de taille : 90 cm (35 po) entre
18 mois et 4 ans
• Quand changer : le plus tard possible
• Année de fabrication à compter de 1986
• Durée de l’utilisation : pas pus de 10 ans
• Objets dans le lits : Non
• Cohabitation dans la chambre des parents : 6 mois
• Côté de lit abaissable : bien enclenché
• Siège d’auto, balançoire, exerciseurs : ce n’est pas un lit
Source : Produits de consommation, Santé Canada
83
Conseils sur la sécurité des lits d’enfant
à l’intention des parents et des
responsables d’enfants
Un lit d’enfant conforme à la réglementation canadienne en vigueur est
l’endroit le plus sécuritaire où dormir pour votre nourrisson.
Jusqu’à 90 cm
(35 po)
entre 18 mois
et 4 ans
Lit sécuritaire
à compter de
sept 1986.
Votre nourrisson peut utiliser un lit d’enfant
jusqu’à ce qu’il soit capable d’en sortir en
grimpant ou qu’il mesure plus de 90 cm (35 po),
et ce, entre 18 mois et 4 ans. À ce moment, vous
devriez changer pour un lit pour bambin (ou
évolutif) ou un lit de taille normale.
N’utilisez pas de lit fabriqué avant septembre 1986, puisqu’il
n’est pas conforme aux exigences de sécurité en vigueur. Des
bébés se sont déjà blessés gravement, même fatalement, parce
qu’ils se trouvaient dans un lit fabriqué avant cette date. 84
Conseils sur la sécurité des lits d’enfant
à l’intention des parents et des
responsables d’enfants
Lit d’enfant
Durée de vie :
10 ans
Santé Canada déconseille l’utilisation d’un lit
d’enfant de plus de 10 ans, puisqu’il est plus
probable qu’il comporte des pièces brisées,
usées ou desserrées et qu’il manque des
pièces, des mises en gardes ou des
instructions.
85
Retour au sommaire
Conseils sur la sécurité Bébé
Suite…
Cohabitation
avec parents
6 mois de vie
 Ne mettez pas d’objets mous dans le lit, comme des oreillers,
des jouets rembourrés, des coussins de positionnement, des
édredons, des couvertures épaisses, des bordures de
protection, des peaux de mouton ou autres, afin d’éviter tout
risque de suffocation.
 Surveillez toujours le bébé lorsqu’il joue ou qu’il boit un
biberon.
 Santé Canada et l’Agence de la santé publique du Canada
recommandent de placer le lit d’enfant dans la chambre du
responsable de l’enfant, près du lit de l’adulte, pendant les six
premiers mois, puisque cela peut contribuer réduire le risque
de syndrome de mort subite du nourrisson.
86
Retour au sommaire
Conseils sur la sécurité Bébé
 Si vous utilisez un lit à côtés abaissables, assurez-vous que les côtés, une
fois remontés, sont bien enclenchés lorsque vous mettez le bébé au lit.
Examinez régulièrement et soigneusement la quincaillerie des côtés
abaissables.
POUR EN SAVOIR DAVANTAGE, communiquez avec la Direction de la sécurité
des produits de consommation de Santé Canada, au 1 866 662-0666, ou à
[email protected]
Le siège d’auto pour nouveau-né ne doit jamais devenir un lit d’enfant.
87
Le sommeil
du bébé
88
Le sommeil du bébé
 15 – 16 heures/jour
 Faire ses nuits : 5 heures ± 2 mois de vis chez 1 bébé
sur 4 (25 %)
 Favorisons le sommeil : plusieurs moyens
 Combien d’heures de sommeil : selon l’âge
 Troubles de sommeil courant
 Quand consulter le médecin?
 Autres renseignements de la SCP
Source : S.C.P. De saines habitudes de sommeil pour votre bébé et votre enfant
89
Le sommeil du bébé
en bref
 Période agréable pour les parents
 Deux types de sommeil :
 Profond
 Léger (paradoxal)
 Durée : 15 – 16 heures / jour
 « Faire ses nuits » : 5 h de sommeil en ligne vers 2 mois de vie
(25 % des bébés)
 Favoriser le sommeil :
o








Température ambiante à 20oC (68oF)
Couche (changement)
Calme
Pyjamas selon saison
Dodo sur le dos
Interphone, si besoin
Chambre des parents (6e mois)
Jamais dans le lit des parents
20 C, le jour
18o C, la nuit
90
SOMMAIRE
De saines habitudes de sommeil
pour votre bébé et votre enfant
1. De combien d’heures de sommeil mon enfant a-t-il besoin?
2. Les nouveau-nés (de la naissance à 6 mois)
3. Les bébés (de 6 mois à 1 an)
4. Les tout-petits (de 1 à 3 ans)
5. Les enfants d’âge préscolaire (de 3 à 5 ans)
6. Quels sont quelques-uns des troubles du sommeil courants?
7. Quand devrais-je consulter mon médecin?
8. Renseignements supplémentaires de la SCP
91
De combien d’heures de sommeil
mon enfant a-t-il besoin?
Chaque enfant est différent. Certains dorment beaucoup et
d’autres, beaucoup moins. Le tableau suivant donne une idée
générale de la quantité de sommeil dont les enfants ont besoin
en 24 heures, y compris la nuit et pendant les siestes.
Nouveau-nés (de la naissance
à 6 mois)
16 heures par jour (3 à 4 heures
à la fois)
Bébés (de 6 mois à 1 an)
14 heures
Tout-petits (de 1 à 3 ans)
10 à 13 heures
Enfants d’âge préscolaire (de 3 à
5 ans)
10 à 12 heures
92
Les nouveau-nés
(de la naissance à 6 mois)
Les nouveau-nés peuvent dormir jusqu’à 16 heures par jour, de 3 à 4 heures à
la fois. Il est normal et sain pour les bébés de se réveiller pendant la nuit pour
boire. À mesure qu’il vieillit, votre bébé restera éveillé plus longtemps
pendant la journée et dormira plus longtemps pendant la nuit.
Tout comme les adultes, les bébés ont besoin de recevoir les bons indices
pour apprendre quand il est temps de dormir. Par exemple, si vous installez
toujours votre bébé dans son berceau pour dormir, il apprendra que c’est là
qu’il dort. Même s’il ne comprend pas tout de suite, votre bébé finira par faire
le lien.
Un peu après l’âge de 3 mois, votre bébé acquerra des habitudes de sommeil
plus prévisibles et vous pourrez commencer à établir un horaire régulier pour
les siestes. Faites confiance aux indices de votre bébé. Il vous fera savoir qu’il
est fatigué. Un journal de sommeil peut vous aider à voir se dégager un
horaire de sommeil régulier.
93
Retour au sommaire
Le sommeil du bébé
Cliquez sur l’icône
pour plus d’information
ATTENTION : Si l’icône (PDF ou PPT) n’est pas cliquable,
revenez en mode NORMAL en cliquant 2 fois sur l’icône.
94
Sommeil et éveils
noctures du nourrisson
95
Sommeil et éveils
nocturnes du nourrisson
5 heures de
sommeil
d’affilée
Il y a deux semaines, c’était le calme « plat » au domicile de Kerline.
Le plus beau cadeau à une mère… Famille d’accueil.
Faire ses nuits, défaire ses nuits, bouton tourner On-Off
Différence entre nuit et jour ( - bruits) (- luminosité) (- de
stimulation
Coucher (routine à adapter)





Même heure, rituel répétitif d’un soir à l’autre
S’éveiller et se rendormir seul dans sa couchette, sans biberon
Déposer dans son lit avant de s’endormir
Caresse (tête)
Éveillé et pleure… temps d’attente avant d’intervenir
Le parent saura développer des stratégies.
ABCdaire 2012, p.288-289
96
Retour au sommaire
Éveils nocturnes
S’endormir seul
Routine
d’endormissement
ABCdaire 2012, p. 289





À 2 mois de vie, 1 bébé sur 4, dort 5 heures d’affilée
Au 3e, 4e mois, 3 bébés sur 4
Vers 4 mois, bébé se passe du boire de nuit, quel bonheur!
1 bébé sur 5 s’éveillera jusqu’à 1 an et plus
Fait ses nuits, défait ses nuits vers 6 mois , explication : anxiété de
séparation
 Bébé recherche routines stables et prévisibles
Routine du coucher :
 Couche sèche, vêtements confortables, couvertures, to de pièce
20 o C (68o F)
  bruit,  lumière (tamisée)
 Éviter d’exciter ou stimuler
 Boire avant coucher (otites – caries), courtes histoires – câlin selon l’âge
 Heure du dodo (routine)
97

MERCI À MES PARENTS
De ne pas fumer en ma présence ou dans notre maison.
De prendre tous les moyens pour cesser de fumer.
De devenir des parents non fumeurs.
98
4 000
Substances
chimiques
60
substances
Cancérigènes
Maintenant que je suis un enfant, vous m’avez épargné de la mort subite du
nourrisson, la bronchiolite. Puis, par la suite, les IVDS à répétition, l’asthme, les
otites, les conséquences bucco-dentaires et rendu adulte, le cancer (ORL,
poumons), les maladies cardio-vasculaires et finalement un décès prématuré.
99
Conséquences du
tabagisme passif
 Fœtus et l’enfant
Les chiffres mentionnés ci-dessous proviennent du rapport d’un groupe de
travail sur le tabagisme passif, faisant la synthèse de travaux antérieurs. Ce
groupe de travail réunissait des médecins et des responsables d’organismes
de lutte contre le tabagisme.
 Mort subite du nourrisson
Le risque de mort subite est multiplié par deux si l’entourage de l’enfant
fume. Qui plus est, la relation dose-effet est démontrée : le risque augmente
en fonction du nombre de fumeurs dans la maison, en fonction du nombre
total de cigarettes fumées chaque jour, ainsi qu’en fonction de la durée
d’exposition au tabagisme du nourrisson.
 Bronchites de l’enfant
Si la mère fume, le risque de bronchites de l’enfant augmente de 72 % par
rapport à celui d’un enfant dont la famille ne fume pas. L’augmentation du
risque est de 29 % si un autre membre de la famille fume.

100
Conséquences du
tabagisme passif
 Asthme de l’enfant
Chez l’enfant asthmatique, le tabagisme passif augmente l’intensité et la
fréquence des crises, en particulier chez le jeune enfant. Il existe une
relation dose-effet. En effet, les études montrent que le risque de crise
d’asthme augmente de :
 14 % quand le père fume
 28 % quand la mère fume
 52 % quand les deux parents fument
Il est difficile de séparer le rôle du tabagisme de la mère durant la
grossesse et le rôle du tabagisme passif dans la petite enfance. Le rôle
du tabagisme durant la grossesse semble cependant être le plus
important.
101
Conséquences du
tabagisme passif
 Infections
L’exposition à la fumée de tabac est associée, chez le jeune enfant, à une
augmentation du risque d’infection des voies aériennes inférieures
(bronchite, pneumonie) et supérieures, et à une irritation des voies
respiratoires supérieures, avec des rhino-pharyngites et des otites, toutes
affections pouvant occasionner des séquelles supérieures.
 Otites
Lorsque l’enfant est soumis au tabagisme passif des parents à domicile, le
risque d’otites récidivantes est augmenté de 48 % et de 38 % pour les
épanchements de l’oreille. Là encore, il existe une relation dose-effet.
102
Conséquences du
tabagisme passif
 Conséquences bucco-dentaires
Il existe un lien entre tabagisme passif et risque de carie chez les enfants et
les adolescents dont les parents fument. En outre, inhaler la fumée favorise
les problèmes respiratoires et la respiration par la bouche.
 Enfants de femmes enceintes non-fumeuses
Lorsque la femme enceinte est exposée à la fumée des autres, l’enfant
risque un retard de croissance intra-utérin et de petit poids à la naissance.
Ce risque est d’autant plus élevé dans le cas ou à mère fume.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Tabagisme_passif
103
Après la vaccination et la scolarisation,
l’absence de tabagisme passif est une
grande preuve d’amour
104
Retour au sommaire
À défaut d’arrêter de fumer à l’aide de J’Arrête
1 866 j’arrête (1 866 537 -7383) ou
www.jarrette.qc.ca,
il existe 160 centres d’arrêt du tabagisme gratuitement.
Toutes les raisons sont bonnes pour fumer à l’extérieur.
Pour l’amour des enfants…
Parce qu’on les aime!
105
Retour au sommaire
MÉDICATION(S), MÈRE ENCEINTE ET ALLAITEMENT
La mère de Kerline s’inquiète d’un médicament que
son médecin lui a prescrit (lait maternel).
Y-a-t-il des conséquences pour la mère et le bébé ?
Vous pouvez faire des recherches personnelles. Pour une
réponse rapide, vous pouvez communiquer avec :
Le Centre IMAGe du CHU Ste-Justine
et exposer votre question: (514) 345-4931 et demander à
parler à un pharmacien du Centre IMAGe.
Le Centre IMAGe du CHU Ste-Justine a débuté ses activités en 1997. Le Centre IMAGe est un
centre d’information destiné aux professionnels de la santé et traitant de l’innocuité et des
risques liés aux médicaments durant la grossesse et durant l’allaitement. Il fait partie de la
Chaire Pharmaceutique Famille Louis-Boivin et est issu d’un partenariat entre la Faculté de
Pharmacie de l’Université de Montréal et du département de pharmacie du CHU Ste-Justine. Il
fait aussi partie du regroupement OTIS (Organization of Teratology Information Specialists).
106
Retour au sommaire
Sucette (Suce)
Mieux vivre avec notre enfant…
informe les parents
Cliquez sur l’icône
pour plus d’information
ATTENTION : Si l’icône (PDF ou PPT) n’est pas cliquable,
revenez en mode NORMAL en cliquant 2 fois sur l’icône.
107
Le syndrome du bébé
secoué (S.B.S.)
108
Qu’est-ce que le syndrome
du bébé secoué?
Le syndrome du bébé secoué (SBS) est un type de traumatisme crânien non
accidentel (TCNA). Les victimes sont des bébés qui sont secoués violemment et à
répétition. Leur tête n’a pas besoin de frapper quelque chose. Les effets peuvent
être très graves et inclure des blessures permanentes ou même la mort.
Le SBS ou le TCNA peut provoquer :
 des dommages au cerveau de l’enfant
 des invalidités permanentes, comme la cécité ou la paralysie
 la mort
Les enfants de moins d’un an sont les plus vulnérables parce qu’ils pleurent plus
souvent, mais les enfants plus âgés peuvent aussi subir des blessures graves s’ils
sont secoués violemment. Aucun enfant, quel que soit son âge, ne devrait être
secoué, quelle que soit la situation.
109
Le syndrome du bébé secoué (S.B.S.)
Les pleurs et le risque de secouer le bébé pour
tenter de le consoler!
« Une mère ou un père, une gardienne
à bout de nerf »
Blessures, cécité, invalidité permanente même la mort.
Un appel urgent au CLSC ou au 8-1-1 peut sauver la vie
de votre enfant et sauver la vôtre.
110
Retour au sommaire
Le syndrome du bébé
secoué (S.B.S.)
Cliquez sur les icônes
pour plus d’information
ATTENTION : Si l’icône (PDF ou PPT) n’est pas cliquable,
revenez en mode NORMAL en cliquant 2 fois sur l’icône.
111
Reflux gastro-oesophagien
(R.G.O.)
112
Reflux gastro-oesophagien (R.G.O.)
 Presque tous les bébés régurgitent (rejet de lait sans
effort)
 Immaturité du cardia, bébé plus agité, lait
 Lait avalé, descend dans l’estomac, remonte de
manière involontaire vers la bouche
 Bénin avec accalmie et disparaît vers 12 mois, début
de la marche
113
Reflux gastro-oesophagien (R.G.O.)
Suite…
 Pas de panique que si…,sinon, Drapeau
rouge.
Gain pondéral
20-30 g/jour
Réassurance
 L’enfant prend bien du poids. On peut s’en assurer en suivant la
progression de son poids sur une courbe de croissance. Si la prise de
poids est insuffisante, ceci pourrait indiquer que l’apport de lait est
limité en raison des régurgitations.
 L’enfant ne présente pas de pleurs excessifs pendant ou après les
boires. Si l’enfant pleure de façon excessive, ceci pourrait laisser
présumer une douleur associée à la remontée du contenu acide de
l’estomac dans un oesophage irrité.
 Votre enfant ne s’étouffe pas, ne présente pas de toux persistante
ou de difficultés respiratoires. Si l’enfant s’étouffe, tousse de façon
persistante ou présente des difficultés respiratoires, cela pourrait
signifier que le lait régurgité fait fausse route dans les voies
respiratoires (poumons).
Source : ABCdaire 2012, p. 247-248
114
Reflux gastro-oesophagien (R.G.O.)
Suite…
Si votre enfant ne présente aucun des phénomènes mentionnés cihaut en lien avec ses régurgitations, il s’agit d’un problème bénin pour
lequel aucune intervention médicale n’est nécessaire. Dans le cas
contraire, une approche médicale s’impose.
ENFAMIL A+
épaissie
BON DÉPART
100 % lactosérum
Quantité
excessive de lait
Bébé allaité?
Préparations
commerciales
Pour un problème de régurgitations non compliqué, avec une bonne
prise de poids, un certain nombre de stratégies conservatrices ont été
tentées avec des résultats variables :
 Éviter d’asseoir l’enfant juste après le boire, surtout si le nourrisson ne
se tient pas encore droit afin que l’estomac ne soit pas écrasé, ce qui
augmenterait le reflux de lait vers la bouche. La meilleure position pour
le bébé dans l’heure qui suit le boire est couchée sur le côté gauche.
 L’épaississement de la préparation lactée pour nourrissons avec une
céréale de riz (1 cuil. à table par once de lait) ne semble pas empêcher le
reflux de lait, mais pourrait diminuer la quantité de lait régurgité, ce
qui peut dans certains cas avoir des avantages cosmétiques (lessive).
Une formule de lait déjà épaissie est disponible commercialement. Le
lait maternel n’épaissit pas avec les céréales de riz.
115
Reflux gastro-oesophagien (R.G.O.)
Suite…
 Avec une préparation lactée pour nourrissons riche en lactosérum,
l’estomac pourrait se vider plus rapidement, ce qui pourrait réduire la
quantité de lait régurgité. La teneur en lactosérum varie grandement d’une
préparation à l’autre, passant de 18 % à 48 %, à 60 % et jusqu’à 100 % de
lactosérum. Discutez avec votre médecin, infirmière ou diététiste avant
tout changement de type de préparation lactée pour nourrisson et pour
avoir des conseils sur la préparation commerciale qui convient le mieux à
votre enfant, selon ses besoins particuliers.
 Le bénéfice de donner de plus petits boires, plus souvent, n’est pas
démontré. Cependant, il est justifié de diminuer la quantité de lait si un
enfant boit une quantité excessive de lait et que c’est par trop plein qu’il
régurgite. Vérifier avec votre médecin la quantité de lait requise pour votre
enfant.
Source : ABCdaire 2012, p. 247-248
116
Qu’en est-il de Kerline?
Kerline, 2 semaines de vie : Allaitée
Au cours de la 1re semaine de vie, elle présente des régurgitations sans efforts,
bien tolérées par les parents.
Traitement conservateur :
Positionnement; petits repas fréquents
Le type de préparation peut être considéré :
 100 % lactosérum (Bon départ)
(vidange gastrique); préparation épaissie (Enfamil a+® Épaissie) (peu de
données probantes)
Si le bébé se développe bien, les régurgitations disparaîtront probablement
d’elles-mêmes, avant ou vers le 1er anniversaire (1 an)
117
Kerline, 2 semaines
de vie, allaitée
 Au cours de la 2e semaine de vie, régurgitations
symptomatiques agrémentées d’inconfort, pleurs, tant au
cours de la journée, inconsolable, gaz, se tortille
 Une intolérance ou allergie aux protéines de lait de vache Rx diète
d’éviction chez la mère (lait et produits laitiers).
 Un reflux gastro-oesophagien (R.G.O.)
 Au cours de la 3e semaine de vie : vomissements en jet chez un
bébé affamé qui n’évacue pas de selles
 Échographie du pylore  S.H.P. Rx Pylorotomie en milieu
universitaire, tertiaire, anesthésie générale
118
Reflux gastro-oesophagien (R.G.O.)
et approche médicamenteuse
(Suite)
1. I.P.P. diminue la production d’acide gastrique en bloquant
l’action d’une enzyme appelée pompe à protons





Omeprazole (Losec) 1 à 2 mg/kg die
Lansoprazole (Prevacid) 1 à 2 mg/kg die (Fast-tab)
Pantoprazone (Pantoloc)
Esomeprazole (Nexium) 1 mg/kg (10 ml)
Gélules (Omeprazole 10 et 20 mg : lansoprazole 15 et 30 mg) peuvent
être ouvertes, 15-30 minutes avant repas
 Yogourt, jus d’orange, compote
Très efficace, peu d’effet secondaire
119
Reflux gastro-oesophagien (R.G.O.)
et approche médicamenteuse
(Suite)
2. Prokinétiques : Stimule la motricité gastra-intestinale
 Maxeran 0.5 à 0.8 mg/kg/jour
 Motilium 1 mg/kg/jour
 Efficacité modeste
 Effets secondaires extrapyramidaux (Maxeran surtout)
 Utiles si gros rejets
 ± placébo
120
Retour au sommaire
Reflux gastro-oesophagien (R.G.O.)
et approche médicamenteuse
3. Antisécrétoires
 Anti-H2
 Ranitidine (Zantac) 3 à 5 mg/kg en 2 prises (peut monter jusqu’à 10 mg/kg)
 Cimetidine 20 à 40 mg/kg en 4 prises
Assurons-nous que Kerline affiche un bon gain pondéral entre 20 et 30
grammes par jour.
Nous vous référons à un article de juillet 2012 dans Pédiatric , alors que les
auteurs sont très critiques concernant l’approche médicamenteuse (I.P.P.)
Conclusion : PPIs are not effective in reducing GERD symptoms infants.
121
Aide situation familiale
S.I.P.P.E. (Suite)
Conseils
préventifs et
anticipatoires
Aide à domicile,
si risque
La mère de Kerline s’occupe d’un bébé pendant que son
conjoint fréquente l’école des adultes pour poursuivre ses
études.
Nous sentons chez la mère, beaucoup de SOLITUDE.
Elle ne jouit d’aucune ressource familiale pour du répit ou de
l’aide, aucun réseau d’ami. Bref, elle se sent bien seule!
Chaque CSSS possède des programmes d’aide aux familles
démunies. Le CSSS Richelieu-Yamaska (3 CLSC : Acton Vale,
Beloeil et Saint-Hyacinthe) ne font pas exception.
122
Aide situation familiale
S.I.P.P.E. (Suite)
Le Programme : Services intégrés en périnatalité à l’intention
des familles vivant en contexte et vulnérabilité.
S.I.P.P.E.
En collaboration étroite avec les organismes communautaires, dont
La Maison de la famille (territoire de Saint-Hyacinthe).
SUIVI POSTNATAL
Infirmier
Social
Psycho-éducation
Auxiliaire familiale
INTENSITÉ DU SUIVI POSTNATAL
0 à 6 semaines : toutes les semaines
7 semaines à 12 mois : toutes les 2 semaines
13 à 60 mois : mensuelle
DURÉE DU SUIVI :
Jusqu’à ce que 1er enfant ait 5 ans
123
Retour au sommaire
Aide situation familiale
S.I.P.P.E.
RESPONSABLE DU PROGRAMME S.I.P.P.E.
 CLSC de la MRC-d’Acton (Acton Vale)
450 546-2572
 CLSC des Maskoutains (Saint-Hyacinthe)
450 778-2572
 CLSC des Patriotes (Beloeil)
450 535-2572
Source : Présentation des ressources en périnatalité des CLSC : Acton, Beloeil et
Saint-Hyacinthe, Octobre 2012
124
Retour au sommaire
Recommandations concernant la
prévention des allergies chez l’enfant





Eczéma et allergies alimentaires
Asthme et rhinite allergique « marche atopique »
5 %  5 ans
2 % à l’âge adulte
Atteinte cutanée, G.I. , Respiratoire systémique : anaphylaxie
Le facteur de risque : Atopie familiale :
 Si un parent atopique, enfant : 30-40 %
 Si un parent + un membre de la fratrie : 60 %
 Si deux parents : 80 %
10 à 15 % des enfants atopiques n’ont pas d’histoire familiale.
Source : ABCdaire 2012, p. 86
125
Retour au sommaire
Votre enfant est-il en sécurité?
Introduction
À la maison
Cordons de stores et de rideaux
Briquets, allumettes et chandelles
Produits usagés
Trampolines
Prévention des empoisonnements
Produits chimiques pour la maison
Produits pour enfants
Porte-bébés et porte-bébés en
bandoulière
Marchettes pour bébé
Conseils de sécurité pour le bain
Sièges de baignoire
Sièges d'auto et sièges d'appoint
Tables à langer
Vêtements pour enfants
Sucettes
Parcs pour enfants
Barrières de sécurité
Produits pour enfants (Suite)
Poussettes
Exerciseurs suspendus pour bébés
Cosmétiques
À l'heure du lit
Lits superposés
Lits d'enfant, berceaux et moïses
Côtés de lit amovibles
À l'heure du jeu
Coffres à jouets
Jouets à enfourcher
Ballons gonflables
Jouets à piles
Jouets comportant des aimants
Terrains de jeu
Conseils généraux sur la sécurité
Rappels
Signalement des incidents
Autres ressources
Source : Santé Canada (document complet)
126
Siège du
nouveau-né
127
La mère de Kerline vient d’installer son bébé âgé de 2
semaines, dans le siège de nouveau-né. Un
enseignement a été prodigué, par l’infirmière du
Centre mère-enfant-famille, au congé
Qu’en pensez-vous?
Kerline fait partie des
statistiques de la Montérégie
(Octobre 2012).
Comment réagissez-vous?
Enfants mal attachés dans son
siège : 38 % (1 sur 3)
Tout à coup, une phrase-clé
vous revient à la mémoire :
Sièges mal fixés à la banquette :
57 % (plus de 1 sur 3)
Lacunes observées :
• Pince de poitrine trop basse
• Vêtement d’hiver rend les
courroies d’épaule non
sécuritaires : éjection et bien
d’autres.
Un bébé en santé doit aussi être en SÉCURITÉ!
128
Retour au sommaire
Anatomie d’un siège d’auto
pour enfants
① Pince de poitrine à la hauteur des
aisselles (dessous de bras)
② Boucle bien cliquée « CLIC », sinon…
Siège retenu en tout temps
③ Sangle de la boucle
à la banquette par :
Système d’ancrage universel
④ Fentes supérieures
Courroies au niveau des épaules au plus haut
Lorsque l’enfant est orienté vers l’avant (regarde
vers l’enfant)
⑤ Fentes inférieures
Lorsque le bébé est orienté
vers l’arrière (regarde en arrière)
Courroies au niveau des épaules au plus
bas (enveloppe les épaules)
⑥ Courroies du harnais
Ajustez-les le plus possible du corps du
bébé : ne laissez pas plus que l’épaisseur d’un
doigt entre les courroies et les clavicules
⑦ Sangle de retenue
⑧ Sangle d’ajustement du harnais à ajuster
La précaution la plus importante : Pince remontée
avant de démarrer
vers le menton le plus possible afin de prévenir
⑨ Système d’ancrage universel (SAU) 2002
l’ÉJECTION et un DÉCÈS ÉVITABLE, UN DRAME
Solide, aucun déplacement possible
Le bon siège pour le bon enfant, installé SÉCURITAIREMENT. 4 étapes et l’enfant conserve
l’étape en cours le plus longtemps possible.
129
Retour au sommaire
Références
 L’ABCdaire du suivi périodique de l’enfant de 0 à 5 ans, 2012, Société
canadienne de pédiatrie (S.C.P.)
 Mieux vivre avec votre enfant de la grossesse à 2 ans.
Le guide peut être consulté ou téléchargé gratuitement en français et en anglais sur le site Web de
l’Institut national de santé publique du Québec à l’adresse : www.inspq.qc.ca/mieuxvivre
 Dictionnaire de thérapie pédiatrique, Michel L. Weber
 Hémoglobinopathies, Dre Marie Gingras, CSSS Richelieu-Yamaska, Octobre 2012
 Plagiocéphalie, Dysplasie de la hanche, Examen oculaire, Gain de poids, Sièges
d’auto
 Les préparations commerciales pour nourrissons (PCN), Mme Sara Clair,
diététiste, CSSS Richelieu-Yamaska, 1er mai 2012 sur le site Le Sommet à votre
portée
 Protocole d’immunisation du Québec (PIC)
130
Références (suite)
 Neveu et al., Diagnostic audiologique en pédiatrie, CHU Ste-Justine
 Pediatrics, Eye Examination and Vision Screening in Infants, Children, and
Young Adults, Pediatrics 1996;98; 153
 Pediatrics, Red refleflexes in neonates, infants and children, Pediatrics
2008;vol122; no6
 Filion, L., Surdité du nouveau-né et du jeune enfant:prévention et évaluation,
médecin du Québec, aout 1991, pp27-31
 Patel et al., Le dépistage universel des troubles de l’audition chez les
nouveau-nés, Pediatric Child Health, vol 16, No5, May 2011, pp306-310
 Rousseau et al., Approche de l'obésité des jeunes au bureau , CHU SteJustine
 Marchand V., Les courbes de croissances de l’OMS, CHU Ste-Justine, octobre
2010
 Paediatric child health, vol 7, #5, may/june 2002, pp1 à 7
 UptoDate, Management of paediatric dyslipidemia, pp1 à 16
 Chiolero et al., Screening for elevated blood pressure in children and
131
adolescents, jama pediatrics, jan 2013, ppE1-E8.

similar documents