LES ORGANOPHOSPHRES

Report
LES ORGANOPHOSPHRES
I. Introduction
II. Propriétés physicochimiques
III. Sources d’expositions
IV. Toxicocinétique
V. Mécanismes d’action
VI. Intoxication aigue et chronique
VII. Diagnostic
VIII. Traitement
I. Introduction :
Pesticide
• substances destinées à :
- repousser,
- détruire,
- combattre les ravageurs {vecteurs de
maladies, esp. indésirables nuisibles
durant la production, transformation,
stockage, transport ou la
commercialisation des produits du sol}.
Insecticides
Pesticides
Herbicides
Fongicides
Rondenticides
OP
Carbamates
OC
Pyréthrinoides
II. Structure et ppts des
Insecticides organophosphorés :
II.1 Structure
- Se caractérisent par :
O (S)
B
B’
P
X
B et B’ : Groupements basiques (radicaux alkyl, alkoxy,
aryloxy, amido ou mercaptan)
X : Groupement acide (halogène, cyanure, thiocyanate,
phénoxy,….)
II.2 Classification
fonction
la DL50
En
de
l’Action
EnEn
fonction
de lade
valeur
du
Group
X fonction
Exemple
constituant
toxique X
e
DL50
Critère de
Exemple
ECOTHIOLINE
I
Ammonium
toxicité
quaternaire :
Inhibiteur s directs de ACHA
1-50 mg/Kg
Hautement
phosphonylcholi
++ Toxiques Parathion
toxique
Demeton
neAction directe
(P Action indirecte
Phosdrin
(gaz de combat)
II
OCN,
=O) CN, SCN TABUM
(P=S)
Dioxathion
ou X
Toxicité intermédiaire entre I et
Malathion
50 -500 Méthamidophos
mg/Kg
Modérément
Diazinon
III
Sulprofostoxique Parathion
Fenthion
SARIN
III
F
Azinphos-méthyl
Sulprofos
+++Tv

gaz
de combat
Phoxime
>500 mg/Kg
Peu toxique
Malathion
IV
Autres
++ large
Subdivisé en fonction de R1 et
R2
II.3 Propriétés physicochimiques:
-liquide, huileux ou non, rarement à l’état
solide.
-Odeur alliacée.
-Peu stables (facilement hydrolysé en milieu
alcalin)
- La majorité sont peu volatiles.
- Fortement liposolubles.
- Solubles dans les solvants organiques.
Persistance:
Faible problème de résidus
III. Sources d’exposition
Exposition professionnelle
1. Agriculture
2. Secteur sanitaire
(lutte antipaludique)
Extra professionnelle
Jardinage
MDCT vétérinaires
IV .Toxico cinétique
Rare++accidentelle,
suicidaire
70- 100%
Aérosols et OP de TV ++
(Dichlorvos,
Chlorpyriphos)
-Rapide
-++ Sudation, peau lésée et chaleur
-++ Adjuvants huileux des formulations
Distribution: foie, rein, T. graisseux, …pas de
bioaccumulation (sauf diazinon, le
fénitrothion ou le parathion)
Métabolisme: foie, rein , intestin,
poumon
Détoxification
Bioactivation
Désulfuration
oxydative
Métabolit
es actifs
Hydrolyse
Réduction
Conjugaison
Elimination ++ urinaire
+ de 80% dans les 48h
Désulfuration oxydative
Hydrolyse
V. Mécanisme d’action:
1. Les OP sont des molécules Neurotoxiques:
-Inhibition de AChE +++ Action critique
- Inhibition de NTE
2. Possèdent un pouvoir irritant qui peut être
parfois lié au solvant (Diazinon, Diméthoate,
Métamidophos).
1. Inhibition de AChE
AchE
PchE
Localisation
GR
SN
Substrat
Acétylcholine
Plasma
Foie
Cellules gliales
Butyryl -thiocholine
Succinylcholine
Acétylcholine
Conditions physiologiques
- Vitesse de réactivation dépend des
groupements basiques :
Totalement irréversible
Paraoxon (vieillissement)
Régénération spontanée:
diméthylphosphates ,
dichlorvos, diméthoate, malathion
Activité dépend de
la synthèse de
nouvelles molécules
Conséquences
Accumulation de ACH
au niveau des fentes
synaptique
SNC
JN
M
Pré ganglionnaires
(sympathique et
parasympathique ) et post
ganglionnaires para
Signes cholinergiques
2. Inhibition de NTE
OPIDN:
MIPAFOX, TOCP
NTE : Interaction cellules
gliales / neurones
Dégénérescence
axonale distale
Une interaction avec le
calcium/calmodulinekinase II
Neuropathie
retardée
Dégénérescence
rétrograde axonale
VI. Symptomatologie
Intoxication aigue
Intoxication
chronique
Signes
Syndrome classique
muscariniques
Effets muscariniques
Nsé, Vs, Diarrhée
Salivation, sudation, larmoiement…..
Effets nicotiniques
Syndrome
intermédiaire
Singes
nicotiniques
Myosis
très serré
Apparaisse
dans les
24-96
h aprèsbronchique,
Dyspnée,
hypersécrétion
Faiblesse
musculaire voir
Fenthion,
diméthoate
Syndrome
OAP++
paralysie
Syndrome
retardé
intermédiaire
Syndrome
paralytique des membres
et du SNC
Bradycardie
Atteinte
Symptômes
SNC
Apparaisses dans 10-14
j après
cou
Vertiges,
céphalées,
exposition unique
convulsion et coma
Syndrome retardé
TOCP, MIPAFOX
Paralysie flasque des extrémités
VII. Diagnostic:
Diagnostic clinique
3 syndromes après
une latence de 5mn
à 12h (jusqu’à 5j
pour le fenthion)
Diagnostic paraclinique
Dosage de l’activité
cholinestérasique (ACG, ACP)
Dosage de métabolites
urinaires (PNP)
Odeur particulière des selles et
haleine.
VIII. Traitement:
Evacuateur
Décontamination
cutanée
par lavage à l’eau et
au savon ALC
Charbon activé (50
à 100g)
LG (1H après )
Traitement antidotal
Traitement
symptomatique
intubation et ventilation
assistée
Diazépam (10mg/IV)
Atropine (2 à 4mg en IV,
2mg/10 min)
Réactivation de l’activité
enz (avant 8h ou 36h)
Mécanisme d’action de la
pralidoxime
H7C3O
O-
G-H
__
Site anionique
Pralidoxime
OC3H7
P
Site estérasique
Enzyme phosphorylée
H7C3O
OC3H7
CH
H3C
N-O
P
O
N+
-
+ G-H
-
H7C3O
__
G-H
OC3H7
+
CH
N-O
P
N
CH3
Enzyme régénérée
Administration de 1 à2 g en
IV/12h
Complexe pralidoximeorganophosphoré
O

similar documents