Module 6 - REDD - Global Climate Change Alliance

Report
Programme Intra-ACP de
l’Alliance Mondiale contre le
changement climatique (AMCC)
Module de formation
Financement du changement climatique
Module 06 – Introduction à la REDD
Mme Isabelle Mamaty
Experte Senior
Climate Support Facility
Une initiative du groupe des pays ACP financée par l’Union Européenne
Sommaire du module
 Concept de la REDD dans les négociations
internationales
 Les défis de la mise en œuvre de la REDD
 Les ressources financières de la REDD
2
Rôle des forêts dans le
changement climatique
 Forêts sont les causes du changement climatique à
travers la déforestation et des sources et puits des GES
 Destruction de foret et changement d’utilisation des
terres représentent 24% des émissions de GES et de la
perte de diversité
 Forêts constituent un stockage naturel (séquestration
naturelle) de CO2
 Activités réduisant la déforestation sont des façons
rentables de réduire les émissions de GES
3
La Forêt dans les négociations
internationales
 Les émissions liées à la foresterie (et à l'utilisation des
sols) n'ont pas été incluses au départ dans le Protocole
de Kyoto
 CdP 11 - Montréal en 2005: première discussion
 CdP 13 - feuille de route de Bali en 2007: accord sur une
décision de réduire les émissions à partir de la
déforestation au cours du CdP15
 CdP 15 Copenhague: Accord 2009
 Cancun 2010: reconnaissance sur le besoin d’arrêter (et
pas seulement de réduire) la déforestation
 Prochaine CdP 2012: thème toujours en discussion
4
Evolution du concept
REDD
 Idée de base est de créer une valeur financière pour le carbone stocké
dans les forêts
 RED= Réduction des émissions liées à la déforestation (Montréal et
Nairobi 2005-2006)
 REDD= Réduction des émissions liées à la déforestation et la
dégradation des forêts (Bali, 2007)
 REDD+= REDD + Conservation des forêts + gestion durable des
forêts + augmentation des stocks de carbone des forêts (Bali &
Poznań 2007- 2008)
 REDD++ = REDD+ + changement d’utilisation des terres pour des
activités agricoles
 « Préparation » à la REDD = efforts faits par un pays avec le soutien
des initiatives multilatérales ou bilatérales pour renforcer ses capacités
en vue d’être prêt pour le mécanisme REDD+ (Copenhague, 2009)
5
REDD : principaux défis






Niveau de référence
Fuites
Permanence
Mesures de sauvegarde
Gouvernance
Quantification, Notification, Vérification (QNV),
MRV en anglais
 Financement
Niveaux de références
 Les niveaux de référence soulèvent la question de
quand ( et comment) commencer la comptabilisation
des réductions d’émission ?
 Il n’ a pas d’accord sur la formule d’établissement des
niveaux de référence:
o Référence historique: taux de déforestation et de dégradation et
les émissions de CO2 qui en résultent aux cours des années
passés
o Scénario du statu quo: comment les émissions provenant de la
déforestation et de la dégradation pourraient évoluer sans
l’activité REDD
o Un niveau d’octroi de crédit (ex. un quota d’émissions)
7
Fuite
 Fuite est le phénomène par lequel les efforts de réduction
dans un endroit se déplacent dans un autre endroit ou
secteur où les émissions ne sont pas comptés ou peut être
même incontrôlées;
 De nombreux point sont en considération pour l’évaluation
de la fuite à savoir:
 Contrôler les impacts à l’intérieur et en dehors des périmètres du
projet
 Attribuer des fuites liées au marché (estimation internationale des
fuites)
 Echelle national vs. échelle de projet : quels sont les grandeurs des
risques de fuite ?
8
Permanence
 Permanence concerne généralement le degré jusqu’au la
forêt peut stocker le carbone de manière permanente;
 Les différentes manières de traiter ce problème de
permanence sont les suivantes :
 Sous le MDP, le problème est actuellement résolu par l’utilisation
de crédits temporaires (t)CER), qui doivent être remplacées a la
fin de la période certifiée: ce qui rend les crédits carbone liées à
l’utilisation des terres comparativement moins attractifs que les
autres
 la Mise en oeuvre conjointe et de nombreux instruments
volontaires n’utilisent pas le concept de t-CER mais règle le
problème de permanence par une assurance ou exigent de
mettre de côté un montant de crédits permanents
9
Mesures de sauvegarde
(1)
 7 sauvegardes ont été listés sous l’accord de Cancun
pour la mise en oeuvre de REDD+
o Conformité entre les programmes forestiers existants et
l’accord international
o Structures nationales de gouvernance forestière transparentes
et efficaces;
o Respect des connaissance et des droits de peuples indigènes
et des communautés locales ;
o Pleine participation effective des acteurs concernés;
o Protection des forêts naturelles et de la biodiversité;
o Prise en compte de risques de détournement (‘permanence’);
o Et prise en compte de risque de déplacement (‘fuite’)
10
Mesures de sauvegarde
(2)
 De nouvelles politiques et approches ont été ou sont en
train de se développées dans des institutions telles que
le fonds de partenariat forestier , FEM, UN-REDD
basées sur les politiques de la Banque Mondiale
 Cependant, il y a un besoin d’harmoniser et de renforcer
les normes sur la base de :
o Une protection effective des connaissances et des droits, ainsi que des
avantages clairs des peuples indigènes et des communautés locales et
la mise en oeuvre du principe de consentement libre et éclairé (FPIC en
anglais);
o Protection des forêts naturelles et de la biodiversité
o Progrès mesurable d’une gouvernance transparente et efficace
o Conformité avec les accords et les conventions internationaux
concernés
11
Gouvernance
 La gouvernance soulève la question suivante: “comment s’assurer que
REDD n’a pas d’effet négatif sur les droits et les moyens de subsistance
des peuples qui forêts dans et autour des forêts, particulièrement dans
les états avec des structures de gouvernance faibles?
 Une gouvernance saine est hautement liée à la mise en oeuvre réussie
des mesures de sauvegarde
 Des lignes directrices et des cadre de contrôle de la gouvernance ont été
développés par plusieurs institutions telles que la Banque Mondiale, la
FAO, UN-REDD mais il est nécessaire d’harmoniser les politiques et les
indicateurs communs
 Les expériences d’autres initiatives peuvent être utilises:
o Le processus FLEGT de l’Union Européenne a développé une expertise dans le
renforcement et l’évaluation de la gouvernance forestière et la promotion des
approches participatives
o World Resources Institute a développé des indicateurs de contrôle et d’évaluation
de la gouvernance forestière
12
Quantifier, notifier et vérifier
(QNV) (1)

QNV soulève les questions suivantes :
o Comment mesurer, notifier et vérifier les réductions d’émissions liées aux forêts? Cela
est particulièrement difficile de mesurer les réductions à partir de la dégradation des
forêts.
o Quels sont les mécanismes nécessaires – et à qui appartiendra-t-il de les mettre en
œuvre ? – pour mesurer l’évolution des taux de déforestation, des fuites, de la
permanence, etc. ? Et, de la même façon, comment et qui suivra la mise en place des
protections et de l’impact sur la gouvernance ?

Les émissions de carbone liées à déforestation et à la dégradation sont estimées
à partir de deux variables importantes: (i) la surface de déforestation et de
dégradation; (ii) les densité de stock de carbone par unité de surface ce qui
nécessité de :
o Utiliser des technologies de télédétection combinée à des mesures sur le terrain
o Etablir des inventaires forestiers

Contraintes dans les pays en développement:
o Disponibilité limitée des équipement technique et du savoir faire
o Connaissance limitée des stocks de carbone contenus dans les forêts
alternatives et les usages forestières
Financement
 Eliasch Review a estimé que $17–33 milliard de dollars par an était
nécessaire jusqu’en 2030 pour réduire de moitie les émissions du
secteur forestier
 l’hypothèse générale est qu’un financement de cet ampleur ne peut être
généré que si l’on inclut les crédits carbone forestier dans un schéma
d’échange global de carbone, en donnant ainsi l’occasion aux
entreprises ( ou pays) de compenser leurs propres émissions en
achetant (moins cher) des crédits pour des réductions d’émission de
carbone forestier
 Il est virtuellement impossible qu’un marché global de carbone forestier
voit le jour avant la mise en place d’un accord global sur le climat
 les marchés de carbone forestier sont actuellement en place, cependant
un mélange de systèmes nationaux et volontaires se mettent de plus en
plus en place avec une estimation de 178 millions de dollars
d’activités REDD + en 2010
14
Mise en oeuvre de REDD +
 Le but de REDD + est de mettre en place un programme
national qui traite du programme des émissions du
secteur forestier dans son ensemble, minimisant ainsi le
risque de fuite
 cependant, il y a plusieurs cas où il sera plus pratique de
commencer REDD+ seulement dans une partie du pays
(actions sous-nationales) comme stratégie intérimaire.
 Compte tenu de la complexité de développer les
programmes afin de gérer le secteur forestier d’un pays
dans son ensemble, une approche de 3 phases a été
codifiée lors de la Conférence CNUCC de Cancun
15
Différentes étapes de mise en œuvre de
REDD proposées à Cancun
 Approche en trois phases décidée à Cancun :
o Phase 1: ‘développement des stratégies nationales ou des plans d’action,
politiques et des mesures, et renforcement des capacités’ (‘préparation à la
REDD’)
o Phase 2: mise en œuvre de la stratégie, y compris plus de renforcement des
capacités, des tests QNV (Quantification, Notification, Vérification), des
paiements pour des ‘activités de démonstration basées sur les résultats’
o Phase 3: programme pleinement mise en œuvre avec un système de
rémunération à la performance
 Les pays peuvent commencer à tout moment le long du processus
 Les étapes doivent inclure des consultations avec les c-acteurs locaux
et nationaux et pourraient nécessiter d’autres mesures telles que la
clarification des droits fonciers, forestiers et de carbone.
 Toutes les étapes vont vraisemblablement nécessiter du renforcement
de capacités institutionnelles, techniques et humaines
16
Sources de financement
de la REDD
 Une multitude d’initiatives multilatérales et
bilatérales ont été établies pour financer des
activités REDD, essentiellement pour les
financement des activités de préparation à la
REDD
17
Principales Initiatives
Multilatérales
 Fonds de partenariat pour le carbone forestier (FPCF) :
fonds à la préparation et fonds carbone
 Programme d’investissement Forestier de la Banque Mondiale (FIP)
 Programme UN-REDD (FAO, PNUD, PNUE)
 Fonds pour les forêts du bassin du Congo (FBC)
 Fonds de l'Amazonie
 Fonds fiduciaire de changement climatique d’Indonésie
 Fonds mondial pour l’environnement
18
Principales initiatives
bilatérales
 Initiative Internationale de l’Australie pour le
carbone forestier
 Initiative internationale de la Norvège pour la forêt
et le climat (également principal bailleur du fonds
pour l’Amazonie, et UN-REDD)
 Autres fonds pas seult. REDD+, y compris
l’Initiative internationale pour le climat et le fonds
international pour le climat du Royaume Uni
19
REDD in pratique (1): résultats
des études d’évaluation
 Le nombre d’évaluation et d’études comparatives sur les initiatives
REDD arrivent aux conclusions suivantes:
 Prolifération d’initiatives et de fonds
 Manque de coordination entre les initiatives multilatérales
 Long délais et procédures compliquées entrainant des taux de
déboursement faibles pour la majorité de ces fonds
 Difficulté à développer l’approche en trois phases de Cancun: en
particulier il y a une grande divergence d’opinion sur la moment où
un pays est “prêt”
 Les mesures de sauvegardes et de gouvernance: améliorer les
normes de gouvernance forestière doit être considérée comme un
processus impliquant tous les acteurs
20
REDD en pratique (2): résultats
des études d’évaluation
 Engagement des acteurs: difficulté au niveau national dans
l’identification et la coordination des représentants de la
société civile et de la communauté forestière sur le terrain
 Transfer de connaissance: les pays bénéficiaires ont
exprimé leurs difficultés à identifier les source d’information
fiables et à jour
 Faible engagement du secteur privé
 Appropriation nationale: appropriation limitée du processus
REDD+ à une très petite part de personnel dans des
ministères particuliers dans la plupart des pays en
développement
21
REDD en pratique (3):
résumé du financement
 Toutes les sources de financement REDD+ de
2008- novembre 2011 représentent 13% du
montant total de financement des activités climat
avec 446 million approuvé et 252 million de dollars
déboursé (soit un taux de déboursement de 56,5%)
 Les recommandations de Eliasch Review :
o ‘Préparation à la REDD’ 4 milliards de dollars sur 5 ans
pour 40 pays forestiers ( soit 20 mi $/ pays / an)
o 17–33 milliards de $/an jusqu’en 2030 pour un
mécanisme complet de REDD+ aboutissant à 50% de
réduction de la déforestation
22
REDD en pratique (4) :
initiatives multilatérales ($m)
23
REDD en pratique (5) :
Répartition géographique ($m)
Région
approuvé
déboursé
Asie
94
88
– Principal bénéficiaire : Indonésie
42
40 (95%)
Amérique Latine
– Principal bénéficiaire : Brésil / Fonds
Amazonien
178
73 (41%)
143
49 (34%)
Afrique subsaharienne
119
47 (39.5%)
– Principal bénéficiaire: RDC
66
16 (24%)
24
REDD en pratique (6) :
manque de Coordination
 Manque de coordination entre les différentes initiatives
multilatérales en terme de communication et de
développement des approches communes sur :
o Sauvegardes
o QNV
o Processus administratifs
 Efforts de coordination sont fait cependant tels que :
o Mis en place de partenariat REDD + en 2010 sous forme d’une plateforme
globale en vue d’améliorer l’efficacité, efficience , la transparence te la
coordination des initiatives et instruments financiers de REDD + ( ex. base
de données volontaire REDD)
o FCPF et UN-REDD partagent le même document de candidature mais
suivent toujours différents processus dans de nombreux cas
25
REDD en pratique (7) :
Instrument de marché
 Projets forestiers sous MDP
o Les projets sont limités aux activités liées au boisement et au reboisement
, REDD n’est pas éligible
o Les unités de crédits sont limités dans le temps due aux préoccupations
liées à la durabilité des forêts, et étant donné que le bois finit toujours par
pourrir et par rejeter du carbone dans l’atmosphère, les unités (URCE)
o Moins de 1% de projets MDP
 La plupart des crédits MDP ont été générés ( et achetés) par des
projets proposés par BiocarbonFund (initiative public-privé)
o Projets forestiers sur le marché volontaire de carbone
o Les projets REDD représentaient le volume le plus élevé de projets en
2010 avec 29%
o Les méthodologies REDD existent
o Les normes spécifiques-forêts ont représenté plus de 1/3 des normes
actives en 2010
26
Brève présentation des principales
initiatives multilatérales
27
Fonds de Partenariat pour le Carbone Forestier
(FPCF)
28
Fonds de Partenariat pour le
Carbone Forestier (FPCF)
 Programme de la Banque Mondiale, opérationnel en 2008
 FPCF a un double objectif
o Fonds à la préparation – renforcement des capacités pour REDD +
dans les ays en développement
o Fonds carbone: FPCF a pour but de tester un programme pilote de
paiements incitatifs basé sur la performance dans un petit nombre
de pays
 37 PED forestiers participent au FPCF
 11 pays candidats
 Comité des participants: principal organe de prise de
décision: 14 bailleurs, 14 REDD+ pays, observateurs
29
Fonds Carbone Forestier Fonds à la préparation
 Principale activité : Préparation à la REDD +
 Eligibilité :
o Membre de la Banque Internationale de
reconstruction et de Développement (BIRD) et
l’Association Internationale de Développement (AID)
o Se trouvant dans les régions tropicales /soustropicales
o Zone forestière significative/stock de carbone
o Importance de la foret dans l’économie
o Projet de déforestation en cours
30
Fonds à la préparation :
activités
 FPCF fond de préparation aide les pays
participants à :
o Développer des scénarios de référence pour REDD +
o Adopter une stratégie nationale REDD+ qui réduise les
émissions, conserve la biodiversité et augmente le bien
être des peuples indigènes et autres habitants
dépendants de la forêt
o Développer et mettre en œuvre des mesures sures et
des systèmes QNV capables de reporter les émissions
à partir de la déforestation et de la dégradation des
forêts.
31
FPCF – fonds de préparation
Processus de candidature - étape 1
 Etape 1 - Note d’idée de plan de préparation (R-PIN)
comprend :
o Information de base sur la forêt, la déforestation, les politiques en
cours
o Le potentiel pour plus de programmes: gouvernance forestière,
propriété foncière et régulations des changements d’utilisation des
terres, renforcement des capacités institutionnelles pour la REDD+
o Autres politiques transversales pertinentes: réduction de la pauvreté,
agriculture
o Processus de consultation des acteurs
o Défis de la mise en oeuvre
o Potentiel de systèmes de vérification et de mise en oeuvre
o Plan et budget prévisionnel
32
Etape 2- Proposition de
Préparation (R-PP) (21)
Document type
 Composante 1 : Organiser et consulter
o 1a. Accords nationaux de gestion de la préparation.
o 1b. Consultation et participation des partenaires.
 Composante 2 : Élaborer la stratégie REDD
o 2a. Évaluation de l’utilisation des sols, de la politique et de l’administration de la
foresterie.
o 2b. Options de la stratégie REDD.
o 2c. Accord de mise en œuvre de REDD.
o 2d. Impacts sociaux et environnementaux.




Composante 3 : Élaborer un scénario de référence
Composante 4 : Élaborer un système de surveillance
Composante 5 : Calendrier et budget
Composante 6 : Élaborer un système de suivi et d’évaluation du
programme
33
Proposition de préparation Etape 3
 Élaborer de document relatifs à la préparation (R-Package) lorsque la
plupart des activités proposées dans le R-PP ont été mises en œuvre
 Le « R-Package » vise à faire passer le pays dans la phase 2 de REDD+
(càd Mise en oeuvre de la stratégie, y compris renforcement des
capacités, QNV, paiement des activités basés sur des résultats ‘
approche de en 3 phases de Cancun)
 « R-Package » vise à englober l’ensemble complet d’activités réalisées
dans le contexte de la préparation, et non pas seulement celles qui sont
financées par le PCPF
 R-PP n’ont pas été exclusivement financés par le FCPF
 Cependant, dans le contexte du FCPF, l’approbation de ce train de
mesures de préparation est une condition préalable à la participation d’un
pays au Fonds carbone
 Le contenu et l’évaluation du « R-Package » sont toujours en cours
d’élaboration
34
FPCF – Fonds Carbone :
Objectifs
 Opérationnel en mai 2011
 Paiements des réductions vérifiées des
émissions- ex..- une partie de la phase 2 de
REDD+
 A pour but d’augmenter le financement privé –
difficile en absence du marché global de
carbone
35
FPCF – Fonds Carbone :
Sélection
 Environ 5 participants qualifiés initialement, en se basant sur :
o
o
o
o
o
o
Potentiel pour des réductions soutenables des émissions
Echelle de mise en œuvre
Cohérence avec les normes de conformité
Potentiel de générer une valeur d’apprentissage
Mécanismes de partage des bénéfices, soutien d’une large communauté
Consultations transparente avec les acteurs
 $30m-$40m/ pays sur 5 ans
 Procédures de sélection des participants et de déboursement
des fonds en cours de développement
 L’approbation de certain de mesures de préparation (RPackage) est une condition préalable à la participation d’un
pays au Fonds carbone
36
FPCF – Fonds carbone :
Activités
 Intervient dans quatre domaines principaux :
o Politiques et régulations économiques générales ( taxation,
subventions, crédit rural, application de loi)
o Politiques et régulations forestières( taxation, subventions,
certification, régimes de concession, assurer des droits et
propriétés fonciers, loi forestière, gouvernance, zonage, aires
protégées, paiements pour services environnementaux
o Gestion forestière (feux de forte, réduction de l’impact de
l’exploitation du bois, reforestation)
o Développement rural (développement communautaire,
électrification rurale, foresterie communautaire)
37
FPCF – Fonds carbone :
Demande de fonds
 Les propositions de programme sont évaluées d’après les critères suivants :
o Le potentiel de générer des réductions durables et de haute qualité des émissions, ainsi
que des avantages sociaux et environnementaux ;
o L’étendue de la mise en œuvre ;
o La cohérence avec les nouvelles normes de conformité dans le cadre de la CCNUCC et
d’autres régimes ;
o Le potentiel de générer une valeur d’apprentissage pour le PCFP et d’autres
participants .
o Des mécanismes clairs et transparents de partage des bénéfices avec un large soutien
de la communauté ;
o Des consultations des partenaires transparentes.
 Ce processus – toujours en cours – sera similaire au processus décrit pour le
Fonds de préparation, y compris les notes d’idée du programme de réduction
des émissions (ER-PIN) et les documents du programme de réduction des
émissions qui débouchent sur les accords d’achat de réduction des
émissions (ERPA).
38
Programme d’Investissement Forestier (PIF)
39
Programme d’Investissement
Forestier (PIF) : Historique
 Un des fonds d’investissement climat de la
Banque Mondial (CIF)- opérationnel depuis 2009
 But: financement des PED pour des réformes de
préparation à la REDD et des investissements
publics et privés; des sommes plus importantes
que le FCPF
 Fermera si création d’une nouvelle architecture
financière de la CCNUCC
40
Adhésion et
gouvernance du PIF
 Le sous-comité du PIF est le principal organe de
décision :
 6 pays donateurs
 6 pays récipiendaires éligibles
 Observateurs
 8 pays pilotes : Brésil, Burkina-Faso, RDC, Ghana,
Indonésie, Rép. Populaire du Lao, Mexique, Pérou
 3 pays-pilotes potentiels : Philippines, Mozambique,
Népal
41
PIF - demande de
financement
 Les 8 pays pilotes ont été identifiés parmi les 45
expressions d’intérêt
 Les critères de sélection sont les suivants:
o Programme potentiel qui contribue et adhère aux objectifs et
principes du PIF
o La préparation du pays et sa capacité à entreprendre des initiatives
REDD
o La distribution du programme pilote à travers les régions et les
biomes, pour s’assurer qu’il génère des leçons pour développer
d’autres activités
 Cinq plans d’investissement ont été approuvés par le souscomité du PIF pour le Brésil, le Burkina-Faso, RDC, Rép.
Du Laos et le Mexique en 2011
42
UN-REDD
43
UN-REDD : Historique
 Initiative du FAO/PNUD/PNUE, opérationnel depuis 2008
 42 pays partenaires
 16 pays avec des programmes nationaux
44
UN-REDD : Gouvernance
et activités
 Conseil de programme politique : principal organe de
décision
 3 membres permanents au niveau des bailleurs
 3 membres permanents et 6 remplaçants au niveau des
pays récipiendaires
 ONG, les représentants des peuples indigènes, les
agences NU
 Programme global- approches communes, analyses,
méthodologies, outils, données, les meilleures pratiques
 Programmes nationaux disponibles que pour les pays
sélectionnés
45
UN-REDD - Programmes
nationaux
 But : atteindre les résultats suivants
o
o
o
o
Développer et mettre en oeuvre les systèmes de MRV
Systèmes nationaux de gouvernance crédibles et inclusifs
Systèmes de gestion de financement de REDD+ renforcée
Les populations indigènes, les communautés locales, les
organisations de la société civile te les autres acteurs
participent activement
o De nombreux bénéfices liés aux forêts sont promus et
réalisés
o Les stratégies REDD+ et les investissements associés
permettent des transformations vers une économie verte
o La connaissance est développée, gérée, analysée et
partagée
46
UN-REDD : Demande
de Fonds
 Pays partenaire UN-REDD
 Équilibre régional pour l’investissement
 Priorités à :
o Contribution de la UN-REDD au processus national de préparation
o Engagement effectif des agences au niveau du pays
o REDD+ potentiel du pays (couvert forestier, taux annuel de changement,
potentielle importance de la forêt pour les populations pauvres)
o Doit afficher un engagement aux principes de UN-REDD
o Approche de développement basé sur les droits humains
o Engagement des populations indigènes
o Principes et critères sociaux et environnementaux
o Conformité avec les sauvegardes de REDD+ ….
 Soumission du document de programme national: première
revue par le Secrétariat et décision finale par le comité politique
47
Processus de candidature
 Document type des programmes nationaux (même que le
plan de préparation du FCPF):

Composante 1 : Organiser et consulter
o 1a. Accords nationaux de gestion de la préparation.
o 1b. Consultation et participation des partenaires.

Composante 2 : Élaborer la stratégie REDD
o 2a. Évaluation de l’utilisation des sols, de la politique et de l’administration de la
foresterie.
o 2b. Options de la stratégie REDD.
o 2c. Accord de mise en œuvre de REDD.
o 2d. Impacts sociaux et environnementaux.




Composante 3 : Élaborer un scénario de référence
Composante 4 : Élaborer un système de surveillance
Composante 5 : Calendrier et budget
Composante 6 : Élaborer un système de suivi et d’évaluation du programme
48
De la Théorie à la pratique
49
Discussion
 Questions et réponses
 Discussion et échange d’expériences relatives à la
REDD
Êtes vous un partenaires REDD ? Est-ce que
votre pays bénéficie d’un financement
REDD? Si oui, quels sont les besoins en
renforcement des capacités dont votre
organisation a besoin pour agir ?
50
Où trouver l’information ?
 Trouver l’information sur les sites internet de la REDD
(ex. UN-REDD ) - visiter le site internet :
http://www.un-redd.org
Plateforme UNFCC REDD
http://unfccc.int/methods_science/redd/items/4531.php
51
Etudes de cas
 Présentation d’un document de programme
national (UN-REDD) ou un plan de préparation
(FPCF) soumis par un pays.
52
• Merci
• Contact: Dr. Pendo MARO, Secrétariat ACP
[email protected] ou +32 495 281 494
www.gcca.eu/fr/intra-acp

similar documents