Les arguments - semiocomsolutions

Report
Techniques d’expression orale :
Le débat
Philippe Bellissent
UFR Lash
Licence Info Com 2e année
2012-2013
Plan
Partie 1 : Discours et rhétorique
Partie 2 Le statut de l’argumentation
Partie 3 argumentation et inférence
Partie 4 Les autres techniques de l’argumentation
Partie 5 Stratégies argumentatives
2
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Bibliographie
Savoir argumenter Renée Simonet et Jean Simonet Ed. d’Organisation
L’argumentation Christian Plantin Memo Seuil
Rhétorique et argumentation Jean Jacques Robrieux Nathan Université
Argumenter cours de logique informelle Michel Dufour Arman Colin
L’argumentation les essentiels d’Hermes CNRS editions
La fonction persuasive Emmanuelle Danblon Armand Colin
Argumenter en situation difficile Philippe Breton La Découverte
Histoire des théories de l’argumentation Ph. Breton & G.Gauthier La Découverte
La nouvelle dialectique Frans Van Eemeren et Rob Grootendorst Ed Kime
Argumentation et rhétorique Hermes N°15 et N°16
Les usages de l’argumentation Stephen Toulmin PUF
L’empire rhétorique Chaim Perelman Vrin
Rhétorique Aristote PUF
L’argumentation dans la communication Philippe Breton Repères La Découverte
Introduction à ma rhétorique Oliver Reboul PUF
L’argumentation aujourd’hui coll. Presse Sorbonne Nouvelle
Logique et rhétorique Donal Ipperciel Richard Vallée
L’argumentation Marianna Tutescu http://fr.scribd.com/doc/15447724/Mariana-TUTESCU-L-Argumentation
3
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Plan
Partie 1 : Discours et rhétorique
Partie 2 Le statut de l’argumentation
Partie 3 argumentation et inférence
Partie 4 Les autres techniques de l’argumentation
Partie 5 Stratégies argumentatives
4
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Discours et rhétorique
La production d’un discours efficace dans sa visée repose sur
la rhétorique
Celle-ci comprend :
- La mise en œuvre de figures pour un ‘beau’ discours (forme)
- La qualité d’une argumentation pour convaincre des thèses
présentées dans le discours (fond)
5
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
• Le discours : un texte plus un contexte
– Le dispositif
•
•
•
•
•
Mise en scène
Positions interlocutives
Statut ( prof, médecin)
Rôle ( modèles culturels associés à un statut donné)
Place, rapport de place
– La Situation d’énonciation
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
• Le discours : un texte plus un contexte
– Le dispositif
•
•
•
•
•
Mise en scène
Positions interlocutives
Statut ( prof, médecin)
Rôle ( modèles culturels associés à un statut donné)
Place, rapport de place
– La Situation d’énonciation
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
• Les visées du discours
Factitive :
faire faire
Informative : faire savoir
Persuasive : faire croire
Séductrice : faire ressentir
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Modèle cognitif-affectif-conatif
communication
Espace cognitif
Espace affectif
NB : l’ordre précédent n’est pas systématique
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Espace conatif
La matrice de Vaughn
Cognitif => Affectif => Conatif
Affectif => Cognitif => Conatif
Persuasion, apprentissage
• Recherche d’informations crédibles
• Marque de confiance
Ex. : automobile, machine outils,
ordinateur, meubles…
• Valorisation sociale et personnelle
• Modèles de références (stars…)
Conatif => Cognitif => Affectif
Affectif => Conatif => Cognitif
• Schéma de l’implication minimale
• Faible besoin d’informations
• Marque de notoriété
Informations et sentiments après
expérience du produit
Ex. : Essence, produits alimentaires
courants….
• Autosatisfaction
• Faible besoin d’informations
• Reconnaissance de la marque et des
produits
Ex : Boissons (colas, alcool,…), confiserie
Ex. : luxe, bijoux, cosmétique, modes…
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Le débat
Principe :Tout discours est argumenté
Faire la différence entre le raisonnement ( syllogisme) et
l’argumentation
Convaincre au-delà de l’enchainement des propositions logiques
La place de l’enthymème
Existence d’un monde au-delà de la proposition énoncée
Validité du ‘toutes choses égales par ailleurs’
11
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
• Distinction entre discours et récit
– Différence sur le mode d’énonciation
• Présence de l’auditoire dans le discours
• Absence dans le récit et des marqueurs déictiques
• Discours rapporté
• Discours direct ( usage des guillemets)
• Discours indirect ( X. a dit…)
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
•
•
•
•
•
Narratif
Descriptif
Argumentatif
Explicatif
Dialogal
Jean Michel Adam : les textes types et prototypes Nathan U
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Eléments de rhétorique
Quid novi post Ciceronem atque Quintilianum ?
•
Inventio  recherche des idées
• Dispositio  le plan
• Elocutio  les figures de style
• Memoria  apprentissage
• Pronunciatio  gestuelle, paraverbal
14
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Plan
Partie 1 : Discours et rhétorique
Partie 2 Le statut de l’argumentation
Partie 3 argumentation et inférence
Partie 4 Les autres techniques de l’argumentation
Partie 5 Stratégies argumentatives
15
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Le statut de l’argumentation
L’argumentation ne doit pas être considérée comme
une suite d’énoncés permettant d’atteindre une
vérité par un enchainement de propositions
démontrables.
Elle est du domaine du vraisemblable
Elle ne prouve pas , elle rend plausible une suite de
propositions
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Rhétorique et argumentation
• Naissance en Sicile au IV siècle avec les Sophistes ( Corax)
• Aristote La rhétorique
• Cicéron, Quintilien
L’argumentation est un des piliers de la rhétorique
• Appauvrissement de la rhétorique au XVIIe elle n’est
plus que l’art des figures
• Méfiance envers la rhétorique au XIX elle est l’art des
Jésuites
• Renaissance au XXe Perelman 1959 Toulmin
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Caractéristiques de la rhétorique
Dès Aristote : Argumentation<> Logique
Distinguer la recherche du vrai de la recherche du
vraisemblable
Logique : le syllogisme
Tous les hommes sont mortels (majeure)
Socrate est un homme (mineure)
Donc Socrate est mortel ( conclusion)
NB ce n’est pas une simple transitivité
Argumentation : l’enthymème et l’exemple
L’enthymème : un syllogisme incomplet
L’Exemple : raisonnement par analogie
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Enthymème
Enthymème : syllogisme incomplet
 si une proposition est connue de tous inutile de la rappeler
Ex / d’un incompétent on dit : le ministre est un homme,
sous-entendu tout homme est faillible,
comme le ministre est un homme, donc…
Prop : Tu viens au cinéma
Rep : Non j’ai du travail
Rép non formulée : Les divertissements nuisent au travail, or
j’ai du travail, donc…
2e Prop: Viens quand même ça te détendra
Prop non formulée : les gens qui travaillent ont besoin de
détente
Ruth Amossy L’argumentation dans le discours Nathan p 40-41
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Partie 1 : Discours et rhétorique
Partie 2 Le statut de l’argumentation
Partie 3 argumentation et inférence
Partie 4 argumentation et langage
Partie 5 : Implicite, Doxa, Topoi
20
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Les arguments
Principe :Tout discours est argumenté
Faire la différence entre le raisonnement ( syllogisme) et l’argumentation
Convaincre au-delà de l’enchainement des propositions logiques
La place de l’enthymème
Existence d’un monde au-delà de la proposition énoncée
Validité du ‘toutes choses égales par ailleurs’
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Les positions dans le débat
opinion
orateur
Argument
Auditoire
Contexte de réception
!!! L’auditoire est une construction de l’orateur
(Perelman)
Philippe Breton - l’argumentation dans la communication repères, La Découverte 2001 p 18
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Plan
Partie 1 : Discours et rhétorique
Partie 2 Le statut de l’argumentation
Partie 3 argumentation et inférence
Partie 4 Les autres techniques de l’argumentation
Partie 5 Implicite, Doxa, Topoi
Partie 6 Stratégies argumentatives
23
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
L’argumentation
Définition (L’argumentation Chr.Plantin Seuil Demo p 24) :
L’argumentation est une opération qui prend appui sur un énoncé assuré,
l’argument, pour atteindre un énoncé moins assuré la conclusion
24
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
L’argumentation
D est une argumentation en
langue naturelle
Vérification de
l’argumentation
D est paralogisme
D est un raisonnement
valide
25
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Principe général de l’argumentation
Donnée
Il a gelé
Conclusion
les framboises sont rares
Loi de passage
Le gel détruit les framboises
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Le schéma de Toulmin
Données
des travaux ont
été effectués
dans votre immeuble
Donc,
Conclusion
votre loyer
est augmenté
à moins que R
Loi de passage
Le locataire doit
prendre sa part des frais
Garantie :
en vertu du décret de loi
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Réserve
le propriétaire décide
de ne pas demander
d’augmentation
Les connecteurs
Assertion de départ A1
…
…

donc
par conséquent
Assertion d’arrivée A2
…
…
Assertion A1 d’arrivée
…
…

étant donné que
par ce que
Assertion de départ A2
…
…
Mais aussi…
Assertion de départ A1

Assertion d’arrivée A2
…,…
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
L’inférence logique
si
P
il est malade
alors
alors
Q
il reste au lit
P
donc
Q
il est malade donc il reste au lit
^Q
donc
^P
il ne reste pas au lit donc il n’est pas malade
^P
donc
^Q
il n’est pas malade donc il ne reste pas au lit
Q
donc
P
il reste au lit donc il est malade
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Causalité et argumentation
Avec ce mode d’argumentation on va essayer de montrer qu’il
existe une relation causale entre deux événements. Un
événement est la source de l’autre.
Argumentation par la cause
XA. A donc X
Argumentation par l’effet ou par le signe
XA je constate A donc X s’est réalisé
Argumentation par les conséquences
Si X alors A. Je veux A alors je choisis X
Réfutation par critique du lien causal
30
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Utilisation de la logique
Identité et tautologie
100% des gagnants ont tenté leur chance
Réciprocité ou Symétrie
Sous avez consenti une exception pou les retraités vous devez le
faire pour les actifs
Transitivité
Le cout élevé du travail nuit à la compétitivité, sans compétitivité les
entreprises ferment, le coût du travail fait fermer les entreprises
Raisonnement par l’absurde
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Plan
Partie 1 : Discours et rhétorique
Partie 2 Le statut de l’argumentation
Partie 3 argumentation et inférence
Partie 4 Les autres techniques de l’argumentation
Partie 5 Stratégies argumentatives
32
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Classsement de l’argumentation
Analogie
Exemple
Métaphore
Association
Analogique
Expérience
Présentation
Témoignage
Définition
Compétence
Autorité
Arguments
Cadrage
quasi logiques
Autorité négative
Dissociation
Communauté
Doxa Opinion commune
Valeurs
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Lieux Topoi
Un classement logique des techniques d’argumentation
Des arguments centrés sur :
L’ethos  Autorité
Le logos Analogique, cadrage
Le pathos  Communauté
34
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Un classement logique des techniques d’argumentation
L’autorité
L’analogique
Le cadrage
La communauté
35
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Les arguments d’autorité
Une valorisation de l’orateur (Ethos)
Statut de l’orateur ( le politique, l’expert)
Représentation d’une autorité supérieure dont l’orateur est
le représentant (prêtre, juge)
Phronesis (compétence, expérience)
Arété (vertu)
Eunoia (bienveillance, intérêt pour l’auditoire)
36
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Les arguments d’autorité
Expérience : L’orateur est valorisé par des actions passées
Témoignage : recours à une justification externe
Compétence : l’orateur met en avant ses succès
Autorité négative : recours à un contre modèle
(oui, Hitler était très gentil avec ses chiens, oui il était
végétarien)
37
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Un classement logique des techniques d’argumentation
L’autorité
L’analogique
Le cadrage
La communauté
38
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
L’analogie dans l’argumentation
Démontrer que si P alors Q ( thème)
Comme P’ alors Q’ (analogue)
Comme P = P’ alors Q
Utilisation suivant la notion du précédent ( domaine
juridique)
Réfutation par le fond  on montre que les situations
n’ont rien à voir
39
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Métonymie V. métaphore
METONYMIE
A
DD
Transfert par contiguïté
dans même
domaine notionnel A
METAPHORE
A
B
D

D
Transfert par analogie
entre domaines
notionnels A & B
Figure isotopique
Avec un même univers
sémantique du langage
Figure allotopique
transgressant les univers
du langage
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
L’exemple
Un cas particulier est transformé en cas exemplaire
A valeur d’illustration pour faire passer un raisonnement
Intérêt de l’image concrète pour faire passer un raisonnement abstrait
A réfuter en montrant que l’exemple ne correspond pas à la situation
illustrée
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Un classement logique des techniques d’argumentation
L’autorité
L’analogique
Le cadrage
La communauté
42
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Les arguments de cadrage
Les arguments de cadrage permettent de situer
une situation ou un fait dans un contexte
(Logos)
Définition
Présentation
Association & Dissociation
43
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Usage de la définition dans l’argumentation
Une argumentation repose sur un consensus dans la
définition des termes.
Si les participants au débat ne s’accordent pas, la
définition devient un enjeu de l’argumentation.
Différents modes de définition :
Définition comprhensive, extensive, raccourcie (slogan),
comparaison, analogique, distinguo
Que voulez vous dire par là ?
Définissez ce dont vous parlez !
Pour moi, une croissance durable c’est …
44
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Association/dissociation dans l’argumentation
On établit une relation de proximité entre un individu,
une situation un fait positif ou négatif suivant l’orientation
que l’on veut donner à l’argumentation
Parade: accuser d’amalgame une association abusive
45
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
La présentation dans l’argumentation
Un cadrage subjectif où on valorise certains aspects et où
on en minimise d’autres
Pas toujours facile à différencier de la définition
Un mouvement de grévistes comme l’addition des
corporatismes et des égoïsmes Alain Juppé 1995
Ex/ plaidoirie de Badinter sur Patrick Henry… Imaginez cet
homme qu’on va couper en deux
46
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Un classement logique des techniques d’argumentation
L’autorité
L’analogique
Le cadrage
La communauté
47
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Les arguments de communauté
L’orateur recourt à des valeurs, des idées qui sont
partagées par l’auditoire (Pathos)
Il recourt au contexte de communication pour obtenir un
accord sur son discours
Valeurs
Doxa
Topoi
48
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
L’implicite dans le discours
Présupposés et sous entendus
Quelles connaissances partagées ?
La question de l’encyclopédie
Pertinence du discours
49
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Doxa
• Doxa, une notion classique de la pensée grecque :
–
–
–
–
–
Une notion déjà présente dans la pensée grecque (Aristote)
Elle fondatrice de la notion d’opinion partagée
Revisitée dans les années 80 par Bourdieu, Barthes et Foucault.
Analyse de rapports avec l’idéologie ( Clem Robbins 1995)
Notion d’idéologèmes: unité composant le système doxique ou d’axiologies chez
Bourdieu
– Hoeck (1980) reprend le cadre d’analyse de Greimas pour fonder une axiologie :
– morale (bien-méchant), logique (vrai-faux), esthétique (beau-laid), économique
(riche-pauvre) et sociale (supérieur-inférieur).
• Doxa
–l’opinion commune partagée par l’auditoire
–Création d’un imaginaire commun pour l’auditoire
–Représentation ou stéréotype
–fait l’objet d’un consensus tacite, renvoie de façon implicite aux choix collectifs
dans un processus démocratique.
–Le français est un fin gourmet, cultivé et expert en amour…mais râleur et individualiste
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Les cinq familles d'arguments selon les doxas
ÉTHIQUE :
IF être reconnu et
respecté par la
Communauté
DISCIPLINE : IF respecter plus haut que soi dans une
hiérarchie donnée
RESPONSABILITE : IF penser aux conséquences de ses
actes
JUSTICE : IF qu'à chacun revienne sa part
HONNETETE : IF reconnaître ce que l'on doit
SOLIDARITE : IF penser à la Communauté
FANTAISIE : IF savoir s'affranchir des lois de la logique
PRAGMATIQUE
SINGULARITE : IF être soi-même et pas comme les autres
IF préférer ce qui réussit à
ce qui échoue
EXEMPLE : IF suivre ou fuir cet exemple
QUANTITE : IF suivre l'exemple de la majorité
RATIONALITE : IF suivre les lois de la logique
EFFORT : INFP reculer devant l'effort
ESTHÉTIQUE : IF préférer ce qui est beau à ce qui est laid
HÉDONIQUE : IF préférer ce qui est agréable à ce qui est désagréable
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Topoi
• Topoi : le lieu commun
•
•
les lieux de la quantité (quelque chose vaut mieux qu’autre chose pour des raisons
quantitatives).
C’est principalement le discours sur des résultats d’activité qui, en communication
d’entreprise, sera significatif de ce lieu.
(ex : Nos résultats de chiffres d’affaires sont en hausse, notre part de marché a
augmenté, donc nous somme meilleurs que l’année précédente. Plus de
consommateurs ont acheté nos produits, ils sont donc meilleurs).
•
- les lieux de la qualité (quand on conteste la vertu du nombre).
( ex : notre région a reçu moins de visiteurs touristiques, mais de catégorie socio
professionnelle supérieure)
•
- les lieux de l’ordre (les lieux de l’ordre affirment la supériorité de l’antérieur sur
le postérieur, tantôt de la cause, des principes, tantôt de la fin ou du but)
(ex : cet aéroport, était là avant les constructions d’habitations, donc nous
pouvons exercer notre activité même en provoquant des nuisances)
•
- les lieux de l’existant (les lieux de l’existant affirment la supériorité de ce qui
existe, de ce qui est actuel, de ce qui est réel, sur le possible, l’éventuel,
l’impossible).
(ex: voici nos réalisations, nous ne nous sommes pas contentés de promesses)
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Plan
Partie 1 : Discours et rhétorique
Partie 2 Le statut de l’argumentation
Partie 3 argumentation et inférence
Partie 4 Les autres techniques de l’argumentation
Partie 5 Implicite, Doxa, Topoi
Partie 6 Stratégies argumentatives
53
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Stratégie
• Préparer sa stratégie d’argumentation
• Développer sa stratégie d’argumentation
• Eviter les pièges de l’argumentation inefficace
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
•
•
•
•
•
•
•
Réfutation frontale ou directe
Le contournement
La défense active
La défense passive
La prévention ou anticipation
La contre attaque
Le compromis
55
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Repérage des arguments fallacieux (I)
• Le faux syllogisme
• Argument ad hominem
• L’équivoque: Tout ce qui est rare est cher
• L’argument circulaire C’est vrai parce que c’est la parole de Dieu, la
parole de Dieu c’est ce que dit la Bible, la Bible dit la vérité
• Fausse alternative la peste ou le choléra
• Causalité abusive les enseignants ne valent rien car mon fils n’ a pas eu le
bac
• Faux argument d’autorité show biz sur la politique
56
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Repérage des arguments fallacieux (II)
• preuves non valides stats dépassées
• Evaluation non justifiée tous les jeunes sont dangereux
• Pétition de principe : on tient pour admise la proposition qu’on doit
démontrer je vous conseille cette voiture car c’est celle qui vous faut
•
• L’argument hors sujet :
• Epouvantail critique sur un autre point que celui dont on parle
• L’accumulation des argument (le chaudron) Je ne t'ai jamais
emprunté ton chaudron, et puis je te l'ai rendu en bon état, et
d'ailleurs il était déjà percé
57
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Le Langage de l’argumentation
Formulation claire de la thèse
Reformulation de l’argumentation adverse
Langage accessible au public de la réception
Un discours clair (refus du jargon)
58
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Préparer sa Stratégie d’Argumentation
•
•
•
•
Analyse de la situation
Définir ses objectifs
Tenir compte du public
Doser l’argumentation raisonnement et argumentation
relation
• Préparer un plan d’argumentation
• Prévoir les objections préparer les réfutations
• Tester son argumentation
59
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Développer sa stratégie d’argumentation
• Maitriser les différentes dimensions de l’influence, discours,
comportement actes
• Rencontrer l’autre dans son modèle du monde
• Gérer la dynamique de la relation
• La pragmadialectique ( Van Eemeren, Grootendorst)
l’argumentation comme processsus dialogique de résolution
des conflits
60
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Eviter l’argumentation inefficace
•
•
•
•
•
•
•
Argumentaire standard
La langue de bois
Argumentation hors cible
Argumentation surabondante
Argumentation incohérente
Argumentation non crédible
Argumentation forcing
61
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Tactique dans le débat
•
•
•
•
•
Techniques de raisonnement
Techniques de persuasion
Procédés de réfutation et de réponse aux objections
Repérage des arguments fallacieux
Le Langage de l’argumentation
62
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Le débat: mauvais conseils non éthiques
• On parle pour convaincre le public
jamais l’adversaire
• On gère ses temps de parole ( parler en
dernier si possible)
• On vise la déstabilisation de l’adversaire
• On conduit le débat ( poser la question
préalable et enfermer l’adversaire dans
une obligation de répondre)
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Le débat: mauvais conseils non éthiques
• On mène l’adversaire sur son terrain
favori (meilleure connaissance du
dossier)
• On se positionne sur le registre de
l’indignation
• On fait appel au pathos pour émouvoir
le public
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Le débat: mauvais conseils non éthiques
• On donne des accords partiels pour
mieux refuser des propositions
importantes, pour montrer sa « bonne »
foi
• On ne répond pas aux questions posées
• On valorise le conducteur ou l’animateur
du débat
• On se plaint d’être interrompu et on
interrompt systématiquement
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Le débat: mauvais conseils non éthiques
• On donne des accords partiels pour mieux
refuser des propositions importantes, pour
montrer sa « bonne » foi
• On refuse de reconnaitre ses erreurs et on
explique que l’adversaire n’a rien compris
• On n’insulte pas l’adversaire mais on le
dévalorise dans un rôle d’enfant
• On dénigre les données chiffrées de
l’adversaire en les considérant comme non
significatives
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012
Merci de votre attention
Ph. Bellissent – LASH2 - 2012

similar documents