Michel Crozier - Bellissent, Philippe

Report
Parcours d’un sociologue du monde du travail
Michel Crozier sociologue français, né en 1922
Fondateur de l’analyse stratégique en sociologie des organisations. Depuis 1999,
membre de l‘Académie des Sciences Morales et Politiques
Diplômé HEC et une Licence en Droit en 1949,
Doctorat en Droit et entre au CNRS avec pour projet d'étudier "pourquoi les
employés n'ont pas la conscience de classe que leur suppose la théorie marxiste ?" .
Première recherche empirique sur les Chèques Postaux, publiés au CNRS sous le
titre "Petits Fonctionnaires au travail",
1955 - 1959 : enquêtes de terrain dans les manufactures de tabac du SEITA .
En 1959 publie Thèse d'État : "Le Phénomène Bureaucratique " (1964).
Montre le décalage avec le modèle d'organisation rationnelle décrit dans Économie
et société, de Max Weber
- met en évidence l'existence en France d'un modèle culturel national de
bureaucratie,
-met en avant le rôle des stratégies des acteurs dans les dysfonctionnements
organisationnels.
Biographie : cf Wikipedia Michel Crozier
Michel Crozier fonde en 1962 au CNRS une équipe de recherche : le CSO (Centre de Sociologie
des Organisations) centrée sur l'analyse des organisations. Nouveau chantier sur le thème de "
L'administration française, face au changement ".
Avec Ehard Friedberg dans L'acteur et le système, en 1977, il présente les éléments d'une
théorie organisationnelle de l'action collective.
Membre de la Revue Esprit et du Club Jean Moulin, il œuvre pour la réforme de la société et de
l'État français. : La Société bloquée (1970), On ne change pas la société par décret (1979), État
modeste, État moderne" (1987).
Crozier montre que les acteurs, inclus dans une situation bureaucratique, peuvent manquer
d'efficacité et d'initiative à cause des règles.
Celles-ci ne peuvent en effet prévoir toutes les situations Ce qui permet à certains individus de
prendre une parcelle de pouvoir, en dehors ou à côté de ce qui est prévu par les règlements.E n
retour, l'organisation va prévoir des nouvelles règles pour limiter ces parcelles de pouvoir qui ne
sont pas contrôlées.
Ces nouvelles règles contraignantes s'ajoutent aux suivantes ce qui entraîne une routine chez
l'employé, néfaste à son efficacité. Conséquence : la bureaucratie peut être caractérisée comme
"une organisation qui n'arrive pas à se corriger en fonction de ses erreurs".
Biographie : cf Wikipedia Michel Crozier
Etude du phénomène bureaucratique : montre que la
rationalité est loin d’être la règle dans les organisations en
France.
Le phénomène bureaucratique (1963)
Importance du culturel
Mise en avant du rôle des acteurs dans les
dysfonctionnements de l’organisation
La société bloquée (1970)
Etudes sur le fonctionnement des administrations françaises
Débouche sur la thèse de l’acteur et le système avec
Erhard Friedberg (1977)
IDRAC 2012 Ph.Bellissent Sociologie des
organisations
4
Une analyse stratégique dans le cadre de la théorie des
systèmes
Travail fondateur : l’analyse des ouvrières de la Seita
(fin années 50) in Le phénomène bureaucratique Seuil
1963
Pour Crozier contrairement à Taylor les
dysfonctionnements ne résultent pas d’une erreur dans
la conception de l’organisation mais sont inhérents à
l’organisation elle même à cause des jeux de pouvoir
entre les groupes
Différence entre les objectifs de l'organisation et
ceux des individus.
5
Une focalisation sur les organisations
Concepts :
- Jeu (un ensemble de coups dans une partie)
- Contingence (chaque jeu d’un acteur est mis en relation avec celui de
l’autre)
-Zone d’incertitude (ce qui est l’objet du contrôle par un individu ou un
groupe dans une situation conflictuelle) : failles dans les règles,
défaillances techniques, pressions économiques qui empêchent le
déroulement des objectifs de l'organisation
-Une multiplicité de rationalités des acteurs
-Les conflits ne sont pas la marque des dysfonctionnements du système
-Les acteurs possèdent un degré d’autonomie dans leurs conduites
(marge de liberté et de négociation)
-L’organisation pensée comme un univers de conflits de pouvoirs
6
Crozier et Friedberg l’acteur et le système
Mettre en place un nouveau type d’analyse : l’analyse
stratégique des systèmes humains.
Dans cette école l’homme ne subit pas uniquement la pression
de l’organisation et n’est pas uniquement motivé par le gain.
il ne réagit pas forcément uniquement aux stimuli du modèle
comportementalistes
l’individu doit être considéré comme un acteur qui structure le
champ d’action dans lequel il évolue : l’organisation
il existe des degrés de liberté pour l’acteur
il exerce cette liberté dans une forme de rationalité dans un
contexte d’interdépendance avec les autres acteurs
l’organisation est considéré comme un construit
l’optique-là est celle de la construction de l’organisation par les
acteurs
Autre concept : celui du jeu et des coûts dans une partie
7
Trois postulats pour l’analyse stratégique des organisations :
Les individus n’acceptent pas d’être traités comme des moyens pour
atteindre un but fixé par l’organisation
Des individus jouissent d’une liberté relative à l’intérieur de
l’organisation chaque acteur mettra en œuvre une stratégie propre à
travers des jeux de pouvoir pour utiliser la marge de manœuvre
relative qu’il possède dans une organisation Augmenter son influence
est de sa responsabilité
Les acteurs sont rationnels mais cette rationalité est limitée par le
temps et les moyens dont il dispose
il recherche un objectif de satisfaction mais pas forcément un
optimum
Les projets des acteurs ne sont pas forcement clairs et cohérents, mais le
comportement n'est jamais absurde.
8
Trois concepts pour l’analyse stratégique des organisations :
Le système d’action concret est l’ensemble des relations qui se créent entre les
participants à une organisation pour résoudre les problèmes concrets
Notion de construit : On parle d’un construit social non défini par les processus
standard d’organisation. Il se crée par le jeu des acteurs. Il est nécessaire au bon
fonctionnement du système
c’est le produit des arrangements entre les acteurs.
Zone d’incertitude : toute organisation possède une part d’incertitude elles sont
relatives aux domaines techniques économiques commerciaux, organisationnels.
Espace dont la rationalité est absente
Fournit la possibilité aux acteurs de mettre en place des règles informelles
Elles doivent être considérées comme des opportunités pour un acteur qui pourrait
maîtriser et s’y adapter en conséquence Elles lui permettront à ce mandat autonomie
capacité d’influence et de pouvoir
Le pouvoir : défini par Max Weber comme la capacité de A d’obtenir que B fasse
quelque chose qui n’aurait pas fait sans intervention de A
9
Quatre formes de pouvoir chez Crozier
Pouvoir de la connaissance ( ou lié à l’expertise) compétences ou
spécialités difficilement remplaçables mettent l’acteur en position de force
Maîtrise des relations avec l’environnement tout acteur utilise des
relations qu’il a avec une autre organisation à des fins stratégiques
personnelles
Contrôle de l’information ou implication dans les réseaux de
communication tout individu a besoin d’information pour agir et dépend de
ce qui la détiennent. L’information à une valeur stratégique essentielle
maîtrise la pratique des règles organisationnelles plus elles sont
complexes et nombreuses plus l’individu qui les maîtrise aura la capacité
d’agir sur l’organisation
Pouvoir hiérarchique : permet de jouer sur les règles. L'organisation confère
du pouvoir, de l'autorité à des acteurs qui peuvent définir des normes, édicter
des règles et donner des ordres.
10
Philippe Bellissent
IDRAC Sup’Com
2012
M Foudriat Sociologie des organisations Pearson
11
L’analyse de la SEITA par Crozier
Philippe Bellissent
IDRAC Sup’Com
2012
M Foudriat Sociologie des organisations Pearson
12

similar documents