LES GOITRES

Report
LES GOITRES
Définition
Le goitre se définit comme une augmentation
du volume de l’ensemble de la thyroïde.
Un goitre simple est une hypertrophie de la
thyroïde, de nature bénigne, non
inflammatoire, sans dysthyroidie.
Epidémiologie
Il s’agit d’une affection très fréquente et le
goitre « simple » est la pathologie
endocrinienne la plus répandue dans le
monde. On estime les personnes atteintes de
goitre « simple » à 800 millions.
Le goitre « simple » existe de façon
endémique dans certains pays
essentiellement dans les régions
montagneuses.
Le diagnostic de goitre
I.
Le diagnostic clinique:
Le diagnostic est facile, si le goitre est franc et la thyroïde
est palpable.
L’examen clinique peut être difficile chez les personnes
obèses.
En cas de goitre de volume important le malade peut se
plaindre de:
- gène cervicale.
- Trouble de la déglutition
- Des modifications de la voix
- Dyspnée d’effort (compression et refoulement de la
trachée).
II. Les examens complémentaires:
1. L’échographie: Elle permet d’affirmer le diagnostic.
Elle précise la nature de l’hypertrophie
thyroïdienne:
- Goitre homogène
- Ou goitre nodulaire.
- Présence de kystes etc.
2. La scintigraphie thyroïdienne: elle est utile en
cas de Hyperthyroïdie: fixation diffuse (Basedow) ou
au niveau d’un ou de plusieurs nodules).
3. Radiographie du thorax : en cas de goitre
plongeant.
4. Bilan biologique:
On doit demander un bilan hormonal
thyroïdien TSH, T3, T4 etc.
5. Bilan cardio-vasculaire avec examen clinique
complet et électrocardiogramme.
6. Un examen ORL complet est indispensable.
Diagnostic étiologique des goitres
1. Maladie de Basedow:
Il s’agit d’un goitre
 homogène
 vasculaire (souffle è l’auscultation et un
« thrill » à la palpation du goitre
 S’accompagne de signes d’hyperthyroïdie
 Tachycardie
 Tremblements
 Exophtalmie
 Hypersudation
 Troubles du transit (diarrhée)
 Troubles des règles
 Le diagnostic repose sur le dosage
hormonal (T3 et T4 augmentés et TSH
diminué)
2. Les goitres avec hypothyroïdie: Il s’agit en
général de femmes qui présentent
 Un myxœdème avec un visage bouffi, rides et
plis effacés. Le tout donne un aspect « lunaire
massif et inexpressif ».
 Asthénie physique qui limite le mouvement,
psychique.
 Frilosité, anorexie et constipation
 Bradycardie , et à l’ECG micro voltage. la
radiographie pulmonaire montre une
cardiomégalie.
3. Thyroïdite ( Thyroïdite d’Hashimoto): Dans ce
cas le goitre est diffus, ferme, bosselé.
Ce goitre, généralement euthyroidien, peut
s’accompagner de signes d’hypothyroïdie.
C’est une maladie auto-immune.
Le bilan biologique retrouve des signes
d’inflammation et le diagnostic repose sur la
mise en évidence d’anticorps anti-thyroïde.
4. Goitre tumoral: il s’agit généralement d’un
goitre dur, nodulaire qui ne s’accompagne
pas de dysthyroidie.
L’examen clinique peut retrouver des signes
de compression ( dysphonie, dysphagie ou
dyspnée).
Le diagnostic est confirmé par la biopsie de la
thyroïde.
5. Les goitres simples:
Il s’agit d’un goitre qui ne s’associe pas avec une
pathologie thyroïdienne.
Il est du à une carence en iode.
En cas de carence en iode, la glande thyroïde va
s’hypertrophier pour essayer d’assurer la
persistance d’une synthèse hormonal de T3 et
T4.
Cette affection sévit à l’état endémiques dans de
nombreuses zones du Globe.
Au Maroc, une enquête de 1993 a montré:
- 22 % chez les enfants de 6 à 12 ans ont un
goitre.
- 63 % des enfants ont une carence en iode
En 2001, le cout des conséquences de la
carence en iode a été estimé à 3,7 milliard Dh.
Le goitre commence a apparaitre vers
l’adolescence. Il touche plus de femmes que
d’hommes.
Il s’agit d’un goitre diffus, homogène.
Il peut régresser, rester stable ou se compliquer
vers:
- Goitre multi-nodulaire
- Goitre compressif: avec apparition de
dyspnée inspiratoire, dysphonie et dysphagie.
- Cancer thyroïdien.
Le traitement des goitres simples:
 Traitement préventif: Il repose sur la
prévention de la carence iodée par l’iodation
du sel.
 Le traitement des complications:


similar documents