La production d`écrits au cycle 3 Quelles difficultés?

Report
La production d’écrits au cycle 3
Quelles difficultés?
•
•
•
•
Pour les élèves
Avoir des idées.
Planifier une histoire.
Mettre en mot (gestion de
l’orthographe et de la
syntaxe)
Réécrire
Pour les enseignants
• Mise en œuvre (temps,
progression, aides,
consignes)
• Passage de la juxtaposition
d’événements à une histoire
construite, comment
donner du sens?
• Correction.
Les programmes de 2008.
• Fin de cycle 2: écrire de manière autonome un
texte court
• Fin de cycle 3: rédiger un texte d’une
quinzaine de lignes (récit, description,
dialogue, texte poétique, compte-rendu) en
utilisant ses connaissances en vocabulaire et
en grammaire.
Les programmes de 2008
→ On aborde un corpus de textes plus diversifié et
important qu’en cycle 2.
→Un lien fort existe entre la rédaction et les activités
menées en lecture et en étude de la langue.
L’étude de la langue est menée de façon à mettre en
évidence les liens avec la correction rédactionnelle
(L’étude de la langue donne lieu à des séances et
activités spécifiques. Elle est conduite avec le souci de
mettre en évidence ses liens avec l’expression, la
compréhension et la correction rédactionnelle.)
Les programmes de 2008
• C’est parce qu’un lien fort existe
entre la rédaction et les activités
menées en lecture et en étude de
la langue, que les élèves
découvriront et s’approprieront
le plaisir d’écrire et de rédiger.
On associe projet d’écriture et étude de la langue (recette→ impératif) et inversement les
problèmes orthographiques et grammaticaux seront traités dans le cadre de l’étude de la langue.
Quelle programmation?
• Il est important de réfléchir à une répartition
des écrits sur le cycle.
Cela permettra d’éviter les rédactions répétitives, de varier les types de texte que les élèves auront à rédiger, de
couvrir sur 3 ans, l’ensemble des compétences à acquérir, de contribuer à une réelle continuité des
apprentissages.
Quelle programmation?
• La progression en étude de la langue: lorsqu’on
aborde l’imparfait en CE2→ travailler le récit, la
ponctuation→ un réinvestissement d’un dialogue donnera du
sens.
• La complexité de l’exercice: l’écriture de la suite d’un
récit au CE2, rédaction d’un récit imaginaire au CM2.
• L’étude d’œuvre littéraire: la lecture et l’analyse des
textes vont être des points d’appui, des aides en rédaction.
Elle va enrichir l’imagination, va nourrir son travail écrit,
enrichir le lexique.
Autre exemple
Quelle programmation?
• Il peut être néanmoins difficile d’établir une
programmation annuelle figée en rédaction.
• Elle évolue au fur et à mesure de l’année en
fonction du vécu des élèves et du vécu de la
classe.
Mise en œuvre
• Une production d’écrits longs par
période.(5 productions d’écrits longs
sur chaque année du cycle 3.)
• Des productions d’écrits courts
régulières dans toutes les
disciplines, des activités ritualisées.
Les programmes insistent sur la nécessité d’une expression claire te précise dans toutes les disciplines. Il
faut permettre à l’élève d’écrire quotidiennement.
Des activités ritualisées
Pourquoi?
• Pour rentrer dans l’écrit, donner du sens à sa
construction.
• Pour travailler la mémoire orthographique des
mots, la recherche dans les outils de la classe
(dico, mémo, référents).
• Pour donner l’envie d’écrire.
Des exemples d’activités ritualisées
Est joint le document word avec les activités ritualisées détaillées.
Des écrits courts
• Les activités de recherche dans le cadre d’un
apprentissage:
→écrits de travail en littérature (compréhension).
→explication d’une expérience scientifique.
→rédaction de la procédure de résolution d’un
problème.
→prise de notes à l’écoute d’un exposé oral…
« Savoir écrire » ne doit pas se limiter aux seules séquences de français.
Des écrits courts
• Les écrits réguliers et normés:
→questions de compréhension de lecture.
→description d’un paysage en géographie.
→règles d’un jeu en EPS.
→rédaction d’un programme de construction en
géométrie…
Des écrits courts
• Des situations d’écriture appliquées:
L’élève applique dans une courte situation
d’écriture une notion étudiée en classe
→Savoir utiliser l’imparfait et le passé simple.
→Savoir amplifier une phrase par ajout de
complément…
Des écrits longs: pourquoi?
• Pour travailler sur la cohérence d’un texte.
• Pour mettre du sens dans les apprentissages:
rédaction finale d’un projet.
Des écrits longs: quelle démarche?
• Produire un texte relève d’un véritable
apprentissage.
• L’élève ne pourra écrire un texte cohérent que
s’il en connaît les critères de fonctionnement.
• Il ne suffit pas de mettre les élèves en
situation d’écrire, il faut leur en donner les
moyens.
Un écrit se construit en plusieurs étapes.
La démarche
1) Présentation du projet à la classe: que va-ton écrire? Pour qui? Pourquoi?
Exemple: vous allez écrire un texte pour vous
décrire à quelqu’un qui ne vous connaît pas, se
décrire à la maîtresse en début d’année.
2) Lecture et analyse de textes choisis: proposer
un corpus de textes du même genre pour
dégager la structure du type de texte étudié.
Cette démarche est commune à tous types de texte. La lecture de textes du même genre que l’écrit à
produire doit permettre à l’élève de ne pas le laisser avec l’angoisse de la page blanche.
La démarche
La démarche
3) Elaboration d’outils d’aide à l’écriture:
-un schéma de construction, une structure.
-une aide lexicale: des mots, des comparaisons…
-une aide grammaticale et des séances de
maîtrise de la langue en lien avec le projet
d’écriture.
Pour écrire un portrait, je dois…, liste
d’expression ou de mots spécifiques pour ce
genre d’écrits.
L’élaboration des outils d’aide à l’écriture doit faciliter l’acte d’écriture.
La démarche
La démarche
4) Construire une grille d’aide à l’écriture, cette grille aidera
également à la relecture et à l’évaluation.
La consigne « relis ton texte » a peu d’impact si on ne définit pas un axe précis de relecture.
La démarche
-Cette grille devra être construite avec les élèves, dégager
les critères de réussite.
-On établira une grille pour chaque type de texte étudié.
- L’élève a connaissance des critères au moment de
l’écriture.
- Si la recherche des critères est collective, la grille finale
est donnée par le maître.
5) Rédaction d’un premier jet, à l’oral, demander aux
élèves d’énoncer toutes les pistes possibles. (20/30
min)
La démarche
6) Auto évaluation et correction du maître:
-A la fin de l’écriture du 1er jet, on amène l’élève
à s’auto-évaluer puis tenter de se corriger en
se référant aux outils proposés.
-Lecture du maître qui souligne les corrections à
réaliser par l’élève et corrige lui-même ce qui
ne peut être corrigé par l’élève lui-même.
Le premier jet est souvent éloigné de la demande. Il faut que les élèves comprennent que l’on ne peut se
satisfaire d’un jet unique, qu’il devra être amélioré.
La démarche
7) Si besoin: le maître peut prévoir des séances
décrochées visant à améliorer le texte→ éviter les
répétitions, enrichir le texte à l’aide d’adjectifs ou
d’adverbes… Les élèves utilisent trop souvent:
« j’ai, je suis »,travailler sur les phrases pour en
changer de sujet: j’ai les cheveux bruns, mes
cheveux sont bruns.
Parallèlement, l’enseignant propose des petits
d’exercices d’entraînement, des petits portraits
sous forme de devinettes avec des contraintes…
La démarche
• Pour impliquer l’élève dans la correction et le rendre
autonome, on peut convenir d’un code de correction:
La démarche
8) Correction ou récriture/ 2ème jet: l’élève
corrige seul ou récrit certains passages, non la
totalité.
9) Evaluation: selon les habitudes de la classe
(code, note, appréciation) en fonction des
points retenus dans le grille.
Y ajouter une appréciation globale où le
guidage pourra être notifié.
La démarche
• 10) Valorisation/publication: manuscrite ou
informatique/ cahier d’écrits, journal d’école, site,
exposition…
Il est préférable de favoriser les projets donnant un sens véritable à la production d’écrits: un destinataire
identifié, un enjeu, une finalité qui valorise et encourage l’engagement de l’élève.
La démarche
Les difficultés de mise en œuvre.
• Gestion du temps: activité qui demande du
temps (6 à 8 séances), activité où les
différentes phases semblent répétitives et
lassent facilement.
• Gestion du groupe classe: le nombre d’élèves
influent sur la gestion et les possibilités de
différenciation et d’aide. L’enseignant doit le
plus souvent intervenir de façon individuelle.
Comment palier à ces difficultés?
• L’étayage pour soutenir l’élève: le rôle de l’oral
dans la planification de l’écrit.
• Le tutorat: c’est une activité où le tutorat est à
privilégier.
• Mettre en place des outils: affichage,
répertoire…
• Limiter le nombre de phases de travail sur la
même production.
Il faut parfois accepter que tous les élèves ne soient pas en mesure de produire la totalité d’un écrit long et
définir avec chacun un objectif de progression explicite.
Comment palier à ces difficultés?
• Alléger la surcharge cognitive: se concentrer
d’abord sur l’histoire à construire.
• Prendre en charge une partie du travail.
Accepter que tous les élèves ne sont pas en
mesure de produire la totalité d’un écrit.
• Relancer: en questionnant, en assurant une
partie de la tâche, en demandant des
explications, proposer des corrections.
Comment corriger, comment évaluer?
En conclusion
• Tout au long de l’année, les élèves sont entraînés à:
Bibliographie
• Former des enfants producteurs de textes, Groupe
d’Ecouen, Josette Jolibert, Hachette éducation.
• Défi écrire, Acces Editions (scéren).
• 50 activités de lecture-écriture, cycle 3, Claudette
Oriol-Boyer T1(écritures brèves), T2 (écritures
longues) (scéren)
• Jeux pour écrire, Michel Martin, Hachette
éducation.
• Objectif écrire,Claudine Garcia-Debanc, (scéren)
Sitographie

similar documents