sur La Follia

Report
La Follia, opus V, n°12
d’Arcangelo CORELLI
L’œuvre et l’histoire
La musique baroque
- Période musicale de l'Histoire allant grossièrement de 1600 à 1750
- Terme venant du portugais « barroco » signifiant « perle irrégulière »
- Esthétique et l’inspiration baroques qui succèdent à celles de la renaissance (apogée du contrepoint et
de la polymélodie) et précèdent celles du classicisme (naissance d'éléments discursifs, comme la phrase
musicale ponctuée)
Les 3 périodes baroques :
- le baroque ancien (1600-1650) avec Monteverdi, Carissimi…
- le baroque moyen (1650-1700) avec Lully, Charpentier, Purcell, Corelli…
- le haut- baroque ou baroque tardif (1700-1750) avec Bach, Haendel,
Rameau, Vivaldi…
- Le goût de la théâtralité avec la naissance de l’opéra, la monodie accompagnée, la basse continue…
- L’essor de la musique instrumentale avec la sonate, le concerto, la suite de danses…
- L’esprit concertant avec les notions de dialogue, de contrastes, de spatialité, de couleur…
- L’expression des affects avec la théorie des passions, le figuralisme…
L’œuvre et l’histoire
La sonate
- A l’origine: désigne « une musique qui sonne » c'est-à-dire à jouer (en italien, sonata, suonata)
- « Opposée » à la cantate (de l'italien, cantare = chanter)
- Apparue vers 1580
Sonate:
genre destiné à un ou plusieurs instruments,
accompagnés de la basse continue
- 2 variantes:
▪ La sonata da chiesa = sonate d'église (jouée pendant les temps de silences de la messe)
Elle comprend généralement 4 mouvements avec des tempi variés notés à l’italienne : largo, andante vivace, allegro…
▪ La sonata da camera = sonate profane destinée à un public de cour.
Elle se compose généralement d'un prélude suivi de plusieurs mouvements hérités de la suite de danse :
Prélude, Allemande, Courante, Sarabande, Gigue. Ces mouvements ne sont pas destinés à être dansés.
L’œuvre et l’histoire
Le compositeur: Arcangelo CORELLI
- Violoniste et compositeur italien (1653-1713 à Rome)
- Considéré comme l'un des compositeurs majeurs de la période baroque
- S’installe à Rome en 1671, où il passa presque tout le reste de sa vie
- Se place sous la protection de puissants mécènes
(la reine Christine de Suède, les cardinaux Benedetto Pamphilj et Pietro Ottoboni, neveu du pape régnant)
- Une vie sans soucis financiers
- Grande renommée à travers l’Europe, en tant que violoniste et chef d’orchestre: son influence a été
très grande, à la fois dans la diffusion de formes nouvelles (sonate et concerto grosso) et dans la
technique du violon.
- Une œuvre assez réduite en nombre de pièces mais de très grande qualité, entièrement destinée au
violon et à l'orchestre à cordes.
Production restreinte avec 6 numéros d’opus (comportant 12 œuvres chacun):
▪ Opus
▪ Opus
▪ Opus
▪ Opus
▪ Opus
1 : 12 sonates da chiesa (d'église) en trio (Rome, 1681)
2 : 12 sonates da camera (de chambre) en trio (Rome, 1685)
3 : 12 sonates da chiesa (d'église) en trio (Rome, 1689)
4 : 12 sonates da camera (de chambre) en trio (Rome, 1694)
5 : 12 sonates pour violon solo et continuo (Rome, 1700)
- N°1 à 6 : 6 sonates da chiesa
- N°7 à 12 : 6 sonates da camera (La 12ème sonate exploite le thème de « La Follia »)
▪ Opus 6 : 12 concerti grossi dont le célèbre « Concerto pour la Nuit de Noël » (Amsterdam, 1714)
L’œuvre et l’histoire
La Follia
-Danse chantée d’origine populaire qui s’est développée dans la péninsule ibérique (Portugal) vers la fin du
Moyen Âge.
L’accompagnement instrumental de cette danse pratiquée par des hommes se caractérisait par son aspect bruyant et par
son tempo si rapide que les danseurs semblaient perdre la raison.
- 1546: première œuvre musicale imprimée où l’on a pu trouver le titre Follia (Tres libros de musica eb
cifras para vihuela d’Alonso Mudarra). Il s’agit dorénavant de musique savante.
-1672: Air de hautbois de Lully qui en propose une version qui, par son succès, restera inchangée.
C'est sous cette forme, très largement diffusée dans toute l'Europe, que la Follia va être utilisée par une multitude de
compositeurs, jusqu'au XXIe siècle.
Quelques œuvres:
-La Follia, Vivaldi, 1705
-Variazoni sull’ aria La follia di spagna, Salieri, 1815
-Rhapsodie espagnole, Liszt, 1863
-Variation sur un thème de Corelli, Rachmaninov, 1931
-Musique du film 1492, Vangelis, 1992
L’œuvre et son organisation
Opus V, N°12
- Publiée à Rome en 1700
- Dédiée à Sophie Charlotte, princesse de Hanovre
12 sonates « a violino solo e violone o cimbalo »
= pour violon solo et continuo avec :
▪ 6 sonates da chiesa (n°1 à 6)
▪ et 6 sonates da camera (n°7 à 12)
- La Follia est la douzième sonate de cet opus
- Conclusion à une œuvre qui connut un succès posthume et international
- Structure = 1 seul mouvement, groupant 1 thème et 23 variations
L’œuvre et son organisation
Le thème
- Métrique: 3/4
- Tonalité: ré mineur
- Structure: 16 mesures (2 sections de 8)
- Tempo lent
- Il se caractérise par:
▪ une ligne de basse
▪ une structure harmonique: ré mineur, Fa Majeur, demi-cadence en ré m puis idem vers cadence parfaite
▪ un profil mélodique: ambitus restreint, par mouvements conjoints, rythme pointé
L’œuvre et son organisation
Les variations
Le thème de la follia est suivi de 23 variations
-Variation 1:
▪ même tempo
▪la basse est une voix contrapunctique d’où se dégage le thème
-Variation 2:
▪ allegro
▪ arpèges de croches, ascendants, descendants, brisés au violon
-Variation 3:
▪ très dynamique, virtuose
▪ dialogue entre les voix, imitation
-Variation 4 et 5 en miroir:
▪ une voix en croches arpégées
▪ à l’autre des sauts d’octave sur temps faible
L’œuvre et son organisation
Les variations
-Variation 6 et 7 en miroir:
▪ même principe que pour les variations 4 et 5
▪ en doubles croches
-Variation 8:
▪ adagio
▪ intervalle de tierce ( mélodique au violon, harmonique à la basse)
▪ ornementation dans la seconde partie
-Variation 9:
▪ vivace
▪ jeu de question/réponse autour de l’arpège brisé
▪ aspect théâtral
-Variation 10:
▪ allegro (très brève)
▪ ternaire
▪ conduite des 2 voix en mouvement contraire
L’œuvre et son organisation
Les variations
-Variation 11:
▪ tempo lent du début
▪ double cordes au violon
▪ mouvement continu de croches à la basse
-Variation 12:
▪ allegro
▪ grands intervalles au violon avec accentuation
des notes du thème
▪ temps forts à la basse
-Variation 13:
▪ ternaire
▪ opposition entre les doubles croches descendantes
et les grands intervalles des arpèges en croches
▪ temps forts à la basse (4/4)
-Variation 14:
▪ adagio
▪ valeurs longues
L’œuvre et son organisation
Les variations
-Variation 15:
▪ sixtes en double cordes au violon
▪arpèges en triolets à la basse
-Variation 16:
▪ allegro
▪ césure entre les 2 sections
▪ saut d’octave sur le 2e temps puis rythme de la follia transformé au violon
▪ rythme de la follia puis sauts d’octave sur le 1er temps à la basse
-Variation 17:
▪ syncopes et large ambitus au violon
▪ mouvements de tierce à la basse
-Variation 18:
▪ arpèges brisés au violon
(section1: descendants/section 2: ascendants)
L’œuvre et son organisation
Les variations
-Variation 19:
▪ marche harmonique en imitation
▪ figures rythmiques différentes dans les 2 sections
-Variation 20 et 21 en miroir:
▪ ternaire (violon 9/8, basse 3/4)
▪ fin de la Var.20 en Fa M
▪ fin de la Var.21 en Ré m
-Variation 22 et 23 en miroir:
▪ effet de virtuosité
▪ trémolos rapides au violons puis à la basse
L’œuvre et son organisation
Pour résumer
- Beaucoup de contrastes:
- Plusieurs techniques de variations:
▪ caractères (noble, léger,…)
ex: var.10 et 11
▪ mélodiques, ornementales…
ex: var.2
▪ tempi (andante, allegro, …)
ex: var.8 et 9
▪ rythmiques
ex: var.11
▪ nuances (piano, forté,…)
ex: var.21 et 22
▪ harmoniques
ex: var.20
▪ registres (aigu, grave)
ex: var.9
▪ polyphoniques (écriture contrapuntique)
ex: var.19
▪ métrique (binaire, ternaire)
ex: var.9 et 10
▪ transformations rythmiques
ex: var.17
▪ questions/réponses
ex: var.3
▪ effet miroir
ex: var.4 et 5
L’œuvre et ses pratiques
La basse continue (ou continuo)
-La pratique de la basse continue est commune à toute la musique baroque
(d’environ 1600 jusqu’au début du XIXe siècle)
- Notation schématique d’un accompagnement instrumental de caractère harmonique
-Seule la ligne de basse est écrite.
Elle requiert une réalisation improvisée des accords sous-entendus (chiffrés ou non)
- La partition baroque = sorte de canevas à partir duquel le musicien « improvise »
L’œuvre et ses pratiques
La basse continue (ou continuo)
L’œuvre et ses pratiques
L’ornementation
- 2 écoles:
▪ en France: les ornements sont plus mélodiques. Ils tournent autour de la note réelle.
▪ en Italie: les ornements sont liés à l’harmonie. Ils s’éloignent davantage de la note à ornementer.
Corelli, Sonate op.5, n°3
L’œuvre et ses pratiques
L’interprétation baroque
- Recherche de virtuosité
-Développement de la facture instrumentale:
▪ les luths allemands
▪ le violon italien
▪ la viole de gambe anglaise
▪ le clavecin et les bois en France
-Le violon baroque:
▪ cordes en boyau naturel (≠ en métal)
▪ pas de mentonnière
▪ pas de barre de soutien
▪ archet courbe convexe (≠concave), plus court, plus tendu, plus léger
-Il sonne différemment:
▪ timbre pus « chaud »
▪ richesse d’harmoniques
▪ archet qui aide à jouer les contrastes et les articulations
L’œuvre, la musique et les autres arts
La grandeur de l’Eglise romaine face au protestantisme
Colonnade de la basilique St Pierre
La recherche du mouvement
et la torsion des formes
Francesco Borromini
Façade ondoyante
Eglise Saint-Charles des quatre fontaines Rome
Basilique St Pierre du Vatican
La tension des lignes
Et les effets dramatiques
Pieter Paul Rubens
La descente de croix
Le baldaquin du Bernin
Les contrastes de lumière
Le Bernin
Sainte Thérèse en extase
L’œuvre, la musique et les autres arts
La théâtralité
Le Bernin
Chapelle Cornaro
Eglise Sainte-Marie de la Victoire à Rome
L’illusion et les effets de perspective
Andrea Pozzo
Le triomphe de Saint Ignace
Fresque de la voûte de l’église St Ignace de Loyola à Rome.
Le spectaculaire
N. Salvi/N. Pannini
La fontaine de Trevi
L’exubérance et la surcharge décorative
Johann Michael Fischer
Basilique d’Ottobeuren en Bavière
Sources
- DENIZEAU Gérard, L’éducation musicale, Baccalauréat 2013
- VIRET Jacques, B.A.-BA Musique baroque, Pardès, 2008
- C.CAMPENON et J.RUSTIQUE, Une présentation de la Follia, Académie de Versailles
http://www.educamus.ac-versailles.fr/IMG/pdf/Dossier_LA_FOLLIA_-_CORELLI.pdf
-T.CAPELLE, Cours Corelli, Académie de Versailles
http://www.musique-orsay.fr/bac/corelli/corelli_menu.html
- LAPOINTE Bibiane, MAEDER Thierry, RESCHE Emmanuel, Concert-lecture du vendredi 12 avril 2013

similar documents