leçons de la stratégie 2002-2014 au Cameroun

Report
4ième Semaine Scientifique et 11ième
Assemblée Générale du CORAF/WECARD
16 -20 Juin 2014, Niamey (Niger)
Renforcement des compétences en recherche et développement
agricoles pour stimuler l’innovation et l’entreprenariat
INSERTIONS FEMININE ET JEUNE DANS LA
RECHERCHE AGRICOLE :
LEÇONS DE LA STRATEGIE 2002-2014 AU CAMEROUN
Ntock-Ngwe D. D; Kouebou C. ; Olina Bassala
J.P. ; Soukbo C. ; Kaptchouang E. ; Ko Awono D.
Institut de Recherche Agricole pour le Développement
(IRAD - Cameroun)
1
Plan de l’exposé
I - Introduction
II - Matériels et méthodes
III - Résultats et Discussion
IV - Conclusion et perspectives
V - Remerciements
2
I - Introduction
Zone soudano-sahélienne
grenier à grains du Cameroun
plus impactée par l’insécurité alimentaire et les malnutritions.
Beintema et Stads (2004, 2011) adéquation : programmes de
R&D et politiques agricoles,
Facteur causal : faible renouvellement du capital humain
Ceci a justifié cette réflexion sur la stratégie d’insertion
professionnelle des femmes et des jeunes diplômés dans la recherche
agricole au nord-Cameroun.
3
I - Introduction
Objectif principal
Examiner l’évolution des recrutements à l’Institut de
Recherche Agricole pour le Développement (IRAD)
Objectifs spécifiques
Apprécier sur 12 ans (2002, 2007, 2012 et 2014)
* les effectifs (jeune, femme et total),
* les diplômes,
* les catégories professionnelles,
* les domaines et expertises scientifiques
Phase 1 de l ’étude : Centre Régional de Maroua (CRM)
4
II - Matériels et méthodes
Zone d’étude:
Centre Régional
de Maroua (CRM)
Figure 1 : Cartographie de
l’IRAD au sein des 5 zones agroécologiques du Cameroun
5
II - Matériels et méthodes
* Analyse documentaire des textes administratifs
Décisions de recrutement,
Actes d’affectation et de nomination…
* Consultation des rapports annuels et répertoires disponibles
* Entretiens avec les personnes ressources
Chefs de stations de recherche (actuels et anciens)
Responsables administratifs (DRH, Chefs SAF etc.)
* Discussion avec le staff en poste au CRM
40 personnels seniors et juniors
dont une dizaine de femmes
Observations sur 4 périodes (2002, 2007, 2012 et 2014)
6
III - Résultats et Discussion
III.1. Modalités de recrutement des jeunes et place des femmes
Deux modalités de recrutements entre 2001 et 2014 :
 deux recrutements par décrets présidentiels de 2001 et 2011
 un recrutement périodique sur décision de l’IRAD.
 Recrutement présidentiel de 2001 = 230 personnes
198 chercheurs (Recrutement externe)
102 Attachés de Recherche (dont 28 femmes) à l’IRAD
et 96 As.R (dont 11 femmes) dans 5 autres institutions
32 Chercheurs (Recrutement interne)
29 chercheurs à l’IRAD; 28 AR (dont 2 femmes) et 1 CR
et 3 chercheurs dans deux autres organismes de recherche.
7
III.1. Modalités de recrutement des jeunes et place des femmes
 Recrutements présidentiels de 2011
MINRESI ; 500 jeunes diplômés
IRAD, 95 jeunes recrues
35 jeunes chercheurs (dont 14 femmes)
et 60 Cadres d’Appui Sci &Tech. (dont 17 femmes)
CRM ; 10 jeunes diplômés
6 hommes (3 chercheurs et 3 Cadres d’Appui Sci &Tech.
4 femmes (3 Cadres d’Appui et 1 technicienne)
8
III.2. Tendances en termes d’effectifs (senior, junior et total)
Tableau 1: Evolution des effectifs seniors (chercheurs) au fil du temps
Catégories
Personnels Homme
seniors
Femme
(chercheurs) Total
Taux de variation
2002
2007
2012
2014
36
53
22
16
3
3
0
0
39
56
22
16
+30% -61% -27%
Réduction 58,97% (2002- 2014)
IRAD (2008) : 1987- 2012 (400 - 177) chercheurs = Réduction 56%
9
III.2. Tendances en termes d’effectifs (senior, junior et total)
Tableau 2: Evolution comparée des effectifs juniors/seniors au fil du temps
Catégories
Personnels Homme
seniors
Femme
(chercheurs) Total
Personnels Homme
juniors
Femme
(nouveaux) Total
Taux de variation
2002
2007
2012
2014
36
53
22
16
3
3
0
0
39
56
22
16
22
2
8
15
2
3
6
8
24
5
14
23
-79% +64% +39%
10
III.2. Tendances en termes d’effectifs (senior, junior et total)
Tableau 3: Evolution des effectifs du personnel au CRM au fil du temps
Catégories
Personnels Homme
seniors
Femme
(chercheurs) Total
Personnels Homme
juniors
Femme
(nouveaux) Total
Homme
Total
Femme
TOTAL
Taux de variation
2002
2007
2012
2014
36
53
22
16
3
3
0
0
39
56
22
16
22
2
8
15
2
3
6
8
24
5
14
23
58
55
30
31
5
6
6
8
63
61
36
39
-3,2% -41% +7,7%
Représentations féminine basses révélées en Afrique subsaharienne
Éthiopie, Togo, Niger et Burkina Faso,
Botswana, Mozambique et l’Afrique du Sud présentent des niveaux plus
élevés Beintema et Di Marcantonio (2009)
11
III.3. Tendances en termes de catégories professionnelles
Tableau 4: Evolution des catégories professionnelles au fil du temps
Catégories
2002
2007
2012
2014
Chercheur
58(17)
55(4)
18(1)
17(4)
CAST**
0(0)
0(0)
9(9)
11(11)
Technicien
5(7)
6(1)
9(4)
11(8)
63(24)
61(5)
36(14)
39(23)
TOTAL
* entre parenthèse, nombre de jeunes , **Cadre d’Appui Technique et Scientifique (CAST)
Facteurs majeurs limitant personnel à une longue carrière:
Nouvelles recrues attendent 10-30 mois, leur premier salaire,
Rémunérations basses: <200 $ (techniciens), <300$ (jeunes chercheurs)
Difficultés de prise en charges des avancements en grade.
12
III.3. Tendances en termes de catégories professionnelles
70
64
60
56
Pourcentage
50
Chercheur
CAST
40
Technicien
30
20
10
20
17
11
7
9
0
2002
2007
10
0
0
2012
2014
Figure 2 : Evolution des femmes en fonction des catégories professionnelles
III.3. Tendances en termes de catégories professionnelles
40
38
Chercheurs
(MSc/DEA/PhD)
35
CAST/Techniciens
(Ing./Lic./Bac.)
pourcentage
33
30
30
25
23
22
20
19
17
15
2002
2007
2012
17
2014
Figure 3 : Evolution des catégories professionnelles en fonction du temps
IRAD (2008), 6 -12 ans malgré besoin urgent en expertise spécialisée
Absence de financements, d’encadrement et de politique de renforcement
des compétences rigoureuses et soutenues
14
III.4. Tendances en termes de diplômes
80
Baccalauréat
70
Licence
67
Ingénieur
Pourcentage
60
50
Doctorat PhD
40
40
30
40
25
20
20
12
10
DEA/MSc
50
7.1
5.3
10
5.6
0
2002
18.2
11.8
2007
0
0
2012
2014
Figure 4 : Evolution des femmes en fonction des diplômes
15
III.5. Tendances en termes de domaine scientifiques
Tableau 5: Evolution des effectifs en fonction des domaines au fil du temps
Domaines
2002
2007
2012
2014
Cultures pérennes
4 (2)
5 (1)
1 (0)
2 (1)
Cultures annuelles
25 (10)
27 (3)
17 (5)
18 (12)
Documentation
1 (0)
1(0)
1 (0)
2 (1)
Foret-Sol-Environnement
9 (4)
7 (0)
5 (1)
5 (1)
Production animale et halieutique
13 (5)
11 (0)
5 (3)
5 (3)
SPESR**
11 (3)
11 (1)
7 (5)
7 (5)
63 (24)
61 (5)
36 (14)
39 (23)
TOTAL
* entre parenthèse, nombre de nouveau ou jeune ; **Système de Production Economie et Sociologie Rurale (SPESR)
16
III.5. Tendances en termes d’expertise scientifiques
Tableau 6: Evolution des effectifs des femmes par expertise
Expertise feminine
2002
2007
2012
2014
Nutrition animale
2(0)
2(0)
2(0)
2(0)
Socioéconomie
1 (1)
1 (0)
0 (0)
0 (0)
Technologie alimentaire
1 (1)
1 (1)
3(3)
3(3)
Agronomie
0(0)
1(1)
1(0)
1(1)
Zootechnie
0(0)
0(0)
2(2)
2(2)
4(2)
5(2)
9(5)
8 (6)
TOTAL
* entre parenthèse, nombre de nouveau ou jeune
17
IV - Conclusion et perspectives
Effectif grandissant nécessite
Formations aux métiers de recherche agricole dans une
zone permanemment en proie à des mutations
environnementales et socio-économiques.
Le statut social et financier du chercheur mériterait
revalorisation afin de les encourager à plus d’engagement
dans la recherche agricole et dans les financements
La situation se caractérise plutôt par un attentisme des
décisions et des financements en provenance de l’Etat.
18
IV - Conclusion et perspectives
Le renouvellement des compétences et encadrement
nécessitent
 planification à moyen et long terme.
Le développement agricole de la sous-région Afrique Centrale
soutenu par un système de recherche régionalisé nécessite:
 minimum de compétences nationales
fortement onéreuse/entravée
BAD, PRASAC, CIRAD, AfricaRice, CORAF, APESS, IITA…
19
IV - Conclusion et perspectives
Le renforcement en quantité et en qualité du capital
humain au sein de la recherche agricole est un important
facteur dans
L’amélioration de la sécurité alimentaire, FAO (2013)
La santé des populations et
La stabilité environnementale et économique en Afrique
et particulièrement en zone sahélienne.
20
V - Remerciements
21
MERCI POUR VOTRE
AIMABLE ATTENTION
22

similar documents