COURS DE PSYCHIATRIE

Report
OU BOUFFEE DELIRANTE AIGUE
LA BOUFFEE DELIRANTE AIGUE
 DEFINITION
-La BDA est la forme clinique des psychoses délirantes
aigues ou apparaît brutalement un délire temporaire,
elle se caractérise par l’éclosion brutale d’un délire
riche et incompréhensible
-Le pronostic est bon à long terme mais le diagnostic
est parfois revu au décours, en fonction de l’évolution
CLINIQUE
 Terrain : entre 18 et 25 ans , sans ATCD psy
 Parfois personnalité prémorbide ( schizoïde ou
schizotypique )
 Absence de facteur déclenchant
 Parfois : moments propices au développement d’une BDA:
-période de surmenage ( prof , affectif, scolaire )
-période du post-partum
-fragilité organique : infection, intoxication, traumatisme
crânien ( présence d’éléments confusionnels )
 Début brutal: «coup de tonnerre dans un ciel serein »
LE SYNDROME DELIRANT
 Un syndrome délirant s’analyse en 7 points :
1- Ancienneté
< à 6 mois : épisode délirant aigu ou subaigu
> à 6 mois : délire chronique
2- Mécanismes
Permet la construction du délire, peut être unique ou multiple
-Intuition : idée fausses admises
-Interprétations : explication fausse apportée à une perception exacte
-Hallucinations : 4 types
Psychosensorielles : auditif, olfactif , gustatif, visuel, tactile ou cinesthésique
Psychiques : image ou représentation plus que perceptions ( voix intérieures,
transmission de pensée , impression de vol ou d devinement de la pensée )
Psychomotrices : mots imposés
Automatisme mental : c’est l’automatisation d’une partie de la pensée
3- Thèmes : c’est l’objet du discours
-Persécution/préjudice
-Revendication : quérulent , inventeur, sinistrose
-Mégalomanie
-Influence :sentiment d’être commandé, téléguidé
-Jalousie : idée prévalente d’être trompé
-Erotomanie : conviction délirante d’être aimé
-Mystique, scientifique
-Hypochondriaque : idées fausses concernant le corps
-Nosophobie délirante : conviction d’être malade
4- Structure du délire
 Délire systématisé : ordonné, compréhensible, cohérent
-Caractéristique des délires paranoïaques
-Degré d’extension :
En secteur : centré sur un domaine affectif ( jalousie,
érotomanie ) social, professionnel
En réseau : extension à plusieurs personnes, à
différents secteurs d’activité (paranoïa )
 Délire non systématisé : incohérence, multiplicité des
thèmes et des mécanismes , absence d’enchaînements,
( délire flou )
5- Adhésion/critique
6- Réaction affective
Parfois forte participation affective : acte hétéro agressif,
dépenses inconsidérés
-Effet dépressif : mélancolie délirante avec risque de
suicide
-Effet euphorique : accès maniaque
-Angoisse massive en rapport avec l’adhésion au délire
-Fluctuation thymique rapide : BDA
-Risque de dangerosité : si présence d’hallucinations,
d’un persécuteur désigné et d’un thème passionnel
7- Autres symptômes
-Eléments dissociatifs avec discordance: schizophrénie
-Syndrome dépressif : accès mélancolique
-Syndrome confusionnel : étiologie organique
-Signes neurologiques en foyer: processus expansif cérébral
-Autres : perte de poids, fièvre, insomnie, prise de toxiques
-personnalité prémorbide : schizoïde , paranoïaque ,
sensitif
LES DELIRES CHRONIQUES
 Les délires chroniques non schizophréniques se
différencient par le mécanisme prédominant qui
compose le délire ( interprétatif, hallucinatoire,
imaginatif )
 Il existe 3 formes cliniques :
Les délires paranoïaques
La psychose hallucinatoire chronique
La paraphrénie
 Les délires paranoïaques comprennent :
-Les délires passionnels ( de revendication, de
jalousie, érotomaniaque )
-Les délires d’interprétation ( la paranoïa )
-Les délires de relation des sensitifs
(Kretschmer )
 Ce sont des constructions interprétatives , délirantes
quasi-logiques, systématisées à thème de persécution.
 La psychose hallucinatoire chronique : PHC est
une psychose progressive avec idées de persécution et
de grandeur coordonnée et des hallucinations
multiples ( automatisme mental ).
-Terrain : surtout femme de 45 ans avec isolement
social important.
 La paraphrénie : est un délire imaginatif riche et
fantastique coexistant avec une vie quasi normale en
société ( pathologie rare )
Personnalité schizoïde
Résumé des principaux critères du DSM-IV
Il s'agit d'un mode général de détachement par rapport aux relations sociales et de
restriction des expressions émotionnels. Cette personnalité se caractérise par la
présence d'au moins 4 des symptômes suivants
 le sujet ne recherche ni n'apprécie les relations sociales y compris
intrafamiliales proches
 il choisit presque toujours des activités sans contact avec autrui
 il présente peu ou pas d'intérêt pour le sexe
 il n'éprouve du plaisir que dans de rares activités
 il n'a pas de confidents en dehors des parents du 1er degré
 il semble indifférent aux critiques autant qu'aux éloges d'autrui
 il présente une froideur, un émoussement de l'affectivité
Trouble de la personnalité schizotypique
 Le trouble de la personnalité schizotypique, ou simplement
trouble schizotypique, est un trouble de la personnalité caractérisé
par un besoin d'isolement social , d'anxiété durant des situations
sociales accompagné de pensées ou d'un comportement bizarres ainsi
que de délires
 Le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-IVTR) décrit le trouble de la personnalité schizotypique comme étant un
mode général de déficit social et interpersonnel marqué par une gêne
aiguë et des compétences réduites dans les relations proches, par des
distorsions cognitives et perceptuelles, et par des conduites
excentriques. Le trouble apparaît au début de l'âge adulte et est présent
dans des contextes divers, comme en témoignent au moins cinq des
symptômes suivants :
Résumé des principaux critères du DSM-IV
 idées de référence (à l'exception des idées délirantes de référence) ;
 croyances bizarres ou pensée magique qui influencent le comportement et qui
ne sont pas en rapport avec les normes d'un sous groupe culturel ;
 perceptions inhabituelles, notamment illusions corporelles ;
 pensée et langage bizarres ;
 Idéation méfiante ou persécutoire ;
 inadéquation ou pauvreté des affects ;
 comportement ou aspect bizarre, excentrique ou singulier ;
 absence d'amis proches ou de confidents en dehors des parents du premier
degré ;
 anxiété excessive en situation sociale qui ne diminue pas quand le sujet se
familiarise avec la situation et qui est due à des craintes persécutoires plutôt
qu'à un jugement négatif de soi-même.
SYNDROMES SCHIZOPHRENIQUES
 DEFINITION
La schizophrénie est une maladie mentale sévère
constituée d’une symptomatologie dissociative, délirante et
autistique . L’évolution désorganise en profondeur la
personnalité des sujets et peut conduire à un état pseudodémentiel.
 C’est une psychose chronique : évolution > 6 mois
 Très fréquente : 1% de la population
 Origine multifactorielle : 2 facteurs prépondérants
psychologique et biologique , implication des facteurs
génétiques et des neuromédiateurs
 Définition d’Henri Ey
« Un ensemble de troubles ou dominent la discordance,
l’incohérence verbale, l’ambivalence, l’autisme, les
idées délirantes les hallucinations mal systématisées et
de profondes perturbations affectives dans le sens du
détachement et de l’étrangeté des sentiments: troubles
qui ont tendance à évoluer vers un déficit et une
dissociation de la personnalité »
 La dissociation est l’expression clinique de la rupture
des processus unissant le psychisme de l’individu:
l’affect, la pensée et le comportement ne sont plus
reliés harmonieusement. Elle se produit dans les
domaines de la pensée, des sentiments , du langage,
du comportement…
DIAGNOSTIC
PERIODE DE DEBUT
 Formes à début brutal :
-Bouffée délirante polymorphe
-Etat confuso-onirique
-Etat d’excitation maniaque
-Etat dépressif atypique
-Troubles des conduites : fugues , voyages , vol sans intérêt,
agression absurde , dévergondage sexuel, TS inexpliquée
,automutilation, crimes immotivés
 Formes à début progressif ; évolution insidieuse d’une
symptomatologie dominée par:
-Des troubles intellectuels
-Des troubles affectifs
-Des troubles du comportement
-Des idées délirantes
-Des troubles d’allure névrotiques
Période d’état
Tableau clinique marqué par
 L’ambivalence
 La bizarrerie
 L’impénétrabilité
 Un détachement
Tous ces caractères forment les traits essentiels de la
discordance; caractère anarchique, incohérent et saugrenu
des symptômes .
On distingue 3 entités cliniques : le syndrome dissociatif , le
délire paranoïde et l’autisme .
1- Le syndrome de dissociation
 Troubles du cours de la pensée et du champ de la
conscience :pensée désorganisée, floue , embrouillée
 Troubles du langage : néologisme , schizophasie,
mutisme , monologue
 Altération du système logique, pensée magique,
anarchique, rationalisme morbide
 Troubles affectifs: ambivalence, athymhormie(perte de
l’élan vital) émoussement, froideur
 Discordance psychomotrice : catatonie, bizarrerie du
comportement, maniérisme, aboulie, apragmatisme
2- Le délire paranoïde
 Délire non systématisé, flou, abstrait et hermétique
 Mécanisme variable
 Thèmes multiples : persécution, grandeur, mystique
 Sentiment d’étrangeté et de dépersonnalisation
3- L’autisme
« C’est la perte du contact vital avec la réalité » d’après
Minkowski: repli progressif du sujet avec isolement et
désinvestissement de la réalité
LES FORMES CLINIQUES
 Schizophrénie paranoïde : forme complète , délirante et






dissociative
Hébéphrénie : repli autistique,apragmatisme
Catatonie :rare, troubles psychomoteurs
Schizophrénie simple : peu évolutive
Formes pseudo-névrotiques : mode de fonctionnement
névrotique en arrière fond
Schizophrénie dysthymique : associée à un trouble de
l’humeur, évolution périodique
Héboïdophrénie : mode pseudopsychopathique avec
trouble du caractère et actes antisociaux
1. Généralités
 L’état limite, ou borderline, serait la situation de sujets
qui sont à la frontière de la névrose et de la psychose.
 Il s’agit de malades difficiles à prendre en charge.
La clinique du Borderline
 La personnalité borderline se traduit par:
-instabilité comportementale, émotionnelle et relationnelle
avec des changements d’humeur brutaux et fréquents.
-dépendant des autres avec intolérance à la solitude et à
l’abandon.
-relations houleuses, à la fois fortes et conflictuelles avec
ruptures fréquentes.
 Les complications psychiatriques seront :
-Des passages à l’acte impulsifs parfois hétéro-agressifs
mais le plus souvent auto-agressifs (TS à répétition,
automutilation, toxicomanie, boulimie, etc.)
-Les syndromes dépressifs sont fréquents.
-Les manifestations anxieuses aigues sont bruyantes
(violence , passage à l’acte)
-Des épisodes psychotiques brefs avec Hallu+ ou thèmes de
persécution, + rares et critiqués.
 L’évolution du borderline
-Manifestations observées dès l’adolescence
-Début révélé après rupture, difficultés relationnelles,
conjugales, professionnelles.
-Evolution émaillée de complications psychiatriques.
-Répétitions des passages à l’actes et des hospitalisations,
polytoxicomanies, actes délictueux violents, précarité
sociales, etc.
CAS N° 1
 Monsieur F. 40 ans, amené au SAU par sa sœur
dans un accoutrement clownesque. Il a une
manière de s’exprimer étrange , de temps en temps
sa voix s’éteint progressivement et son sourire met
très mal à l’aise.
 Il pense qu’il est poursuivi par le FBI qui veut
l’éliminer car il ont découvert qu’il est le grand chef
des extraterrestres; « Ils veulent faire de moi un
martyr mais ils ne m’auront pas, Dieu m’a promis
toute son aide »
 Tout a commencé au cours d’un séjour à New York il y a
7 mois. Il a même anticipé son retour de peur qu’ils
réussissent à l’attraper, mais cela n’a rien changé, ils
l’ont poursuivi jusqu’ici et sont partout maintenant.
Dans la rue , il a bien remarqué que tout le monde
l’observe et il entend les gens prononcer son nom sur
son passage.
 Même la télé parle de lui sans arrêt . Encore hier
soir au journal de 20 heures, on a parlé de lui il en
est sûr.De toutes les manières, ils ont réussi à
s’immiscer en lui; ils devinent ce qu’il pense , ils
diffusent même ses pensées par le satellite et il
entend bien leurs voix lui parler.
 Sa sœur dit qu’il vit très isolé , sans travail ni ami
dans la plus grande insalubrité et qu’il se passionne
depuis son adolescence pour l’astrologie et les
extraterrestres.
 ANTCD de plusieurs hospitalisations pour délire
 Il refuse tout soin affirmant que le fou c’est vous et que
vous faites partie du complot .
 Faire l’analyse sémiologique du syndrome délirant .
 Quel est le diagnostic précis.
 Délire paranoïde:
-Ancienneté: chronique car sup à 6 mois
- Thèmes: polythématiques
Syndrome d’influence, persécution, mégalomanie,
mysticisme
-Mécanismes multiples: intuition, hallucinations
auditives, automatisme mental, interprétation,
imagination
-Structure: non structuré, non systématisé
-Affects: variable et inadaptés, angoisse majeure
-Adhésion: totale
 Diagnostic précis : schizophrénie paranoïde
CAS N° 3
 Melle E., sans aucun ATCD, arrive aux urgences
pour troubles du comportement. Après son échec
au Bac, elle est partie en vacances dans le sud avec
sa meilleure amie . Elle est bien équilibré, de
nature plutôt discrète, solitaire mais ouverte, a
brutalement élargi son cercle de connaissances.
Elle sortait tous les soirs en boite se ventant le
lendemain d’avoir eu de nombreuses relations
sexuelles avec des stars telles que Brad Pitt ou
Johnny Deep. Elle ne compte pas repasser son Bac
car elle a des propositions de films et sa carrière est
assurée.
 A ces phases d’exaltation, succèdent des moments
de prostration profonde. Elle décrit un phénomène
d’écho dans sa tête, mais elle est surtout préoccupé
par le fait qu’on essaye de lui voler ses pensées, cela
l’angoisse beaucoup, mais elle sait que tant qu’elle
ne dort pas, des voix bienveillantes la protègent.
Elle s’est brouillée avec ses amis car ils veulent
l’empêcher d’aller à Hollywood révéler sa vraie
nature mais Dieu la soutient et c’est tout ce qui
compte pour elle.
 Quel est le diagnostic principal ?
 Faire l’analyse sémiologique
 Quelles sont les 5 étiologies d’un état délirant aigu ?
 Quels sont les facteurs de bon pronostic présents dans
l’énoncé ?
 Organisez-vous un suivi au décours ? Si oui pourquoi ?
 Bouffée délirante aigue
 Femme jeune sans ATCD
 Délire aigu , brutal , polymorphe
-Thèmes: mégalo, mystique, d’influence
-Mécanismes: intuitif, interprétatif,
hallucinatoire
-Automatisme mental
-Participation affective intense
-Fluctuation thymique très rapide
 Signes négatifs: absence d’ATCD psychiatrique
 Les 5 étiologies d’un état délirant aigu:
-Psychoses aigue: BDA
-Manie délirante
-Mélancolie délirante
-Exacerbation d’une psychose chronique
-Origine organique
 Les facteurs de bon pronostic :
-Brutalité du début
-Existence d’un facteur déclenchant
-Personnalité antérieure bien adaptée
-Richesse du délire
-Importance des éléments thymiques
 Les autres:
-Brièveté de l’accès
-Bonne critique du délire
-Bonne réponse thérapeutique
 Un suivi au décours de cet accès est nécessaire
pendant au moins 12 mois
 Car le risque majeur est l’évolution vers une
schizophrénie

similar documents