Enseigner la grammaire en FLE : pourquoi et comment

Report
L’évaluation linguistique dans
une pédagogie différenciée
Journée d’études ULB – 30/01/2014
Marielle Maréchal
Institut Supérieur des Langues Vivantes
Université de Liège
Test de positionnement
• Plus de 650 étudiants
• Aucune information sur leur « passé »
linguistique
• À évaluer à l’écrit et à l’oral
• À placer dans un groupe de niveau (de A1 à C1
par demi-niveaux)
• Contrainte de rapidité et d’efficacité !!
Production écrite
En français, vous pensez être d’…
• un niveau élémentaire (A1-A2) : écrivez un texte de 1 à 10 lignes dans
lequel vous vous présentez.
• un niveau indépendant (B1-B2) : écrivez un texte de 10 à 20 lignes
dans lequel vous vous présentez et vous racontez votre arrivée à
Liège : premières impressions, comparaison avec votre pays…
• un niveau expérimenté (C1-C2): écrivez un texte de 20 à 30 lignes dans
lequel vous vous présentez, vous racontez votre arrivée à Liège, vos
premières impressions. Ensuite, vous comparez avec votre pays et
vous formulez vos attentes, vos projets et vos motivations par rapport
à votre séjour dans cette ville.
Attention : utilisez dans votre texte toutes vos compétences en français.
Critères d’évaluation
• 1. Contenu ? (adéquation au sujet + actes de parole)
• 2. Lexique
▫ Vocabulaire adéquat et varié
▫ Vocabulaire adéquat et suffisant
▫ Vocabulaire limité ou inadéquat
• 3. Grammaire (continuum mais passages à repérer)
▫ Peu d’erreurs
▫ Quelques erreurs qui ne nuisent pas à la
compréhension globale
▫ Erreurs mineures ou graves qui nuisent à la
compréhension de certains passages
▫ Erreurs graves qui rendent le message
incompréhensible
• 4. Eléments de structuration (intra et inter-phrastiques)
Sujets d’expression écrite
Critères pour le niveau B1
Test francophone de langue française
Test d’évaluation finale
• 4 compétences testées : CO, CE, PO, PE
• ¼ de la note finale attribuée à deux
séquences réalisées à distance (@lter)
• Difficulté adaptée au niveau
• Problème d’interprétation de la note
Vocabulaire
/ 4 Contaminations dues à Registre de langue
la LM
adéquat
Interférences
Formules de
politesse
Grammaire supposée Points vus en classe
Grammaire / 12 connue /3
/6
Variété
Etendue
Synonyme…
Syntaxe
Mots-liens
corrects dans
la phrase
(prépositions.
conjonctions,
relatives)
Cohérence
/6
/4
Présence de tous les
mots nécessaires pour
former une phrase
complète
Ordre des mots
correct
Présence de liens entre Présence et
les phrases
utilisation de
connecteurs
Orthographe
grammaticale
/3
Ponctuation
Mise en page
Contenu
/14
Orthographe
Uniquement les
fautes
d’orthographe
d’usage
Expression du point
Respect du sujet
de vue
Richesse de la
Réponse à toutes les
Respect des
production
questions posées
structures propres à
Respect de la longueur la situation de
/7
communication
proposée
Pondération négative
Exemple : 0-5 fautes =
0
5-10 = -1
10-15 = -2
+ de 15 = -3
Les pièges de l’évaluation
• La standardisation
• L’instrumentalisation
• La mesure quantitative
• La simplification
• L’atomisation
• L’imprécision
15
a) La standardisation
• Contrainte des itinéraires pour passer d’un
niveau à un autre → contrainte de la progression
• Contrainte des tests internationaux (DELFDALF, TCF, TEF,…) qui proposent des
procédures d’évaluation quasi identiques
• Contrainte des notes obtenues à ces tests qui
définissent un niveau ad vitam aeternam !
16
b) L’instrumentalisation
Vision instrumentale du langage, de son usage,
de son apprentissage…et de son évaluation !
• Les centres de langues proposent presque
tous des cours de préparation aux
certifications
• Les manuels adoptent tous le découpage en 6
niveaux et chaque unité se termine par un
exercice de préparation aux certifications
• Les enseignants passent beaucoup de temps à
entrainer leurs apprenants pour réussir les
certifications → bachotage !
17
c) La mesure quantifiable
• Tentation forte de n’évaluer que ce qui est
quantifiable (grilles d’évaluation avec critères
et degrés très -trop- précis)
• Rôle accru de la docimologie = étude
systématique déterminant la notation des
examens
illusion de l’objectivité dans le
processus d’évaluation
18
d) La simplification (1)
Deux hypothèse fortes du CECR :
1. l’apprenant comme acteur social
2. la perspective actionnelle
Or,être un acteur social compétent ne saurait se
réduire à être compétent linguistiquement
(maîtriser la langue) ni même à être un bon
communiquant (maîtriser les 4 savoir-faire).
(Springer, 2011)
19
d) La simplification (2)
Pourtant, les évaluations actuelles envisagent –au
mieux- les 4 compétences langagières de base :
• DELF-DALF : CE, EE, CO, EO
• TCF : idem + lexique et structures
• TEF : id.
…car évaluer autre chose est une gageure !
20
e) L’atomisation (1)
• Dans l’approche actionnelle prônée par le CECR,
l’évaluation se fait à travers la résolution de
tâches
Est définie comme tâche toute visée actionnelle
que l’acteur se représente comme devant parvenir
à un résultat donné en fonction d’un problème à
résoudre, d’une obligation à remplir, d’un but
qu’on s’est fixé (CECRL, p.16)
21
e) L’atomisation (3)
Or, les évaluations actuelles vérifient :
• des compétences « micro » (↔ macrocompétences)
• des compétences cloisonnées (CE≠EE≠CO≠EO)
• des savoirs limités (pas de scénario d’évaluation)
• des savoirs itémisés (utilisation massive des QCM
et des QROC)
22
f) L’imprécision
• Les évaluations actuelles aboutissent souvent
à un profil global, totalisant,
transversalement homogène (Coste, 2011)
→ or, c’est un leurre car l’apprenant A2 ou B2
n’existe pas !
• Pourtant, les multiples descripteurs et
critères qualitatifs du CECR pourraient
permettre des différenciations plus fines mais
le « sur mesure » est plus coûteux que le
« prêt-à-porter » !
Renoncer à évaluer ?
• Impossible car forte demande individuelle et
institutionnelle …mais tenter de…
Combiner standardisation et contextualisation
Construire de véritables évaluations par tâches qui
permettraient de valider des compétences en
construction et en action
Donner les moyens aux enseignants d’opérer des choix
dans un paysage pédagogique diversifié et de créer des
évaluations adéquates à chaque contexte ainsi défini,
mais aussi cohérentes par rapport à l’échelle de
niveaux du CECRL!

similar documents