VULNERABILITE DES SYSTEMES NATURELS ET

Report
Projet de thèse
VULNERABILITE DES SYSTEMES NATURELS ET
HUMAINS AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES
DANS LE CONTEXTE URBAIN : STATEGIES
D’ADAPTATION AUX INONDATIONS DANS LA VILLE
DE OUAGADOUGOU (BURKINA FASO)
Encadreur
Professeur Samuel YONKEU
Enseignant chercheur
Etudiant
Saïdou BANI SAMARI
Contexte
 Etude réalisée dans le cadre du projet CLUVA (Climate
Change and UrbansVulnérabilities in African Cities)
 C’est un projet de recherche pour réduire la
vulnérabilité des villes africaines face aux effets des
changements climatiques.
 Il concerne cinq villes du continent dont Ouagadougou
(Burkina Faso), Saint-Louis (Sénégal), Douala
(Cameroun), Addis-Abeba (Ethiopie) et Dar-Es-Salaam
en Tanzanie.
Problématique et justification du thème.
 Les changements climatiques
au Burkina sont devenus une
réalité avec de graves répercussions sur l'homme et la nature;
 La vulnérabilité des hommes et de la nature aux changements
climatiques est de plus en plus grande à cause de la
multiplication des catastrophes naturelles dont les plus
récentes sont :
 Les sécheresses (1973, 1984, 1991,1994, 1998, 2004) ;
 Les inondations (1988, 1992, 1994,2006, 2007, 2009, 2010) ;
 Les ravageurs des cultures (invasions acridiennes en 1985-89,
2004,)
 Les épidémies (Paludisme endémiques, fièvre jaune, rougeole,
choléra en 2005, méningite en 2006 et 2007).
Problématique et justification du thème.
Vu ces catastrophes nous avons trouvé pour le
Burkina Faso la nécessité
 d’évaluer de façon systématique les risques
climatiques ;
 D’évaluer le degré de sa vulnérabilité;
 De proposer en conséquence, des mesures et
stratégies d’adaptation appropriées et,
 D’intégrer ces mesures dans le cadre des
politiques, plans et projets de développement.
Objectif Général :
 Contribuer à l’élaboration des stratégies
d'adaptation des systèmes naturels et
humains aux risques des effets du
changement climatique (inondations) et les
intégrer dans les politiques de
développement
de
la
ville
de
Ouagadougou.
Objectifs Spécifiques:
 Analyser la variabilité climatique (séries chronologiques sur environs
30 à 40 ans) dans la ville de Ouagadougou.
 Comprendre le Fonctionnement et la dynamique des systèmes
naturels et humains dans la ville de Ouagadougou en relation avec la
situation du changement climatique (perturbations de la pluviométrie,
élévation des températures).
 Évaluer les risques et la vulnérabilité des systèmes naturels et humains
aux effets du changement climatique (inondations).
 Développer avec les différentes parties prenantes les stratégies
pouvant permettre l’adaptation possible ou la résilience des systèmes
au phénomène du changement climatique (inondations).
Hypothèses :
 La variabilité et les limites de la prévisibilité
des facteurs climatiques dans le temps et dans
l’espace sont les principales causes des effets
des inondations sur les systèmes naturels et
humains
 L’insuffisance
et le mauvais état des
équipements sanitaires couplés à l’installation
anarchique des populations sur les terres
provoquent les inondations.
Hypothèses
 La vulnérabilité aux changements climatiques est le
résultat d’une faible perception des relations entre les
pratiques sociales des populations et les risques liés aux
changements climatiques.
 Les connaissances sur les enjeux des changements
climatiques pour la ville de Ouagadougou facilitent
l’élaboration des stratégies d’adaptation.
Questions de recherche :
 Quels sont les manifestations des effets du changement
climatique (inondations) et les secteurs les plus vulnérables
dans la villes de Ouagadougou?
 Quelles sont, pour la ville de Ouagadougou, les facteurs de
vulnérabilité aux changements climatiques (inondations),
comment se manifestent t-ils et comment les appréhender ?
 Quels sont les facteurs et les approches pouvant contribuer à
l’élaboration d’un cadre stratégiques d’adaptation aux
inondations et pour les intégrer dans les plans de
développement futur de la ville de Ouagadougou.
Présentation de la zone d’étude
Ouagadougou se situe
approximativement au
centre du Burkina Faso.
Elle est la plus grande
ville du pays
Sa population est de 14,8
million d'habitants en
2006.
communément appelé
Ouaga
C'est le centre culturel,
économique et
administratif du pays.
220.00
50.00
200.00
45.00
180.00
160.00
40.00
140.00
120.00
 Le climat de la ville est de
type tropical.
 Le mois le plus chaud est
celui d'avril (33°C) ;
35.00
100.00
30.00
80.00
60.00
 les températures peuvent
facilement atteindre 42 °C;
25.00
 La saison pluvieuse
40.00
20.00
20.00
Pluviométrie (Pmm)
Température ( T°c)
commence au mois de juin (
les premières pluies en mai
et parfois en avril)
•Le maximum pluviométrique est enregistré dans le mois
d’août (211mm) ;
•A partir d’octobre-novembre, les pluies se raréfient ;
•la température commence à baisser et
• l’harmattan s’installe avec un vent très sec.
• La ville compte 30 secteurs et 17 villages
pour cinq arrondissements .
• Il est prévu un redécoupage en 55 secteurs
pour 12 arrondissement qui intègrera les
17 villages déjà
absorbés par
l’urbanisation.
Méthodologique et outils de la recherche
 Variables de l’étude
Analyser la variabilité climatique (séries
chronologiques de 30 à 40 ans).
 Collecte
des données pluviométriques et de
températures à la Direction de la Météorologie
Nationale.
 projections pour l’évolution future du climat et leurs
impacts anticipés
 Recueil à travers des entretiens la perception des
populations sur les changements climatiques et leurs
effets.
Sur la base des graphiques des paramètres du climat qui
seront obtenus à l’issu du calcul des valeurs moyennes:
 Caractérisation et analyse du climat de la zone d’étude.
 Appréciation
de l’histoire de l’évolution des
températures et des précipitations moyennes dans le
temps et dans l’espace
 Détermination des années de phénomènes climatiques
extrêmes et les corréler avec les aléas déjà survenus
 Comprendre le Fonctionnement et la dynamique des systèmes
naturels et humains en relation avec les phénomènes du changement
climatique (inondations).
 Caractériser grâce à la revue bibliographique :
 L’environnement physique (le sol, la végétation,
géologie, la topographie, l’hydrographie, etc.).
le relief ,
la
 L’environnement humain (la structure de la population, les ethnies, le
régime foncier et l’occupation des terres, les migrations, les
habitations, les espaces verts, les retenues d’eau, les infrastructures,
etc.).
 L’environnement économique (le transport, l’agriculture et l’élevage
urbain, le commerce, l’artisanat, etc.)
 L’environnement juridiques et réglementaires (les textes réglementant
l’occupation et l’exploitation de l’espaces urbain, les normes de
construction, les textes sur la gestion des déchets solides et liquides,
etc.)
 Cartographie des UMT basé sur les SIG avec utilisation des
outils comme: fonds de cartes, Google Earth, GPS, BDOT,
BNDT , Arc View + Arc gis.
 la typologie des habitats sur la base des observations directes de
terrain et les entretiens + questionnaires:
On déterminera 3 types de standing avec des indicateurs de
niveau de standing comme : Haut moyen et bas .
Les critères pour l’identification des niveaux de standing seront:
critères d’identification des niveaux de standing
Types d’habitats
Haut standing
Caractéristiques
•L’habitat en ciment sur des parcelles supérieure à 500 m2 en zone lotie
•Électricité existante
•Raccordées au réseau d’eau potable,
•Fosses septiques existant .
•L’habitat est en ciment sur des parcelles variant entre 300 et 500 m2 en
zone lotie.
Moyen standing •équipées de courant électrique
•L’AEP pour la plupart est à partir des bornes fontaines.
• Les fosses étanches et les latrines traditionnelles sont les principales
installations d’assainissement.
bas standing
•L’Habitat est en banco et situés dans les secteurs périphériques non lotis
sur des superficies inférieures à 300 m2.
•L’électricité est absente
•L’AEP est assuré par: revendeurs, puits traditionnels ou marigot
•L’assainissement est inexistant et la défécation est en plein air.
Évaluer les risques d’exposition des systèmes naturels et humains
aux phénomènes du changement climatique (inondations
 L’atteinte de cet objectif se basera sur la définition scientifique du risque
qui est : Risque = alea * vulnérabilité.
 Ici, il s’agira d’une manière génale de la Prise en compte des facteurs de
vulnérabilité des UMT aux risques d’inondations.
 Dans une première étape on va déterminer et caractériser les aléas
responsables des inondations. Cette étape aboutira à une carte de
classification des zones d’aléas selon leur niveau d’exposition(zones à aléa
fort moyen et faible).
 Les données à utiliser seront celles des facteurs physiques et les facteurs
écologiques du milieux
 Dans une seconde étape il s’agira d’évaluer la vulnérabilité du système
humain au risque d’inondation : c'est-à-dire la vulnérabilité des lieux
habités ou utilisés par l’homme.
 Cette vulnérabilité prend donc en compte les facteurs liés à l’occupation
anthropique des sols (Habitats, infrastructures, les zones d’agriculture
urbaine, etc.) .
 Cette étape aboutira à une carte de classification des zones vulnérables
selon leur niveau de vulnérabilité (zones à vulnérabilités fortes moyennes
et faibles).
 Enfin dans la dernière étape qui est celle de l’évaluation du risque on
croisera les aléas et les vulnérabilités pour obtenir une carte des zones à
risques .
 C’est cette carte qui permettra de définir les règles d’urbanisme.
 se baser sur la fréquence des inondations passées ;
 prendre en compte les prévisions faites par les GIEC (Groupe d’expert
intergouvernemental sur l’évolution du climat ) à l’horizon 2025 ou 2050.
 Enumérer les facteurs du risque d’inondation .
 Intégrer
tous ces paramètres dans un système cohérent afin d’obtenir un
model de prévision des risques d’inondations.
 les logiciels Arc View et Arc Gis seront utilisés pour les traitements
cartographiques. Le modèle numérique de terrain mettra en évidence les
basses altitudes de la ville et permettra d’identifier les zones les plus sensibles
aux inondations. Cette technique est celle dite analyse spatiale.
 L’analyse hiérarchique multicritère pour la classification des paramètre par
degré d’importance ne sera pas occulté.
Développer avec les différentes parties prenantes les
stratégies pouvant permettre l’adaptation possible ou la
résilience au phénomène du changement climatique
(inondations).
 Se baser sur la documentation et faire une analyse
critique des mesures d’adaptations déjà proposées
et appliquées pour les catastrophes naturelles
passées.
 Se baser en suite sur les perceptions de la
population par
climatiques .
rapport
aux
changements
 Examiner les politiques et stratégies nationales en
matière d’adaptation aux changements climatiques.
 Prendre en compte les nouvelles connaissances
générées par notre étude pour enfin proposer de
nouvelles stratégies d’adaptation et de lutte en
matière des changements climatiques
Je vous remercie !

similar documents