S aureus

Report
La Pneumonie du sujet âgé
Thierry Pepersack MD PhD
AMUB JEPU 6 sept 2014
La pneumonie: un défi gériatrique?
• Incidence:
– 25-44 par 1000 sujets de la population non hospitalisée: plus de
quatre fois l’incidence observée en dessous de 65 ans
– Les résidents d’institutions présentent une incidence de 33 à 114 cas
pour 1000 par an.
• Prévalence:
– Fein et al observe que à tout moment 2% de la population de
nursing-home présentent une pneumonie.
• Mortalité:
– CAP: 30%.
– nursing-home acquired pneumonia (NHAP): 57%.
A. Fein, Pneumonia in the elderly. Special diagnostic and therapeutic considerations. Med Clin N Amer 78 (1994), pp. 1015–1033
AA El-Solh, P Sikka, F Ramadan and J. Davies, Etiology of severe pneumonia in the very elderly. Am J Respir Crit Care Med 163 (2001),
pp. 645–651.
un défi gériatrique?
• diagnostic est souvent retardé en raison de:
– L’absence fréquente de fièvre, la rareté de la toux, les
troubles cognitifs (delirium), qui contribuent à la
morbidité et mortalité accrue.
• Hospitalisation pour CAP est aussi un indicateur
de mauvais pronostic à 1 an chez patients âgés:
– Dans une étude « case-control » de 158960 patients
CAP patients versus 794333 contrôles hospitalisés, la
mortalité à 1-an était de 41% pour les patients CAP
versus 29% pour la population contrôle
A. Fein, Pneumonia in the elderly. Special diagnostic and therapeutic considerations. Med Clin N Amer 78 (1994), pp. 1015–1033
Kaplan, G Clermont, MF Griffin et al., Pneumonia: still the old man's friend?. Arch Intern Med 163 (2003), pp. 317–323.
Changements physiologiques du système
respiratoire associés au vieillissement
• Les changements les plus importants sont:
–  élasticité tissu pulmonaire,
–  compliance de la paroi thoracique,
–  force des muscles respiratoires.
JP Janssens, JC Pache and LP. Nicod, Physiological changes in respiratory function associated with ageing. Eur Respir J 13 (1999), pp.
197–205
Effect du vieillissement sur les défenses des voies aériennes et
les mécanismes pathogéniques impliqués dans les CAP ou
NHAP
 Changements du système immunitaire
 Broncho-aspiration
 Colonisation infectieuse des voies aériennes
supérieures
 Co-morbidité
 Broncho-aspiration
•  50% de tous les adultes sains aspirent de faibles
quantités de sécrétions oropharyngées pendant le
sommeil.
– La charge faible de bactéries pathogènes dans sécrétions
pharyngées normales,
– Associée à une toux et un transport ciliaire efficaces,
– Et une immunité normale,
 protège les voies respiratoires d’infections répétées
PE. Marik, Aspiration pneumonitis and aspiration pneumonia. N Engl J Med 344 (2001), pp. 665–671.
 Bronchoaspiration
• Mais les défenses des VRS sont altérées chez
le sujet âgé:
–  clearance mucociliaire,
– altération mécanique respiratoire et,
– Dans certains cas, maladie concomitante
prédispose l’aspiration.
ASPIRATION PNEUMONITIS
VS ASPIRATION PNEUMONIA
PE. Marik, Aspiration pneumonitis and aspiration pneumonia. N Engl J Med 344 (2001), pp. 665–671.
ASPIRATION PNEUMONIA
Anteroposterior Radiograph of the
Chest, Showing Air-Space Consolidation
(Arrows) in the Right Lower Lobe in a
Patient Who Had Recently Had a
Thrombotic Stroke.
 Bronchoaspiration
• incidence élevée d’aspiration silencieuse des
sujets âgés qui développent une pneumonie:
– 71% patients CAP vs 10% des contrôles.
• Aspiration fréquentes chez:
– patients déments, patients avec AVC.
R Kikuchi, N Watabe, T Konno, N Mishina, K Sekizawa and H. Sasaki, High incidence of silent aspiration in elderly patients with communityacquired pneumonia. Am J Respir Crit Care Med 150 (1994), pp. 251–253
J Horner, MJ Alberts, DV Dawson and GM. Cook, Swallowing in Alzheimer's disease. Alzheimer Dis Assoc Disord 8 (1994), pp. 177–189
Horner, EW Massey, JE Riski, DL Lathrop and KN. Chase, Aspiration following stroke: clinical correlates and outcome. Neurology 38 (1988), pp.
1359–1362.
 Bronchoaspiration
• « Feeding tubes » ne protègent pas des
bronchoaspirations:
– même pour sonde nasogastrique, gastrostomie,
et sonde postpyloriques.
• En fait les « feeding tubes » sont associés à un
taux accru de pneumonie et de mortalité par
pneumonie.
RM Strong, SC Condon, MR Solinger, BN Namihas, LA Ito-Wong and JE. Leuty, Equal aspiration rates from postpylorus and intragastric-placed
small-bore nasoenteric feeding tubes: a randomized, prospective study. J Parenter Enteral Nutr 16 (1992), pp. 59–63.
JE Croghan, EM Burke, S Caplan and S. Denman, Pilot study of 12-month outcomes of nursing home patients with aspiration on videofluoroscopy.
Dysphagia 9 (1994), pp. 141–146.
 Colonisation des VRS
• Colonisation des voies respiratoires supérieures
(VRS) par BGN (enterobacteriaceae, Pseudomonas
aeruginosa) & BGP (Staphylococcus aureus):
– Plus fréquente chez le sujet âgé
– Est en rapport plus avec la sévérité de la maladie et le
degré des soins que avec l’âge lui-même.
WM Valenti, RG Trudell and DW. Bentley, Factors predisposing to oropharyngeal colonization with gram-negative bacilli in the aged. N Engl J Med
298 (1978), pp. 1108–1111.
WG Johanson, AK Pierce and JP. Sanford, Changing pharyngeal bacterial flora of hospitalized patients. Emergence of gram–negative bacilli. N Engl
J Med 281 (1969), pp. 1137–1140
 Colonisation des VRS
• colonisation par BGN:
– 60–73% des patients âgés critiques dans une unité
médicale aiguë
– 22–37% des sujets âgés institutionnalisés.
• Colonisation par BGP:
– S aureus 12% des sujets âgés institutionnalisés.
LB Palmer, K Albulak, S Fields, AM Filkin, S Simon and GC. Smaldone, Oral clearance and pathogenic oropharyngeal colonization in the elderly. Am
J Respir Crit Care Med 164 (2001), pp. 464–468
A Leibovitz, G Plotnikov, B Habot, M Rosenberg and R. Segal, Pathogenic colonization of oral flora in frail elderly patients fed by nasogastric
tube or percutaneous enterogastric tube. J Gerontol A Biol Sci Med Sci 58 (2003), pp. 52–55.
MS Terpenning, GW Taylor, DE Lopatin, CK Kerr, BL Dominguez and WJ. Loesche, Aspiration pneumonia: dental and oral risk factors in an older
veteran population. J Am Geriatr Soc 49 (2001), pp. 557–563.
 Colonisation des VRS
• Facteurs favorisant la colonisation des VRS (et
inférieures):
– antibiotiques,
– intubation endo-trachéale,
– tabagisme,
– malnutrition,
– chirurgie,
– Toute affection médicale sévère.
– ...
 Colonisation des VRS
• Gerodontology?
–  salivation (antidépresseurs, antiparkinsoniens,
diurétiques, antihypertenseurs, antihistaminiques),
contribuent à la colonisation oropharyngée par BGN.
– Maladie Périodontale et plaques dentaires sont des
facteurs favorisant les NHAP.
– Le risque de pneumonie d’aspiration est réduit par des
soins dentaires et chez les sujets édentés.
M Imsand, JP Janssens, R Auckenthaler, P Mojon and E. Budtz-Jorgenson, Bronchopneumonia and oral health in hospitalized older patients. A
pilot study. Gerodontology 19 (2003), pp. 66–72.
T Yoneyama, M Yoshida, T Ohrui et al., Oral care reduces pneumonia in older patients in nursing homes. J Am Geriatr Soc 50 (2002), pp. 430–433
 Colonisation des VRS
Parmi les patients avec pneumonie, 30 (16%) meurent dans le groupe sans soins dentaires et 14
(7%) dans le groupe recevant des soins dentaires.
Le RR de mourir est respectivement 2.4 fois plus élevé dans le groupe sans soins dentaires (95%
CI = 1.54-3.74, P< .01)
Group
Oral
care
No oral
care
Number
of
Patients
184
182
Age,
Years,
mean ±
SD
82.0 ±
7.8
82.1 ±
7.5
F/M
ADLs at
Baseline,
mean ± SD
MMSE at
Baseline,
mean ± SD
Number
Number of Number of
of
Patients Patients with Patients
Dying
with Fever Pneumonia
(%)
(%)
(%)
148/36 16.3 ± 6.5
13.6 ± 6.9
27**(15)
21* (11)
14**(7)
145/37 16.2 ± 6.7
13.9 ± 6.9
54 (29)
34 (19)
30 (16)
*P< .05 and **P< .01 show significant differences between groups with oral care and no oral care.
SD = standard deviation; F/M = female/ male; ADLs = activities of daily living; MMSE = Mini-Mental State
Examination.
T Yoneyama, M Yoshida, T Ohrui et al., Oral care reduces pneumonia in older patients in nursing homes. J Am Geriatr Soc 50 (2002), pp. 430–433
 Colonisation des VRS
Parmi les patients avec pneumonie, 30 (16%) meurent dans le groupe sans soins dentaires et 14
(7%) dans le groupe recevant des soins dentaires.
Le RR de mourir est respectivement 2.4 fois plus élevé dans le groupe sans soins dentaires (95%
CI = 1.54-3.74, P< .01)
Group
Oral
care
No oral
care
Number
of
Patients
184
182
Age,
Years,
mean ±
SD
82.0 ±
7.8
82.1 ±
7.5
F/M
ADLs at
Baseline,
mean ± SD
MMSE at
Baseline,
mean ± SD
Number
Number of Number of
of
Patients Patients with Patients
Dying
with Fever Pneumonia
(%)
(%)
(%)
148/36 16.3 ± 6.5
13.6 ± 6.9
27**(15)
21* (11)
14**(7)
145/37 16.2 ± 6.7
13.9 ± 6.9
54 (29)
34 (19)
30 (16)
*P< .05 and **P< .01 show significant differences between groups with oral care and no oral care.
SD = standard deviation; F/M = female/ male; ADLs = activities of daily living; MMSE = Mini-Mental State
Examination.
T Yoneyama, M Yoshida, T Ohrui et al., Oral care reduces pneumonia in older patients in nursing homes. J Am Geriatr Soc 50 (2002), pp. 430–433
 Comorbidité
• Comorbidité est un déterminant important du
risque d’infection pulmonaire et de son
pronostic:
– cancer, diabètes, BPCO, insuffisance rénale
chronique, et décompensation cardiaque
• toutes ces maladies augmentent le risque de
LRTI.
V Kaplan, DC Angus, MF Griffin, G Clermont, R Scott Watson and WT. Linde-Zwirble, Hospitalized community-acquired pneumonia in the
elderly: age- and sex-related patterns of care and outcome in the United States. Am J Respir Crit Care Med 165 (2002), pp. 766–772.
Uncontrolled pathologies
Depression
Delirium
Dementia
Audition
Vision
Tumor
Diabetes
Anemia
Parkinson
Stroke
Skeletal
Renal
Liver
GI
Lung
Vascular
HTA
Congestive
Arrythmia
CHD
0%
5%
10%
15%
20%
25%
30%
Pepersack T, De Breucker S. Could geriatric comprehensive assessment predict the outcome of
pneumonia in the very old? Age and ageing 2007;36(4):455-9.
35%
Fréquences des symptômes de pneumonie chez des
patients hospitalisés pour CAP ou NHAP
Manifestations cliniques
• la triade classique toux, fièvre, dyspnée:
– N’est présente que dans 56% de 48 patients âgés admis
pour CAP, et 10% de ces patients ne présentaient aucun de
ces symptômes.
• Clinique frustre, atypique du patient âgé
– Chutes inexpliquées, incontinence, « failure to thrive », ou
aggravation soudaine d’une comorbidité pré-existante
(diabète, décompensation cardiaque, Parkinson) doivent
évoquer la possibilité de pneumonie.
C Harper and P. Newton, Clinical aspects of pneumonia in the elderly veteran. J Am Geriatr Soc 37 (1989), pp. 867–872.
JC Johnson, R Jayadevappa, PD Baccash and L. Taylor, Nonspecific presentation of pneumonia in hospitalized older people: age effect or
dementia?. J Am Geriatr Soc 48 (2000), pp. 1316–1320
P Venkatesan, J Gladman, JT Macfarlane et al., A hospital study of community-acquired pneumonia in the elderly. Thorax 45 (1990), pp. 254–258
Facteurs associés à la morbidité et la
mortalité
• Mortalité liée à la Pneumonie  avec âge,
– Et pas exclusivement du à l’âge lui-même,
– Mais aussi aux conditions associées comme la présence de
comorbidité et de malnutrition.
– Quand faut-il hospitaliser?
D Lieberman, F Schlaeffer and A. Porath, Community-acquired pneumonia in old age: a prospective study of 91 patients admitted from home.
Age Ageing 26 (1997), pp. 69–75.
V Kaplan, DC Angus, MF Griffin, G Clermont, R Scott Watson and WT. Linde-Zwirble, Hospitalized community-acquired pneumonia in the elderly:
age- and sex-related patterns of care and outcome in the United States. Am J Respir Crit Care Med 165 (2002), pp. 766–772.
R Riquelme, A Torres, M El-Ebiary et al., Community-acquired pneumonia in the elderly: a multivariate analysis of risk and prognostic factors. Am J Respir Crit Care Med 154
(1996), pp. 1450–1455.
1. Evaluer facteurs de comorbidité:
• âge > 60 ans
• BPCO- mucoviscidose-bronchectasies
• insuffisance rénale chronique
• diabète
• insuffisance cardiaque
• patholgie hépatique chronique
• hospitalisation endéans l’année
• existence macroaspiration
• altération fonction cognitive et/ou conscience
• status post-splénectomie
• ethylisme chronique
• malnutrition
2. Voir si présence de signes cliniques de gravité
• Fréquence respiratoire > 30/minute
• Hypotension (TAs <90 mmHg ou TAd < 60 mmHg)
• Température < 35°C ou > 40 °C
• Foyer infectieux extrapulmonaire (méningite, arthrite,…)
• Confusion, altération de l’état de conscience
3. Voir si présence de résultats de laboratoire ou radiologique
• GB < 4000 ou >30 000/mm3
• Pa O2 < 60 mmHg ou Pa CO2 > 50 mmHg
• créatinine > 1,2 mg/dl ou urée > 40 mg/dl
• hématocrite < 30% ou Hémoglobine < 9 g/dl
• éléments en faveur d’un sepsis (acidose métabolique, diminution plaquettes, …)
• altérations radiologiques étendues (épanchements, abcédation, infiltrats de plus d’un lobe,…)
4. Facteurs socio-économiques
• incapacité d’assumer ses soins
• compliance thérapeutique douteuse (incapacité de prise traitement oral)
• entourage socio-familial insuffisant
 HOSPITALISER EN
PRESENCE DE 1 ou plus
DE CES FACTEURS
N.B. si RR>30/min et/ou Pa02 < 60 mmHg et/ou altération diurèse < 80ml / 4heures et/ou atteinte de plus d’un lobe, abcédation à la RX
thorax + choc, nécéssité de vasopresseurs, nécessité intubation VA
 HOSPITALISER AUX SOINS INTENSIFS
Microbiologie
Perf Study (N=103)
Moxarella c
Proteus mir
Strepto pn
Staph aur
H Influenzae
Enterocloaccae
Acinetobacter
E Coli
Kl pn
MRSA
Enteroc faecalis
Morganella
Enterobacter
Ps aer
0%
5%
10%
15%
20%
Pepersack T, de Breucker S. Could geriatric comprehensive assessment predict the outcome of
pneumonia in the very old? Age and ageing 2007;36(4):455-9.
25%
Perf study (N=103)
Organisms
Ps aer
Enterobacter
Community (N=20)
4
20%
3
15%
Institution (N=25)
6
24%
1
4%
Nosocomial (N=58)
14
24%
15
26%
Morganella
Enteroc faecalis
MRSA
Kl pn
E Coli
Acinetobacter
0
0
0
0
2
0
0
0
0
0
10%
0%
0
0
2
4
2
0
0
0
8%
16%
8%
0%
2
1
2
3
6
3
3%
2%
3%
5%
10%
5%
Enterocloaccae
H Influenzae
Staph aur
Strepto pn
Proteus mir
Moxarella c
0
3
0
5
1
2
0%
15%
0%
25%
5%
10%
0
3
0
6
1
0
0%
12%
0%
24%
4%
0%
2
2
4
3
1
0
3%
3%
7%
5%
2%
0%
Streptococcus pneumoniae
• De loin le pathogène prédominant isolé dans études
hospitalières chez des patients âgés avec CAP (> 58%)
ou NHAP (> 30%).
• Chez patients âgés traités à l’USI, S pneumoniae est
responsable de 14% des CAP et 9% des NHAP.
• Pneumonie à S pneumoniae apparaît plus
fréquemment chez des patients avec maladies
coexistantes pulmonaires, hépatiques, ou abus
d’alcool.
Streptococcus pneumoniae
Right upper-lobe alveolar density suggestive of
pneumonia. Although this image suggests S
pneumoniae infection, radiological appearance
of pneumonia in elderly people is non-specific
and poorly predictive of pathogenic agent.
Streptococcus pneumoniae
• Il existe plusieurs déclarations d’épidémies de
pneumonies à pneumocoque chez des résidents non
vaccinés dans NH,
– avec un plus haut taux de mortalité,
 ce qui suggère un effet protecteur possible du vaccin antipneumocoque chez des résidents de long séjours
 Téléphoner au home…
Anon, Outbreak of pneumococcal pneumonia among unvaccinated residents of a nursing home––New Jersey, April. MMWR Morb Mortal
Wkly Rep 2001 50 (2001), pp. 707–710.
JP Nuorti, JC Butler, JM Crutcher et al., An outbreak of multidrug-resistant pneumococcal pneumonia and bacteremia among unvaccinated
nursing home residents. N Engl J Med 338 (1998), pp. 1861–1868
Haemophilus influenzae
• Parmi les pathogènes les plus fréquemment isolés chez sujets
âgés avec CAP ou NHAP (> 14%),
• Isolé chez 7% des patients âgés avec pneumonie sévère (CAP
ou NHAP) justifiant une admission à l’USI.
• Fréquemment associé à des exacerbations de BPCO et
bronchiectasies
– Devrait donc être considéré comme agent pathogène potentiel chez ce
type de patients.
I Patel, T Seemungal, M Wilks, S Lloyd-Owen, G Donaldson and J. Wedzicha, Relationship between bacterial colonisation and frequency,
character, and severity of COPD exacerbations. Thorax 57 (2002), pp. 759–764
M Ruiz, S Ewig, A Torres et al., Severe community-acquired pneumonia. Risk factors and follow-up epidemiology. Am J Respir Crit Care Med 160
(1999), pp. 923–929
S aureus
• Documenté chez > 7% des patients avec CAP et 4%
des patients avec NHAP.
• S aureus, particulièrement les souches résistantes à
la méticilline (MRSA), sont de plus en plus isolées
dans la population des institutions
• (…)
S aureus
• Une étude montre cette incidence accrue de
pneumonie à S aureus:
– de 104 patients âgés avec CAP ou NHAP sévères admis à
l’USI, 17% avait S aureus––la plupart sensibles à la
méticilline (MSSA)––comme agent causal.
– S aureus était identifié chez 29% des patients avec NHAP
sévère (78% méticillin-sensitive) versus 7% chez les CAP
(tous sensibles à la méticilline).
AA El-Solh, P Sikka, F Ramadan and J. Davies, Etiology of severe pneumonia in the very elderly. Am J Respir Crit Care Med 163 (2001), pp.
645–651
S aureus
• En raison de l’augmentation de la colonisation des sujets par
le MRSA dans la population institutionnalisée,
• Et de la probabilité relativement élevée de porteurs de MRSA
développant des infections symptomatiques,
 La pneumonie à MRSA devient une entité clinique plus
prévalente.
• D’autres infections pulmonaires sont associées au S aureus
comme des abcès, empyèmes, ainsi que l’infection
bactérienne secondaire à une infection virale respiratoire.
RR Muder, C Brennen, MM Wagener et al., Methicillin-resistant staphylococcal colonization and infection in a long-term care facility. Ann
Intern Med 114 (1991), pp. 107–112
C Von Eiff, K Becker, K Machka, H Stammer and G. Peters, Nasal carriage as a source of Staphylococcus aureus bacteremia. N Engl J Med 344
(2001), pp. 11–16.
AM Fein and MS. Niederman, Severe pneumonia in the elderly. Med Clin N Amer 10 (1994), pp. 121–143
Bactéries GN entériques
• A la fois la colonisation et l’infection à BGN
sont dépendantes du nombre et de la sévérité
des maladies concomitantes
– Immuno-suppression, diabète, AVC.
• La probabilité de pneumonie à BGN augmente
chez les patients de nursing-home et chez les
patients dont le statut fonctionnel est altéré.
WM Valenti, RG Trudell and DW. Bentley, Factors predisposing to oropharyngeal colonization with gram-negative bacilli in the aged. N Engl J
Med 298 (1978), pp. 1108–1111
Bactéries GN entériques
• Dans la communauté, les infections à BGN
apparaissent principalement chez les patients
débilités et chroniquement malades.
• La présence de Pseudomonas spp suggère l’existence
de bronchectasies
MB Nicotra, M Rivera, AM Dale, R Shepherd and R. Carter, Clinical, pathophysiologic, and microbiologic characterization of bronchiectasis in
an aging cohort. Chest 108 (1995), pp. 955–961.
Elderly woman with diffuse bronchiectasis, predominantly in right lower lobe. The
identification of P aeruginosa and, to a lesser degree, H influenzae in sputum should
suggest the presence of bronchiectasis. Bronchiectasis is underdiagnosed in older
patients. A clinical diagnosis is often difficult because auscultation, although suggestive, is
non-specific, and crackles may be absent. When suspected, high resolution computed
tomography should be used for definitive diagnosis.
Agents atypiques
Mycoplasma pneumoniae
• La plupart des études suggère que le M
pneumoniae est excessivement rare en
gériatrie.
• M pneumoniae n’est pas identifié chez
patients âgés admis à l’USI pour CAP sévère.
Infection virale
• adenovirus, respiratory syncitial virus (RSV),
influenza, parainfluenza, & rhinovirus peuvent causer
plus de 42% des infections respiratoires basses
aiguës (LRTI) pendant l’hiver chez sujets
institutionnalisés, RSV représentant l’agent
pathogène le plus fréquent dans cette situation.
AR Falsey, RM McCann, WJ Hall et al., Acute respiratory tract infection in daycare centers for older persons. J Am Geriatr Soc 43
(1995), pp. 30–36
AR Falsey, JJ Treanor, RF Betts and EE. Walsh, Viral respiratory infections in the institutionalized elderly: clinical and epidemiologic
findings. J Am Geriatr Soc 40 (1992), pp. 115–119.
Infection virale
• Parmi les patients admis à l’hôpital pour CAP ou
NHAP, les virus représentent les agents causaux dans
2–32% des patients,
• influenza, RSV, & parainfluenza étant les agents les
plus fréquemment impliqués.
AR Falsey, CK Cunningham, WH Barker et al., Respiratory syncytial virus and influenza A infections in the hospitalized elderly. J Infect
Dis 172 (1995), pp. 389–394
Infection à Mycobactérie
• Incidence après 65 ans est la plus élevée de tous les groupes
d’âge, (à l’exception des patients infectés par le VIH).
• L’incidence de la tuberculose parmi les résidents en
institution est trois à quatre fois plus élevée que celle
observée dans la communauté.
• Comorbidité, immuno-sénescence, malnutrition, traitement
immunosuppresseur, et conditions socioéconomiques
précaires contribuent à cette incidence accrue dans ce groupe
d’âge
TT Yoshikawa and DC. Norman, Approach to fever and infection in the nursing home. J Am Geriatr Soc 44 (1996), pp. 74–82
Infection à mycobactérie
• Mortalité par tuberculose est plus élevée que chez les jeunes.
• L’avance en âge est associée à des présentations atypiques de
l’infection,
– Conduisant à un diagnostic retardé et un taux élevé de diagnostic
post-mortem.
Les différences de présentations cliniques du sujet âgé sont:
diminution de l’apparition de la toux, de la fièvre, de
l’hémoptysie, des sudations nocturnes, et augmentation de
l’incidence de test à la TBC négatifs (32% vs 10% chez patients
jeunes).
Prévention des pneumopathies
• Vacciner les patients VAG, VAP (prevenar®)
• Vacciner les soignants VAG
• Prévenir les conditions gériatriques
– Dénutrition, immobilisation, dysphagie,
polypathologie, etc.
Conclusions
• La Pneumonie du sujet gériatrique constitue un défi pour
le clinicien en raison de:
– Symptomatologie atypique,
– Homéostasie précaire
– Mortalité élevée.
• Toujours cibler le pneumocoque,
– Le faux “ami du vieillard” (Ossler)
• Penser à la TBC
• Rechercher dysphagie
• Soins dentaires
Citation du jour
« Mon mari est archéologue.
Plus je vieillis, plus je l'intéresse. »
Agatha Christie

similar documents