En 2012, la production d`aciers a progressé de 1,2

Report
Comité Basic Metals /Acier d’IndustriAll
Cabinet Syndex
Dominique Caboret et Philippe Morvannou
Février 2013
Nom de la société – nature de la mission – date
Ce rapport est destiné aux membres du comité d’entreprise
La situation de la sidérurgie européenne
début 2013
1
La production mondiale d’aciers a poursuivi sa croissance en 2012
grâce à celle de la Chine mais aussi de la plupart des principaux pays
producteurs
Evolution de la production mondiale d'aciers bruts (en Mt)
1 347,0
1 235,1
2007
2008
2009
Monde
694,8
638,7
577,1
512,3
489,7
1 547,8
1 529,2
1 431,7
1 341,2
 En 2012, la production
2010
2011
716,5
2012
Chine
d’aciers a progressé de 1,2%
atteignant les 1 548 Mt.
 La Chine a continué de tirer la
croissance mondiale d’aciers
contribuant pour 46,3% de la
production globale (contre
38% en 2008).
Avec 717 Mt de tonnes
d’aciers produites la Chine
a poursuivi sa croissance
(+ 3,1%) à un rythme plus
modéré.
Evolution en Mt pour les principaux pays producteurs d'aciers
140
120
 La plupart des principaux
100
pays producteurs d’aciers au
niveau mondial sont
demeurés sur une tendance
de croissance en 2012 hormis
le Japon (-0,3%), le Brésil (1,5%) et l’Ukraine (-7%).
80
60
40
20
0
Japon
USA
Inde
2007
2008
Russie
2009
Corée du Sud
2010
2011
Turquie
2012
Brésil
Ukraine
Nom de la société – nature de la mission – date
Ce rapport est destiné aux membres du comité d’entreprise
1 800
1 600
1 400
1 200
1 000
800
600
400
200
0
2
Une période marquée par le retrait de l’Europe qui connaît le
redressement le plus faible depuis la crise
Variation 2012/2007 pour les principaux pays producteurs
d'aciers et de l'U.E. (en %)
Variation 2012/2011 pour les principaux pays producteurs
d'aciers et de l'U.E. (en %)
4,3%
3,1%
2,5%
46,3%
5,2%
43,4%
34,6%
2,5%
39,1%
1,2%
2,7%
-0,3%
-1,5%
Japon
USA
Inde
Russie Corée du Turquie Brésil
Sud
UE
Chine
Japon
USA
Inde
Russie Corée du Turquie Brésil
Sud
-23,1%
Ukraine
 2012 est aussi marquée par la poursuite du retrait de l’Union européenne, région dont la
production a connu le plus faible redressement depuis la crise (-19%).
 Ainsi l’Europe voit-elle son son poids s’affaiblir dans la production mondiale d’aciers avec 11%
en 2012 contre 16% en 2007.
-19,4%
UE
Nom de la société – nature de la mission – date
Ce rapport est destiné aux membres du comité d’entreprise
Chine
-6,8%
Ukraine
-2,5%
-10,8% -9,7%
-4,7%
3
Un scénario de reprise de la consommation européenne
d’aciers en 2014
Evolu on de la consomma on apparente
d'aciers en Mt (Eurofer janvier 2013)
250
200
150
178
192
168
201
185
148
121
157
142
141
146
100
50
0
2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 e 2013 2014
Prev. Prev.
l’Europe poursuivrait son retrait (-0,7%) en 2013 avant une inversion de la tendance attendue pour
2014.
Le scénario retenu pour 2014 est celui d’une reprise lente avec un niveau de consommations d’aciers
dans l’UE légèrement inférieur à celui de 2010, année de la reprise après crise.
 La baisse est due à la phase récessive de l’économie en général, mais avec un impact plus prononcé
dans le sud de l’Europe, dans les secteurs de la construction et de l’automobile et la dégradation de
la situation polonaise.
La consommation apparente d’acier dans l’UE atteindrait 142 Mt en 2012, un niveau inférieur de 23% à
la moyenne 2004-2008.
 Considérant les années 2012 et 2013 comme les points bas de la consommation européenne d’acier,
nous estimons à 180 Mt la base de consommation d’aciers en Europe, une fois la période de crise
aiguë passée.
Un niveau à comparer à une consommation moyenne d’acier en Europe de 185 Mt entre 2004 et 2008.
Nom de la société – nature de la mission – date
Ce rapport est destiné aux membres du comité d’entreprise
 Selon les prévisions réalisées par Eurofer en début d’année, la consommation apparente d’aciers de
4
Selon MEPS la reprise de la consommation apparente devrait
s’amorcer dès 2013 avec un redressement lent mais continu
jusqu’en 2015
 Selon MEPS après la baisse de 2012,
la consommation apparente de
l’Europe des 27 devrait se redresser
légèrement en 2013.
Après une baisse de de 13Mt en
2012 (-8,7%).
 La production de 2012 est estimée à
170 Mt contre 177,7 Mt l’année
précédente (-4%).
productions vont connaître un
redressement continu à partir de
2013, avec un niveau de production
d’acier anticipé à 188,5 Mt à l’horizon
2016 (+11% par rapport à 2012).
Nom de la société – nature de la mission – date
Ce rapport est destiné aux membres du comité d’entreprise
 MEPS estime que les niveaux de
5
Evolu on de la produc on mensuelle d'acier brut dans l'UE (Mt)
21
19
17
15
13
11
9
7
2007
2008
2009
2010
2011
2012
5
Ian
Feb
Mar
Apr
Mai
juin
juillet
Aug
Sep
Oct
Nov
Dec
Nom de la société – nature de la mission – date
Ce rapport est destiné aux membres du comité d’entreprise
En 2012 la production d’aciers de l’Europe recule de 8 Mt
6
Le taux d’utilisation en 2012 s’établit à 71% en Europe compte
tenu des fermetures d’outils
Taux d'u lisa on moyen des capacités de produc on en Europe pour 2012
87%
83%
82%
66%
75%
71% 69%
64%
57%
65%
78%
84%
77%
71%
70%
63%
71%
62%
54%
40%
m
ry
lic
ce
ce
ny
ria
ria
nd
st lgiu lga pub nla ran ma ree nga
u
r
F
A
G Hu
Fi
Be
Bu Re
Ge
h
ec
Cz
)
)
ly
rg
ds
nd ania akia enia ain den om (27 (27
p
Ita bou lan ola
d
e
v
.
v
S
g
r
m lo
P
EU
Sw Kin E.U
S
Slo
Ro
em ethe
r
x
d
e
N
Lu
ite Oth
Un
Nom de la société – nature de la mission – date
Ce rapport est destiné aux membres du comité d’entreprise
28%
7
Tous les pays de l’Union européenne connaissent une baisse de
leur production en 2012 hormis le Royaume-Uni (avec l’effet
Teesside remis en marche au printemps 2011)
Evolu on annuelle des produc ons (en Mt)
20
2007
2010
18
2011
2012
19,3
19,0
15,8
15,4
16
16,3
15,6
15,6
13,6
14
10,7
12
10,6
8,0
10
8,1
7,4
8
8,0
7,1
5,6
5,2
6
8,8 8,4
6,3
5,1
3,7 3,8 3,8
2,9 2,5 2,6
2,2
4
2
0
Republique Tcheque
France
Luxembourg
Pologne
Roumanie
Evolu on annuelle des produc ons (en Mt)
Evolu on annuelle des produc ons (en Mt)
48,6
2007
50
2011
40
43,8
2010
44,3
14,4
42,7
16
31,5
2012
14
25,8
30
20
Espagne
28,7
27,2
12
10
7,4
2007
2010
2011
2012
6,7
6,9
9,7
6,9
8
6
7,6
7,2
7,5
7,4
4
10
2
0
Pays Bas
0
Autriche
Allemagne
Italie
Royaume Uni
9,5
9,8
Nom de la société – nature de la mission – date
Ce rapport est destiné aux membres du comité d’entreprise
Belgique
8
Nom de la société – nature de la mission – date
Ce rapport est destiné aux membres du comité d’entreprise
Une disparité de situations entre les pays européens
9
Depuis mi 2011 une balance commerciale aciers en nette
amélioration…
Balance commerciale de l'U.E. dans les aciers (en Kt)
2000
1500
1000
500
0
2010
2011
nov.
Total
sept.
juil.
Longs
mars
janv.
nov.
sept.
juil.
mai
mars
janv.
nov.
sept.
juil.
mai
mars
janv.
‐1000
Plats
mai
‐500
2012
marché interne s’est traduit par une
baisse de 31% des importations lors
des 11 premiers mois de 2012 par
rapport à la même période de 2011.
Taux de change USD contre euro (BCE)
1,7
1,6
La baisse des importations est plus
importante pour les produits plats
(-34%) par rapport au longs (-18%).
1,5
1,4
1,3
 La relative croissance des
1,2
1,1
1
0,9
0,8
02/01/08
02/01/09
02/01/10
02/01/11
02/01/12
02/01/13
exportations (une hausse de 6% pour
les 11 premiers mois de 2012 par
rapport à la même période de 2011)
a été assurée par la compétitivité
des produits, due en partie à un euro
plus faible sur la première partie de
l’année.
Nom de la société – nature de la mission – date
Ce rapport est destiné aux membres du comité d’entreprise
 La baisse de la demande sur le
10
…grâce au repli des importations de produits plats situées à un
niveau historiquement bas et la hausse tendancielle des
exportations pour les plats comme pour les longs
 Les livraisons des producteurs
européens et donc les parts de
marché de l’Europe ont bénéficié
du retrait des importations tout
particulièrement dans les
produits plats depuis mi 2011.
dans les produits plats est
redevenue positive depuis
septembre 2011 et le solde de la
balance commerciale n’a cessé
de se redresser depuis.
 Les importations de produits
plats (937 Kt en moyenne
mensuelle sur 2012) sont
tombées à un niveau
historiquement bas.
 L’amélioration du solde extérieur
devra passer par les exportations
en 2013.
Nom de la société – nature de la mission – date
Ce rapport est destiné aux membres du comité d’entreprise
 Ainsi la balance commerciale
11
Les capacités de production arrêtées début 2013
L'équilibre offre demande dans l'UE des 27 (Mt)
2010
Production
173
Consommation apparente
148
Solde extérieur
7
2011
178
157
7
2012 e
169
142
13
Source Eurofer, Worldsteel
Distribution des capacités de production d'acier
Arrêts définitifs (MT)
Fév. 2013
fonte
14,6
electrique
5,5
Total
20,1
L'actualisation des capacités de production en Europe
capacités de production totale d'acier brut (Ref 2007)
arrêts définitifs d'installations
arrêts temporaires d'installations
capacités de production d'acier brut début 2013
réfections
capacités dédiées à l'export
capacités en cours de déclassement
ralentissements d'unités
gains de productivité
total Europe
Fév. 2013
210
20,1
14,2
175,7
1,7
3
2
3
5
171
Nom de la société – nature de la mission – date
Ce rapport est destiné aux membres du comité d’entreprise
Arrêts temporaires (MT)
fonte
9,1
electrique
5,1
Total
14,2
12
L’ajustement à la demande d’aciers par les arrêts de capacités
définitifs et temporaires

La production européenne d’acier s’établit à 169 Mt en 2012, après 178 Mt l’année
précédente.

La sidérurgie européenne est en crise et, si aucun des pays producteurs d’aciers n’a
pas retrouvé les niveaux de production antérieurs à 2009, à l’exception de la Chine et
de la Turquie, l'UE27 est la zone la plus touchée par la récession industrielle. Aucune
amélioration n’est prévisible à court terme avec une reprise envisageable à partir de
2014.

Depuis la crise financière de la fin de l’année 2008, les capacités de production d’acier
dans les pays de l’UE ont d’ores et déjà été réduites de près de 40 Mt par rapport à
2008, et plus de la moitié des fermetures d'outils ont été annoncées comme
définitives.

Cette baisse spectaculaire des capacités de production européenne constitue le
principal facteur d’ajustement de l’offre et de la demande d’aciers sur les marchés
européens.

Entre fin 2012 et le premier trimestre 2013, 7 Mt de capacités ont été remises en
marche pour répondre au rebond de la demande sur le début de l’année. Pour
l’essentiel, il s’agit des hauts-fourneaux arrêtés pour réfection ou maintenance en
2012 et dont les arrêts ont été parfois prolongés au-delà.
Ainsi ont été remis en marche le BFB de Gijon et le BF2 de Dunkerque, tandis que le haut-fourneau de Port
Talbot, en réfection depuis l’été 2012, revient avec une capacité de production de 2,47 Mt (accrue de 500 Kt).
Seul le HF de Duisbourg demeure arrêté malgré l’achèvement de sa réfection (1,7 Mt).
Est également pris en compte le redémarrage de la phase à chaud des installations Evraz en République
tchèque, arrêtées depuis octobre 2012 (950 Kt).
Nom de la société – nature de la mission – date
Ce rapport est destiné aux membres du comité d’entreprise
Pour rappel, les productions entre 2004-2008 atteignaient en moyenne 203 Mt par an.
13
Des arrêts temporaires qui risquent de devenir définitif
 En ce début d’année 2013, la capacité de production d’aciers bruts en Europe peut être estimée à
moins de 176 Mt, dont 14,2 Mt pourraient être théoriquement redémarrées lors de la reprise de la
demande d’aciers.
 On ne peut cependant que mettre en doute le prolongement des arrêts temporaires comme une
manière de sauvegarder les capacités de production dans un environnement compétitif.
 Ainsi de nombreuses installations arrêtées ou marchant au ralenti voient leur pérennité
aujourd’hui menacée :
les capacités en cours de déclassement (Alfonso Gallardo) ;
les installations des sites belges (Louvières) de Duferco et NLMK, aujourd’hui concernées par un plan de
restructuration avec un projet de suppression d’emplois (601 salariés sur 1 357 globalement) et de réduction
des capacités de production. Le plan industriel développé par NLMK se traduirait par une réduction de capacité
de production de 2,6 Mt à 1,5 Mt ;
les installations de Lucchini, au bord de la faillite et ayant demandé à être placé sous administration judiciaire
début 2013.
 À ces différentes installations il faudrait ajouter le site de Tarente Riva, dont l’avenir demeure
incertain.
Les installations du site de Tarente fonctionnent à marche réduite depuis juillet 2012 et plusieurs outils ont fait
l’objet d’arrêts en novembre dans le cadre du bras de fer opposant le gouvernement et la justice italienne. La
remise en marche progressive depuis février des installations de Tarente laisse entière la question de son avenir
industriel, le site devant être rendu conforme aux normes environnementales.
 On notera par ailleurs que les 1,7 Mt de stocks de brames saisis en juillet 2012 reviendront sur le marché au
premier trimestre 2013..
Nom de la société – nature de la mission – date
Ce rapport est destiné aux membres du comité d’entreprise
les capacités arrêtées et destinées à la cession, ainsi les unités de produits longs du sidérurgistes russe Mechel
en Roumanie ;
14
Une union européenne devenant importatrice nette d’aciers
d’autant que la stratégie de désinvestissement s’étend
désormais aux installations à froid
 Avec une capacité de production théorique de 176 Mt hors réfection et ralentissements de
production, l’UE ne pourrait faire face au redressement de la demande d’aciers si les arrêts
aujourd’hui temporaires se transformaient en arrêts définitifs.
 Ainsi l’adaptation de la sidérurgie européenne à la crise et à la baisse conjoncturelle de la demande
aura conduit à la naissance d’un déficit structurel de sa balance commerciale.
 Après les nombreuses fermetures dans la production d’aciers bruts, et qui ont concerné aussi bien
Ce projet de fermeture inclut la cokerie, le train à large bande de Chertal et la moitié des lignes des installations
aval, parmi lesquelles un laminoir à froid, deux lignes de galvanisation, deux lignes d’électro-zingage.
 Ce projet témoigne des risques pesant sur les sites intégrés, aujourd’hui en voie de démembrement
par la fermeture de leur phase liquide.
 À cela s’ajoute également l’annonce faite récemment par ThyssenKrupp de la possible fermeture ou
cession de plusieurs outils avals en Allemagne et en Espagne.
Plusieurs lignes seraient concernées : la ligne de revêtement organique de coils n°1 de Duisbourg, l’une des deux
lignes d’électro-zingage de l’usine de Dortmund, le laminoir à froid et les lignes de galvanisation et d’électrozingage de Neuwied, les activités d’aciers électriques à grain orienté de TK Electrical Steel, la ligne de
galvanisation de TK Galmed en Espagne.
 Ces fermetures entraîneront des pertes supplémentaires de parts de marché pour les producteurs
européens. Ainsi, il est fort probable que, lors de la reprise attendue pour les années 2014-2015,
l’Europe deviendra importatrice nette d’aciers, notamment dans les produits plats qui sont les
produits à plus haute valeur ajoutée.
Nom de la société – nature de la mission – date
Ce rapport est destiné aux membres du comité d’entreprise
les hauts-fourneaux que les aciéries électriques, les restructurations s’étendent désormais à la
transformation à froid, comme l’indique l’annonce par ArcelorMittal des fermetures définitives des
laminoirs à Liège.
15
Les pertes d’emplois et de compétences, ainsi que le déficit
d’investissements mettent en danger la sidérurgie européenne

La nouvelle détérioration du marché de l’acier depuis fin 2011 s’est traduite par
une multiplication de suppressions d’emplois dans la sidérurgie européenne.

Ces suppressions ou projets de suppression sont liées aux arrêts d’installations
dans le chaud et récemment dans le froid, mais aussi aux différents plans
d’économie réalisés et annoncés par les sidérurgistes, plans touchant le personnel
de production comme les employés.

La dernière annonce réalisée est celle de Thyssenkrupp dont la réorganisation dans
les aciers en Europe doivent se traduire par 3 800 suppressions d’emplois.

Dans cette période, le niveau d’investissement est un critère majeur pour juger de
la pérennité des installations, en particulier pour les sites intégrés du fait de leur
caractère capitalistique.

Pour augmenter la valeur ajoutée des produits et se différencier par rapport aux
concurrents mondiaux hors Europe, il convient d’investir aussi bien dans la R&D
que dans la modernisation des outils sous la contrainte majeure que constitue la
rareté des matières et de l’énergie, deux facteurs majeurs dans l’industrie de l’acier
du XXIème siècle.

La politique bas carbone n’est toujours pas à l’ordre du jour chez les sidérurgistes
européens, comme le démontre l’impasse actuelle du projet d’investissement dans
le recyclage des gaz de haut fourneau après le report sine die du pilote industriel
de Florange.
Nom de la société – nature de la mission – date
Ce rapport est destiné aux membres du comité d’entreprise
La distribution n’est pas épargnée avec une succession de fermetures de sites et de
suppressions d’emplois (ArcelorMittal, Kloeckner et BE Group).
16
Moyenne S1
2012
Coils laminés à chaud, EXW, Europe du Nord, EUR/tonne
533,0
Coils laminés à froid, EXW, Europe du Nord, EUR/tonne
615,3
Coils galvanisés, EXW, Europe du Nord, EUR/tonne
633,9
Coils laminés à chaud, EXW, Europe du Sud, EUR/tonne
524,3
Coils laminés à froid, EXW, Europe du Sud, EUR/tonne
604,4
Coils galvanisés, EXW, Europe du Sud, EUR/tonne
617,3
Produit
29‐nov‐12
11‐févr‐13
455
560
570
440
525
515
508
575
585
493
560
560
Evolution
nov.12/S1 12
‐14,6%
‐9,0%
‐10,1%
‐16,1%
‐13,1%
‐16,6%
Evolution
fev. 13/nov.12
11,6%
2,7%
2,6%
12,0%
6,7%
8,7%
Nom de la société – nature de la mission – date
Ce rapport est destiné aux membres du comité d’entreprise
Après une baisse conséquente sur le deuxième semestre 2012,
les prix des produits plats renouent avec une tendance
haussière en fin d’année en particulier pour les HRC
17
Produit
Ronds à béton, EXW, Europe du Nord, EUR/tonne
Fil machine, EXW, Europe du Nord, EUR/tonne
Sections, EXW, Europe du Nord, EUR/tonne
Ronds à béton, EXW, Europe du Sud, EUR/tonne
Fil machine, EXW, Europe du Sud, EUR/tonne
Sections, EXW, Europe du Sud, EUR/tonne
Moyenne S1
2012
551,9
571,5
657,7
547,4
567,0
650,0
11‐nov‐12
11‐févr‐13
525
520
585
485
493
573
528
528
655
498
508
615
Evolution
nov.12/S1 12
‐4,9%
‐9,0%
‐11,1%
‐11,4%
‐13,1%
‐11,9%
Evolution
fev. 13/nov.12
0,6%
1,5%
12,0%
2,7%
3,1%
7,4%
Nom de la société – nature de la mission – date
Ce rapport est destiné aux membres du comité d’entreprise
Une évolution plus contrastée du prix des produits longs avec
une hausse entre 1% et 12% entre novembre 2012 et mi-février
2013
18
 Après avoir connu une baisse de plus de 40% par rapport aux plus hauts niveaux
de 2011, le prix du minerai de fer s’est redressé à 155 $/t en janvier 2013 (soit
+52% depuis septembre 2012).
 De même après être descendu de 39% depuis le début de l’année 2012, le prix du
charbon à coke s’est redressé à 210 $/t en janvier 2013 (+17% depuis septembre
2012).
Nom de la société – nature de la mission – date
Ce rapport est destiné aux membres du comité d’entreprise
Cependant une progression des prix de vente en retrait au
regard de celle du prix des matières premières depuis octobre
2012
19
 A 295 €/t, le prix des ferrailles connaît un rebond de 18% entre octobre 2012 et janvier
2013. Sa baisse tendancielle amorcée depuis le point haut atteint début 2011 a ainsi été
interrompue.
 Le prix de la ferraille est cependant de 23% inférieur au plus haut niveau atteint en janvier
2011.
Nom de la société – nature de la mission – date
Ce rapport est destiné aux membres du comité d’entreprise
…qu’il s’agisse des matières minérales ou des ferrailles depuis
octobre
20
Nom de la société – nature de la mission – date
Ce rapport est destiné aux membres du comité d’entreprise
Aussi les marges sur matières unitaires stoppent leur
redressement dans les produits longs et se replient dans les
plats
21

similar documents