La préparation physique en patinage artistique

Report
La préparation physique en
patinage artistique
Par :
Marie-Claude Matte, B.Sc. Préparatrice physique CSHNQ
Simon Louis-Seize, B.Sc. Préparateur physique CSHNQ
Marie-Claude Matte, B.Sc.,
Préparatrice physique CSHNQ
•
•
•
•
Ancienne patineuse
Entraîneure de patinage artistique, depuis 2003
Bacc en kinésiologie, juin 2006
Préparation physique de hockey, patinage de vitesse,
canoë-kayak, taekwondo et surtout patinage artistique
• Automne 2011 - Maîtrise en médecine expérimentale :
Sujet de maîtrise projeté : Comparaison de différents
types d’entraînement physique sur la performance d’un
patineur artistique.
Simon Louis-Seize, B.Sc.
Préparateur physique, CSHNQ
Plan de la présentation
•
•
•
•
•
•
Besoins d’un patineur artistique
Un peu de théorie
Méthodes d’entraînement
Planification annuelle et rôle de l’entraîneur
Conclusion et discussion
Démonstration
Rôle de l’entraîneur
• Qui s’occupe de la préparation physique de
vos athlètes?
• Quels sont les exercices que font vos athlètes
et pourquoi?
• À quel moment planifiez-vous votre
entraînement physique de l’année?
• À quelle fréquence discutez-vous avec le
préparateur physique?
Tâches d’un patineur artistique
Tâches d’un patineur artistique
•
•
•
•
•
•
Sauts
Atterrissage de sauts
Pirouettes
Jeux de pieds
Arabesques
Déplacements (stroking, glisse, vitesse)
Artistique
Sauts – Qualités requises
• Puissance musculaire
• Force musculaire :
– du haut du corps pour la fermeture
– abdominale : maintien de position dans les airs et
à la réception
– excentrique sur la jambe d’atterrissage
Pirouettes – Qualités requises
• Force musculaire générale pour le maintien
des positions
• Proprioception : savoir où le corps se trouve
dans un monde en rotation
• Puissance musculaire pour les pirouettes
sautées
• Flexibilité générale
Jeux de pieds – Qualités requises
•
•
•
•
Agilité
Coordination
Puissance musculaire : poussées, 1 pied
Endurance musculaire
Stroking – Qualités requises
•
•
•
•
Puissance musculaire
Endurance musculaire
Puissance aérobie maximale – PAM
Flexibilité
Arabesques – Qualités requises
• Flexibilité : dos, jambes, épaules
• Force musculaire pour maintien des positions
Artistique – Qualités requises
• Flexibilité générale
• Force musculaire pour maintien des positions
• Coordination
UN PEU DE THÉORIE …
JUSTE UN PEU
La force musculaire
• C’est la capacité d’un muscle ou d’un groupe
de muscles à exercer une force contre une
résistance.
• La force maximale d’un individu peut être
symbolisé par le 1-RM (répétition maximale)
Ex.: Une charge pouvant être soulevée 25 fois = 25-RM
La puissance musculaire
• C’est la capacité qu’a le système
neuromusculaire à surmonter des résistances
avec la plus grande vitesse de contraction
possible.
• Sa formule est : P = F x V
– Mais à puissance égale :
P=Fxv
P=fxV
Rapport Vitesse - Force
L’endurance musculaire
• C’est la capacité qu’a le muscle à répéter des
contractions ou à maintenir une contraction
statique.
• Cette qualité se développe en travaillant avec
des charges se situant entre 20 % et 60 % du
1-RM.
Filières énergétiques
• Tout mouvement humain requiert de l’énergie.
• L’énergie provient des aliments (glucides et lipides).
• Cette énergie est transformée en un composé
chimique, l’ATP, présente en petite quantité dans les
fibres musculaires.
• L’ATP libère de l’énergie très rapidement au début d’un
exercice.
• Si l’exercice se poursuit, cette petite quantité s’épuise
vite et doit être renouvelée, par les trois systèmes de
production d’énergie situées dans les fibres
musculaires.
Filières énergétiques
• Les 3 systèmes d’énergie sont :
– Le système anaérobie alactique (SAA)
– Le système aérobie lactique (SAL)
– Le système aérobie (SA)
Filières énergétiques
• Chaque système possède une puissance et
une capacité de production d’énergie.
– Puissance : c’est la quantité maximale d’énergie
mobilisée par unité de temps (notion d’intensité)
– Capacité : c’est la quantité totale d’énergie
nécessaire pour qu’un système effectue un travail
(notion d’endurance)
Système anaérobie alactique
• Se caractérise par une puissance très élevée et
une très faible capacité de régénération.
• Comme l’ATP s’épuise rapidement, c’est la
créatine phosphate (CP) qui libère son énergie
pour poursuivre la production d’ATP.
• ATP est produite rapidement, sans présence d’O2
et sans production significative d’acide lactique.
• La puissance de ce système est mise à profit lors
d’actions explosives (1 à 10 secondes).
• La capacité de ce système correspond à un effort
maximal de 11 à 20 secondes ou de fréquentes
répétitions d’actions explosives.
Système anaérobie lactique
• Le SAL utilise pour carburant les glucides (glycogène
musculaire).
• Étant un système fonctionnant sans O2, la dégradation des
glucides est incomplète et produit comme déchet l’acide
lactique.
• La puissance de ce système est élevée et est mise en
application dans des efforts maximaux de 20 à 45 secondes.
• La capacité de ce système est faible et correspond à des
efforts maximaux de 60 à 90 secondes.
• L'entraînement de cette filière aura deux effets : diminuer
la production d'acide lactique pour une intensité donnée et
améliorer la tolérance de l'organisme face à ses taux élevés
d'acide lactique.
Système aérobie
• Le SA produit de l’ATP dans les cellules
musculaires en présence d’O2.
• Il utilise les glucides et les lipides en vue de
reconstituer une grande quantité d’ATP.
• De l’acide lactique est produit lorsque le système
fonctionne, mais il s’élimine rapidement.
• La puissance de ce système (PAM) est faible et
est mise en application dans des efforts
maximaux de 2 à 10 minutes.
• La capacité de ce système est très élevée et
correspond à un effort prolongé (jusqu’à
plusieurs heures) à une intensité sous-maximale.
Filières énergétiques - Conclusion
• Les trois systèmes d’énergie fonctionne
conjointement.
• Chacun d’eux contribue à fournir l’ATP nécessaire
pour effectuer la plupart des exercices.
• L’intensité et la durée de l’exercice déterminent le
système qui prévaut dans la production d’ATP.
• Dans la plupart des sports, les besoins
énergétiques requièrent généralement une
grande utilisation de 2 des 3 systèmes.
Récapitulation!!!
Systèmes
SAA
SAL
SA
Puissance : 1 à 10 sec
Puissance : 20 à 45 sec
Puissance : 2 à 10 min
Capacité : 11 à 20 sec
Capacité : 60 à 90 sec
Capacité : 10 min à +
Retour sur les qualités physiques
• Les Systèmes Énergétiques
– Endurance aérobie (EA) *
– Puissance aérobie maximale (PAM)
• Les qualités neuromusculaires
– La puissance
– L’endurance musculaire
– La flexibilité
– Les qualité motrices
– Le gainage ou le «Core»
Les méthodes d’entraînement
Les méthodes d’entraînement
• La Puissance Aérobie (PAM)
Les méthodes d’entraînement
• L’entraînement par intervalles (EPI)
– On utilise principalement l’EPI très court
– Les temps d’efforts utilisés sont souvent très court
(entre 10 et 30 secondes)
– L’EPI peut être cyclique ou acyclique
– L’EPI peut être fait hors-glace comme sur glace
Les méthodes d’entraînement
• L’entrainement par intervalles (EPI)
– Tableau ???
Les méthodes d’entraînement
• La puissance musculaire
Les méthodes d’entraînement
• L’haltérophilie…
Les méthodes d’entraînement
• L’haltérophilie c’est aussi:
•
«They are the strongest and hottest girls in the world! Show this to your girl
friends so they can stop once and for all the "I-don't-lift-heavy cause I'm gonna get
bulky" crap!» (description du vidéo sur youtube)
Les méthodes d’entraînement
• L’haltérophilie
– Avantage:
• Développement optimal de la puissance musculaire
• Développement de la flexibilité, de la coordination, de la
proprioception et de l’équilibre
• Développement du «Core»
– Inconvénient:
• Demande une supervision par un entraîneur certifié
• Doit prévoir une période d’acquisition technique du
mouvement
• Demande de l’équipement spécialisé
Les méthodes d’entraînement
• La musculation...
Les méthodes d’entrainements
• La musculation
– Méthode utilisé pour développer la force et
l’endurance musculaire
– Tableau???
Les méthodes d’entraînement
La force versus l’hypertrophie
Les méthodes d’entraînement
• La pliométrie
– Très grand développement de la force de façon
spécifique
– Coordination intramusculaire et vitesse de
contraction améliorée
– Désavantage: risque de blessures élevé si
l’entraînement n’est pas progressif et si l’athlète
n’a pas une force suffisante.
Les méthodes d’entraînement
• Les circuits d’entraînement ou training circuit
– Développe l’endurance musculaire et
cardiovasculaire
– Facile à utiliser avec un groupe
– Peu d’effet sur le développement de la puissance
Les méthodes d’entraînement
• Les abdominaux : Meilleurs abdos?
Les méthodes d’entraînement
• Les Abdominaux
Les Abdominaux
Les méthodes d’entraînement
• Le «Core training» ou le gainage
– Mouvements pilates
– Yoga athlétique
– Planches abdominales
– Ballon suisse
– Abdominaux traditionnels
Planification et le rôle de
l’entraineur dans la préparation
physique
La planification
• Les périodes dans la planification de
l’entraînement sont:
– Préparation physique générale (PPG)
– Préparation physique spécifique (PPS)
– Préparation compétitive (PC)
– La période de transition (T)
• Chacune de ces périodes est composé d’un ou
de plusieurs mésocycle
Préparation physique générale (PPG)
• Développement et harmonisation des diverses
qualités physiques. On travaille les points faibles
• Rendre le patineur «athlète»
• On touche à toutes les qualités physiques requises
en patinage artistique de façon générale
• EA, PAM, Force, Puissance, endurance musculaire
Préparation physique spécifique (PPS)
• Développement des qualités physiques en rapport
direct avec le patinage artistique, en fonction de
l’athlète et des choix technico-tactiques
• On va se concentrer sur des méthodes
d’entrainement et des choix de mouvements plus
spécifiques au besoin du patineur artistique.
Préparation compétitive (PC)
• Harmonisation et maintient de tous les facteurs de
performance.
• On recherche le «peak»
La modulation de la charge dans les
mésocycles
• Le volume et l’intensité de l’entrainement devrait
varier en fonction des semaines de sorte à avoir
des semaines très intenses (de surcharge) et des
semaines moins intenses (de récupération).
• Il existe plusieurs modèle de modulation de la
charge
–
–
–
–
–
Progressive ou en escalier
Régressive
Alternance de charges élevées et de charges faibles
Charges croisées
Choc de charge
Comment le structurer?
• Voir l’exemple de planification annuelle
Rôle de l’entraineur dans la
préparation physique
1. Connaître les besoins de ses athlètes et le
dire au préparateur physique
2. Connaître les entraînements en préparation
physique que ses athlètes font et n tenir
compte dans l’élaboration des entraînements
sur glace
3. Surtout, tenir compte de la fatigue que ça
implique et respecter les périodes de
récupération
Rôle de l’entraineur dans la
préparation physique
4. Prévoir l’entraînement hors-glace dès le début
de l’année
– On ne peut pas tout travailler en même temps!
5. Synchroniser la modulation des mésocycles.
– Synchroniser les semaines de charge et les semaines
de récupération
6. S’assurer que lors des périodes de compétition,
l’athlète «maintient» les qualités physiques
acquises au cours des périodes précédentes.
Conclusion
• La préparation physique est un domaine
complexe.
• Le patinage artistique est également un
domaine complexe!
• Communication!!!
Pour développer l’excellence :
• Est-ce que nous avons dans la région les
ressources nécessaires?
• Quels sont les besoins dans la région?
Merci de votre
présence!

similar documents