Comment l*imaginaire joue-t-il avec les moyens du langage, à l

Report
Objet d’étude :
Du côté de l’imaginaire
Comment l’imaginaire joue-t-il avec les moyens du langage,
à l’opposé de sa fonction référentielle ?
capacités
connaissances
attitudes
Champ littéraire :
 Interpréter le discours tenus
sur le réel à travers le discours
de l’imaginaire (en particulier
romanesque et poétique)
Période : le surréalisme
Le registre fantastique
Champ linguistique
 Goûter la puissance des mots
et des ressources du langage
Lexique : imagination/imaginaire,
 Réaliser une production faisant peur/ étrange
 Etre curieux des
appel à l’imagination
Lexique des émotions
représentations variées de la
Types de phrases, ponctuation
réalité
Point de vue, modalisation du
 Contextualiser et mettre en
doute
relation des œuvres traitant par
Comparaison, métaphore
l’imaginaire un même aspect du
réel à des époques différentes.
Histoire des Arts
Domaine artistique : »Arts du
langage »
Thématique : "Arts, réalités,
imaginaires »
Le mouvement surréaliste :
HIST. DE L'ART, LITT. Mouvement intellectuel, littéraire et
artistique, ébauché vers 1919 à la suite du romantisme et du
dadaïsme, défini par A. Breton en 1924, et principalement
caractérisé par le refus de toute considération logique,
esthétique ou morale, et des oppositions traditionnelles entre
réel et imaginaire, art et vie, par la prépondérance accordée au
hasard, aux forces de l'instinct, de l'inconscient libérées du
contrôle de la raison, et qui veut surprendre, provoquer, qui
cherche à dégager une réalité supérieure, en recourant à des
moyens nouveaux: sommeil hypnotique, exploration du rêve,
écriture automatique, associations de mots spontanées,
rapprochements inattendus d'images, etc.
Le rendez-vous des amis, Max Ernst, 1922-1923
Derrière, de gauche à droite: Philippe
Soupault, Jean Arp, Max Morise,
Rafaele Sanzio, Paul Eluard, Louis
Aragon, André Breton, Giorgio di
Chirico, Gala et Eluard. Au premier
plan: René Crevel (assis, de dos), Max
Ernst, Fedor Dostoïevski, Théodore
Fraenkel, Jean Paulhan, Benjamin
Péret, Baargeld et Robert Desnos
Ce tableau montre l’importance du collectif pour les
surréalistes et ainsi que l’amour de la création qu’ils ont en
commun. Les surréalistes sont un groupe, une bande, ils
élargissent la notion d’auteur unique. Il y a être ensemble et
créer ensemble.
Je ne vois pas la [ ] femme cachée dans la forêt,
René Magritte
Ce photomontage met en évidence :
-L’importance du collectif
-Le goût de produire des œuvres
collectives
-la femme: muse des surréalistes
-Le concept de la pensée intérieure
A la manière des surréalistes…..
ACTIVITES D’ECRITURE
CONNAISSANCES À METTRE EN
ŒUVRE :
Production de cadavres exquis
Métaphores
Jeux de langages surréalistes :
jeu des définitions
Comparaisons
Invention d’images, recherche
d’associations insolites
Anaphores
Lexique imagination/
imaginaire
 En 2026, un petit loup apparaitra à une porte avec
Camille.
 Sur les plages du Sud, un magnifique enfant parlait
tristement à une pomme de terre verte aux yeux de
biche
Les guitares sanglantes étaient en enfer
 Un animal effrayant sort avec un couteau
 En ce jeudi 23 mars 3013, une longue route nationale
vit un zombie avec un rat.
 Dans les profondeurs des grottes de Madagascar,
un bel ours chanta doucement sur une table avec une
pelle.
 En 1930, une femme avec des bleus, partit
tranquillement sur une chaise sans coussin.
 Sur le marché des pieds nus, une pastèque bleu
turquoise s’endormit tristement avec une femme.
 A Marseille en 1976, un chien effrayant dansait
vivement avec une truite anglaise sans tee-shirt.
 En 1978, un chat rose mangea goulument une
chouquette avec Napoléon.
 Qu’est-ce qu’une fuite ?
C’est un sentiment fort en émotions.
 Qu’est-ce que le paradis ?
C’est un endroit étrange.
 Qu’est-ce qu’un fantôme ?
C’est quelque chose de captivant qui fait dresser les
poils.
 Qu’est-ce qu’Halloween ?
Il s’agit d’une fleur qui pousse uniquement en
montagne.
 Qu’est-ce qu’un cimetière ?
C’est le fait d’être sans queue ni tête.
 Qu’est-ce que l’angoisse ?
C’est un événement mystérieux.
 Qu’est-ce qu’un enfant ?
C’est un enfer.
 Qu’est-ce que le monde des morts ?
C’est un grand festival qui se passe en Chine.
 Qu’est-ce qu’un clown ?
C’est une espèce de grenouille verte d’Afrique.
Qu’est ce qu’un chagrin ?
C’est une énorme chose qui ne ressemble à rien
Qu’est-ce qu’une blonde ?
C’est ce qui fait le bonheur de toutes les femmes
sur terre.
Qu’est-ce qu’un papillon ?
C’est une chauve souris qui pleure en chantant
Qu’est-ce qu’une poule mouillée ?
C’est un taureau avec deux grandes cornes.
Qu’est-ce qu’une pépite d’or ?
C’est une bête à huit pattes.
Qu’est-ce qu’un poisson sans queue ?
C’est un appel au secours.
Qu’est-ce qu’une chouquette ,
C’est une énorme femme avec des boutons
purulents
Objectif :
Réaliser une production faisant appel à l’imaginaire
Consignes de travail :
A partir d’un déclencheur (musique « Scaretale », in
Imaginaerum) et d’une contrainte (liste de mots par groupe) ,
produire collectivement un poème surréaliste.
Ecoute attentive
de Scaretale, in
Imaginaerum,
Nigthwish
Consignes de travail :
A partir de l’écoute attentive de la musique :
Rechercher dix mots inspirés par la musique
 A partir des mots, former des mots de la même famille
 Mise en commun du vocabulaire trouvé par le groupe classe en le
classant par catégories
Grâce à la « matière récupérée »par les élèves, on propose
des activités différentes en fonction des intérêts de chacun :
Créer, jouer des mots, inventer des images,
rechercher des associations insolites
Produire, de manière spontanée un court énoncé
surréaliste à partir de l’association de deux termes
Rédiger un texte narratif appartenant au registre
fantastique à partir du déclencheur musical
imaginer un collage
CONNAISSANCES À METTRE EN
ŒUVRE :
ASSONANCES
Contraintes à respecter :
Créer du rythme
Créer de la musicalité
ALLITERATIONS
HOMOPHONIE
ANAPHORES
RIMES
CONNAISSANCES À METTRE EN
ŒUVRE :
Contraintes à respecter :
COMPARAISON
METAPHORE
Inventer des images étonnantes,
insolites, en rupture avec la
logique ordinaire de la pensée
Associer des mots contraires
pour créer un oxymore
ANAPHORE
HYPERBOLE
OXYMORE
PERSONNIFICATION
Mesdames et Messieurs les spectateurs de poussière
Soyez les malvenus dans ce monde peuplé de fous
Craignez chacune de vos rencontres et laissez vous
emporter par les violons
Les illusionnistes à manteau de clair de lune givrée
Les contorsionnistes sans omoplate
Les bâteleurs aux mains de feu et de mirage enseveli
Les femmes serpents ensorceleuses qui cachent les enfants
sous leurs mandibules tentaculaires
Réveillez vous, sortez de votre imaginaire
Si vous ne voulez pas vous perdre dans ce dédale de la
raison qui mène vers le précipice
De la lumière de la voie lactée
Blanc comme la craie qui s’effrite
Blanc comme l’innocent perdu
Blanc comme l’enfant qui ouvre les yeux sur le monde
Les déferlantes abyssales vous guideront vers l’astre noir
de la folie.
Toi qui déambules dans la nuit de braise
Toi qui tues sans pitié les heures de glaise
Tu recherches, seul, animaléfique ,une proie dans la pénombre
Tu l’admires violemment, tu la rejettes tendrement
Alors
Elle surgit goulument dans cette nuit fanstasmagorique
Peuplée de pétales de sang et jus de mandragore confit
Tu la vois
Tu la sens
Tu la désires sans détour ni recours ni secours
Elle se décide
Guêpe maléfique à la taille de magicienne
Peau gelée, sans glace ni tain
Beauté monstrueuse dotée d’une dent divine
D’une voix sybilline
Chante les amies de Circé dans les eaux bleu-de-nuit
Bleu d’azur ou bleu de vair
Yeux bleus allant aux cieux
Pour un dernier refrain, pour une dernière danse
Celle qui donne l’idée de l’enfance.
Train de glace et palais des fantômes
Sirènes de verre et gorgones affamées
Voici venir le moment de réagir
Eldorado de cire et de coton où dorment les sinistres bateleurs
Le bruit métallique de l’horloge molle rappelle qu’il est temps de partir
Boule de feu contre le désespoir et la dépression
Le cortège malin d’escargots de nuit
Avale des sucreries verdâtres gluantes et malodorantes
Bientôt la femme serpent et le cerbère infâme et magnifique
Ouvrent la séance crépusculaire
Au milieu des guitares hurlantes et des pleurs des violoncelles
L’espiègle enfant masqué de ruban blanc
Ouvre en grand ses yeux de vif argent
Aux volutes de braise et de charbon ardent
Dans le pays imaginaire des songes réels .
La fête foraine des tourments magnétiques vient d’ouvrir ses
gorges métalliques
Venez, entrez, n’ayez pas peur
Vous entrez dans le temple du firmament
Dans le temple des richesses mirifiques exacerbées
Sans but, les enfants d’Alzheimer, sans peur, errent bruyamment
entre les attractions de feu polaire
Leurs parents, marchant à contrecourant, avancent sans
tourment, sans renoncement
Les cloches de papier leur rappellent qu’il est l’heure de les
laisser
Le Petit Chaperon l’avait prédit : le loup ne reste pas dans la
bergerie
Le diable aux oreilles de chinchilla dont les mandibules
tintinnabulent
Referme ses serres crochues de rapace affamé
Les serpents venimeux à ventre de lamentin se rassemblent en
tristes cohortes
Le bateleur attire la foule aidé de son Armide
La masse des badauds ahuris sans ombrage
Suit tel Panurge celui qui les conduira au précipice abysssal
A moins que l’heure de vie ne change de route.
Finaliser le recueil de la classe
Se photographier individuellement en choisissant un élément illustrant son
identité
A la manière du photomontage cité en exemple, réaliser un cadre avec les
photos des élèves
Créer un collage pour illustrer
Imaginer, à la manière de Matisse, une phrase présentant le travail collectif
Insérer les productions des élèves
Photos de type
photomaton
La réponse imprévue,
Magritte, 1933
Le choix du titre s’est fait
Comme un clin d’œil à
L’œuvre de Magritte

similar documents