La présentation de la conférence

Report
Consensus d’experts : Charge virale et
risque de transmission du VIH
Marc Steben
4 novembre 2014
Plan
2

Objectifs de la présentation

Contexte

Demande initiale

Groupe de travail

Méthodologie

Principaux constats

Définitions des niveaux de risque

Consensus d’experts

Conditions essentielles

Charge virale vs condom

Messages clés à diffuser
Objectifs de la présentation
 Connaître les conclusions du consensus d’experts
 Intégrer et comprendre les conditions essentielles à la
réduction du risque
 Identifier les messages clés
3
Contexte
 Réduction du risque de transmission.
Étude de Rakaï
2000
HPTN-052
2011
Partner Study
2014
Arrivée des ARV
1996
Consensus d’experts
Suisse
2008
France
2009
Royaume Uni
2013
Belgique
2013
Canada
2 mai 2014
 Les consensus ne visent pas le même public-cible.
 Messages variables, parfois contradictoires, sur la réduction du
risque de transmission du VIH.
4
Québec
18 juin2014
Demande initiale
 Mandat confié par le SLITSS (MSSS) au CITSS (INSPQ) en
janvier 2013
 Dans le cadre de la mise à jour du GQDITSS:
5

Évaluer l’effet d’une charge virale indétectable sur le risque de
transmission sexuelle du VIH.

Soutenir la mise à jour de l’outil : Estimation du risque associé aux activités
sexuelles (disponible sur www.msss.gouv.qc.ca/ITSS)
6
Groupe de travail: sous-comité
 Marc Steben, (président CITSS) INSPQ
 Marie-Claude Drouin, (coordo CITSS) INSPQ
 Mariève Talbot-Savignac, (coordo CITSS) INSPQ
 Jean-Guy Baril, Comité consultatif sur la prise en charge
des PVVIH
clinique
 Cécile Tremblay, Directrice scientifique, LSPQ, INSPQ
 Claude Laberge, SLITSS
 Françoise Gendron, DSP Estrie
 Robert Gervais, (ASPC)
 Riyas Fadel (SLITSS),
 Avec la collaboration de Alain Demers et Dana Paquette (ASPC)
7
Méthodologie
 Revue de littérature
 Évaluation des données probantes : critères inspirés du US
Preventive Service Task Force et du Comité consultatif sur la
prise en charge clinique des personnes vivant avec le VIH
 Utilisation des niveaux de risque de transmission de l’outil
Estimation du risque.
 Rencontres avec le sous-comité d’experts pour l’évaluation de
la littérature et la rédaction du rapport
Adoption du rapport le 11 novembre 2013 par le CITSS
8
Principaux constats de la littérature
 Forte corrélation entre la charge virale plasmatique et celle
présente dans les sécrétions génitales et rectales
 Plusieurs facteurs qui influencent la charge virale
 Réduction du risque de transmission si charge virale>1500
copies/ml ou indétectable chez les couples hétérosexuels
 Plusieurs limites à l’extrapolation des données:
 Études uniquement auprès des couples hétérosexuels
 Absence de données pour les relations anales
 Fréquence variable de l’usage du condom dans les études
9
Niveaux de risque
 Aucun
 Négligeable ou très faible
 Faible
 Élevé
10
Aucun risque
 À notre connaissance, aucune pratique de cette catégorie ne
présentant pas d’évidence de risque n’a entraîné une
infection par le VIH.
 Il n’y a pas de potentiel de transmission, puisque les
conditions de base ne sont pas réunies :
 source d’infection,
 voie de transmission,
 hôte sensible à l’infection,
 voie de pénétration jusqu’aux cellules que le VIH cible
 quantité de virus suffisante pour la transmission.
11
Risque négligeable ou très faible
 Cette catégorie ne signifie pas une absence de risque.
 Toutes les activités de cette catégorie comportent un potentiel
de transmission du VIH.
 Le risque de transmission est lié à l’échange de liquide
organique (sperme, liquide pré-éjaculatoire, sécrétions
vaginales, sang ou lait maternel).
 Cependant, la faible quantité de liquides organiques ou de
virus ainsi que le médium d’échange semblent permettre de
limiter grandement le risque de transmission.
12
Risque faible
 Toutes les activités de cette catégorie comportent un potentiel
de transmission du VIH.
 Le risque de transmission est lié à l’échange de liquide
organique (sperme, liquide pré-éjaculatoire, sécrétions
vaginales, sang ou lait maternel).
 Des cas d’infection ont été attribués à ces activités
généralement dans des études de cas ou des rapports
anecdotiques et dans des conditions bien définies.
13
Risque élevé
 Toutes les activités de cette catégorie comportent un potentiel
élevé de transmission du VIH.
 Le risque de transmission est lié à l’échange de liquide
organique (sperme, liquide pré-éjaculatoire, sécrétions
vaginales, sang ou lait maternel).
 Un nombre important d’études scientifiques ont démontré, à
maintes reprises, un lien entre ces activités et l’infection par le
VIH.
 Même dans les cas où le mécanisme précis de transmission
n’est pas encore tout à fait compris, les études permettent de
conclure que les activités comportent un risque élevé
14
Consensus d’experts
15
Consensus d’experts (1)
Seuil de détection de la charge virale:
 Peut varier en fonction de la sensibilité des trousses utilisées
 Le présent consensus d’experts établit qu’une charge
virale indétectable est atteinte lorsqu’elle est inférieure à 40
copies/ml et que celle-ci est maintenue dans le temps sur
une période d’au moins 6 mois, sur 2 mesures
consécutives.
16
Consensus d’experts (2)
Le consensus conclut qu’en présence d’une charge virale
indétectable:
 Le risque de transmission lors des relations sexuelles vaginales
non protégées par un condom passe d’un niveau élevé à un
niveau négligeable ou très faible
 Les relations sexuelles orales pourraient aussi passer à un niveau
de risque négligeable ou très faible
 Les relations sexuelles anales insertives et les relations
sexuelles anales réceptives, pourraient aussi passer à un niveau de
risque négligeable ou très faible
Ces 3 éléments du consensus d’experts s’appliquent uniquement
lorsque les 6 conditions suivantes sont respectées
17
Les 6 conditions essentielles (1)
1) la charge virale de la personne vivant avec le VIH (PVVIH)
est indétectable par les trousses de laboratoire actuellement
en usage au Québec et est maintenue indétectable pendant
au moins six mois, sur deux mesures consécutives, grâce à
une thérapie antirétrovirale;
2) la PVVIH adhère aux traitements dans une proportion de
95 % et plus;
3) la PVVIH est en relation stable et exclusive avec son ou sa
partenaire;
18
Les 6 conditions essentielles (2)
4) aucun des partenaires ne souffre d’une autre infection
transmissible sexuellement et par le sang (ITSS);
5) les deux partenaires sont soumis à un suivi médical
intensif (tous les 3 ou 4 mois) comportant une mesure de la
charge virale de la PVVIH, un dépistage des ITSS chez
chacun des partenaires ainsi qu’un test de dépistage du VIH
pour le partenaire séronégatif;
6) les deux partenaires profitent d’un counseling régulier et
approprié.
*Inclus : des informations sur les conditions, la réduction des risques dont l’utilisation
adéquate du condom.
*Pour toute PVVIH: le counseling doit inclure d’autres éléments dont la sensibilisation aux
aspects légaux, la contraception et l’immunisation.
19
Charge virale vs condom
 La charge virale indétectable et le condom sont deux
stratégies
de
prévention
efficaces
présentant
d’importantes différences au niveau de leur mode de
fonctionnement.
 Il n’existe actuellement aucun consensus déterminant la
supériorité de l’une ou l’autre des deux stratégies.
20
Messages clés : Médecins traitants
 Prendre connaissance de l’ensemble des conditions
énumérées dans le consensus d’experts afin d’être en mesure
de soutenir les PVVIH et leurs partenaires qui souhaitent
adopter des pratiques sécuritaires et réduire le risque de
transmission du VIH lorsque la charge virale est indétectable.
 Offrir un suivi médical et un counseling approprié et
régulier aux deux partenaires
 Surveillez la mise à jour des outils et des guides du MSSS
destinés aux cliniciens et autres professionnels de la santé et
des services sociaux.
21
Messages clés : Intervenants du réseau de
la santé
 Prendre connaissance de l’ensemble des conditions
énumérées dans le consensus d’experts afin d’être en mesure
de soutenir les PVVIH et leurs partenaires qui souhaitent
adopter des pratiques sécuritaires et réduire le risque de
transmission du VIH lorsque la charge virale est indétectable.
 Souligner aux PVVIH qu’un suivi médical et un counseling
approprié et régulier aux deux partenaires font partie des
conditions émises dans le consensus d’experts
22
Messages clés : PVVIH
 Les conditions associées à une réduction du risque de
transmission du VIH lorsque la charge virale est indétectable
sont essentielles.
 Votre médecin traitant ainsi que les intervenants de la santé
et des services sociaux peuvent vous soutenir, ainsi que votre
partenaire dans l’adoption ou le maintien de pratiques
sécuritaires.
 Un suivi médical et un counseling approprié et régulier
pour les deux partenaires font partie des conditions émises
dans le consensus d’experts.
23
Messages clés : POUR TOUS
Même si toutes les conditions
sont réunies, le risque zéro ne
peut être garanti
24
MERCI !!
Période de
questions

similar documents