Juillet 1933 - Site en travaux, le week

Report
NU
AllllWi
—
IV
Ò5V'
y
Vendredi 7 Juillet 1 8 8 3 ,
!V ' _
Paraissai t
leVENDRI DI
• •
L e Numéi o :
L'Union
Se proposer de
plaire à tous est un
projet extravagant
puisqu'il n'est pas
17< F | 1
V J k H i T F | 1 T " A V M7I
K
à M I WlfMim.ll'JI
JL MlfJi WOÀ"»»^flflaaflaaofl^
^^^^
C e n t i m i s
»
i ,. ' ;
,
• \T'
«a '
. -v<
*
*
.
*
Organe Républicain Démocratique et Régionaliste de l'Ouest
ANNONCES ET RÉCLAMES
R é c l a m e s (4« pajçe), la l i g n e . 4 f r .
—
(3» page),
—
. 1 fr.
A n n o n c e s j u d i c . et v o l o n t . . . 2 f r .
—
Chronique locale.. 2 fr.
o
50
»
»
Le* annonces sont reçues aux bureaux
du tournai.
Pour la publicité
extradépartementale,
s'adresser,
99.
Rue
du Faubourg - Poissonnière,
Paris
(9').
Tél. : Provence,
44-57.
COMMUNICATIONS ET ANNONCES
à QU1MPERI.E, 1 3 ,
C O M P T E COUIU.NT
qUHt
B r i n a i - Tél. 1 - 4 9
PDSRAU
RENNES
14-139
Les abonnement» te patent tmoane» *
partent du f dt chaque mois.
On s'abonne au bureau du journal, ou en
adressant un mandat-chique au C/C 11.139,
Rennes.
ABONNEMENTS
(UN AN)
Finistère, Côtes-du-Nord, Morb.
1 2 fr.
AutreB d é p a r t e m e n t s et colonies.
1 4 fr.
1
LA
URI
SEMAINE
SoLKll* ri. M r'-uui
FÊTES
01 LA IKMAINK Imr Cilici). Mal. Soir
La Semaine de 4© heures
et I*Agriculture
L'ESCADRE DU GÉNÉRAI: BALBO A AMSTERDAM
VAIVI-SITUI
Chronique littéraire
Charles LE GOFFIC
Mouvement de la population
4 42 17 07
en France.
5 30 17 53
(1868-1982)
0 15 18 37
La Conférence
i n t e r n a t i o n a l e r e s , ses f r a i s g é n é r a u x
s
e
r
o
n
t
Voici
le
mouvement d e la popu7 .» 19 21
p
a
r
MARTHE L E BERRE
(suite).
lation p o u r les 90 d é p a r t e m e n t s de
7 45 20 09 d u T r a v a i l , q u i s ' e s t r é u n i e ces a u g m e n t é s d a n s la p r o p o r t i o n d e
France,
au
cours
d
e
s
p
r
e
m
i
e
r
s
tri8 34 21 02 t e m p s d e r n i e r s il G e n è v e , s ' e s t 15 o u de 20 % ? P o u r r a - t - i l a u g - !
mestres 1932 et 1933 :
Du critique littéraire, nous avons
9 30 22 01 o c c u p é e s p é c i a l e m e n t de la r é d u c - m e n t e r d a n s la m ê m e p r o p o r t i o n !
' 1932
1933 les Romanciers
d'aujourd'hui,
•n
tion d e la d u r é e d u t r a v a i l .
les p r i x de ses p r o d u i t s ? Ce n ' e s t j
Nouveau traité de versification
franE l l e a d é c i d é q u e la q u e s t i o n p a s s û r : n o u s d i r o n s m ê m e q u e j
Mariages
63.771 72.874 raise, un Racine en deux volumes, le
de la s e m a i n e de 40 h e u r e s doit le c o n t r a i r e est i n f i n i m e n t p l u s
Naissances d ' e n f a n t s
Tableau
général
de la
littérature,
f a i r e l ' o b j e t d ' u n e c o n v e n t i o n , q u i p r o b a b l e , c a r si l ' i n d u s t r i e i m p o s e
vivants
189.713 175.163 française au xix* siècle...
s e s p r i x de v e n t e , l ' a g r i c u l t u r e
s e r a é l a b o r é e e n 1934.
Morts-nés
7.473
6.845
Voici m a i n t e n a n t le r o m a n c i e r et
Décès
de
moins
'historien, le n a r r a t e u r de ces merL a c o m m i s s i o n c h a r g é e d ' é t u - d o i t s u b i r , p o u r la v e n t e d e s e s
d ' u n an
15.683 15.928 veilleux récits de g u e r r e qui s'appeld i e r ce p r o j e t a e x a m i n é u n a m e n - d e n r é e s , d e s c o u r s à r é t a b l i s s e Décès d ' u n an et
leront Dixmude, La guerre qui passe,
d e m e n t o u v r i e r é t e n d a n t la se- m e n t s d e s q u e l s elle n ' a , e n g é n é plus
183.427 191.494 Bourguignottes
et Pompons
rouges,
m a i n e de q u a r a n t e h e u r e s à l'agri- ral, a u c u n e part.
Décès au t o t a l , . . . 199.110 207.422 Les Marais de Saint-Gond,
et qui
La question des
loyers c u l t u r e .
Autre inconvénient à considéDéficit d e s naissanmettront en relief la figure h é r o ï q u e
(".et a m e n d e m e n t a été r e c o n n u r e r : le d é p e u p l e m e n t d e s c a m p a La Chambre et le Sénat se sont
ces
9.397 32.259 dès fusiliers m a r i n s . Récits vivants
mis d ' a c c o r d , vendredi
dernier, irrecevable j u r i d i q u e m e n t
¿ t a n t g n e s . L a loi de 8 h e u r e s a f a v o parce que b o u r r é s d'anecdotes, p a r c e
Toujours plus vite. que, sous l'effet de descriptions, vérip o u r s u s p e n d r e jusqu'au 1 " Juillet d o n n é q u e le p r o g r a m m e d e la r i s é l ' e x o d e d e s h a b i t a n t s
des
1934, la majoration de 15 % sur les c o n f é r e n c e n e c o n c e r n e ni le t r a - c a m p a g n e s v e r s les villes ; la seUn rapide laisse
tables peintures, le lecteur vit p o u r
loyers.
un m o m e n t de la vie même de ses
hollandaises.
en pleine marche
vail m a r i t i m e , ni le t r a v a i l a g r i - m a i n e d e 40 h e u r e s l ' a g g r a v e r a i t A son arrivit à Amsterdam, le général Balbo est reçu parles autorités
é r o s ; il f r i s s o n n e avec eux, sous
encore.
La marche sur
Nantes cole.
'
CLICHÉ CELLON P A R I S .
des rames de wagons. hl'incessante
pluie, sous la b r u m e
des chômeurs
nazairlens. L e g r o u p e o u v r i e r a a l o r s a n - L e l a b e u r d e la t e r r e e s t p é n i Afin d'aocél-érer la vitesse d e leurs glaciale, s'élevant d e l'Yser d é b o r d é ;
n
o
n
c
é
q
u
'
i
l
r
e
p
r
e
n
d
r
a
i
t
la
q
u
e
s
ble
;
c
e
l
u
i
d
u
b
u
r
e
a
u
et
m
ê
m
e
d
e
convois,
les
c
h
e
m
i
n
s
d
e
f
e
r
d
e
l'Etat
Environ 2.000 c h ô m e u r s d e Saintil « tient » jusqu'aux invraisemblaont mis en service, d i m a n c h e d e r - bles limites d e s possibilités humaiNazaire et de la Basse-Loire se sent t i o n d e l ' a g r i c u l t u r e s o u s f o r m e l ' u s i n e p a r a i t p l u s s é d u i s a n t . L a
nier,
un
r
a
p
i
d
e
qui,
p
a
r
t
i
d
e
P
a
r
i
s
r e n d u s à pied à Nantes, sous la di- d ' u n e r é s o l u t i o n à v o t e r p a r la ville o f f r e d e s d i s t r a c t i o n s a b s o nes, jusqu'à « faire partie du panà 16 h. 55, a gagné Le Havre sans sage », selon l'expression d ' u n d e
rection de M. Blancho, député-maire c o n f é r e n c e .
l u m e n t i n c o n n u e s d a n s les c a m s'arrêter et y est arrivé à 19 heures. ces braves.
de Saint-Nazaire.
pagnes. Les loisirs y sont beauX
Léon Blum révèle que par la graUn 6uper-fmpôt
En p l e i n e marche, à Monville, à
1.000 c h ô m e u r s nantais se sont
« Tous devraient m é d i t e r la leçon
c o u p p l u s n o m b r e u x e t p l u s a g r é a - tuité et la sélection, on va tout droit
de
propagande
socialiste
18 h. 31, puis à Bréauté-Beuzeville, de vos livres », écrivait à Le Gofflc
joints à eux. Après avoir r e m i s un
V o u l o i r r é g l e m e n t e r le t r a v a i l b l e m e n t o c c u p é s .
au
monopole
de
l'enseignement.
dans
les
villes
administre»s
le convoi a laissé une p r e m i è r e le m a r é c h a l Lyautey. Chefs, soldats,
o r d r e du jour au préfet de la Loire- a g r i c o l e s u r les m ô m e s b a s e s q u e
Dans Le Populaire du samedi 15
par la S. F. 1. O.
Q u o i d ' é t o n n a n t q u e les j e u n e s
rame d e "wagons pour Saint-Valéry- gens de l'arrière, p e r s o n n e qui n'eût
Inférieure, ils ont regagné leurs pé- le t r a v a i l i n d u s t r i e l , c'est à n o t r e
A
vril,
M.
Léon
Blum,
dans
un
article
p a y s a n s a i e n t a b a n d o n n é la t e r r e .
en-Caux et u n e d e u x i è m e p o u r Etre- à en t i r e r quelque profit, et qui n'en
nates sans qu'aucun incident ne se
« Ecole unique
et Ecole
a v i s u n e u t o p i e , et u n e u t o p i e d a n - L a n o u v e l l e r é g l e m e n t a t i o n d u intitulé
tat.
soit produit.
tirât, puisque les éditions d e Dixsociale
»,
décrète
lu
mort
de
la
On
lit
dans
Le
Matin
:
gereuse.
mude, en particulier, s'élèvent à un
t r a v a i l n e p e u t q u ' a c c e n t u e r le
Des
commerçants
envoient
liberté
d'enseignement,
donnant
sa
Vin s
méridionaux T o u t d ' a b o r d p a r c e q u e la f e r - m o u v e m e n t , et a u g m e n t e r , p a r
Voici le texte officiel de la circuchiffre considérable.
leurs
feuilles
d'impôts
véritable significction
au vote de la laire gue viennent de recevoir les
et vins
algériens. m e n e p e u t p a s s u p p o r t e r d ' a r r ê t , l à - m ê m e , le c h ô m a g e d a n s les (¡ratuité
Le r o m a n sera, généralement, l'enintervemI
récemment
à la municipalités socialistes. Pour être
à leur député.
veloppe d'un problème à r é s o u d r e ou
P a r 435 voix contre 160, la Cham- f u t - c e d ' u n j o u r s e u l e m e n t , c o m m e villes.
Chambre.
f
adressée à des « camarades » du
Les a d h é r e n t s d e l'Association d e s d'une thèse à soutenir, mais il sera si
b r e a repoussé, samedi matin, le con- l ' u s i n e . L e s a n i m a u x o n t b e s o i n
l'extrait estentiel de son arti- parti, cette prose n'en est pas moins c o m m e r ç a n t s d'Angoulême ont en- bien conduit, l'intérêt si constamX
c , eVoici
:
tingentement des vins algériens, de n o u r r i t u r e et d o i v e n t ê t r e soi.
/
instructive p o u r les contribuables voyé k leur député, M. Gounin, les ment soutenu, que le lecteur, sans
proposé p a r la Commission.
g n é s le d i m a n c h e e t le s a m e d i
C'est e n c o n s i d é r a t i o n de t o u s
« Une fois le p r i n ç i p c d e là Rra- qui n ' a p p a r t i e n n e n t pas à la S.F.I.O., avertissements fiscaux d'impôt fon- presque s'en apercevoir, se passionc o m m e les a u t r e s j o u r s . C o m m e ces i n c o n v é n i e n t s q u e d e n o m - tuité posé, il est qlair que sa mise à puisqu'ils sont appelés à en faire les cier, d e cote mobilière et d e patente. nera p o u r le fond autant que p o u r la
Les débats au sujet
le f a i t r e m a r q u e r j u d i c i e u s e m e n t b r e u s e s p r o t e s t a t i o n s se s o n t éle- exécution a u j o u r d ' h u i restreinte de- frais comme les autres.
Une déclaration p r é c i s e . qu'il ne forme. Nous a u r o n s de ce genre,
des monnaies à Londres. l'Animateur
s'agit pas d e r e f u s d e l'impôt, mais oour n'en citer gue les p r i n c i p a u x :
des Temps
Nouveaux, vées c o n t r e le p r o j e t q u i e s t à vra être -progressivement étendue.
n
rcnct
PAHTl
SOCIALISTE
(s.
F.
I.
O.)
A la C ° f £
' de Londres, l'An- les v a c h e s v e u l e n t ê t r e t r a i t e s t o u s l ' é t u d e à G e n è v e .
d e protestation c o n t r e les c h a r g e s le Crucifié de Keraliès, où l'auteur
» A l'heure' actù«iUft.&£iil, l'externat
gleterre' s'est ralliée à un projet -de les j o u r s . E l l e s n ' a c c e p t e r o n t p a s
étudie la survivance de certaines
fiscales.
simple sera grMulL Cette limitation
L
e
5
J
a
n
v
i
e
r
1933,
les
r
e
p
r
é
s
e
n
FEDERATION
NATIONALE
convention p r é p a r é par les puis- de se r e p o s e r d e u x j o u r s p a r sepratiques de sorcellerie sur les d o n d a n s l'application d u p r i n c i p e frust
a
n
t
s
m
a
n
d
a
t
é
s
d
e
3.000
c
h
a
m
b
r
e
s
Onze
ouvriers
ensevelis
DES
sances liées à l'or, et établissant un
nées qui occupèrent, sans que les
tre évidemment d e son b i e n f a i t
m
a
i
n
e
.
s y n d i c a l e s o u o r g a n i s a t i o n s p r o - toute une catégorie d ' e n f a n t s , ceux MUNICIPALITÉS SOCIALISTES
au fond d'une mine.
accord général de stabilisation d e s
•oupables aient pu être d é c o u v e r t s ,
50, rue de Rivoli, 50
E n o u t r e , le t r a v a i l d e l ' a g r i c u l - f e s s i o n n e l l e s , d e l ' i n d u s t r i e , d u (;iie d e s obstacles matériels, c o m m e
Neuf sont sauvés.
monnaies. On attend la décision de
ilors que p e r s o n n e ne les ignorait,
PAnis (iv*)
M. Roosevelt. Mais le président amé- t e u r n ' e s t p a s r é g u l i e r c o m m e ce- c o m m e r c e et d e l ' a g r i c u l t u r e , r é u - la distance, empêcheront d e suivre
A Solymar, p r è s d e Budapest, un "s assises des Côtes-du-Nord, vers
ricain a déjà fait c o n n a î t r e qu'il est lui d e l ' o u v r i e r d ' u s i n e . P o u r l u i , n i s a u siège de la C o n f é d é r a t i o n comme externes simples les c o u r s d u
Paris, 1933
éboulement s'est produit dans une 870 ; la Payse, thèse si p a r f a i t e m e n t
opposé à une stabilisation de carac- il
est
certaines
périodes
d e g é n é r a l e d e la P r o d u c t i o n f r a n - Ivcée ou du collège. L'internat devra
mine a p p a r t e n a n t à un groupe bel- •xposée du fâcheux résultat de la
Mon cher Camarade,
tère gouvernemental.
« m o r t e - s a i s o n » où il p o u r r a i t se ç a i s e o n t a d o p t é à l ' u n a n i m i t é le donc d e v e n i r gratuit comme l'exterge. Le terrain d é t r e m p é p a r des ransplantation du Breton et surtout
Je me permets dc vous rappeler que pluies persistantes se mit subite- de la Bretonne. Ce t h è m e se retrouve
nat. D'autre part, la gratuité môme
Les délégations des quatre p a y s c o n t e n t e r d e 8 h e u r e s de t r a v a i l
texte suivant :
étendue à l'internat ne suffira pas, votre commune aura à acquitter à la ment à glisser et plusieurs milliers en vers, dans Bretonne de Paris :
restés fidèles à l'étalon-cr (France,
fédération nationale des municipalités
Italie, Hollande et Suisse) ont me- p a r j o u r , m ê m e de 7 h e u r e s ; m a i s
Considérant q V u n c U-lle réforme, ré- d a n s un très grand n o m b r e d'espèsa cotisation relative à l'an- de mètres cubes ont obstrué les
Hélas .' lu n'es plus une paysanne ;
nacé de se r e t i r e r en bloc de la Con- il e n est d ' a u t r e s , où il t r a v a i l l e r a clamée par les organisations ouvrières ces, p o u r que l'enfant puisse prati- socialistes
née 1933, dont le montant a dû être puits et les galeries. Dans le puits
j
u
s
q
u
'
à
10,
12
h
e
u
r
e
s
et
p
l
u
s
p
a
r
I.e mal des dits a pàll ton front...
f é r e n c e si on ne leur donnait p a s
comme le meilleur moyen de réduire quer, user de son droit à l'égalité ; inscrit au budget communal.
Elisabeth, à 200 mètres de profond ' a s s u r a n c e s au sujet de la politique j o u r . Q u a n d la r é c o l t e est à p o i n t , '•le ohAmatîe, de développer le pouvoir il f a u d r a , p a r surcroît, ipi'une alloLe mandat doit e u e établi au titre deur, onze ouvriers ont été surpris.
Morgane
évoque le nationalisme
m o n é t a i r e des autres nations.
moissonneuses et batteuses
vont d'achat des salariés et d'atténuer la cation représentative de leur salaire de la Société d'études ct de documentaAprès q u a t r e jours d ' e f f o r t s contib o n t r a i n , d u lever d u j o u r a u crise économique, aurait en réalité pour ou d e leur travail compense le tion municipale ct au nom dc notre ca- nus, on a réussi à sauver neuf d'en celte ; l'Erreur de Florence a t r a i t
(premier et inévitable résultat de ma- « m a n q u e à gagner » dont souffrira marade E. Boistard, trésorier, et le viau problème de la souche c o m m u n e
La
conférence c o u c h e r d u soleil.
jorer les prix de revient, frapperait le budget familial.
rement être fait à notre compte chèques tre eux, qui, épuisés, ont été hospi- des deux Cornouailles f r a n ç a i s e ct
du
désarmement D ' a u t a n t p l u s q u ' i l est u n élé- ainsi,
p a r la hausse des prix de vente,
postaux : Société d'études et de docu- talisés.
britannique, l'Abbesse de
Guérande
> Mais, i n d é p e n d a m m e n t d e ces mentation municipale, Paris 976-43.
est ajournée. m e n t q u e ni l ' a g r i c u l t e u r ni les la totalité des consommateurs, dimiDeux autres m i n e u r s m a n q u e n t à est une étude de m œ u r s des affiliés
constatatioss d ' o r d r e p r a t i q u e , voici
nuerait
encore
nos
possibilités
d'exporl'appel.
Veuillez
agréer,
mon
cher
camarade,
de la petite Eglise, et ainsi des
Malgré l'opposition d u seul repré- s t r a t è g e s e n c h a m b r e , q u i p é r o - tation, accroîtrait le déséquilibre des ce qu'il faut surtout c o n s i d é r e r . A la
autres: les Bonnets rouges, le Pirate
sentant d u gouvernement allemand, r e n t à G e n è v e ou a i l l e u r s , n e p o u r - budgets publics et privés et causerait différence d e l'enseignement pri- l'assurance dc mes meilleurs sentiments
Un bolide
socialistes.
la C o n f é r e n c e d u Désarmement s'est r o n t j a m a i s c o m m a n d e r , c ' e s t le un nouvel appauvrissement i;£n<JrnI du maire, la gratuité d a n s l ' o r d r e second'un million de tonnes. de Vile Lern, Ventôse, etc.
ajournée au 16 Octobre. M. Nadolny t e m p s . Q u a n d de g r o s n u a g e s m e - pays ;
Une rapide enquête nous a p e r m i s
Chacun de ces livres est un tableau
d a i r e implique presque fatalement
A la fin du mois d e Mai d e r n i e r ,
a^ant fait allusion à la responsabiune sélection. Or — je ne puis mieux dc vérifier l'exactitude du fait. Les une mission russe s'est rendue, sous de maître où p e r s o n n e s et choses,
n
a
ç
a
n
t
s
m
o
n
t
e
n
t
il
l
'
h
o
r
i
z
o
n
,
o
n
Considérant
qu'on
ne
saurait
échapper
lité -qu'encourront les gouvernements
municipalités S.F.I.O. prélèvent sur
brossées d'une main sûre, se trouvent
conséquences désastreuses par faire q u e de r e p r o d u i r e littéralement
la direction d'un géologue, en Sibé
qui ont veté l'ajournement et ont n e s ' o c c u p e g u è r e de s a v o i r si àdes cesareoixls
les formules d o n t M. Xavier Vallat la caisse communale le montant de rie septentrionale, ^ u r étudier un placées d a n s leur c a d r e précis. Les
internationaux,
-d'autant
0
ainsi d é ç u les espérances d e s peu- l'on a d é j à t r a v a i l l é 7 h e u r e s , plus improbables d'ailleurs que la a fait état — la sélection est un attri- la cotisation annuelle à verser à la
premiers, tantôt nous e m p o r t e n t d a n s
ples, M. Massigli a r é p o n d u que, le 8 h e u r e s o u 10 h e u r e s . O n n e r e - Convention de Washington sur Jes but de la puissance -publique, et i-'édération nationale des municipali- énorme bolide ou météorite qui le domaine du fantastique et d u mystomba le 30 Juin 1908 aux a b o r d s tère avec Morgane et l'Erreur
cas échéant, la responsabilité d ' u n g a r d e p a s ce q u i a été f a i t , m a i s huit heures n'est pas encore ratifiée d'elle seule. Le droit et le pouvoir tés socialistes, 50, rue de Hivoli.
de
de la Tongouska inférieure, affluent Florence, tantôt nous r a m è n e n t avec
échcc éventuel ne pèsera pas sur les ce q u i r e s t e à f a i r e .
par les principaux pays du monde.
Seulement, p o u r camoufler ce p r é du Iénisseï.
de choisir, de peser par le choix sur
gouvernements qui auront voté la
Mme Ruguellou
au prosaïsme des
Considérant que, de toute manière, la
entière* ¡dUin
individu, èvement illégal, la subvention est
Déjà en 1929, une mission s'était querelles de village ou de petite ville,
n r o p o s i t i o n , elle pèsera sur ceux dont
France serait 'la plus rapidement et 'la 10 destinée
X
qù'ù la
collectivité, accordée au même titre que celle vo- r e n d u e sur les lieux. Elle constata ce qui est tout un...
plus profondément atteinte de toutes n'appartiennent
les actes démentiront les paroles en
tée à l'union des maires, par exemles nations productrices, car la réduc- cl ne peuvent être délégués par elle ple à la société d'études et de docu- que, sur plusieurs dizaines de kiloc r é a n t d e s situations qui sont conNous a r r i v o n s à l'historien. On a
S
u
p
p
o
s
o
n
s
c
e
p
e
n
d
a
n
t
la
s
e
m
a
i
à
aucune
personne
ou
association
tion
des
heures
de
travail
y
entraînet r a i r e s à l'esprit (môme d u désarmementation municipale, dont le siège mètres, d e s arbres séculaires avaient r e m a r q u é que tous les ouvrages cirait,
dès
¡i
présent,
et
à
fortiori
au
mon
e
de
40
h
e
u
r
e
s
m
i
s
e
e
n
a
p
p
l
i
c
a
privée.
L'Ecole
privée
ne
peut
pas
ment.
social se c o n f o n d p a r une coïnci- été abattus p a r le courant d ' a i r for- tés jusqu'à présent (et nous p o u r tion d a n s
l ' a g r i c u l t u r e c o m m e ment d'une reprise économique un nou- se fonder sur la sélection. Et, comme dence curieuse avec celui du siège midable et gisaient les racines en rions en dire autant dc ceux que nous
vel
exode
de
la
main-d'œuvre
agricole
11
est
impossible
de
laisser
coexister
- Pour éviter la
guerre. d a n s l ' i n d u s t r i e .
de la Fédération nationale des l'air.
ne n o m m o n s pas) ont p o u r objet
et, pour certaines b r a n d i e s d'activité,
public qui serait social
Les j o u r n a u x de l'U. R. S. S., qui 'a Bretagne, la littérature de guerre
O u le p a t r o n s u i v r a l ' e x e m p l e l'introduction massive d'ouvriers étran- un enseignement
municipalités socialistes.
Une convention p e u r l'acceptafondé
sur
la
sélection,
ct
un
enseiDans la Seine, la cotisation récla- a n n o n c e n t la nouvelle expédition 2lle-même mettant en scène les mation c o m m u n e de la définition d e d e s e s d o m e s t i q u e s et n e t r a v a i l - gers
« libre » qui en serait
Entendent, dès à présent, dénoncer gnement
mée
par M. Poggioli se c h i f f r e à rai- font r e m a r q u e r que le plus grand ins bretons; Il n'en sera pas diffél'agresseur a été signée entre- les re- l e r a lui
a
u
s
s
i
q
u
e
40
h
e
u
r
e
s
p
a
r
affranchi,
il
s'ensuit
que
l'idée
de
,
,
,
.
IV
Utlll
IJIIV
lll.lil.
VWI11I1
lUUIb
.1«
pérrl
que
ferait
courir
àII toute
la
son
de
10 centimes p a r tète d'habi- météorite connu jusqu'ici, celui que remment de l'histoire : Le Goffic
»résentants de la Russie, d e la Po- s e m a i n e , e t a l o r s u n e g r a n d e p a r - le
sélection
conduit
à
l'idée
de
nationation l'adoption d'une mesure aussi
Peary r a m e n a du Groenland, pese
ogne, de la Petite-Entente, de» la tie d e s t e r r e s f r a n ç a i s e s r e s t e r o n t contraire il l'intérêt des consomma- nalisation par une éducation
logique tants. Le Bourget, dont la population trente-trois tonnes seulement. A côté îous contera la merveilleuse odys•e de La Tour d'Auvergne,
puis'la
T u r q u i e et des Etats baltes, à Lon- e n f r i c h e . O u il t r a v a i l l e r a 14 o u teurs qu'il celui des producteurs, pa aussi nécessaire que celle qui mené jst de 7.500 habitants, doit donc
de son c o n g é n è r e de la Tongouska
houannerie. Disons seulement de ce
d r e s . Cet accord, favorisé par la
trons, ouvriers et employés ;
de l'idée de gratuité à l'idée de sélec- xi.ver 750 f r a n c s , et Boulogne-Billan- il ferait figure d'un petit pois 1...
15
h
e
u
r
e
s
p
a
r
j
o
u
r
p
o
u
r
r
e
m
p
l
a
iernier ouvrage que beaucoup de
>ourt, qui compte 85.000 âmes, 8.500
F r a n c e , aboutit à un résultat consiDemandent instamment au Gouver- tion.
Les mêmes j o u r n a u x font observer îretons, avec Henri Bordeaux, reancs.
d é r é comme essentiel d u point de cer s e s o u v r i e r s a u r e p o s , a u q u e l nement, n >ur le succès de l'œuvre de
»
La
conclusion
devient
plus
imvue f r a n ç a i s p o u r la consolidation c a s il se f a t i g u e r a vite de c e t t e redressement qu'il a entreprise de s'opCes c h i f f r e s se s u f f i s e n t à e u x - m ê - que si le météorite d'un million de mettent « qu'un souci de t r o p g r a n d e
encore si l'on se place après
de la paix dans l'Europe orientale. a n o m a l i e ; se p a s s a n t d e d o m e s - ioser il toute proposition, nationale ou iérieuse
mes. T o u t c o m m e n t a i r e s e r a i t s u p e r - tonnes, au lieu de t o m b e r dans une >xactitude ait e m p ê c h é l'auteur de
ntcrnotionnlc, tendant
à
instaurer, e cours des études terminées, si l'on
région inhabitée de la Sibérie, s'était •econnaître ce qu'elle eut de g r a n d ,
t i q u e s , il e n s e m e n c e r a ce q u ' i l j u quoique forme que ce soit, une envisage, comme M. Duvul-Arnould, ilu...
capitale -tans quelques-uns de ses héros »...
La dictature
hitlérienne. g e r a n é c e s s a i r e p o u r s o n e n t r e - sous
Il g a quelque temps, lors d'une abattu sur une grande
réduction générale et obligatoire des le problème des « débouchés ». Que
publique
et
contradic- comme Londres, P a r i s ou Berlin,
Plusieurs officiers nazis ont été tien et celui de sa f a m i l l e , o u b i e n l l c t l r < ' s l l c travail
feront les enfants d u peuple de leur otiference
à elle eût été détruite en quelques
Le poète
arrêtés et e m p r i s o n n é s pour avoir il b a i s s e r a les s a l a i r e s p o u r p o u science ct d e léurs diplômes, si la toire, sous les haltes Saint-Michel,
D'autre
p a r t , la S o c i é t é d e s société n'a p a s d'avance aménagé uimperlé,
le camarade
Hippohjte secondes !
d o n n é d e s o r d r e s contraires aux di- voir o c c u p e r d a v a n t a g e d ' o u v r i e r s
A
maintes
reprises,
les p r i x littéavoir voté
pour
A g r i c u l t e u r s de F r a n c e e t l ' U n i o n uour eux les emplois qu'ils peuvent Masson déclarait
Découverte
rectives du chancelier Hitler.
raires, ct des plus considérables,
l'augmentation
ù
60.000
francs
dc
C
e
n
t
r
a
l
e
d
e
s
S
y
n
d
i
c
a
t
s
o
n
t
f
a
i
t
le
plus
utilement
r
e
m
p
l
i
r
?
Gratuité
•
d'une
nouvelle
planète.
En d e h o r s d u p a r t i nazi, il ne
c o u r o n n è r e n t l'un ou l'autre de ces
parlementaire.
X
et sélection aboutissent ainsi « A une 'indemnité
la d é c l a r a t i o n s u i v a n t e
subsiste plus en Allemagne qu'un
Les astronomes de J o h a n n e s b u r g livres, qui, à eux seuls, établissent
« Je ne regrette
nullement
mon
orise en charge d e l'enfant par la
seul parti, le Centre Catholique ;
viennent
d
e
d
é
c
o
u
v
r
i
r
u
n
e
petite
A p p l i q u é e a l ' a g r i c u l t u r e , l a i Les Agriculteurs de France, émus des
solidement la réputation de l'homme
en-core celui-ci commence-t-il à se s e m a i n e de q u a r a n t e h e u r e s s e r a i t conséquences des projets relutlfs à société, à une orientation détermi- vote, assurait-il ; 00.000 francs ce planète qui recevra vraisemblable- le lettres, doublé de l'artiste, d o n t
n'est rien de trop, si l'on
considère
désagréger.
désastreuse.
I l'adoption d'une semaine de 40 heures née tout à la fois par les vocations les frais généraux qu'ont à supporter ment le nom de 1933 HH. D'après nous étudierons m a i n t e n a n t quelindividuelles ct p a r les besoins
Dans le Palatinat, ù Ludwigsha„: i>..„„:„,. 1»,,„„ _ „ . . » „ : « ' „ „ ''appellent que toutes'les mesures prises
ics députés. Ce n'est rien de trop, les observations q u i ont été faites, ques-uns des jolis vers. Ecrits au hafen, à Landau et d a n s d'autres vilM ê m e si a g r i c u l t u r e r e s t a i t e n 1 n u " b i n i f l c ( r d u travail urbain «m leur sociaux, à une sorte de conscription en particulier, pour un député socia- cette planète ne se meut pas seule- sard de l'inspiration, il s'agissait dc
les, les biens d e s sociétés catholi- d e h o r s de la n o u v e l l e r e g l e m e n - répercussion immédiate sur le travail et d ' a f f e c t a t i o n sociale d e s tempérament dans l'espace situé e n t r e Jupi- les classer pour en faire une suite
ques sont mis sous séquestre, par t a l i o n d u t r a v a i l q u i est e n pré-'agricole et que l'on peut voir une des ments et des intelligences ». Je ne iste S.F.I.O., qui est obligé de dis- ter et Mars, mais se déplace d a n s nui présentât les a p p a r e n c e s d ' u n
indemnité
o r d r e du gouvernement de Munich. p a r u t i o n à G e n è v e , elle n ' e n r e s - ' c n u ? c s <«e >» « h » actuelle dans -i;in«ufl»- rbtigls pus d e nie citer moi-môme, traire une partie de son
I'orbitp de la T e r r e et ressemble en
, . .,
.
,
, (santé attention portée aux facteurs a p r è s M. Xavier Vallat, et je répète pour la verser à la caisse de propa cela au corps planétaire découvert noème. Ce fut à quoi, au lendemain
lr .
Le comité directeur du Centre '
le son mariage, s'employa, en colla1iande du parti. »
encore
que
du
point
de
vue
oit
nous
s
e
n
t
i
r
a
i
t
p
a
s
m
o
i
n
s
l
e
s
e
f
f
e
t
s
n
é
ricolcs
lors
de
l'élaboration
de
mainr>(!
Catholique aurait décidé la dissoluQue les contribuables,
quelle que l'année d e r n i è r e p a r le professeur boration avec son mari, la jeune
sommes
parvenus,
la
liberté
d'enseif
a
s
t
e
s
.
I
tes
mesures
économiques
ou
sociales.
tion du parti. Il était d'ailleurs invité
politique,
soient M. K. Reinmuth et qui fut nommé Mme Le Gofflc. Elle le fit sans s'efd'être, •it leur opinion
E n e f f e t , r é d u i r e la d u r é e d u ! ! t e Ils
précisent que la conception d'une tinement n'a plus de raison
à se dissoudre d e bon gré, sinon il
f a r o u c h e r de certaines c o n f i d e n c e s ,
mulne d c 40
obligés
de supporter
des
impôts HA.
qu'elle
ne
se
conçoit
même
plus.
t
r
a
v
a
i
l
â
40
h
e
u
r
e
s
n
a
r
s
e
m
a
i
n
e
heures
ne
correspond,
on
y serait contraint par la f o r e *
u a v a n a IU n t i u c s par s e m a i n e , „ | { r i < , u l , u r ( , ¡, l i u c u n c réalité, car Je
voilées sous la musique des vers.
plus lourds, pour que la caisse de
ail l i e u d e 4 8 h e u r e s , s a n s p o u r travail agricole pris dans son ensemble,
Le séisme à fait 259 morts Amour breton. Complainte de l'âme
» Un système d'orientation ct d'afpuisse
s , c o n - ne peutu àse mesurer il l'heure, à la j o u r - fectation, portant nécessairement sur propagande du narti socialiste
Les relations
anglo-russes dc euliar a idt ,i ms ai nn us ecro nlteess t astai loani r epossible,!»<*
à Sumatra.
bretonne qui
être bien garnie, ccUt nous
parais'¡
>« semaine : il est. déterminé
scandaleux.
. . . w < n , n n » „ » ; „ „ ,.,!..:„..„„
par des taches imposées par la nature, ln totalité des enfants, ne peut être sait déjà
Les ingénieurs anglais emprison .s
On
a
n
n
o
n
c
e
que
259
personnes
H
... vint au monde
nés en Russie ont été mi» en liberté a u n e a u g m e n t a t i o n s e r i e u s e d e s » , o n l e s é p o q u c s d c .]!„„„,:e c t l c s q u ' u n système national unique, insMais ce que nous apprend Le Ma- ont péri au cours du tremblement
crit lui-môme d a n s un système colDans son dur berceau de granit.
et l'on croit dès maintenant que les p r i x de r e v i e n t , à u n e a g g r a v a - variations atmosphériques.
dc
terre
qui
s'est
produit
lundi
d
a
n
s
tin
est
encore
plus
fort.
lectif d'organisation d u travail, d e
relations anglo-russes vont repren- t i o n d e l a c h e r t é d e la v i e .
D'autre part — sans vouloir préjuger oroduction et d e distribution des
Dans le premier cas, il ne s'agl-,- le Sud d e l'île dc Sumatra.
et tant d'autres c h a r m a n t e s pièces
<lt! l n
(lc
r f
ne un
ui
d r e bientôt.
sait en somme que d'une
augmentaLe 1p a y s a n
français paierait
""''«V , ', '« f ° "
<* «i
richesses,
d
'
h
a
r
m
o
n
i
s
a
t
i
o
n
entre
les
virent ainsi le jour.
,
,
i
i
'
*. .
concerne l'industrie et le coimnoice —
Graves
inondations
en
Corée
tion générale des impôts déjà exisLes
relations
Mais p o u r réaliser la p u i s s a n c e
d o n c lotit p u i s c n e r : s e s i n s t r u - H s attirent l'attention sur le fait que ressources et les besoins. »
tants et dont bénéficiaient
tous les
Selon -des nouvelles parvenues du poétique dc Le Goffie, t o u r n o n s quelm o n t s , s e s e n g r a i s , s a n o u r r i t u r e , l'application d e l à semaine de 40 heures
russo-américaine.
partis ou du moins les élus de tous Sud de la Corée, des pluies considé- ques feuillets et gardons-les un insà ces deux branches de l'économie
son habillement.
les partis.
La reprise p r o c h a i n e des relations
rables ent fait d é b o r d e r les rivières tant entre nos doigts a&n de pénénationale aurait des répercussions déA
v
e
c
t
o
u
s
les
frais,
g
é
n
é
r
a
u
x
commerciales entrtj les Eta'.'.vUnis
Mais ici il s'agit d'un impôt spé dans cette' région, i n o n d a n t d e vas trer l'histore intime du Treizain
sastreuses ¡pour llagrjcuiture. Elle ten- qu'elle comporte, comme moins enviade
et les Soviets est officielle. Un accord q u i g r è v e n t a u j o u r d ' h u i u n e ex- drait, en effet, à accentuer chea le ble que le travoll salarié avec les avan- cial et nouveau, prélevé sut tous V tes teiritoires, faisant dé nombreu- la nostalgie ct du déchirement,
d e ce
l'idée.. que
tages qu'il entraîne.
contribuables
des villes et commn ses victimes et d ' i m p o r t a n t s dégAts Paucissima
..
.. . sa
. '-coiuiitlon
.
est intervenu entre Moscou et un p l o i t a t i o n a g r i c o l e , le c u l t i v a t e u r salarié agricole
mea
qui r a c o n t e la
En conclusion,' ils estiment dangereux nés administrées
par les
sociatistes Des i n f o r m a t i o n s officielles établis- grande douleur... Ce f u t celle d ' u n
organisme d'Etat américain p o u r a t o u t e s les p e i n e s d u m o n d e à ' « 1 particulièrement Ttgourcusc du fait
de
consacrer
par
la
législation
la
nour
alimenter
u
n
i
q
u
e
m
e
n
t
la
caisse
..
„
„
,
,
„
,
.
I„„
J
„
,
,
„
U„,,K,
j
„
„
„
.
ides
longues
journées,
de
travail
reciiilses
l'achat de 80.000 balles de coton
sent que ce sont les plus graves inon
semaine de 40 heures qui, drainant les de propagande
du parti
socialiste dations qui aient eu lieu depuis 1924 père qui, avec les accents p r o c h e s dc
p a r la Russie. — On signale, d'autre « n o u e r les d e u x b o u t s » d e p u i s 6 certaines périodes de l'année. Elle travaH'leurs
ceux d'un Hugo ou d'un L a m a r t i n e ,
des champs vers le chômage S.F.I.O.
s
u
r
t
o
u
t
l
a
m
é
v
e
n
t
e
d
u
b
l
é
e
t
d
e
découragerait
profondément
la
musse
part, que des négociations se p o u r Jusqu'à, présent, on compte 19 pleure une e n f a n t t r è s aimée, u n e
des villes, consommerait chez ceux qui
la
p
l
u
p
a
r
t
d
e
s
p
r
o
d
u
i
t
s
d
e
l
a
f
e
r
¡
d
e
s
'PcM'
exploitants
qui,
n
e
profitant
Cela
c'est
un
coinble
I
suivent à Londres en vue de la connoyés, 7 disparus, 10 maisons écroue O n ' â i l v i e n a r a - t - i l le i o u r où ' P a s <ll!S réglementations 'relatives uu restent le découragement engendré par
Et dire qu'on risque la prison en lées et 102 maisons entraînées p a r enfant à qui il doit d'être r e d e v e n u
clusion d'un p a c t e d e non-agression m
m e . y u p u v i e n a i a w i le j o u r o u , t r a v n H c n viendront à estimer lu pro- une crise sans précédent.
un Breton complet, p r a t i q u a n t sa foi
refusant
de
payer
ses
impôts
!
!
entre la Russie et la Petite-Entente. p a r s u i t e d e l a s e m a i n e d e 4 0 h e u - ' p r l é t é de la terre, avec le d u r ' l a b e u r
J. G.
les eaux.
j r c t o n n c . Hervine était, en effet, à sa
S. Cyrille.
S" Feliciti.
S. Norbert.
S. Gunlbert.
S. Eugène.
Fête Nationtile.
S. Henri.
8 58 19 53
S 69 19 52
4 » li) 52
4 01 19 51
4 02 19 50
4 (Kl 19 49
404 19 49
CE OUI SE PASSE
A
Î
Ï
f
Un comble!
manière qui n'était pas celle de tout
le monde, une sorte de petit apôtre,
autoritaire parfois, pour ce qu'elle
jugeait être le devoir. Charles Le
i.^iiic écrira après sa mort :
« C'est su volonté qui me g o u v e r n e <l<iaormala ; noua vivons en un temps où les
enfants sont un enseignement pour leurs
pires. •
Mais est-il bien sûr que, de ce
temps seulement, date sa soumission
.îfant dont en secret il admirait
et le sens du devoir et la piété profonde, discrète, qui savait si bien
faire s'esquiver la jeune fille pour
une visite à l'église proche, ou lui
inspirait le mot éloquent à l'égal
d'un long prêche ? N'est-ce pas elle
qui, voyant sa mère absorbée par
quelque occupation susceptible de
lui faire oublier sa prière, se relevait
de la sienne en disant d'un ton très
net : « Là ! j'ai dit ma petite prière ! », ce qui pouvait bien signifier :
« A vous d'en faire autant ! »
Si le père a noté pareil détail, c'est
qu'il s'était senti atteint lui-même
par la petite leçon. Au reste, Hervine
ne prêchait pas autrement, si d'aventure cependant, elle ramassait (Petite
Soeur de l'Assomption ou des Pauvres, avant la lettre) les miettes de
pain tombées sur la nappe, expliquant qu' « alors que tant de gens
sont dans le besoin, ¡1 n'est pas permis de rien gaspiller». Durant h
maladie qui l'emporta, en Avril 1919,
elle disait à propos d'un enfant pauvre du voisinage :
« Comme ça vaut mieux que ce soit mol
qui sols malade t Comment «uralt fuit su
maman pour payer tous les médicaments et
les soins que tu me donnes t »
Délicate pensée d'une âme qui
aimait à reconnaître : « Comme c'est
bon d'avoir une maman ! » Charité,
piété, amour filial, voilà ce qui, doucement, à son insu, influait sur l'âme
paternelle, la préparant au jour où,
cédant à l'invite gentille, Le Goflle,
en une prière fervente, s'adressa à
Dieu.
« J'avais, illt-tl au religieux qui entendit
sa confession de quarante années et plus,
promis & Dieu que si mou pays était victorieux, que si mon flls revenait de la guerre,
je ne me contenterais plus de croire en lui
(la fol étal» donc déjà rentrée peu & peu
dans ce cœur de Breton), Je lui prouverais
nia reconnaissance par des actca. »
Le premier de ces actes fut la confession, dont il s'acquitta, aimait ù
dire le P. X..., « avec une simplicité
d'enfant », de Breton, pourrait-on
ajouter. Désormais, c'est ainsi qu'il
restera : simple dans sa foi et dans
les actes de cette foi. Rencontrant un
jour ce même religieux, qui se rendait à Sainte-Anne de la MaisonBlanche, il l'aborde et, tout ronde
ment: « J e vais avec vous». En che
min, il avoue que quelque chose le
tracasse depuis quelque temps, qu'il
serait aise de se confesser. Et le confessionnal fut un simple prie-Dieu
de paille... Sans plus de souci de
respect humain, la petite église de
Tregastel le verra à la Table sainte,
comme au matin de l'élection à l'Académie française le candidat à barbe
blanche communiait à Notre-Dame
.des Victoires ; comme l'élu de l'Académie s'inquiétait, dans la belle péroraison do son discours de réception, du salut éternel de celui dont il
faisait l'éloge et dont il allait occuper le fauteuil. L'éininent orateur
souhaitait que de Curel, surpris par
la mort, ait eu le temps, comme son
aïeul jadis sous le feu grégeois, de
prier « sur les coudes et sur les ge
noux, Notre-Seigneur Jésus-Christ,
le Christ qui résout toutes les difficultés ». Péroraison digne d'un Breton du pays des calvaires !...
(4
suivre).
M. Le Chanoine COGNEÂU
Vicaire O i n d r a i
est nommé évéque titulaire
de Thabraea et auxiliaire
de Mgr Duparc
Le Souverain Pontife a nommé
M. le chanoine Auguste Cogneau, vicaire général de Quimper, comme
évèque titulaire de Thabraea et auxiliaire de Mgr Duparc, évèque de
Quimper et de Léon.
Avec Mgr Gourtay, vicaire apostolique de la Guyane Française, c'est
le deuxième prêtre flnistérien qui
reçoit la mitre en cette année 1933.
Thabraea, aujourd'hui Tabarca
est un ancien siège apostolique situé
sur les bords de la Méditerranée,
aux confins de la Tunisie et de
l'Algérie, et qui est actuellement rattaché au siège primatial de Cartilage.
Mgr Auguste Cogneau est né en
1868, à Quimper, paroisse de SaintMathieu.
Après <le brillantes études au Likès, puis au Petit Séminaire de
Pont-Croix, il entra au Grand Séminaire de Quimper, et fut ordonné
prêtre en 1891.
Nommé professeur de philosophie
au Grand Séminaire, il s imposa rapidement par sa vaste culture littéraire et sa connaissance profonde
des sciences sacrées.
Il enseigna ensuite la théologie
morale, jusqu'au jour où, en 1908
Mgr Duparc, prenant possession du
siège de saint Corentin, lui offrit
une place de vicaire général. Mgr
Cogneau n'avait encore que 40 ans.
Brillant administrateur, théologien
averti, il fut pendant 25 ans un collaborateur dévoué de Mgr Duparc.
Et lorsque l'Evêque a voulu se décharger d'une partie de son lourd
fardeau sur un auxiliaire qui puisse
le suppléer à l'occasion, c'est tout
naturellement à M. Cogneay qu'il
pensa.
C'est à Lourdes, où il présidait le
pèlerinage diocésain, que Mgr Duparc a appris avec joie la nouvelle
et il a tenu à l'annoncer aussitôt
aux pèlerins.
L'Union Agricole s'associe à cette
joie et prie Son Excellence Mgr Cogneau d'agréer ses respectueuses félicitations.
Les anciennes pièces de cinq sous
en nlkel n'auront plus cours.
Le Journal Offtciel publie un décret relatif au retrait de la circulation des anciennes pièces de monnaie d e nickel de vingt-cinq centimes. Ces pièces de nickel pur pleines visées aux articles 1 et 2 de la
loi du 4 Août 1913 cesseront d'avoir
cours entre les particuliers et ne
seront plus admises dans les caisses
de l'Etat en France et en Algérie,
à partir du 1" Octoobre 1933. Jusqu'au 30 Septembre, elles seront
échangées dans celles de ces caisses
qui seront désignées par le ministre des Finances.
Q U I M P E R I J È
A nos Correspondants
et Annonceurs
LA DISTRIBUTION DES PRIX
dans les Ecoles libres de Quimperlé
Le jeudi 13 Juillet, à 9 heures,
distribution des prix, à Notre-Dame
lin raison de la fête du 14 Juillet de Kerbertrand, sous la présidence
et du marché qui aura lieu le jeudi de M. le chanoine Tanguy, recteur
13 Juillet, nous prions nos corres- de Notre-Dame de l'Assomption.
pondants et annonceurs de vouloir
A
bien nous faire parvenir leurs comLe samedi 15 Juillet, à 9 h. 30,
munications
pour le mardi
matin, aura lieu, salle Saint-Colomban, la
dernier délai.
distribution des prix de l'école
Sainte-Croix, sous la présidence de
M. l'abbé Blanchard, doyen honoLa fête des Provinces Françaises raire, recteur de Clohars-Carnoët.
Ainsi que nous l'avions annoncé,
la fête des Provinces Françaises,
la grande Kermesse organisée par
l'Avant-Garde, s'est déroulée dimanche dernier, 2 Juillet, sous les frais
ombrages du bois d e Keransker,
route de Lorient.
Disons tout de suite qu'elle a obtenu un succès éclatant, succès mérité d'ailleurs, les organisateurs
n'ayant rien négligé, rien laissé au
hasard.
Une publicité judicieuse et le renom des fêtes organisées p a r
l'Avant-Garde avaient attiré des visiteurs de tout l'arrondissement, et
même d'au-delà.
Le
défilé.
A 13 heures, la place Saint-Michel
est noire de monde. Une foule de
spectateurs se pressent pour admirer tout un petit monde qui s'affaire
au milieu de la place, et qui est tout
(1er de porter des costumes bretons
tout flambants neufs. Aussi fiers et
heureux assurément que s'ils avaient
été les vrais « mariés » du jour.
A 13 h. 30, le cortège s'ébranle,
entraîné par la fanfare de l'AventGarde. Derrière les musiciens viennent immédiatement les « Petits
Mariés » de Quimperlé et leurs invités, au nombre d'une centaine. Puis
voici les nombreux délégués des
Provinces Françaises qui viennent
former le cortège d'Anne de Bretagne. La Normandie est représentée,
et aussi l'Alsace ; le pays basque et
les Sables d'Olonne ; la Provence et
l'Algérie, et bien entendu un grand
nombre des régions de la Bretagne.
Dans le cortège aussi, deux voitures fleuries, artistement ornées : la
première, attelée, consistant en un
panier, dans lequel ont p r i s place
des tout-petits de 3, 4 et 5 ans ; la
seconde, une belle torpédo, ornée
avec goût, aux armes d'Anne de Bretagne. La bonne duchesse (Mlle
Conan), sur son trône, y est entourée
des dames d'honneur de sa cour.
Après avoir défilé dans les principales artères de la ville, entre deux
haies de spectateurs ravis, le cortège
arrive sous les tilleuls du Bourgneuf,
où de nombreuses voitures sont rangées, prêtes à transporter les petits
mariés et leur suite jusqu'au bois de
Kéranskcr.
La
(1) A la demande générale, une
seconde représentation de la revue
sera donnée c esoir, vendredi, sur
la scène du patronage Saint-Colom.
ban, et l'en aura l'avantage de voir
passer sur l'écran du cinéma le cortège des Provinces Françaises de
dimanche dernier.
Nul doute que la population quimpcrloise ne vienne en foulo applaud i r les acteurs de cette revue originale.
Lundi prochain 10. Juillet
A
H. YVES"TABIC
Le mardi 18 Juillet, à 2 h. 30,
salle Saint-Colomban, distribution
des prix de l'école Jeanne d'Arc et
du cours de Mlle Pradeau, sous la
présidence de M. le chanoine Gadon,
curé-archmrêtre de Quimperlé.
Pharmacien
de
Classe
ouvrira sa Pharmacie
et s o n
SUCCÈS UNIVERSITAIRES. —
Nous apprenons que Mlle E. Braouëzec, directrice de l'Institution N.-D.
de Kerbertrand, à Quimperlé, vient
de passer avec succès le certificat
d'études littéraires classiques, devant la Faculté des Lettres de Paris.
Mlle E. Braouëzcc avait déjà obtenu
les certificats d'études pratiques
(mention assez bien), de Philologie
(mention assez b i e n , et de Littéraire Anglaise (mention bien). Son
récent succès lui assure le titre définitif de Licenciée-es-Lettres. Nous
lui adressons nos vives félicitations.
—Nous apprenons également que
notre jeune compatriote Georges Le
Noc, élève au collège Saint-Yves, à
Quimper, vient de subir avec succès l'examen écrit d u Baccalauréat,
1" partie, latin-grec.
Nos félicitations.
SALLE SfllHT-CQLOMBflN
Ce soir, Vendredi 7 Juillet
à 2 0 heures
B S V V S
SCÈNES D'AUTREFOIS
SCÈNES D'AUJOURD'HUI
A t r a v e r s l'histoire de Q u i m p e r l é :
— Ce q u i a r r i v a ft S n i n t - G u n t h i e r n
au P o n t - F l e u r i .
— O ù l'on voit revenir d a n s n o t r e
ville les célébrités q u i m p e r l o i s e s :
Dugucsclin, a m i r a l du Couédic, général Hervo, etc.
— Union de la Bretagne et tic la
Provence : T a r t a r i n â la Revue.
CINÉMA
à Kéransper d ¡ m
Film parlant ; chansons
Kermesse.
Là, le cortège se reforme, et, précédé des binious Gourmelen et Rolland, fait son entrée triomphale au
parc de Keransker, mis gracieusement à la disposition des organisateurs par la famille de la Vifienvarqué.
Sous les arbres, aux accents de la
bombarde et du biniou, tout ce petit
monde tourne, comme autrefois'
dans les noces bretonnes, en gracieuses gavottes, jabadaos et rigodons.
Puis la foule s'égaille autour des
différents jeux installés sous les frais
ombrages des chênes séculaires :
boule pendante, tonneau, jeu d'anneau, ping-pong, tir au ohapeau.
papegault. Les comptoirs, variés et
bien achalandés, connaissent une
affluence considérable : articles de
Paris, dentelles d'Alençon, chalet
normand, au pays des oranges,
pâtisserie alsacienne, thé béarnais,
cidrerie du Barzaz Brciz, cabaret
de la Duchesse Anne, krampouez
gwiniz, glaces, etc...
Pendant ce temps, nu théâtre de
verdure, une revue humoristique,
due à l'imagination féconde d'un
auteur... inconnu, obtenait un succès triomphal. Elle fit défiler devant
les spectateurs ravis des scènes du
Quimperlé d'autrefois et d'aujourd'hui. Voici d'abord le bon tour que
joua saint Gunthiorn (Gourlay) au
diable, un diable tout rouge, aux
longues cornes (Ligeour), en faisant
passer son chat (Mestre) sur le PontFleuri.
A l'ébahissement des deux braconniers péchant dans l'Ellé (Charles et
Jean Guillou) cl des deux inénarrables commères (Noen et Aershoot),
on voit revenir les vieilles célébrités
quimperloiscs : Bertrand du Gues
clin, casqué et botté (Bardoul), l'amiral 'du Couédic (Muiban), le général
Hervo (Le Noc), de Mcsle (Jacob),
présentées à tour de rôle par un
magnifique gymnaste de l'AvantGarde, Gourlay.
El voici l'union de la Bretagne à.
la Provence : le chasseur de desquelles, Tartarin (Gourvellcc), épouse la charmante Maryvonnik (Aershoot), sens les applaudissements de
toute l'assistance (1).
Signalons encore la merveilleuse
saynète bretonne interprétée à la
perfection par les petits marié» de
Quimperlé.
Le soir, à 20 heures, la fêtç se clôtura par une séance de cinéma en
plein air : le mariage de Mlle Reulemans, et par les féeriques élluminations au-dessus de 1 étang. Des
jeux de lumières des plus variés, dus
à l'ingéniosité de M. Sablé, aidé de
M. Le Stir, furent salués par des
applaudissements frénétiques, qui se
répercutèrenl longuement sous les
frondaisons de Kéranskcr.
Avant de terminer ce modeste
compte rendu, qu'il ncus soit permis de féliciter et de remercier les
organisateurs, les jeunes artistes, les
tenanciers de comptoirs el d e jeux,
en un mol, fout ceux qui contribuèrent d'une manière ou 'd'une
autre, au succès de la fêle des Provinces Françaises.
MAUVAISE SIGNALISATION. —
On nous prie d'insérer :
Il existe à l'extrémité de la place
Carnot, en Quimperlé, des panneaux
de signalisations dont l'un est tourné
en direction de Pont-Avén et l'autre
en direction de la route nationale n°
105, vers Quimper. C'est très bien
sans doute, mais enecre faudrait-il
que ces panneaux reçoivent au
moins une fois par an une petite
couche de peinture qu aiderait certanement beaucoup à leur précieuse
conservation et aussi à indiquer aux
nombreux automobilistes de passage
la roule à suivre, évitant ainsi des
marches-arrière toujours dangereuses à l'intersection des mes Thiers
et de Quimper.
CHEZ LES ANCIENS COMBATTANTS. — La réunion trimestrielle
des anciens combattants inscrits à la
société Mutuelle-Retraite de Quimperlé, aura lieu dimanche 9 Juillet,
aux heures habituelles, dans l'ancienne salle du commissariat, rue
de la Mairie. Les sociétaires sont
instamment priés d'apporter leur
livret.
CHEZ LES POMPONS ROUGES.
— Le banquet des Pompons Rouges
se tiendra dimanche prochain 9 Juillet, à midi (et non à 19 heures), à
l'hôtel Brient, 5, rue Clohars.
A LA SOCIÉTÉ D'AGRICULTURE
DE QUIMPERLÉ. — L'assemblée générale de la société d'agriculture de
Quimperlé aura lieu à Quimperlé.
salle de la mairie, dimanche prochain, 9 Juillet, à 14 heures.
Ordre du jour : Exposé de la
situation financière ; organisation
du concours annuel ; questions diverses.
Le président : J.-M. LE GALL.-
nÉlectricité
IS
fi
LUSTRERIE
»
-- A P P A R E I L S
--
DE
IS
s ,
I
»
CHAUFFAGE
MOTEURS,
FÊTE NATIONALE DU 14 JUILLET. — Jeudi 13 Juillet : 19 heures,
sonnerie de cloches et salves d'artillerie.
Vendredi 14 Juillet : 7 heures,
sonnerie de cloches et salves d'artillerie ; 7 h . 30, distribution de pain
aux indigents ; 10 heures, course de
bicyclettes {débutants de moins de
16 ans). Prix, 40, 30, 20 et 10 fr.
(Itinéraire : départ d u Bourgneuf,
rue de La Tour-d'Auvergne, rue de
Quimper, passerelle, rue de Brémond-d'Ars, rue de la Mairie, arri-;
vée route de Lorient).
De 11 à 12 heures : concert, place
Nationale.,
A 14 heures : circuit cycliste (international), sous le contrôle de l'U.
V. V. Prix : 250, 150, 100 et 75 fr.
(Itinéraire : départ* Octroi de la
gare, quai Brizeux, rue Thiers, rue
de Pcnt-Aven, arrivée, quai Brizeux
(4 tours 1/2). Primes : rue Thiers,
1 " tour, 10 fr. ; 2" tour, 10 fr. ; 3'
tour, 10 fr. ; 4" tour, 20 fr.
15 h. 30 : course au Poullou,
course de bicyclettes (cantonale),
départ 'du
Poullou, Crois - Obet,
retour au Poullou. Prix, 100, 70 et
50 ' francs.
10 h. 30 : course de chars. Départ,
Petite Fontaine, route de Pont-Aven,
embranchement route du Trévoux,
retour pont de Pont-Aven, boulevard
de la Gare, quai Brizeux, rue Thiers
arrivée, Pont ¡de Pont-Aven. Prix :
300, 200, 100 et 50 francs.
17 h. 30 à 18 h. 30 : concert, place
Nationale.
1.006. »
Génisses et vaches, pleines
Porcs (le kilo)
Veaux (le kilo)
Froment
:
Seigle
Orge
1.200. »
6.20
4. »
105. »
80. »
75. »
Sarrazin
90. »
Avoine
80. »
Pommes de terre (les 100 kilo)s s. cours
Iùjin (les 500 kHos)
230. »
Paille (les 500 kilos)
120. »
Son (les 100 kilos, gros)
50. »
Son (les 100 kilos, détail)
65. »
Farine du pays
148. »
Beurre salé (la livre)
5.50
IJeunre doux (la livre)
4. »
Πu f s (la douzaine)
4.50
Poulets vieux (la couple) . .
25. x>
Poulets jeunes (la couple)
20. »
Cidre pur j u s
300. »
Cklne ordinaire
250. »
A LA RECETTE BURALISTE. —
Nous apprenons avec plaisir l'arrivée dans notre ville de M. Moysan,
nommé receveur-buraliste, en remplacement de M. Le Glaz, qui se
retire pour raison de santé.
La Recette buraliste sera transférée rue de Brémond-d'Ars.
ETAT-CIVIL. — Naissances : Josette-Louise-Claudine Berthelot, 3,
rue Clohars ; — Josette-Renée Jcliff,
5, rue Clohars ; — René Bouglouan,
rue d u Gorréqucr ; — JeanninePierrette Le Carquct, rue du Cimetière.
Publications
de mariages : Anatole-René-Jules Lochouarn, commerçant, 10, rue du Couodic, et YvoniieLouisc-Mélanie-Valentine Quémar, s
•p., au bourg de Baye ; — I.ouis-Joscph Scavennec, quartier - maître
fourrier, rue du Cimetière, et Raymondc-Jeanne-Louise Lacour, employée 'de bureau à Kérisole ; — YvesMarie-Corentin-André Maréchal, menuisier, 4, route du Faouët, et Madeleine Cudon, s. p., avenue du Maréchal Foch.
Mariages : néant.
Décès : néant.
ETAT-CIVIL DU MOIS DE JUIN.
— Naissances : Vincent-Joseph Beuzet, à Kernouarn ; Lucie Le Dunff,
rue de Pont-Aven, avant le Pont, au Vorlen ; Louis-Marie-Mathurin
donnera sous peu des haricots verts Tanguy, à Kergreff.
Publication de mariage : néant.
à équenter à domicile.
Mariage : Emile Le Palan, de
S'Inscrire à l'Usine.
Plouay, et Yvonne Le Gall, d'Arzano.
Décès : néant.
CINÉMA PARLANT HONORÉ. —
Jeudi 6, vendredi 7, samedi 8 Juillet,
BANNALEO
soirée à 8 h. 30, dimanche 9, matiAPRÈS
L'ÉLECTROCUTION
MORnée à 2 h. 30, soirée à 8 h. 30 :
TELLE DE LOGE-HOUARN.
Les actualités Pathê-Journal, so- Nous avons dit dans un précédent
nore et parlant ; Mickey et le gorille, numéro, que le Tribunal de Quimdessin animé sonore ;' Pathé-Revue, perlé avait, sur cette affaire, remis
sonore et pîirlMt.*'
•>
son jugement à huitaine.
Faubourg-Montihartre
avec Gaby
Le jugement a été rendu. Il conMorlay, Oharles Vanel, Line Noro, clut à la responsabilité de la Compa
Pierre Berlin.
gnie d'Electricité, qui se voit condamnée à verser 30.000 francs à
titre de dommages-intérêts à M. et
Mme Pensec, parents de la victime,
Mlle Angèle Pensec, et 1.000 francs
à chacun des enfants.
L'USINE de C0AT-KAER
Générale
27
- Rue Savary
Réparations en tous
LE PRIX DU PAIN. — Le Syndiilicat de la Boulangerie du Sud-Finistère a llxé le prix du pain, à partir
du lundi 3 Juillet, comme suit :
0 kg. 500
0 fr. 90
1 kilog
1 fr. 80
1 kg. 500
2 fr. 70
2 kilog
3 fr. 00
3 kilog
5 fr. 30
DONS AU BUREAU DE BIENFAISANCE. — 'Anonyme, 100 fr. ; nui'
riage de Pierre Gouello-Mlle Goualou, 26 fr. ; mariage de Yluiel-Mlle
Me II, 66 Tr. 15.
Nos félicitations aux généreux
donateurs.
RECORD DE VITESSE
Vaches laitières
0L0HAR8-CARN0ET
LA GRANDE KERMESSE DU 9
JUILLET. — Nous rappelons qu'uni
grande kermesse se tiendra diman
cbe prochain 9 Juillet, à Saint-Jacques, kermesse dont le produit sera
consacré à la restauration de l'église
paroissiale.
L'annnoce de cette fête a été très
bien accueillie à Clohars, et le
comité dévoué travaille activement
pour faire de cette kermesse une
fête en tous points réussie.
Nous avons déjà donné un aperçu
des diverses attractions nue l'on y
trouvera. Nous pouvons annoncei
aujourd'hui que durant toute l'aprèsmidi les « Binious Ï de Guidel
feront entendre les meilleurs morceaux de leur répertoire.
Par ailleurs, de nombreuses surorises que le comité nous demande,
de ne pas dévoiler. Ce sera un charme de plus, le charme de l'imprévu.
Notes importantes. — Les personnes qui viendront à la kermesse
pourront, à 4 heures, prendre une
collation sur place.
Un service d'autocars est organisé
•entre le bourg de Clohars et les
peints les plus éloignés de la coin
mune.
M. Tibulle fera le service du Bois:
1 " départ à 1 heure, Au Rendez-vous
des. Chasseurs.
M. Ollivier fera le service de
Doëlan, rive droite et rive gauche.
Départ rive gauche, à 1 heure.
M. Maurel fera le service d u Pouldu. Départ à 1 heure.
Tous, dimanche, à la kermesse !
CABINET DENTAI RF.
CERTIFICAT D'ETUDES. — Non.«
donnons ci-dessous les noms des
enfants d e l'école libre des filles qui
ont passé avec succès l'examen du
certificat d'études officiel :
Simone Capitaine, Odette Le Coz.
Gabrielle Guiffant, Marie Le Heurt
Anne-Marie Le Moync, Aline Noulc,
Françoise Ollivier, Louise Philippot, Marie Poupon, Yvette Quéré.
Nos félicitations.
«
27
T6i6ph. 208 QUIMPERLE iritisiftrii)
PHONOS
DISQUES
EMOUVANT
SAUVETAGE.
—
Vendredi, vers 20 heures, le jeune
Le Noach, habitant au Lin, s'amusait avec quelques gamins de son
âge, à la pêche à la ligne sur les
bords d u quai d e l'arrière-port
quand il perdit l'équilibre et tomba
à la mer.
Par un heureux hasard, le bateau
Pierre-Cholet, appartenant à l'Administration des Ponts et Chaussées, se
trouvait à cet instant en déchargement à environ 50 mètres des lieux
de l'accident.
Aux appels désespérés des jeunes
amis du naufragé, 1 un des matelots,
M. François Hémon, n'écoutant que
son courage, se jeta tout habillé au
secours d e l'enfant, qu'il empoignait
peu après. Etant à ce moment à bout
de force, il allait infailliblement
être obligé d'abandonner ce pauvre
gosse quand, s'apercevant de l'état
de fatigue de son camarade, M.
Bacon Corentin, matelot chauffeur à
bord du Pierre-Cholet, qui suivait
les opérations de sauvetage du quai,
se jeta à son tour à l'eau. Conjuguant
leurs efforts, les deux hommes réussissaient peu après à ramener à
terre l'infortuné Le Noach.
Nos félicitations, aux deux sauveteurs.
ARZANO
CARNET DE MARIAGES. — Mardi
prochain 11 Juillet, à 10 heures, en
l'église paroissiale d'Arzano, sera
béni le mariage de Mlle Francine
Moëlo, de Kerlen, en Arzano, avec
M. Paul Beuzet, de Keryazo, en Rédéné.
Les repas de noces seront servis
le même jour chez M. Lochouarn,
restaurant Ker-Avel, Arzano.
— Mardi prochain également et à
la'mème heure, sera béni le mariage
de Mlle Marie Troadec, de Russul,
en Arzano, avec M. Jean Troadec,
de Guidel. •
Les repas de noces auront lieu le
même jour chez M. Ruveron, à Nivinen.
Nos meilleurs vœux de bonheur aux
PAS EN RÈGLE. — Les gendar- futurs époux et nos compliments à
LA PRÉSENCE D'ESPRIT DU
mes de Quimperlé, assurant la police leurs familles.
CONDUCTEUR. — L'autre soir, un
spéciale de la route, le 28 Juin derdes employés de M. Monnier, entrenier, passant devant le village de
preneur de gros transports à Quim
Kerlosquet, ont verbalisé contre G
perlé, livrait des barils de rogue aux
Alain, sculpteur à Rosporden, qui
pêcheurs de Douëlan. Il pilotait un
circulait sur la route nationale n
tracteur qui traînait une remorque
165, monté sur une motocyclette
Chirurgien- Dentiste
contenant 6 tonnes de marchandises.
sans être possesseur des papiers né
Devant la maison Toher, le concessaires pour la conduite d e ces
— D. F. M. P. —
ducteur voulut ralentir son allure et
machines.
•
mettre en première vitesse, mais le
levier resta au point mort. Tracteur
ACCIDENTS DU TRAVAIL. —
et remorque, après avoir démoli un
Maurice Marout, ouvrier d'usine au
murctin allèrent s'écraser contre le
3 , P l a c e Hervo, 3
Beaubois, est tombé d'une hauteur
corps de garde.
de deux mètres, en déplaçant du
Fort heureusement, le livreur
Q U > M * » £ « L É t' .M •
matériel. 12 jours d e repos.
s'était rendu compte du danger qu'il
ccurait et avait eu la présence d'es. — Emmanuel Péron, rue du Gor
prit de sauter de son siège. Sans
réquer, manœuvre à l'usine d e Kériquoi, il risquait fort d'y laisser la
sole, a reçu des pierres sur la jambe
PROBITÉ. — Il a été trouvé par vie.
en travaillant à la carrière. 12 à 15
M. Dauphin fils, d u bourg d'Arzano
jours de repos complet.
Les dégâts matériels, malgré la
un portefeuille contenant une cer- violence
du choc ne semblent pas
— Jean Courant, manœuvre chez taine somme et un livfet de pension très
considérables. Tracteur
et
M. Mathurin Guillou, s'est piqué à la d'ascendant portant l'adresse sui- remorque
ont cependant sérieuse
main en découpant une tôle. 8 jours vante : M. Brabant Yves, domicilié à nient souffert,
et quelques barils de
Lorient.
de repos, sauf complications.
rogue ont été endommagés.
L. CORNOU
etc...
BEUZEO-CONQ
du 30 Juin 1933.
NT J. GUIBOURG
filmées.
CARNET ROSE. — Nous avonr
appris avec plaisir l'heureuse naissance, chez M. et Mme Joliff, née
Brient, d'une charmante fillette qui
a reçu le prénom de Josette.
En cette heureuse circonstance
nous adressons nos meilleurs vœux
de bonheur à la petite Josette et nos
félicitations à ses parents.
is
Laboratoire d'Analyses
10, rue Brémond-d'Ars
Mercuriale des Marchés
Genres
¡M
DEMOGRAPHIE I)U 2" TRIMESTHE. — 11 a été enregistré à la Mairie de Quimperlé, pendant le 2" trimestre 1933 : 37 naissances; 19 mariages ; 4 transcriptions ou rectifications ; 71 décès, dgnt 3 âgés de
moins de 1 an et 08 âgés de 1 an et
plus : sur ce nombre 37 sont morts
à l'hospice, dont 27 étaient étrangers
à la commune.
Les causes des décès sont : tuberculose de l'appareil respiratoire, 10 ;
tuberculose des méninges et du système nerveux central, 6 ; autres tuberculoses, 2 ; cancer et autres tumeurs malignes, 5 ; méningite simple, 2 ; hémorragie et ramollissement
du cerveau, 1 ; maladies du cœur, 3 ;
bronchite aiguë, 1 ; bronchite chronique, 3 ; autres affections de l'appareil respiratoire, 14 ; affection' de
l'estomac 2 ; cirrhose' du foie, 1 ;
accident de la grossesse ou de l'accouchement, 1 ; sénilité, 13 ; autres
maladies, 2 ; malndie inconnue ou
mal définie, 3.
Pour la destruction des cors, c'est
<: Le Diable » qui le détient. « Le
Diable » enlève les cors en six jours
nour toujours. Mais attention 1...
Exigez « Le Diable », 3 fr. 95, toutes
PHARMACIE DE SERVICE. —
pharmacies, et à Epernay, pharmacie Dimanche prochain 9 Juillet, pharWeinmann. Dépôt dans toutes les macie Habrial, 42, place Saintpharmacies.
Michel.
BAYE
RÉSULTATS DE LA FÉTE. —
Course cycliste communale : Le Toequer ; Le Naour ; Christien ; Primas.
Course cycliste nour vétérans :
Le Tocquer ; Christien ; Denis ;
Primas.
Lancement du poids : Kergoat,
Marrec, Jambou.
Course d'enfants : Forlot, Jambou
Nescop.
Course cycliste internationale :
Durand, Quimperlé ; Le Gall, Lorient ; Hunsec, Quéven ; Jaffrédou,
Tréméven.
Course de chars : Capitaine, Bannalec ; Conan, N'évez ; Job, Le Trévoux ; à noter la belle lutte entre
Volt el Conflans qui arrivent à une
encolure.
Tir à la corde : l'équipe des jeunes
est gagnante,
Gavotte d'honneur : Christien et
Morlec ; Le Goff et Nélias ; Jambou
et Le Gall.
LOCUNOLE ,
GRAND CONCOURS DE BOULES.
— Un grand concours de boules régional est organisé au ibourg, le
dimanche 9 Juillet. En voici le règlement et les prix :
Les équipes seront de 4 joueurs et
seront désignées par voie de tirage
au sort ; un droit d'engagement de
2 fr. sera perçu pour chaque joueur ;
le petit pourra être lancé à la distance que l'on voudra, mais- il sera
interdit de faire 3 pas en avant pour
tirer ; les boules plombées sont
interdites ; le tirage au sort des
équipes aura lieu à 13 heures (heure
légale); nour être gagnant, il faudra
gagner 2 parties de 12 points chacune, ou la belle s'il y a lieu. La décision du Comité sera sans appel ;
le Comité se réserve le droit de modifier les prix s'il le juge nécessaire
et ne répond pas des accidents.
Prix : 100, 75, 50. 30 et 20 francs.
En plus, le même jour il sera fait
un concours de boule-ten. Prix : une
moto en très bon état.
MELGVEN
VOL D'UN VELO. — M. Pierre
Pocher, ouvrier boulanger chez M.
Japibon, à Cadol, en Melgven, après
avoir été faire une course, laissait
son vélo contre la maison de son
patron, située en bordure de la route
nationale n° 70. Il pouvait être 4 à
5 heures de l'après-midi. M. Pocher
ne pensa à sa bicyclette que le lendemain matin, et constata qu'elle
avait disparu.
Il croya d'abord à une farce, mais
ne la voyant pas revenir, il confia à
la gendarmerie le soin de retrouver
le vélo et le voleur. Une enquête est
ouvrte.
GEORGES L E
GUET
CHIRURGIEN-DENTISTE
- de la Faculté de Paris
-
1 8 , R u e S a v a r y (Maison Rivalin)
QUIMPERLÉ
Consultations tous les jours, sauf le lundi
mOELAN
INCENDIE. — Mercredi matin, à
6 h. 30, la population de Mcclan
était alertée par le tocsin : un incendie venait de se déclarer à Kerendérédel, en Moëlan.
Malgré l'intervention rapide de la
population et des pompiers de MocIan, une grange, appartenant à M.
Scaérou, fut la proie des flammes.
Les dégâts se montent à plus de
10.000 francs.
TOURNÉE DU PERCEPTEUR.
En raison de la fête nationale du
Juillet prochain, la tournée
reportée au mercredi 19, à 7 h.
—
14
est
30.
ETAT - CIVIL. — Naissances :
Marie-Thérèse, à Poulvez ; Louis
Favennec, à Kerhérou ; Alice Penquerch, au Pctit-Coat-Savé ; MarieLouise Droual, bourg ; Gérard Couliou, à Lande-Kervignac ; Jean Le
Bloa, à Bélon.
Publications
de mariages : Raphaël Philippon, marin dé l'Etat, et
Anne Le Bourhis, couturière à Kerdoualen ; Joseph Mahé, marin-pêcheur à Kerhérou, et Victorine
Orvoën, cultivatrice, à Kersel.
Mariage : Victor Lorec, marin de
l'Etat, et Léonie Lozachmeur, à Ponthouard.
Décès : Joseph Tanguy, 45 ans, à
Keramoulin ; François jaffrézou, 65
ans, à Kercadoret ; Joséphine Eon,
75 ans (transcription) ; Marie Souffez, 78 ans, à Kerguippe ; Pierre Le
Porz, 81 ans, à Kerdoualen.
NEVEZ
LA FÉTE DES NATIONS. — Nous
apprenons que les samedi et dimanche 12 et 13 Août aura lieu, à la
nouvelle école des filles, à Névez, la
CONCARNEAU
grande fête des Nations. On annonUNE AGRESSION. — Dimanche, ce la visite du 1 " ministre de Quévers 23 h. 30, rue des Ecoles, les bec et d e sa nombreuse suite.
frères Louis et Georges Ligeour,
Nous en reparlerons.
ouvriers boulangers, avenue de la
Gare, en Beuzec-Conq, âgés respectiDEUX NOUVEAUX THONIERS.
vement de 22 ans et 18 ans, ont été — Les petits ports de Kerdruc et
assaillis par Paul Guillou, 24 ans, Rosbras, sur l'Aven, abritent deux
célibataire, marin-pêcheur à la Ville- nouvelles unités : Le Diamant bleu,
Close, qui, après avoir fortement capitaine Louis Ollivier, et le Rosbousculé les '(¡eux boulangers, mor- pico, capitaine Yves Rica, tous deux
dit cruellement le nez de l'aîné des de Névez et marins éprouvés.
frères Ligecur et la main gauche du
Le "baptême traditionnel leur a été
cadet.
donné dimanche. Le Diamant bleu
I-es blessures sont sérieuses et onl avait pour parrain et marraine : M.
nécessité l'intervention du docteur Henri Ollivier et Mme Ernestine
Le Strat. Georges Ligeour a eu en Jégou ; et le Rospico : M. KrebS",
outre ses lunettes brisées par Guil- ingénieur-constructeur, et Mme d e
lou, qui trouva en outre le moyen de Poulpiquet.
lui dérober sa casquette.
Nos meilleurs voeux accompagnent ces navires et leurs équipages.
Chef-Comptable,
Comptable,
CERTIFICAT D'ETUDES. — Nous
Aide-Comptable, Secrétaire, Stésommes heureux de présenter nos
no-Dactylographe, Caissière, eto., félicitations aux maîtresses de la
sont des SITUATIONS rémunéra- nouvelle école libre pour les succès
trices que vous pouvez obtenir ra obtenus aux examens par leurs élèpldement, grâce aux LEÇONS PRA- ves.
Certificat officiel. — 5 présentées,
TIQUES de l'ECOLE PIGIER, g ,
4 reçues ; Lucienne Massé, Antoirue d e s Fontaines, LORIENT.
nette Marrec, Simone Richard, Irma
lverlan.
CORAY
Certificat libre. — 4 présentées,
4 reçues : les mêmes que ci-dessus.
FÊTE NATIONALE DU 14 JUILNos vives félicitations aux enfants
LET. — A 19 h. 30, sur la place de
l'Eglise : concours de boules (tir), et à leurs heureux parents.
par équipe de auatre ; engagement,
INCENDIE. — Dimanche dernier,
1 fr. 1" prix, un mouton ; 2' prix, vers 15 heures, un incendie a détruit
un coq.
une meule de paille appartenant à
A 20 heures : course d'hommes de M. Yves Sellin. à Kermannic.
plus de 50 ans, deux tours de la
On ignore les causes du sinistre.
p l a c e ; p r i x : 20, 10 et 5 fr.. et un
paquet de tabac.
ETAT-CIVIL DU MOIS DE JUIN
Naissances : Anne Pérennec, à
Tyourlès ; Anne David, à LocliouKerdavid ; Yvette Guéguen, à Kerféot.
Publication de mariage ; François
Le Clech, sergent au 3" régiment
d'infanterie coloniale à Rochefort,
et Anne Kéroué, sans jirofession, à
Moulin-Roux.
Décès : Pierre Le Bras, cultivateur
à Kcrzest, 75 ans ; Elise Bihannic,
2 mois, à Bcg-Minez, Coray.
QUILLIGONIARCH
LA FÊTE DU QUARTIER DE
SAINT-ELOI. — -La fête du quartier
de Saint-Eloi aura lieu le dimanche 9 Juillet, à Slang-er-Pont, en
Guîlligomarc'li.
A 17 heures, course cycliste, canAlexandre G U Z I A T tonale
et communes limitrophes.
Prix : 40, 30, 20 et 10 francs.
CHIRURGI EN-DENTISTE
A 18 heures, course à pied. Prix :
de la Fuciliti du Médecine de Par»
20, 15, 10, 5 francs.
9, Rue Lebas. - QUIMPERLÉ
A 19 heures, course en sacs. Prix :
10, 8, 5, 4 francs.
ConiuIfatlon» lou¡ Im Iou ri t Qulmaerli Le comité se réserve le droit de
nul h merçrtdi » Bannthic
modifier le programme et ne répond
pas des accidents.
LA DISEUSE DE BONNE AVENTURE EN APPEL. — Nous avons
lelaté, dans notre dernier numéro,
que Louise Beautour, épouse Martin,
avait été condamnée, par le Tribunal
de Quimperlé, à 0 mois de prison
et 50 francs d'amende, ])our avoir
escroqué 4.350 francs à Mme Guyader, cultivatrice à Névez, et à la
bonne de celle-ci, Mlle Philomène
Garot.
Cette affaire était venue une première fois devant la Cour d'appel.
L'avocat de Louise Beautour, M* Baslard, ne s'étant pas présenté, la
Cour conseilla à l'inculpée de faire
défaut.
L'affaire est donc venue une
seconde fois devant la Cour d'appel
de Rennes.
Malgré la plaidoirie de M" Baslard,
le premier jugement est confirmé.
Louise Beautour fera 6 mois de prison, et paiera 50 francs d'amende.
Que n a-t-elle pas tiré les cartes
pour elle-même ! ?
PONT-AVEN
CONTRIBUTIONS DIRECTES. —
8CAER
LES
GRANDES
LUTTES
DU 9
i C A R H A I X l LA VENTE DE L'EAU
ET LES SUBVENTIONS!
DE L'ETAT
M. le Contrôleur des Contributions JUILLET. — Scaër a toujours été le
Directes de Quimnerlé se rendra à|« Pays des Luttes » , nulle autre!
la mairie de Pcnt-Aven, lundi pro- assemblée ne pouvait rivaliser avec
LES FÊTES DE LA TOUR D'AU-I
chain 10 Juillet, à 9 heures, et r r o c é - celle de noire cité le jour des « Gour- VERGNE. — Carhaix, ville natale de
<lera, en présence. <les répartiteurs, Inou-braz » . Et toujours on annon- La Tour d'Auvergne a célébré, là
foncières,.de
la contrià Scacr
pour un
y l ssemaine
a i r e de ladernière,
mort du le
héros
L e l ||np m | e P o M nnint nui i n t p r p « «
àcontributions
la révision annuelle
'des bases
des Lavenir
çait qu'unvenaient
Pichon, un
Daouphars,
133"breton.
anniver""leresse
a W s de d 0 c t e u r Lancien, sénateur du Finis-1 U n ® m l S e 8 U P 0 , n T
bution mobilière, des patentes et des trouver des adversaires capables
diverses taxes assimilées.
les mettre « lamm » . C'était alors aes Itère, et maire 'de Carhaix. n m-o
les finances communales
Etude de M' MUSSON, Huissier
à Pont-Aven.
Sports!
LUTTES B R E T O N N E S
GRAND TOURNOI DE LUTTES
BRETONNES A SCAER
VENTE V O L O N T A I R E
d'un traira de ferme
Etudes d e M* KOUN, Avoué-Licencié
à Quimperlé, 11, quai Brizeux ;
de M' FOURNIS, Avoué-Licencié à
Quimperlé, 6, quai Brizeux, et de
M" ROLLAND, Notaire à Quimperlé, 3, rue Brouzic.
VENTE PMTLÎCITATIOH
à KERLAGADU,
en R I E C - S U R - B É L O N ,
Voici le programme <lu tournoi :
en l'Etude et par le Ministère
LE DIMANCHE 9 JUILLET 1933,
Dimanche 9 Juillet, avec le con-|
de M* ROLLAND, notaire à Quimperlé,
13 heures.
cours de la musique municipale,
3, rue Brouzic,
A vendre notamment :
on ne J'ignore pas, apporte, I grandes luttes bretonnes, sous la|
LE MERCREDI 2 AOUT 1933,
prochai
1 tau, vaches, ï14igénisses,
r
<ic subventions, un concours présidence 'd'honneur 'de M. Henri, 3 bonnes
à îk heures,
des
important aux communes Croissant, conseiller général, maireIil e a u » ecremeuse
« Alfa
Laval»,
credi
„
.
.
„
.-MNNINGN
,
.
.
„
.
V
.
^
»
„
.
•
•
s
qui
entreprennent
des
travaux
,i„
Scaër
et
de
M
1P
docteur
Coton-1
broyeur
a
pommes
de
terre,
barrisalle
U1U11
Chàteaulin
i eau poiauic.
de ï
la ' F
B ^ " \<l"es,
" M . î^o GaiL directeur -de YUnio„ < K , n ! > l o uus
"es" c o i n S e " i o >P
^ S t - fl-tluzeau,
' ^ V Ssous-préfet
W « « d
te ^
e a u l i n ;; la aauucuon <
d'eau
potable.
|n^eTc r président
ésklenf l
f .Aa L
Ï .SSA. A
m Douiemes,
bouteilles, pressoir,
pressoir, enarrues,
charrues,
s 1 L S coins ae nos campa« ; ,_ ..
.1. i
:
i,.l
e colonel Brizard et ln Mnsirrnp ,rln
ir&^sr
I
fnê^îr;^ I
P»^ 1le^ ^champ
^Î
bornci-íon- I pour
J ^ N ^ """'"H
»
œ
*
^
D'un Terrain
1 cncoreuñe
I ñ w l i i r
r
' h • distribution publique, par
des lu tei
et divers instruments aratoires sis aux dépendances dé KERNEUZEC
dienp de notre I
• , " 1 m l ! n l c l P a l i t e . <lc Çarhaix t a l
A 14 heures, pesée des lutteurs et I eselle,
U n t p r e ' m , ^ pince d n a s ] e
t f t r e s objete,
en la Commune de QUIMPERLÉ,
et qui passionne à la fois les milieux n o m b r t l l . s o aflluence digne
(îi^ne de n o m assistaient a cette cercmonie, qui p r o j e t envisagé. Lorsque la commune grande course à pied (1.5500 mètres).
un lot
I A u comptant, 12 % en sus. 2491 el sur la mise en
I petite
ville. n i l ' "
le vvi
cérémonial
prévoyait 'iil
'la vente
de '1l'eau,
la dépense Prix : 75, 50, 30 et 20 francs.
fi
ouvriers et patronaux.
déroulée, w«.
suivant
à prix
de 2.500 Francs.
Tn Pnïriîi'
n/», ln nr, fort I s" est uv.
. „..t ...
v"<viiiut||j|'t:vu^UU
VIMIIC UC
CHU. Kt
.
.
_
.
-,
eçu
íes
engage-1
ordinaire,
avec
le
concours
d'une
subventionnais
était
réduite
d'une
\
14
h,
30,
luttes
par
'
_
»
.
»J®.™^
I
ordinaire,
avec
le
concours
id'une|
subventionnais
était
réduite
d'une
|
\
14
h.
30,
luttes
par
éliminatoiQUEItftlKN
Désignation des biens à vendre :
iments de Ladic frères, 1 allée frères, I f o l l ] e nombreuse accourue d e tous I somme égale au capital rémunéré par|,. es .
Département du Finistère, — Arronî f e i ' , , J W ' t S 0 Ji e . C0 i , :l 1 '-'«. points de. la Bretagne.
.
. |lc_ bénéfice prévisible
cetto_yente. H |
catégorie : poids plumes. Prix | Etudes d e M" FOURNIS, AvouéCARNET DE MARIAGE.
dissement et Commune de QUIMapprenons avec plaisir l e ' p r o c h a i n g 0 ? 6 et Georgelin, le rival direct de
cralA u c o u r s ( l t l banquet, auquel nri- <-'» r黫lt» '<iuc c r a i n s , m a i r e s ,
Licencié à Quimperlé, 0, quai
PERLÉ, — Village de KERNEUR ° l ? c r t Cadic.
6 ^ - " o ù * ^ réduction 200, 150, 100, 50 et 25 francs
mariage
d
e
notre
ami
M.
Louis
L
e
n
t
part
80
convives
environ,
des
P
^
n
J
^
Prix
îage de
Brizeux ; d e M" KOUN, AvouéZEC.
^ cate;gorie . poi ds»^gei s.
Nous donnons en rubrique Spor/s I discours * furent"i>VnnnniVs"nnr "m I''".portante de 'la subvention, se refuDaniélou, le sympathique secrétaireI
. tminnnî
.
. >lif
- , n T.. 11
nnnrtnnmmn /lit
,: " , k u :, '"."".r
,• __
¿ " 1isaic-iii
salent «¡1 ciivi.iaHvi
envisager 1«
la tnim
vente de *leou.
«»m. "v
Le1 1 ouu, ¿uu, mu, ou 11 ¿0 irancs.
Licencié à Quimperlé, 11, quai
n ,.
de mairie d e Querrien, avec Mlle I j e f programme du tournoi duI
9 Juil
Brizeux ,et de M* PEAN DE PON•ancien,
te
colonel
Brizard
et
M.
budget
de
.la
commune
en
ipâtissait,
3"
catégorie
:
poids
moyens.
Prix
,
l
e
t
Louise Guéguen, de Priziac.
FILLY, Notaire à Pont-Aven.
l.arquet, prefet du Finistère.
puisqu'il fallait fournir l'eau gratuite- 300, 200, 10, 50 et 25 francs.
en un seul lot, d'une contenance de
La 'bénédiction nuptiale sera d o n A 17 heures, un grand concert, ment.
4« catégorie : poids lourds. Prix
089 mètres carrés, figurant au plan
née aux jeunes époux mercredi prodonné place d e la Mairie, par la | Une1réiponsc du Ministre de l'Agricul-I30Q 20O 100 50 et 25 francs
cadastral de la commune de Quimchain 12 Juillet, à 10 heures du ma~ à M.
5« c a t é g o r i e : championnat toutes
Hnioliopo
r.afaiiorc
3 musique du 48" R. I., sous la haute hure
perlé, sous le n° 98 p de la section A.
nuiWIBIo, u a l c l l c l o
H, direction
d
chef-liiutenant
^ 1 ' P=
tin, en l'église paroissiale d e Priziac.
,
ru V - Rama-l3«1 M
Â
Â
Î
^
r
i
e
î
Prix
:
¿
mouton,
100
et
ai n $ T Z Ï
Cette vente est poursuivie en exéIdou, obtint 1111 grand succès, devant I .'V a1 ; , . ,
ccue imcrprtiuuuu,
t
Le cortège nuptial se réunira a u . _
par suite de Licitation Judiciaire
• qui paralysait nombre d'initiatives.
|*>0 francs, .
.
.
.
..
;rui:„
cution d'un jugement d u tribunal de
bourg de Querrien, à 7 'heures (ncu- I A U , A
I ^ K T V K R K
en
l'étude
et
par
le
ministère
un immense public.
' L'expérience, reconnaît le Ministre, a
A l'issue des luttes, gavotte d'honpremière instance d e Quimperlé, en
velle heure).
I B * » a^-f» r
iNous avons donne, 'dans notre l ^ j s e n i u m i t r c ,i cs inconvénients nom- neur, sur la place de la Mairie : îlots
de M* Péan de Ponfilly, notaire
date du 3 Juin 1933, enregistré, rendu
80, rue des Fontaines
A l'issue de la cérémonie, les
dernier numéro, les résultats duIbreux de ces règles restrictives, parti- h l e rubans.
à Pont-Aven,
familles Daniélou et Guéguen receA LA REQUÊTE DE :
— LORIENT —
tournoi de luttes bretonnes qui fut Iculièrcment le gaspillage d'eau qu'oc-1
B. — Le comité ne répond pas LE MERCREDI 25 JUILLET 1933
vront leurs invités à l'Hôtel Le Fur,
organisé à cette occasion.
Icasionnent les bornes-fontaines, et ^ des accidents
1" Mme Marie-Anne - R i o u , ménaà
onze
heures,
à Priziac.
, „„
. .
Nous donnons aujourd'hui les ré-|danger qu'elles présentent pour ¡la santé
gère, veuve de M. Pierre Courant,
En cette heureuse circonstance,
sultats des autres réjouissances.
publique par des pollutions fréquentes. I
r o u r ic cornue
.
à Quimperlé, rue d u
Le Drésident
Y CROISSANT
\ eommime
de RIEC - SUR BÊLON, demeurant
Le president,
J . CROISSANT. |
BOURF/
DG
RIEC-SUR-BÊLON.
YUnion Agricole
adresse ses meilleA A
banquet,
course ..„„Itencc
ù L'amélioration
des conditions
dexist
Couédic, tant en son nom personnel
A „.'A,,.' une
JJ.,,.,4,1,,
ne peut vraiment
être assurée
que
.
. ,
„Après
, ,|„ O
Elude de Hoiites particuliers sur demande
leurs vœux de bonheur aux jeunes
que comme tutrice naturelle et légale
ed de 3.000 mètres, disputee sur
A l'occasion du tournoi des luttes.
1 V a u ' h domicile : il est juste, en
Premier Lot :
époux,
et à leurs familles ses sint'poi
de sa fille mineure Marie-Louise Cou? Lnamp-ue-bataille, revint a Hil- o u t r c > ^ue i e s habitants, bénéficiant grand banquet .par souscription chez
rerees félicitations.
hou, ex-champion de Bretagne d e s l d . u n s e r v i C o personnel, aident la com- M. Henri Boédec. Prix du banquet:
rant,
Mnrrli dernier 4 Tuillct à 11
„ ,
,
10.000 métrés, devant Joannès, du Imune h supporter les frais que ce scr-115 f r a n c s
Ayant pour avoué M* Paul-Léon
a!• KAi !
l'Artli
nrniV I VOL. — Mme veuve Duigou, mena-148" R. I.
Ivice entraîne
lunaiics.
D'HABITATION
KOUN, avec élection de domicile
SeC d e ^ X
s^ S" ^' „dVc i otï ie îr S
n
'
i
r
m
a
r
&
^
?
/
Loge-Dénech,
en
s"caër,
a
eu
Après'le
concert,
on
assista
à
une
Pour
toutes
ces
raisons
conclut
la
è
r
1
1
Après le' concert,
on assista
une
Pour toutes
ces raisons de
conclut
la
îîî ^ ^ J o T i r^lS
Ç. '
Loge-Dénech, en Scaër, a eu
Ti O
l vnouii D'IIFNNFBONT
en son étude, sise à Quimperlé,
"de
de 10.000
10.000
mètres, à
entreIréponse,
lajurisprudence
jurisprudence
'la ComCom-I
u LuPi u
u iii-amm.uuiNi
ï ^ v i ^ Z r
ln Ch mel e S e- l a ( l t ' S ! , «' - eable surprise de constater course à pied
mètres,
entre
réponse, la
de .la
sise au bourg de RIEC-SUR-BÊLON,
11, quai Brizeux ;
Louise d o u t e r , <te la ^îuipeue ait
,
absence, un intrus s'est Hilliou
e vainaueur d e la nr6cé- n l i s s l o n ch;ir )f-'e de répartir les sul.vcnD'accord
avec
la
Fédération
(F.A
rue Neuve,
Gertrude, avec M. Louis Le Hodh. « i s ,, ,
fait " o o i v : ? P v r i , ( l c C : t i o " s a nécessairement évolué, et assih ; c „ e {
2°
M.
Jean-Louis Courant, célibadu
I main-basse
m n i n h n ^ p ' i snu' .rj ' uni,"
il'lo" renr'p"n" ,ha x aul court.l"l.,dr'«-•».*•«-•';».
««
" Im
i l c désormais
I L.S.A.B.) le Comité des luttes (k> avec magasin et JARDIN derrière.
du- bourg.
bourg.
n n^ripfpn
portefeuille
' o r T n a i r c cm,«
sous^les
¡¡"«e
désormais la
la distribution
distribution de
de l'eau
l'eau Hennebont
|
K
taire majeur, demeurant à Quimper•- Imain-nasse
sui un
rcn-i.Tm.v
«..n n
a fixé son tournoi annuel
d u R n z e t <lc i. él€ctT .icité.
I e du
Les repas de noces ont• •••
été servis,
4nnnoiteteuiiie
f ™ , , « •nlnrél
i q„ „ •J^ e
• i J i » l« ià. < ! c l^
gaz et de l'électricité,
f
( p n virnh
MISE A PRIX : Trente mille francs lé, rue du Couédic,
lo même tour chez M. Yves Zaouter.lîi
environ 4U0 lianes, plact couleurs du Staide Rennais. Les deux I «« N
Non
seulement la
la Comni
Commission I au 16 Juillet,
o n seulement
' dans le tiroir d e 1 armoire.
coureurs, d e valeur sensiblement Iadmet,
admet, à l'heure actuelle, les projets
proje.. qui
....
rhàrron n n b o î i r 2 < e Trèméven
Le calendrier établi à Gourin, au
«coureurs,
Ayant pour avoué M* Paul-Léon
Deuxième lot :
UJne
c n t juete
VnV m p llPiir^ V^ux de bonheur
est ouverte par la égale, menèrent tour à tour et c c envisagent la vente de l'eau, sans res- début de l'année, ne signale pour ce
KOUN, avec élection de domicile
I gendarmerie.
i>os m u u i u r s v«.ux
uu. Icendarmene.
n Vst qu'au sprint, un sprint sensa-ltriction de la dépense, subventionnable, : o u r . l à a u c u n a u t r e tournoi autorisé
en son étude, sise à Quimperlé,
aux jeunes époux.
nue Penvern
Penvprn l'emportait..
1'pmnnrtnit I mais ,cncore elle .les
comme\InP
,lra r )n
„ nous
nro M11
nmlB
, considère faciliter
, , née tionncl, que
' a p^Knj, C'est s ,dire
que
11, quai Brizeux ;
PLAINTE.
—
Mme
Le
Dez,
près
de
la
gare
de
Riec-sur-Bélon.
• ' J . par 2 mètres d'avance seulement, s u r f f P'.'lf recommandées
pour '
RIEO-8UR-BELON
'verrons le 1(5 sur le champ de lutte
3" M. René Lessard, veuf de Marilllélias
iHii.i.i Françoise,
l'iuiivuuc, uiviiufibic
u "<-'-|ion
nnnpnnrpfit
ménagère 11
K n n concurrent.
\l équilibre des entreprises. »
tous les as de la « jambette » et du MISE A PRIX : Cinq mille francs. guerite Courant, demeurant à QuimRÉSULTATS D E LA FÊTE DE véguen, en Scaër, gardant ses vaches P 0 " c ° n c u " X
à Gourin
« taol-bez-troad » dont beaucoup N.E I DÉSIGNATION DES BIENS A-VENDRE perlé, rue du Couédic, tant en son
TRÉBELLEC. - Course d'enfants : dans un pâturage, Interpella sa voi- H i j * a vait l,attu Prnk'rn de ï o
sont pas encore connus de nos conci-l
.,
nom personnel que comme tuteur
a
1. Berthou A , ; 2. Furie L. ; 3. Péron|sine, Mme.Le Goff, du même village, «mètres,
¿ ' ^ ssur
^ \la
V mmême
é m e disîa.ice
distance de
de 10
101- .
.u
. r . .
» • _ toyens.
| Departement du Finistère. — Arron naturel et légal de son fils mineur
G.
qui rentrait les siennes. Elle la P r i a kilomètres
Penvern a, c,
•dissement d e Quimper. — Com
En intermède, se disputera une
René Lessard, demeurant avec lui à
Course d ' h o m m e s ; 1. Bihan ; 2. de corriger ses enfants qui
s ' a m u - 1 T X T
mune de RIEC-SUR-BÊLON.
course à pied sur 15 tours de piste
Quimperlé, rue du Couédic,
Mestric; 3. Picard.
sent à lui lancer
couru
suri
(lel HBXNEBONT. - U s 10. u
. , .|<««8 m t e s ) . dotée de prix nombre,,xI
Premier Loi:
c S f ™ ^ r - ^ ^ e s t r eaccidenté
c
kilos
Course d e véles communale : 1, |contente, Mme I.. „ . : ! ' f' S
Ayant pour avoué M* FOURNIS,
„„,,'
I un parcours varie et acci
Daniélou
avec élection de domicile e n
«
^
»
»
»
.
«
s
r
l
^
U N E P R O P R I E T E
narch.
son étude, sise à Quimperlé, 6 ,
quai Brizeux.
Course
Bretonnes»
c o m p r e n a n t : MAISON D'HABIT A
Alain F.
Outre
les clauses et conditions i n N
a
v
e
c
n
l
a
a
s
i
n
e
|
/
Fition d e s Amis d e la ™
Jet du
Sports athlétiques bretons I"rière,
A sise
. » au, baurg de RIEC-SUR sérées au cahier des charges, dressé
nalec ; 3,
pour parvenir à la vente et déposé
CARNET DE MARIAGE - Mardi ™
taf^dônnèr
n le U 18 "mouton. 14 à 20 ; V c s 1 2 T U
"[•appelle
Ç P . I l e au public
publl et aux auteurs B £ L 0 ' V ' r u e * e u u e '
Jeux d e force : 1. Cariou
en l'étude de M* ROLLAND, notaire à
concours
un
«
chantI
MISE
A
P
R
I
X
:
30.000
francs
tarprochain
11
Juillet,
a
11
heures,
^
,
\
l
t
n
t
s
s
v-n
ts
veaux,
10
à
12.
uu'ellc
met
au
cou
(
Tir à la corde : L'équipe du quarQuimperlé, 3, rue Brouzic, où toute
1^1
l a r c h e f f . , u lutteurs
l.
»
,
en
langue
anl'église
paroissiale
de
Treméven,
sera
P
kilomètres.
1.
Le
PONT-AVEN.
Beurre
doux,
la
f
"
tier a battu l'équipe de l'Eglise B1
personne peut en prendre communiii'iu le"
p mariage
mariaoe de Mlle Antoinette|
Antoinette! „ *
_^
v" ' . •h. ! .l.livrn''i
. _ - . fr/in'«
<
. . . uTa"7ivnT.Ibretonne,
i„ .u.
Ibretonne. dote
béni
X , '"
; , ^ ^ ..1 ^„
' ) ,^. 1 / ' V
• ,
lienrre"V^é
doté ide 700 francs de
che.
cation, le terrain sus-désitfné sera
Q l " m ' ) C r • 2" ( ' l u l , e n l ° 1 ' d l
Esvan,
de
Kerbleuc,
avec
M
Louis
»
^
fces
S
s
.
'
l
a
^
d
o
u
z
a
i
n
t
8
fc
4
f
"
!
prix.
,
|
U
X
TERRA
N
s
f
/
u
é
.
au
bourg
de
Course d'anciens combattants : 1
vendu en un seul lot, en rétude et
Le
Masson,
de
Kerlleury,
en
Rédené.l
^
ô"
'mi'rse
')(!
kilomètres
—
1
poulets
vieux,
la
livre,
4
francs.
|
L'hymne
retenu
par
le
jury,
et
qui
¡RIEC-SUR-BELON,
près
de
la
gare
Sellin ; 2. Gloanec ; 3. Landren.
par le ministère de M* ROLLAND, noLes repas de noces seront servis
"
•p
.
,;
QUIMPER, le 1 " Juillet. - Beurre ^ devra lias déoasser 4 couplets
D i „
M I S E A P R I X . 5.OOO francs,
• a
. Quimperlé,
ri. •
IIrue Brouzic,
r
>
_o 3,
Q
ftaire
Course de chars communale : 1
n°
o n l , v > ' *"
le
meme
jour
par
M.
Landurand,
aux
"
'
'"><
d
e
U
b
l
e
,
7
francs
la
livre;
cuisine,
deviendra
la
propriété
d
e
la
F.
A.
L.
Landren ; 2. Le Goé ; 3. Caudan.
Halles Saint-Michel, à Quimperle.
riuu*uirn«»«i.
j 5 5Q ) a l i y r e , œ u f s > , a , j o u z a i n e t 4,75 ; | s . A. B., qui le fera orchestrer s'il v| Cette v vente est poursuivie en exé le Mercredi 2 Août 1933, à quatorze
heures, sur la mise à prix de 2.500
CARNET DE MARIAGE. — MerNos meilleurs vœux de bonheur. 1 P T i T n v u n n M m e n p IITTM 1
.
. jeunes,
.
. la .couple,
.
.24 à „o
. . du
. jury .se. trouve cution. »
poulet»
28 ;1a lieu. En.tête
d un jugement rendu ccntra- francs, fixée par le tribunal.
credi prochain 12 Juillet, à 11 heu• r l i ? r »
¿ Z v i « " J . 34 ù 36 ; lapins, 15 à 20 la pièce.h e docteur Cotonnec, président.
dictoirement par le Tribunal de preres, en l'église paroissiale de Rieci
' u
,
Carottes, 0.40 le ipaquet ; oignons,I L e s concurrents qui joindront à|mière instance de Quimperlé, le 29 Cette vente se fera en présence d e
LE TREVOUX
M. Jean-Marie Courant, demeurant
sur-Bélon, sera béni le mariage de
Chateau d'eau ; Huguette Le Borgne 0 - 3 0 , le paquet ; échalottes, 0.35 le p a - | l c u r texte la notation de l'air qu'ils Avril 1933, enregistré,
rue de l'Hôpital, n" 2, à Quimperlé,
Mlle Marie Norvez, de Coat-Lescoat,
RÉSULTAT
„T ATS DE LA FÊTE DE LA «venue de la G a r e ; Pierre Le Du. q u e t ; navets, 0.35 le paquet; salades, l " - ^ .
" " ¿ l a d a n t é ou recueilli J
subrogé tuteur ad hoc de la mineure
AL A R E Q U Ê T E ° E :
avec M. Jean Herlédan, de Kerlaïc.
« CROIXi-LOGAN ».
, rue Victor Massé ; Elisabeth Le 0.25 à 0.35 ;la téte ; choux, 0.75
. - Courses d e
.1
0 s | Jeune, rue
Les repas de noces seront servis I bicyclettes (communale) : 1. jJo»
rued Obwhnu.cn
Eugèn. la tûte = j ' f r « 0 n c ^ " J s i v [ e e . ritournellesconnues, mais s'inspirer
M. Martial Person, propriétaire, Marie-Louise Courant et de M. Jean] Jeune,
Pocher, rue
e l'Eglise ; ;Mauricette
Louis Courant, demeurant à Quimle même jour chez M. Pierre Le | Daniélou ; 2. Marc.; .3. L e : G . l l .
'^ Z h S e V ^ l
^ Z ^ n m e ^ T ^ 4«° Z T ^ l ' c la musique celtique, .particulière- demeurant au bourg d e Riec-sur- perlé, rue du Couédic, subrogé tuteur
Course d e bicyclettes
Naour, commerçant au bourg de
, „ „ ^ 3 5 . p o m m e s de ment bas-bretonne.
Bélon,
du mineur René Lessard
nale) : 1. Jafirézou ; 2. (internatio- |Uaii, îue^ ^euve , .Viarie Alice l o r i o t 3( . .
Riec-sur-Bélon.
à 17
les4.50
50 le
kilos.
Adresser
toutes les
copies à(Finis-|avec
M. leI
Ayant
M* FOURNIS
pour en
avoue,
I r o l e z ; 3.|rueMariages:
i.azuguti. néant.
15 de
Iterre,
Veaux,
4à
kilo; moutons, |
I docteur
Cotonnec,
Quimperlé
élection
de domicile
son Pour plus amples renseignements,
Nos meilleurs vœux de bonheur. Cossec ; 4. Le GotT.
Course d'hommes : 1. Le Goc, de
Décès : Jules Le GolT, 40 ans, rue14.50 ii 5 francs le kilo ; porcs, 5 à 6 fr-Itère).
Iétude, sise à Quimperlé ,6, quai Bri- s'adresser aux Avoués e u au Notare.
Bannalec ; 2. Stéphant ; 3. Goapper ; Cazuguel ; Marie-Josèmhe Coutellec. l c kilogramme,
zeux
L'Avoué poursuivant :
1. Mestric.
83 ans, route de Callac ; Bernard
CARHAIX, 1 " Juillet. — Karincs I fiiii|||iiiii|||||||||||||ll||llllllll>lltllllllllllli
ET
PAUL-LÉON KOUN.
Lancement du poids : 1. Derrien.Kjagucr, 30 ans, hospice ; Marie M é - 1 " qualité, de 125 ù 130; froment, 781
Mme
Louise
SoufTez,
veuve
de
M.
8
0
de Riec-sur-Bélon; 2. Le Goc, de r t . r ) 58 a ns, hospice ; Albertine Qué- ^ f t : -seigle, <35 à 70 ; sarrasin, 65 à I
R .
V o H i r p
Louis-Napoléon Perscn, demeurant
PI»C» W r v o , QUIMPERLÉ
Bannalec; 3. Allain, de R i e c - s u r - m é „ e r > 14 ans, Vieille rcute de Cal. « y ' n e 60 à « 5 « > o n . 50 à 55;
Etude de M A. B ger, Notaire,
Etudes de M-QUEINNEC et CROUAN,
au bourg de Riec-sur-Bélon,
paille de hhapp.
litière, «fi
65 a
à 70
180 à
innUio
70 •; foin,
fnin. i«n
¿1
a Bannalec.
Bélon ; 4. Guillct, de Moëlan-sur-Mer. lac,
Avoués à Quimper, et de M* Guy
Ayant M" kouN pour avoué, avec
| 200.
COTTEN, Notaire à Rosporden.
Bœufs, 2.50 à 3 le kilo ; vache, 2.501
élection d e domicile en son étude,
PLOUNEVEZEL
I h 2.75 le kilo ; veaux, 4.25 à 4.50 le
sise à Quimperlé, 11, quai Brizeux.
ETAT PAROISSIAL DU 2" TRI kilo ; moutons, 435 à 4.50 le kilo ;
Outre les clauses et conditions
r
En la commune de BANNALEC,
I MESTRE. — Baptêmes : Geneviève porc K as, 6fi6.50 le kilo ; porcs de
. ,
.insérées au cahier des charges pour
.Le Gall, de Kerioual ; Marie-Thérèse liait, 175 à 200 la pièce.
en l'Etude de M" Guy COTTEN,
vP
e
d eyn
TRAVAIL SOIGNÉ
.
Poupon, du F r o s t e l ; Fernand Pri-1 Vente assez h'mnc, en légère relève ;
LE
13 JUILLET 1933, « 15 heures,
8 0 0 " 1-000 ; ,
S'Y A D R E S S E R
gent, de Pen-al-Lan ; Marie-Thérèse l e s viy-h<» l a i d e
.
„
contenance d e j notaire à Pcnt-Aven, où toute perCAMARET
Boulanger, de Pen-al-Lan-vian; Alicem H " 2 500 • chevaux . k T " p l a n t é e ' d ' U n e C
sonne peut en prendre communicaMarie Pinsec,
Pinsec. de
u - L3 À
15
T cANS(
" l . ' 3ΰ
Î c . DEI« H 40 journaux „ environ.
n00„°nÀ 3 5Ï0ï0' l;i OHCVNUX
UN MARIN DISPARAIT EN MER. Marie
de Kerbastard
Kerbastard;: H
HU-I
00
„ . , . ,
, • .tion, la propriété cidessus désignée
Libre
au
29
Septembre
prochain.
I
f a v e „ d u e ' e n , d c u x lols> a u x ,,ius
sise à ROSPORDEN, rue Le Bas,
, - M. Alain Menesguen, 20 ans, de guette Harnay, du b o u r g ; André-1 service, 3.000 à 4.000 ; poulains, 600 ¡1
ETAT-CiVIL. — Naissances ; E m i - | ( ; i i n , u r c t , embarqué sur le langcus- Marie Le Roux, de Kergroas ; Gisèle 800.
S'adresser audit Notaire.
24991 offrants et derniers enchérisseurs comprenant Maison de Commerce
le Grévellec, Coatpin ; Gildas <luis-1 ¡j t . r président Doumerque, a disparu Doucen, des Ecoles.
| Beurre en gros, 8.75fi9 le kilo ; en]
en l'étude de M* Péan de Ponfilly ayant rez-de-chaussée et 2 étages,
des côtes
Mariages : Jean-Marie Tallec, de h 1 * ' " " ; 9-50 ¡k 10.50 Je kilo ; œufs, 3.251
notaire à Pont-Aven, le Mardi 25 cour fermée, sur cette cour autre
0« -ut 1
J„
Juillet 1933, à onze heures du matin. Maison et vaste hangar.
InnHinlien • Ghislaine Pevrès
àl"""
*
Poullaoùen, et Joséphine Rivoal, de " P m Û Q *
C 0 U , Ci a u ¡ d s
La licence générale d e débit d e
KOÏH'HÔÎ ' U I M Î ÎI Ker'eo • I
PLOUÉDERN
kerven ; I-rançois Monot de Poul- 5 u B je' kilo vivant; lapins, 10fi15 Société Immobilière ce KerDertrana I P o u r plus amples renseignements,
| s'adresser aux avoués ou au notaire. boissons et de fonds d e commerce
I e Bec à kerîisguidic
'
UN
er, X T ^„,|laouen, et Bernadette Tanguy, d e | a u p o ids, 4 fi 4.50 le kilo vivant
Le Conseil d'administration ayant I
L'Avoué poursuivant : de verrerie, faïences et porcelaines.
Mariages: Yves Guillou et YvonneIDANS
vv
décidé d'appeler le versement ' l " 12501
Mise à p r i x . . . t O O . O O O f r .
Y.-M. FOURNIS.
Le Naciir ; Ix>uis Le Bec et Marie Le peu après 4 heures, des jeunes g e n s K ^ ^ ^ i l ' ^ ^ ^ / r j ^ p ' i ^ i ^ ' ^ i,"an0'r"|
sol du capital, MM. les Actionnaires f
Noc ; Louis Cornou et Marie G o ë n - l d e Plouédern formèrent le projet de t e ,(jL1 Kerglofi" et leannc-Louise
de la Société Immobilière d e ker-l
vie.
su baigner dans l'étang de Larlach, Giié'Hien, de-ker-Philo."
bertrand sont priés de vouloir bien|
... . , w„„_„ . , „ r„„.
1
Décès:
Marie Nicolas, veuve Ber- qui dessert la minoterie du Forestic.l
verser, avant le 15 Juillet, api prési-l
1
thou, 68 ans, ù Landmeur ; Joseph | Le jeune Rauionet, âgé de 19 ans, I violet-Vian^
'
•
•
Herlédan. journalier, 54 ans, ¿1 ker- domestique de ferme à P e i i - a r - V e r n , 1 «
^ 1 ' ; r 3 0 ° a i " " L ' H e c 53 a n Î ' est d e m a n d é à , i m p r i m e r i e dent du Conseil d'administration, le I
gourlet ; Louis Guivarch, 54 ans, était du nombre. 11 se jeta ù l'eau une
Je Coat-ar-ZuJiec 53 ans , Cornouaillaise, à Q u i m p e r . montant des trois derniers quarts |
des actions souscrites par eux.
cultivateur à Lanvéguy.
demi-heure après avoir mangé. Ses o f n n ? Marie ^uiliiou de keriécu2502
Le Conseil
d'adminislration.\
camarades le virent disparaître au ¿ b 1 " s •
vu"u.0uAoa?
fond 11e
de l'eau,
ROSPORDEN
n v w n H u
iiuuii
1 ein , mais aucun
aueuii d'eux
11 eu.\ „
» v.i ,Poi
, ,llaouen
. . . JÔ
. .ans
. , ;•,,„Maric-Josèphc
, ,„• .
< t nirnrv
POUR MENDICITÉ - sachant nager ils coururent au bourgI Qucpct. de kerviolet, 69 ans; Joseph- I J AI PD pour
pour le
le 29 Septembre pro-|
ARRÊTÉ
nerie de Concarneau 'i I ( ' c Plouédern appeler le mátelo" 1 -» 1 ' 1 * B ° u ' ! l n R c r . de K c m e v c , (,!) ans.ltt LUULl^ c h a i n , .A p p a r t e m e n t de I Etude d e M" ROLLAND, Notaire
IQ
cens miai
L a g e n d a r m1111
e r iIL
e UI
. . v uoiii.uiin.iiu
. . v . . u ..IL.,
. . , , ,.
. . .- «-•, ... ... . . .... ., . „ ..I
3 ni
pièces,
quai Hri
Brizeux. S'adresser à
à Quimperlé.
prccixlé à l'arrestation, en flagrant C.rall en permission. Mais 20 bonnes tiuitiitii'iiiiiiiitiiitintiiHiinttiiKiiiitiiiiiiiimnHitiitiiiiiiiiiiiHiiiTiiiiiiiiiiiiiniiiitiiiiiiniTimitmiiKnoI M (ne Audreu, rue du Cimetière, et|
délit de mendicité, d e Derout Pierre, minutes se passèrent avant 1 arrivée
m<l Tréguier, é p i c e pour
visiter
à
M
50 ans, sans domicile fixe, originaire
matelot e , maigre tous les soins
rie, 5, quai Brizeux.
. „ Rosporden.
éclairés qui lui furent prodigues, le
Bien que valide et ayant en poche nialheureux Ramonet 11e put être rapLE 29 JUILLET,
ne quarantaine d e francs, Dérout I pele a la vie.
à 2 heures de l'après-midi,
- arcourait les fermes en soliieitan
POULDAVID
« KERVIGNAC, en MOELAN,
l'aumône. U n été mis à la d i s p o - l
len bordure de la route de kerfanyl'N ENFANT SE NOIE EN SE I5A1sitior. d e M. le Procureur d e la RéJles-Pins.
publique.
IGNANT. — Samedi, vers 17 heures,
AVS AU PUBLIC. —
c " f l , n . l s s , e baignaient sous le pont
SA INT-TH U RI EN
Id'Orlénns a l'honneur d ' i n f o r T / t 1 1 ° U N E
P R O P R I É T É I
• . |(lu chemin d e fer, dans la rivière du
1 public qu'il l'occasion du pèlerinage (le I comprenant
MAISON
NEUVE,
LA FETE PATRONALE. — Voici Port-Hhu. Le jeune Emmanuel Le
1
Humengol, le lô
15 Août prochnin,
prochain, les
Humennol,
les | . i y l l n t 3 , p iè C es au rez-de-chaussée, 4|
le programme de la fête patronale d e l (j.,1^
(|t, n ! i n S ) accompagné
trains omnibus circulant entre Quim- • è
fosse,
{ l'étage, W.-C. avec
Saint-Thurien.
I d'un camarade, prenait son bain.
per et Laiulcrncau et vicc-vcrsa, s a r r ê - l ' .
.„•<. .
Lu pondeuie» doi»«nl coiuommcr, outr»
Dimanche 9 Juillet 1933 : u 11 n. I lorsque tout à coup, pris de congcsteront
exceptionnellement
au
P.
N.
543.
|
"
'
•
an peu d« v»rdura. dn mél»nie» d»
30, course de relais (communale), (j,,,,. ¡| c o u l a à pic. Son camarade
de la lifine de Quimper à Laiulcrncau, | TERRAIN,
irsla«. «t de» p«tiet. D«ni cc, milan*«
d* drain« •( €«• p»tde» Introduit«» p—s
route de Scacr, prix 2;>, lo, 10 et 0 donna immédiatement l'alarme et
voisin de RumenRol et situé entre les
Contenance totale: 00 ares,
moitié
environ
d«
«ares
de Oui mere h et Hanvec.
fr. ; à 12 heures, banquet par sous- ( 1 i x minutes après, il réussissait à le
2° UN TERRAIN, d'une contecription ; ù 14 heures, courses a pied I repêcher.
AVATEUns
D'AP™HES
(route Bannalec) pour hommes et
Un docteur d e Douarnenez, mandé
. . ^ „ . h P
nance d'environ 15 ares, de l'autre
ILLUSrniSES. — l.a Compagnie d'Orléuna | C( - )t • < ) e j route
enfants ; ù 16 heures, course cycliste I ; i u s sitôt, prodigua ses soins à l'envient d'éditer quatre nouvelles nfilclies.
I
,.„„'.„„ •
(Saigon n» 2 on britur»*)
(internationale), 3 fois le circuit de flM)t> m n j s l o u t f u t i n utilo.
— Le
ticrhr,,„h,...,i
Chambonlitii.iin*
(llullo).1 tloml
t ,. Châtain
ri,M.:i,ÊÊ >/,.
mui_ I ' ' auiessci a .uRolland, notaire.
Ty-Bourvic. Départ et arrivée au S ( ) l l î ) i r l > i M i Martial L e Gall, se
Êcrirê a VOfRct da RU.
niiul de sa ma*sc. lnipo.saiitc une so6nc du
Poullou. Entrée : 3 francs. Primes de trouvait à bord d e son bateau, au tí. ra« </« RiehalUu. Puri» (T)
temps de MI tiplciulcur passée ;
passage au 1 " et 2« tours. Prix : 130, |)01 . t ( i e Douarnenez. Apprenant la •iiiiiiiiiniiiiiiiiiuiiiiuuiiiiHinun
— I.p l'orl <te Concarneau (Hallo) animé
AU LAIT FRANÇAIS
pur lu llotlllli: mttll^cQlorc de ses thoniers
.1. (il). 40 et 2u francs.
nouvelle, il voulut sans retard rejoinaux gales couleurs';1
A 17 h. 30, course u 1 œuf ; a 18 h., |!t l m . e ferme. Dans sa précipitation,
TRÉGARVAN
— Un Joli coin de la paisible el moyenuUNE ÉCRÉWIEUSE F R A N Ç A I S E
course de brouettes.
¡| s t . c a s s a | a jambe. Il a été ramené
U\E F I L I E T T E
TUl-'E D'UNI" 01180 c '"''
Collonucs (Hullo) appelée,
Lundi 10 Juillet : a 14 heures, h s o l l domicile par la voiture d e M.
nu,,sons' la
course cycliste (route de Quimperlé); vigouroux, mécanicien
COUP D E FOURCHE. — Samedi p v ï » ' " ^ ^ •d" ^
La
» 15 h., courses pédestres (hommes et I
dernier, dans la soirée, M. Denniel, " _
°Jn j c ' P. Commurmond, la belle
enfants); ù 17 heures, course il l'oeuf;I
TRÉBOUL
proprietairc-cultivateur a kerfreval, „rchiieciurc «othique de la Maison du
. .en
. . Trégarvan,
i r e g a n „ . . . aidée de sa domesti- lorond rnuconnler dans la pittoresque ville
vient de lanà 18 h., gavotte d'honneur (jeunes et
UN MARIN-PÊCHEUR
DISPA- que, Mlle Malbot, procédait ù l'achè- de contes (Tarn),
vieux).
cer la Supersont
en
vente
au
prix
uni-1
„ „ . „ „ n - rvnrDAinec
« >i,nnAi I RAI
« A I T EN MER. —• Dans la nuit d c l v e m e n t de la mise en meule des
t'.cs uinches soi
Ecrémeuse
Que de pertes occasionnées à la ferme par Ja d i a r r h é e ,
CHIr rltE 1) Ar r AlliLs. —- l. unpot I j(,(|(|j
vendi edi. vers deux lH.ures foins, quand cette dernière avisa que de û francs l'exemplaire.
PERFECTION
On
peut
se
procurer
la
liste
des
affiches
u r ! e ..^ , { r . r P,.. ( 1 fl!T.ailP:S.'„..!....i1XC.l. U |<Iu matin, la barque 2959-D-3J patrcn | une meule de paille distante d e 4
?les
cette
maladie qui cause de si grands ravages chez les jeunes
& bol
automobiles, les licences, etc..-1 L a u m i t ' V u é K " ' î i u ^ p o T t " ^ Trébou'l",ImèÎrére^viron/'ët'y p i u u a ' a ' d r o U e - 1 0 , 1 v t '" , c 1ttl"»I1 T C n U '?„"H, c h ? el , les "
seront perçus n la recette buralisle, r c j o i g n » i t les lieux de .pèche.
L e n t sa fourche.
I n , c , " < ' s n u s c r l , | c c <u'
P"1"101"5' a ' P 1 "«
inoxyduble
animaux en général, les P o u l a i n s et les V e a u x en par,
,
.Valluibert, à Pnrls.
le samedi 8 Juillet, it 14 heures.
qui est
Deux hommes seulement de l'èqui-1
« Hus-en autant » , dit-elle « SOIl| L'envol est fait pal- poste, sous rouleau,
ticulier.
unemei-veille,
ETAT CIVIL. — Naissances : Gallolpage se tenaient sur le pont du I employeur. Et tandis que M. Denniel contre luundats ou chèques postaux I
A v e c la POUDRE SAINT-CHRISTOPHE
Elle est bien
Françoi
•ançois, à kervennou.
bateau. L'un d'eux Jean Moalic, 391s'exécutait, la petite Geneviève Mal- (compte Paris 1204) adressés au dit sciVice <nj
(ajouter o.no par affiche pour frais I
Mariage,
Mariages:
Nicolas Ernest, de Ban- ans, célibataire, habitant rue Laën- bot, de Brigneun, âgée d e 14 ans, | vice
i supérieure
[éventualilé n'est, plus à redouter
restée au pied de la meule, reçut un | d'envoi).
nalec et Balquer Louise, de Kerna-1 nec, était à la barre,
à la
rlnt.fl de
,1.. l'instrument
I ' ! i . . l . . , . i i n < i I en pleine
I . ' | , ' .tète,
1 A | 0()ll
1101
n P
eut «également se les procurer sur
Tous les Agriculteurs-Eleveurs doivent avoir chez eux une
alec, et
Comment disparut-il ? On l'ignore, doigt
bat ; André Louis, de Bammle
meilleure
des
Marques
Etrangères.
Le Guern Maric-F.. de Lajou.
. Toujours est-il que son compagnon alors qu'elle faisait le geste d'enlever
boite de cette précieuse Poudre.
Décès: Millour Marie-L. 80 ans, à constata son .absence, sans avoir la fourche de sa grande sœur.
^ ' ^ l ^ u ï e ^ r d ' ïï I? U a ' S de
Btratt«-» et Malaxeurs
La boîte 9 francs. Franco par la poste contre
^ u i l o s ; Le Gall Raymond, 20 ans, entendu le inoindre cri. On suppose
La boite crânienne fut transpercée pUiis-Quai d'Orsay (Uurcuu de rcnscigncM bour« : Pendu Christophe, 70 ans, que Moalic aura glissé à la mer, filet l'intervention du docteur Baley,|mcnts), ou dans les Foire» et Expositions
0
f r . 5 0 .
D f i P O T OffiNfiRAIa :
"oulmldou ; Bourvio Marie, 42 ans,lia suite d'un coup de roulis et qu'ilIde Chàteaulin, ne servit qu'à consta-|do l'art» ou de Province, oti la compagnie
ù Ouilos.
luura coulé ù pic.
lier le décès.
Id'Orléans possède dos stands.
1 Pharmacie Normale, 6. HABBIAL. 42, Place St-Michel - QUIMPERLÉ
UN
TERRAIN
VENTE
Articles spéciaux pour Gafés et Hotels |
UNE MAISON
UN
TERRAIN
a, cette fois, | Foires et Narcties de la région
L'IMPRIMERIE DE L'ABBAYE
livre les lettres de mariage
2 heures après la commande
A
Dans le Département
VENDRE
Une bonne PROPRIÉTÉ rurale s f j & tn d e &
Licitation Judiciaire
D'une PROPRIÉTÉ
[BON LINOTYPISTE
Pi FIO t" Opticien
C o u « delaBoveLOKIfcNT
ADJUDICATION AMIABLE)
Chemin defer de Paris à Orléans
R IZ
liaison BÀRIM
POUDRE SAINT-CHRISTOPHE
cette
mandat d e
8&ÌIH, BDCHÂTEL & C", CAMPAI (Nord)
Etudes d e M* R . DUCHATEAU,
Avoué-Licencié, à Quimperlé, rue
Savary, n° 20 ; de M" PITON,
Avoué à Quimperlé, rue de Quimper, n» 12, et de M* GUILLOU,
Notaire à Scaër.
ENTIIE :
Christien, veuve de M. François Le
1° M. Corentin-Louis Christien Roux,
ménagère,
demeurant au
cultivateur, demeurant à La Roche bourg de Guiscriff ; 39° M. Alaincommune de Bannalec ; 2" Mme Pierre Christien, cultivateur, demeuet M.
Marie-Marguerite Hascoët,
rant à Kerbrunec, commune de GuisJean-Louis Pétillon, journalier, son criff ; 40" M. l'abbé Bertrand-Marie
mari qui l'assiste et l'autorise, de Christien, vicaire, demeurant ù Goumeurant ensemble à Miné-Saint rin ; 41" M. François Christien, deDavid, commune d e Scaër ; 3" M meurant â Kerbrunec, commune de
Jean-Louis
Croissant,
cultivateur, Guiscriff ; 42° Mme Joséphine ChrisLE JEUDI 3 AOUT 1933, à 14 heures, demeurant à Poulc'liaro, commune tien et M. Jacques Kerzanet, comen l'étude
île Scaër ; 4" 'M. Corentin-Joseph merçants, son mari qui l'assiste et
et p a r le m i n i s t è r e d e M" GUILLOU, Croissant, cultivateur, demeurant à l'autorise, demeurant ensemble au
Coat-Forn, commune de Scaër ; 5° bourg de Guiscriff; 43" Mme Marienotaire & Scaër.
Mme Marie-Anne Croissant, veuve Hélène Christien et M. Charles-Yves
de M. Charles Vieillescaze, demeu- Chalony, cultivateurs, son mari qui
rant à Paris, 11, rue Dunois ; 6" Mme l'assiste et l'autorise, demeurant
Hélène-Marie Christien, et M. Alain ensemble â Ty-Névez-Bosuel, c o m Kerzanet, cultivateurs, son mari qui mune de Bannalec ; 44" M. BertrandPremier lot :
l'assiste et l'autorise, demeurant Louis Christien, cultivateur, demeuAux dépendances
de TY-GOFF,
ensemble à Lit Roche, commune de rant à Kergoat, commune de Scaër ;
Bannalec ; 7" Mme Marie-Jeanne 45" Mme Françoise Christien et M.
en la commune de SCAËR,
Christien, veuve de M. Corentin François-Louis Gourlaouen, cultivaBoëdec, cultivatrice, demeurant à La teurs, son mari qui l'assiste et l'auRoche, commune de Bannalec ; 8" torise, demeurant ensemble â KerMme Marie-Hélène Christien, et M nouarn, commune de Lanvénégen ;
Comprenant : MAISONS, hangar, Heuri-Yvcs-Joseph Laz, cultivateurs 46" M. Louis-Marie Christien, culti'(•table, écuries,
terres chaudes et son mari qui l'assiste et l'autorise vateur, demeurant à la Cantine,
demeurant ensemble à Kersalaiin commune de Bannalec ; 47° Mlle
terres froides, prés et landes.
Contenance : 29 hectares 40 arcs commune de Scaër ; 9" Mme Marie Marie-Jeanne Christien, célibataire
Jeanne Christien et M. Pierre Tallec, majeure, cultivatrice, demeurant à
5 centiares.
Libre de location. Jouissance par cultivateur, son mari qui l'assiste ei Kergoat, commune d e Scaër ; 48°
l'autorise, demeurant ensemble à Mme Mélanie Christien et M. Pierre
mains au 29 Septembre 1933.
ry-Guiehet, commune de Scaër ; 10" Rouzic, cultivateurs, son mari qui
M. Jeaiu-Unùs Hascoët, célibataire l'assiste et l'autorise,
demeurant
majeur, pâtissier, demeurant à Paris, ensemble à Créangoff, commune de
• ne d e Jussieu, n° 43 ; 11° M. Coren- Querrien ; 49°
M. Henri-Francis
Deuxième lot :
iin-Louis-Marie Hascoët, caporal au Christien, célibataire majeur, cultiAH bourg de SCAER,
16" régiment d e tirailleurs Sénéga vateur, demeurant à Kergoat, comlais, en garnison à Montauban ; 12' mune «le Scaër ; 50" Mme MarieAl. Bertrand-Charles Postic, cultiva- Jeanne Laz et M. Henri-Marie Le
iiir, demeurant à Ty-Gotl', commune Bras, cultivateurs, son mari qui l'asappentis, cour, hangar et droit à la de Scaër ; 13" Mme Alarie-Anne Pos- siste et l'autorise, demeurant ensemmoitié d'un puits situé au Levant de •ic, et M. Jean Landrcin, cultiva- ble à Kersalaiin, commune d e Scaër;
la cour.
teurs, sen mari qui l'assiste et l'au- 51° M. Henri-Yves-Joseph Laz, cultiLibre de location. Jouissance par torise, demeurant ensemble à Ty- vateur, demeurant â Kersalaiin, c o m mains au 29 Septembre 1933.
Jaouen, commune de Scaër ; 14" M. mune de Scaër ; 52° Mme CatherineHenri Postic et Mme Marguerite- Marie Laz et M. Yves Le Goff, cultiMathurine Le Goc, son épouse, qu'i vateurs, son mari qui l'assiste et
.assiste et autorise, cultivateurs, de- l'autorise, demeurant ensemble à
meurant ensemble à Kersalliguen, Kermare, commune de Scaër ; 53"
Il sera aux lieu, jour et heure sus- :om m une de Saint-Thurien, Inditi Mme Louis-Marie Laz et M. Pierreindiqués, procédé à l'adjudication lame Postic, veuve en premières Marie Jacq. cultivateurs, son mari
et aux plus offrants et derniers noces de M. Charles Postic ; 15" M qui l'assiste et l'autorise, demeurant
enchérisseurs des immeubles dont
iene-Jean Postic, chauffeur, de- ensemble â Kerlen-Vian, commune
la désignation suit :
meurant
à Omessoli - sur - Marne de Roudouallec ; 54" Mlle Hélène
vSeine-et-Oise), chemin des Berges ; Laz, célibataire majeure, cultivaDÉSIGNATION :
Département du Finistère. — Arron 16" M. Louis Póslic, conducteur de trice, demeurant â Keruscum, conv
dissement de Quimperlé. — Can- iaxis, demeurant à Paris, Passage mune de Scaër ; 55° Mme Françoise
lirupoy, n° 15, 12" arrondissement ; Laz et M. Jean-Guillaume Boulbcil.
ton et commune de SCAER.
17" .M. Pierre-Marie l'ostie, chauf- cultivateurs, demeurant à Keruscum
Premier lot :
feur pour le chauffage central à commune de Scaër; 56° Mme Mariel'Administration de l'Assistance pu- Jeanne Kersulec, veuve de M. Jean
Aux dépendances
de TY-GOFF,
blique, demeurant à Paris, 4, rue di Laz, cultivatrice, demeurant â Keren la commune de SCAEH.
'a l'élicité, 17" arrondissement ; 18° salaiin, commune de Scaër ; 57° M.
UNE PROPRIÉTÉ RURALE com- M. Joseph Postic, demeurant à Coat- Michel Montfort, cultivateur, demeuprenant maison d'habitation
cons- Cléo. commune d e Saiiit-Thurien
rant au Guellec, commune de Scaër:
truite en pierres et couverte en
à" M, Corentin-Charles Boëdec, cul- 58" Mme Mar ie-Jeanne Laz et M
ardoises ; petite maison couverte en tivateur. 'demeurant à Keranguen, Jean-Marie Quéré, cultivateurs, son
chaume d'attache à la précédente ; commune
dé Scaor ; 20"
Mlle mari qui l'assiste et l'autorise, deun hariiftzr et une étable construits en Euphrasle-Marie-Hélène BoiÀlec, cé- meurant ensemble â Keruscum, compierres et couverts en ardoises; trois libataire, cultivatrice,' demeurant ii mune d e Scaër ; 59" Mme Louiseécuries couvertes en chaume ; terres Keranguen, commune de Scaor ; 21 Marie Solliec, veuve de M. Jean
chaudes et froides, prés, landes. Le Mme Marie-llenée-Louise Boëdec et Montfort, cultivatrice, «lemeurant au
tout est porté au plan cadastral d e M. Jean Kerliervé, son mari qui Guellec, commune de Scaër; 00° Mlle
la commune de Scaër, A In section 'assiste et l'autorise, cultivateurs, Marguerite-Bernadette Montfort, culF, sous les n°" : 534, 535, 536, 537, lemeurant ensemble à Coriger, com- tivatrice, demeurant
au Guellec.
690, 691 P , 092, 093, 093 bis, 091, mune de Scaor ; 22" .Mme .viarie- commune d e Scaër ; 61°
Mlle
711 p, 712, 713, 714, 715, 710, 717, Jeanne Boëdec, veuve de M. Joseph Hélène-Marguerite Montfort, céliba729 p, 730 p, 731. 732, 733, 734, 733, Messager, commerçante, demeurant taire majeure, demeurant au Guellec
736, 737, 740, 742, 700, 790 p, 797 p, au bourg de Scaër ; 23" Mme Anna commune d e Scaër ; 62° M. Jean
798, 799, 802, 803, 804, 805, 800, 81.1, Boëdec, en religion Sœur Saint-Mar- Montfort, cultivateur, demeurant au
peur une contenance de 29 hectares cel, religieuse de l'Ordre des Filles Guellec, commune de Scaër ; 03° M
40 ares 5 centiares.
du Saint-Esprit, demeurant à Saint- Yves-Marie Montfort, 'demeurant è
Ainsi au surplus que ladite pro- Thégonnec ; 24" M. Corentin-Bené- Brest, rue Jean-Jaurès, 11° 114 bis ;
priété se poursuit et comporte, avec Marie Boëdec, cultivateur, demeu- 64° M. Jean-Marie Postic, journalier
ses appartenances et dépendances, rant à Kcrnni'uen, commune de demeurant au bourg de Scaër ; 65°
ses servitudes actives et passives, Scaër ; 25" Mme Françoise Boëdec Mme Marie-Jeanne Postic et M. Jean
1 M. Yves Ollivier, son mari oui Marie Sinquin, cultivateurs, son
sans aucune exception ni reserve.
assiste et l'autorise, industriçl, de- mari qui l'assiste et l'autorise, deLibre de location ; jouissance par meurant ensemble au bourg de meurant ensemble à Kervian, commains au 29 Septembre 1933.
Scaër ; 20" Mme Francine Boëdec et mune de Scaër ; 66° M. OhristopheMISE A PRIX fixée par le Tribunal : M. François Ollivier, propriétaire, Sébastien Montfort, demeurant au
sen mari qui l'assiste et lautorise, Guellec, commune d e Scaër ; 67° M.
100.000 francs.
demeurant ensemble au château du Charles Postic, demeurant â KerLézardeau, en Quimperlé ; 27° Mme vian, commune de Scaër ; 68° M.
Deuxième lot :
Marie-Jeanne Le Bihan et M. Jean Henri - Guillaume Mcntfort, cultivaAu bourg de SCAEH.
teur, demeurant a Kerandreau, comArticle 1 " . — UNE MAISON consmune de Scaër ; 69° Mlle Louise
truite en pierres et couverte en
ardoises, portée au plan cadastral Carduner, son mari qui l'assiste et Montfort, demeurant à Plouédern
sous le n" 04, section E, composée l'autorise, demeurant ensemble ù Finistère) ; 70° Mlle Jeanne Montau rez-de-chaussée de deux appar- Swift Current Sask (Canada) : 28" fort. demeurant à Tréfléan (Morbitements, avec une remise au boni Mme Marguerite Le Bihan, en reli- han),
Levant ; à l'étage, trois chambres, gion Sœur Françoise de Chantai, de
Ordre des Filles du Saint-Esprit,
avec grenier au-dessus. Elle ouvre
demeurant à l'hôpital de Carhaix
'Demandeurs, ayant M" Robert Duau Midi par deux portes, un portail (Finistère) ; 29" M. Henri-Bertrand
et neuf fenêtres. Ladite maison Le Bihan, instituteur public, demeu- CHATEAU 'pour avoué, avec élection
donne du Midi sur la Grand'Rue, du rant â Marseille, école du Canet, bou- de domicile en son étude, sise b
Nord sur l'appentis ci-après, du levard Grand, n" 5, quartier du Quimperlé, rue Savary, n" 2 0 ;
Couchant sur maison à M. Beulze, et Canet; 30'
ET :
M. Pierre-Marie Le
du Levant sur maison à Mine San- Bihan, notaire, l'cmeurant ù Plogas1° M. Jean Marzin, boucher, deséau.
tel-Saint-Germain ; 31° Mme Marie- meurant à Saint-Thurien, pris en sa
Article deuxième. — Au Nord et Henée Le Bihan, veuve d e M. René- qualité d e tuteur ad hoc d e la mid'attache ù ladite maison, un appen- François Carduner, demeurant à neure Eugénie-Ernestine Postic, à
tis construit en pierres et couvert en Mousteren, commune d e Scaër ; 32" cause de l'opnosition d'intérêts qui
ardoises, bâti sur le n" 64, section E. M. Jean-Marie Le Bihan, demeurant existe entre ladite mineure et M.
à Lanveur, commune d e Scaër ; 33° Henri Postic, son co-tuteur, et la
Article troisième. — Au Nord M. Bertrand Le Bihan, célibataire dame Marguerite Mathurine Le Goc
dudit appentis, une cour,
dans majeur, demeurant à Success Sask épouse d e M. Henri Postic, sa mère
laquelle se trouve un hangar couvert (Canada) ; 34° M. Christophe Le et tutrice légale.
en ardoises ; droit à la moitié d'un Bihan, célibataire majeur, demeu2° M. Jean Croissant, cultivateur,
puits situé au Levant de la cour.
rant â Succès Sask (Canada) ; 35° demeurant à Kerdonnars, commune
Libre de location. Jouissance par Mme Marguerite Sinquin et M. Jean- de Scaër, veuf de dame Marie Chrismains au 2p Septembre 1933. .
Marie-Alexis Burel, cultivateurs, son tien, époux de dame Anne-Marie Le
MISE A PRIX fixée par le Tribunal : mari qui l'assiste et l'autorise, de- Gall, pris en sa qualité de tuteur
meurant ensemble à Kersao, c o m - naturel et légal de Mlle Hélène
35.000 francs.
mune de Scaër ; 36° M. Lcuis-Marie Croissant, sa fille, née d e son maCette vente est poursuivie en exé- Sinquin, cultivateur, demeurant à riage avec dame Marie Christien ; 3°
cution d'un jugement contradictoi- Kersao, commune d e Scaër ; 37" Mme Marie Le Naour, veuve en prerement rendu par le Tribunal deMme Marie-Françoise Christien, en mières noces de M. Jean Christien,
première instance d e Quimperlé, l e ! religion Sœur Sainte-Zite, Fille du épouse en secondes noces sous l'as14 Janvier 1933, enregistré et signi-J Saint-Esprit, supérieure à l'Hospice sistance et l'autorité de M. François
fié.
: •
« de Pont-Croix ; 38" Mme Anne Carrer, cultivateur, avec lequel elle
VENTE
PARUGITATION
Une PropriHtl! Rurale
MISE A PRIX 160.000 francs
Maison
MISE A PRIX 35.000 francs
DE L ' « UNION A G R I C O L E N partit pour lîourbon, et à l'insu des
du vendredi 7 Juillet 1933. [23] ' autorités de Port-Louis, y affréta un
bâtiment marchand nommé le Desforges, qui apparut le septième jour
à l'horizon, avec une voile haute
peinte en noir, signal convenu entre
lui et le général.
Béniowski, persuadé du succès de
ce stratagème, avait cessé de solliciter ; — il passait ses journées au mipar
lieu des soldats, mettant tout en œuG. d e L A L A N D E L L E
vre pour détruire les effets des bruits
malveillants répandus contre l'expédition et distribuant de menues faUn pilote (le l'île Sainte-Marie con- veurs qui lui rendirent les sympasentit à conduire ù l'Ile-de-France hies de la plupart des volontaires.
Sans-Quartier et Jiimbc-d'Argcnt qui, — En même temps, il lit publier dans
déguisés en matelots, se présentèrent Port-Louis qu'il était disposé à enrôinopinément devtint Ueniowski, et ler tous les gens de métier qui se prélui apprirent que les hostilités étaient senteraient.
entamées.
Sur quoi, défense absolue aux gens
Le gouverneur et l'intendant lui île l'Ile-de-France de se ranger sous
avaient péremptoirement refusé, le ses ordres. M. de Ternay déclara forjour même, un navire pour lui et sa mellement qu'il ne voulait plus entroupe, sous prétexte que tous lis enilre parler de l'expédition de Mnbâtiments à leur disposition étaient lagascar, et l'intendant Maillart du
employés au service de la colonie.
Mcsle eut cartes blanches.
Sur cette réponse, le général désesTout à coup Vasili, qui ne cessait
péré avait annoncé que, huit jours ne guetter la mer, se présente devant
après, sa légion partirait enfin pour ( général.
Madagascar. Il était en pourparlers
— Navire à petit perroquet noir !
pour fréter
ses frais un navire de lit-il.
commerce, et ne doutait pas de
— Six grandes barques de louage
riussir ; mais le soir, en présence de sur-le-champ . par avec Jupiter et
Sans-Quartier, Jmnbe-d'Argent et des Vent-l'Ouest ; qu'on attende au derprincipaux otflclers, le subrécargue
einbarcadère !
vint dégager sa parole :
Maurice ! dit la comtesse, je ne
— Requis d'autorité par le goux pas mourir dans ce pays, loin
vernement, il était expédié i\ l'ondi- de vous !... Emmenez-moi, dussé-ie
chéry, avec défense de relâcher en expirer avant d'arriver ù Madagasroute.
car.
— Laissez-moi faire, général ! _— Mais nous n'avons ni maisons,
s'écria le chevalier, remis en joie par ni tentes dans le nays où je vais...
la présence de ses deux vétérans,
Qu'importe !...' ne nous sépanous aurons un navire au jour marplus, Jamais !... jamais !
qué !
Alexandre de Nilof fait emporter
Le major monta sur l'heure la bar- en litière la comtesse mourante ; il
que malgache de l'Ile Sainte-Marie, ¡'accompagne au bord de la mer et
FEUILLETON
LE DERNIER
DES FLIBUSTIERS
conduit par la main le jeune Wenccslas. Quelques négresses se chargent des effets les plus précieux.
Béniowski est ù cheval à la tête d-:
sa légion, qui défile sac au dos, enseignes déployées.
— Où va-t-elle ? — Aucun navire
du port n'est prêt à lu recevoir. —
C'est un exercice, — un' simulacre
d'embarquement, — une petite guerre... disent les oisifs en la voyant descendre et se ranger dans les chaloupes.
L'intendant Maillart courait chez
k gouverneur :
— Un navire attend hors des passes... c'est évident !... Embarquement
irrégulier, fuite, véritable désertion,
uerte I...
Ordre est donné aux forts de l'entrée de couler les chaloupes plutôt
que de les laisser sortir.
Cependant le chevalier du Capricorne, Sans-Quartier et Jnmbe-trArgent, rassemblés sur le rouf du Desforges, voient de loin briller les uniformes, les armes et le drapeau de ia
légion qui s'éloigne lentement des
((liais dans six énormes chaloupes.
Un premier coup de canon retentit. Béniowki ne se doute point que
ce soit une menace à son adresse. —
Un boulet lancé sur l'avant de sa
première embarcation le lui démontre l'instant d'après.
U fait lever rames ; puis, chose
étrange, le Desforges serre le vent
pour reprendre le large. Le gouverneur et l'intendant ne furent pas
moins surpris que Bénioswki luimême.
Dans la première chaloupe, le capitaine Rolandron de Belair, qui remplissait par intérim les fonctions de
major, demandait ce qu'il convenait
de faire.
— Attendons sur nos avirons, répondit Béniowski. J'essaie de com-
demeure à Quilos, commune d e
Saint-Thurien, en nom personnel si
besoin est, et en sa qualité de tutrice
naturelle et légale de Jean Christien,
son fils mineur ; 4° M. François
Carrer, cultivateur, demeurant ù
Quilos, commune de Saint-Thurien,
en nom personnel si besoin est, pour
assister et autoriser la 'dame Marie
Le Naour, son épouse, et en sa qualité de co-tuteur dé Jean Christien,
mineur,
Défendeurs, ayant M" PITON pour
avoué, avec élection d e domicile en
son étude, sise à Quimperlé, rue de
Quimper, n" 12.
Nota. — Depuis la prononciation
du jugement sus-énoncé, Mlle Hélène
Croissant, encore mineure, a épousé
M. François-Pierre-Marie
Fromentin, majeur, devenu son mari et curateur. Lesdits époux Fromentin,
cultivateurs demeurant à Coat-Forn
commune de Scacr.
ET
ENCORET
'
k i n i l F D pour le 29 Septembre pro-
zi LVUIifl chain, Maison de com-
m e r c e , avec salle de danse, 10 m.
de loug, bien placée, à Pont-Lédan,
3 chambres J a r d i n de 2.000 m2.
S'ad resser â M. Riou, l'rétamiou,
Tréméven.
HERNIE
LE NAOUR
Téléphone 7 =
QUIMPERLÉ = 3, PL
Service
M. GLASER, 44, BoDlmrd SMopol, PAHIS
La plus ancienne Maison du Monde.
70 années de succès.
L'expérience
la plus
éprouver.
Les procédés les plus
modernes.
iîl
* C C D
le (IrauA
Spécialiste
Toutes les Spécialités
PHARMACIE
D'ORDONNANCÉS
de
• ULFiQEn PARIS, 4 4 . IM sfDASTOPOi
M" Francis Roussel, notaire, deadupia.it c e s n o u v e a u x appareils, rlom
meurant à Quimperlé, quai Brizeux, En
l'action b i e n f a i s a n t e se réalise « a n » a 2 u e
n" 12, nommé par jugement du Tri- .'ans s o u f f r a n c e s ni I n t e r r u p t i o n d e travail,
bunal de première instance de les h e r n l . a les p l u » v o l u m i n e u s e s et l e s
plus r e b e l l a s d i m i n u e n t Instantanément d e
Quimperlé, en date du 26 Novembre v o l u m e et disparaissent p e u à p e u c o m p l è 1932, pour : 1° représenter M. Fran- t e m e n t .
rtetels résultats garantis t o u j o u r s p a r
çois Bocoho, présumé absent ; 2° é c Devant
r i t , tous c e u x atteints d e h e r n i e d o i v e n t s ' a représenter Mme Louise Christien, d r e s s e r sans retard à M GLASER qui leur f e r a
épouse <111(111 François Bocoho, alié- g r a t u i t e m e n t I essai d e s e s a p p a r e i l s de 9 à 4 b. k
née non interdite, internée à l'asile QUIMPER, 15 Juillet, hôtel de l'Epée.
de Lesvellec (Morbihan) ; 3° repré- BBEST-LAMBÉZELLEC, 16 Juillet,
senter Mlle Françoise Laz, aliénée
restaurant de la Grappe de Raisin,
non. interdite, .internée à l'asile des
5, rue Anatole-France.
aliénées de Morlaix, dans les opéra- LORIENT, mercredi 19 Juillet, hôtel
tions d e compte, liquidation et parde Brelagne.
tage dont s'agit.
HENNERONT, 20 Juillet, de 9 heures
Autre défendeur, ayant M" Robert
à 2 heures, hôtel de Bretagne.
DUCIIATF.AU pour avoué, avec élec- QUIMPERLE, 21 Juillet, de 9 heures
tion d e domicile en son étude, sise
à 3 heures, hôtel du Lion d'Or et
à Quimperlé, rue Savary, n° 20.
Voyageurs.
2495
Cette vente aura lieu en présence
C
H
U
T
B
S
M
A
T
R
I
C
E
e
t
t
ons
ou eux dûment appelés d e : 1° M.
Henri Burel, photographe, «lemeuOrganes. Varices. Orthopédie
rant à Scaër, subroge-tuteur iwl-lioc
de la mineure
Eugénie-Ernestine GLASER, 44-, Bd Sébastopol - Pnrl?
Postic ; 2° «M. Jean Galant, receveurburaliste, demeurant au bourg d e
Assistance Judiciaire
Scaër, subrogé-tuteur ad-hoc du mi(Décision ilu 9 Octobre 1931.)
neur Jean Christien.
Outre les clauses et conditions
Etude de M' Paul-Léon KOUN,
insérées au cahier des charges
Avoué-Licencié,
dressé pour parvenir à la vente et
11, quai .Bqizeux, à Quimperlé.
déposé en iiRtMle de - M'-Guillou.
notaire à ScaSiVoù toute personne
EXTRAIT DE JUGEMENT
peut en prendre! communication, les
DE SÉPARATION I)E CORPS.
immeubles ci-dessus désignés seront
vendus en deux lots, en l'étude et par
D'un jugement rendu par déi'r.uî
le ministère dudit M" Guillou, notaire par le Tribunal de Première Instance
à Scaër, le jeudi 3 Août 1933. à 14 de Quimperlé, le 31 Décembre 1932,
heures, sur les mises à prix de enregistré et signifié,
160.000 francs p o u r le 1 " lot, et
Entre Mme Marie-Louise Caillibot,
35.000 francs pour le 2° lot.
ménagère, demeurant à Kerbiniou,
en Bannalec ;
Quimperlé, le 6 Juillet 1933.
Et M. Pérès Jean-Marie, son époux,
L'Avoué poursuivant :
manœuvre, demeurant à Kerbiniou,
R. DUCHATEAU.
en Bannalec,
Il appert que la séparation de
corps a été prononcée d'entre les
d
e
i IOIIFR
suite, 21, quai Brizeux, époux Pérès-Caillibot, à la requête et
n uvUL/ll Logement de 4 pièces. au profit de la femme.
Eau, gaz, électricité, tout-à-l'égoût.
Pour extrait :
Cour derrière.
PAUL-LÉON K O U N .
rapide
Expéditions dans toute la Région
J E S U I S G U É a l . - C'e«t l'arflrmiitlnn dp
iouics li!» p e r s o n n e » aiiHlmcs d e b e r i i l e s qui
o n i p o r t é le n o u v e l a p p a r e i l sans ressort de
M
Carnot
ACCESSOIRES
ARTICLES
PRODUITS
DE
CHOIX
HERBORISTERIE • •
SPÉCIALITÉS
H
D'MYGIÈNE
BASSINS — DOUCHES
ÉMAIL ET VERRERIE • •
CAOUTCHOUC
•
HYP0DERMIE
LUNETTERIE
AMPOULES
MÉDICAMENTEUSES
A TOUTES FORMULES
•
SÉRUMS - VACCINS O
EXÉCUTION
DÉS
ORDONNANCES
mm
MM. LES OCULISTES 1
DE
I
LABORATOIRE
PRODUITS
VÉTÉRINAIRES
DROGUERIE
RECHERCHES
CHIMIQUES
•S3
BIOLOGIQUES
S3M
B A C T É R I O L O G I Q U E S
INDUSTRIELLE
AGRICOLE
s'ÎËi
BANDAGES
COTONS
SIMPLES
•
ET
OU
PANSEMENTS
K B
SUSPENSOIRS
M
BAS A VARICES - CEINTURES
D I CABINET D'APPLICATION
•
MÉDICAMENTEUX
NÉCESSAIRES D'ACCOUCHEMENT
£9
L. LE NAOUR, Pharmacien de 1 " classe
de la Faculté de Paris i
A n c i e n Chef
çle
Laboratoire
Ancien Interne des hôpitaux de Paris
Docteur dp r Université
Agence Maritime Emile S A L M O N
LOtUENT.
— LIGNES
WOHA1S
et C«
Services réguliers entre LORIENT. BORDEAUX, RAYONNE. CAEN, ROUEN, LE HAVRE, BOULOGNE, DUNKERQUÉ,
BREST et les purts de l'étranger. (Un départ tous les 14
jours dans chaque sens).
Pour frèt et renseignements,
s'adresser
M. Emile SALMON. Agent Maritime
4 0 , Quai de Rohan — L O R I E N T
WORMS & C°
dans tous les autres ports
E d o u a r d MONNIER
AGENTS des COMPAGNIES, des M E S S A G E R I E S M A R I T I M E S
des CHARGEURS RÉUNIS et SUD ATLANTIQUE
18, place Saint-Michel, QUIMPERLÉ « T * i . 1.19
Pour consulter les horaires des lignes d'Orient, d ' E x trême-Orient, de l'Afrique Occidentale, du Brésil et de la Plata, ainsi que pour retenir les billets de passages, s'adresser :
1
4 0 , Quai Rohan,
à l'Agence Emile SALMON
'par Camions et Tracteurs
jusqu'à
22 tonnes
I
LE RETOUR D ' A G E
_
A G E N C E
R E N A U L T
Toutes les femmes connaissent les dangers qui les
menacent à l'époque du R e t o u r d ' A g e . Les symptômes sont bien connus. C'est d'abord une sensation
d étouffement et de suffocation qui étreint la gorge,
"es bouffées de chaleur qui montent au visage, pour
faire place à une sueur froide sur tout le corps. Le
ventre devient douloureux, les règles se renouvellertt
irrégulières ou trop abondantes et bientôt la Femme
la plus robuste se trouve affaiblie et exposée aux
.
.,
P'res dangers. C'est alors qu'il faut, sans plus tarder, faire une cure avec la J O U V E N C E D E t ? A B B E S O U R Y
Nous ne cesserons da répéter que toute femme qui atteint l'âge de
40 ans, meme celle qui n'éprouve aucun malaise, doit faire usage, I des
intervalles réguliers, de la
GRANDE EXPOSITION
de Voitures neuves et d'occasion
Nos occasions à des prix très intéressants
— :-: sont revisées et garanties :-: —
G A R A G E
JOIWENCE DE L'ABBÉ SOURY
si elle veut éviter l'afflux subit du sang au cerveau, la congestion.
I attaque d apoplexie, la rupture d'anévrisme, etc. Qu'elle n'oublie DU
que le sang qui n'a plus son cours habituel se portera de préférence
aux parties les plus faibles et y développera les maladies les plus
rr;
' ••»«•«••hoiiio, mcirnoa,
fnieuites.
' ,
^ W * 8 5 ' riDromes,
f i b r o m e s , PhléblÇes,
e n f a i s a n t u s a s e de la J O U V E N C E D E
rllïïïla§«?.,«eicï t2nd,s
i. A B B E S O U R Y , la Femme évitera toutes les infirmités qui la menacent.
C E N T R A L
JMme TRËGUIER
La JOUVENCE DE L ' A B B É S O U R Y , préparée a u * Laboratoires M a a .
DUMONTIER,
a Rouen, se trouve dans toutes les Pharmacie».
Basse-Ville QUIMPERLÉ!
r
Apprentissage gratuit - Vente à crédit
prendre la manoeuvre du chevalier.
Alors, la comtesse Salomée, couchée dans un cadre sous la tente de
l'embarcation, se souleva et dit d'une
voix éteinte :
— Espérance !... voici le secours
de Dieu !
A ces mots, un lourd sommeil ferma ses paupières,
M. de Ternay, gouverneur de l'Ileé-France, accompagné de l'intenlant Maillard et du garde-magasin
Vahis, venait de se rendre à bord du
brig de guerre le Postillon, dont le
capitaine
appareilla
sur-le-champ
pour se poster en travers des six
chaloupes de la légion-Béniowski.
Le gouverneur allait de sa personne
arrêter le colonel et renvoyer ses
troupes à terre.
Au même moment, un signal fort
inusité dans nos possessions de l'Inde
à cette époque de décadence navale,
fut arboré nu Séfhtiphore de PortLouis :
« Vaisseau de ligne ;. — Frégate
lu roi; — Trois-mats marchand; - Barque longue de Madagascar. »
Ce signal fut traduit aisément par
Béniowski.
— Je comprends ! s'écria-t-il avec
ioie.
— Hâtons-nous ! dit M. Maillart
au gouverneur, voici évidemment !•;
division Ker»uélen ; il serait déplorable que l'honorable commandant
fût témoin de ce que nous allons
aire ici.
Mais les chaloupes étaient fort
loin déjà ; l'appareillage du Postillon
?iit été lent, et la fraîche brise du
large qui favorisait la division Ker•uéien contrariait les manoeuvres (lu
•ig forcé de louvoyer dans un
espace étroit.
Le vaisseau le Roland de G4 canons, et la frégate l'Oiseau, suivis du
iforges et de la barque de Sainte-
=
1
Prix : Le flacon J l i q u i d e ( „
|
i
Marie qui avait amené Sans-Quartier
et Jambe-d'Argent, parurent à l'ouvert des passes, à l'instant où M. de
Ternay, de la dunette du Postillon,
criait à Béniowski :
— Au nom du roi, colonel, je vous
somme de monter à mon bord.
— Au nom du roi, monsieur le
gouverneur, répondit Béniowski, je
proteste contre cette sommation.
— Je vous rends responsable du
sang versé ! répliqua le gouverneur.
Vissez, Monsieur, ou c e navire
ouvrira le l'eu siip vos chaloupes.
Or, le chevaier du Capricorne,
apercevant !e premier de fort loin
la division Jverguélen, n'eut pas besoin du don de seconde vue pour
s'écrier, en d'autres termes que h
comtesse : « Voici le secours de
i)ieu ! » Virant de bord, il courut
droit sur le Roland, s'y lit jeter par
so,n . canot, fut reçu à l'escalier de
commandement par le baron de
'•.euil, qu'il salua militairement
sans feindre de le reconnaître, et
n'eut ensuite aucune peine à convaincre Kerguelen de la machination ourdie contre Béniowski par une
troupe acharnée d'ennemis dont, par
parenthèse, faisait partie le capitaine
de frégate commandant en second
ii> Roland.
Kerguelen écoutait attentivement,
après avoir ordonné de charger de
'h- à tout rompre ; — le baron de
Luxueil se sentait assez mal à son
aise ; — le major Viïicent du Capricorne clignait de l'œil, frisait sa
moustache, caressait sa rapière, mais
ne perdait pas son temps à la bagatelle. Avant tout, il fallait sauver Béniowski et l'expédition de Madagascar.
Une fois dans la baie, le chevalier
du Capricorne ajouta :
— Commandant, vous pouvez, de
vos propres yeux, voir ce qui se
fr> M
(|mp4
,
e o m p r U )
B i e n e x i g e r I n véritable J O U V E N C E d e L ' A B B É S O U R Y
qui doit porter le portrait de l'ABBË S O U R Y
et la d é n a t u r a M a g . D U M O N T I E R en rouge.
, AUCUN
AUTRE
PRODUIT
passe. Voici, mordious ! le dernier
acte de la tragédie : on arrête notre
colonel ; on va disperser la légion,
faire avorter l'entreprise, et laisser
massacrer la troupe de vaillants comlagnons dont j'avais l'honneur de
vous raconter les aventures tout à
l'heure.
— Je connais les plans du comte
le Béniowski... Je veux avant tout le
oien du service... J'ai horreur des
traîtres et des lâches... Enfin, monsieur le Major, je n'ai qu'une parole !
A Versailles, j'ai dit au général votre
colonel qu'à mon bord je serais seul
maître... Une cornette de chef de
.¡¡vision flotte à la tête de mon grand
liât et j'ai cent canons à mes ordres.
e vaisseau et la frégate, sans molérer leur vitesse, passèrent sous les
forts, puis mirent brusquement en
•>anne, l'un 'i tribord, l'autre à bâ')ord du Postillon, dont l'ancre allait
tomber, mais ne tomba poin, car le
holand appuya d'un coup de canon
"ordre hissé à son mât de rester
sens voiles.
Béniowski était alors en présence
du gouverneur :
— Monsieur, lui disait-il, je n'ai
cédé qu'à la violence ; je ne reconvotre autorité. Mes ordres
émanent du roi, et, à mon tour, je
vous somme de ne pas entraver davantage ma mission.
M. de Ternay ordonnait à Bénioski de se constituer prisonnier.
— P o u r éviter l'effusion du snng
de mes soldats, je suis yenu seul sur
.•e navire... Seul, maintenant, je suis
en butte à votre inimitié; je la brave,
monsieur le gouverneur !... On n'aura
mon épée qu'avec ma vie.
Il tirait l'épée à ces mots, et montait sur la dunette du brig.
— Aux armes ! commanda M. de
Ternay.
M. Saunier, capitaine du Postillon,
NE
PEUT
LA
REMPLACER
intervint respectueusement ; il essava
de faire sentir l'effet scandaleux d e
l'arrestation d'un colonel p a r le&
soldats de garde à son bord.
— Obéisez, Monsieur ! s'écria le
•>•. ;
gouverneur.
Mais, d'une Voix tonnante, le c o m mandant Kerguelen commanda de
loin air capitaine du Postillon :
— Respectez la personne du c o l o nel Béniowski !... A bord t o u t e s les
chaloupe chargées de troupes !
M. de Ternay pâlit de fureur, fit
accoster son canot et se dirigea sur
le Roland, où il allait à son tour
trouver son maître.
Quant à l'intendant Maillart, i l
profita prudemment du tumulte pouV
se jeter dans une embarcation légère
et gagner la côte.
Le sieur Vahis eut bien voulu en
faire autant ,• Béniowski l ' e n e m p ê cha ;
\ ous êtes sous mes ordres, mon-,
•ieur le sarde-magasin ; restez ici,
<• l'exige !
— Colonel, murmura-t-il, je vous
jure...
(A suivre).
l.e Gérant
: D . PI.OUZKNNEC.
Quimper, Imprimerie
Cornounillaise.
Certifié par le Ocrant soussigné.
Quimper, le
Vu pour
'.a légalisation de la signature
Mairie de Quimperf
le ..
LB MA!11B,
ci-contre
ou
aulico«
Vendredi 14 Juillet 1083.
Paraissai i
DI
leVENDHI
L e Numéi o :
L'Union
ET
CENTIMI S
» » » »» » «Vî
um
SEMAINE
FÊTES
Soi. Ki I.
Ftjja* f'jflil»
DI LA SKMAINR Uwr Coach. Mut. Soir
S. Métier.
S. Alexis.
S. Camille.
S.u Vincent de P,
S Marguerite.
S. Victor.
S" Mnrie-Mad.
4 05 19 48
4 0<i 19 47
4 07 19 40
408 19 45
4 09 19 44
410 19 4»
4 11 19 42
U)3:t 23
>> 08
»»
11 4»
0 17 12 49
1 19 13 4«
2 10 14 32
2 52 1511
3 il) 15 48
CE OUI SE PASSE
Pas
d'abstinence
le 14 Juillet.
La Sacrée Congrégation du Concile
n accordé pour cotte année à tous les
diocèses de France la dispense du
l'abstinence pour la journée du M
Juillet.
La
MARITIME
René BAZIN
Organe Républicain Démocratique et Régionaliste de l'Ouest
ANNONCES ET RÉCLAMES
Réclames (V page), la ligne. 1 fr.
—
(3« page),
—
. 1 fr.
Annonces judic. et v o l o n t . . . 2 fr.
—
Chronique locale.. 2 fr.
LA
Ne rougis pas de ta
foi ; vingt siècles en
ont vécu et tout ce
que l'humanité produit de bon s'appuie
sur elle.
réorganisation
des chemins de fer.
Dans la nuit de jeudi à vendredi,
la Chambre a voté le projet de réorganisation des chemins de fer, projet dont voici les grandes lignes :
Deux représentants de l'Etat dans
le Conseil d'Administration de chaque réseau ; contrôle des marchés
par une commission spéciale ; prime
de gestion calculée non plus suivant
l'importance du trafic, niais d'après
le chiffre d'affaires, le bénéfice brut
et le bénéfice net ; fusion du I'. O.
et du Midi ; réintégration des che
ininots révoqués.
»
50
»
»
Let annoncet tont reçuet aux bureaux
du journal. Pour la publicité extradépartementale, t'adresser, 39, Hue
du Faubourg - Poissonnière, Parit (9').
Tél.: Provence, 44-57.
COMMUNICATIONS
L'Histoire, non telle qu'elle est,
mais telle que nous la voulons
Mec, dans La Nation, fustige
com-
L'Amérique va réunir me il faut cette dictature du Syndicat national des Instituteurs sur
ses
débiteurs.
l'édition et la librairie scolaires :
Au début du mois d'Août, le gou
verneinent américain entamera des
pourparlers/ avec les représentants
des puissances étrangères à Washington sur le problème «les dettes
de guerre.
La France et les autres pays qui
n'ont pas effectué le versement des
dernières échéances, ne seront pas
admis à exposer leur thèse tant qu'ils
n'auront pas réglé l'arriéré.
tes E t u d e s , ne comporte, a u dire
du c a m a r a d e C h n m p e a u , que « des
explications s o m m a i r e s et puériles » et du « b o u r r a g e de c r â n e ».
('-'est ce c a m a r a d e C h n m p e a u qui
va êlrc le « d i c t a t e u r a u x m a nuels » et qui, en cette qualité, va
f a i r e régner la t e r r e u r d a n s les
m a i s o n s d'édition scolaire. Il va
d r e s s e r la liste de p r o s c r i p t i o n qui,
par la voie de « l'Ecole libératrice », sera portée à la c o n n a i s s a n c e
des 70.000 à 80.000 i n s t i t u t e u r s et
i n s t i t u t r i c e s a b o n n é s obligatoires,
et les dociles s y n d i q u é s d e m a n d e ront aux prochaines conférences
pédagogiques que soient r a y é s des
listes d é p a r t e m e n t a l e s les o u v r a
ges dont les é d i t e u r s ne se s e r o n t
pas inclinés d e v a n t les u k a s e s du
Syndicat.
La voie sera ainsi déblayée de
v a n t les éditions du Syndicat n a tional, qui a créé, s o u s le n o m de
« Sudel » (Société universitaire
d ' E d i t i o n s et de Librairie) u n e
maison qui se propose de f o u r n i r
a u x écoles où enseignent des maîtres et m a î t r e s s e s s y n d i q u é s t o u s
les livres classiques et tout le m a tériel scolaire qui leur sont nécessaires. P o u r c o m m e n c e r , « Sudel »
édite des livres p o u r d i s t r i b u t i o n s
de prix et le p r e m i e r p a r u est,
c o m m e par h a s a r d , sous le titre
« Vie t r a g i q u e des G r a c q u e s »,
u n e apologie île la révolution
a g r a i r e d a n s la Rome a n t i q u e . A
la r e n t r é e p a r a î t r a un livre de lect u r e p o u r les e n f a n t s dont l ' a u t e u r
est u n poète a n a r c h i s a n t . P u i s ce
seront des m a n u e l s d'histoire, de
géographie, de science, de morale,
etc., d o n t on peut p r e s s e n t i r l'esprit.
On a u r a i t pu penser q u e l'état
de tension des relations i n t e r n a tionales, aggravé par la révolution
hitlérienne, r e t i e n d r a i t les instit u t e u r s s y n d i q u é s et révolutionnaires s u r la p e n t e q u i les c o n d u i t
au pacifisme intégral et a u désarm e m e n t total de la F r a n c e . C'eût
Les i n s t i t u t e u r s et i n s t i t u t r i c e s
été mal c o n n a î t r e les idéologues
à qui l'exercice des p r o f e s s i o n s
forcenés qui sont à la tète des
Manœuvres
hitlériennes. s y n d i c a t s r é v o l u t i o n n a i r e s . Ccsl c o m m e r c i a l e s et industrielles est
l'interdit c o m m e il l'est a u x a u t r e s
Les Hitlériens d'Allemagne et
d'Autriche annoncent une nouvelle
et violente attaque contre le chance- tous — ont dès oeillères qui les
d u s t r i e et s'efforcent, pour délier Dollfus et son gouvernement.
e m p ê c h e n t de voir tout ce qui
blayer le t e r r a i n devant eux, de
On signale des incidents provon'est
pas
leur
idéologie
révolutionqués en Allemagne au sein des Eglit u e r le c o m m e r c e et l ' i n d u s t r i e
ses protestantes par la main-mise naire. Rien ne c o m p t e pour eux : libres. C'est encore un des b e a u x
politiaue des nationaux - socialistes ni les leçons d u passé, d ' u n passe r é s u l t a t s de ce syndicalisme illédans l'administration spirituelle de p o u r t a n t tout récent, ni les m e n a gal m a i s toléré, puis favorisé p a r
leur organisation confessionnelle.
ces du présent.
les g o u v e r n e m e n t s cartellistes.
A l ' h e u r e où n o u s s o m m e s , les
Est-ce la fin
J e a n L E MÉE.
m i l i t a n t s d u s y n d i c a l i s m e des insdu conñlt sino-japonais ? t i t u t e u r s n ' o n t q u ' u n e préoccupaLes négociations que poursui- tion : r e p r e n d r e et r e n d r e p l u s
vaient les représentants des autorités active la c a m p a g n e contre ceux
militaires sino-japonaises au sujet de des livres scolaires qu'ils qualilu zone démilitarisée, ont abouti à fient « bellicistes » parce que les
une conclusion sous la forme d'un
Un accord avait été péniblement
mémorandum approuvant le trans- a u t e u r s n'y sacrifient p a s à ce
fert de la zone démilitarisée aux élé- singulier pacifisme qui c o n d a m n e réalisé entre les délégués 'des Etatsments chinois et le retrait des trou- la g u e r r e e n t r e n a t i o n s p o u r exal- Unis, de l'Angleterre et de la France, établissant une stabilisation tempes nippones jusqu'à la Grande .Mu- ter la g u e r r e civile.
poraire de leurs monnaies, préface
raille.
D a n s l'une des d e r n i è r e s r é u - indispensable aux travaux de la
nions de son b u r e a u , le Syndicat Conférence économique : l'accord est
Le Portugal Trappe nos ex- dit
des i n s t i t u t e u r s , a p r è s remis en question ipar le Gouverneportations
d'une
surtaxe avoirnational
a f f i r m é son f e r m e propos de ment de Washington qui désavoue
de 20 %.
développer dès l ' e n f a n c e la ses représentants à Londres.
Le gouvernement français ayant conscience de la solidarité interA <iuoi sert la Conférence si la
décidé d'appliquer une surtaxe comdélégation américaine n'a ni insnationale
»,
de
«
se
d
r
e
s
s
e
r
contre
pensatrice de 20 % sur les importatructions, ni pouvoirs : la voie ditions portugaises, le Portugal vient toute m i l i t a r i s a t i o n de l'adoles- plomatique eut été' plus indiquée.
de décréter une surtaxe de même va- cence » et de « créer d a n s l'opiI)e quelle autorité peut jouir le
leur sur les importations françaises nion publique un c o u r a n t f a v o r a - Délégué américain, à qui on a eu la
sur son territoire.
ble au d é s a r m e m e n t général et à faiblesse de donner la présidence de
" i n s t i t u t i o n de l ' a r b i t r a g e obliga- la Commission financière ?
Pour combattre le chômage, toire p o u r la solution de t o u s les Rien ne saurait plus nous étonner,
supprimons la machine ! conflits i n t e r n a t i o n a u x », a décidé depuis que les Etats-Unis ont renié
Le gouvernement de Thuringe de r e p r e n d r e , à l'occasion des con- la propre signature de leur Présivient d'accomplir un acte historique. férences pédagogiques d ' O c t o b r e dent et rendu ainsi caduques cer11 a interdit l'usage des machines 1933, la c a m p a g n e c o n t r e les m a - taines clauses du traité de Versailpour le soufflage du verre. Cette me- nuels dits bellicistes. A cette fin, les ; mais nous croyons bon de souligner qu'on est toujours dupe en
sure aura pour résultat de rendre du
travail et du pain à un nombre con- le Syndicat développe une m a - jouant franc jeu avec nies partenain œ u v r e d ' i n t i m i d a t i o n à l'égard res susceptibles d'être désavoués sur
sidérable d'ouvriers.
•
toutes les questions importantes.
« C'est la première fois, dans les des é d i t e u r s de livres scolaires.
Nous ne regrettons pas spécialeLes
é
d
i
t
e
u
r
s
vont
être
invités
:
temps modernes, déclare l'Acht Uhr
Abendblalt, en rapportant cette me1" A s u p p r i m e r de l e u r s catalo- ment l'accord monétaire resté en
sure, que l'Etat arrête les bras métal- gues les o u v r a g e s boycottés au suspens et qui nous paraissait danliques de la machine. Ses articula- c o u r s des a n n é e s 1926 et suivan» gereux 'par son caractère temporaire, de nature à favoriser certaitions d'acier, en accomplissant le les ;
nes spéculations. Le fait qu'on l'ait
travail qui nourrissait autrefois des
2" A e x p u r g e r les m a n u e l s qui trouvé à Washington trop peu « élascentaines de mains humaines, ont
fait de la machine la mère de la mi- leur s e r o n t signalés c o m m e ren- tique », nous confirme dans cette
La hausse des prix, qui es!
sère ouvrière. »
f e r m a n t der, passages inexacts et opinion.
à la base de la thérapeutique améritendancieux.
caine, ne peut se développer qu'avec
76 kilomètres de vol
Et le Syndicat a j o u t e que la une monnaie se dévaluant : stabilien planeur.
c a m p a g n e portera c o n t r e ceux des ser le dollar en ce momcnl, c'est
Un nouveau record du vol à voile m a n u e l s pour lesquels les é d i t e u r s enrayer celte hausse ; aussi contipour appareil bi-place a été établi n ' a u r a i e n t pas souscrit a u x condi- nue-t-il à baisser. Hausse factice
par'deux aviateurs allemands. Partis tions posées. C'est l ' a f f i r m a t i o n de d'ailleurs, et dont nous savons par
notre propre expérience de 192(1
de Duisbourg, les aviateurs ont atterri à Eindhoven, en Hollande, après la d i c t a t u r e du Syndicat dit natio- quel en sera fatalement le lendemain
avoir parcouru 7(5 km. 000 Au dé- nal des i n s t i t u t e u r s s u r l'édition
On n'augmentera pas la taille îles
part, l'avion avait été remorqué jus- et la librairie scolaires.
hommes en décrétant que le mètre
Par qui et c o m m e n t cette dicta- n'est plus que 'de 50 centimètres ;
qu'à 1.500 mètres de hauteur.
ture s'exerce-t-elle ? On en peut de menie on n'augmentera pas la
L'aviateur Robida est mort. avoir l'idée en lisant, d a n s le n u - richesse .du monde en faisant des
L'aviateur Henri Robida, un des m é r o de « l'Ecole libératrice » du dollars à 'dix francs ou des francs
héros du raid Hanoï-Paris, est mort 17 J u i n dernier, l'article q u e con- à dix •centimes. Hérésie que le bon
à l'hôpital de Hethel. Il venait de sacre à « la revision des m a n u e l s sens condamne, mais que les finansoutiennent,
subir l'opération du trépan, nécessi- bellicistes » le c a m a r a d e institu- ciers internationaux
tée par un accident d'automobile, teur H. C h a m p e a u , secrétaire de parce qu'ils savent en lirer de scandont il avait été victime quelques la Commission des r e l a t i o n s inter- daleux profits.
L . PATP.IC.E.
jours auparavant.
n a t i o n a l e s de la Seine. E n quel-
A LONDRES
Un schooner
hollandais
coule.
Le schooner hollandais Julio-Marn,
dont le port d'attache est Curaçao,
a coulé au large de Bogota. Le capitaine et quatre membres de l'équipage ont péri.
q u e s mots, ce distingué pédagogue
exécute les m a n u e l s i n s u f f i s a m m e n t pacillstes, m ê m e q u a n d ils
sont l'œuvre des h i s t o r i e n s les
plus é m i n e n t s . « L'Histoire de la
G r a n d e Guerre », de M. J . T o u tain, p r o f e s s e u r ù l'Ecole des H a u -
ANNONCES
à QUIMPERLE, 1 8 , quai Brlzenx — Tél. 1 - 4 8
COMPTE COURANT POSTAL,
Au début de ce siècle, le sectarisme antireligieux a voulu chasser Dieu de partout, des mairies,
des écoles, des bâtiments publics
cl jusque ilu tribunal où l'on continue cependant à demander aux
témoins de jurer, c'est-à-dire de
prendre Dieu à témoin de ta vérité
de ce que l'on avance.
Certains laïcisateurs ont même
poussé lu bêtise jusqu'à vouloir
supprimer le nom même de Dieu
dans la littérature, et ont cru avoir
à tout jamais éteint les étoiles du
ciel en remplaçant ce nom par un
vague et disqracieux « l'on ».
« Petit poisson deviendra grand
pourvu que « l'on » lui prête vie. »
Aujourd'hui,
ce
sectarisme
odieux et ridicule semble passé de
mode. Il est remplacé par un autre
sectarisme, un pacifiste outrancier,
dont les instituteurs syndiqués se
sont faits les champions.
Le syndicat « national » des
instituteurs boycotte les ouvrages
qui n'ont pas )'heur de lui plaire
et qui n'entrent pus pleinement
dans ses vues pacifistes. Il veut
enseigner
l'Histoire
non
telle
qu'elle est, mais tpllc qu'il voudrait qu'elle fut.
Notre éminent confrère Jean Le
ET
Des baleines par centaines.
On a trouvé sur les côtes de la
Floride les cadavres d'une centaine
de baleines, que l'on croit avoir été
victimes d'un mystérieux cataclys-i
me marin.
RENNES
14-139
LA» abonnement» m paient d'avant» *t
partent dit t" de chaque mot».
On n'abonne an bureau du journal, ou en
adressant un mandat-chèque au C/C it.139.
Finistère, Côtes-du-Nord, Morb. 1 2 f r .
Autres d é p a r t e m e n t s et colonies.
1 4 fr.
Hennés.
Etranger
3 0 fr.
Le Paquebot « Nicolas-Paquet » sombre devant Tanger
ABONNEMENTS (UN AN)
A propos
d'un démenti
Le 30 J u i n d e r n i e r , p a r a i s s a i t ,
d a n s la Dépêche de Iirest, sous la
r u b r i q u e de Quiinperlé, le démenti s u i v a n t :
Le paquebot Nicolas - Paquet a
L'équipage et les passagers ont tous
heurté un récif aux abords de la rade pu être sauvés.
«le Tanger et s'est fait une voie d'eau
Le navire, considéré comme pertelle qu'il a coulé rapidement.
du, a été définitivement abandonné
CLICHÉ CELLON PARIS.
vitar Dumi
Il faut diminuer les impôts
E T D'ABORD, S U P P R I M E R
Le « b e a u v o y a g e »
d'un euf tnt de 12 ans.
Un jeune Polonais, Agé d'une douzaine d'années, Bluayways van Huel,
a été envoyé l'autre jour à l'hospice
des enfants assistés à Paris.
Il avait quitté le domicile paternel
pour venir visiter la douce France,
où il comptait trouver facilement du
travail. Il fit à pied le trajet de Varsovie à Berlin, puis il prit le train
sans billet et gagna Paris, en se dissimulant sous les banquettes.
Il a, déclaré ne pas vouloir rester
en Allemagne parce qu'il était juif et
qu'en Allemagne il y a Hitler.
Il v o u l a i t t i r e r u n brochet,
c'est le b r o c h e t qui le tira
LE
GASPILLAGE...
Si les impôts sent trop lourds,
c'est que l'Etat gaspille trop d'argent.
Son train de vie est passé de
5 milliards de francs or en 1913 à
quelque (¡5 milliards en 1932 (budgets annexes et offices compris). 11
dépense donc plus de deux fois et
demie ce qu'il dépensait avant la
guerre.
Certes, la guerre a laissé la France
devant une note annuelle à payer
considérable. N'est-ce pas une raison de plus pour réduire toutes les
autres dépenses au strict minimum 1
Or, on ne les réduit pas.
Les exemples de gaspillages sont
innombrables. Pour aujourd'hui, tenens-nous en à quelques cas concrets, tirés des rapports publics de
la Cour des Comptes et dont l'Am-
Un jeune Bavarois, Fritz Klein,
15 ails, qui péchait à la ligne dans
le lac de Constance, a été précipité
à l'eau, entraîné par un brochet qui
avait mordu à l'appât de l'hameçon.
Le jeune garçon, qui ne savait pas mateur des Temps Nouveaux se faisait récemment l'écho.
nager, s'est noyé.
Le ministère des Régions libérées
U n r e q u i n p r i s d a n s u n filet achète 500 poêles à 07 fr. 50 ; il les
revend au fournisseur 12 fr. 50 l'un
Récemment, des pêcheurs qui
Puis il achète 500 fourneaux à 8?
avaient tendu leurs filets au large de francs et il les revend au fournis
Cagliari, en Sardaigne, faillirent être seur 35 francs l'un.
mis à mal par un requin pris dans
Il achète encore 14.000 mètres de
les mailles et qui se débattit avec fu- tuyaux
fr. 05 le mètre pour les
reur lorsque le filet fut ramené à la recéder à à 3 son
vendeur au prix de
surface.
1 fr. 25.
Les pêcheurs, cependant, réussiDe même fait-il pour 2.500 coudes
rent à maîtriser le squale et le rame- achetés 1 fr. 70 et recédés 0.50.
nèrent au port, après lui avoir passe (Rapport de 1928, page 48.)
une forte corde autour de la queue.
Quelle est la raison de ces opéraOn I'échoua et il fut tué d'un coup tions '?
de carabine, puis dépecé.
Autre exemple : Le marché nuLe requin était de taille moyenne méro 1.439, comportant 2.000 portes
et n'avait que trois mètres de lon- à 50 fr. 70. L'Etat le résilie, ramène
gueur. Par contre, il était fort gras la commande à 1.750 portes, les paie
et pesait plus de 300 kilos.
et les rétrocède immédiatement au
fournisseur au prix de 10 francs la
U n b a t e a u e s t x:ha v i r é
norte. (Rapport public de 1928, page
p a r a n c o u p de v e n t . 48.)
Qui a passé ces commandes inutiCinq enfants sont noyés.
les ?
A Bremerhaven, un bateau à voile
Le sait-on seulement '?
dans lequel avaient pris place 10
Mais l'Etat n'est pas seul à agir
personnes dont 5 enfants, a été ren- ainsi. Villes et départements l'imiversé par un coup de vent ; les cinq tent.
enfants ont été noyés.
On trouve, par exemple, dans le
public de la Cour des CompQuand le l a p i n rapport
tes de 1931, i>age 142, ceci :
s e fait c h a s s e u r .
« En 1919, la Ville de Paris achète
Une ménagère d'Annay-sous-Lens 203.190 kilos de bougies à une niai(Nord), avait, ces jours derniers, son ansilai.se pour la somme globale
acheté au marché un superbe lapin. de 1.079.319 f r . 27 centimes.
Arrivée à destination, la bête, en
» Les bougies sont gardées jusfureur, mordit Mme Lefebvre, son qu'en 1924.
mari, son fils et ses deux filles.
» A cette date, l'Administration se
Bondissant à terre, le lapin mordit décide à les vendre, cédant à 1 fr. 10
le chien et les deux chats de la mai- le kilo ce qu'elle avait acheté
son, puis, enfermé dans le poulailler, 5 fr. 31. »
il donna un coup de dent à dix pouCe marché de bougies n'est pas
lets et à trois canards. Freinte, il se très clair.
coucha et mourut.
Dern ier exemple, tiré celui-là des
Le vétérinaire a diagnostiqué un 'Tocès-verbaux officiels de la séance
très curieux cas de rage et les bles- du 30 Mai du Conseil général des
sés suivent un traitement à l'Institut Bouches-du-Rhône (page 429).
Pasteur. Quant aux animaux, ils ont
En 1930, l'Office public des Habidû être abattus.
tations à bon marché de Marseille
iette son dévolu sur le terrain dit de
Après 3 semaines,
Saint-Loup. On lui offre une option
i> 940.000 francs. Il refuse. Quelques
l'aviateur Mattern
d o n n e de s e s n o u v e l l e s . jours après il achète le même terrain pour 1.440.000 francs.
Le lieutenant américain ,laines Mal- ¡ Comprenne qui pourra.
tern, qui entreprenait le tour du
Voilà donc des gaspillages criants
monde seul sur son avion, et qui
Le Conseil d'Etat a porté sur ces
avait traversé l'Atlantique, l'Europe
el l'Asie, s'était envolé le 14 Juin de faits des jugements sévères. Mais
Khabarosk (Sibérie) pour Nome que doit penser le contribuable, dont
(Alaska). Il n'avait pas donné de ses le gain diminue et qui voit augmenter ses impôts, lorsqu'il apprend
nouvelles depuis cette date.
l'usage que l'on fait de l'argent qu'on
Le 7 Juillet dernier, il annonçait lui
impose de verser '?
par T. S. F. à ses amis, qu'il était
C'est un ministre des Finances qui
sain et sauf.
Après avoir quitté Khabarovsk le a dit : « Le budget est au pillage ! »
On peut dire : tous les budgets
14 Juin dernier pour tenter un vol
dans la direction de Nôme (Alaska), d'Etat, .des départements et des coml'infortuné aviateur s'égara alors qu'il munes le sont également.
Un autre ministre du budget a dése trouvait au-dessus de la mer de
Bering et, par suite du mauvais claré que la progression des dépenfonctionnement de son moteur, il ses constituait une « course à la
dut faire un atterrissage forcé sur la mort. »
Il faut donc mettre fin au pillage
côte sibérienne, à environ 80 kiloqui tue.
mètres du village d'Anadyr.
Après avoir erué à l'aventure pen(De l'Intransigeant.)
dant plusieurs jours, Mattern fut enfin découvert par des garde-côtes
soviétiques qui le prirent à bord et
le ramenèrent à Anadyr, d'où il put
faire connaître r-ar lc'petit poste de
T. S. F. local, qu'il était sain et sauf.
UNI
« Certains b r u i t s ont couru,
dont l'origine provient d ' u n article p a r u d a n s un j o u r n a l local,
d ' a p r è s lesquels M. Cadoret a u r a i t
été n o m m é trésorier p a y e u r général au Maroc. Ces b r u i t s viennent
de p a r v e n i r à l'intéressé qui n o u s
prie de les d é m e n t i r de la façon
ta p l u s formelle. J a m a i s ni le gouv e r n e m e n t , ni M. Cadoret n ' o n !
envisagé pareille désignation. Ce
dernier exerce une profession qui
suffit à son activité. »
Le j o u r n a l local visé, nos Iec
t e u r s l ' a u r o n t deviné, c'est évid e m m e n t l'Union Agricole. L ' a r t i cle i n c r i m i n é d a t e du 7 Avril dernier.
Après avoir signalé un certain
n o m b r e de « c a m a r a d e s » qui
avaient su se caser a d m i r a b l e m e n t soit a u x A s s u r a n c e s sociales, soit à l'Exposition des Arts
Décoratifs prévue... p o u r 1937,
soit a u Conseil s u p é r i e u r des chem i n s de fer, l'Union Agricole continuait :
« On n o u s signale d ' a i l l e u r s
plus près, b e a u c o u p plus p r è s de
nous, u n e a u t r e p e r s o n n a l i t é polit i q u e qui c o m m e n c e elle a u s s i à
grignoter peu à peu le f r o m a g e ,
et qui a u r a bientôt réussi à s'y
creuser u n petit trou bien confortable.
» Que diriez-vous d ' u n petit
poste de t r é s o r i e r - p a y e u r général
d a n s u n e colonie a u c l i m a t p l u s
salùbre q u e D j i b o u t i , le Maroc,
par exemple ? »
Chronique littéraire
Charles LÍGOFFIC
(1868-1082)
par MARTHE L E
BERRE
(suite et fin)
Mais, entre temps, cette foi reconquise allait subir un rude assaut.
L'enfant, de qui Jules Perrin écrivait au père accablé : « C'était une
enfant étrange et qui m'avait toujours semblé un peu lointaine, pas
de ce monde et comme de passage
chez n o u s » , allait être brusquement
enlevée, à 16 ans, à l'affection des
siens. C'était cependant une enfant
bien vivante, éprise de sa Bretagne,
de son petit paradis de Rùn-Rouz,
sur la merveilleuse côte de Trégastel, à tel point que Perrin ajoutait :
« Elle ne se situait bien qu'en pleine
nature, elle avait, adossee à un arbre de Rùn-Rouz, ou menant sa chèvre, des attitudes qu'on ne voyait à
aucune enfant ».
Et Biquette, m a i n t e n a n t grande.
Qui jouait avec mon e n f a n t ,
Veut-elle encore, la gourmande.
Mordre aux f u s a i n s qu'on lui défend ?..
Hélas ! Biquette n'a plus sa petite
maîtresse. Quand, secouant les dernières traces d'un rude hiver, RùnRouz se parait pour celle qui en était
l'âme, la sinistre visiteuse apparaissait au seuil du rustique logis, un
jour du radieux mois d'Avril :
— Qui f r a p p e si tôt à ma porte ?
— Ami, c'est moi, l'Avril chantant.
— Assassin de ma fille morte.
Je ne te connais plus ; va-t'en !
Que me fait la beauté des choses
Puisque ses yeux ne la voient plus ?
Maintenant qu'il f a i t nuit p o u r elle,
Je voudrais qu'il fit t o u j o u r s nuit.
Et plus loin :
O jeunes mortes de l'année, ô sœurs de
„
,
. ,
[celle
bous le regret de qui ma foi tremble et
[chancelle...
Mais ce ne sont là que défaillances
passagères ; le chrétien sait bien que
Ceci dit, n o u s f e r o n s r e m a r q u e ! la « jeune morte » est dans la lumièà l ' a u t e u r de l'entrefilet publié re et le poète se demande vers :
par la Dépêche
que l'article en Quel nid cent et cent fois plus doux que
[l'ancien nid
question n ' a p a s été à l'origine Le souffle du Seigneur chasse-t-il
hors
des b r u i t s a u x q u e l s il fait allu- ,
,
[des tombes
sion ; ces b r u i t s circulaient déjà Le vol mystérieux de toutes ces colomSur les chemins de l'infini ?
[bcs
et n o u s n o u s en s o m m e s t o u t simp l e m e n t fait l'écho, ce qui n'est
Il est regrettable que la conclutout de m ê m e pas tout à fait la sion de cette pièce de vers (Vision)
appartienne plutôt au domaine de la
n ê m e chose.
mythologie et ne soutienne pas la
Sans aller aussi loin que cer- belle envolée du début.
tain a m i politique de M. Cadoret,
Cependant, enfin apaisé, Charles
qui prétend que « c'est vrai puis- Le Goffic peut rappeler le souvenir
qu'on l'a dit », n o u s d i r o n s sim- le sa fille dans ces admirables vers :
plement qu'il n ' y a pas de f u m é e Sur une inscription que nous repros a n s feu : et qu'il serait étrange duisons en entier pour ne pas défloque de tels b r u i t s aient pu se ré- rer jusqu'au sentiment puéril du
qui veut se donner l'illusion
p a n d r e s a n s q u e « j a m a i s ni le père
qu'Hervine est encore là :
gouvernement
ni
M.
Cadoret
n'aient envisagé pareille désigna- Voici le noir bouquet des pins, voici la
[grille
tion ».
Et l'enclos. Tout ici te rappelle, ma fille.
Si c'était u n vulgaire «canard», Les syllabes d'argent de ce nom rauque
[et doux
il f a l l a i t lui couper les ailes dès
Comme un roucoulement de colombe :
le début, et pas s e u l e m e n t trois
[Rùn-Rouz,
mois a p r è s . Et M. Cadoret eut Cest toi, c'est ta petite main mal assus a n s d o u t e pu le faire, c a r on ne
.
[rée
n o u s f e r a pas croire q u e c'est Qui, sur le clair granit des piliers de
,
[l'entrée.
seulement m a i n t e n a n t que ces Les traça lentement,
religieusement...
b r u i t s « viennent de p a r v e n i r à O vestiges sacrés, le ciel vous soit clé[ment !
l'intéressé ». L'article p a r u d a n s
l'Union Agricole d u 7 Avril, n'a Epargne, 6 vent de nier, vent aux brus[ques coups d'aile,
sans d o u t e pas é c h a p p é à M. .a frêle inscription -où palpite un peu
Cadoret, qui est a b o n n é à ce
[d'elle,
j o u r n a l . Ou bien a l o r s il f a u d r a i t ht que l'averse aux d a r d s . a i g u s l'éparg
n
e
conclure q u e s'il s'est a b o n n é à \fin que chaque année, on revenantaussi,
ici,
l'Union Agricole,
c'est n o n pour "ît retrouvant au seuil de l'enclos solidaire
la lire, m a i s p o u r la s o u t e n i r
a u q u e l cas é v i d e m m e n t n o u s lui Qui lui fut, avant "l'autre, un paradis
sur terre.
devrions une r e c o n n a i s s a n c e éter- Ces mots tracés par elle et [ du
temps
nelle, a u q u e l cas a u s s i ses amis
[respectés,
p o u r r a i e n t le considérer c o m m e Nous croyions qu'elle a feint de nous
[avoir quittés.
un « f a u x - f r è r e ».
Qu'elle se cache là, par jeu, sous quel[que feuille
ït que c'est elle cncor. dont la voix
[nous accueille
« Ce d e r n i e r , a j o u t e l'entrefilet, Tout bas du nom béni, du nom cher
[entre tous,
exerce u n e profession qui suffit
I-e dernier qui flotta sur ses lèvres :
\ son activité. »
Rùn-Rouz.
Ce n'est s a n s d o u t e pas le
d é p u t é qui parle, car le travail
d ' u n d é p u t é ne constitue pas u n e
profession, m a i s u n m a n d a t qui
"ui est confié, et qui p o u r r a i t lui
être enlevé, sinon- du j o u r a u lend e m a i n , du m o i n s d ' u n e législature à l'autre.
Alors serait-ce l'ostréiculteur ?
L'élevage des h u î t r e s suffirait
d o n c à l'activité de M. Cadoret ?
A son activité peut-être, mais, à
c o u p s û r , pas à son a m b i t i o n ,
puisqu'il a é p r o u v é le besoin, à
la m o r t de M. Le Louédcc, de
poser sa c a n d i d a t u r e « envers
et c o n t r e tous », m ê m e c o n t r e la
volonté de son « a m i » Croissant
et du p a t r i a r c h e Le Bail.
El nous sommes
persuadés
qu'il n ' e û t p a s dédaigné u n petit
filon bien r é m u n é r é , c o m m e le
poste de t r é s o r i e r - p a y e u r général
au Maroc.
Mais il f a u t croire q u e cela
« n ' a pas m a r c h é » et qu'il valait
d o n c m i e u x dès m a i n t e n a n t « dém e n t i r de la façon la plus formelle » ces b r u i t s qui ne p o u r ront p l u s d é s o r m a i s c o r r e s p o n dre à a u c u n e réalité.
O.
ZAGUÉ.
C'est fini... jamais plus, sous 'a
main de la fillette, ne s'ouvrira la
grille du petit manoir breton. Son
enveloppe mortelle repose dans le
«cimetière ou tu d o r m i r a s » , tout
près de la mer : ,
a mer du Trégor, féerie éternelle.
Dont tu caressais tes veux chaque été I
toi, tu seras cncor tout près d'elle.
Près d'elle, mon cuiur, pour l'éternité.
Et maintenant, le père a rejoint sa
fille « à l'étape » :
Nous étions trois voyageurs sur le
chemin, écrivait-il au lendemain de son
deuil. La plus j e u n e s'est détachée d u
groupe et a pris de l'avance. Nous la
retrouverons ù l'étape.
Or. tous deux, dans la même tombe,
ibritée au chevet de la petite églisp,
entendent monter de la nier
•e vieux conte obscur qu'elle se raconte
Depuis des milliers et des milliers
[d'ans...
Si Le Goffic s'est couché prématurément pour le grand repos, ce n'est
pas sans avoir accompli, nous l'avons
vu, une oeuvre considérable, dont le
résultat, atteint le plus souvent, a été
d'attirer à la Bretagne de «roches
et de lointaines sympathies, en même
temps qu'il travaillait à améliorer
le sort de nos marins. Mais, se demandait en un article paru dans la
Croix, à l'occasion de l'élévation de
l'écrivain à l'Académie française, un
barde d" ses amis, bien connu des
lettrés bretons, en bonne place , du
reste au chapitre des bardes dans
l'Ame bretonne, L e Goffic a-t-il donné
à la Bretagne tout ce qu'elle était en
droit d'attendre de lui ? A r r i v é au
faite de la gloire, n'userait-il pas de
son influence pour l'aider, non à
revendiquer une autonomie qu'elle
ne réclame pas, mais à se remettre
sur le pied des conditions du contrat qui unissait la bonne duchesse
au roi Charles VIII % et en leurs personnes, la Bretagne et la France ?
N e prçndrait-il pas la tète de ce
mouvement breton — si bien déilni
depuis dans un discours prononcé
par S. Exc. Mgr Duparc, évèque de
Quimper, aux fêtes du centenaire à
Vannes — qui, par la parole et par
la plume, revendique les libertés régionales et le droit à la langue que
parlait d'ailleurs L e Goftlc (Eostic ar
Garante), et qui s'enchâsse dans son
œuvre en de trop rares petits poèmes '? L'éminent académicien répondit en se déclarant très touché de la
confiance ainsi exprimée, mais regrettait de n'être plus, disait-il, à
l'âge de faire ligure de chef de 111e.
Une autre raison, peut-être, empêchait L e Goffic de s'arrêter, dès
l'abord, à une telle décision, raison
que connaissent bien les Bretons de
Bretagne, et qui n'est autre qu'un
certain pessimisme qui, pour peu
qu'on y prenne garde, s'observe sur
tout r'onscmble do son œuvre en
dépit de quelques affirmations de
confiance, jetées ici et lâ, tels ces
derniers vers de Pleine nuit :
C o m m e « u t e m p s où * o n gente onçhaN
[ n a î t la r a f a l e ,
• N o s y e u x , si l'au-deJà s'ouvrait il leur
(regard,
Verraient, sur do ti'llac <lo 1a barque
[amlrale,
Jésus assis au banc d e quart.
ou encore s'ndressant au
Printemps
de liretagne :
C'est assez qu'un reflet pris à tes doigts
[do flamme,
l'no luour ravie îi ton eiol enchanté.
Descende jusqu'il nous pour rattacher
[notre ûmc
A l ' â m e d u p a y s qu'a
fleuri
ta
beauté,
ou que ce soit la Bretagne peut-être
qu'il compare à la sirène jetée par
le flot sur le rivage :
Unij
sirène
morte
et
qui
chantait
. encore...
Plus souvent il dira de sa Bre
tagne et des Brotons ce qu'il dit aux
Papillons
de mer •
J'ai
peur
pour
vous, j'ai
peur pour
[eux!..
Alexandre Verchin avait déjà, dans
Ceux de nous, paru en 1898, signalé
et fort bien déilni ce pessimisme
dont il « blaguait » même un peu
son confrère :
A l o r s , é c r i v a i t - i l , q u e L e Iiraz a i m e
et chante la liretagne telle q u ' e l l e est,
m a l g r é ses i m p e r f e c t i o n s , m a l g r é ses
d é f a u t s , q u ' i l accepte avec cette Indulg e n c e , f a i t « do respect, qu'on u pour les
faiblesses de> l'aïeule, qu'on a pour ses
travers mêmes. L e Goftlc n ' a d m i r e et
ne chérit en e l l e que ce q u ' e l l e a de
vénérable, de saintement m y s t i q u e ; il
la d r a p e d a n s Ja tunique blanche des
prêtresses d ' A h é s , et c h a q u e tache que
la v i e m o d e r n e i m p r i m e sur la robe
i m m a c u l é e l u i d o n n e la sensation d'une
blessure, l ' i m p r e s s i o n d'une
profanation.
C'est bien cela ! et comme Le Goffie se serait trouvé en parfait accord
avec ce bon évèque, si populaire cependant, en Quimper et Léon, sous
la coule bénédictine ! Jamais sou
entourage ne put décider le prélat à
accompagner à Lourdes ses diocésains qu'il craignait de voir succomber au défaut quo l'on devine, défaut
ue Verchin appelle la « marotte
e L e Goffic, défaut, hélas ! trop
réel... Cependant, jamais, au grand
jamais, on ne vit, sur les bords du
Gave, nul Breton faillir aux lois de
l'équilibre... Ceux que le bon Pie IX
appelait les « saints ivrognes de Bretagne » savaient ce qui se doit à la
Vierge pyrénéenne, encore qu'aux
Pardons île chez eux ils connussent
l'indulgence de la Mèi*e de Dieu...
U est permis d'espérer que Le
Gofl'ic, s'il eut vécu, se serait laisse
convaincre, lui qui, dans une de ses
dernières préfaces, la dernière peut
être, pour un livre sur le vénérable
P. Maunoir, grand apolre réalisateur
et saintement optimiste, a donné
ainsi que l'a remarqué, en son discours aux obsèques, M. le chanoine
Le Bellec, vicaire général de SaintBrieuc, comme l e , testament de sa
pensée sur la Bretagne et les Bretons:
3
N e désespérons pas de nos Bretons,
écrivait
Le
Gofflc, malgré
tant
de
d é f a i l l a n c e s récentes et de déplorables
r e n i e m e n t s , et plutôt que d e pester, de
g r o m m e l e r , r é v e i l l o n s leur m é m o i r e en
rappelant à ceux qui l'avaient oubliée
la m e r v e i l l e u s e
histoire du '/'<;</ (le
P è r e ) ; j ' a i c o n f i a n c e q u e 'l'excellent
•petit l i v r e aidera beaucoup d ' e n t r e eux.
tout d o u c e m e n t , il repri'ndrts le chemin
d e la t r a d i t i o n .
Cet espoir dissipe l'ombre de tout
à l'heure et avive le regret de la mort
irémalurée de l'illustre écrivain des
ettres bretonnes qu'il a animées et
servies jusqu'au bout. « Jusqu'au
bout ! » Quel beau titre d'ouvrage !
murmurait le maître à son lit de
mort, lorsque, calmant une inquiétude du malade, Mme Le Gofl'ic l'assurait «u'ellc resterait près de lui
« jusqu'au bout » . Ne serait-ce pas,
en effet, un beau tilre d'ouvrage, celui qui conviendrait au fronton d'une
oeuvre « u i , comme celle de l'académicien breton, du commencement à
la lin, d'un bout à l'autre, « jusqu'au
bout » , eut la Bretagne pour objet ?...
Î
Marthe L e Bkriik.
L.A
GABEGIE !
Le Journal O f f i c i e l publie,
pages
1231 à 1410, sous lu rubrique
; Statistique
générale
de lu France,
les
coefficients
d'augmentation
de quelques
traitements.
Il est ainsi aisé de constater
que
les traducteurs de langues
étrangères
au Ministère
des Finances
ont vu
leur traitement porté, de 3.000 fr. en
1914, à 45.000 fr. en 1933 ;
coefficient 15.
Au Ministère de l'Education
nationale, U ressort des
renseignements
officiels que les directeurs et maîtres
de conférences
de l'Ecole des liant esEtudes, n'agunt pas d'autre
[onction,
dont le truite ment était de 1.000 fr.
en 1914, touchent en 1933, 42.000/r./
Ce qu'une jeune fille doit savoir
avant le mariage
Pour gagner la reconnaissance de
son époux, elle doit savoir que « Le
Diable » enlève les cors en six jours
t o u r toujours. Mais attention !... Exigez € Le Diable » , 3 fr. 05, toutes
pharmacies, « t à Epernay, phacnutcifi
Weinmann. Dépôt dans toutes les
pharmacies.
La Bretagne Agricole
La Vie Agricole et Rurale a publié,
dans son dernier numéro, un article
de M. Roger Grand, ancien
sénateur
du Morbihan,
article
qui est un
magnifique
hommage à la liretagne
agricole ; nous sommes heureux d'en
reproduire
quelques extraits :
Brest, Sain-Malo et d e tous les petits
ports
bretons
cinglent
vers
la
Grande-Bretagne, le golfe de Gascogne ou l'Afrique d u N o r d .
Ces résultats, s'ils sont dépendants
des conditions de lieu et d'habitat
dont j'ai parlé, le sont encore plus
des conditions d u travail et des
caractères de la race. En agriculture
la collaboration de l'homme et de la
liaure est étroite et indispensable.
La Bretagne est un pays do petite
et do moyenne culture. Los grandes
« fermes » , supérieures à 50 hectares, y sont très rares ; la plupart ne
dépassent pas la moitié de cette
superficie et le type courant oscille
ente 5 et 15 hectares, exception faite
pour^ certains terrains de culture
maraîchère où les « tenues » peuvent descendre à 1 eu 2 hectares
dont la culture intensive suffit à
faire v i v r e une famille. Donc, culture essentiellement paysanne. Ce
caractère d e civilisation 'profondément rurale el de paysannerie foncière y domine toute vie économique
et sociale.
Il convient, d'ailleurs, de ne pas
confondre ici, comme on le fait
parfois, les deux notions bien distinctes d'exploitation agricole et d e
propriété.
Si les grandes exploitations sont
clairsemées, les grandes propriétés,
composées de plusieurs fermes appartenant à une même personne, résidant ou non sur ses terres, se rencontrent assez fréquemment, surtout en
Haute-Bretagne et dans la zone de
l'intérieur.
Les systèmes d'amodiation du sol
sont variables. On trouve partout
des fermiers à p r i x fixe, en argent
ou en nature. Dans la partie bretonnante, il subsiste encore des « donianiers » ou « édiflciers » à domaine
congéable et, dans le vignoble nantais, des « convplanteurs » . Les uns
et les autros ne sont pas propriétaires du sol, du « f o n d s » de leur
exploitation, mais seulement de leur
vigne ou de leurs « édifices » , ceuxci comprenant les constructions, les
arbres fruitiers, les talus, fossés,
etc., ajoutés au f o n d s nu par les
mains de l'homme : véritable propriété
superficiaire,
transmissible
entre vifs ou par succession, qui a
beaucoup contribué à maintenir sur
place, ù travers les siècles, des familles de cultivateurs qui y étaient
passionnément attachées.
Un vieux dicton bardique définit
la Bretagne : Bois au milieu, mer à
Pentour » . Description de poète,
description simpliste, que l'on vu
souvent répétant. Elle
convenait,
croit-on, à la péninsule armoricaine
que les Bretons insulaires vinrent
du Pays de Galles et de la Cornouallle anglaise, chassés par les Angles et
les Saxons, coloniser, du v* au vinsiècle, qui fui appelée ensuite BasseBretagne bretonnante et qui correspond à peu près aux trois départements du Finistère, du Morbihan et
des Côtes-du-Nord. Mais, depuis un
temps si lointain, ces paysans tenaces, fidèles à l'élevage et à la culture, ont pied à pied transformé le
s en l'un des nlus vivants et des
plus productifs de la terre
de
France...
... Depuis cinquante ans, surtout
depuis la guerre, le progrès agricole
de la Bretagne a été tout ii fait
remarquable, presque 'dans toutes
les branches de la .production.
L'agriculteur breton, en général,
n'a heureusement guère versé dans
cette double
erreur
économique
moderne qui fait à l'heure actuelle
le malheur d e l'humanité : la spécialisation excessive et l'industrialisation de la culture.
La Bretagne est restée, grâce à
Dieu, un p a y s d e polyculture paysanne.
Ce fut sa force ; ce sera son salut.
Eclectique et accueillante aux influences voisines
dans toute sa
région d e marche, Ille-et-Vilaine et
Loire-Inférieure, elle y a reçu les
races bovines
normande,
maineanjeu et pnrthcnaise, alors qu'en son
domaino plus spécifiquement breton,
Côtés-du-Nord, Finistère, Morbihan,
elle conservait et sélectionnait, en
même temps qu'une des nliis célèbres races de chevaux du monde
entier, les deux variétés, pie-noire el
pie-rouge ou froment, de sa vaillante
petite vache indigène, si admirablement adaptée aux conditions d'une
alimentation à éléments incomplets
et d'une économie souvent encore à
demi-pastorale, ou qu'elle s'efforçait,
Dans la Bretagne de langue franà tort ou à raison, l'avenir le dira, çaise, les métayers, dont le nombre
de créer dans les régions culturales semble aller en décroissant depuis
les plus évoluées de ces trois dépar- la guerre, sont mélangés aux fertements une variété de croisement miers à forfait. Le Breton bretonDurham, dite armoricaine, avanta- nanl, au contraire, s'est toujours
geuse pour la boucherie.
montré assez réfractaire à la pratiBiche en main-d'œuvre familiale, que du métayage. Les essais frétentés
ont
rarement
elle a pu tirer partie de la douceur quemment
de son climat peur entreprendre sur réussi et, dans la Dordogne et les
une grande échelle la culture marai régions voisines, pays de métayage,
chère et celle de la nomme de terre, où plus de 10.000 familles de Bassequi lui a permis d ' a v o i r un fort éle- Bretagne ont transporté leurs pénales en ces dernières années, on les
vage 'de porcs.
Je ne pousserai pas à fond, dans voit revenir aussitôt que 'possible au
cette brève causerie liminaire, l'exa- fermage quand elles ne peuvent pas
men des principales productions de devenir propriétaires, ce qui est toula Bretagne agricole puisque cha iours l'objectif visé par cette race
cune d'elles doit faire plus loin l'ob- indépendante.
jet d'études dues à la plume ou aux
Depuis quinze ans, beaucoup de
renseignements des hommes les plus fermiers ont fait, en Bretagne, l'accompétents, que je tiens à remercier quisition de leur exploitation, surchaleureusement de leur précieuse tout pendant la période d e dévaluacollaboration à une modeste publi- tion de la monnaie qui fut favorable
cation destinée à mieux faire con- à quiconque était détenteur d e dennaître et apprécier une région qui rées ayant en soi une valeur réelle,
doit beaucoup à l'effort personnel comme les produits agricoles.
de chacun d'eux. Le lecteur trouFermier, métayer, édifleier, eomvera, d'ailleurs, ci-contre, le tableau
général d e la production bretonne planteur, petit propriétaire, le cultipar nature d e produits et par dépar- vateur breton travaille sa terre luitement, d'après les plus récentes même avec les siens : il ne recourt,
publications officielles du ministère sauf pour les cultures spéciales,
j exceptionnelles
ou
momentanées,
de l'Agriculture. Elles concernent
qu'à un minimum de main-d'œuvre
1931.
extra-familiale. Région de f o y e r s
et
de
petits
artisans
Ce qu'on ne verra pas dans cc agricoles
tableau, mais qu'il convient de déga- ruraux, si l'on fait abstraction d'une
ger d e la statistique générale, car bande d e territoire bordant la mer,
ce sera peut-être un sujet d'étonne- où l'élément maritime et l'élément
ment pour beaucoup de Français paysan se coudoient et se convpénèattardés à la conception tradition- trent.
nelle d'une Bretagne « pauvre » ,
Ces f o y e r s ruraux sont profondéc'est que la Bretagne, avec ses ment attachés au sol nourricier ; ils
998.000 chevaux, élève à peu près le ne le quittent qu'à regret ; l'impor1/7 de l'effectif total de la France et tante émigration bretonne vers les
que le Finistère, avec ses 136.000 grands centres industriels de France
chevaux, dépasse de 50.000 têtes la ne se recrute guère dans la classe
Mayenne qui vient immédiatement des t a i r o n s exploitants. Les familles
après lui ; que d e sa seule gare d e sont souvent nombreuses, leurs chefs
Landivisiau partent, chaque année estimant encore que la f é c o n d i t é est
10.000 chevaux, ce qui représente à la ferme un bienfait moral et un
environ un train par semaine ; que gatfe 'de prospérité matérielle. En
le même Finistère se classe le second, 1932, l'excédent annuel des naissan
après la Manche, el suivit immédiate- ces était encore d e près de 9.001V
ment par le Morbihan, pour le nom- âmes pour une augmentation totale,
bre des bovins ; que le p a y s de Van- en France, d e 01.000 seulement.
nes exporte, bon an mal ¡in, plus de
L'esprit de famille et l'esprit de
20.000 vaches pie-noires dans les
directions les plus diverses et les clocher, f o r m e moderne du vieil
plus lointaines ; que les Côtes-du- atavisme de clan celtique, sont très
Nord arrivent au cinquième ran; développés avec tout ce qu'ils implipour les porcins ; que
l'llle-et quent d'amour du coin natal, de resVilaine s'adjuge le même rang pour pect des usages dans l'habitation,
la culture du froment, directement les mœurs, le costume el la langue,
après les gros départements céréa- d'attachement aux traditions, comliers du Nord, el suivi de près par me les « pardons » , les « assemles Côtes-du-Nord et la Loire-Infé- blées » el les noces pantagruélirieure : que le Morbihan est en tête ques ; avec, aussi, comme corollaire,
de toute la France pour le seigle, une méfiance instinctive des idées
devançant de 200.000 quintaux le nouvelles non encore éprouvées par
Puy-de-Dôme, qui occupe la deu- l'expérience.
xième place ; que l'Ille-et-Vilaine, le
Tendance traditionaliste renforcée
Morbihan et les Côtes-du-Nord pré- par la dispersion des fermes, ou tout
cèdent, dans cet ordre, tous les à fait isolées, ou groupées en très
départements pour la récolte de sar- petits hameaux, ainsi qu'il advient
rasin ; que le Morbihan présente la toujours en pays granitiques ou
plus grende superficie cultivée en schisteux par suite d e la multiplicité
pommes de terre et quo la fourni des points d'eau à faible débit.
turc des semences sélectionnées de
Prudence et continuité : voilà le
ces tubercules devient de plus en secret du 'progrès constaté dans une
plus une s p é c i a l l l j de la Basse lireta- profession toujours en honneur au
gne ; que l'Ille-et-Vilaine surpasse sein du peuple breton, où son évolumême la Manche et le Calvados pour tion fid longtemps lente, puis accéle nombre des pommiers et la pro- lérée, au cours du dernier quart de
duction moyenne du cidre et que, siècle, par l'action des divers orgasous ce dernier rapport, la Bretagne nismes officiels et corporatifs qui se
à elle seule fournit le tiers de la sont admirablement
développés à
récolte totale nie cidre faite en travers les cinq départements breFrance, alors que le Morbihan est, tons, comme on le verra plus loin.
de beaucoup, le plus fort exportaDe la terre en réserve, des bras,
teur de pommes aigres ; enfin, que
des forces morales : les trois éléle pays de Retz, notamment avec son
ments essentiels à la
prospérité
fameux «canard nantais » , est, après
d'une race !
l'Ile-de-France, le principal fournisPuisse la crise économique monseur du marché d e Paris en produits
diale dont les répercussions viende basse-cour.
nent encore d'amener la fermeture
complète du
marché
anglais
el
Une telle production, si abondante quasi-totale du marché allemand aux
et si variée, excède naurcllemcnt de producteurs 'bretons pour qui elles
beaucoup les besoins d'une popula- constituaient le principal débouché
tion qui comprend cependant près extérieur, jointe au vent de désaffecd e 3 millions et demi d'habitants, et tion du métier agricole qui souffle
alimente une exportation considéra- d e tous côtés en France, ne pas trop
ble à l'intérieur et à l'extérieur de ébranler
le courage
ni
affaibli)
la France. Céréales, pommes de l'amour du sol et du foyer qui est b
terre, légumes, fruits, fleurs, che- la base d'un si méritoire essor, alors
vaux, bétail, beurre, œufs, volailles, que la vue des résultats acquis et la
emplissent les milliers de wagons considération dos ressources encore
que les réseaux de l'Etat et du P. O. incomplètement exploitées le renexpédient incessamment sur Paris, daient plein 'de nouvelles promesses
Lyon, Marseille, Bordeaux, le Centre, pour l'avenir de cette forte et belle
Italien, Nancy, les frontières du province qu'est la Bretagne I
Nord, de l'Est, de l'Italie, ou les
navires qui, de Nantes,
Loricnt,
R o g e r Gn.\ND.
L e s Allemands demandent
le désarmement... des autres ;
mais ils s'arment e u x - m ê m e s
à outrance.
Contre qui ?
Nous publions
ci-dessous des ex•
traits d'un article documentaire
sur
les armements de l'Allemagne,
paru
récemment
dans Les Dernières Nouvelles de Strasbourg :
« De partout viennent des informations annonçant la fabrication de
matériel important pour la guerre.
Dans les fabriques de la Saxe et de
la Thuringe on confectionne des tissus pour uniformes et des couvertures militaires ; à Apolda, on fabriquu
des courroies pour, fusils et pour navresacs. Nous apprenons aussi que
les établissements sidérurgiques et
les fonderies d'acier trvailient avec
deux et même trois équipes d'ouvriers, tous les postes de travail étant
occupés ; que dans la région industrielle westphalienne on fabrique des
plaques de blindage suivant des brevets tout récents ; que les fonderies
d'acier d'Allemagne, cjui au cours des
dernières années avaient exporté des
déchets d'acier, matière indispensable pour la fabrication des munilions, maintenant, non seulement
n'en exportent plus, mais qu'elles en
importent même en quantité considérable.
On nous informe encore que les
Rheinmetallverke
de, Dusseldorf, qui
sont identiques à l'ancienne fabrique
de canons Ehrhardt, le plus grand et
meilleur concurrent de Krupp, fabriquent maintenant dos obusiers de
campagne du calibre de 150""" ; que
la fabrication du canon mécanique
Oerlikon, qui était fabriqué jusqu'à
présent en Suisse par une dépendance des mêmes établissements, est
effectuée aujourd'hui également dans
les usines Ehrardt, en Allemagne.
Nous apprenons que ces jours-ci,
au cours de tirs d'essai exécutés
avec des mortiers, sur le champ
d'exercice b a v a r o i s ) d e Grafenwehr,
il s'est produit un accident grave qui
a coûté la vie à plusieurs hommes.
On sait que les Rai/erische
Motoren
Werke (B. M. W . ) , construisent des
moteurs puissants pour avions par
ordre du ministère de la Reichs«
wchr ; que les M tu/bac h
Motoren
Werke, construisent un moteur spécial pour l'avion monstre Dornier
Wal, et qu'à Berlin-Hcnnigsdorf on
fabrique en série des avions qui ne
peuvent être destinés qu'à des buts
militaires.
Toutes ces choses, nous les apprenons avec force détails que nous ne
mentionnerons pas ici.
Les Ilirsch
Kuptcr Werke se sont
très largement approvisionnés en matières premières. A ce sujet, il est
bon de rappeler que le cuivre est un
des rares produits que l'Allemagne
est obligée d'importer. La firme nommée fabriquo des douilles d'obus
pour constituer une réserve. La grande fabrique de gaz toxiques du docteur Hugo Stolzenberg, à Hambourg,
travaille nuit et jour avec trois tournées d'ouvriers à la fabrication du
phosgène. le fameux gaz de guerre
qui a déjà une fois fait preuve de sa
virulence destructive lorsque, le 20
Mai 1928, aux chantiers de la firme
située dans la banlieue à Veddcl, un
réservoir n'était plus étanche et qu'il
a diffusé dans la campagne son contenu pernicieux.
CHOSES DU MEXIQUE
« A bas la calotte t »
Atteint de la lèpre, Calles,
le fusilleur de prêtes se réfugie
chez les Jésuites
Le journal mexicain 1' « Espéro
Catolico
» annonce que M. Calles,
ancien président de la République
du Mexique, a été frappé de la terrible maladie de la lèpre.
Rongé, hideux,
nauséabond,
il
devint objet d'horreur et d'épouvante pour ses parents et ses amis
eux-mêmes, qui l'abandonnèrent à
son malheureux sort.
C'est alors qu'il fut reçu et hébergé
avec un dévouement inlassable dans
un établissement
hospitalier
des
Pères Jésuites qu'il 'i persécutés si
longtemps avec un acharnement sans
pareil.
L'ex-président
Etoiles est
Israélite
et Grand-Maître
de"la
Franc-Maçonnerie
mexicaine.
PERLË
L A D I S T R I B U T I O N DES P B I X .
— Nous rappelons tpie la distribution des prix aura lieu samedi prochain 15 Juillet, à 9 h. 30, Balle
Sainl-Colomlian, pour les enfants d e
l'école Sainte-Croix ; président : M.
l'abbé Blanchard, doyen honoraire,
recteur de Clohars-Carncct.
Le mardi suivant 18 Juillet, à
14 h. 30, salle Sainl-Colomban également, il sera procédé, sous la présidence de M. le chanoine Gadon,
curé archiprêtre de Sainte-Croix, à
la distribution des prix aux élèves
de l'école Jeannc-d'Arc et du Cours
de Mlle Pradeau.
AU
COURS
D'ENSEIGNEMENT
TECHNIQUE PROFESSIONNEL. —
La distribution des p r i x aux apprentis des cours professionnels a eu lieu
à la Mairie de Quimperlé, le mercredi 5 Juillet 1033, sous la présidence de M. Liot, maire, assisté de
MM. Charlon, Labriot, Boutout et
Caradec, professeurs des cours.
Ont obtenu le diplôme de sortie
d'apprentissage :
MM. Théodore Aerschoot, tapissier chez M. Jean (mention très b i e n ) ;
Joseph Pilorgé, chaudronnier aux
Papeteries
de
Mauduit
(mention
bien) ; Pierre Coïc, serrurier chez
M. L e Ster (mention bien) ; Alfred
Lozuchmeur, ajusteur aux établissements Savary et R i v i è r e ; Yves
Zaouter, chaudronnier aux Papeteries de Mauduit.
M. Liot a tenu, en quelques mots,
à féliciter les élèves sus-nommés, en
particulier, et en général tous les
lauréats ou non qui ont suivi les
cours professionnels, leur rappelant
que ce n'est pas par esprit de plaisir qu'ils doivent venir assister aux
cours, mais par idée de s'instruire
et de se perfectionner, et en un mot,
de compléter l'instruction pratique
qu'ils reçoivent dans les ateliers.
11 leur rappelle l'avantage qu'ils
ont sur leurs aînés de trouver à leur
portée des professeurs éminents qui
ne ménagent ni leur peine ni leur
temps, voire même leur bourse, pour
leur -inculquer les notions qui en feront de parfaits ouvriers, connaissant le dessin, la lecture des plans,
sachant établir un devis, etc,..
M. L i o t se fait l'interprète de tous
les élèves pour remercier MM. les
Professeurs des cours professionnels
de tout le dévouement ou'ils ont apporté à leur tâche bénévole. Il y
joint
ses
remerciements
propres
ainsi que ceux du Conseil municipal,
puis il annonce qu'il va être procédé
à la distribution des prix.
3" année : 1, MM. Théodore Aerschoost, tapissier chez M. Jean, outils
de tapissier et un livret de Caisse
d'Epargne de 100 fr.; 2. Pierre Coïc,
serrurien chez M. Le Stir, un pied à
coulisse et une équerre à chapeau ;
3. Joseph Pilorgé, chaudronnier aux
Papeteries de Mauduit, outils de
chaudronnier; 4. Yves Zaouter, chaudronnier aux Papeteries de Mauduit,
outils de chaudronnier ; 5, Albert
Ansqucr, ajusteur aux établissements
Savary et Rivière, perceuse à mains:
0. Alfred Lozachmeur, ajusteur aux
établissements Savary et
Rivière,
perceuse à main; 7. Marcel L e Moal,
ajusteur aux établissements Savary
et Rivière, étau à agrafe.
2^ année : 1. Joseph Cudon, mécanicien chez M. Le Stir, perceuse à
main; 2. Etienne Simon, mouleur aux
établissements Savary et Rivière,
outils de mouleur ; 3.' Jean Stéphan,
tourneur sur métaux chez M. Cornou,
perceuse à main ; 4. Marcel Mestre,
mécanicien chez M. J. Tréguier, pied
à coulisse ; 5. François Cloarec, menuisier chez M. Pille, jeu d'équerres.
1"' année : 1. Joseph Morlec, serrurier chez M. L e Stir, étau à g r i f f e ;
2. Charles Guyadcr, ajusteur cliez M.
J. Tréguier, perceuse à main ; 3. Barthélémy Le Gall, sabotier chez M. L e
Gall, outils de sabotier ; 4. Pierre
Mémin, serrurier chez M. Le Stir,
étau à g r i f f e ; 5. Alfred Iquel, mouleur aux établissements Savarv et Rivière, outils de mouleur ; (!. Jean de
la Granderie, forgeron chez M. Ulliac, pied à coulisse.
PARENTS,
qui cherchez
une
SITUATION
pour votre flls ou
votre jeune fille, adressez-vous à
l'ECOLE PIGIER, 9, rue des Fontaines
à L O R I E N T . On y apprend Comptabilité, Sténo-Dactylo,
Langues,
etc.., et le placement des élèves est
assuré.
Un anticlérical mexicain
proclame la faillite du lalclsme
L'un des hommes qui se sont distingués par leur fougue et leurs
violences dans la guerre entreprise
depuis des années au Mexique contre l'idée religieuse, vient de venir
ouvertement à résipiscence devant
les effets désastreux d e la révolution
atliéistc.
Il a déclaré que malgré les impitoyables
efforts du
pouvoir,
la
grande majorité de la nation est restée attachée à sa foi el que, dans un
pays de libre opinion, la loi doit
respecter les croyances.
Il a ajouté que seule la morale
chrétienne
est capable
de
former
les
consciences.
Dans une conférence de juristes,
au grand élonnement de ses auditeurs, il a prononcé notamment les
paroles suivantes :
« Il est indispensable que nous
établissions la religion. Au surplus,
moi, révolutionnaire,
je proclame
la
faillite
du laïcisme.
Nous n'avons
plus de morale chez nous. Cependant il en est une que je vous
signale : c'est la morale chrétienne
(pie nous enseignèrent nos pères.
» Exclure l'Evangile de l'Ecole est
un c r i m e qu'il faut payer avec des
larmes de sang. »
Ces aveux et ces conclusions du
novateur repenti devraient être médités par les gouvernements qui ont
conduit la Russie à l'abîme et par
ceux qui, dans d'autres pays, poursuivent une œuvre semblable.
Le CADEAU vraiment CHIC
porte la inarque t
" D A R T Y "
30 , rue tirs Fontaines,
LOIUENT
CBAND CHOIX DE FANTAISIES
pour Fêtes et Mariages
G R A N D CONCOURS DE T I R DE
« L A L A I T A » . — La Société de tir
« La Laïta » organise un concours
d e tir au fusil d e guerre, qui commencera le vendredi 14 Juillet proch ain, et se continuera tous les
dimanches d e Juillet.
Le comité se réserve le droit de
retarder la date de clôture si le
temps contrariait la bonne marche
du concours.
On nous annonce des p r i x en
espèces se montant à 1.000 f r a n c s
environ et de très intéressants prix
en nature ; en outre, le challenge de
la Laïta sera mis en compétition.
Nous faisons appel aux plus fins
guidons de la société et aux meilleurs tireurs des sociétés voisines.
CAISSE D ' E P A R G N E . — Les déposants dont les noms suivent sont informés que les dépôts qu'ils possèdent à la Caisse d'Epargne de Quimperlé seront atteints par la prescription trentenaire au l" r Jailvier 1934,
et que leur moulant sera réparti
entre la Caisse d'Epargne et les Sociétés de Secours mutuels, si ces
comptes n'ont pas été retirés ou s'ils
n'ont pas fait avant la date précitée,
l'objet d'opération à la demande des
titulaires ou de leurs représentants.
Exécution des lois du 7 Mai 1853,
20 Juillet 1895, 5 Août 1914, I Juillet,
20 Juin 1921, et décret du 19 Août
1914.
N " 9.(108, Ma hé Pierre-Marie, rue du
Bourgneuf, à Quimperlé, 483 fr. 15.
AVANCEMENT. —
Nous avons
appris avec plaisir la nomination au
grade d'ingénieur mécanicien de première classe, d e notre compatriote
M. Benjamin Bonnefoi, actuellement
au Centre de Bochefort. Nos Sincères compliments.
T A P A G E N O C T U R N E . — Dans la
nuit du 8 au 9 Juillet, le commissaire de police a verbalisé contre
Daniélou, dît <t Marius » , marchand
forain, rue de Quimper, pour tapage
nocturne.
F E T E N A T I O N A L E DU 14 JUILLET.
Jeudi 13 Juillet : 19 heures,
sonnerie de cloches et salves d'artillerie.
Vendredi 14 Juillet : 7 heures, sonnerie de cloches et salves d'artillerie ; 7 h. 30, dislribution de pain aux
indigents ; 10 heures, course de bicyclettes (débutants de moins de l!>
ans). P r i x : 40, 30, 20 et 10 fr. (Itinéraire : départ du Bourgneuf, rue de
La Tour-d'Auvergne, rue de Quimper, passerelle, rue de Brémondd'Ars, rue de la Mairie, arrivée roule
de Lorient).
De 11 à 12 heures : concert, place
Nationale,
A 14 heures : circuit cycliste (international), sous le contrôle de
l'U. V. F. P r i x : 250, 150, 100 et 75
francs. (Itinéraire : départ, Octroi de
la gare, quai Brizeux, rue Thiers, rue
de Pont-Aven, arrivée, quai Brizeux
(4 tours 1/2). Primes : rue Thiers,
1 " tour, 10 fr.; 2' tour, 10 fr. ;
3" tour, 10 fr. ; 4" tour, 20 f r .
15 h. 30: course au Poullou, course
de bicyclettes (cantonale), départ du
Poullou, Creis-Obet, retour au Poullou. Prix : 100, 70 et 50 fr.
1G h. 30 : course de chars. Départ,
Petite-Fontaine, route de Pont-Aven,
embranchement route du Trévoux,
retour pont de Pont-Aven, boulevard
de la Gare, quai Brizeux, rue Thiers,
arrivée, pont de Pont-Aven. P r i x :
300. 200, 100 et 50 fr.
17 h. 30 à 18 h. 30 : concert, place
Nationale.
C A R N E T DE M A R I A G E . —
Le
samedi 22 Juillet, à 10 heures, sera
béni, en l'église paroissiale de N.-D.
de l'Assomption, le mariage d e Mlle
Marie-Louise Faouc'her, du Lézardeau, avec M. Jean Caurant, de la
rue du Couëdic.
Les repas de noces seront servis
le même jour chez M. Calvez, restaurant de la Pomme d'Or, à Quimperlé.
— Le même jour, à 11 heures,
sera béni, en l'église de Sainte-Croix,
le mariage de Mlle Raymond Lacour,
de Kerisole, avec M. Louis Scavennec.
Les repas de noces seront servis
chez M. L ' H v v e r , à Kerrou-Plagc.
Nos meilleurs vœux de bonheur,
l'IMPRIMERIE DE L'ABBAYE
Place Hervo, 9 01M P E R L É
livre les lettres de mariage
2 heures après la commande
T R A V A I L SOIGNÉ
S'Y A D R E S S E R
^
A C C I D E N T S DU T R A V A I L .
—
Pierre Bégos, du Beaubois, employé
aux Pompes Funèbres, a eu le pied
gauche pris sous la roue d'une auto,
ce qui a déterminé des contusions
multiples et des plaies cutanées.
15 jours de repos, sauf complications.
— Guillaume Hémon, rue Bellevue,
manœuvre travaillant à l'école des
filles, a été entraîné dans la chute
d'une brouette, et a été blessé à la
région thoràcique.
12 jours de repos.
— Jean Trotter, du Petit-Lézardeau, emballeur à Kérisole, a eu un
doigt écrasé au cours de son travail.
12 jours de repos.
— Pierre Le Gac, à la Vacherie, en
Mcllac, manœuvre à Kérisole, s'est
blessé à la main droite avec le manche de sa niasse.
12 jours de repos.
— Pierre Gouello, rue du Cimetière, manœuvre chez M. Génotal,
poussait une charrette à bras chargée de sable, quand l'essieu vint à se
rompre. La charrette lui tomba sur
le pied gauche, occasionnant une
entorse.
15 jours de repos.
— Jean Even, de Bel-Air, Tréméven, manœuvre à Kérisole, s'est fait
une entorse au coup de pied gauche
par suite d'un faux-pas.
15 jours de repos.
— Guillaume Stéphan, e m p l o y i
chez M. JézéqucI, quai Brizeux, s'est
blessé à la main avec une bouteille
cassée.
8 jours de repos.
— François Calvar, chauffeur, s'est
piqué la main avec un fil de cuivre
en nettoyant le moteur de son auto,
ce qui a déterminé un abcès.
8 jours de repos.
Mercuriale des Marchés
Vaches laitières
. . . 1.200. »
Génisses et vaches pleines . . . . 1,200. »
l'orcs (le k i l o )
6.30
Veaux (le k i l o )
3.20
Froment
.. .
110. »
Seigle
85. »
Orne
80. »
Sarrazin
90. »
Avoine
85. »
P o m m e s de terre (les 100 k.) s. cours
F o i n (les 500 k i l o s )
...
230. »
P a i l l e (les 500 k i l o s )
.. .
120. »
Son (les 100 kilos,
firos)...
55. »
Son (les 100 kilos, d é t a i l ) .
70. »
F a r i n e du pays
...
150. »
Beurre salé (la l i v r e )
6.50
Beurre d o u x (la l i v r e )
4. »
Πu f s (la d o u z a i n e )
4.50
Poulets vieux ('la c o u p l e ) .
25. »
Poulets j e u n e s (la c o u p l e ) .
20. »
C i d r e pur j u s
...
300. »
Cidre o r d i n a i r e
...
250. »
-Tous Ses1
bandages
ceintures
(^¿varices
PHARMACIE I E NA0UR
Docteur en Pharmacie
3 .Place C a m o t . 3
O V i n P E R l i
L'ORAGE. — Un violent orage a
éclaté jeudi dans la région'quimperloise, vers 10 heures. Une pluie diluvienne accompagnée d'éclairs et d e
tonnerre, s'est abattue trois quarts
d'heure durant, causant d'énormes
dégâts aux arbres fruitiers, aux f o i n s
et aux céréales.
La f e u d r e est tombée à proximité
de la route de Clohars à Quimperlé,
dans une sapinière. On ne signale
que des dégâts insignifiants.
A Lorient, la foudre est tombée
en plusieurs endroits, au faubourg
Merville, notamment, où une maison de commerce a été incendiée.
Des trombes d'eau ont littéralement
inondé les rues.
T A M P O N N E M E N T D'AUTOS. —
Dimanche soir, vers 20 h. 30, deux
autos se sont tamponnées à p r o x i mité de la gare de La Foret, à r e m branchement des routes de Mcëlan,
Clohars, Baye et Quimperlé.
L'une d'elles a été renversée. F o r t
heureusement, il n'y eut pas d'accident de personnes. Les dégâts matériels sont importants. Un constat a
été fait par M" T a m i c , huissier.
Alexandre C U Z I A T
CHIRURGIEN-DENTISTE
de la Fasulli de Médecine de Pani
8, Rue Lebas, -
QUIMPERLÉ
OorttulMIont tout let Jourt t QuImptrU
uuf le mercredi i Btnntleo
MOTO C O N T R E A U T O . — Samedi
dernier 8 Juillet, vers 11 heures, M.
Vincent Daércn, 45 ans, cultivateur,
de Coat-Déro, venait à moeyelette à
Quimperlé.
Il avait <rassé le pont d e MoÇlan et
allait s'engager dans la rue Clohars,
lorsqu'il se trouva en présence d e
l'auto du château de Berluhec, conduite par M. Henri Gigon, qui se
rendait à la gare de Quimperle.
Une collision se produisit, assez
violente, et M. Daéron fut p r é c i p i t é
sur la chaussée. Le conducteur de
l'automobile s'arrêta aussitôt et, aidé
de quelques voisins accourus, lui
prodigua les soins nécessaires en
attendant l'arrivée du docteur Dcnoël, mandé d'urgence. L'honorable
nraticien visita le blessé et constata
que les blessures n'étaient, heureusement pas trop graves et consistaient en des excoriations superficielles du nez, des lèvres et du cuir
chevelu.
TROUVAILLE.
—
Trouvé
une
montre
d'homme,
supposée
en
argent.
La réclamer à Mme L e Roux, à
la Retraite.
PHARMACIE
DE S E R V I C E .
—
Vendredi 14 Juillet, pharmacie Guibourg, rue Savary.
Dimanche 16 "Juillet, pharmacie
Le Naour, 3, place Carnot.
E T A T C I V I L . — Naissances : André-Louis-Germain Daniel, 14, rue
Clohars ; — Raphaël Lessard, à la
Maison-Rouge.
Publications
de mariages: Jean-Marie-Pierrc L e Dû, tailleur d'habits,
2, rue Lebas, et Marie-Thérèse Pérès,
commerçante, au bourg de Riec-surBélon ; — Eugène-Arsène-Ernest L e
Theuf, représentant de commerce,
8. rue du Parc, à Quimper, et Georgîna-Joséphë-Marie Morcretle, s. p.,
3, rue Cornic-Duchêne, Quimperle ;
—
Marcel - Ernest - Achille - Gaston
Gouello, marin de l'Etat, route de Lorient, et Jeanne-Marie-Emilienne Rostren, couturière à Pont-al-Laër, Moelan.
Mariages : Néant.
Décès : Jean-Marie-Isidore-Yves L e
Naour, 10 ans, 19, place Saint-Michel.
Transcription
du décès de MarieAnne Caréo, veuve Loménac'h, 62
ans, décédée, 1, rue Jean-Varenne,
Paris, le 1 " Juillet 1933.
BANNALEC
P R O G R A M M E DE L A F Ê T E D U
14 Juillet. — Voici le programme des
fêtes :
Vendredi
14 Juillet : 11 heures,
route de Quimperlé, course de chevaux au trot ; p r i x : 200, 150, 80, 50.
11 h. 30, course d'hommes, parcours 2 kilomètres. Départ et a r r i v é e
route de Saint-Thurien ; prix : 60,
50, 40, 30, 20, 15, 10 et 5 francs.
14 heures, route de la Gare, course
d'hommes : prix : 20, 15, 10, 5, 3 f r .
14 h. 30, route de Scaër, course
d'enfants ; prix : 10, 8, 5, 3, 1, 0 f. 50.
15 heures, roule de Rosporden,
course de voitures attelées ; prix :
200, 150, 80, 50 francs.
16 heures, route de Quimperlé,
course de bicyclettes ; prix : 100, 60,
40, 20, 10 francs et deux primes de
passage de 10 et 5 f r .
18 heures, place de la Mairie, gavotte d'honneur ; prix : Ilot de rubans.
19 heures, distribution des prix à
la mairie.
22 heures, grand feu d'artifice,
place de la Mairie.
Toutes les courses sont communiles, à l'exception de la course d'hommes de 11 h. 30, qui est régionale.
•V.
— La commune ne répondra
pas des accidents qui pourraient survenir pendant la fête.
M. le Sénateur-Maire prie ses administrés d'illuminer et de pavoiser
leurs demeures.
F E T E DU Q U A R T I E R DE
LV
GARE & DES U S I N E S DE CONSERVES. — Nous donnons ci-dessous le
programme de la fête du quartier
de la gare et des usines de conserves, fêle qui aura lieu les dimanche
123 Juillet et lundi 24 Juillet.
Dimanche
23
A 10 heures, Défilé pour le tour de
la ville.
A 12 heures. Banquet par souscription chez M. Noulet, restaurateur à
Ster-Goz. P r i x : 15 fr.
A 13 h. 30. Course d'enfants. P r i x :
10, 8, 6, 4 et 2 fr.
A 14 heures, Course d'hommes.
Prix : 30, 20. 10 et 5 fr.
A 16 heures, Circuit cycliste PetitBreton, international, sous les règlements de l'U. V. F. P r i x : 150, 100,
75 et 50 fr. et primes de passage.
A 17 heures, Mât de cocagne. Lots
divers.
A 18 heures, Gavotte d'honneur.
Flot de rubans (jeunes et vieux).
Le soir. Illuminations du.quartier,
attractions foraines.
Lundi 24.
Courses de bicyclettes, pour hommes et femmes.
Course de brouettes.
Courses à pied.
Jeux à la poêle, etc...
CYCLISTES EN DEFAUT. — Alain i
NEVU
C A R H A I X
Nouveau Tarif - V 8 - 1 0 8
Concours littéraire des
Billets pour voyages en groupes
Iamitiés franco-canadiennes
Jet du boulet : Alain, L e Goc, L e
A 21 heures : Retraite aux flam-|
a Gac, Daniel.
beaux.
A
Danses bretonnes. — Alexandre
M. le Maire invite les habitants à|
Ruinérou, se sont vu dresser procès- £
. ' ,
T7„ , noWes- 7 Kerlan et Mlle L e Bris, Jean Rannou pavoiser.
verbal pour défaut de lumière à Vendredi matin, MM L e Saux et et Mlle Derrien, Lehec et Mme MaL e s Grands Réseaux ont soumis à
l e u r « bicvclettes
Rioual, tous deux retraites de la die, Gloanee et Mme Droal, Ch. JafE T A T - C I V I L DU MOIS D E JUIN.I
CERTIFICAT D'ETUDES PRIMAIl ' h o m o l o g a t i o n m i n i s t é r i e l l e et mis e q
leurs bicyclettes.
Marine, quittèrent Pont-Aven pour fré et Mme Cornou, L. Cornou et Mme
Naiss.ances : Bochard Henriette, 1RES. — Garçons, 128 présentés, 90
igueur, à p a r t i r du 25 Juin, un n o u La Revue mensuelle Les
Amitiés veau t a r i f spécial intérieur et c o m m u n
E T A T C I V I L du mois de Juin. « » « f l l i r u « î 1 0 •P«""'« ' ? e „ P è c h u e c n Thomas, Alexandre et Mme Gloanee, de Cascadec ; Riou Albert, de Miné-1 reçus.
„
,
...
,
,, , .
„. .Franco-Canadiennes,
diffusée en 114
Guillou et Mme Gourlet, etc...
8-108, pour les v o y a g e s effectués en
Naissances: Anne-Marie Berre, bourg; b » r < l " e au k r n d e Port-Mancch
Tréouzal ; Le Dez Marcel, de KcrHené Salaun, Rumérou; Marie Dœutf, . "<« b I r l s t ! Çtmt fo . rt ® e t l a n , c r h , m :
n é a n t ; Coroller Fernand, de S a i n t - 1 c n f f ^ r i î e c 3cSn' C o Î S f d ^ A n d î d p a y S C t g r ? T n t a » r r , d ' h u i 3 5 - 0 0 0 groupes p a r des S o c i é t é » ou g r o u p e u
r
L
ments
désignés, lequel présente (pour l e »
lean • Ponnon A h i n de Coadiomi •
1 1 V
r "11
,/j? \' G "
correspondants, publie dans son nuKerloup; Suzanne André, Kervadiou; Icusc. Les deux pécheurs cependant
ROSPORDEN
bénéficiaires d e n o m b r e u x a v a n t a g e s sur
Jean Le Roi, Pont-Ferty ; Jean L e voguaient toutes voiles dehors;
Rn!îiîn
Tnîn
Vi
Îi
î t
M ' , K , u t ; l ' Joseph Guillou (Bien), P i e r i e U é r o de Juin les Statuts d'un Conle t a r i f .précédemment en v i g u e u r .
C E R T I F I C A T D ' E T U D E S P R I M A I - fossic
Naour, Stang-Aven ; Pierre Pérou, . SfOud'un u . n C 0 " P | ( l e vent plus
François
d e l S n Î T a n : ,cna,\ Jca"
f a n ç o . s cours littéraire ouvert à quiconque
Il p r é v o i t n o t a m m e n t l ' e x t e n s i o n do
ae
s a m w e a n , j j o u a n Jean-Marie Kermanach, P i e r r e ¿ C rlt en lan2ue française ouels due
foit
KpHnnmiv
chavirer la barque et les RES. — Voici les différents résul- IOSM1C 1 rançois,
lonac'h Jean, du bourg ; L e D u i g o u \ u G â l l , L e Mercier, Emile Lohéac s o i e n M e pays d ' o r " « i n f e ^ de r l s i - l'application d e la réduction d o 50 %
,
.. .
,,„,.,/„,„„ deux
hommes
furent
précipités tats :
L e su et êt la f o r m e sont en- prévue pour -les m e m b r e s a c t i f s , a u x
Mariages
: Jean-Marie
Herledan, ( j n n s i,'a m c r
',
'
Ecole publique dus garçons : Jean Yves de Neuziou ; Bolloré François, ( B i e n ) , Georges Le Péron, Jean Le E c e
maçon,
Kéradenncç,
en Riec-sur-BeM
L> S a u x
(tut
t,ouler
aussiu>)t>
dc Kéranguen ; Guillou Jean, d e P o r g f Y v e s L e Saux, Marcel Merrien, u S e n t laissés au c h d x des a û - m e m b r e s h o n o r a i r e s et b i e n f a i t e u r s de§
Ansquer,
Louis
Boédec,
François
Sociétés désignées auxquelles ont é t é
Ion, e
Marie-Josephine « » » " ^
tandis que M. Rioual s'accrocha à
Tm t i
S
rt"dh0é;,;«U
^ '
Marcel Philippe
Georges Quellec, t.urs Los manuscrUs devront 8 être a j o u t é e s les Sociétés d e Pêcheurs à la
cultivatrice, à Loretta, en Bannalcc, I n a v i r " i n 1 ) e s n i a r i n s . p ô c h e u r s de Dantec, Joseph Derru, Louis Fiche,
igue
Jeannine,
du
bourg.
Georges
Quénéa
(Bien),
Paul
Tanguy
Adressés
à
M.
le
Secrétaire
général
ligne, ainsi q u e la suppression de l a
c u ' ? I Lesconil, MM. Donnant et Le Brun, Louis Le Gars, Jean Guirriec, Jean
Jean-François-Louis L e S!*®1
Mariages ; Garer François et Bou-1 (Rien), Marcel l o u l l e c (Bien).
I | c s a . F. C., 91, boulevard Richard- surtaxe de 25 % q u i é t a i t p r é v u e à l ' a n Louis
Nicolas,
Germain
tivateur, a Lojou, Saint-l
' r V n - e l qui avaient de loin assisté au nau- Guillou,
Ecole
privée:
Jean
Calonnec, Lenoir ( i l - ) * au' plus tôt le 15 Août cien t a r i f p o u r l ' e m p r u n t des t r a i n »
Naour, Eugène Porhiel, Roger Por- guennec Victorine, de S a i n t - G u é I-rancine-\vonne André, cultivatrice, f
Se r c n d i r e n l
aussitùt
sur
les
rapides au express autorisés.
hiel, Yves Poulichet, Henri Postic, nolé ; Barc Bertrand et Dars Marie- François Coent, Théophile Cougard, 1933 et au plus tard le 15 Décembre
à Paou, en Bannalcc.
lieux.
D'autre p a r t , il n'est Imposé aucun
Guillaume Diraison, Emile Goadec,
933.
Jacques
Qenchervé,
Alain
Quon- Joséphine, de Querrien.
Décès:
Marie Huon, 71 ans, KcrIls (découvrirent M. Rioual, qui ne chervé, Alain Quénéhervé, Guillaume
Décès:
Guyader Joséphine, épou- Laurent Grannec, François Huiban,| Les trois premiers p r i x , que dis- m i n i m u m d e parcours et l ' I t i n é r a i r e d u
v i n i c ; Jean Hélian, 00 ans, bourg ; I donnait plus signe de v i e ; malgré Rannou, Louis Riou, Christophe Salo- se Piton Yves, de Ergué-Armel ; Au-1 Raoul L e Barbé, Antonin Le Bihan, iingueront seulement les trois mé- v o y a g e de r e t o u r p e u t être d i f f é r e n t d e
celui d ' a l l e r . Il accorde la f a c u l t é d ' e m René Landrein, 31 ans, B u g n e t ; Ma- h o u s i e l l r s 0 (iorts et leurs soins, ils mon, Louis Salomon, François Sol- tret Marie-Anne, épouse Mévellec, de I Marcel L e Coz, Henri L e Floch.l dailles d'or, d'argent et de bronze, prunter, sans supplément d e p r i x , l e s
,
réussirent
pas
à
le
ranimer.
r i e - J e a n n e L e Gloanee, 71 ans, bourg;
lu
Kéran-quéré ; Iiascoat Marie-Jeanne. Etienne Le Guen, Yves L e Roux,I consisteront chacun en un voyage et ' t i n é r a i r e s a l l o n g é s autorisés désignés
11er, Jean Michelet.
Françoise L e DœufT, 45 ans, Verger;
m. l o u î s
saux, 48 ans, était
Ecole
publique
des filles : Anne veuve Gorvan Bertrand, de Kerva- Pierre Mahé, Emile Manach, Louisl en un séjour d'un mois au Canada, au tableau d e 'la marche des t r a i n s S
P i e r r e Hamon, 53 ans, b o u r g ; Ano- V euf et laisse trois orphelines, Agées Bodénès, Félicie
Bourhis,
Berna- laun; Calvary Yves, veuf de Gourlay I Manach, Joseph Montfort (Bien), si le lauréat habite la France, ou bien d ' u t i l i s e r un i t i n é r a i r e p l u s c o u r t o u
d'effectuer 'le v o y a g e p a r un i t i n é r a i r e
nyme Pensée, Kerantrévoux ; Marie- d e 2 1 , 18 et 13 ans.
dette Bourhis, Marie Bourhis, Marie- Marie-Renée, de Guerloc'h ; Vigou-I Edouard Tallec (Bien), Jean T r a n - l e n un voyage et en un séjour d'un plus allongé, m o y e n n a n t un s u p p l é m e n t
Jeanne L e Borgne, 77 ans, La Gare ;
j o u r m è m e t|c s a disparition, il Jeanne Gourmelen, Marguerite Guil- roux Jeanne, 14 mois, fille de Louis, chard, Albert T r é v i d i c , Yves-Marie mois en France, si le lauréat habite
correspondant au prix des b i l l e t s s i m Jean Beurnet, G ans, b o u r g ; JeanIvenait d'être promu chevalier de la lamet, .Françoise
I le Canada. Si le lauréat habite un ples c o m p o r t a n t la réduction du t a r i f .
Hervé,
Yvonne du bourg ; Person Eugénie, veuve Le Treussard.
Lanrein, 52 ans, b o u r g ; Anonyme
d'honneur.
Paullaouën, école publique : Joseph ! , u f r e P a > , s Q u e l a France ou le CaJaouen, Aimée L e Hihan, Blanche Lan Jacques, d e Saint-Jean.
Pour
tous renseignements
compléThomas, Kervinic.
I M. François
Rioual,
également Le Boulc'h, Madeleine L e Breton,
Blanchard, Marcel Le Bras, Emile L e ? a d a . faculté lui sera laissée de venir mentaires sur les c o n d i t i o n s d ' a p p l i c a !
s
e
s
r
l
s
a
u
r
t
Transcriptions
: Marie-Anne B e r - l p è r e de famille, était âgé de 58 ans. Bernadette Le Mao, Marie Madiec,
TREMEVEN
Corre, Joseph Clech, Yves Follézou, > 1 ,j £.
P°
d'embarquement tion ct les Sociétaires bénéficiaires,
nard, 68 ans, K e r v o v e c ; Louis L e | Nous adressons aux deux familles Jeanne Meur, Jeanne Montfort, JoséFÊTE PATRONALE. Résultats Alain Goujon Jean Hourmand Jo- » ¡ » •«ï « J e c t « e r le v o y a « e « > q ™ i il s'adresser à toutes les gares du réseau.
a
u
r
a
GolT,'29 ans, bourg; Jeanne Le Goc.lsi cruellement éprouvées, nos sincè- phine Naour.
dei courses
— Courses d'enfants • seph Lapous, Pierre Lévenez, \vesr
. 'e lauréat habite un
courses.
courses <1 enianis .
. j ^ , Lostanien : ) a y s t r o P éloigne de la France 011
Charies
34 ans, Kéramer ; Françoise Colas, 1res condoléances.
Ecole privée des garçons : Jean- aes
Le Dez, Ansquer, Richard.
in- \
, , '
,oi l du Canada pt %'il no i l ^ i r p n « « «p
74 ans,' bourg.
' A V i s AUX CONTRIBUABLES.
Louis
Bourbigot,
Alexis
Carnot
POUR PRÉPARER VOS VACANCES il u t
\ H ° , U a Î ^ U C r . " J ? â n - L r i î Néd°eTlcc S n )
H
F
r e n S l V
L ™ a ï p o r t T e ^ - Indispensable de vous munir du nouveau
Kerhervé, •
n u m o iMiDwncT
I Lundi prochain 17 Juillet, il 9 h. 30, Joseph Herveet, Julien
(
,yC)'
HiqUC''
officiel
de la C'»
d'Orléans.
Péron Jean ™ c
barquement, il recevra en'espèces le Livret-Guide
( B L r Q u e S
CLOHAHS-cnnnuc. 1
des Contributions Joseph Landrein, Jean Le Gali, Lau- Ouini'nerlé
M
Jt. Contrôleur
— Entièrement renouvelé et présenté sous
Course de bicvclettes ( c o m m u n * K P ^ n ç o i s Tallec.
prix du voyage et du séjour.
F E T E DE L A N G L A Z I C . ~ Comme I directes de Quimperlé se rendra à rent Le Goc, André Le Naour, René
une l'orme attrayante, vous y trouvère» s
Les
Amitlcs
nous l'avons déjà annoncé, cette fête la mairie de Névez, où il procédera Mercier, André Penven, Corentin le) : Jaffrézou, Couic, Naour.
I Clêdcn-Poher
.-.Yves
• » «
Franco-Canadiennes
— Une description de « Ce que l'on voit
se déroulera le dimanche 10 Juillet I en présence des répartiteurs, a la Pérez, Jean Petit, Jean Quéméré,
Course de brouettes
par la portière » en voyageant sur les
1933 V o i c i le programme :
[révision annuelle des bases des con- Guillaume Sancéau.
DilFout-Merlet, Caudan-Garin.
.
.
„
.
,
•
„
,
,
,
,
„
,
„
•
„
,
„
.
.
„
,
h
,
,
„
o
lignes
du Réseau ;
1 J Laporte,
'! . V L , Jean-Marie
. ' ä S l'i Mahé j' » 1^ nviTlGarisation
a t i o n a l e , de nour
documentation
Ecole privée des filles ; Louise L e
A 13 heures, Course de vélos (com-ltributlons foncières, de la contribuT ' ë x n â n s i o et
n
Course de bicyclettes (internat.) ¡ François
— Un texte abondamment illustré sur les
munaleï P r i x : 00, 40 et 20 fr.
I tion mobilière, des patentes et des Gali, Louise Mangot, Raymonde Da- Depierrois
(Quimperlé),
Canévet (Bien), Yves Mahé (Bien), Jean Mil- f A J e u ' f u a ^ U o n p o u r 1 c x P a n s i o n principaux centres touristiques ;
net.
— Le programme détaillé avec cartes k
(Quimperlé), Cotillec. (Lanvénégen), 1er (Bien), Guillaume Piclion (Bien),
' eue'
Course cytlo-pédestre. P r i x : 40, | diverses taxes assimilées.
appui, de tous les circuits d'autocars P.O.;
Harnay (Querrien), Jaffrézou (Tré-|Yves Rivoal
20 et 10 f r .
— Quantité dc cartes, plans ct itinéraiméven).
Kergloff : François Lannéval.
Course à pied (hommes). — P r i x :
res ;
Course à l'œuf : Salin, Zaouter, Pé
Poullaouën
(Guilly): Y v e s CochenUi:ûrÏ.J3ï.l'vU'E
H'-KAXÇAÏSE
20, 10 et 5 f r .
— Des renseignements sur les billets à
ron.
nec, Jean-Louis Délen.
prix réduits & utiliser pour vos déplaceCourse il P i e d (enfants). P r i x : 0
Remplissage de bouteilles : Riou,
ments ;
Poullaouën (Belle-Vue) : André Fer,
4, 3. 2 et 1 fr.
.
.
Cariou, Meurlet, L e Gali.
P a r ces temps de chômage, nous
— Les horaires du servie« d'été.
Jean-Marie Lozach
Buveurs de cidre. P r i x : 10, a et
Enfin tout ce qu'il f « u t pour préparer vos
Albert l e DœufT l f ° m m e s h e u r e u x d e signaler à nos
Saint-Ile min
4 francs.
„ .
„
AU M O U L I N DU F O U L D R E N .
voyages
aussi économiquement et agréable(Bien) Marcel S i ' I l e c t e u r s <IUC « L'Union Nationale du ment que possible.
Mangeurs de ficelles. P r i x : 4, 3,
Dimanche 16 Juillet, tir à la car«-1Daniel Quélenncc (Bien), Marcel Sir
e
E
x
t
é
e
u
r
a
s
s
o
c
i
a
t
i
o
n
2 et 1 f .
,
^,"'S „K
?
•*'
.
Le Livret-Guide offleiel de la C'« d'Orbine, jeux de boules, concours de mon, Jean Tallec, Emile Troadec.
c . . „
.
„ ,, ,
,
, d Industriels, patronnee par le gou- léans est en vente au prix de 3 fr. 90 dan*
Figures enfarinées. P r i x : 10 fr.
natation, luttes bretonnes, jeux de
Saint-Hermni
(Belle-Vue) : Joseph vernement, dispose parmi ses mem- les principales garei du réseau.
T i r à la carabine. P r i x : 40, 20 » t |
la corde, gavotte d'honneur.
R J E M M O U J & S A B & E S
«
1 . 1 € > ® f r s
Envoi contre mandats, chèques postaux
Parlier, Jean Philippe.
b r e s d c „ombreuses situations diver10 francs.
F A i t
-iSOiV
MJE
1 . 0 0 0
FUS.
C A R N E T DE MARIAGE. —
Le
Plounévézel : René Boédec, Jean-lses en France et à l'Etranger pour (Paris (1204) ou timbres-poste français,
A 18 heures. Gavotte d'honneur
France, 4 f r . 75 — Etranger, 6 f r . 80, par
Remboursement .niticipé iwssihl,-, au Sré du Vfcsor, à toute époque à partir du
mardi 18 Juillet, ù 10 heures, sera Marie Croissant, Joseph Hély, Théo- les personnes des deux sexes et d e
(jeunes et vieux). Flots de rubans.
le Service de la Publicité de la Compagnie
1er Juillet 1*10, 4 raison de I.IOU 1rs par Bon de 1.000 fis.
béni,
en
l'église
paroissiale
de
Mesdore
Le
Roux.
jtous
ûges.
S'il
y
a
beaucoup
d
e
can
jV0/a< _
Toutes les courses sont
d'Orléans, 1, place Valhubert, à Paris.
Ihn (Morbihan), le mariage de M.
Motreff : Jean Lannéval, Simon didats pour les bureaux, par contre
Exempts (te t M M t t c » T b x c s spéciales
communales. Le comité se réserve le
erre
Louis
Lavolé,
nie
Lamarre,
en
T
r
é
|
P
i
'
i
l
ressort
d
e
la
dernière
assemblée
s
u
r
le»
V
a
l
e
u
r
s
MobiSlires
droit (1e modifier le programme a
méven, avec Mlle Maria Juguct, d e la
générale de l'U. N . C. E. que les
Le» coupons semestriel» de Frs : 22.50 seront payables les 1er Janvier et 1er Juillet.
tout moment et ne répond pas desl
Grande Métairie, en Meslan.
U N E M E U L E DE F O I N l N C E N - | r e P r i s e n t a n t s
capables,
beaucoup
accidents qui pourraient survenir
P R K X
i r f t m S S S W K
:
Î 5 « 2 1 r s
5 0
DIEE. — Mercredi, vers 11 h. 15, l e l " » « - ' " * rémunérés font défaut, ils
pendant les réjouissances.
tocsin jetait l'alarme dans la p a i s i - | s o n t presque introuvables depuis la
p a r R o n «ic B.OOO i r s d e c a p i t a l
nominal
LE TREVOUX
U N C A M B R I O L A G E AU P O U L D U I
P O N T - A V E N . — Cours d e l a f o i r e . —
. ble population de Carhaix. L e feu | fiuerre.
/
l
u
f
j
r
û
dlst
souscripteur
:
— La villa >dc M. Corbierre, sur la
Les
NECROLOGIE. — Nous apprenons] venait de se déclarer dans une meuleI
candidats capables peuvent V e a u x , 'le kilo, 4.50 ; porcs, l e k i l o ,
route 'de Kerzellec au Pouldu, a été)
Bons, au porteur
ou à ordre, de 1.0C0 ou 5.000 Frs.
la mort, survenue à Daoula ( C a m e - I ( i e f 0 i n appartenant à M. Harnais,lavoir de suite des situations lucrati 6 f r . ; porcelets, l e couple, 450 à 550 f r .
P o u l e t s v i e u x , 4 f r . la l i v r e ; p o u l e t s
cambriolée ces jours derniers.
roun), de M. Proust, juge dans cettejroute de Brest.
' I v e s ; les débutants peuvent faire un
On souscrit aux Oii.v«es s u i v a n t e s :
5 f r . à 5.50 la l i v r e ; œ u f s , l a
La gendarmerie enquête.
ville.
I
Grâce au concours des voisins ac-| s , t a « e à l'Ecole Professionnelle d jeunes,
douzaine,
3 à 3.50 ; b e u r r e d o u x , l a
Ministère des Finances (Service des Emissions, Pnvilion de Flore) — Recette centrale
M. Proust était le fils de M. Proust, ¡courus ct au dévouement des 4)0111-1 l'Association,
tout
en
travaillant l i v r e , 4 f r . ; b e u r r e saJé, la l i v r e , 5 f r .
des
Finances
el
Kcce;t<:s-P<:rception&
de
lu
Seine
—
Trésoreries
Générale»
—
Kecettes
OO R A Y
des Finances -- Perceptions — Kecettes des
qui a été directeur de l'édole et | piers, le feu fut éteint après un«
Postes et Teléi'ap'ies — Eanque de France —
HENNEBONT.
—
Vieux
poulets,
secrétaire nie mairie au Trévoux
eure d'efforts, et l'on put préserverISain.
Banques et EubliSMinciits de Crédit. —
U N CAMION D É P O U R V U D'ÉCLAImoyens, la couple, 20 à 40 ; l a p i n s ,
pendant plus de quarante ans,
P o u r t o u s renseignements, il suffit
une
crèche
et
un
hangar
qui
couruR A G E CAUSE U N G R A V E ACCIla pièce, 10 à 30.
d'écrire en indiquant ses antécé
Beurre o r d i n a i r e , en d é t a i l , le k i l o ,
T v n i i T t v ( T i M ' i ) î m u c è D A n l r e n t un moment un certain danger,
D E N T . — Dans la nuit de lundi a
SCAER
NIZON
dents
à
la
direction,
3
bis,
rue
L
13 à 15 ; oeufs, la d o u z a i n e , 4.50 à 8 f r ,
mardi, René Boulard,
menuisier,
S A C H A Ï Ï ^
On ignore les causes du sinistre.
d'Athènes,
à
Paris.
ARROSAGE
DES
JARDINS.
—
Le
Mercredi 5
U N DÉSESPÉRÉ.
âgé de 20 ans, et domicilié à Leuhan,
Q U I M P E R . — Beurre dc t a W e . 7 la
8 Juillet, M. Corentin Kerbiquet, 48
rentrait de Coray à motocyclette, ac-l Juillet, au cours d'une crise de ncu- maire a pris l'arrêté suivant :
l i v r e ; cuisine, 5.75
« e u f s , 4.50 à 5 l a
BERRIEN
ans, domestique chez M. Dupont, à
d o u z a i n e ; poulets jeunes, 23 l e c o u p l e ;
compagné de Jean Guillou, également I rasthénie, M. Cornou, 70 ans, cultiL'article premier du règlement de Kerlogodec, en Le T r é v o u x , se rcn-.
R E S U L T A T S DES FÊTES,
Conv i e u x , 32 à 35 le c o u p l e ; lapins, 14 à
de Leuhan. Un peu plus loin que la I valeur à Kerentrée, en Nizon, a mis distribution d'eau dans le bourg de dait aux champs, conduisant un atte- C 0 ( Î M T é q i o n a l d e b o u l e s _
p n x
19 pièce.
ferme de Tychennou, il s'est jeté v i o - l fin à ses jours, en se pendant à un Scaër est complété par
l'additif
P o m m e s dc terre, 100 sacs, 14 à 18
ïemment sur un camion chargé de I arbre dans un champ, à proximité suivant :
^ o u d a i n , par suite de la déclivité
rt™":
les 50 k i l o s ; blé noir, 40 sacs, 38 à
Un
effort
remarquable
petits pois, qui stationnait à d r o i t e ] d u bourg.
« A titre d'essai, et pour cet été du terrain, la charrette se r e n v e r s a . U f
Furie, Arzic, La40 les 50 k i l o s ; seigle, 50 sacs, 30 à
qumirette
d a « Foyer Breton »
de la route sans éclairage. M. Bou-I
M. Furie, maire, et le docteur Mor seulement, il est permis aux habi
33 ; a v o i n e , 30 sacs, à 33.
Pour la redresser, il fallut avoir
^
3 30
q u a j r e t t e
lard fut relevé très grièvement bles-lvézen, de Pont-Aven, se sont rendus tants de a ville de Scaër de prendre
V e a u x , 3 à 3.50 l e k i l o ; m o u t o n , 4.50
Grouper autour du « Foger
Brecours a un autre cheval que l'on S 1 U ' U o t h u u '
. „ B r i s et
le
vé à la tète ct à la jambe. Le docteur I sur les lieux et ont fait les constata de l'eau aux bornes-fontaines pour tilia quérir à la ferme. Pendant < H b ™ ' .
4 20 f r
auad?ette Bi" ton » (An Oaled), un nombre aussi à 5.
Giudicelli, de Coray, appelé d'ur-|tions d'usage,
arroser leur jardin, mais unique le fermier attelait la .bête Kerbiquet ^
de
collaborateurs
que
' Emile, D e r r i e T
e Boy, important
H l ' E L G O . V T . — Vaches amenées, 120,
gence, le transporta immédiatement
ment à cet efFet, et dans les condi tenait l avant de la voiture. Les c h e - | j { a 0 l J j
présenté le n" 45 de cette revue, vendues 00, vaches prêtes, d e 700 à
•
PONT-AVEN
dans une clinique de Quimper. L'état
tios suivantes :
1 r „ constitue la meilleure preuve dans 1.200, vachps f r a î c h e s , d e 600 à 1.100 ;
vaux démarrèrent aussitôt et si brusr . . r i , \ , „ r /, n i n n n ip
r „ '
. . . .
,. • SUCCES. — Nous sommes heureux
» Les intéressés qui voudront bé quement que le pauvre iournalier
du blessé est très grave.
( f0.
^
.
^
¿ o a J I a V i e intellectuelle de la p r o v i n c e , vaches sans c o m p t e et v i e i l l e s vaches,
200 k 500.
Son compagnon, projete a une «J- d'apprendre que le jeune André Ber- néflcier de cette tolérance devront roula sous le véhicule. L^s roues.lui J ™ " K
S
c
Î
î5i ; Ï t o - L . ^ , ^ ^ ^
,efMv.t<}uL,Vn
Les v e a u x , 1.75 3a l i v r e ; m o u t o n s
zaïne de mètres, s en tirn avec q u e l - I t h o U i ¿|è v o
1>E- D i de Nantes, vient I immédiatement déclarer à la mai passèrent sur le corps. Relevé aussi-.
piou^astel-Dioul-is 100 • 4 Ké- cnsemble de sujets les plus variés, amenés 30, vendus 20, à 5 f r . la l i v r e ;
" , il reçut les soins que nécessitait P " , Plougastet uaoulas, 100 4 Kè traités
ques écorchures.
1 île subir avec succès son examen de rie la surface exacte de jardin
par
Yves
BerthOu,
qui porcelets au sevrage, 30, tous vendus d e
tôt
4* année (pathologie-thérapeutique), arroser, ct payer la somme
de soni.état, mais ce f u t . p e m e inutile et|Sïiit-feëSc™
raconte sa carrière ; Iann Ar Gall 240 à 310 l e c o u p l e .
!
Nous lui adressons nos sincères o fr. 2f> par mètre carré de terrain
dans la Légende
de Gradlon ; TalP e t i t e f o i r e : peu d e bêtes, peu d ' a c h e le docteur Veyrac, de Bannalec, ap
Classement
spécial
pour
coureurs
félicitations.
dir, dans un reportage vécu en Pro- teurs ; pas d e marchands étrangers ;
» C e u x qui seraient pris en llagrant pelé d'urgence, ne put que consta
de 4* catégorise ct débutants. — 1. vence ; L e Mercier d'Erm, avec le les boucliers dc M o r l a i x f o n t la p l u p a r t
u u n r u t T m v
v i ' r i n v i i p
n B « ' ^ 1 " d ' a r r o s a g e e t q u i n ' a u r a i e n t p a s ter le décès, dû à l'écrasement du Laurent, Kerhuon, 100 f r . ; 2. BouCrime d e Conlie ; Jacques Pohier, des achats cn bêtes d c boucherie.
I - E U E R A I I O N N A I I O N A L E Rt-s satisfait aux conditions ci-dessus. thorax.
charé, Saint-Pierre-Quiibignon, 60 ;
BLESSÉS I)U POUMON E T C H I R U R seront passibles d'une amende de 50
Chirurgien' DontUte
3. Blons,
S a i n t - P i e r r e - Q u i l b i g n o n , I dérivant
la Station préhistorique
GICAUX. — L e secrétaire de la sec- francs, sans préjudice du versement
Yvonne Pcsson, avec
—
O F. M
P.
—
u e r t 0 "
lion prévient les camarades qu'il y
4 0 ; 4. Rannou, Perros-Guirrec, 3 0 , a e
T R I B U N A L D E COMMERCE
le Rire au village ; le Commandant
de la somme qu'ils auraient eu
francs.
a permanence chez lui, le mardi,
.
r I Jacob avec un tableau d e la Lieuf
payer, selon la superficie de terrain
DE QUIMPERLÉ
Course de
consolation.
toute la journée. Les autres jours de
• " Ide Grève ; le jirofesseur J. Vendryès
arrosé s'ils en avaient fait réguliè
la semaine, il pourra se tenir à leur
Roux, Kerhuon, 40 fr. ; 2. Coajou,
...
i ,
LCllteui
itl
iivuitu
«
n
u
»
a
1«
timiiii,,
nous
re|)orte
au
temps
des
poètes
de
rement la déclaration à la mairie
Kerhuon, 20 fr. ; Le Dily, Plouguer
Cour en Irlande ; Raoul Bonneau
« p o s i t i o n , de !) a 11 heures, et de f a u t e de quoi ils s'exposeraient à des
Liquidation Judiciaire Guégan
3, Plao* Hervo, 3
nével, 10 francs.
nous mène, avec Jeanne d'Arc, vers
'
a n heures.
poursuites j u d i c i a i r e s ;
La deuxième et d e r n i è r e vérificaLes adhérents et toutes autres perCourse
ci/cliste
(cantonale) : 1. Terre-Neuve et le Groenland ; un
..90
QU MPF.PLÉ V
» Il est interdit de se servir de
sonnes qui auraient besoin de renseiMouster, Hiielgoat, 00 fr. ; 2. Bo- Osiniien détaille les découvertes fai- tion des créances d e la liquidation
récipients autres que seaux ou arro
gnements concernant les pensions,
thuan François, Berrien, 40 fr. ; 3. tes à Gergovie ; un important débat judiciaire Jean-François-Louis Guésoirs
ne dépassant
pas
chacun
Certes beaucoup dc j e u n e s f i l l e s se Rohou Emile, 20 francs.
sont (priés de prendre bonne note
esl résumé et condensé sur les ques- gan, de Kerzormars, en Scaër, aura
quinze litres, et d'omployer cette eau marient sans dot, grAce il leurs qualités
des heures indiquées.
Course cqcliste
(communale) : 1. tiens celtiques ; l'actualité Bretonne lieu au Tribunal de Commerce de
MOKUtN-SUR-MER
à un usage autre que l'arrosage ;
et trouvent, chez leur mari une situation
En cas d'absence, s'adresser soit
est suivie de très près ; et dans les Quimperlé, te lundi 24 Juillet 1933,
» Cette autorisation d'arrosage esl suffisante pour subvenir aux besoins du Bothuan, 50 fr. ; 2. Rohou, 30 fr.
U N C Y C L I S T E F A I T U N E CHUTE|au secrétaire-adjoint, M. Dervout, accordée
Questions
et Réponses
des
cher- h 14 heures.
jusqu'au
1"
Novembre ménage ct ¿'lever 'le p r e m i e r bébé. Néan- 3. Coean Emile, 15 francs.
GRAVE. — Mercredi matin, M. Mor-1 rue Vieille du Quai ; soit au tréso- 1933, mais sera supprimée avant moins il faut bien avouer qu'une réVétérans au-dessus de 40 ans
Le Greffier
en chef :
cheurs,
des éclaircissements sont
lec Mathurin, employé chez M. L o u i s l r i e r , M. Cosquer, jardinier, chez M. cette date, s'il est donné lieu, de la serve d ' a r g e n t , si .petite soit-clle, aide 1. Lamandé, 40 fr. ; 2. Coant Guil- fournis sur certains points obscurs 2510
CH. LOUIS.
Le Gall, marchand de bois, a fait de Ponlllly.
t o u j o u r s un j e u n e couple ¡1 é t a b l i r son aume, 25 fr. ; 3. Guillcu François, ou litigieux.
part des usagers, à des excès ou
f o y e r . Dc m ê m e un j e u n e h o m m e est 10 francs.
une chute grave de bicyclette, versl
r»nrni»iriM
des fraudes.
Enfin, l'illustration est abondante
t o u j o u r s heureux d ' a v o i r d e v a n t 3ui un
Course de chevaux
(cantonale)
C h. 30, en venant à son travail, sur
et originale : le dessinateur humo- Etude de M" R O L L A N D , Notaire
petit capital d o t a l . ^ u i
facilite
son
1, Coussé François, Berrien, 200 fr
la route du Garzarin, reliant Baye à
LÉGION D ' H O N N E U R . — M. Yves
à Quimperlé.
riste Louis Boujeant consacre pluentrée d a n s les a f f a i r e s et le mette à
2. Coussé François, 100 fr. ; 3, .Ion- sieurs pages aux moeurs des campaMoëlan.
IMestric, grand blessé de guerre, mél'abri d'un r e v e r s de f o r t u n e ou d ' e n 50 fr. ; 4. Ker- gnards trécorois, les plus fins d«s
T r o u v é inanimé sur la route p a r | d a i l l é militaire, est l'objet d'une pronuis d e santé, hélas t o u j o u r s p o s s i b l e s . . cour François-Louis,
.
M. Jégou, boucher à Baye, il fut position pour la Légion d'honneur,
Les parents d o i v e n t donc voilier, à ce I m a n a c h , a c c i d e n t e .
Bretons, à c e que l'on dit.
transporté par ce dernier à son do-l
.m. R C né Duigou, de K e m o n , est
qua
iu leurs e n f a n t s ct surtout leurs n i l c s I
( C o m m u n a l e ) : 1. k e r n i a n a c l i , l o t i
A noter la nouvelle présentation
L E 29 J U I L L E T ,
icnt unc dot sufflsante pour 'Icur' per-1 francs ; 2. Cousse, 80 f r . ; 3. Jon- de An Oaled, dans une couverture
micile, où le docteur Denoël, d e l proposé pour la médaille militaire,
Ta Meilleure f i q u e u n d e Menttie
à 2 heures de l'après-midi,
mettre un
établissement c o n f o r m e à cour, 40 fr.
Quimperlé, fut appelé d'urgence pour p 0 u r faits de guerre,
en deux couleurs dessinée au recto
leur éducation
p r e m i è r e et à leurs
à KERVIGNAC,
en
MOELAN,
lui donner scs soins*
I Nos félicitations.
Pierre
lourde : 1. Jules Le Hars, par Herri Caouissin et, au verso, par
goûts.
en bordure de la route de K e r f a n y Ponllaouen ; 2. Boussard Jean, Hucl- Hervé
Kerhor,
deux
artistes
de
L'assurance dotale ù t e r m e fixe avec
D E U X C U L T I V A T E U R S BLESSÉS
C A R N E T DE MARIAGE. —
Le
les-Pins.
vingt ans.
contre assurance permet d'assurer dans goat.
P A R U N E B A T T E U S E . — Dimanche | mardi 10 Juillet, à 10 heures (anPerche : Kermnnach, Berrien.
les m c l l e u r c s conditions, l ' a v e n i r dc scs
M
E
D
A
I
L
L
E
M
I
L
I
T
A
I
R
E
.
—
Nos
L e numéro du 1 " Juillet : 8 fr. 1 U N E
P R O P R I É T É
après-midi, vers 10. h. 30, M. L
cienne heure), sera béni, en l'église
enfants.
Abonnement: 28 francs. Jaffrennou,
enon, cultivateur au village (de Ker- paroissiale de Querrien, le mariag' compatriotes dont les noms suivent
comprenant
:
MAISON
NEUVE,
Demandez tous renseignements
sur
viennent
de
se
voir
décerner
la
nié
8
P
E
Z
E
T
directeur, Carhaix, Finistère. Chèdouana,. en Mcolan-sur-Mer,
était de Mlle Marie-Anne Stanguennec, de
•les d i v e r s modes d'assurances sur la vie
ayant 3 pièces au rez-de-chaussée, 4
que
postal
100.95,
Rennes.
occupé en compagnie d'un voisin, M. Querrien, avec M. Yves Le Floch, daille militaire pour faits d e guerre
ou les rentes v i a g è r e « il la C o m p a g n i e
E T A T - C I V I L du mois dc Juin
pièces à l'étage, W.-C. avec fosse,
Gaudart Louis, à Saint-Nicolas ; Hé. d'Assurances
Ledelliou, cultivateur au même vil- de Kerhilliguet, en Tréméven.
Générales
sur
la
Vie
Naissances : Guillaume-Marie Guyomon lyouis, 20, route de Quimper
et puits ;
(entreprise
p
r
i
v
é
e
régio
par
la
loi
(lu
lage, à l'essayage d'une batteuse, en
Ix's repas de noces seront servis
TERRAIN.
17 Mars 1905), 87, rue de Richelieu, march, du Cosquer-Gouèlet ; Andrévue du prochain battage, lorsque, le même jour chez M. Louis .16"ou, Bernard Yves, au Beaubois.
Nos félicitations aux
nouveaux ¡1 Paris, ou à scs agents, en province, Joseph Le Bloas, de Kerdroniou
par suite d'une cause inconnue, le à la Croix-Rouge, en Querrien.
Contenance totale : 60 ares.
n o t a m m e n t à MM. C o u u o u ct BnÉviNi, Désirée
Callonnec,
du
Cosqtiermédaillés,
tambour de la machine sauta en
2» U N T E R R A I N , d'une conteNos meilleurs vœux d e bonheur.
Gorré ; Jean-Marie
Collobert,
de
h Quimperlé.
.pleine figure des deux cultivateurs.
nance d ' e n v i r o n 15 ares, de l'autre
Kerprigent ; Albertine Poupon, de
M
É
D
A
I
L
L
E
M
I
L
I
T
A
I
R
E
.
—
Nous
M É D A I L L E M I L I T A I R E . — Notre
est demandé à l ' I m p r i m e r i e côté de la route.
Le docteur Pinel appelé d'urgence
minium!
Resgrantec ; Jeanne-Marie Le Moal
apprenons avec plaisir que notre
donna ses soins aux deux blessés compatriote Jean Guern, 'de KcrsuiS'adresser à M' Rolland, notaire.
Cornouaillaise, à Q u i m p e r .
de Clenou-Meur.
camarade
Guillaume
Le
Floch,
sa
dont les blessures ne semblent pas gou, en Querrien, vient de se voir
botier,
le
sympathique
représentant
Mariages : Jean-Louis Le Roux
bien "raves. Nous leur souhaitons un décerner la médaille militaire pour
de la Maison Jézéquel à Scaër, vient
cultivateur, au Stang, et Marie-Ca
faits d e guerre. Nos félicitations.
prompt rétablissement.
d'obtenir la médaille militaire.
therine
Hémery,
cultivatrice,
au
Mobilisé au 05" d'Infanterie, il fut
Stang ; Jacques Citharel, menuisier,
E N C O R E U N I N C E N D I E . — Di-| E T A T - C I V I L . — Naissances : FerBREIT
de Ghâteauneuf, et Marguerite Rimanche soir, vers 11 h. 30, un incen- dinand Péron, à Talliot ; Marie- blessé, la première fois, le 25 Mar
_
voal, ménagère, de Castel-Gourancé
d i e s'est subitement déclaré dans Louise Leslé, à Coatvillers ; Joseph 1915, et obtint une citation très élo
M. G O U D E I N D É S I R A B L E C H E Z
r ' a u t r é ' i o u r s ' e . s t I François
HénafT, cultivateur,
du
une meule de paille appartenant à Le Golf, au bourg ; Marguerite Eveil, gieuse, Le 7 Juin, il recevait de non L E S s . F . I. O
, ..
LA
MOINS CHÈRE
DES
" 1' ' —
— Marie-Louise Tréguier
Mme veuve Robet, du village de Ker- à La Lande-Miné ; Alice Sinauin, à velles blessures et obtenait une nou- tenu, à la Maison du Peuple, à -'Mor-1
t.osqucr,
et
Mil
Caros-Combout ; Francis Gloanncc, velle citation.
HUILES
DE M A R Q U E
sécol.
Cette médaille est bien placée ,et laix, le 'Congrès fédéral du parti <1° Poulancerf.
Les dégâts évalués à mille francs à Villeneuve-Moguel ; Lucie Harnay,
Ayez constamment chaz vous
à
Landc-Kernec.
nous
sommes heureux de présenter socialiste S. F. I. O., sous la prési-| Décès ; Marie-Jeanne Le Bleuis
environ sont couverts par une assuun bidon de 20 litres Ou un
Publication
de
mariage
;
Louis
Le
au
nouveau
promu nos plus vives dence de M. Léon Osmin, de l a i 6 2 ans, épouse de François Ctidonrance.
Comniission
administrative
d
u
parti.
I
nec,
d
e
Poulancerf
;
Célestine
Teurtonnelet de 50 litres
félicitations.
Depuis huit jours cela fait le troi- Moal et Marie Droalen.
Etaient présents dc très nombreux I nier, 1 mois, 'de Kerbars ; Joseph
Mariages : Jean Barrach et Annesième incendie qui se déclare à
d'HUILE
D.
F.
délégués,
parmi
lesquels
M.
Masson,|
Ollivet^
8
ans
PROGRAMME DE L A F É T E N A
Moëlan-sur-Mer. La gendarmerie est Marie Le Bec ; Louis Le Floch et
député.
I Jeanne Bréniel, <13 ans, de Peurit
quo veus pourrez vous proTION'ALE
I)U
14
J
U
I
L
L
E
T
.
—
Voici
Cécile
Zaoulcr.
sur les lieux et enquête activement,
La première question inscrite àIJoseph-Louis Guégen, 15 ans, de
curer chez tous nos dépositaires
Décès : Marie Le Gallic. 7 ans, à le programme des fêtes :
l'ordre du jour était celle de la réin-|KertialTrec ;
Marie-Perrine
Coënt,
L A F Ê T E DU 14 J U I L L E T . — A Kerner ; Marie Pensee, 02 ans, il
De 10 à 11 heures : concert par tégration, au sein du parti S. F . I. 0.,|55 ans, du bourg,
Sur simple {lcnicr.de et sont enga.
l'occasion de la Fête Nationale du 14 Rostrenot.
la musique municipale. Sonnerie de du citoven Goude, député de Rrest.
gement
de votre part nous vous
Juillet, la municipalité de Moëlancloches.
exclu en 1921).
RIEO-8UR-BELON
sur-Mer organise un grand concours
mettrons en relation aoec noire agent
De 11 A 12 heures : jeux de boules
Après discussion, l'assemblée, par
de boules ct d i v e r s autres amuseprospecteur
régional.
R E S U L T A T S DE LA F E T E DE Prix : 50 francs.
105 voix contre 105, rejeta la réintéments. Le matin, grande sonnerie S A I N T - P I E R R E . — Course de chars:
A 15 h. 30 : course cycliste (hom gration éventuelle de M. Goude.
PLOUEDERN
de cloches ct distribution de pain Conan, de Névez ; Capitaine, de Ban- mes). Prix : 40, 30, 20 fr. Course
Chez les S. F . I. O., il n'y a point
aux indigents de la commune.
nalec, Rostren, de Quimperlé ; Le cycliste (enfants au-dessous de 15 de pardon : l'enfant prodigue est
UN
OUVRIER
CARRIER
TUÉl
routa vous trouverez
Dceuff, de Riec.
P A R UNE DÉCHARGE DE POUans). Prix : 15, 10, 5, 3 fr.
mal reçu : on le laisse it la porte !
DRE. — Un accident qui a eu desl
l'HUILE
bidons de 2 litres
A 10 11. 30 : course à pied ( h o m
Course de bicyclettes (communale:
suites mortelles s'est produit jeudiI
Daniélou, Thomas, Noarch et Mestric. mes). Prix : 30, 20, 10 fr.
GEORGES L E G U E T
LE FAOU
chez tous les détenteurs de pompes à " L'Étoile Bleue'
matin nu village du Mezou, en Ploué-I
Course d'hommes. — Mestric, PenCourse h pied
(enfants) : 1
CHIRURGIEN-DENTISTE
querch, Forlot.
enfants de 12 et 13 ans. Prix : 10
LES M É F A I T S DE L A C H A L E U R . dern. Un ouvrier carrier, M. Rouleh.l
• do ta Faculté «le l'uris M. Brélivet travaillait à édifier lûgé de 69 ans, a été atteint aux mcm-l
Course d'enfants : Ben, Gourlaoueni P, 7, 5, 3, 2, 1 fr. ; 2° enfants de 10
une meule de foin à la ferme d e l lires inférieurs p a r l'éclatement tar-l
18, Rue savary (Maison Rivntin)
Guillou.
, el 11 ans. P r i x : 7, 0, 5, 4, 3. 2, 1 f r .
Circuit cycliste : Le Page, de Lo- 3" enfants au-dessous de 10 ans Kervennec, en Le Faou, quand, frap- dif d'une charge de poudre. Malgré!
QUIMPERLÉ
pé d'insolation, il s'abattit sur le sol, les soins qui lui ont été prodigués,I
cunolé ; Le Goc, de Quimperlé ; Ca- Prix : 7, fi, 5, 4, 3, 2 el 1 fr.
42 . RUE
DES MAT H U R IN S _ P A R I S
se fralurant le crâne.
I l e malheureux est décédé une heure|
Consulta/ions (ou» 1rs Jours, natif te lundi
névet, de Quimperlé, Christien, de
La musique municipale se fer
Pont-Aven.
entendre pendant ces attractions
Son état est grave,
'plus tard.
B..., Bertrand J..., de Kernd, MarieAnne, de Moustoulgoat et Jeanne, de
.
UNE
ninniip
BARQUE
î-havîpp
CHAVIRE
1933
4 Va
%
à 10
Situations dans les affaires
ms
Foires et Marchés de la région
Bibliographie
Ô!
r
J . 6UIB0URG
M jeune fille
se marri-film saos M ?l
CABINET DENTAIBF.
ADJUDICATION AMIABLE
MENTHE-PASTILLE
BON LINOTYPISTE
Dans ie Département
HUILE D.F.• P O U R
DESMARAIS F R E R E S
Chemins J e
fer de l'État
Parcours maritime sur le Champlain H O S P I C E CIVIL D E Q U I M P E R L É
arrivée au Havre, le 2!! Juillet après-1
1
midi
;
Pour 295 francs, vu partant d'une
«arc quelconque de Paris, tic la banRetour en chemin de fer du Havre au
lieue ou de la province, vous ferez un point de départ.
magnifique voyage en passant deux
s u r soumissions cachetées
Les billets spéciaux valables du 17
journées sur le grand paquebot Champlain, de la Compagnie Générale Trans- nu 25 Juillet sont délivrés dans toutes
les gares du Héscau, à la Compagnie
atlantique.
Programme du voyage : Trajet en Générale Transatlantique et aux agen- | à faire à l'Hospice dr. (¿¡¡imperii en l'JS3 ]
chemin de fer jusqu'il Hoyan, 'par le ces de voyages, au prix uniforme de
295 francs eu 2" classe, et 450 francs en
train de votre choix ;
Le lundi 31 Juillet 1933, à 2 heu-,
Traversée de Hoyan au Verdon sur un 1"' classe. Ces prix comprennent, en
en la salle de
vapeur quittant la jetée de Uovan, le plus des parcours en chemin de fer et res de l'après-jnidi,
samedi 22 Juillet, h <1 h. 45, p o u r ' a t t e i n - bateau, tous les frais (logement, nour- la Mairie, il s e r a p r o c é d é p u b l i q u e Champlain
m e n t , p a r d e u x m e m b r e s de la Comdre Je Champlain qui partira il 11 h. ; riture, etc...) ii bord du
m i s s i o n a d m i n i s t r a t i v e , p a r le M a i r e
ou son délégué, assisté d e l ' E c o n o me et du Receveur de l'Etablissement, à l'adjudication p a r soumissions cachetées des FOURNITURES
A LA PORTÉE
DE
D E T O I L E S , COTON E T E T O F F E S ,
TOUTES LES B O U R S E S
etc..., n é c e s s a i r e s à l ' H o s p i c e d e
Q u i m p e r l é p o u r l ' a n n é e 1933.
La fabrication de Mathis lui permet par sa précision de préLe c a h i e r d e s c h a r g e s et <les m o senter un cmscmblc parfait, fruit d'une technique de 30 ans.
dèles d e s o u m i s s i o n s s e r o n t t e n u s l
à la d i s p o s i t i o n des f o u r n i s s e u r s n u |
B u r e a u d e M. l ' E c o n o m e d e l'Hos-f
économique
Type TY
picc.
| e / 3 2 OV. P Y . U plu, brillant.-faI.ctild voilure,. 1 7 . B 0 0 F r .
du monde
F a i t à Q u i m p e r l é , le 8 J u i l l e t 1933.|
¡ADJUDICATION!
LA NOUVELLE
des Fournitures de Toiles, Cotons et Etoiles
CHUTES DE LA MATRICE
Déplacements des organes
Q u i n z e a n n é e s d e s u c c è s , les m i l
liers d ' a t t e s t a t i o n s o b t e n u e s et d é j à
p u b l i é e s , les c e r t i f i c a t s d u c o r p s médical, prouvent que :
liiiiiniiiMiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiri!
La Méthode LEROY
L a plus
moderne et
, la p l u e
économique
des 8 OV.
L a plus
éoonomlque
d e s 8 Oyl.
L a plus
brillante
d e s 8 Oyl.
—
EMYÇUATRE giImÌ'SìÌtou!'!!««. 20.900 FR.
Fr.
2507
C o n d u i t e intérieure,
4 places, 4 portes.
EMYHUIT
Le Président
de la
Commission
administrative
de l'Hospice :
Ch. L I O T ,
Maire.
27.900 F».
C o n d u i t e intérieure,
4 pinces, 4 p o r t e s .
E t u d e d e M" P I T O N , Avoué,
12, r u e de Q u i m p e r , à Q u i m p e r l é .
34.800 F
Les qualités de ce programme forment bien la un ensemble unique !
Toujours soucieux de doter ses voitures du maximum de confort,
Mathis monte la Houe Libre sur la 8 CV. « Emyquatre ».
« Ceux qui hier étaient les plus acharnés détracteurs de la Roue
Libre, en sont aujourd'hui les plus grands admirateurs. »
Mathis reste bien en tOtc du progrès ! Mathis garde l'avance l
MOUTONS
ET PORCS
DliponlbUt SO f r . plèc», sevré*, castré».
¡1 ( Vente par Licitation
l à l'audience des criées d u Tribunal
civil de Q u i m p e r l é ,
L E SAMEDI 29 J U I L L E T 1933,
à 13 ii. 30,
En la ville de
QUIMPERLÉ,
en f a ç a d e s u r le c h e m i n d e T y I B o r d e a u x a c c é d a n t à la r e n t e d e la
|gare:
1 0 0 % FRANÇAISE
Montez dans la 6 CV
3
Garage Moderne
J. GUILL0U ¡ ^ V e ^ T -l-Aven,
FIAT FRANÇAISE, vous
Tél 6 8
serez émerveillé de son
confort ei de son luxe.
MAISON
Sa carrosserie entièrec o n s t r u i t e en p i e r r e s et c o u v e r t e en
ment métallique à 4
tuiles, c o m p r e n a n t u n e c a v e ' a u soussol, 3 p i è c e s au r e z - d e - c h a u s s é e , 3 larges places; sa stabip i e c e s a l'étage et g r e n i e r a u - d e s s u s .
lité parfaite, même à 85
UN J A R D I N f r u i t i e r e n t o u r é d e
à l'heure; ses freins hym u r s j o i g n a n t la m a i s o n .
Le tout c o n t e n a n t 390 m è t r e s c a r - drauliques" lui donnant
res.
le maximum de sécurité;
M i s e à p r i x i Vingt mille francs.
ses 4 ressorts entiers ei
ci
'
20.000 Francs.
pour toutes déformations
4
amortisseurs hydrau- Corsets
Membres artificiels
P o u r i n s e r t i o n s o m m a i r e :|
liques; son vilebrequin
12505
p . P I T O N , Avoué.
EDflY Spécialiste de Paris
monté sur 3 paliers; son ILCnUI
7 , r u e d u M e n é , VANNES
I E t u d e s d e M" R. D U C H A T E A U , cadre entreioisé, rigou- (S'adresser Hôtel MACÉ. — Tél. 1-15.)
A v o u é - L i c e n c i é , à Q u i m p e r l é , r u e reusement rigide;' s a
Que de pertes o c c a s i o n n é e s à la forme par la diarrhée,
S a v a r y , n ° 20 ; d é M' P I T O N .
niIPD pour le 29 Septembre pro
r<Muite nA |LUULm
A v c u é à Q u i m p e r l é , r u e d e Quim- consommation
cette maladie qui cause do si grands ravages chez les jeunes
chain. A p p a r t e m e n t de
p e r , n " 12, et d e M' GUILLOU, au minimum:
6 litres 3 pièces, quai Brizeux. S'adresser à
animaux en général, les Poulains et les Veaux on parNotaire à Scaër.
aux 100 kms, fonï a e la Mme Audreu, rue 18du Cimetière, et
ticulier.
pour visiter à M" Tréguier, épice6
CV FIAT FRANÇAISE rie,
A v e c la POUDRE SAINT-CHRISTOPHE cotte
5, quai Brizeux.
une voiture étonnante.
éventualité n'est plus à redouter
L E J E U D I 3 A O U T 1933,
Tous les Agriculteurs-Eleveurs doivent avoir chez eux une
à 14 h e u r e s ,
Voitures luxueusement FRANÇAIS, achetez FRANÇAIS
boîte de cette précieuse Poudre. '
en l ' é t u d e et p a r le m i n i s t è r e
carrossée, depuis...
Votre intérêt et votre devoir
vous
d e M" Guillou, n o t a i r e à S c a ë r ,
La boîte 9 francs. Franco par la poste contre mandat de
20, rue
9
fr.
5 0 .
DâPOT
GÉNÉRAL, :
Pharmacie Normale, H. HABRIAL, 42, Place St-Michel - QUIMPERLÉ
Différents Immeubles l g Q ^ O
Attr
A LORIENT
L .
D R E U M O N T
Armes - Coutellerie - Pêche - Sports
Sô
— HUE
DES
FONTAINES
Tôlûphono
— 25
1 - 2 8
est spécialisé pour tous les Articles de Pêche
pour la Truite, Saumon, Brochet, Carpe, etc...
D e s articles très péchants des l r o s m a r q u e s
Tous les Articles de Fool-llall et Dasket-llali :
Ballons — Chaussures — Maillots
Culottes — B a s — Gants de But — etc.
JEUX et TABLES, et tous ACCESSOIRES pour le PING-PONG
FOOT-BALL d e TABLE
P r e m i e r Lot ::
dépendances
de TY-GOFF,
en la commune
de SCAER,
Une Propriété Rurale
c o m p r e n a n t : Maison
d'habitation
c o n s t r u i t e en p i e r r e s et c o u v e r t e en
a r d o i s e s ; petite Maison c o u v e r t e en
c h a u m e d ' a t t a c h e à la p r é c é d e n t e ;
\un Hangar et une Etable
construits
[en p i e r r e s et c o u v e r t s en a r d o i s e s ;
t r o i s é c u r i e s c o u v e r t e s en c h a u m e .
_ C o n t e n a n c e : 29 h e c t a r e s 46 a r e s
5 centiares.
I Libre de location. Jouissance p a r
m a i n s au 29 S e p t e m b r e 1933.
par
G. de LA LANDELLE
— J e ne vous d e m a n d e p u s d'exp l i c a t i o n s , M o n s i e u r , r é p a r t i t Bén o w s k i en lui t o u r n a n t le dos.
Puis, s'adrossant au capitaine du
Postillon :
— J e laisse cet h o m m e s o u s v o t r e
g a r d e , M. S a u n i e r , et v o u s p r i e d e
m e d o n n e r un c a n o t p o u r m e conRoland.
d u i r e à b o r d du
Yves d e K e r g u e l e n n ' a v a i t p a s d a i g n é se d é r a n g e r p o u r r e c e v o i r M. d e
T e r n n y , q u i f u t b l e s s é d a n s sa d i g n i t é
d e g o u v e r n e u r , el dit en plein gaill a r d - a r r i è r e q u e l'on c o n t r e v e n a i t
a u x o r d o n n a n c e s e n ne lui r e n d a n t
p a s les h o n n e u r s d u s A son r a n g .
Les officiers de m a r i n e restèrent
m u e t s . M. d e L u x e u i l s ' a v a n ç a fort
i m p r u d e m m e n t a u - d e v a n t d e M. d e
Ternay.
K e r g u e l e n , i r r i t é , l ' i n t e r p e l l a du
h a u t d e sa d u n e t t e .
— M o n s i e u r le c a p i t a i n e d e f r é "îite L u x e u i l , dit-il, n o u s n ' ê t e s p o i n t
à v o t r e p o s t e d e m a n œ u v r e ! Bendcz-vous aux arrêts !
— Mais, c o m m a n d a n t , J'allais recev o i r m o n s i e u r le g o u v e r n e u r . . .
•— Vous m e r é p o n d e z a u lieu d e
r.i'obéir ! J e ne c o n n a i s p a s d e gouv e r n e u r ici... A u x a r r ê t s , M o n s i e u r !..
Et p l i i j u n m o t !...
i
V
/
W
W
une
l'action bienfaisante se réalise sans a t a « ,
sans «ouf trances m Interruption de travail,
les hernies les plus volnmlnensea et les
La
plus rebelles diminuent Instantanément d«
volume et disparaissent peu à peu c o n o l è -
Maison 8ABII
tement.
vient de lancer la SuperEcrémeuse
Devant de tels résultats frarantls toujours par
écrit, tous ceux atteints de hernie doivent s'adresser sans retard à M GLASER qui leurrera
gratuitement 1 essai de ses appareils di9k4k.it
Q U I M P E R , 15 J u i l l e t , h ô t e l d e l ' E p é e .
B R E S T - L A M B É Z E L L E C , 16 J u i l l e t ,
r e s t a u r a n t d e la G r a p p e d e R a i s i n ,
5, r u e A n a t o l e - F r a n c e .
L O R I E N T , m e r c r e d i 19 J u i l l e t , h ô t e l
de Bretagne.
H E N N E B O N T , 20 J u i l l e t , d e 9 h e u r e s
à 2 heures, hôtel de Bretagne.
Q U I M P E R L E , 21 J u i l l e t , d e 9 h e u r e s
à 3 h e u r e s , h ô t e l d u L i o n d ' O r et
Voyageurs.
2495
PERFECTION
à bol
inoxydable
qui est
une merveille.
Elle est bien
supérieure
à la
meilleure des Marques
Etrangères.
Barattes et malaxeurs
6ÀRIN,
DOCHATEL & C", c m (Bord)
CHUTES MATRICE e t t o n s
Organes. Varices. Orthopédie
GLASER, 4 4 , B d S é b a s t o p o l • P a r i s
Edouard MONNIER
18, place Saint-Michel, QUIMPERLÉ -
T*u
i.i»
TOUS TRANSPORTS el DÉflÉHfl&EfllENTS
par Camions et Tracteurs
jusqu'à
pli IUI Ulli II 11
22
tonnes
Illllllllllll
A G E N C E
R E N A U L T
GRANDE EXPOSITION
de Voitures neuves et d'occasion
N o s occasions à des prix très intéressants
— :-: sont r e v i s é e s et garanties :-: —
GARAGE
CENTRAL
M m e TRËGUIER
Ecrémeuse
FRANÇAISE
Prenez la
M i
M
B a s s e - V i l l e QUIH1PERL.É
CONCESSIONNAIRE
M. JEAïf Ç O R N O U
BOL inoxlâable
Garage du Flamand
Boulevard de la Gare
Quimperlé, Finistère
elle est
supérieure
à la meilleure
des Marques
Etrangères.
Société des E c r é m e u s e s Françaises
PÄX-LÄBOR,
Cambrai
Apprentissage gratuit - Vente à crédit
TÉLÉPHONE
L'Union Agricole
1 . 4 9
Bennes
ABONNEMENTS :
UN AN
Finiitire.C.-dü-N.,
Compte Courant
Postal
14.189
ET
Morbihan
12 f
Autres dépnrtem.. 1 4
MARITIME
Etranger, 1 2 f.plni port
Mise à P r i x : 160.000 francs
D e u x i è m e Lot :
Au bourf/ de SCAER :
A r t i c l e 1 " . — Une Maison
const r u i t e e n p i e r r e s et c o u v e r t e e n
a r d o i s e s , c o m p o s é e au r e z - d e - c h a u s sée d e d e u x a p p a r t e m e n t s , a v e c u n e
remise
au bout L e v a n t ; à l'étage,
t r o i s c h a m b r e s , a v e c g r e n i e r au-dessus, elle o u v r e 'au Midi p a r d e u x
p o r t e s , un p o r t a i l , et neuf f e n ê t r e s .
, A r t i c l e 2. — Au N o r d et d ' a t t a c h e
a l a d i t e m a i s o n , un appentis
const r u i t en p i e r r e s et c o u v e r t en a r d o i ses.
Article 3.
Au N o r d 'dudit a p p e n t i s , une cour
d a n s laquelle se t r o u v e un
hangar
c o u v e r t en a r d o i s e s ; droit à la nioitié d'un puits s i t u é a u L e v a n t d e la
cour.
Libre d e location. Jouissance p a r
m a i n s au 29 S e p t e m b r e 1933.
Mise à P r i x : 3 5 . 0 0 0 francs
L'Avoué
poursuivant
R. D U C H A T E A U
LE DERNIER
DES FLIBUSTIERS
|• • w
.
\
F
Armand-Brunet.
UNE ÉCRÉMEUSE FRANÇAISE
VENTE PAR LICITATION
d'acheter
La plus ancienne Maltón rlu Monde.
70 années île sucrés.
L'expérience la plus éprouve*.
Les procédés les pins modernes.
J E s u i s GUÉRI. — C'est Varnrmniion rte
tomes les personnes atteintes de hernies qui
ont porté le nouvel appareil sans ressort de
C I A S E P le Orai.d Spécialiste de
„ • U L H O C f l PARIS. 4 4 . U SÉBASTOPOL
En adoptant ces nouveaux appareils, dont
AU H I T FRANÇAIS
POUDRE SAINT-CHRISTOPHE
commandent
M. GLASER, 44, Boulevard Sébastopol, PARIS
Invai franco part amballasa pour toutos
gara» a u u r é a » contra mortallt« 4 mal».
mol*. Ecrivez > SIGRAND, VI«rzon (Cher)
G U É R I S O N
p r o g r e s s i v e et r a d i c a l e , au b o u t de
q u e l q u e s mois, d e ces a f f e c t i o n s graves et t r o p s o u v e n t m o r t e l l e s .
En voici quelques preuves :
M. HÉROS Georges, gendarmerie, &
Ploermel.
M. BROUSTAL Joseph, à Kermagou, en
Langonnet.
M, ORHAN, F., à St-Etienne, en Guer.
M. RUBEAUX Louis, à la Touch«, SaintMartin-sur-Oust .
M. BOURGLAN, à Keryado.
Mme MORVAN, à St-Nlcolas-des-Eaux
M. EGOUNA, à Kernec, «n Languidic
M. RIOU, à Kerhan, en Esquibien.
M. BOSSER, à Lorient.
M. I.E MOl'LEC, à Lorient.
Aussi, t o u t e p e r s o n n e s o u c i e u s e de
sa s a n t é ne d o i t r i e n e n t r e p r e n d r e
s a n s a v o i r p r i s c o n s e i l s d e M. LEROY, le seul s p é c i a l i s t e h a b i t a n t la
, r é g i o n et a p p l i q u a n t l u i - m ê m e s a
m é t h o d e , qui r e c e v r a g r a t u i t e m e n t ,
de 9 heures à 3 heures à :
QUIMPER,
15 J u i l l e t ,
Hôtel d e
I'Epéc ;
L O R I E N T , 19 J u i l l e t , Hôtel de Bretagne ;
PONT-CROIX, 20 Juillet, H ô t e l d e s
Voyageurs ;
Q U I M P E R L l ï , 21 J u i l l e t , H ô t e l d u
Lion d ' O r ;
PONT-L'ABBÊ, 27 J u i l l e t , Hôtel d e s
Vovageurs ;
CONCARNEAU, 28 J u i l l e t , H ô t e l Le
Clainchc.
Un collaborateur
de M.
Leroi/
recevra à :
H E N N E B O N T , 20 J u i l l e t , Hôtel d e
Bretagne.
—
T y p e I W Y P (imp.7 CV.) San» roue libre muiti u 4 vil. 1 8 . 2 0 0
EMTSIX
L A
14.900 FR.
—
HERNIE
p a r son t r a i t e m e n t r a t i o n n e l , s a n s
o p é r a t i o n , s a n s a r r ê t d e t r a v a i l , assure le m a x i m u m d e garantie dans
UNE MATHIS
5/25 CV.
HERNIE
Le c h e v a l i e r du C a p r i c o r n e é t o u f fa u n e d e ses i n n o m b r a b l e s e x c l a m a LOUISnOURG
tions de dépit :
— Les a r r ê t s le s a u v e n t !,.. J ' a t t e n T r o i s j o u r s a p r è s le d é p a r t d e l'Iled a i s la lin d e ceci p o u r r é g l e r a v e c d e - F r a n c e , les r i v a g e s r i a n t s d e l'île
litlui un joli p e t i t duel à la P i e r r e f o r t . S a i n t e - M a r i e ou Nossi-Hibrahim,
se dessi— Vous ne c o n n a i s s e z p a s le gou- t é r a l e m e n t lle-d'Abraham,
verneur de l'Ile-de-France, monsieur naient à l'horizon. — Bénowski n'y
le c o m m a n d a n t ! s ' é c r i a i t à son t o u r r e l â c h a p o i n t , p é n é t r a d a n s la b a i e ,
M. d e T e r n a y . Le m i n i s t r e s e r a i n s - et p u t enfin j e t e r l ' a n c r e à l ' e m b o u t r u i t d e v o t r e a r r o g a n t e c o n d u i t e . . . c h u r e d e la T i n g b a l l e .
S u r les h a u t e u r s , u n e vive f u s i l l a d e
K e r g u e l e n é c l a t a de n o u v e a u . MaiIre absolu à son b o r d , il n ' é t a i t dis. était e n g a g é e . F r a n c h e - C o r d e , J e a n
posé à se l a i s s e r a d r e s s e r de r e m o n - d e P a r i s , P i c d e L a n n i o n , S a u r d e
Dunkerque
repoussaient
p o u r la
trances par personne.
— J e n e v o u s c o n n a i s p a s !... J e v i n g t i è m e f o i s u n e a t t a q u e d e s Zaflfine v e u x p a s v o u s c o n n a î t r e ! E t je B a b è s ; — à la vue d e s n a v i r e s si
v o u s c h a s s e d u p o n l d e ce v a i s s e a u , l o n g t e m p s a t t e n d u s , l e u r a r d e u r redi-il d ' u n e voix q u ' o n e n t e n d i t ton- d o u b l e . Ils o p è r e n t u n e s o r t i e et
n e r au large. S o r t e z !... s o r t e z , vous a c c u l e n t les e n n e m i s d a n s u n e a n s e
s a b l o n n e u s e s o u s le c a n o n du Postildis-je...
lon.
J a m a i s g o u v e r n e u r ne fut o u t r a g é
Béniowski o r d o n n e une décharge à
en t e r m e s p l u s v é h é m e n t s .
V|| Ml
V Ul
a r bUUIo r aMUn» t (le
d r aUpUeLaUuU pHI
par-"
De l ' a u t r e c o t é d u n a v i r e , Bé- p o u d r e en
Malgaches
n i o w s k i était r e ç u a v e c toute la p o m - e m e n t a i r e f a m i l i e r a u xx Malgacf
pe d e l ' é t i q u e t t e n a v a l e . — L e s offi- du l i t t o r a l .
— Voici n o t r e g é n é r a l , BilT-amini,
c i e r s et les g a r d e s - m a r i n e d e s e r v i c e
s ' é t a i e n t p o r t é s a u - d e v a n t d e lui, la tas d e cociuins ! s ' é c r i a F r a n c h e g a r d e en a r m e s f o r m a i t ta h a i e , le C o r d e , et il vous en f e r u v o i r des
c o m m a n d a n t d e la d i v i s i o n le s a l u a i t grises.
Déjà les t r o u p e s d é b a r q u e n t ; les
en a j o u t a n t . :
v é t é r a n s d é g u e n i l l é s , c o u v e r t s d e baJ e v i e n s d ' e x p u l s e r le m i s é r a - l a f r e s , n o i r s d e p o u d r e , p o u s s e n t d e s
ble q u i v o u s p e r s é c u t e d e p u i s si c r i s d e t r i o m p h e .
l o n g t e m p s !... C'est s o u s m a prote'-F l è c h e - P e r ç a n t e , un d r a p e a u ù la
l i o n , c o l o n e l , q u e vous allez p a r t i r .
ain, se p r é c i p i t e du c ô t é des i n d i Le b r i g le Postillon
s e r a s o u s vos gènes, et q u o i q u ' e l l e n e soit c o n n u e
ordres directs.
d ' a u c u n d ' e u x , se m e t à les h a r a n La m o i t i é d e la légion B é n i o w s k i g u e r en t e r m e s h a r d i s .
fui e m b a r q u é e s u r le Des forges ; le
Cependant
Guy-Mauve-Gobe-l'As,
g é n é r a l , sa f a m i l l e et le r e s t e d e s vo- j e u n e t a m b o u r p l e i n d ' a v e n i r , b a t
l o n t a i r e s m o n t a i e n t le Postillon : la a u x c h a m p s . La légion se f o r m e en
b a r q u e île M a d a g a s c a r r e ç u t les c h e - c o l o n n e ; B é n i o w s k i e t son m a j o r
v a u x et les bagages.
m o n t e n t A c h e v a l ; la t r o u p e se diA p r è s l ' é c h a n g e d e s p l u s c h a u d e s r i g e v e r s les ZafFi-Rabès, q u e r e t i e n t
p r o t e s t a t i o n s d ' e s t i m e et d ' a m i t i é , F l è c h e - P e r ç a n t e :
K e r g u e l e n et B é n i o w s k i se s é p a r è — Râ-aminl vous apporte la paix
rent.
ou la guerre ! dit-elle. Fuyez aujour-
Agence Maritime Emile SALMON
LORIENT.
—
LIGNES
WORMS
BULLETIN D'ABONNEMENT
et Cie
Services réguliers entre LORIENT, BORDEAUX, BAYONNE, CAEN, ROUEN, LE HAVRE, BOULOGNE, DUNKERQUE,
BREST et les ports de l'étranger. (Un départ tous les 14
jours dans chaque sens).
Pour frêt et renseignements, s'adresser«
M. E m i l e SALMON, A g e n t M a r i t i m e
4 0 , Quai d e R o h a n — LORIENT
W O R M S & C°
dans tous les a u t r e s p o r t s
Je soussigné
déclare
du
souscrire
?
4 0 , Quai RohBn,
à l ' A g e n c e E m i l e SALMON
un abonnement
1 T
"
193
Ci-joint
un mandat
AGENTS (les COMPAGNIES, des MESSAGERIES M A R I T I M E S
des "CHARGEURS RÉUNIS e t SUD ATLANTIQUE
Pour consulter les horaires des lignes d'Orient, d'Extrême-Orient, de l'Afrigue Occidentale, du Brésil et de la Plata, ainsi que pour retenir les billets de passages, s'adresser :
(1)
de
à
, au journal
ou chèque postal
partir
L'Union Agricole.
de
le
.193 .
Signature :
( 1 ) N o m , prénom, profession et adresse complète.
Détacher ce bulletin et l'adresser à M. l'Administrateur de
l'Union
Agricole,
13, q u a i B r i z e u x , Q u i m p e r l é
(Finistère).
d ' h u i , r e f u s e z d e f a i r e v o t r e s o u m i s - e n t i è r e d e M a d a g a s c a r , d e r e n d r e ( b a r !... Le g é n é r a l é c o u t e a v e c calque dans l a p r o v i n c e d'Anossi, j e
sion e t d ' ê t r e ses alliés, e h b i e n ! v o t r e
commerce
plus
florissant, me... V o y o n s !... et s o y o n s p a r é s à . v o i s b e a u c o u p d e f u s i l s s u r l e u r s
m a l h e u r à vous' ; c ' e s t la g u e r r e q u e d ' a p a i s e r vos q u e r e l l e s i n t e s t i n e s , d e b a t a i l l e r t o u t à l ' h e u r e .
| épaules... J e c o m m e n c e à c r a i n d r e ,
vous aurez choisie.
c o n c i l i e r vos i n t é r ê t s , d e m e t t r e u n
— Des a m i s p a i s i b l e s v i e n n e n t m o r d i o u s ! q u e n o t r e p a c i f i c a t i o n n e
EfTonlahé, p h i l o u b é d u c a n t o n , se t e r m e aux g u e r r e s a c h a r n é e s q u i s ' é t a b l i r p a r m i n o u s , c o n t i n u a i t Sidébuté par u n e bataille générale.
p r o s t e r n e en d e m a n d a n t g r â c e e t v o u s d i v i s e n t , vous r u i n e n t , v o u s l o u l o u t a v e c i r o n i e ; voyez ! Ils s o n t
B é n i o w s k i v o u l a i t à t o u t p r i x évikabar.
a f f a i b l i s s e n t et r i s q u e n t de vous f a i r e s a n s a r m e s , ils ne f e r o n t q u e le c o m — M é c h a n t i m b é c i l e ! dit l ' a d j u - t o m b e r s o u s le j o u g d e q u e l q u e na- m e r c e ; ils ne d e m a n d e n t q u ' u n p e t i t t e r c e t t e e x t r é m i t é c r u e l l e .
— J e n ' a i p a s i n t e r r o m p u le chef
d a n t F r a n c h e - C o r d è e n t r e ses d e n t s , tion p u i s s a n t e , e n n e m i e d e v o t r e in- coin d e t e r r e p o u r y b â t i r q u e l q u e s
le voici tout p r ê t à p a r l e m e n t e r ; ce d é p e n d a n c e . — J u s q u ' à ce j o u r , les cases... E t ce c o i r , a j o u t a le p h i l o u b é Siloulout, dit-il. J e m e s u i s l a i s s é m e m a t i n , il n o u s a u r a i t é g o r g é s s a n s E u r o p é e n s se sont m ê l é s à vos d i f - a v e c a u d a c e , l e u r s c a n o n s s e r o n t b r a - n a c e r d ' u n e g u e r r e d ' e x t e r m i n a t i o n .
f é r e n d s p o u r en p r o f i t e r ; je v e u x q u é s d e r r i è r e l e u r s p a l i s s a d e s ; de- J e s a i s r e s p e c t e r la t r è s s a i n t e d u k a rien entendre.
b a r . Mais le chef E l f o n l a h é a r e ç u le
— Mon v a i l l a n t c a m a r a d e , r é p o n d f a i r e n a î t r e l ' a c c o r d e n t r e les r a c e s m a i n ils c r e u s e r o n t de l a r g e s f o s s é s ;
p r i x d e ce t e r r a i n , je r e f u s e d e le
Béniowski à l'herculéen g r o g n a r d , diverses qui peuplent Madagascar, e bâtiront une citadelle c o m m e Fortr e p r e n d r e , je r e f u s e d e m e r e t i r e r .
je c o n n a i s , vos g r i e f s c o n t r e ce p h i - g r â c e à l ' a l l i a n c e p r o t e c t r i c e d u D a u p h i n !... Ils n o u s e m p ê c h e r o n t
Il f a u t q u e j ' a c c o m p l i s s e m o n œ u v r e !
loubé, p l u s f a i b l e e n c o r e q u ' i l n'est roi, m o n m a î t r e , vous élever a un d e t r a f i q u e r l i b r e m e n t ! Ne vous sou— P o u r q u o i ai-je d é b a r q u é d e s t r o u m é c h a n t . Le p r e m i e r , il vous a b i e n d e g r é de p r o s p é r i t é i n c o n n u e n c o r e venez-vous p a s q u e c e u x d'Anossi
p e s et d e s c a n o n s ? d e m a n d e Silouaccueilli ; d e p u i s , i n f l u e n c é p a r d e s d a n s v o t r e g r a n d e et f é c o n d e t e r r e . sont v e n u s d a n s nos villages n o u s délout. — P a r c e q u e , d è s les p r e m i e r s
t r a î t r e s , il vous a t t a q u e . L a i s s e z - m o i
Ce d i s c o u r s , a p p u y é p a r la p r é s e n - f e n d r e tle t r a i t e r a v e c d ' a u t r e s q u e •jours, v o u s avez a t t a q u é les m i e n s . —
le r a m e n e r à n o t r e c a u s e . C'est p a r ce d e t r o i s c e n t s b a ï o n n e t t e s , d ' u n Bâ-amîni... Et p o u r q u o i ? — p o u r
P o u r q u o i suis-je c h r é t i e n , q u o i q u e
la d o i i c e u i et l'tî p e r s u a s i o n q u e je b r i g d e d o u z e c a n o n s , du t r o i s - m â t s q u e leur B â - a m i n i soit seul m a î t r e el
du s a n g de B a m i n i ? — P a r c e q u e la
mo p r o p o s e d ' é t a b l i r m o n a u t o r i t é . le, Dcsforgcs
qui p o r t a i t aussi quel- seul r i c h e à n o s d é p e n s !...
religion des chrétiens o r d o n n e l a
De•'-sé.vèrej ¡tîfj)rçSJsa'illes s e r a i e n t au- q u e s b o u c h e s à feu, el enfin d ' u n e
Le k a k a r est t o u j o u r s une t r ê v e . p a i x e n t r e f r è r e s . . . — Q u a n t à nies
j o u r d ' h u i plu» nuiHibles q u ' u t i l e s .
h u i l e r i e d ' a r t i l l e r i e v o l a n t e d o n t l e B é n i o w s k i , c o m m e le c h e v a l i e r lui- i n t e n t i o n s , s e r a i - j e v e n u p a r m i v ô n s
— A p p r o u v é ! m d r d i ô u s !... s ' é c r i a m a j o r faisait d é b a r q u e r les p i è c e s m ê m e , était bien r é s o l u à r e s p e c t e r a v e c m a c o m p a g n e m a l a d e , m o u r a n t e
c h e v a l i e r a u CapricôYne, fêté p a r s u r le r i v a g e , p r o d u i s i t d e s e f f e t s la vieille c o u t u m e «les n a t u r e l s . 11 et q u i a b e s o i n d e r e c e v o i r l ' h o s p i ses s o u d a r d s et r a v i d'êlr'e enfin au bien d i f f é r e n t s .
laissa d o n c S i l i u l o u t a c h e v e r un d i s - t a l i t é c h e z d e saillis ? S e r a i s - j e v e n u
m i l i e u d ' e u x ; cette v e r t u - c i est ii son
Q u e l q u e s c h e f s , et e n t r e a u t r e le c o u r s qui n e c o n c l u a i t à r i e n m o i n s a v e c m o n j e u n e fils t o u t e n f a n t , si
rang.
f a i b l e e l f o n l a h é , p a r u r e n t c o n v a i n - q u ' à u n e g u e r r e i m p l a c a b l e , à l'ex- m e s i n t e n t i o n s n ' é t a i e n t p a c i f i q u e s ?
Frai;
r a n c h e - C o i ' d e cessa de g r o n n n e - cus, et t é m o i g n è r e n t u n e s o r t e de p u l s i o n d e s F r a n ç a i s , à la d e s t r u c 1er.
{A suivre).
r e p e n t i r ; la d é f i a n c e d e s a u t r e s était tion r a d i c a l e d e t o u s s e s d e s s e i n s .
B é n l o w s k i ' se t r o u v a b i e n t ô t en au c o n t r a i r e s u r e x c i t é e , et le p h i l o u - Or, t a n d i s q u e le chef m a l g a c h e d é p r é s e n c e , d e s p r i n c i p a u x p h i l o u b é s bé Siloulout, h o m m e b r a v e , astu- v e l o p p a i t l o n g u e m e n t et. a v e c u n e f u des ZalFi-Babés d ' A n t i m a r o a , p r é - c i e u x el p l e i n d ' a m b i t i o n , s ' a v a n ç a neste a d r e s s e d e s a r g u m e n t s , — en
Le Gérant : D . P L O U Z E N N E C .
p a r é s p a r le d i s c o u r s d e F l è c h e - P e r - e n t r e les d e u x t r o u p e s .
r é s u m é f o n d é s s u r d ' e x c e l l e n t e s raiQuimper, Imprimerie Comouaillatse.
ç a n t e u se lier en sa m a g n a n i m i t é .
•— T u v i e n s n o u s p o r t e r la p a i x , s o n s , — le n o m b r e d e s i h d i g è n e s
Vous avez été t r o m p e s , c o n t i n u a s'écria-t-il, p o u r q u o i d o n c d é b a r q u e r allait c r o i s s a n t . D e s é m i s s a i r e s s e c r è Certifié p a r le Gérant soussigné.
B é n i o w s k i ; v o u s avez fait u n e a v e c u n e a r m é e et d e s c a n o n s '? — t e m e n t e x p é d i é s d a n s les d i s t r i c t s
g u e r r e i n j u s t e à m e s s o l d a t s . N o u s U n e f e m m e n o u s dit q u e tu es l e d ' a l e n t o u r y a v a i e n t a n n o n c é l'ar- Quimper, le
d é c o u v r i r o n s , p l u s t a r d , je l ' e s p è r e , Rà-amini,
p o u r q u o i es-tu c h r é t i e n ? r i v é e de R à - a m i n i et d e ses s o l d a t s .
les c o u p a b l e s qu'il c o n v i e n d r a d e p u - P o u r q u o i viens-tu au n o m du r o i d e U n e f o u l e d e p h i t o u b é s et c h e f s d e
n i r . A u j o u r d ' h u i , je v o u s p a r d o n n e F r a n c e '? — Tu ne v e u x p a s d e divi- villages s u i v i s d e l e u r s t r i b u s , desle p a s s é , p o u r v u q u e vous v o u s enga- s i o n s p a r m i n o u s , p o u r q u o i d é c l a - c e n d a i e n t des h a u t e u r s p o u r p r e n d r e
Vu pour
giez s o l e n n e l l e m e n t i\ m e r e c o n n a î - res-tu la g u e r r e à c e u x q u i r e p o u s - p a r t au k a b a r d e d é b a r q u e m e n t .
la
légalisation
de
la signature cf-contTe
tre, c o m m e seul r e p r é s e n t a n t d u roi s e r o n t ton a l l i a n c e ?
'-— D o u c e m e n t ! g é n é r a l , dit à d e m i Mairie de Quimper,
d e F r a n c e . — J e ne v i e n s p a s v o u s
— M o r d i o u s , m u r m u r a le c h e v a - voix le c h e v a l i e r , p l u s n o u s allons,
a s s e r v i r , loin d e lù ! J e m e p r o p o s e lier, v o i c i un d r ô l e q u i va g â t e r les p l u s la p a r t i e s'égalise e n t r ' e u x et le
d e f a i r e r é g n e r la c o n c o r d e d a n s l'île a f f a i r e s . . . Mais un k a b a r est u » ka- n o u s . L e s d r ô l e s sont m i e u x a r m é s
LE MAIBB,
«v
auuvoi
—— i l ü y .
Vendredi 2 1 Juillet !933 f
V •
•••'S*.
Paraissar i
l e V E N D R ! DI
Le courage
••
augmente
L e
avec le danger,
Numéi o :
la vigueur
avec la contrainte
ET MARITIME
Centimi s
Organe Républicain Démocratique et Régionaliste de l'Ouest
ANNONCES ET RÉCLAMES
Réclames (4« page), la ligne. 1 fr.
—
(3« page),
— . 1 fr.
Annonces judic. et volout... 2 fr.
—
Chronique locale.. 2 fr.
L A
S E M A I N E
SoLKlL
Pl. ni P'-Lotll
FÊTES
DU LA SKMA1NR Ufir Coicb. Mat. Soir
u : a S. Apollinaire. 4 13 1941 4 04 If. 22
i ;4 S1« Christine.
414 19 41) 4 38 10 55
m '.A S. Jacques.
415 19 ¡I!) :>n 17 27
m •-6 S " Anne.
4 Iti 19117 5 4B 18 02
417 19;«; « 20 18 M
J L7 S " Nathalie.
V 18. S. Samson.
4 18 19 ;i5 6 58 19 1»
l '.9 S " Marthe.
4 li) 19 :i:» 7 41 20 U6
uns
»
50
»
»
Let annonces tont reçue* aux bureaux
du Journal. Pour la publicité
extradépartementale,
»'adresser,
3D,
Rue
du Faubourq - Poissonnière, Paris (9").
Tél.: Provence, 44-57.
COMMUNICATIONS
E T ANNONCES
à QUIMPERLE, I S , q a a l Brlzenx — Tél. 1 - 4 »
i
;.. '
Compte C o u i u n t P o s t a l , Rennes 1 4 - 1 3 9
LA SEMAINE DE 40 HEURES
Les abonnements se paient d'avance et '
partent du 1" de chaque mots.
On s'abonne au bureau du journal, on en
adressant un mandat-chèque au C/C lt.139.
Rennes.
Les Grands Raids Aériens
LES ÉTATS QUI EH BÉNÉFICIERAIENT
ABONNEMENTS (UN AN)
Finistère, Côtes-du-Nord, Morb. 1 2 fr.
Autres départements et colonies.
1 4 fr.
LE BILAN I
LA LOI
relati,e au prix du blé
D'UNE SESSIONest
maintenant en vigueur
Le chef du gouvernement s'est
explique devant le pays. 11 a rendu
Les dispositions essentielles
compte de l'action ministérielle et
A» c o u r s de ht d e r n i è r e Confé- n a t i o n s asiatiques, telles que le
de
1
œuvre
législative
accomplies
derence i n t e r n a t i o n a l e d u Travail, J a p o n et l'Inde, ont d'ores et d é j à
puis son accession au pouvoir. Cette
La loi portant fixation d'un prix
qui s'est t e n u e e n Mai et J u i n , à n e t t e m e n t pris position et f a i t conaction n'est pas sans faiblesses, ni minimum pour le blé, et organisant
Genève, il a été décidé q u e la se- n a î t r e qu'elles étaient r é s o l u m e n t
celte oeuvre sans malfaçon. C'est une la défense du marché, vient d'être
m a i n e d e 40 h e u r e s ferait l'objet hostiles à la s e m a i n e de 40 h e u r e s ,
faute d'avoir fait voter un budget promulguée.
d ' u n e convention
i n t e r n a t i o n a l e et qu'elles n ' a p p l i q u e r a i e n t j a m a i s
non équilibré ; n'est-ce pas s'être
En voici les dispositions essentielen 1934. La délégation ilalienne a u c u n e m e s u r e t e n d a n t à r é d u i r ?
condamné à une politique d'endette- les :
a u r a i t voulu q u ' o n l'élaborât im- la d u r é e du travail h e b d o m a d a i r e .
ment qui aggrave le déficit, alourdit
Prix minimum du blé pour la péles charges permanentes de la na-riode qui s'étend du 15 Juillet 1933
m é d i a t e m e n t ; m a i s la m a j o r i t é
Et, s a n s a u c u n doute, ni la Rustion et crée .le risque de l'inflation V au-15 Juillet 1934 : Le prix minimum
en décida a u t r e m e n t .
sie ni l'Angleterre n ' a d h é r e r o n t à
On nous promet solennellement de au-dessous duquel le quintal du blé
Il est i n t é r e s s a n t d ' é t u d i e r quels une convention qui ne lierait pas
iiiettre un terme, dans trois mois, à destiné à la consommation humaine
Mouvement
diplomatique sont les E t a t s qui bénélicieraient l ' A m é r i q u e et l'Asie.
cette situation fâcheuse. Au Sénat, à ne pourra être vendu, est fixé à 115
Jeudi matin, en Conseil des Minis- le plus de la nouvelle r é g l e m e n t a plusieurs reprises, et dans les dis- francs. Le cours sera majoré de 1 fr.
tres, M. Ponsot, haut-commissaire en tion d u travail.
cours prononcés à Apt et à Moulins, 50 par quintal le premier de chaque
Syrie, a été nommé résident général
on nous a donné l'assurance formelle mois, la première majoration étant
D'ailleurs, il suffit de voir comau Maroc, en remplacement d e M.
L'ITALIE
que, dès les premiers jours d'Octo- applicable le 1" Septembre. Ce prix
ment a été accueillie e t a p p l i q u é e
Le général Balbo parle devant le micro, à ton arrivée au Labrador.
Lucien Saint, dont le mandat est
bre, le Parlement sera saisi d'un pro- est exclusif de tous frais de courtage,
A
voir
l
'
e
m
p
r
e
s
s
e
m
e
n
t
avec
la
loi
de
h
u
i
t
h
e
u
r
e
s
,
q
u
i
n
o
u
s
Photo
apportée
de
NewYork
par
l'aviateur
Willeij
Post.
(Cliché
Ccllon
arrivé à expiration.
jet bref et substantiel d'assainisse- commission et transport. Il s'appliM. de Martel, ambassadeur de lequel l'Italie d e m a n d a i t une so- régit a c t u e l l e m e n t .
ment définitif. Mieux vaut tard que que aux blés de bonne qualité, saine,
lution
i
m
m
é
d
i
a
t
e
de
la
question,
France à Tokio, a été désigné pour
L'idée de cette loi est v e n u e des
/.'encadre Bulbo,est arrivée à Chi- Stenley Girenas se sont envolés de jamais, sans doute, mais ce retard
remplacer M. Ponsot au haut-com- on ne peut pas d o u t e r qu'elle n ' y E t a t s - U n i s qui e n f i r e n t inscrire cago. — L'escadre aérienne de 23New-York pour tenter d'atteindre est sans excuse. Si le gouvernement loyale et marchande, d'un poids spécifique au moins égal à 76 kilogramtrouverait de gros a v a n t a g e s .
missariat en Syrie.
le p r o j e t d a n s le t r a i t é d e paix. hydravions du général italien Italo Kowno sans escale. Ils n'avaient à ne s'était pas condamné à vivre aux. mes l'hectolitre. Il est interdit à tout
T o u t d ' a b o r d , elle a un million Or, lorsqu'il s'est agi e n s u i t e , à Balbo a amóri sur le lac Michigan, bord ni T. S. F. ni parachute. L'avion dépens d'une majorité dominée par acheteur d'offrir ou de payer un prix
Le Pacte à Quatre est signé. de c h ô m e u r s . L ' é t a b l i s s e m e n t de W a s h i n g t o n , de d i s c u t e r ce p r o j e t , à Chicago, après un périple de 9,200 est tombé vers minuit et demie dans les socialistes, le redressement finanélevé. Toute réduction de prix
kilomètres, par Amsterdam, London- une forêt de Poméranie. Il a pris cier dont le caractère d'urgence ne moyen
Samedi dernier 15 Juillet, le Pacte la s e m a i n e d e 40 h e u r e s p e r m e t - les E t a t s - U n i s se sont a b s t e n u s .
effectuée, même sur l'offre du profeu,
et
les
deux
aviateurs
ont
été
le
Labrador
e'
derry.
ReickyaviK,
lui
échappe
nullement,
serait
chose
à Quatre a été signé à Home par M. trait d e f o u r n i r d u travail à u n e
ducteur par le meunier ou par le
Le p r o j e t f u t n é a n m o i n s voté
carbonisés.
faite depuis longtemps.
Mussolini et les ambassadeurs de partie d ' e n t r e eux. Les a u t r e s trou- par 83 voix, d o n t 29 voix gouver- Montréal.
courtier, sur le prix minimum ser«t
On
sait
qu'à
l'amérissage
à
AmsII va l'entreprendre à l'automne, punie d'une amende égale au quintuFrance, d'Allemagne et d e Grande- veraient de l ' e m b a u c h e assez faciLe Tour d.c l'Afrique par 25 avions
à
l
'
h
e
u
r
e
actuelle,
n
e
m
e
n
t
a
l
e
s
.
Or,
a
coulé
et
que
terdam
un
hydravion
Bretagne.
français. — Le Ministre d e l'Air a alors que se posera de nouveau avec ple de cette réduction.
lement d a n s les pays qui ne con- s u r 29 E t a t s s i g n a t a i r e s , 20 n ' o n t ses occupants ont été noyés.
décidé de faire accomplir, à la fin une acuité particulière le problème
Résiliation des marchés : Le vennaissent
pas
le
c
h
ô
m
a
g
e
o
u
q
u
i
Les
autres
aviôns
ont
continué
ias encore ratifié l a c o n v e n t i o n
La Conférence
de Londres.
de
cette année, un voyage d'escadre de la Trésorerie. Sans doute le gou- deur conserve la faculté de récupésont m o i n s g r a v e m e n t touchés, en des h u i t h e u r e s .
leur route avec le succès le plus
vernement
compte-t-il,
pour
arracher
en Afrique Française,
• La Conférence de Londres s'ajour- particulier en F r a n c e .
rer contre son acheteur la différence
Soumis a u x 50 E t a t s q u i com- complet.
Ce voyage sera effectué par vingt- à sa majorité d'héroïques décision«, de prix qu'il aurait pu consentir aunera le 27 Juillet, en enregistrant les
sur
les
salutaires
menaces
qui
vienCe
serait
faire
taire,
de
l
'
a
u
t
r
e
posent la Société des N a t i o n s , le
Le lotir du momie de Post. — cinq appareils d'armes du type Po- nent de cette situation. Le fait est dessous du prix minimum légal. L'acrésultats acquis au sein des deux
L'aviateur américain "Willey Post tez T. O. E.
commissions monétaire et économi- côté des Alpes, toute une catégo- p r o j e t n ' a été ratifié q u e p a r 15
tion en récupération devra être enrie de m é c o n t e n t s , d ' o ù des diffi- d ' e n t r e eux. E n A l l e m a g n e , p a r s'est envolé de NeW-York pour ten- L'itinéraire, franchissant l'fSspa- qu'il ne nous dit pas de quels maté- gagée dans les six mois qui suivront
que.
riaux
se
composera
l'œuvre
d'équiliIl est convenu, en outre, selon la cultés en m o i n s p o u r le d i c t a t e u r exemple, si l'on c o m p t e 0 millions ter de battre le retord d u tour du gne en deux étapes, à l'aller et aubre qu'il annonce. S'agit-il de de-la date du contrat. Tous les marchés
thèse des pavà d u 'bloc-or, que se- et u n e dépense considérable e n de c h ô m e u r s , on c o m p t e a u s s i d e monde, établi par lui en 1931, en retour, passera successivement à Ra- mander encore un nouvel effort aux comportant livraison après le 15
Colomb-Béchard, Adrar, Bidon- contribuables, effort d'autant plu.-, Août 1933, seront, si la livraison n'a
ront écartés des travaux de ces deux m o i n s pour le T r é s o r italien.
11 à 12 millions d ' o u v r i e r s q u i compagnie de l'Australien Gatty. bat,
Cinq, Taoo, Mopti, Bamako, Tamba- pénible,
Commissions tous les problèmes se
assure M. Lamoqreux, que pas été faite, résiliés sans indemnité,
Déjà n o t r e région d u Sud-Est travaillent p l u s de 48 h e u r e s p a r Cette fois Post voyage .seul.
Il a volé tdireqtemelït d e New- bounda, Dakar, Kayes, Cségou, Oua- l'on a fait voter d'abord lés mesures à la demande de l'une quelconque des
rapportant aux questions monétai- est p r e s q u e e n t i è r e m e n t envahie, s e m a i n e .
gadougou,
Niamey,
Zinder,
FortYork à Berlin, d'où il est parti pour
parties.
res.
colonisée p a r les Italiens. D ' a p r è s
Ceci n o u s p e r m e t de prévoir ce Moscou. Après on 'atterrissage forcé Lamy, Font-Archaml>aud, Bangui, les .plus faciles: .et ,1e»,plus aisément
La demande en résiliâtion-<levr^Un
programme
le d e r n i e r r e c e n s e m e n t , il y a a u - qu'il a d v i e n d r a d e l a s e m a i n e de à Kcenigsberg, puis un arrêt de deux Fort-Archambaud, Fort-Lamy, Zin- acceptables?
être formée avant le 11 Août. En ce
Dans
ce
cas,
il
eût
peut-être
été
de
tant
d'Italiens
que.
d
e
F
r
a
n
ç
a
i
s
der,
Niamey,
Gao,
Bindon-Cinq,
International
40 h e u r e s . On signera — on signe heures à Moscou, il a repris son vol
concerne les marchés réglemenpolitique d'éviter certaines qui
de travaux publics ? d a n s le d é p a r t e m e n t des Alpes Ma- tout ce que l'on veut — m a i s o n en direction de la Sibérie. Après Adrar, El-Golia, Tougourt, Tunis. bonne
tés, les opérations postérieures au 15
à
l'adresse
des
allusions
méprisantes
Alger,
Oran,
Meknès.
avoir atterri à Novosibirsk, il est
ritimes. M. Mussolini n e serait
Juin 1933 seront annulées purement
A la Conférence d e Londres, M. s a n s d o u t e pas f â c h é q u e ce m o u - se g a r d e r a bien d e f a i r e h o n n e u r reparti pour Khabarovsk,
Le commandement de l'escadre organisations économiques et deset simplement ; celles antérieures à
à sa signature, et d e mettre e n
syndicats
de
ces
contribuables
qui
Jouhaux a exposé un projet français
sera confié au général Vuillemin
cette date seront liquidées conforméde travaux publics internationaux, vement s'étendit a u x régions i n - application le p r o j e t signé.
Un raid X'eiv-York-Kowno
tragi- l'un des plus grands pilotes de laassurent, par leur labeur, la vie quo- ment aux règlement de ces marchés,
tidienne
de
l'Etat,
et
qu'il
ne
faudrait
destiné à procurer du travail aux dustrielles.
quement interrompu.
— Les avia- guerre et le meilleur spécialiste de
tout de même pas traiter comme des connue en cas de taxation générale.
chômeurs, en attendant la reprise
Qui sait si p a r m i ces o u v r i e r s
teurs lithuaniens Stephen Darius et l'aviation d'Afrique qu'il a créée.
Taxation. — Le ministre de l'Agrifactieux et des suspects. Les contrinormale des affaires.
qui viennent chez n o u s c h e r c h e r
S u p p o s o n s d o n c que la F r a n c e
buables ne jugeraient sans doute pas culture est autorisé à fixer par déL'Italie et l'Angleterre ont repous- d u travail, il n'en est pas qui sont
nécessaire de faire entendre de vi- partement le prix minimum de la
sé cette suggestion.
bien p o u r v u s de diplômes, et qui, a p p l i q u e la s e m a i n e de 40 h e u r e s
goureuses
protestations s'ils n'avaienl farine panifiable.
D'autres orateurs ont appuyé le t r a v a i l l a n t avec des m a i n s d ' o u - et que c e r t a i n s p a y s voisins n e
Un officier de marine français pas l'impression
que le gouverneRéquisition.
— A l'encontre des
l
'
a
p
p
l
i
q
u
e
n
t
pas.
projet français.
vriers, savent r e g a r d e r avec d e s
assassiné à Kobé (Japon).
ment, au lieu d'alleger les dépenses, meuniers et boulangers qui comproOn voit i m m é d i a t e m e n t le gros
yeux
d
'
i
n
g
é
n
i
e
u
r
s
.
SouvenonsHitler doit
refréner
Un drame s'est déroulé à bord de cherche, une fois de plus, à se tirer mettraient le ravitaillement, le gouo u s de cette alfaire d ' e s p i o n n a g e inconvénient q u i e n r é s u l t e r a i t
l'aviso français Regulns qui fait par- d'affaire sur leur dos.
vernement pourra appliquer les mel'ardeur de ses troupes. nqui
p
o
u
r
n
o
u
s
.
Un avion allemand laisse tie de l'escadre française se trouvant Faut-il, d'autre part, se louer sans sures suivantes: réquisition des blés,
a été r é c e m m e n t découverte
Nos
prix
de
revient,
d
é
j
à
t
r
o
p
Hitler et les dirigeants du parti d a n s nos fortifications des Alpes !
tomber des tracts hitlériens actuellement en Extrême-Orient.
mélange, de l'effort législatif, aussi des moulins et magasins.
élevés, s e r a i e n t encore c o n s i d é r a national-socialiste sont obligés mainUn jeune Annamite a tiré à coups considérable que fâcheusement présur Salzburg.
E
n
o
u
t
r
e
,
tlans
l
'
h
y
p
o
t
h
è
s
e
d
'
u
n
Vérification.
— Tout exploitant
tenant de multiplier les conseils de
blement augmentés : on parle
Un avion allemand, venant de Ma- de revolver sur le lieutenant de vais- cipité, qui a marqué les derniers de minoterie sera soumis au contrôle
modération contre l'impatience et conflit avec l'Italie, quelle serait d ' u n e p r o p o r t i o n de 20 % et peuta
été
grièvement
seau,
Sourdille,
qui
jours
d'une
session
par
ailleurs
assez
du service des Contributions Indirecnich et qui est reparti dans la même
les ambitions de certains d e leurs l ' a t t i t u d e des s u j e t s italiens rési- être plus.
direction, a laissé tomber sur Salz- blessé. Transporté immédiatement à mal employée ? Pourquoi faut-il que. tes. Tout refus de vérification sera
partisans. La sévérité des avertisse- d a n t en F r a n c e Y
l'hôpital,
le
lieutenant
a
été
aussitôt
même
les
parties
les
plus
louables
puni d'une amende de 500 francs c i
Or, a c t u e l l e m e n t , n o u s a v o n s burg un millier de tracts imprimés
ments qui sont lancés officiellement
Q u a n d la crise é c o n o m i q u e acinvitant la population à se soulever opéré, mais il a peu après succombé et les plus nécessaires de cette œu- principal. La comptabilité et la cormontre, en effet, que 'beaucoup tuelle sera passée, q u a n d les peu- toutes les peines d u inonde à sou- contre le gouvernement autrichien. à ses blessures.
vre parlementaire, se ressentent du respondance commerciale pourront
L'assassin s'est ensuite suicidé.
d'Allemands sont allés au nazisme ples travailleront de n o u v e a u nor- tenir la c o n c u r r e n c e des p a y s voibesoin constant de nos dirigeants être examinées à tout moment.
Celui-ci a annoncé que la propadans l'idée seulement d'en tirer un m a l e m e n t , l'Italie r a p p e l l e r a ses sins. Nos e x p o r t a t i o n s o n t "consi- gande
d'acheter, par de regrettables conaérienne
nationale-socialiste
d
é
r
a
b
l
e
m
e
n
t
baissé
et
n
o
t
r
e
proLe port du revolver cessions, les votes du groupe socia- Déclaration des ensemencements.
profit matériel et personnel.
s u j e t s "et la F r a n c e , privée de lapre m a r c h é est i n o n d é de p r o d u i t s serait combattue par la force.
Tout propriétaire, fermier ou méest
sévèrement réprimé liste ? A la lumière de ces multiples —
m a i n - d ' œ u v r e é t r a n g è r e , sera d a n s é t r a n g e r s v e n d u s à vil prix.
Des protestations vont être faites
tayer doit declarer à la mairie, avant
M. Hulin
concessions,
fruits
d'une
politique
de
en
Angleterre.
par la voie diplomatique.
l ' e m b a r r a s et ne p o u r r a plus pro« troc », on ne peut sans inquiétude le 1 " Mai, ses ensemencements en blé
d'appel duire.
devant la cour
Avec les 40 h e u r e s ce sera enLe gouvernement anglais vient de se demander à l'aide de quels gages d'hiver et en blé de printemps.
Nouveau c o u p porté à son
de
Poitiers.
Toujours des rapts
core pire.
déposer à la Chambre des Lords un nouveaux le gouvernement obtiendra
indépendance.
Déclaration des stocks au début de
au«. Etats-Unis. projet de loi aux termes duquel tout de
Si n o u s v o u l o n s v e n d r e nos p r o ces troupes de soutien qu'elles vo- chaque campagne : Quiconque déM. Hulin, ancien sous-secrétaire
individu
porteur
d'un
revolver,
au
luits
ù
l
'
i
n
t
é
r
i
e
u
r
,
il
f
a
u
d
r
a
de
Privés de leur industrie lucrative
L'ALLEMAGNE
tent le projet financier sur lequel, en tient plus de dix quintaux doit en
d'Etat à la guerre, avait fait appel
nouveau élever des b a r r i è r e s d o u a - par l'abolition «le la prohibition qui moment de son arrestation, sera pasprochain, il entend, cette faire la déclaration à la mairie.
de la décision du Conseil de l'Ordre
L'Allemagne, à ce point de vue, nières, i n s t i t u e r d ' a u t r e s c o n t i n - a tué l.a contrebande, les Bootleggers sible de sept ans de travaux forcés Octobre
fois, engager sa responsabilité.
des avocats de Poitiers le radiant
Comités. — La loi règle la formase
t
r
o
u
v
e
d
a
n
s
la
m
ê
m
e
situation
et
de
quatorze
s'il
essaie
de
se
servir
des cadres de l'Ordre.
g e n t e m e n t s p o u r e m p ê c h e r les pro- el autres gangsters n'ont rien trouvé
Quand il s'est agi de faire voter tion dans chaque département de.
de celte arme. Cette disposition, qui
Samedi, à 11 heures, en Chambre q u e l'Italie. Le chômage, chez elle, d u i t s é t r a n g e r s de c o n c u r r e n c e r de mieux que de pratiquer en grand complète
l'excellente réglementation par le Sénat le cours forcé du blé, comités consultatifs d'organisations
le rapt des personnes susceptibles
du Conseil, la Cour d'Appel de Poi- est b e a u c o u p plus grave encore : les n ô t r e s .
anglaise contre les armes portatives, M. Marcel Régnier, rapporteur géné- et de contrôle de la production du
d'être rançonnées.
tiers, toutes chambres réunies, a O u t r e - R h i n o n n e c o m p t e p a s
de la Commission des Finances, blé ; un Comité National consultatif
Mais a u s s i il f a u d r a n o u s a t t e n M. John O'Connell, 23 ans, fils de s'appliquera même aux revolvers- aral donné
prononcé, contre M. Hulin, un an de m o i n s de 0 millions de s a n s - t r a à la Haute Assemblée de est créé au Ministère de l'Agriculture.
suspension et dix ans d'interdiction vail. L a r é d u c t i o n des h e u r e s d e dre à des représailles. Les p a y s l'un des chefs du parti démocrate, a jouets qui peuvent être dangereux.
Stockage. — Le ministre est autoOn sait qu'il est interdit en Angle- sévères avertissements.
de faire partie du Conseil de l'Ordre travail n'est pas p o u r inquiéter le victimes d e la f e r m e t u r e d e n o sété enlevé. Les bandits ont envoyé à
— Nous risquons, a-t-il dit, d'être, risé à faire assurer par des groupeterre
de
posséder
un
revolver,
même
la
famille
de
M.
O'Connell
une
lettre
p
o
r
t
e
s
r
é
a
g
i
r
o
n
t
e
n
f
e
r
m
a
n
t
les
des avocats de la Cour d'Appel de Reich, bien au c o n t r a i r e . Avec l'arde menaces, exigeant une rançon de chez soi, sans déclaration prélimi- amenés à mettre à la charge de ments agricoles agréés la constituPoitiers.
gent qu'il n o u s devait et qu'il n e leurs et n o u s ne p o u r r o n s p l u s 250.000 dollars. Ils déclarent que leur naire à la police qui délivre un per- l'Etat — sur qui pèse la menace tion de stocks de blé destinés à la
Cette peine constitue, aux termes n o u s a p a s versé, avec l'argent rien exporter.
d'une inflation — un fardeau sous vente échelonnée. La rémunération
captif sera mis à mort si la police est mis spécial.
du décret du 20 Juin 1920, la sanc- q u ' o n lui a prêté et qu'il ne r e m Mais si n o u s ne v e n d o n s pas, informée de cet attentat.
le poids duquel il s'écroulera.
comprend, du jour du contrat à celui
tion la plus sévère après la révocales usines d e v r o n t t o u r n e r a u r a Le ministre de l'Agriculture, sans de la vente, l'intérêt du capital enUn
quatre
mâts
américain
bourse
pas,
il
a
développé
d
'
u
n
e
— Le banquier Luer Riche, qui est
tion.
méconnaître le bien-fondé de cesgagé, calculé, d'après le taux des
vogue â la dérive
f a ç o n intense ses i n d u s t r i e s . Ses lenti, sinon a r r ê t e r d é f i n i t i v e m e n t âgé de 77 ans, a également été enlevé,
appréhensions, a cru pouvoir s'en avances sur titres de la Banque de
Nos troupes
progressent usines, m u n i e s d e t o u t le m a c h i - l e u r s m a c h i n e s . Ce s e r a a l o r s le ainsi que deux docteurs, M. Engberg, depuis 6 ans sur l'Atlantique. laver
les mains en déclarant que son France et une allocation de cinq
c
h
ô
m
a
g
e
a
c
c
r
u
d
a
n
s
des
p
r
o
p
o
r
chirurgien
connu,
et
son
collègue,
n
i
s
m
e
m
o
d
e
r
n
e
,
p
o
u
r
r
o
n
t
p
r
o
d
u
i
Selon
un
rapport
des
autorités
au Maroc.
d'assainissement du marché francs par quintal et par an, repréancien pugiliste, le docteur Hedburg. maritimes américaines, le quatre- projet
re, avec m o i n s d ' h e u r e s de travail, tions i n i m a g i n a b l e s .
du blé n'avait nullement prévu la sentant les frais de toute nature et
Au Maroc, le général Giroud a bien plus que celles de la p l u p a r t
Au lieu d'avoir a b s o r b é de la Ces deux derniers ont été, en ou- mâts américain Maurice K. Thurlom lixation d'un prix minimum.
le bénéfice consenti.
accompli une nouvelle avance, et des a u t r e s pays, et à des prix dé- m a i n - d ' œ u v r e , o n a u r a c r é é d u tre, victimes d'une tentative de meur- sillonne l'Atlantique depuis plus de
C'est d'ailleurs
rigoureusement
Le ministre peut organiser aussi,
ses troupes ont traversé le massif
tre
de
la
part
de
leurs
ravisseurs.
cinq années et demie. Ce n'est qu'un
c h ô m a g e n o u v e a u , et l'on contien cas de besoin, le report d'une parMelloul, dont tout le bassin est liant toute c o n c u r r e n c e . E t bienLe gouvernement semble décidé à navire abandonné de son équipage vrai.
n
u
e
r
a
a
t
o
u
r
n
e
r
d
a
n
s
le
m
ê
m
e
cerLe
cours
forcé,
ce
sont
les
sociatôt n o u s verrons l ' E u r o p e et le
entre nos mains.
une offensive de grand style contre et jusqu'ici il n'a pas été possible de listes qui l'ont demandé. Le minis- tie de la récolte de naturation, le
peut encore allouer des prim o n d e i n o n d é de la camelote alle- cle vicieux.
les bandits.
ramener, à la côte le bateau désem- tre s'est incliné sans enthousiasme ministre
mes pour encourager l'utilisation des
La plaine marocaine en feu. m a n d e , c o m m e en 1913.
A
paré.
devant leur exigence. Là est la tare blés indigènes et des farines basses
Une chaloupe chavire
Ce quatre-mùts, qui transportait un de ce gouvernement composé d'hom- à des usages autres que l'alimentaUn tracteur ayant pris feu a proIl n o u s s e m b l e d o n c q u ' à se plasur là Volg « : 70 noyés. chargement
ET LA FRANCE ?
de bois, subit des avaries mes raisonnables et très souvent tion humaine ou la fabrication de
voqué un immense incendie dans la
Une chaloupe transportant deux le 15 Octobre 1027, près de Diamond bien inspirés, mais qui faiblissent l'alcool.
plaine du Gharb au Maroc. Le si- Q u a n t à la F r a n c e , o n ne voit cer au point d e vue f r a n ç a i s n o u s
n ' a v o n s pas i n t é r ê t à voir établir cent cinquante excursionnistes a cha- Shoals, aux environs du cap flatte- (levant
nistre a porté sur 30.000 hectares:
l'action. Au lieu de diriger,
Exportation. — La loi. comporte,
deux fermes françaises ont été dé- pas bien ce qu'elle p o u r r a i t gagner chez n o u s la s e m a i n e d e 40 heu- viré sur la Volga, près de Yaroslaw, ras et fut jeté à la côte. L'équipage de dominer sa majorité, il se laisse
d a n s le concert d e s n a t i o n s , à res.
à cause de son lourd chargement, et put être sauvé, mais le lendemain, «rrneher, par elle, des mesures qu'il d'autre part, des mesures destinées à
truites.
favoriser l'exportation.
1
comme les hommes voulaient monter suit néfastes.
E n s o m m e , n o u s a v o n s relati- a coulé.
24 indigènes, cernés par les flam- l'établissement de la loi de 40 h e u On compte 70 victimes, dont les à bord pour prendre leurs objets
Taxe « la moulure. — Elle affecte
mes, auraient été carbonisés. Une res.
vement peu de c h ô m e u r s ; et n o u s
personnels, le quatre-màts avait disau financement des diverses opéracinuuantaine d'autres ont subi des
Depuis de n o m b r e u x mois, n o u s n'en a u r i o n s peut-être pas e u d ucorps ont été retrouvés.
paru.
tions de défense du prix du blé, une
brûlures plus ou moins graves, et a v o n s u n e balance c o m m e r c i a l e tout si l'on n ' a v a i t pas v o u l u acsomme de 300 millions par an. Les
On supposa qu'il avait coulé et il
ont été 'hospitalisés à Port-Lyautey é n o r m é m e n t déficitaire. Les prix cepter a u t a n t d ' é t r a n g e r s , t r o p Une usine de pétrole flambe :
7 morts.
300 millions seront procurés notamfut considéré comme détruit et rayé
Fez et Meknès.
Les
finances
Cartellistes
de revient d e nos i n d u s t r i e s sont souvent des i n d é s i r a b l e s ebaysés
ment par la création d'une taxe à la
A la suite d'une explosion qui s'est de la liste des bateaux en service."
Un nombreux bétail a péri dans t r o p élevés par suite des i m p ô t s
mouture variant de 0 fr. 50 à 1 fr. 50
de chez eux, e t qui v i e n n e n t e n produite dans une usine de produits
jugées par un Cartelliste
Treize jours plus tard, le navire
les flammes.
t r o p lourds, et n o u s ne pouvons F r a n c e g a r n i r les b a n c s de la c o r - à base de pétrole, à Smackover (Etats- hollandais Sleidricht
par quintal, selon l'importance des
informait les
moulins. Les moulins produisant
c o n c u r r e n c e r les p r o d u i t s é t r a n - rectionnelle q u a n d ce n e sont p a s Unis), un violent incendie s'est dé- autorités américaines qu'il avait
Les
beautés
claré. Quatre personnes ont péri aperçu le bateau prétendu disparu,
« Il u a peu d'espoir que le Par- moins de 12.000 quintaux ne payent
du paradis
rouge. gers s u r les g r a n d s m a r c h é s mon- les bancs des c o u r s d ' a s s i s e s .
pas la taxe. En cas de besoin," des
diaux.
Avant de p r é c o n i s e r une r é f o r - dans les flammes, trois ont succombé filant à une vitesse de trois milles à lement, à moins d'une pression irré- emprunts seront émis jusqu'à conD'après un rapport du secrétaire
à leurs blessures. Il y a en outre plu- l'heure dans la direction du (juif sistible de l'opinion publique, voie currence de 400 millions, par l'inAvec
les
40
h
e
u
r
e
s
,
le
h
a
n
d
i
c
a
p
me
aussi
d
i
s
c
u
t
a
b
l
e
q
u
e
celle
de
général du Comité Exécutif du ConStream. Le nom du quatre-màts était les désagréables
sieurs blessés.
mesures
d'écono- termédiaire de la Caisse Nationale de
grès des Nationalités, sur la situa- sera encore p l u s l o u r d . D ' a u t a n t la s e m a i n e de 40 h e u r e s , i! e u t
nettement lisible et aucune confusion mie qui s'imposent.
Après
avoir Crédit Agricole.
tion actuelle de la Russie soviétique, alus q u e fort p r o b a b l e m e n t , et peut-être é t é p r é f é r a b l e d ' o u v r i r
n'était possible.
confondu la politique de la sporprès de dix millions de Russes se- jien que le B u r e a u I n t e r n a t i o n a l une e n q u ê t e p a r t o u t e la F r a n c e ,
Depuis, on n rencontré six fois ce tule électorale avec le progrès déraient morts de faim durant les der- du T r a v a i l ait été f o n d é p o u r éta- pour savoir si les é t r a n g e r s t r a - n e n t chez eux, m a i s qu'ils ne vien- vaisseau fantôme. Le Maurice K. mocratique, après avoir affi'rmé que
niers six mois,
blir une r é g l e m e n t a t i o n
interna- vaillant e n F r a n c e e x e r c e n t bien n e n t p a s se faire m a n œ u v r e s d'usi Thurtow ayant été signalé une sep- les convictions républicaines se meLa famine aurait nris une exten- tionale d u travail, bien des E t a t s la profession p o u r l a q u e l l e un per- nés, m é c a n i c i e n s ou c h a u f f e u r s .
tième fois, à la hauteur du cap Char- suraient au tarif volé pour les alloUne collision de navires :
sion encore inconnue
jusqu'ici, n ' a c c e p t e r o n t p a s d'Établir chez mis leur a été a c c o r d é .
les, le service des côtes américain cations de toute espèce, il est maQ
u
e
cette
.enquête
soit
faite
e
t
158 manquants.
d'une part à la suite de la mauvaise eux la s e m a i n e de 4 0 h e u r e s .
envoya six torpilleurs à la recherche laisé de revenir à la sagesse. »
Que ceux <iui ont été a u t o r i s é s q u e soient prises les décisions du bateau fantôme pour le couler à
récolte de 1932 et, d'autre part, en
Les
E
t
a
t
s
U
n
i
s
sont
a
b
s
e
n
t
s
du
Le
vapeur
chinois Tounan a somà e n t r e r en F r a n c e c o m m e m i i a e u r s qu'elle c o m p o r t e et il y a u r a e n coups de canon, mais là encore le
Jean M i s t l e b ,
raison de l'effondrement de la théoaprès une collision avec le Chorie collectiviste du Gouvernement B. I. T., f o n d é p o u r t a n t à leur ins- et c u l t i v a t e u r s r e s t e n t à l a m i n e F r a n c e d u travail p o u r t o u s les quatre-màts avait disparu avant l'arDéputé, radical-socialiste bré,
Choun-Marru. 53 hommes de l'équitigation, D ' a u t r e p a r t , de g r a n d e s ou à la c u l t u r e o u q u ' i l s vetour- F r a n ç a i s .
rivée des torpilleurs.
soviétique.
J . G.
(L'Ere Nouvelle, 16 Juin 1933.)
page et 105 passagers ont été noyés.
CE OUI SE PASSE
' vaivi oitiii
Le Congrès socialiste s'est ouvert
v e n d r e d i 14 Juillet, à la Maison de
la Mutualité, ù P a r i s .
Déjà la veille, trois
réunion*
s'étaient
tenues
simultanément j
Paul Faqre, le d o c t r i n a i r e , avait dit
à ses p a r t i s a n s : « En ce qui conc e r n e notre motion de blâme (à
l'égard dp» POTlemojitaires qui ont
voté le budget), aucune concession
n'est possible ».
A te réunion de« modérés (Rcnaudel, Marquet, Déat), Marquet avait
d é c l a r é : « Le Congrès est t e r m i n é
avant d'être commencé,
miisque
P a u l F a u r e maintient sa volonté de
sanction ; mais nous n'acceptons
•pas d'être codamnés, non par vanité,
mais parce que nous avons raison ».
Et M. Renaudel fut catégorique :
« Volonté de sanction, dit-il, c'esl
volonté d e scission ».
De leur côté, les centristes, avec
M. Vincent Auriol, ont dit leur
volonté d e r é u n i r les d e u x tendances
p r é c é d e n t e s et de faire l'unité du
parti.
Ce sont sans doute c e s d e r n i e r s
qui firent p l a c a r d e r au Palais de la
Mutualité ces formules lapidaire»
qui e x p r i m e n t bien la crainte d e la
scission :
« Evitons la formule qui divise. »
« R e c h e r c h o n s l'action qui unit. »
« Camarades, d e votre calme dépend l'unit^ <|u p f l r t i »
Le première JQUIDQO f u t consacrée A la question d u
Populaire,
journal officiel d u parti. M. Léon
Blum, d i r e c t e u r politique, et M. Compère-Morel, directeur-administrateur,
sont on d é s a c c o r d . On veut en supp r i m e r un, le second bien e n t e n d u .
Mais M. Compère-Morel se d é f e n d
c o m m e un beau, diable.
En outre, les articles d e M. Renaudel pnt été relégués à la quatrième
p a g e d « journal, d'où f u r e u r de
celui-ci.
On s'interpelle, on s'inveçtive, les
poings se tendent, (es frères ennemis se crient leur haine réciproque.
P o u r en finir, on d é c i d e de renvoyer » l'examen d ' u n e commission
la question de la dualité de direction.
QIJIHPERLE
UN ECHO DE LA CROISIÈRE
DES PARLEMENTAIRES
AUX PORTS IBÉRIQUES
MAROCAINS E T ALGERIENS
Nous cueillons dans les
journaux
marocains de la fin de Juin
l'entrefilet suivant :
Casablanca, le 20 J u i n 1933.
Un sénateur victime d'une méprise
Parmi les passagers qui p r e n n e n t
part i» la croisière du « Cap Vàrella » et qui viennent de débarquer à Casablanca, figurent de nombreux Parlementaires. Or, l'un t|e
ceux-ci, M. Tanguy, sénateur du Finistère, vient d'être l'innocente victime d'une méprise.
M. Tanguy qui, p e n d a n t lu traversée, était vêtu de costumes légers
do flanelle blanche, comme la plupart de ses collègues, était descendu à Lisbonne vêtu d'un vieil habit
à la f r a n ç a i s e et d'un c h a p e a u de
velours aux larges bords. Des journalistes l'ont pris pour un ecclésiastique, et des j o u r n a u x portugais, du
24 Juin, qui donnent su photographie, l'intitulent : « M. Tqnguy, aumônier du Cap Varella ».
C'est une méprise qui ne tire pas
ii conséquence. Plus grave eut été
un accident auquel M. Tanguy a miraculeusement é c h a p p é à Cintra, —
ce dont nous le félicitons sincèrement.
UN QUIMPERLOIS AUX ASSISES
DE LA SEINE. — Louis Nicolas, originaire de Quiinperlé, a c o m p a r u
d e v a n t les Assises de la s e i n e pour
cairçi riolage en c o m p a g n i e d e six
puiics camarades.
Il a été c o n d a m n é à 2 ans de prison.
VOTHP MÉDECIN FAVORI
P S T C E L U I QUI
VpUS A L E MIEUX SOIGNÉ,
De i^eme, en matière d'automojlije, vqtrp huile favorite est celle
•qui • vou* r e n d les meilleurs servi-
ce!.
Adoptez l'HUILE D. F. des Etablissements DESMARAIS FRÈRES,
toujours stable, t o u j o u r s pure, et
vous n'en voudrez plus d'autres.
L'HUILE D. F. est en vente en
bidons d e 20 litres, en tonnelets d e
50 litres chez tous dépositaires, et
en bidons d e 2 litres chez tous les
pompistes d e s Etablissements DESMARAIS FRÈRES.
EU Pllf: MIE EST RAPPELÉE A
L'ORDRE. — E u p h é m i e est le c h a r 'mant prénom que porte une dame
C..., de la rue T e r r e de Vannes. Or
Euphémie possède trois beaux toutous,' qu'elle laisse se p r o m e n e r sans
les m u n i r du collier réglementaire.
Déjà un de ses chiens lui « apporta » l'autre jour un nrocès-verbal.
Quelques jours après elle en a t t r a p a
un 4utfe, son second chien ayant
osé fui aussi attenter, par sa tenue
incorrecte,... à la p u d e u r d e M. le
Commissaire et d e ses agents.
Euphémie, Euphémie, gare au
troisième !
GEORGES L E
Alexandre
de la Fuculté de Médecine de Pan»
9 , Rue Lebas, -
COURTIER INDÉLICAT.
Au
mois d'Octobre d e r n i e r , M. Quénéhervé, c o m m e r ç a n t à Bannalec, a v a i t
livré à un courtier de P a r i s , Louis
Robert, 5.000 kilos d e pommes d e
terre. A maintes reprises, M. Quénéhervé lui réclama le paiement d e
cette m a r c h a n d i s e , soit 1.950 f r a n c s .
Las d ' a t t e n d r e , il # p o r t é plainte à
la gendarmerie.
LouiS Robert nfa p a s été r e t r ^ i
a P a r i s ; 1 indélicat p e r s o n n a g e avait
d u p r e n d r e un nom d ' e m p r u n t .
GUET
QUIMPERLÉ
Fédération d e s Amicales
de l'Enseignement Catholique
de France
Le 3" Congrès régional des Amicales de Bretagne se tiendra, le
21 Septembre p r o c h a i n , à Rennes.
Il s'ouvrira, à 8 h. 30, par une messe
au collège Saint-Vincent, et p r e n d r a
fin vers 16 heures. Invitations et
p r o g r a m m e s seront p r o c h a i n e m e n t
adressés aux intéressés d u Finistère.
Le Président
de la S. D.
Amiral Excklmans.
30. rue des Fontaines,
sauf le
lundi
LA F Ê T E NATIONALE. — La fête
du 14 Juillet s'est déroulée à Quimp e r l é suivant le p r o g r a m m e que
nous avions publié.
De 11 heures à midi, la musique
Excelsior, de Lorient, d o n n a sur la
place Nationale un c o n c e r t qui fut
très a p p r é c i é d u public. Les courses organisées obtinrent également
un f r a n c s succès. Nous en d o n n o n s
ci-dessous les résultats:
Course de bicyclettes.
—- Débutants, moins d e 16 ?ns, — 1, Mestre;
3. Deredec; 3. T a n g u y ; 4, Tallec,
Grand Circuit international.
— 1,
Depierrois, d e Quimperlé; 3. Guillemot,
Lanvenégèn ; 3. Jaffrézou,
Douarnene?; 4. Coadror, LocunoU'.
Course cantQvalç. — 1. Ricouard,
de Baye, avec 2 minutes d ' a v a n c e ,
prises sur une distance d e 10 kilomètres; 2. Depierrois; 3. Canévet.
Courses de chars. — 1. Alfa, à
Guillaume, Lanvénégen; 2. Volt, à
Conan, Névez; 3. Confions, à Capitaine, Bannalec; 4. Dompteur,
à
Bayon, L p r i e n t ; 5. Rigolo, à Ropert,
Keryado.
LORIENT
SERVICES D E T A B L E
Terre da f«i> et poroelaine
Hilmn '« mieux a«ort/« de It région
PARDON D E SAINT-DAVID. —
Dimanche
23, p a r d o n de Saint-David: messes basses à Sainte-Croix,
à 6 h. 30, 7 h. 30 et 8 h. 30. Grand"
messe, à Saint-David, à 10 h. Le
soir, à 3 heures, à Saint-David, vêpres, procession et bénédiction d e
la Vraie Croix.
F Ê T E DU QUARTIER D E LA
GARE & DES USINES D E CONSERVES. — Nous d o n n o n s ci-dessous le
p r o g r a m m e d e la fête d u q u a r t i e r
de k ?are et d e s usines d e c o n s e r ves, fête qui aura lieu les d i m a n c h e
23 Juillet et l u n d i 24 Juillet.
Dimanche
23.
A 10 heures, Défilé pour le t o u r
d e la ville.
A 12 heures, Banquet p a r sousc r i p t i o n chez M. Noulet, restaurateur à Ster-Goz. P r i x : Í 5 f r .
A 13 h. 30, Course d ' e n f a n t s . P r i x :
10, 8, 6, 4 et 2 francs.
A 14 heures, Course d ' h o m m e s .
P r i x : 30, 20, 10 et 5 f r a n c s ,
A 16 heures, Circuit cycliste PetitBreton, international, sous les règlements de l'U. V. F. P r i x : 150, 100,
75 et 50 f r . et p r i m e s d e passage.
A 17 heures, Mât de cocagne, Lots
divers.
A 18 heures, Gavotte d ' h o n n e u r .
Flot de r u b a n s {jeunes et vieux).
Le soir, Illuminations d u q u a r t i e r ,
attractions foraines.
Lundi 24.
Courses d e bicyclettes, p o u r h o m mes et femmes,
Course de brouettes.
Courses à pied.
J e u x à la poêle, etc..,
Électricité Générale
-
CLOHARS-CARNOËT
HJSTRÇRIE
-- A P P A R E I L S -DE CHAUFFAGE
MOTEURS, etc...
JOURNÉE DES MAITRISES. —
Le 9 Juillet, la chorale d e SainteCroix a p r i s p a r t à la journée
annuelle d e s maîtrises qui, cette
année, a eu lieu au Passage-Lanriec,
d a n s la propriété d e Slanoir d u Bois.
Une d i z a i n e d e groupes étaient
représentés, venus des différentes
paroisses d u Sud-Finistère. Nous
avons p a r t i c u l i è r e m e n t
remarqué
les c h a n t s de la grand'messe, qui ont
été exécutés sous bois d a n s un c a d r e
merveilleux, avec un ensemble parfait.
PHONOS
DISQUES
Réparations en t o u s Genres
LE CONCOURS DE TIR. — Ainsi
que nous l'avions a n n o n c é , la société d e tir La Laïta a organisé un
grand concours de tir, doté de beaux
et nombreux prix.
Déjà, le 14 Juillet et d i m a n c h e
d e r n i e r , d e fins guidons ont réussi
de magnifiques tirs; mais d ' a u t r e s
se promettent de faire encore mieux.
Nous d o n n o n s ci-dessous la liste
des p r i x :
Concours p u b l i c : 1 " prix, 150 fr.;
2. 115 fr.; 3. 110 fr.; 4. prix 100 f r . ;
5. 80 fr.; 6. 50 fr.; 7. 40 f r . ; 8. 20 fr.;
9. 10 fr.; 10. 5 f r a n c s .
Concours jeunesse.
1. prix, 50
f r . et une médaille d ' a r g e n t ; 2. 20
fr.; 3. }0 fr.; 4. 5 francs.
C o n c o u r s vétérans. — 4 prix en
nature et une médaille de b r o n z e au
premier.
Nombreux diplômes.
Challenge d e La Laïta. — Offert
par M. Hotte, ouvert à toutes les
sociétés.
Le c o n c o u r s pt le challenge seront
tirés avec des armes absolument réglementaires.
LA J E U N E GARDE A CHATEAULIN. — Dimanche d e r n i e r 16 Juillet.
31 sociétés des Patronages d u Finistère, réunissant plus d e 2.000 gymnastes ont pris p a r t au c o n c o u r s départemental de gymnastique et d'éducation physique, à Chàteaulin. La
Jeune Garde y était représentée p a r
60 gymnastes. Au c o n c o u r s de section adultes (parallèles, b a r r e fixe,
ensembles, courses, sauts), nos gymnastes ont o b t e n u un prix d ' h o n n e u r
en 1 " division. La section d e s pupilles a également obtenu un prix
d ' h o n n e u r en l r ° division. Félicitations.
MENTHE-PASTILLE
Fa Meilleure fiqueur d e Menthe
DE GRANDES F E T E S AÉRIENNES A QUIMPERLÉ, les 5 et 6 Août.
— Nous a p p r e n o n s que deux g r a n d e s
journées de manifestations aeronautiques sont en voie d'organisation
pour les 5 et 6 Août p r o c h a i n s .
Le samedi 5, les avions venant de
divers centres r e j o i n d r o n t Quiinperlé par la voie des airs et l'après-midi
sera consacré à la visite des appareils et aux baptêmes de l'air. Nombreux seront sans nul doute les amateurs qui profiteront de l'occasion
pour goûter aux sensations et aux
joies d'une p r o m e n a d e aérienne audessus de notre pittoresque cité.
Le d i m a n c h e 6 Août sera c o n s a c i é
à un grand meeting d'aviation auquel
p a r t i c i p e r o n t des pilotes réputés,
virtuoses de l'acrobatie aérienne et
des acrobates-parachutistes qui sont
des as du genre.
Le terrain choisi pour celte manifestation est peu éloigné de Quiinperlé ; il est situé à Kerlen, dans un
c a d r e c h a r m a n t : c'est une vaste
prairlo a p p a r t e n a n t à M. Le Lôancc,
maire de Caudan, qui a bien voulu
la mettre ù la disposition des organisateurs.
Rappelons à l'occasion de cette
fête d aviation qu'il n'y en a p a s eu
ii Quimperlé depuis 1912 ; aussi cette
fête de l'air est-elle appelée à remporter un immense succès et ti avoir
un grand retentissement dans la région.
Nous aurons d'ailleurs l'occasion
d'en reparler.
tous les jours,
Ohlrurgien-Dentlat«
—
D. F . M. P .
—
CABINETDËHTAIRF,
3 , Place Hervo,
3
Q U I M P E R L É T/ ..90
LA FOIRE DU BOURGNEUF. —
Cette foire, si achalandée en bestiaux de tous genres, y c o m p r i s la
race chevaline, et qui avait lieu le
24 Juillet de chaque année, aura lieu
le quatrième v e n d r e d i d u mois, soit
le 28 Juillet. C'est la seule foire aux
bestiaux qui se tient à la basse-ville;
c'est aussi l'une d e s p l u s f r é q u e n tées.
DANS LES VIGNES. — Les gend a r m e s eu patrouille on rencontré,
il 22 heures, d a n s la rue Bellevue :
T h o m a s Yves, âgé d e 30 ans, ramonBACCALAURÉAT. — Nous a p p r e - neur à Lorient, qui, en état d'ivresse
nons avec plaisir que notre jeune manifeste, titubait et gesticulait. Il
compatriote Jégou, d e Lothéa, vient fut conduit au violon pour y cuver
d e passer avec succès les épreuves! son vin. Le lendemain il fut remis
d u baccalauréat d e u x i è m e partie. en liberté, nanti d ' u n procès-verbal
pour ivresse.
Nos sincères félicitations.
QUIMPERLÉ
Consultations tout le» Jourt t Çulmperli
**uf le meroredl 4 Buntlto
18, Rue Savary (Maison Rivalin)
Consultations
C U Z I A T
CHIRURGIEN-DENTISTE
CHIRURGIEN-DENTISTE
- de 1« Faculté de Puris -
P u i s vient |a g r a n d e discussion au
sujet d e s votes d u groupe parlementaire- M. Paul F a u r e tient absolument à ce que le congrès blAme le
g r o u p e parlementaire, çe sera la
p r e m i è r e sanction, puis la Commission a d m i n i s t r a t i v e appliquera
les autres s'il y a lieu. « Au groupe
parlementaire, dit-il, vous faites
seulement figure d e réformistes sans
réformes. »
— « Et vous, de révolutionnaires
sans révolution », lui rétorque M.
Lafont- M. Paul F a u r e estime, en
effet, que la situation est plus révolutionnaire que jamais, m a i s qu'il
n e peut plqs être question d'une révolution d a n s la rue. L'heure est
venue de p r e n d r e notre cahier de
Huyghcns.
Et il t e r m i n e :
« Votre Daladier est p r i s o n n i e r
d e s forces du capitalisme. 11 va
s'écrouler, d a n s quelques semaines,
c o m m e Herriot en 1920. Puis il y
a u r a une concentration. Et vous e n '
serez p o u r votre honte. Le mécontentement populaire se r e t o u r n e r a
c o n t r e vous. »
M, Marquet, député-maire d e Bordeaux, verse au facisme. Il estime
qu'il faut aller r a p i d e m e n t au but.
« Nous pouvons, dit-il, trouver l'occasion de nous m o n t r e r d e s hommes
susceptibles d ' a p p o r t e r d e l'autorité
et de l'ordre, et cela sans p e r d r e
notre autonomie. Que le parti socialiste s'organise sur le plan national,
tout en gardant les possibilités internationales p o u r d e m a i n . »
Cette théorie « épouvante » Léon
Blum, et le bouillant Zyromski déclare qu'elle n'a rien de c o m m u n
avec le socialisme.
M. Renaudel estime que le groupe
p a r l e m e n t a i r e a bien agi. Il demand e au Congrès d e d é c i d e r 1" la possibilité d ' a d h é r e r à des gouvernem e n t s d e coalition, 2" la possibilité
d e voter le budget, y c o m p r i s les
crédits militaires.
il. Renaudel.
— Dans les temps
n o r m a u x , je c o m p r e n d s les gestes
symboliques comme celui du r e f u s
d u budget. Mais, sommes-nous d a n s
d e s t e m p s normaux ?
... Actuellement, le problèmo est
celui-ci: ou bien les socialistes s'Inc o r p o r e n t à la m a j o r i t é ou ce sont
les groupes de d r o i t e . Mais il faut
r e n o n c e r à voir des majorités de
rechange.
Si, d e ce Congrès, il ne sort pas
l'engagement que l'unité de vote du
g r o u p e p a r l e m e n t a i r e ne sera p a s
r o m p u e sous quelque raison que ce
soit, vous nous retrouverez, d a n s un
a u t r e Congrès, et ce sera p o u r pron o n c e r notre exclusion. C'est bien
vrai que la volonté de sanction peut
d e v e n i r une volonté d e scission. La
responsabilité est entre vos mains. »
Deux clans bien d i s t i n c t s sont
d o n c en p r é s e n c e : d ' u n e part PaulF a u r e , Z y r o m s k y et Pivert, qui tiennent t o u j o u r s pour la lutte des classes et le catéchisme d e Karl Marx;
de l'autre, Renaudel et Marquet, qui
sont pour un socialisme évoluant
d a n s le c a d r e national.
E n t r e les deux, Vincent Auriol et
le f u y a n t Léon Blum qui essaient en
vain de concilier les inconciliables.
Finalement, à la séance de lundi
après-midi, le Congrès vote p a r 2197
m a n d a t s contre 971 la motion PaulF a u r e , blâmant le groupe parlementaire.
M. Léon Blum déclare q u e l'unité
morale du parti n'est pas atteinte;
mais M. Renaudel constate qu'en votant le blftme, le Congrès à détruit
toute possibilité d ' a c c o r d et rendu
impossible une entente véritable.
Nous c r o y o n s , en effet, qu'il sera
difficile, malgré les flnessos do M.
Blum, d ' e m p ê c h e r la scission do se
produire.
AU TRIBUNAL
CORRECTIONNEL. — UNE AFFAIRE DE FRAUDE
COMMERCIALE. — Un commerçant de notre ville était poursuivi
p a r le service des fraudes, à la suite
d'un prélèvement d'eau-de-vie tit r a n t un degré légèrement infér i e u r à celui qu'il aurait d û faire.
L'affaire q u i était venue une p r e mière fois, le H Juin, d e v a n t le tribunal, avait été reportée au 15 Juillet, en vue d ' e n t e n d r e le Directeur
du Laboratoire m u n i c i p a l de Brest.
Après une excellente plaidoirie
de M" Jadé, l'inculpé a été relaxé des
tins de la poursuite.
Vaches laitières
Génisses et vaches pleines
Porcs (le kilo)
Veaux (le kilo)
Froment
Seigle
Orge
1.000. »
1.200. »
6.20
3.50
115. »
85. »
80. »
Sarrazin
» 90. »
Avoine
85. »
Pommes de terre (les 100 kilos) s. cours
Foin (les 500 kilos)
230. »
Paille (le? 500 kilos)
120.»
Son (les 100 kilos, g r o s ) , . . . ; .
58. »
Son (les 100 kilos, détail)
70. »
Farine du pays
165. »
Beurre salé (la livre)
7.50
Beurre doux (la livre)
4.50
(Eufs (la douzaine)
4. »
Poulets vieux (la couple)
30. »
Poulet» jeunes (la couple)
25. »
Cidre pur j u s . . ,
300. »
Cidre ordinaire
,...,...
250. »
ARZANO
MEDAILLE MILITAIRE. — M.
Rousselot Louis, c h a r r o n à Nivinen,
ex-soldat d u 28* régiment d'artillerie, s'est vu attribuer la médaille
ACCIDENTS D'AUTOS. — Le 13 militaire p o u r sa bravoure et ses
Juillet, à Saint-Nicolas, une voiture glorieux faits de gueire. Toutes nos
de tourisme, en voulant éviter un félicitations.
attelage, a 'heurté violemment l'arNÉCROLOGIE. — Nous avons
rière d ' u n fourgon automobile en
stationnement, et a été sérieusement a p p r i s avec regret la mort de M.
Joseph Fichoux, de Stang-ar-Haro.
endommagée.
Le constat d'usage a été fait par vénérable vieillard d e 80 ans, p è r e
de M. Fichpux, conseiller général
M' Le Quéré, huissier.
— P l u s loin, sur la route d u d u canton d'Arzano.
En cette douloureuse circonstance,
Pouldu, en face de Porsguen, une
automobile est allée se jeter contre nous adressons à M. Fichoux et à
un pylône en ciment a r m é . Naturel- toute la famille nos sincères condolement, le pylône tint bon et c'est léances.
la voiture qui céda.
BANNALEC
I ^ s dégâts matériels sont assez
RESULTATS DU
CERTIFICAT
considérables.
D'ÉTUDES PRIMAIRES. —
Ecole
des garçons
(ville).
—
MUNI D E PERMIS DE CON- publique
DUIRE DES VOITURES DE TOU- Jean Bernard (mention bien), Jean
RISME, IL EST SURPRIS CONDUI- Beuze (b.), Jean Le Bloch, P i e r r e
SANT DES POIDS LOURDS. — Boutet, Bras Roger (b.), Eugène CaRené J... conduisait sur la route dic, André Cadiou, Yves Campion,
nationale n° 165 un tracteur auto- Jean Carer, Louis Cariou (b.), F r a n mobile traînant une r e m o r q u e de çois Le Clech, René Le Coadic, Jo)lus de 3.000 kilos. Les g e n d a r m e s seph Cornée, Marcel Duval, Jean
e prièrent d ' e x h i b e r son permis de E n i r a n , Marcel Forlot, Robert Le
conduire. Comme celui-ci ne s'appli- Gall, Vincent Le Gallic, Roger Gourquait qu'aux voitures de tourismo, Iay, Roger Guigourès (b.), Robert
il lui fut dressé procès-verbal pour Kervéan, P i e r r e Labbé (b.), Eugène
Louis
Malcoste,
Gilbert
infraction ù l'art, 20 d u décret d u Lorrec,
Moëuner, Louis Morlet, André Naour,
31 Décembre 1922.
Jean Péron, Yves Prat, Ravmond
Rémot, Louis Salaiin, Marcel Sinquin, Yves Sinquin, Lucien Tallec,
V o u l e z - v o u s une SITUATION ? René Tallec, Marcel T h i e r , René
un emploi a s s u r é en quelques T r o a d e r , Jean Verheyen, Jean Gargam.
m o i s ? 8uivez les oours pratiques
Ecole publique de filles (ville). —
de l'BCOLE PIQIER, 9 . r u e d e s
F o n t a n e s à LORIENT. — D i p l ô m e s Christianne Le Bail (b.), Germaine
après examens. —
P l a c e m e n t C a r r e r , Anna Créac'hmine, Denise
I)u, Odette D u r a n d , Louise Flena s s u r é d a n s t o u t e la F r a n c e par Le
ter (b.), Yvette F o u r m e n t i n (tr. b.),
l e s « o i n s d e s Amloalea PIQIER.
Annie Glémarec (b.), Aline Goapper,
LA KERMESSE PAROISSIALE. —
Une g r a n d e kermesse a été o r g a n i .
séç à CJohars, d o n t le p r o d u i t était
destiné à la restauration d e la vieille
église panoissiale.
Elle a obtenu un succès éclatant.
Un excellent service d'autobus avait
été prévu, q u i amçna sur le t e r r a i n
de Saint-Jacques une foule considérable de Clohars, d e Moëlan, de
Quiinperlé, de Riec et d e s communes avoisinantes.
Au départ d u bourg, un magnifique cortège se forma, e n t r a î n é p a r
les accents d u biniou et d e la b o m b a r d e d e Jean-Louis Bienvenue et
d e Michel Le Clanche, d e GuidelUne longue tile d e petites fillettes,
toutes fières d e porter de r u t i l a n t s
oostumes bretons, faisaient l'admiration d u public.
Sur le t e r r a i n , c o m p t o i r s et attractions diverses f u r e n t littéralement
pris d ' a s s a u t : c r ê p e r i e c l o h a r s i e n n e ,
buvette, l a p i n o d r o m e , loteries, tombola, jeux d'adresse, et le comique
« p e n m o c ' h dilostet ».
Un c o n c o u r s de tir, d i r i g é de m a i n
d e m a î t r e par M. Louis Garo, f u t le
rendez-vous d e s plus fins guidons de
la région, et naturellement les tir e u r s de la Laïta, de Quiinperlé, remortèrent les p r e m i e r s p r i x .
Nous d o n n o n s ci-dessous ie palmars d e ce c o n c o u r s .
1 " prix, Pivert Hubert, La Laïta,
7 m a x i m u m , 1 chevreau ; 2., Garo
Albert, La Laïta, 2 m a x i m u m , 1 carafon eau de Cologne ; 3., P i v e r t Arthur, La Laïta, 1 maximum, 1 empiècement de chemise ; 4., Huon, Assurances, La Laïta, 1 bouteille eau de
Cologne ; 5., Gouyec, Kerbonalen.
La Laïta, 1 réveil ; 6., Garo Yves,
La Laïta, 1 lampe électrique ; 7., Le
Pennec, Clohars-Carnoët, 1 bouteille
de Champagne ; 8., Bellec, u n e bouteille de C h a m p a g n e ; 9., Loyer, Quimperlé, La Laïta, une boîte de p a p i e r
a lettre ; 10., Ségalou, Langlazic, La
Laïta, 1 rasoir de s û r e t é ; 11., Marzin, Quiinperlé, La Laïta, 1/2 douzaine de m o u c h o i r s blancs ; 12., Aud r e n , Langlazic, La Laïta, 1 seau garni; 13., Danzé. Moëlan, une statuette;
14., Tallec, Kervennou, un abonnement à l'Union Agricole ; 15., Scop.
zec, Moëlan, un abonnement
à
l'Union Agricole ; 16., Guillou Albert
Clohars-Carnoët, 10 f r ; 17., Garo J o seph, Moëlan-sur-Mer, 10 f r .
Nous adressons nos félicitations
aux organisateurs de cette belle kermesse, en p a r t i c u l i e r à M. l'abbé
Blanchard, recteur, et à ses deux
dévoués vicaires, MM. P i c a r t et Gélébart, ainsi qu'aux dévoués commissaires, et aux t e n a n c i e r s de
comptoirs et attractions diverses, en
un mot à tous ceux qui contribuèrent d ' u n e m a n i è r e ou d ' u n e autre
au succès de la fête.
Place Harvo, QUIMPKRUt
livre les lettres de
2 heures après la
*
mariage
commande
TRAVAIL S O I O N t
•'V A D R E S S E R
A
^
A U COMITÉ DES FÊTES. — Les
c o m m e r ç a n t s du b o t j r « et d q quartier d e L » n n e v i n sç sont
réunis
s a m e d i 15 Juillet, A 20 heures, salle
•de la m a i r i e , sous la p r é s i d e n c e d e
M. A n d r é J o s e p h , c o n s e i l l e r m u n i c i p a l , en vue d e la f o r m a t i o n d ' u n
C o m i t é o f f i c i e l d e fêtes.
L e C o m i t é a été ainsi f o r m é : président, M. Colas C h r i s t o p h e , (|p L a n n e v i p ; s e c r é t a i r e , M. C o i s i n o Joseph ; t r é s o r i e r , iM. L o u i s G a r o ;
m e m b r e s , MM. L e H e n
François,
Rouat F r a n ç o i s , L o z a c h m c u r , T r o meur Henri.
Xous venons de recevoir
IIPI" Insérons
<I litre
1UC
menta(r»,
l'article
purement
suivant
clocu-
I.p petit port cl G Merrien serait-Il h la
v e i l l e «le devenir célèbre ? On serait tenté
de le croire... h une série d'Incendies qui
ont Jeté l'émoi p a r m i cette paisible population succède des
réunions très m o u v e mentées.
Samedi matin, une centaine de m a r l n s péchcuri se sont assemblés sur ja cale et
ut discuté des m o y e p j k mettre pa oeuvre
pour empêcher l'Installation d ' u n parc il
huîtres en a v a l de la cale.
I.a rivière de Merrien sert de refuge il une
soixantaine de petits bateaux do pèche.
I.e haut de cette r i v i è r e est affectée il
l'élevage d'huîtres très réputées ; quiconque
l'ait une demande obtient sans d i f f i c u l t é une
concession de parc dans cette partie du
port. L'aval
de la cale était réservé aux
bateaux. Ce petit r e f u g e est très recherché
des m a r i n s et ce pour diverses ruisons que
nous allons brièvement exposer.
D'accord
avec
l'assemblée,
le
C o m i t é a d é c i d é , à l ' o c c a s i o n de
l ' i n a u g u r a t i o n de la n o u v e l l e é c o l e
q u i a lieu le 30 Juillet, au q u a r t i e r
de
Ker-Joseph,
d'organiser
une
g r a n d e c o u r s e d e ' b i c y c l e t t e s intern a t i o n a l e , à 17 heures, a v e c les p r i x
s u i v a n t s ; 1 " p r i x 300 f r . ; 2' 200
A marée basse, les bateaux se mettent au
sec au Heu dit « I)cg-ur-tiogucn » . C'est uns
f r , ; 3 ' 100 f r . ; 4» 50 f r .
L g pourse est o u v e r t e à tous
ç o u r e i i r s sons d i s t i n c t i o n ,
les
cale sèche naturelle que les m a r i n s ont it
leur disposition et Ils en p r o f i t e n t pour
f a i r e les réparations à leurs bâtiments.
Mémo les marins des autres portq l'utilisent.
D'autre part, cet emplacement est le seul
dans un rayon de six k i l o m è t r e s où les m a rins-pécheurs peiivpnt trouver les v e r s pour
u p p i l e r U'urp Ijpnes.
I.es m a r i n s ont t o u j o u r s estimé que cette
Poliitp ar Oogucn leur était do la plus
gramle utilité. Or. ce illt lieu vient
d'être
concilié
à un ostréiculteur
local pour
l'établissement
il'aii parc l't huîtres.
l o n g t e m p s la p o p q ^ t | o n m a r i t i m e s'est
rel'uséu ii croire que cette copocsslon était
accordée et ce n'est que lorsque le concessionnaire a voulu commencer l'Installation,
que lus marins, unanimes, ont protesté.
L ' I n s t a l l a t i o n d ' u n pure ù. cet endroit
entraîne à des conséquences graves.
Où Iront les pécheurs pour r e f a i r e les
peintures extérieures de leurs bateaux ?... A
llrlgneuu, il Douélun 7... c'cst-ii-dlre il 5 kilomètres de chez eux... cur 11 ne serait plus
question de p o u v o i r mettre leurs M t l m c n t s
il sec à Merrien...
C O U P S E T BLESSURES. — Mme
L f t i M n ; n é e Herlé»dan, d e K e r g u é ffuen-lp-Bois,
s'est p l a i n t e aux genq a r m e s d ' ê t r e l ' o b j e t d ' i n s u j t e » et d e
c o u p s (Jo la p a r t de s e » v o i s i n e s ,
M p i » v e u v e Guennou et M m e s P é r o n
ef L e B o u r h i s .
L e 7 Juillet, d ' a p r è s ses d é c l a r a t i o n s , elle aurait été j ç t é e ù t e r r o ,
t i r é e p a r les c h e y o p x ot m o r d u e au
pouce p a r M m e v o u v o G u e n n o u . L e
l e n d e m a i n , elle aurait été saisie ù la
g o r g e et f r a p p é e p a r ]a m ê m e personne.
Et Mine B o u r h i s et M m e P é r o n
l ' a u r a i e n t insultée.
M a i s les t é m o i n s q u ' e l l e i n v o q u e
assurent que c'est au c o n t r a i r e M m e
L o i s o n qui a insulté et f r a p p é ses
voisines.
E l l e a d ' a i l l e u r s m a u v a i s e réputaQuant aux ligueurs,
t i o n et passe p o u r m é c h a n t e , ja- ressource de désarmer
do
quoi appAtcr leurs
l o u s e ; d e plus, il p a r a i t q u ' e l l e s'enEn définitive, autant
ivre fréquemment.
L'AfFAIRE
DP
L'ILE
S?AJNTP A y L . — N o s lecteurs se souviennent d e s tragiques, é v é n e m e n t s q u i
se d é r o u l è r e n t
à l'île
Saint-Paul,
dans l K ) c é a n I n d i e n .
D e s F î n i s f é p i e n s de g a n ç a r n e a u
d e Pont-Aven, qui y travaillaient
p o u r le c o m p t e de la S o c i é t é
«La
Langouste d e F r a n c e » , y c o n n u r e n t
les a f f r e s d e la f a i m et de la maladie, et q u a t r e d ' e n t r e eux y t r o u v è rent la mort.
Un des rescapés, M. H e r l é d a n , actuellement à P o n t - A v e n , a r a c o n t é
les manoeuvres d o n t il a été l ' o b j e t
pour l ' e m p ê c h e r d e p o r t e r p l a i n t e .
M a l g r é les promesses qui lui ont
été faites, M . H e r l é d a n est d é c i d é
à p o u r s u i v r e l ' a f f a i r e . II a o b t e n u
.l'assistance j u d i c i a i r e au T r i b u n a l
de la Seine.
I l sera d é f e n d u p a r M" C a m p i n ohi ; le p r o c è s est r e m i s jusqu'après
les v a c a n c e s .
LE C A D A V R E - D E LE SAUX EST
R E T R O U V É . — N o u s a v o n s relaté
récommcnt
la d o u b l e
noyade
de
deux retraités de la m a r i n e , au
retour d ' u n e p a r t i e d e p ê c h e e n t r e
la p o i n t e d e T r é v i g n o n et l ' e n t r é e d e
la r i v i è r e d e P o n t - A v e n .
L e c o r p s de l'un d ' e u x , Joseph
Rioual, avait été r e t r o u v é de suite,
mais ce n'est que lundi que l e c a d a vre de
Louis-François
Le
Saux,
m a î t r e •principal d e m a n œ u v r e , a été
d é c o u v e r t non loin d e la c a l e d e
R r i g n e a u , p a r M. C a p i t a i n e , d e K e r glien, en M o ë l a n ,
Le corps a été transporté dans
l'après-nuli au domicile de la famille
à Pont-Aven.
N o u s r e n o u v e l o n s à la f a m i l l e nos
bien s i n c è r e s c o n d o l é a n c e s .
REMISE DE DÉCORATIONS.
—
A l ' o c c a s i o n du 14 Juillet, la c r o i x
de C h e v a l i e r d e la L é g i o n d'honneur a été r e m i s e à M. le d o c t e u r
L e L o u ë t , m a i r e d e P o n t - A v e n , et la
Merrien aura vécu.
Une centaine de f a m i l l e s sera sacrifiée a Médaille, m i l i t a i r e à M M . S c a n v i n e r ,
Jacob, C a l v a r et L o m e n e c ' h .
OORAY
l'Intérêt d ' u n seul.
Nos
félicitations
aux
nouveaux
Mais comment feront les habitants de
SUITES
MORTELLES
D ' A C C I - Merrien, l'écoulement naturel des eaux du d é c o r é s .
D E N T . — N o s lecteurs se souvien- v i l l a g e est au-dessus de la d i t e concession,
nent du g r a v e a c c i d e n t d o n t f u r e n t d'après la l o i , le pure Installé, les malheuME0-8UR-9EL0N
victimes
deux
motocyclistes
de reux n'auront qu'il obliger leurs eaux usées
il
prendre
d'autres
directions,
il
ne
leur
LES PASSAGES A N I V E A U DANL e u h a n : R e n é B o u l a r d et A l e x a n d r e
M. Costiou, du T r é Guillou. E n t r é en c o l l i s i o n a v e c un restera qu'une ressource : f a i r e construire G E R E U X . —
un système d'égoùts ! P a u v r e s gens ! !
v o u x , se r e n d a i t en a u t o m o b i l e au
c a m i o n n o n é c l a i r é qui stationnait ù
Non, nous no pouvons penser un seul b o u r g d e R i e c , et s ' e n g a g e a i t sur le
d r o i t e de la route, R e n é B o u l a r d eut
Instant que cette concession ait été déflnlpassage à n i v e a u juste au m o m e n t
le c r A n e et la j a m b e f r a c t u r é s et d u t
:lveinent accordée.
où s u r v e n a i t une a u t o m o t r i c e , q u ' i l
être h o s p i t a l i s é à Q u i m p e r . Au d é Il ne faudrait tout <le même pas abuser
but de la s e m a i n e p a s s é e il fut o p é r é de la bonne volonté des pécheurs qui sem- n ' a v a i t ni v u e n i entendue.
à la tète, m a i s son état s ' a g g r a v a i t , blent d'ultlcurs ètro prêts il une réslstunco
L ' a u t o , p r i s e par l ' a r r i è r e f u t p r o et le m e r c r e d i 12 Juillet, il f u t trans- farouche et il ne reculer devant aucun j e t é e sur le c ô t é d e la v o i e et subit
p o r t é à L e u h a n , où il ne t a r d a pas moyen pour empêcher une telle Iniquité.
des dégâts assez c o n s i d é r a b l e s .
Il est ù souhaiter que ce conflit s'npulso
A s u c c o m b e r à ses blessures.
F o r t heureusement, il n'y eut pas
au plus vite. I)éjii, le Conseil municipal do à d é p l o r e r
d ' a c c i d e n t s dè p e r s o n Moëlan-sur-Mer u pris nettement position et
nes.
QUILLIQONIAROH
C E R T I F I C A T D ' E T U D E S . — Grilc e au t r a v a i l f o u r n i p a r les maîtresses et les e n f a n t s , six é l è v e s dé
J'école c h r é t i e n n e ont été reçues à
l ' e x a m e n du c e r t i f i c a t d ' é t u d e s l i b r e .
C e sont : M a r i e - A n n e C a l v a r , de T r o
miln-Berné ; Joséphine Valegant, d e
KeHoquet ; Marie Losbec, du bourg ;
E r n e s t i n e P e n v e r n , du R o n c e ; Jeanne-Marie
Peivhoat, d u
Ronce,
et
Jeanne Bourdin, d u bourg. Nos féll
citations.
E T A T - P A R O I S S I A L — Baptêmes :
Joseph-Marie Garniel, Beg-er-Lann ;
Colette - Marguerite - Y v o n n e
Quéré,
Saint-Coal ; A n n i k - M a r i e
Rouzeau,
Kervichel ; Y v e s Brigardis, Botfao ;
Robcrt-Antoine-Marie L e Galloudcc,
Mépégal ; Jean-Albert L e N y , bourg :
Yvette-M"-Thérèse-Joséphine
Guennec, B o t o v a l :
Raymond-Jean-Jérôm e L e Gorgeu, b o u r g ; E t i e n n e - F r a n ç o i s - M a r i e Cruguel, Saint-Coal ; Lu
cie-Marie Follic, Kernouarn ; Robert
L o u i s - M a r i e M e r r i e n , KerjjuilJerm.
Mariages : Joseph
Le
B i h a j i et
Hélène
Bellec ; Joseph
Bclleç
et
Anna
Pavec ; Victor
Nicolas
et
Louise
Brigardis ;
Jean
Helles o u a r c ' h et M a r g u e r i t e Q u é r é ; R e n é
L e F r a n c et J e a n n e - L o u i s e I n q u e l ;
J e a n - L o u i s L e G a l l o et J o s é p h i n e
Courtet » L o u i s - M a r i e - G i l d a s Cruguel
et L o u i s e B e r n a r d .
Décès : M a r i e - L o u i s e C o n a n , 71
ans, à K e r g u i l l e r m ; M a r i c - J o s è p h c
A n d r é , Gl ans, à Saint-Eloi ; Henr i e t t e L e Bigot, 14 m o i s , au bourg.
LOCUNOLE
R E S U L T A T DU CONCOURS I)E
B O U L E S . — F a v o r i s é par u/n beau
t e m p s , le c o n c o u r s de boules o r g a
nisé d i m a n c h e , à L o c u n o l é , a eu un
j o l i succès.
L e s m e i l l e u r s j o u e u r s de Q u e r r i c n ,
Trémévcn,
Quimperlé,
etc...,
s'y
étaient d o n n é r e n d e z - v o u s . Mais les
g a r s de Ix>cunolé s'étaient bien ent r a î n é s , et ils dnt s u c c e s s i v e m e n t
é l i m i n é les visiteurs.
L e p r e m i e r p r i x a été g a g n é par
l ' é q u i p e Jégou, Gallic, G u y a d e r , N i colas, d u b o u r g ; 2. é q u i p e K e r h e r v é
f r è r e s et G u y a d e r f r è r e s , du P o u l d u ,
e n L o c u n o l é ; ; 3. é q u i p e G a r o , G a c ,
GofT, T h é o n , du b o u r g ; 4. é q u i p e L e
H e n , G u y a d e r , R o u z i c , M o ë l o , également d u bourg.
E T A T C I V I L . — N a i s s a n c e s : Alb e r t Rousselot, à J u d i c a r r é ; A n n i c k
Boulben, à P r a t e n o u ; L u c r e G a r r e c .
à Kerouarch; Vincent Kereirion, à
Corlay;
Mairie-Françoise
Cadic, à
C o r l a y ; Marie-Thérèse David, à Prat e n n o u ; M o n i q u e B e r t o c h e , ¿i P o n t
de-Lan;
Anne-Marie
Kerhervé,
à
Corlay.
M a r i a g e s : M a r c e l G a r o et Joséphine T a n n i c ;
François
Le
Roy
et
L o u i s « D a n i e l ; L o u i s A l a i n et MarieMadeleine Tarnic.
D é c è s : M a r i e - L o u i s e K e r b i r i o u , 37
ans, é p o u s e Y v e s Salle, à K e r o u a r c h ;
L o u i s L e R o y , 80 ans, à T y d a n i g o u ;
L o u i s L e Guern, 08 ans, à K e r i o u a len, épouse A l a n ; F r a n ç o i s Guillou,
47 ans, à K e r g a c r i c .
T r a n s c r i p t i o n 'de d é c è s : Joun-Mnr i e Dubeau, 56 ans.
••LOVER
S U I C I D E . — D i m a n c h e , v e r s 14
h e u r e s , au b o i s d e Guéroué, en Melgv e n , o n a d é c o u v e r t le c a d a v r e de
F r a n ç o i s L e F l a o , 55 ans, cultivateur, d e m e u r a n t
à Kerzariou,
en
K c r n é v e l , et qui s'était d o n n é la
m o r t en se p e n d a n t a v e c sa m a n c h e
de c h e m i s e .
D e p u i s q u e l q u e t e m p s déjà, le
m a l h e u r e u x d é s e s p é r é d o n n a i t des
s i g n e s d e d é p r e s s i o n m e n t a l e et il
a dû agir à un m o m e n t où il n'avait
p l u s le c o n t r ô l e de ses actes.
•OELAN-SUIt-REIt
A P R O P O S DES LOYERS. — Par
d é c r e t du 25 J a n v i e r 1933, les disp o s i t i o n s de la loi du 1 " A v r i l 1920.
m o d i f i é e et c o m p l é t é e par la loi du
26 Juin 1926, d é t e r m i n a n t les rapports entre bailleurs et l o c a t a i r e s de
locaux d ' h a b i t a t i o n , cessent d'être
en v i g u e u r dans la c o m m u n e
de
Moëlan-sur-Mer.
i
Ils n'auront que la
l ' h i v e r , n'uyant plus
lignes.
dire que le port de
a demandé le retrait de cette concession.
S o u s a i m o n s il croire que nos dllTérenls
ACCIDENT D'AUTO, —
Dimanreprésentants f e r o n t diligence pour fulro
che d e r n i e r , v e r s 22 heures, M. L e
respecter les droits des pêcheurs.
Goft', c u l t i v a t e u r ù K e r l i d e c , a été
heurté par l'auto de M. E v a r i s t o .
F o r t heureusement il s'en est t i r é
UN DÉSESPÉRÉ. —
Au
cours
a v e c quelques contusions sans grad'une crise d e neurasthénie, Y v e s
vité au c ô t é g a u c h e e t aux j a m b e s
O r v o ë n , 48 ans, c u l t i v a t e u r à K e r g u i p p , en M o ë l a n , a m i s fin à ses
U N E N F A N T BLESSÉ P A R U N E
j o u r s en se p e n d a n t à une p o u t r e l l e
A U T O . — L e j e u n e B o u l i c , âgé d e 14
de son g r e n i e r .
ans, sortait d un c h e m i n d e c a m p a gne, p r è s de Riec-sur-Bélon, quand
TOUJOURS LES INCENDIES.
survint une auto de t o u r i s m e . L e
Dans n o t r e d e r n i e r n u m é r o , nous
g a r ç o n n e t se jeta l i t t é r a l e m e n t sur
s i g n a l i o n s qu'un i n c e n d i e s'était déla v o i t u r e . R e l e v é assez g r i è v e m e n t
claré dans
une m e u l e de
paille
blessé aux j a m b e s , il a été transappartenant à Mme veuve Robet, à
p o r t é au d o m i c i l e d e ses parents.
Kersécol.
L e l e n d e m a i n , une autre m e u l e d e
UNE
RICYCLETTE
DISPARAIT
paille a p p a r t e n a n t à M. L e Saux, de E T . E S T R E T R O U V É E . — M. Heurt,
T r é n o g a t , a été é g a l e m e n t la p r o i e m a r i n - p ê c h e u r à L a n m e u r , en R i e c ,
des flammes.
avait d é p o s é , pour être r é p a r é e , sa
La g e n d a r m e r i e e n q u ê t e et r e c h e r b i c y c l e t t e d a n s l ' a t e l i e r d e M. Rerclic si tous ces i n c e n d i e s successifs thou, m é c a n i c i e n à P o n t - A v e n .
ne sont pas dus ù une m a i n c r i m i M. Berthou, une f o i s la r é p a r a t i o n
nelle.
faite, voulut s'assurer si la m a c h i n e
m a r c h a i t bien et la prit p o u r f a i r e
NEVEZ
une course. Il la laissa p r è s d e la
D A N S L A L É G I O N D ' H O N N E U R maison P é r o n ;
mais, 10 minutes
— N o u s a v o n s a p p r i s que M. Affl- après, la b é c a n e avait d i s p a r u .
chard,
docteur-médecin
à
Névez
A p r è s r e c h e r c h e s , le g a r a g i s t e apm é d e c i n c a p i t a i n e d e r é s e r v e d e la prit que M. Y v e s Jégou, également
11" R é g i o n , v i e n t d e se v o i r d é c e r - de L a n m e u r , en R i e c , se p r o m e n a i t
ner
la c r o i x d e
c h e v a l i e r d e la a v e c une b i c y c l e t t e , p o u v a n t b i e n
L é g i o n d ' h o n n e u r . E n c e t t e o c c a s i o n , être c e l l e q u i lui avait été d é r o b é e .
nous s o m m e s heureux d e lui adresL e s g e n d a r m e s se m i r e n t en c a m ser nos plus v i v e s f é l i c i t a t i o n s .
pagne et ne t a r d è r e n t pas à t r o u v e r
Jégou et la b i c y c l e t t e . C e l u i - c i a d é 000 F R A N C S D I S P A R A I S S E N T . —
c l a r é q u ' a y a n t p r ê t é de l ' a r g e n t sur
M m e Rurel, née S e l l i n , de K e r a n g l a s
cette m a c h i n e , il la r e n d r a i t quand
en N é v e z , avait d é p o s é une s o m m e
il serait r e m b o u r s é . C'est p o u r q u o i
de 1.200 f r a n c s dans une
boîte
il s'en était e m p a r é .
c a c h é e dans son a r m o i r e .
Or l'autre jour, a y a n t eu besoin
CONTRIBUTIONS DIRECTES.
d ' a r g e n t , elle constata q u ' i l n'en res- L u n d i p r o c h a i n 24 Juillet, à 9 heutait plus que la m o i t i é . Une s o m m e res, M. le C o n t r ô l e u r des Contribude 000 f r a n c s avait d i s p a r u .
tions d i r e c t e s de Q u i m p e r l é se renN e sachant sur qui p o r t e r ses dra à la m a i r i e de Riec-sur-Bélon,
soupçons, M m e Rurel a p o r t é plainte et y p r o c é d e r a , en p r é s e n c e (les réà la g e n d a r m e r i e , qui enquête.
partiteurs, à la r é v i s i o n annuelle d e »
Un
vieux
Pécheur.
PONT-AVEN
F Ê T E I ) U 14 J U I L L E T . — Régates
sur l ' A v e n , — Course d e y o l e s et
canots : 1. D e r v o u t ; 2. Mahé ; 3.
Guillou.
D é c o r a t i o n s . — A 11 h. 30, p l a c e
de la M a i r i e , r e m i s e d e s d é c o r a t i o n s .
L e d o c t e u r L e Louet, c h e v a l i e r (le la
Légion
d'honneur. Médailles
militaires : MM. S c a v i n c r , J a c o b , C a l v e z ,
Locmcnech.
C o u r s e 'de b i c y c l e t t e s c o m m u n a l e .
1. L o u i s M a r r e c ; 2. P r o s p e r M o r van ; 3. M a u r i c e L e R o y ; 4. Y v e s
L o z a r m e u r ; 5. P i e r r e Malcoste.
Course d ' h o m m e s . —
1. H e n r i
liilian ; 2. P i e r r e P i c a r d ; 3. A l e x
Fauglas ; 4. Y v e s H u o n ; 5. Joseph
L e Gall ; 6. L o u i s Caudan ; 7. Charles S c a v i n e r .
C o u r s e d ' e n f a n t s . — 1. Paul L i m b e u r ; 2. M a u r i c e S o i i f f è s ; 3. L o u i s
C o r l e r ; 4. Jean N o b l e t ; 5. H o n o r é
B e r t h o u ; 6. Joseph P é z e n n é c .
Match de P i n g - P o n g . — 1. A n d r é
R e r t h o u : 2. C o r e n t i n H e r l é d a n ; 3.
H e n r i B i h a n ; 4. C o r e n t i n O l l i v i e r ; 5.
Satu, Berthou, Mahé, ( ¡ r a i l .
/
Jeux de boules. — E q u i p e Joseph
Mahé, g a g n a n t e de l ' é q u i p e S i m o nou.
L E S U I C I D E D E M" P É A N
DE
PONFILLY,
NOTAIRE
A
PONTA V E N . — M* P é a n d e P o n f i l l y , notaire à P o n t - A v e n , s'est s u i c i d é , dim a n c h e matin, en se logeant une
balle de r e v o l v e r dans la tête.
N é à L e s n e v e n , en 1882, il était
n o t a i r e à P o n t - A v e n d e p u i s 1912, et
conseiller municipal
(lepuis
1919.
Dans la c o m m u n e et dans toute la
r é g i o n , il jouissait de la s y m p a t h i e
g é n é r a l e ; et sa fin t r a g i q u e a jeté ln
c o n s t e r n a t i o n p a r m i ses n o m b r e u x
amis.
On i g n o r e jusqu'à présent les m o t i f s qui ont pu le pousser fi m e t t r e
fin à ses jours.
bases des c o n t r i b u t i o n s f o n c i è r e s , de
la c o n t r i b u t i o n m o b i l i è r e , des patentes et des d i v e r s e s taxes assimilées.
E T A T CIVIL.
Naissances: Améd é e H e n r y , à K e r l é o n ; A n d r é Mahélou, à K é r e s ; H e n r i Bourhis, à L a n do-Lothan. ;
Pierre
Bourhis,
au
b o u r g ; Jean L e G r a n d , à K e r p e c h ;
Josiane L e N a o u r , à K é r é o ; L o u i s e
N i v a i g n e , à K é r è s ; Jeanne Costiou
à Kerroc'h.
M a r i a g e s : Jean L a h u e c , e m p l o y é
d e m é t r o à P a r i s , et A n n a Hourhis,
s. p., au b o u r g ; Jean I î v e n , m a r i n
de l'Etat, à L a n d n i e u r . et M a r g u e r i t e
G a o n a r c h , s. p., à R e l o n ; Jean Furie, m e n u i s i e r au b o u r g , et Bernad e t t e Guillou, s. p., à P e r i m o r ,
Décès : Marie Drouglazet, veuve
P i c o t , 75 ans, au b o u r g ; L o u i s Guillou, 47 ans, s. p., à P e n m o r ; Jean
Rarzic, 40 ans, c u l t i v a t e u r à K e r v e n g a r ; Léa T o c q u e t , 1 mois, L a n d e J u l i e n ; M a r i e - A n n e L e Cam, épouse
L e Roux, 54 ans, repasseuse
au
bourg.
6AINT-THURIEN
SUCCÈS, — N o u s a p p r e n o n s a v e c
p l a i s i r que M. Joseph M i n i o u , actuellement soldat au 111" r é g i m e n t d ' a r
t i l l c r i e c o l o n i a l e à L o r i e n t , v i e n t «le
passer a v e c succès la d e u x i è m e p a r tie do son baccalauréat, â Rennes.
M. Joseph M i n i o u est le fils d e
notre s y m p a t h i q u e d é p o s i t a i r e
de
Saint-Thprien.
L'Union
Agricole
est heureuse d e
lui a d r e s s e r ses plus v i v e s f é l i c i t a tions.
E T A T - C I V I L . — Naissance
: Franç o i s Gallo, à K e r v e n n o u .
Mariages : N i c o l a s E r n e s t , d e Rannalec, et L o u i s e Baquer, d e K e r n a bat ; A n d r é L o u i s , d e Bannalec, et
M a r i e - F r a n ç o i s e L e Guern, d e L o j o u .
Décès : M a r i e - L o u i s e M i l l o u r , 80
ans, à Quillos ; R a y m o n d L e Gall,
20 ans, au b o u r g ; C h r i s t o p h e P e n d u ,
DANS
LA
GENDARMERIE.
—
70 ans, ù P o u l m i d o u ; M a r i e I i o u r v i o ,
N o u s a v o n s a p p r i s a v e c p l a i s i r que
42 ans, à Quillos.
la m é d a i l l o m i l i t a i r e a été d é c e r n é e
à titre de g u e r r e à MM. T h o m a s , mar é c h a l d e s logis c h e f , c o m m a n d a n t
la b r i g a d e d e P o n t - A v e n , et D é o d i c
Julien, e x - g e n d a r m e it P o n t - A v e n ,
actuellement
en
disponibilité
à
Qui yi perlé, rue L e u r i o u .
e s t cJenapmJé à l ' i m p r i m e t e
A tous d e u x , nous adressons nos
plus s i n c è r e s f é l i c i t a t i o n s .
CornouaUlaiae, à Quimper.
BON LINOTYPISTE
Dans le Département
80AER
L E S G R A N D E S L U T T E S . — Favorisé p a r un t e m p s superbe, le g r a n d
t o u r n o i de luttes b r e t o n n e s a c o n n u
un succès
sans p r é c é d e n t .
Nous
a v o n s r e m a r q u é dans la t r i b u n e : MM.
Croissant, m a i r e , c o n s e i l l e r g é n é r a l ,
J. Croissant, c o n s e i l l e r d ' a r r o n d i s s e ment, le d o c t e u r C o t o n n e c , p r é s i d e n t
de la S. A . L . R. A . L., M. B e a u f r è r e ,
C. L o u i s , P o d a l l e c , I l i o u , Jean T o u p i n , Q j l i v i e r , etc,..
V o i c i les résultats :
Pçids plumes : 1. T a n g u y , d e Gulsiff ; 2. R e r n a r d , de ¡Sppër ; 3. L e
D o u r ; 4. Guillou, de S c a e f ; 5. K e r morvan.
BRE»T
L A D I S T R I B U T I O N DES P R I X AU
C O L L È G E S A I N T - L O U I S . — LuiViJi
d e r n i e r , 10 Juillet, a v a i t lieu la cH?trijiutiqn s o l e n n e l l e des p r i x , p r é s i dée p a r Son ÉXC. M g r G o u r t a y , évoque d e la Guyane.
p è s 9 (îçurcs, Ip P r é s i d e n t , escorté
dos p r o f e s s e u r s de la Maison, faig^jt
son e n t r é e dans la salle. L'afilue'nfie
des parents pf des amis, la p r é s e n c e
sur la sopne (le n o m b r e u x ecclésjastiqups t é m o i g n a i e n t d'pnc s y m p a f j d o
pt d ' u n e p q n i j o n ç e m é r i t é e s par Je
Poids
légers : 1, C l o a r e c , de L o passé du C o l l è g e , et qui t r o u v e uiïe
r i e n t ; 2. Map, de Scqër ; 3, Guillen o u v e l l e j u s t i f i c a t i o n dans les sucmot, (Je Meslflm ; 4. T a l l e c , dp Goqpè§ (le pette année ; 6$ a d m i s s i b l e s
rin j 5. L a n u z e l , deh.Coray.
au baccalauréat.
Poids maliens : 1., T y r a n , de BeuM. le S u p é r i e u r se l è v e p o i j r d i r e
zec-Conq ; 2. S i p i o n , du F a o ï j ë t ; 3.
' e Gall, de L a n e s t e r ; 4, L e P a i l l } , d e l ' h o n n e u r que M g r Gourtay a f a i t ^u
C o l l è g e en y v e n a n t p r é s i d e r la diso r i e n t ; 5. Cosquer, d e G u i s c r i f f .
Poids lourds : 1. C a d i c R o b e r t , de t r i b u t i o n des p r i x et le bel e x e m p l e
religieuse
patriotique
G u i s c r i f f ; 2. L e Bras, de G o u r i n ; 3. d ' é d u c a t i o n
' . e P a i l h , de L o r i e n t ; 4. Jégoussç, d e f a m i l i a l e et s o c i a l e qu'en sa q u a l i t é
d ' é v ê q u e m i s s i o n n a i r e i l o f f r e a tous.
.orient.
M g r Gourtay p r e n d à son tour la paChampionnat
toute
catégorie
: 1.
role. Dans une a l l o c u t i o n d'une insCadic Robert, Guiscriff ;
T y r a n , de
p i r a t i o n é l e v é e , il dit le dur t r a v a i l
B e u z e c - C o n q ; 3. C l o a r e c , de L o r i e n t .
du m i s s i o n n a i r e dans les c o l o n i e s
P e n d a n t la d u r é e des combats, }a
françaises. L e m i s s i o n n a i r e est l e
musique m u n i c i p a l e , sous la d i r e c t i o n
h é r o s de l ' é p o p é e c o l o n i a l e q u i trade M. Jouanjean, exécuta les plus
v a i l l e d ' a b o r d p o u r D i e u et ensuite
beaux m o r c e a u x d e son r é p e r t o i r e .
a v e c le m a r i n , le soldat et l ' a d m i n i s A la suite de cette belle m a n i f e s trateur
pour
la
« plus
grande
tation s p o r t i v e , les r é c o m p e n s e s suiFrance».
vantes ont été a c c o r d é e s :
L a lecture du p a l m a r è s suivit, couM é d a i l l e d e b r o n z e : T a n g u y , de
pée par des chants, en p a r t i e s exéGuiscriff.
cutés p a r la C h o r a l e du C o l l è g e el
D i p l ô m e d ' h o n n e u r : B e r n a r d , de
soutenus par un o r c h e s t r e toujours
Scaër ; Cloarec, d e L o r i e n t .
d é v o u é et t o u j o u r s a p p l a u d i .
Ont obtenu le p r i x d ' E x c e l l e n c e :
I.A F E T E D E C O A T L O C ' H . — L a f ê l e de
Classe de Huitième:
A. Prigent, R.
Coatloc'li aura lieu le dimanche 30 Juillet
prochain. Les organisateurs se dépensent Guilmot.
Inlassablement et oni établi un p r o g r a m m e
Classe de Septième
: X . G o é r é , M.
qui aura certainement la bonne f o r t u n e de
Abiven.
décider les plus hésitants, de dérider les
Classe de Sixième:
R . Gleuziou, G.
plus moroses et d'uttlrer dans le site m e r veilleux de Coatloc'h lu f o u l e des grands P i t o n , G. L e Gall.
Classe de Cinquième
A: J. Miossec.
jours.
Cette fête est placée sous la présidence R. M a u d i r e , J. M é v e l .
de MM. A l a i n OUIvlcr, a d j o i n t - m a i r e , et
Classe de Cinquième
R: J. C o u c h o q Corentin Boëdcc, conseiller municipal de ron, E . U r v o a s .
Scaêr, et sera rehaussée par le concours de
Classe de Cinquième
C: F . C o r n é e .
la musique munlcipule'l; c'est d i r e qu'elle
A. L e Guen.
est assurée du plus grand succès.
Classe de Quatrième
A: H . J a c o b y .
Voici le p r o g r a m m e de la f ê t e :
A 13 h. .'10, course cycliste (communale) J. A b i v e n .
Classe de Quatrième
11: L. Boclé, A .
pour enfants au-dessous de 15 ans. P r i x :
^0, 10, 8, 7 et 5 francs.
Madec.
Course
cycliste
(communale)
hommes.
Classe
de Troisième
A : P. Le
P r i x : 50, 30, 20 et 10 francs ; p r i m e de Grand, R . Gouézec.
passage chez M. Chanot.
Classe de Troisième
B: A . L a b i a ,
A 11 h. 30, course cycliste (régionale) non E. P h i l i p p e .
licenciés. P r i x : 100, 50, 30 et 10 f r a n c s ;
Classes de Secondes
; B. Goéré,
prime de passage chez M. Chanot.
N . Jestin.
.
A 15 heures, course il pied (hommes. P r i x :
Classes de Premières:
R. Georgelin,
10, 25, 10 et 5 francs.
A 15 h. 30, course à pied (enfants de 12 L . M o u d e n , J. M o u r r a i n , L . T o u l e mont, E. L e Gall, P . M a d e c , U . Mail11 14 ans). P r i x : 20, 10, 0 et 5 francs.
A 1(1 heures, course à p i e d (enfants au- l o u x .
dessous de 12 ans). P r i x : 10, 7, 0, 5, 3 et
Math. Elém. : P . Quéau.
2 francs.
Philosophie:
G. Guéguiniat.
L e Comité ne répond pas des accidents.
Cours Saint-Cyr
: A. Labescat, F.
Poquet.
Prix des Anciens Elèves: P . Quéau.
TREQUNC
SYNDICAT
DES
CONTRIBUA B L E S . — L e S y n d i c a t d e s contribué e s a c o m p l é t é son bureau à la réunion g é n é r a l e d u 9 Juillet, c o m m e
suit :
P r é s i d e n t : M. N o r m a n d ,
industriel, K e r l i n e ; s e c r é t a i r e : M. C o r e n tin L e Dez, au b o u r g ; t r é s o r i e r : M.
Joseph C a r i o u , b o u r g ; m e m b r e s :
M m e de V i n c e i l e s , P e n a n r u n ; M M
L o u i s D r o u g l a z e t , b o u r g ; Jean Guillou, b o u c h e r , b o u r g ; Y v e s H e r l é d a n ,
à K e r b o d e n ; L o u i s Burel, à K e r v a g o r ; G l é m a r e c , à Ruat, et Bureller,
bourg. M" P a s c o e t , n o t a i r e , a été
nommé conseiller juridique.
UN P E T I T VOLEUR EN CORREC
T I O N N E L L E . — L e j e u n e R e n é D...
12 ans, a d é r o b é une c e r t a i n e s o m m e
d ' a r g e n t au p r é j u d i c e d ç M. B r é l i v e t .
d i r e c t e u r fie l'éco|e Saint-Michel, au
bpurg de T r é g q n c . ¿«e t r i b u n a l de
Q q i m p e r , tenant c ô m p t e de ce que la
m è r e de l ' e n f a n t t r a v a i l l e à J'usiup
e{ ne peut s ' o c c u p e r de luj, i « i t çpnfianeu à un o n c l e , M. B o d p , g r a n d
inutile, c h e v a l i e r de la L é g i o n d ' h o n
npur, n j é d q i l l é m i l i t a i r e , c r o i x d e
guerre, q p ( se c h a r g e «Je { ' é l e v e r et
de 1*1instruire.
TREIHEVEN
GRAVE ACCIDENT DANS
UNE
FÇTÉ CHAMPÊTRE. —
Dimanche
d e r n i e r , une g r a n d e f ê t e c f i a n i n ê t r e
était o r g a n i s é e au Moulin (iji FquId r e n . en T r é l r i é y e n , sur j p s b o r d s d e
l ' B i i i ' ' •' "
'
" '
i l y eut d i v e r s e s réjpuissanpps ;
courses à p i e d , natation, 'boule P§n
dante, etc.
P o u r le l a n c e r d u p o i d s , on se servit d'un p o i d s d e 5 k i l o s en f o n t e .
A u cours d e cot e x e r c i c e , le p o i d s
vint t o m b e r sur la :têts d p petit Vipr
cept L e Brun, âgé' d e 18 ans, d e
Locb-Lrçnd.
L e p a u v r e petit s'écroula sur le
sol, sous les y e u x d e sa pi^re et dp
sa sœur.
L e docteur Cotonnec, mandé d'urg e n c e , a r i r v a b i e n t ô t sur les lioux
et o r d o n n a le t r a n s f e r t i m m é d i a t à
l ' h ô p i t a l du petit blessé, o u i a un
e n f o n c e m e n t d e la b o î t e c r â n i e n n e
et un é c o u l e m e n t d e m a t i è r e c e r v i cale p a r les o r e i l l e s ,
Son état est très g r a v e .
CERTIFICAT
D'IETUDES
PRIM A I R E S . — Ont été r e ç u e s :
Marie Gillard, d e Controal; Lucie
C l u g é r y , de K e r r a n t ; L o u i s e L e Gall
de R o s p i r i o u ; M a r g u e r i t e A l l a i n , du
bourg.
N o s f é l i c i t a t i o n s aux lauréats et
A leurs d é v o u é e s maîtresses,
LE TREVOUX
E T A T - C I V I L . — Naissances
: Albert Sellin, T y - P e n f r a t ; C h r i s t i a n e
L a n d r e i n , au b o u r g ; Gisèle P o u r nier, ii G c a i i c h o t ; Jean B e r t r a n d , ii
K e r c h ô p i n e ; Odette Gac, Guengaradec.
Mariages
:
Guillaume
Guiffant.
cultivateur à L o g a n , et M a r i e K e r b i quet, c u l t i v a t r i c e à Castel, N é v e ? ;
l ' r a n ç o i s P e n n , c d l t i v a t e i i r à Grayssas ( L o t - e t - G a r o n n e ) , et M a r i e Guillou, c u l t i v a t r i c e à L o g a n ,
Décès : Josèphe L e N a o u r , à K e r jnn, 83 ans, v e u v e L o u i s Gourcufi'
sans p r o f e s s i o n ; R e n é L e D r é a , ù
L o g a n , 73 ans, veuf V é r o n i q u e T o u l goat, c u l t i v a t e u r ; R e n é H a r n a y , à
Ty-Kerbellec,
29
ans,
terrassier ;
M a r i e Renvoi, à P e n n a r u n , 57 ans,
v e u v e F r a n ç o i s C r e c h m i n o , cultivatrice ;
Pierre
Sinquin,
5
mois,
b o u r g ; M a r i e L e R o y , m é n a g è r e , 53
ans, a C a s t e l - N e v e z , épouse F r a n ç o i s
Guilchet ; M a r i e A r r h i n q u i n , sans
p r o f e s s i o n 73 ans, 19, p l a c e SaintMichel,
Quimperlé,
épouse
Alain
Courvic
(transcription) ;
Lucienne
L e Coq, 7 mois, h Loge-Stang ; Franç o i s P r o u f f , 48 ans, magistrat, célibataire, à D o u a l o ( C a m e r o u n ) (transcription) ; Marie Rémot, cultivatrice,
54 ans, c é l i b a t a i r e , à Beuzit.
CARHAIX
— Succès au Baccalauréat.
— 65
é l è v e s o n t été a d m i s s i b l e s aux examens du Baccalauréat : 10 en math,
é l é m . ; 22 en p h i l o ; 27 en p r e m i è r e ,
à savoir :
1 " partie. — Y . Bourhis, P . R u p p e ,
R. G e o r g e l i n , Y . Guillou, J. Jézéquel,
J. M o u r r a i n , P . A u f f r e t , J. B l a n c h a r d ,
E. C a l v a r , A . C o r r e , R. Courtois, L .
aure, J. K e r j e a n , J. L e F l o c h , C. L e
Guern, A . L e R o u x , L . Lucas, H . Mailloux, R . M i c h e l , L . M o u d e n , R . N é z e t ,
J. N o u r y , H . Steff, L . T o u l e m o n t , M
Uguen, P . V o l a n t , E. L e Gall.
2" partie,
Mathématiques
élémentaires:
A . Castrée, F . B e r r e , F . Clauin, G. d e Sagazan, H . F é r e c , G.
S
o u r m e l o n , J. Grall, P . G o u r m e l e n ,
P . Hélias, R . L a b e s c a t , P . L i j o u r , H .
Mat, J. P i r i o u , F . P o q u e t , P . Quéau,
P. Toulemont.
2" partie,
Philosophie:
P. R é p i t ,
F. Cousquer,
H. Daniel, H. Daniel,
fi.
de K e r r a n t e m , A . D e r r i e n , G. Gargad e n n e c , F. Gouésin, J.-L. Grannpp,
G. Guéguiniat, M. G u y o m a r e h , P . Haillon, M- Hugot, M. i p o u e n , F . L a u rent, T . L ' H o t e l l i p r , J. Merri"pn, E(l.
M o r v a n , Y . P é t i l l o n , A. Q u é i n é n e p r .
F. Ruveron, F. T r é g p i e r .
DOUARNENEZ
L ' H O T E L D E L A P L A G E DU RIS
EST L A P R O I E DES FLAMMES. —
Dans la nuit dp s a m e d i à d i m a n c h e ,
v e r s 1 h. 15, pn i n c e n d i e s'est dpc l a r é à l ' H ô t e l d e la P l a g e , au R{s,
L e feu se p r o p a g e a a v e c une r a p i d i t é f o u d r o y a n t e , a c t i v é par un f o r t
vent de n o r o i t .
M a l g r é le d é v o u e m p n t du p e r s o n nel, des v o i s i n s pt des p o m p i e r s d e
D o u a r n c n e z , tout a été la p r o i e des
flammes.
LANDIVISIAU
SAINTE-ANNED'AURAY
FETES SOLENNELLES
DES 25 et 20
J U I L L E T 1933. — L e s fêtes solennelles d e
Sainte-Anne d ' A u r a y auront lieu les 25 et
20 Juillet, sous la présidence de Son E x c e l lence Slgr T r é h i o u , évéque de Vannes, assisté
de N N . SS. de Guébriant, archevêque d e
M a r c i a n o p o l l s ; de Durl'ort, archevêque de
Sotàrqpolis ; Duparc, évêque d e Q u i m p e r ;
Gourtay, v i c a i r e upostolique de 1a Guyane
Française ; T o n c , évêque de P h a t - D l e n ;
Paul Ouano-Ouen-Tchen, v i c a i r e apostolique
de
Slrunking ; François
Ouang,
vicaire
apostolique de W a n h s i c n ; Mathieu L y , v i cuirc apostolique de Yachou ; Cogneuu, é v ê que n o m m é de T h a b r a c a ; les R m e s Pères
Abllés des T r a p p e s de T h y m a d c u c et de P é k i n ; N N . SS. de Villeneuve et L e Marec,
%
Prélats de Sa Sainteté.
AU TRIBUNAL MILITAIRE
DE
R E N N E S . — Vol
d'une
paire
de
chaussures.
— L e plâtrier H e r v é L e
P e n g l a o u , n é à Carihaix, en 1911, est
a c t u e l l e m e n t soldat d e 2" classe au
1"
bataillon
d'infanterie
légère
d ' A f r i q u e , en subsistance au 2° R.I.C.
à Brest. E n g a g é v o l o n t a i r e p p p r 5
ans a u x é q u i p a g e s de la Hotte, le 7
N p v p m b r p 1928, L e P e n g l a o u fut
l'objet d ' n n e c o n d a m n a t i o n p o u r v o l
qualifié. L e 20 A o û t 193J, à sa s o r t i e
d e la p r i s o n d e C l a i r v a u x , ou il p u r gea sa p e i n e , il fut a f f e c t é au 1 "
PROGRAMME.
B. I. L . R é f o r m é à tort p a r la C. R .
Mardi 25. — 10 h. 15, Procession de la
d e Gabès, l e 12 D é c e m b r e 1932, il paroisse de L o c m l q u é l i c , grand'messc.
17 heures, Vêpres pontificales à la Basifut ensuite r a p p e l é à l ' a c t i v i t é et
p r i s en subsistance au 2° R..J. C., où lique ; serpion pur M. l ' a b b é F l c r d e b r a s ,
il f u t de n o i i v e a u p r o p o s é p o u r la missionnaire diocésain.
21 heures, Réunion à la Scala Sancta pour
réforme.
C'est p e n d a n t l ' i n s t a n c e d e cette
d e u x i è m e r é f o r m e que L e P e n g l a o u
se r e n d i t c o u p a b l e , d a n s l'aprèsm i d i du 28 A v r i l 1933, d ' u n v o l
d ' u n e p a i r e d e èhaussures de fantaisie au p r é j u d i c e du soldat Jestin.
p e n d a n t que c e d e r n i e r était à l'instruction.
Quelques j o u r s après, Jestin r e n c o n t r a i t à la c a n t i n e le p e u scrupuleux P e n g l a o u chaussé d e ses bottines, L ' i n c u l p é a v o u e les faits, m a i s
d é c l a r e n ' a v o i r p a s eu l ' i n t e n t i o n de
g a r d e r l e p r o d u i t d e son v o l . II avait
utilisé les chaussures en question
p a r c e que c e l l e s qu'il p o s s é d a i t lui
faisaient m a l aux p i e d s .
L e P e n g l a o u a e n c o ' i r u d e p u i s le
5 N o v e m b r e 1932 52 j o u r s d e p r i s o n
et 23 d e cellule ; aussi le p r é v e n u
se v o i t - i l c o n d a m n é à 2 m o i s d e
prison.
procession aux flambeaux. A p r è s la p r o cession et pendant la nuit, p r i è r e à la Basilique, Chemin de Croix en breton et eu
f r a n ç a i s (sous le cloitre), confessions.
Mercredi
26. — Messes de c o m m u n i o n à
Basilique ù 3, 4, 5, 0, 7 et 8 heures.
7 h. 30, Messe au Monument aux Morts
pour les v i c t i m e s de la Guerre et les b i e n l'altcqrs d i j Monument.
8 h. 30, Messe et sermon p o u r les pèlerins
bretons de Quimper et de Salnt-Brieuc.
9 h. 30, Proccssiqn (Jç la Basilique à la
Scala Sanctu.
1 0 heures, Grand'm?sse pontificale célébrée par S. Exc. Mgr Gourtay, v i c a i r e a p o s lolique de la Guyane F r a n ç a i s e ; sermon p a r
Mgr Cogijeau, évêque n o m m é d e T h a b r a c a .
A p r è s ia messe, chant du Libéra
au M o nument aux Morts.
14 h. 30, Vêpres pontiijcales à la Scala
Sançtu ; sermon par S. Exc. Mgr G o u r t a y .
Procession solennelle du T . Saint-Sacrement
retour à la Basilique.
REMERCIEMENT*
CHATEAUNEUF-DU-FAOU
TROIS
ENFANTS
FONT
UNE
C H U T E DE B I C Y C L E T T E . — Les
jpunes M o r v a n , âgé de 13 ans, Jaffrés, 7 ans et L e S a u x - S c o u a r n e c ,
7 ans, m o n t é s tous t r o i s sur une b i c y clette, s ' a v e n t u r è r e n t dans la descente du ¡)ont du R o y . Dans un v i rage, le v é l o alla se b r i s e r sur un
mur. On r e l e v a trois blessés, deux
l é g è r e m e n t , L e j e u n e J a f f r é s a le
sternum f r a c t u r é et de m u l t i p l e s c o n tusions. Son état est très g r a v e .
PLOUQUER
F Ê T E N A T I O N A L E . — V o i c i les
résultats des r é j o u i s s a n c e s o r g a n i sées à P o r t - d e - C a r h a i x , à l ' o c c a s i o n
de la f ê t e d e P l o u g u e r .
Course
de bicyclettes
(commun a l e ) : J. E t i e n n e H u i l l o u s , 30 f r . ;
3. Auguste Guéguen, 20 f r . ; 3. Ernest
L e Rihan, 10 f r .
C o n c o u r s de natation : 1. Bonnet,
10 f r a n c s ; 2. P i e r r e Mahé, 8 f r . ;
Manaçh, 5 f r , ; 4. A n d r é G i c q u e l .
M â t d e c o c a g n e sur l'eau : ont
obtenu des p r i x : F r a n ç o i s B r i a n d .
P i e r r e Fontaine, Marcel Kernéis.
Course aux b a r r i q u e s sur l'eau :
1. Bonnet, 20 f r . ; 2. L e Rras, 15 f r . ;
3. N é d e l l e c , 10 f r . ; 4. C o l l o b e r t , 5 f r .
Course d e b i c y c l e t t e s ( r é g i o n a l e ) .
10 partants : 1. Huillous, 00 f r . ; 2
L u y e r , 40 f r . ; 3. H a s c o ë t , 15 f r .
Course à la brouette : 1. P . S o l i e c ;
2. J.-M. L e C l e c h ; 3. F r a n ç o i s L e
R o u x ; 4. Jean L e F o l l .
La j e u n e s o c i é t é d e m u s i q u e la
L y r e canijaisienne prêtait son c o n cours à la f ê t e et fit e n t e n d r e les plus
j o l i s m o r ç e g u x d e son r é p e r t o i r e .
Q U I M P E R L É . — M m e et M. C h a r les J o r d a n , M m e A l e x a n d r i n e K e r v é a d o u , M. Charles O l i v o et toute la
famille remercient sincèrement les
personnes qui ont assisté aux obsèques d e
Madame
V™
KERVÊADOU
née Françoise.
LE
POSTOLLEC,
ainsi que toutes c e l l e s q u i l e u r o n t
t é m o i g n é d e la s y m p a t h i e e n c e t t e
douloureuse circonstance.
2515
Profundis.
De
Foires et Marchés de la régira
QUIMPER, 15 Jwillet. _
Beurre de
livrCj 7 ; beurre de cuisine,
5.50 S 8 ; œufs,
douzaine, 5 ; poulets,
la couple jeunes, 23 à 27 ; vieux, 32 à
S0 ; lapins, la pièce, 12 à 22.
Blé noir, les 50 kilos, 37 à 42 ; seigle,
35 ; avojnc, 38.
Veaux, le kilo, 3 h 3.50 ; moutons, 5
& o.uO ; iporcs, les Rros, 5.35 à 5.40 ; les
moyens, 6 à 6.25.
MAEL-CARHAIX,
13
Juillet.
—
On
côte aux 100 kiJos : farine, 145 à 150 :
blé, 80 4 go ; seigle, 58 à 60 ; sarrasin,
60 à 65 ; avoine, 62 à 65 ; son, 56 à 60.
Taureaux, 2.40 à 3.20 le kilo ; vaches,
2.2o à 2.50 ,1e kilo ; veaux, 3.25 à 3.75
la livre ; porcs maigres, 5.50 à 5.80 le
kilo ; porcs de lait, 200 à 250 la pièce.
Beurre salé, en gros, 8.50 le kilo ; en
détail, 9.50 à 10 ; œufs, 3 f r . la douzaine.
Vieux poulets, 3.50 à 4 f r . 3a l i v r e :
poulets, 4.50 à 5 f r . ; lapins, 12 à 15 f r .
pièce.
Cidre, 240 à 280 la barrique.
8PEZET
F E T E N A T I O N A L E . — V o i c i le
p r o g r a m m e de la f ê t e n a t i o n a l e qui
sera c é l é b r é e l e d i m a n c h e 23 J u i l l e t :
A 8 heures : d i s t r i b u t i o n d e p a i n
aux i n d i g e n t s .
A 14 heures : c o u r s e d ' e n f a n t s
p l a c e de la M a i r i e ; p r i x : 10, 5 et
3 francs.
A 14 h. 30 : course de b i c y c l e t t e s
( e n f a n t s d e m o i n s d e 10 ans), route
d e G o u r i n ; p r i x : 30, 15 et 10 f r .
A 15 heures : course à p i e d ( h o m m e s ) ; p r i x : 30, 15 et 5 f r a n c s .
A 15 Ji. ?û : c o u r t e d p cjvevaux
( r é g i o n a l e ) , rputy d e G o u r i n : p r i x :
100, 50 çt 25 f r a n c s .
A 10 heures : pourse 4 e b i c y c l e t tes ( c o m m u n a l e ) , route d e Chateauneuf ; p r i x : 75, 40, 20 et 10 f r a n c s ;
entrée : 2 francs.
A 17 heures : course à la v a l i s e ;
p r i x : 25, 15 et 10 f r a n c s .
A 18 heures : course de b i c y c l e t t e s
( r é g i o n a l e ) , route d e Gourin à Châteauneuf, q u a t r e tours a v e c v i r a g e à
Croix-Castel et à K e r e s c a n ; p r i x :
150, 80, 50 et 20 f r . ; e n t r é e : 3 f r .
A 19 heures : p i e r r e l o u r d e ; p r i x :
20, i p et, 5 f r a n c s .
UN C Y C L I S T E ÉCRASÉ P A R UNE
R O U L O T T E . — Sur 1« route d e Lpsn e v e n une roulotte a u t o m o b i l e a p p a r fe f une E t ròs sé h " uses
tenant û M, L a n d o u e r , f o r a i n , en vouréférences exigées. S'adresser rue
lant d o u b l e r à d r o i t e un c y c l i s t e , a
d e P p n t - A v e u , u° 7, Q u i m p e r l é .
r e n v e r s é çp d e r n i e r . L a roup avant
g a u c h e du v é h i c u l e a passe sur }a
tête de la v i c t i m e , M. Jean L e R o u x ,
05 ans, cultivatppr, d e n j e p r a n t 911
v i l l a g e de C r c a r c h k u i a l , en BoitiHs.
L e d o c t e u r L o u s s o t , a p p e l é sur les
lieux, n'a pu que constater le décès,
LE FAOUET
dû à une f r a c t u r e du c r â n e .
UN AUTOCAR EST TAMPONNE
PAR LE T R A I N DÉPARTEMENTAL
PLEYBEN
— Sept personnes
blessées, dont une
A C C I D E N T M O R T E L . — L e cangrièvement.
— H i e r au passage à nit o n n i e r Mathias T o u t o u s , e m p l o y é à veau de la route q u i r e l i e Q u i m p e r l é
un t r a v a i l d e c h a r g e m e n t sur la au F a o u ë t , un a c c i d e n t assez g r a v e
r o u t e d e Q u i m p e r , au lieu d e C r o i x - s'est p r o d u i t v e r s 18 h. 30, dans les
an-Drévers,
a été
tamponné
par circonstances suivantes :
l'auto d e M. S i b i r i l , g a r a g i s t e ou
M. L e H e m , t r a n s p o r t e u r en c o m bourg, au m o m e n t ou il voulut tramun, habitant le b o u r g de L o c u n o l é ,
v e r s e r la route h b i c y c l e t t e .
r e n t r a i t du m a r c h é du Faouët, ayant
T r a n s p o r t é dans un état lamen dans son autocar p l u s i e u r s p e r s o n table au bourg, c h e z le d o c t e u r Gou- nes, lorsque au passage à niveau des
rion, il 11c tarda pas à s u c c o m b e r . P l a n c h e s il n ' e n t e n d i t pas le s i f f l e t
du train de Meslan et il-s'engagea sur
P O N T - L'ABBE
la v o i e . Au m ê m e m o m e n t surgissait
U N E F I L L E T T E E S T T U RE P A R le train.
U N E A U T O . — S ' é c h a p p a n t d e la
Un c h o c d e s plus v i o l e n t s se p r o maison d e ses parents, la p e t i t e duisit et le v é h i c u l e a u t o m o b i l e , p r i s
Jeannette T a n n c a u , trois ans, s'élan- p a r l ' a r r i è r e , fut p r o j e t é c o n t r e le
ça p l a c e Gambetta au m o m e n t où talus, de l'autre c ô t é de la v o i e .
une a u t o m o b i l e , roulant lentement
De l ' i n t é r i e u r du car r e n v e r s é , des
arrivait.
c r i s d ' e f f r o i s ' é l e v a i e n t . L e s passants
La p a u v r e petite fut j e t é e à t e r r e el les v o y a g e u r s du t r a i n se p r é c i p i et tuée sur le coup, une roue lui tèrent au secours des blessés. A p r è s
étant passée sur le c o r p s .
bien des e f f o r t s , on p a r v i n t à s o r t i r
les o c c u p a n t s d e leur f f l e h e u s e posiQUIMPER
tion.
LA
FÊTE
DE
CORNOUAILLE
L e docteur
Limbourg,
prévenu
N ' A U R A P A S L I E U C E T T E A N N É E a r r i v u peu a p r è s sur les lieux d e
—
Diverses
circonstances
a y a n t l ' a c c i d e n t et p r o d i g u a les soins les
r e t a r d é la p r é p a r a t i o n de c e t t e ma- plus e m p r e s s é s
aux
blessés,
qui
nifestation b r e t o n n e q u i d e v a i t a v o i r étaient au n o m b r e d e sept.
lieu le 23 Juillet p r o c h a i n , le c o m i t é
M m e P r a t , â g é e d e 33 ans, cultia d é c i d é de s u p p r i m e r la fête d e
v a t r i c e au Quinquis, A L a n v é n é g e n ,
C o r n o u a i l l e cette année. E l l e n'aura
portait une g r a v e blessure au t e m p o d o n c lieu qu'en 1934,
ral d r o i t . E l l e fut d i r i g é e i m m é d i a t e
ment sur l ' h ô p i t a l d e Q u i m p e r l é .
ÉCRASÉ EN GARE E N T R E DEUX
L e s autres blessées, M m e Séau, du
WAGONS
Un a u x i l i a i r e des I». T
Guprnalez, en Faouët ; M m e P i c a r d a ,
T . alFecté aux lignes téléphonique:,
de K e r n o n , en F a o u ë t ; M m e P o u l i de la v o i e f e r r é e , M. J e a n - L o u i s
quen, de L a n v é n é g e n ; M m e P e n n , d e
L o u b o u l i n , a été é c r a s é entra d e u x
Lanvénégen ; Mme
Vallégant,
du
w a g o n s , t n gare d e Q u i m p e r .
Quinquis, en L a n v é n é g e n , et M l l e L e
L'i m o r t fut instantanée.
Oall, du m ê m e e n d r o i t , après panseM. I o u b o u t i n , o r i g i n a i r e de Guen- ment, ont pu r e g a g n e r leur d o m i c i l e .
gat, où il était né en 1903, était
La g e n d a r m e r i e du F a o u ë t p r o c è d e
m a r i é et p è r e d e d e u x e n f a n t s .
« n ce m o m e n t à l ' e n q u ê t e d'usage.
ON DEMANDE
Autour du Département
MODIFICATION DE STATUTS
Suivant d é c i s i o n , en d a t e du 31
Mai 1933, d e la S o c i é t é à responsabilité limitée P É T I L L O N & MORVÉZEN,
Conserves
Alimentaires,
route de P o n t - A v e n , Q u i m p e r l é , M.
M o r v é z e n a c é d é à M. P é l i l l o n , 23
parts d e 5.000 f r a n c s c h a c u n e .
L e c a p i t a l s o c i a l se
décompose
c o m m e suit :
39 p a r t s d e 5.000 f r a n ç s
à M- P Î U U o n
20 parts (Je 5.000 i r a n e ç
à M- > f a r v ç » e n
145.000 f '
liô^OOOf'
total
290.0ÔFf r
Cette d é c i s i o n a été e n r e g i s t r é e À
Q u i m p e r l é , le 1 " Juin 1933, f o l i o 82,
n°602, et une c o p i e a été d é p o s é e au
G r e f f e du T r i b u n a l c i v i l et au G r e f f e
de la Justice d e P a i x de Q u i m p e r l é .
2.511
JEAN P É T I L L O N .
T r i b u n a l de C o m m e r c e d e Q u i m p e r l é .
FAILUTETÎDÉROUT
L e s c r é a n c i e r s de la f a i l l i t e d e M .
L e D é r o u t Joseph, d é b i t a n t d e boissons, d e m e u r a n t à R a n n a l e c , r o u t e
de Scaër, sont i n v i t é s à se p r é s e n ter le samedi
29 Juillet
1933, ¿ 1 0
heures
30 minutes,
en la salle d e s
audiences d u Tribunal d e
Quimperlé, place Nationale, par d e v a n t
M. L e D e u f f . j u g e - c o m m i s s a i r e , p o u r
e x a m i n e r l'état d e situation d u d é biteur, d o n n e r leur a v i s sur la nom i n a t i o n d ' u n nouveau s y n d i c d é f i nitif ou sur le m a i n t i e n c o m m e tel
de M. C h r i s t o p h e L e T a l l e c , a n c i e n
g r e f f i e r d e p a i x à Q u i m p e r l é , et ê t r e
consultés sur l'utilité d ' é l i r e un ou
plusieurs c o n t r ô l e u r s .
Le greffier
en chef,
Ch. L o u i s .
2516
=r
Etudes de M- F O U R N I S . A v o u é - L i c e n c i é à Q u i m p e r l é , fi, quai R r i zeux ; de M" K O U N , A v o u é - L i c e n c i é à Q u i m p e r l é , 11 quai R r i z e u x ,
et de f e u M ' P É A N D E P O N F I L L Y ,
Notaire à Pont-Aven.
RECTIFICATION
P a r suite d u décès d e M" Péas de
PONFILLY, n o t a i r e à P o n t - A v e n , la
V e n t e p a r suite d e L i c i t a t i o n j u d i c i a i r e , en d e u x lots,
D ' I M M E U B L E S
C o m p r e n a n t :,
P r e m i e r lot
UNE
MAISON
D'HABITATION,
sise au bourg de
RIEC-SUR-BELON,
rue N e u v e , avec magasin
et
jardin
derrière.
Mise à p r i x : 30.000 f r a n c s .
Deuxième
U N T E R R A I N , près
RIEC-SUR-BÉLON.
lot
de la gare
de
Mise ii p r i x : 5.000 f r a n c s ,
qui était a n n o n c é e c o m m e d e v a n t
a v o i r lieu en l'étude d e M" PÉAN DE
PONFILLY, n o t a i r e à P o n t - A v e n , l e
Mardi 25 Juillet 1933, d onze
heures,
est reportée
à une date
ultérieure.
Une nouvelle annonce indiquera
la n o u v e l l e
fixation.
2518
L'Avoué
>;.
pour&uiva/ht:
Y.-M. EOURNJS,
Chemin deferte Paris à Orléans
E t u d e d e M" MASSON, H u i s s i e r
à Pont-Aven.
ETÉ l!):i3. — QUI BICHON HT BELLEILE. — (Juila-ron, battu des Ilots ù l'extrémité de sa presqu'île qu'un mince
ipédoiicu'k- rattache au continent, semble
être <léjù la sœur jumelle de UeUe-Ileen-.\ler la bien nommée, si attirante que
sa visite doit compléter toute excursion
ou tout séjour A Quibcron.
L'n circuit automobile quotidien du
1 " Juillet au 15 Septembre, pour le prix
de 2(1 francs, fait visiter entièrement
Belle-Ile et ses curiosités.
Revenus à Quitaron, les estivants,
baigneurs et touristes ont encore chaque
jour l'un des sept circuits automobiles,
dont les prix vont de 15 fi 55 francs pour
parcourir les landes de Carnac, riches
de leurs monuments mégalithiques, les
abords du golfe du Morbihan, qu'ils
peuvent même traverser en bateau, de
Vannes i> Port-Navalo, la poétique Cornoual'He avec ses sites de Pont-Aven,
QuImperli, Concarncau, atteindre enfin,
«'ils le veulent, le centre le plus mondain de La Baule.
Pour tous renseignements et biUet»
s'adresser notamment : Aux Agences de
îa Compagnie d'Orléans, 16, boulevard
des Capucines et 126, boulevard Raspali
ou à la Maison de France, 101, avenue
des Champs-Elysées, à Paris ; au Bureau de l'Union Nationale des Agences
<jp Voyages de la gare de Paris-Quai
d Orsay ; il la gare de Quibcron et aux
principales gares du réseau d'Orléans ;
aux Agences de Voyages.
VENTE PUBLIQUE DE RÉCOLTES
en
(le M* HOLLAND,
à Quirnperlé.
Notaire
ADJUDICATION A M I A B L E
L E 29 J U I L L E T ,
à 2 heures d e l'après-midi,
ù KERVIGNAC,
en
MOELAN,
e n b o r d u r e (le l a r o u t e d e K e r f a n y les-Pins.
1» UNE P R O P R I É T É
comprenant :
MAISON
NEUVE,
Eté 1933. — LA ROUTE DE BRETA- a y a n t 3 p i è c e s a u r e z - d e - c h a u s s é e , 4
GNE EN AUTOCAR. — Vo»aye en 6 jour- p i è c e s à l'étage, W.-C. a v e c fosse,
nées, de La Baule à Di nani ou vice-versa.
— Départ de La Baule : tous les ven- et puits ;
dredis du 2 Juin au 15 Septembre ; les T E R R A I N .
dimanches du 2 Juillet au 3 Septembre.
C o n t e n a n c e totale : 60 a r e s .
1" jour : La Baule, Vannes.
2° U N T E R R A I N , d ' u n e conte2" jour : Vannes (1), Auray (1), Carnac, Quibcron (1), Hennebont, Quim- n a n c e d ' e n v i r o n 15 a r e s , d e l ' a u t r e
perlé, Pont-Aven, Coucarneau, Quimper. c ô t é d e l a r o u t e .
3* jour : Quimper, Audierne, PointeS ' a d r e s s e r à M" R o l l a n d , n o t a i r e .
du-Raz, Douarnenez, Quimper.
4" jour : Quimper, Locronan, Morgat,
Brest, Morlaix.
5° jour : Morlaix, Lannlon, Trestraou,
AU L A I T F R A N Ç A I S
Paiinpol, Saint-Brieuc.
G" jour : Saint-Brieuc, Sable-d'Or-lesUNE É C R É N I E U S E F R A N Ç A I S E
Pins, Dinard.
Prix du transport pour i|e parcours
total La Baulc-Dinard, ou vice-versa :
La
525 francs.
Mota. — Ce voyage peut également se
faire en 4 jours au départ de La Baule
vient de lan(44a lr.). Vannes ou Aurav (400 fr.),
cer la Supcrsous réserve de quelques modifications
Ecrémcuse
dans l'itinéraire.
Pour renseignements e t billets, s'aPERFECTION
dresser : aux Agences de la C" d'Oril bol
léans, 16, boulevard des Capucines, et
inoxydable
126, boulevard Raspali, ou A la Maison
de France, 101, avenue des Champsqui est
Elysées, Ji Paris ; au bureau de Tourisune merveille,
me de l'Union Nationale des Agences de
Elle est bien
Voyages, ù la gare de Paris-Quai d'Orsay.; aux gares de La Baule, Vannes,
sup6r icure
( S Œ B p ® '
,
Auray et Quibcron et aux principal»»
a la
gares de la C" d'Orléans.
meilleure des Marques Etrangères.
(1) Vannes, Auray et Quiberon peuvent être considérés comme tête de
ligne au même titre que La Baulc ;
prix : 475 francs.
D
[ M . G L A S E R , 44, Boulevard Statopol, PARIS
La
Téléphone 7 =
QUIMPERLÉ =
3, Pl. Carnot
Service rapide
T o u t e s les
PHARMACIE
D'ORDONNANCES
ARTICLES D HYGIENE
P R O D U I T S
D E
C H O I X
HERBORISTERIE
• •
S P É C I A L I T É S
FCTÍ
— D O U C H E S
B A S S I N S
ÉMAIL E T VERRERIE
• •
C A O U T C H O U C
K S
ACCESSOIRES
LUNETTERIE
AMPOULES
MÉDICAMENTEUSES
A T O U T E S F O R M U L E S ¡g
SÉRUMS - VACCINS H
LABORATOIRE
D ' A N A L Y S E S
RECHERCHES
CHIMIQUES
•OB BIOLOGIQUES B B S
BACTÉRIOLOGIQUES
COTONS
E T PANSEMENTS
SIMPLES
OU
MÉDICAMENTEUX
• 5
NÉCESSAIRES D'ACCOUCHEMENT K l
Pinot Opticien
Cours delà Bove LO RI ÉNT
I
MM. LES OCULISTES H 8
PRODUITS
v ê t ê r w m È M
DROGUERIE
A G R I C O L E
f ü
lÏÎABCÏÎ
mssfiü S U S P E N S O ! RS HäEE3
BAS A VARICES - C E I N T U R E S
KS CABINET D'APPLICATION BEI
e
L. LE NAOUR, Pharmacien de V classe
de la Faculté de Paris ;.*•A n c i e n Chef d e L a b o r a t o i r e
Ancien Interne des hôpitaux de Paris
Docteur de ''Université
Agence Maritime Emile SALMON
LO Ii IENT. — LIGNES WORMS et Cie
Pour
irôt et r e n s e i g n e m e n t s , s'adresser
M. E m i l e SALMON, A g e n t M n r i t i m e
4 0 , Quai d e R o h a n - LORIENT
W O R M S & C«
dans tous les autres ports
Toute femme qui souffre d'un trouble quelconque de la Menstruation, règles
Irrégullères ou douloureuses, en avance ou en retard, Pertes blanches, Maladies
Intérieures, Métrlte, Fibrome, Salpingite, Ovarlte, Suites de Couches, guérira
sûrement rien qu'en faisant usage de la
E S T CE J O U R N A L
C'est le journal local le
plus répandu dans
l'arrondissement.
jusqu'à
JOUVENCE de L'ABBÉ S0URY
uniquement composée de plantes Inoffensives, Jouissant de propriétés spéciales qui
ont été étudiées et expérimentées pendant de longuos années.
La JOUVENCE de L'ABBÉ SOURY est faite expressément
pour guérir toutes les maladies de la femme. Elle les guérit
bien parce qu'elle débarrasse l'Intérieur de tous les éléments
nuisibles ; elle fait circuler le eang, décongestionne les organes
en même temps qu'elle les cicatrise.
La JOUVENCE de L'ABBÉ SOURY ne peut Jamais «tre
nuisible, et toute personne qui souffre d'une mauvaise circulation du sang, soit Varices, Phlébites, Hémorroïdes, soit
de l'Estomac ou des Nerfs, Chaleurs, Vapeurs, Etourdlsaements, soit malaise du RETOUR D'AGE, doit employer la
JOUVENCE DE L'ABBÉ SOURY
en toute confiance, car elle guérit tous les Joura des milliers de désespérées.
U JOUVENCE DE L'ABBË SOURY, préparée aux Laboratoires Mag. DUMONTIER,
A Rouen, se trouve dans toutes les Pharmacies.
I
Prix : Le flacon Liquide
Pilules i 10 fr. 60 (Impôt compris)
•l«n«xlger la véritable JOUVENCE de L'ABBÉ SOURY
qui doit porter le portrait de l'ABBÉ SOURY
et la signature Mag. DUMONTIER en rouge.
. AUCUN AUTRE PRODUIT
NE PEUT LA
REMPLACER
22
tonnes
Bd SÉBASTOPOl
Q U I M P E R L E , 21 J u i l l e t , de 9 h e u r e s
à 3 h e u r e s , h ô t e l d u L i o n d ' O r et
Voyageurs.
2495
CHUTES
MATRICE
e t tons
Organes. Varices. Orthopédie
GLASER, 4 4 , Bd S é b a s t o p o l - P a r i s
E t u d e s d e M" R. D U C H A T E A U ,
A v o u é - L i c e n c i é , à Quirnperlé, r u e
S a v a r y , n " 20 ; d e M" P I T O N ,
Avoué à Q u i r n p e r l é , r u e d e Quimp e r , n ° 12, et d e M" GUILLOU,
Notaire à Scaër.
POUDRE SAINT-CHRISTOPHE
Que de pertes occasionnées à la ferme par Ja diarrhée,
cette maladie qui cause de si grands ravages chez les jeunes
animaux en général, les Poulains et les Veaux en particulier.
Avec la POUDRE SAINT-CHRISTOPHE cette
éventualiié n'est plus à redouter
Tous les Agriculteurs-Eleveurs doivent avoir chez eux une
boîte de cette précieuse Poudre.
La b o î t e 9 f r a n c s . Franco par la poste contre mandat de
HEST
IE PAR LICITATIMI
L E J E U D I 3 A O U T 1933,
à 14 h e u r e s ,
en l ' é t u d e et p a r le m i n i s t è r e
de M" Guillou, n o t a i r e à S c a ë r ,
Différents Immeubles
9
FR. 5
0
.
D É P Ô T
O T T N É R A L
:
Pharmacie Normale, G . H A B R I A L , 4 2 , Place St-Michel - Q U I M P E R L É
P r e m i e r Lot :
.1 ux dépendances
de TY-GOFF,
en la commune
de SCAEIl,
Une Propriété Rurale
c o m p r e n a n t : Maison
d'habitation
c o n s t r u i t e en p i e r r e s et c o u v e r t e e n
a r d o i s e s ; petite Maison c o u v e r t e en
c h a u m e d ' a t t a c h e à la p r é c é d e n t e ;
un Hangar et une Stable
construits
en p i e r r e s e t c o u v e r t s e n a r d o i s e s ;
t r o i s é c u r i e s c o u v e r t e s en c h a u m e .
C o n t e n a n c e : 29 h e c t a r e s 40 a r e s
5 centiares.
Libre de location. Jouissance par
m a i n s a u 29 S e p t e m b r e 1933.
AGENCE
D e u x i è m e Lot :
Au bourfi de SCAER :
A r t i c l e 1 " . — Une Maison
const r u i t e c"n p i e r r e s e t c o u v e r t e e n
ardoises, composée au rez-dc-chaussée d e d e u x a p p a r t e m e n t s , a v e c une
remise
a u b o u t L e v a n t ; à l'étage,
t r o i s c h a m b r e s , a v e c g r e n i e r au-dessus, elle o u v r e a u Midi p a r d e u x
p o r t e s , u n p o r t a i l et neuf f e n ê t r e s .
A r t i c l e 2. — Au N o r d e t d ' a t t a c h e
à l a d i t e m a i s o n , un appentis
const r u i t e n p i e r r e s et c o u v e r t e n a r d o i ses
A r t i c l e 3.
Au N o r d d u d i t a p p e n t i s , une cour
d a n s l a q u e l l e s e t r o u v e un hangar
c o u v e r t e n a r d o i s e s ; droit a la moitic d'un puils s i t u é a u L e v a n t d e la
cour.
Libre d e location. Jouissance par
m a i n s a u 29 S e p t e m b r e 1933.
Mise à Prix : 35.000 francs
L'Avoué
poursuivant
R. D U C H A T E A U
2506
E t u d e d e M" A. BH'.EB, N o t a i r e
à Bannalec.
A vendre à l'amiable
en bloc
La
D E
ou en
Belle
détail,
RENAULT
GRANDE EXPOSITION
de Voitures neuves et d'occasion
Mise à Prix : 160.000 francs
S e r v i c e s r é g u l i e r s e n t r e L 0 R I I 2 N T . B O R D E A U X , BAYONNE, CAEN, ROUEN, L E HAVRE, BOULOGNE, DUNKERQUE,
B R E S T e t l e s p o r t s d e l ' é t r a n g e r . (Un d é p a r t t o u s l e s 14
jours d a n s c h a q u e sens).
r POUR LA F E M M E 1
L'UNION AGRICOLE
PARIS. 4 4 .
« . 1.10
En adoptant ces nouveaux appareils, dont
l'action b i e n f a i s a n t e se réalise s a n s «Sue.
sans sauf Séances ni lnlei-ruptlnn de travail,
les I t é r a i l e s pins v o l u m i n e u s e s et les
plus rebelle« diminuent Instantanément de
volume et disparaissent peu à peu complètement.
Devant de tels résultats erarantlstonjourspar
écrit, tons ceux atteints de hernie doivent s'adressersans retard à m GLASER qui leurrera
gratuitement l'essai de ses appareils da 9 à 4 h. à
INDUSTRIF.LLE
P o ù r consulter les horaires d e s lignes d'Orient, d'Ext r ê m e - O r i e n t , d e l ' A f r i q u e O c c i d e n t a l e , d u B r é s i l e t d e la P l a ta, a i n s i q u e p o u r r e t e n i r les b i l l e t s d e p a s s a g e s , s ' a d r e s s e r :
4 0 , Quai R o h a n ,
à l ' A g e n c e E m i l e SALMON
ayant une
,
CLIENTÈLE PAYSANNE
ont i n t é r ê t à faire leur
publicité d a n s le journal
préféré à la campagne.
U L K O E l I
T
par Camions et Tracteurs
EXÉCUTION DES ORDONNANCES
AGENTS des COMPAGNIES, des MESSAGERIES MARITIMES
des CHARGEURS RÉUNIS et SUD ATLANTIQUE
LES COMMERÇANTS
ancienne
Maison
rln
Monde.
de sucrés.
7rt années
L'expérience
la plus
éprouver.
Les procédés
les plus
modernes.
.
Expéditions dans toute la Région
--
TOUS THHRSPOBÏS et DÉPHEflEIlTS
plus
JE s u i s GUÉRI. — C'e<t rarnrmailon rte
tomes les personne» aiiolntcs de bennes qui
oni porté te nouvel appareil «ans ressort de
M P I HCvEQ le Grand. Sp écl al I aie rte
Barattea et Malaxeurs
OÀRIN, DDCHÀTEL & G", CAMBBil (Mord)
E d o u a r d HEONNIER
18, place Saint-Michel. Q U I M P E R L É
à
KERLAGADU,
RIEC - SUR - BÊLON,
L E D I M A N C H E 2 3 J U I L L E T 1933,
ù d e u x h e u r e s de l ' a p r è s - m i d i ,
E n v i r o n les s u p e r f i c i e s s u i v a n t e s
2 hectares de trèfle vert ; 5 hectares de froment ; 3 hectares d'avoine;
3 hectares sous pommes de terre ;
un h e c t a r e s o u s o r g e ; d e u x lots d e
seigle ; 4.000 k i l o g r a m m e s e n v i r o n
d e f o i n «le t r è f l e e n g r a n g é .
P r e s s o i r et d i v e r s o b j e t s .
Au c o m p t a n t , 12 % e n sus.
Etude
HERNIE
Nos occasions à des prix très intéressants
— :-: sont revisées et garanties :-: —
GARAGE
C E N T R A L
M m e TRÉGUIER
Basse-Ville QUIMPERLÉ
Apprentissage gratuit - Vente à crédit
TÉLÉPHONE
L'Union floricole
1 . 4 9
Compte Courant
• Postal
Pennes 1 4 . 1 3 9
ET MARITIME
ABONNEMENTS :
UN AN
Finlitère, C.-d u-N.,
Morbihan
12 f
Autres départira.. 1 4
Etranger, 1 2 f.plus port
BULLETIN D'ABONNEMENT
Je soussigné
(1)
Ferme
STANfî-KÉKYANNIC
C o m m u n e (Se B A N I V A L E G
d ' u n e c o n t e n a n c e d e 17 h e c t a r e s 54
a r e s 90 c e n t i a r e s e n v i r o n .
TRÈS BONS BA TLMENTS
f HABITATION
&
D'EXPLOITATION
Jardins, Prés et Terres
labourables.
F a c i l i t é s d e p a i e m e n t et d ' é c h a n g e .
S ' a d r e s s e r : p o u r tous r e n s e i g n e m e n t s et v i s i t e r , à M" Biger, n o t a i r e
à Bannalec ;
El p o u r t r a i t e r , â M. Camille
Siegsel, 7, r u e d ' O r l é a n s , à N a n t e s ,
T é l é p h . 150-27, r e p r é s e n t a n t d e M.
B e r n a r d Lévy, fils, 24, r u e des C o u r celles, P a r i s .
2513
déclare
souscrire
un abonnement
r
du l"
Ci-joint
de
à
193 , au journal
un mandai
ou chèque
postal
partir
L'Union Agricole.
de
le
193 .
Signature :
(1) Nom, prénom, profession et ndresse complète.
Détacher ce bulletin et l ' a d r e s s e r à M. l ' A d m i n i s t r a t e u r d e
VUnion Agricole,
13, q u a i B r i z e u x , Q u i r n p e r l é ( F i n i s t è r e ) .
t o u j o u r s o u v e r t e à c e u x q u i B é n i o w s k i , d e p u i s sa p r e m i è r e a p p a DF. L' « U N I O N A O I U C O L E » . s e r a
B é n i o w s k i p a r u t les d é d a i g n e r , b r i - — Du c ô t é d u v e n t , p a r u t u n e m u l - il p e u t , à la l u e u r d e l ' i n c e n d i e , obdu vendredi 21 Juillet 1933. (21) s o u f f r e n t et q u i n ' o n t p o i n t d ' a s i l e . r i t i o n ¡tu F o r t - D a u p h i n , e n avait été sa la s a g a y e et en jeta les d e u x t r o n - t i t u d e i n n o m b r a b l e d e S a n i b a r i v e s ; s e r v e r les m o u v e m e n t s d e l ' e n n e m i ; l a m b o u r q u i c o m m e n c e à t r o u v e r
M a d a g a s c a r assez m a u s s a d e , e t q u e l B é n i o w s k i , l o u c h é d e la p r o p o s i - p r o c l a m é le seul et u n i q u e d e s c e n - ç o n s d e r r i è r e lui.
et d e Z a f l l - B a b è s , p o u s s a n t d e v a n t , à s a g a u c h e il a la r i v i è r e et le b r i g q u e s b o u c a n i e r s , e n t e n d e n t l e u r cation d ' E l i é z e r , e x p r i m a s a r e c o n - d a n t d i r e c t , d e m â l e e n m â l e , s a n s
D a n s l ' i n t é r i e u r d e s p a l i s s a d e s , e u x d e s t r o u p e a u x e n t i e r s d e b œ u f s le Postillon;
s u r sa d r o i t e , la c h a î n e p i t a i n e , s a n s p o u v o i r e x é c u t e r s e s
naissance avec l'emphase nécessaire mélange de sang.
a v a n t d e f a i r e r o m p r e les r a n g s , l e attelés à d e s a m a s d e b o i s m o r t s et d e c o l l i n e s b o i s é e s , o ù l e m a j o r et o r d r e s .
p o u r p r o d u i r e i m p r e s s i o n s u r l e s Les j o u e u r s d ' h e r r a v o u le c h a n - g é n é r a l c r u t d e v o i r h a r a n g u e r s e s d e b a m b o u s liés e n fagots.
ses é c l a i r e u r s , p u i s s u c c e s s i v e m e n t
T o u t à c o u p , d e s t a m b o u r s et d e s
Malgaches.
taient.
soldats.
Siloulout qui d i r i g e a i t l ' e x p é d i t i o n d e u x c o m p a g n i e s d e v o l o n t a i r e s , se c l a i r o n s f r a n ç a i s r e t e n t i s s e n t à p e u
— Q u e le s o u v e r a i n c r é a t e u r d e s
Enfin d ' a n c i e n n e s p r o p h é t i e s a n — C a m a r a d e s ! leur dit-il, n e r e -V fit m e t t r e le feu. Une é p a i s s e f u m é e sont e n g a g é s s a n s b r u i t ; d e v a n t lui, d e d i s t a n c e ; u n e t r o u p e d e m a r i n s et
m o n d e s , dil-il, te p r o t è g e ô v i e i l l a r d , n o n ç a i e n t « u n c h a n g e m e n t g é n é r a l g a r d o n s p a s c o m m e u n m a l h e u r la a v e u g l a les F r a n ç a i s ; la b r i s e p o u s - u n e v a s t e p e n t e d e t e r r a i n s a c c i d e n soldats
de marine
s'avance,
toi. tes e n f a n t s cl les e n f a n t s d e t e s d a n s le g o u v e r n e m e n t d e l'île et di- r é c e p t i o n h o s t i l e q u i n o u s esl f a i t e . sait les flammes d a n s l e u r c a m p ; les tés q u i a b o u t i s s e n t à la p l a g e sep- de
bai/onnetle
croisée,
en criant :
e n f a n t s j u s q u ' à la p o s t é r i t é la p l u s s a i e n t q u e le d e s c e n d a n t d e B a m i n i Elle n o u s a u t o r i s e à f o r t i f i e r o u v e r - p a l i s s a d e s et les t o i t u r e s , les t e n t e s , t e n t r i o n a l e d e la b a i e d ' A n t o n g i l .
par
—
Roland .'... Kerguelen.'...
Oir e c u l é e ! Que t e s p a r o l e s d e p a i x r e b â t i r a i t la ville d e Palmyre
(1) ». t e m e n t n o t r e c a m p . — Réjouissez- les b a r a q u e s et les a f f û t s des c a n o n s
Les flammes s ' é t e i g n e n t a p r è s a v o i r seau .'... Dauphine
.'...
G. d e L A L A N D E L L E
m o n t e n t v e r s Dieu c o m m e le s a c r i Quelle était c e t t e ville de P a l m y r e vous d ' ê t r e e n f i n s u r le t e r r a i n o ù f u r e n t b i e n t ô t a t t e i n t s p a r l ' i n c e n d i e . tout d é v o r é ; L o u i s b o u r g n'est p l u s
Une terreur panique s'empare des
llce d'Abel. Que l ' h o s p i t a l i t é q u e t u q u ' o n n e s ' a t t e n d r a i t g u è r e à t r o u - v o t r e zèle p o u r le s e r v i c e d e voll-e D'efl' r o y a b l e s d é t o n a t i o n s ,
semblao f f r e s à la v o y a g e u s e m o u r a n t e et a ver d a n s u n e p r é d i c t i o n m a l g a c h e ? p a t r i e t r o u v e r a mille o c c a s i o n s d e bles à d e s d é c h a r g e s d ' a r t i l l e r i e écla- q u ' u n m o n c e a u d e c e n d r e s . Les dé- i n s u l a i r e s ; ils r e c u l e n t e t f u i e n t v e r s
t o n a t i o n s e x t r a o r d i n a i r e s q u i o n la
t plage.
A ces m o t s , B é n i o w s k i m o n t r a Je son f a i b l e fils t e soit r e n d u e d a n s le
Toujours
est-il
q u e B é n o w s k i se s i g n a l e r . — Ce t e r r i t o i r e , a u j o u r - t a i e n t ; et les t a u r e a u x f u r i e u x m u - a c c o m p a g n é l ' i n c e n d i e c e s s e n t en
Quatre rangées d e canons d e gros
c a d r e où r e p o s a i t l a c o m t e s s e p â l e s e i n d ' A b r a h a m , l o r s q u e , r a s s a s i é d e n ' é t a i t p l u s l i b r e d e r e c u l e r d e v a n t d ' h u i i n c u l t e et d é s o l é , d e v i e n d r a g i s s a i e n t d a n s les fossés o ù ils e n t r a î - m ê m e t e m p s , c a r c e s d é t o n a t i o n s ,
j o u r s , tu m o n t e r a s v e r s l e ciel.
et a c c a b l é e p u r la s o u f f r a n c e .
la q u a l i t é d e d e s c e n d a n t d e B a m i n i . b i e n t ô t p a r v o u s le c e n t r e d e n o t r e n a i e n t a v e c e u x d e s m a s s e s d e c o m - d o n t la c a u s e était i n c o n n u e a u * c a l i b r e o u v r e n t a l o r s s u r e u x u n f e u
à volonté.
Flèche - Perçante prit Wenceslas
Béniowski s'était toujours proposé
L ' a u d a c i e u x Siloulout se leva et p u i s s a n c e à v e n i r ; il c o n v i e n t d e lui b u s t i b l e s .
Français, tenaient à l'explosion d e s
La d i v i s i o n K e r g u e l e n a v a i t p r i s
d a n s ses b r a s , et, le p r é s e n t a n t à la d e c o n t r a c t e r u n e é t r o i t e a l l i a n c e dit :
d o n n e r u n n o m c h e r à la F r a n c e .
Le s i e u r Valus, ses r e g i s t r e s s o u s b a m b o u s e m p l o y é s p a r l e s assail- son m o u i l l l a g e p e n d a n t le c o m b a t ,
multitude :
a v e c les Z a f f i - H i b r a h i m . La d é m a r — Les c h e f s p r u d e n t s d ' A n t i m a - Qu'il s ' a p p e l l e d o n c ' Louisbouri/ /... le b r a s , était s o r t i d e l ' e n c e i n t e à la lants. B é n i o w s k i le c o m p r i t alors, el
el, t a n d i s q u e ses c h a l o u p e s d é b a r — M é c o n n a i s s e z l e vrai s a n g d e c h e d ' E l i é z c r a c c r u t n é c e s s a i r e m e n t r o a d é c l a r e n t q u e si lu te r e t r a n c h e s El, vive le r o i !
f a v e u r du t u m u l t e ; il c o u r a i t v e r s la ne c r a i g n i t p l u s q u e l e s i n s u l a i r e s q u a i e n t d e s t r o u p e s d a n s la p e t i t e
B a m i n i ! dit-elle.
ce d é s i r ; m a i s il se g a r d a d e p r o n o n - d e r r i è r e d e s p a l i s s a d e s a r m é e s d e
Les p i è c e s d e c a m p a g n e f u r e n t mi- r i v i è r e p o u r p r e n d r e asile à b o r d d u e u s s e n t d e l ' a r t i l l e r i e c o m m e o n r i v i è r e p a r a l l è l e à l a T i n g b a l l e , l e s
Son geste, s a voix, s o n a c t i o n c e r u n e s e u l e p a r o l e d e n a t u r e à in- c a n o n s , c'est toi q u i a u r a s a l l u m é ¡¡t ses e n b a t t e r i e }'
les tentes dres- Postillon.
l'avait p e n s é d ' a b o r d , ta(it les é c l a t s t r o i s n a v i r e s s ' é t a i e n t e m b o s s é s a u
é m u r e n t f a v o r a b l e m e n t u n e p a r t i e d i s p o s e r les Zafli-Bnbès, n a t i o n bel- g u e r r e ! E f f o n l a h é n'a p a s v e n d u son sées, et le p r e m i e r r e p a s ne t a r d a p a s
— Ce S i l o u l o u t , p e n s a i t - i l , e s t u nd e s f a i s c e a u x d e c a n n e s a v a i e n t été p o i n t le p l u s c o n v e n a b l e p o u r c o u des insulaires.
l i q u e u s e d o n t l e s c r o y a n c e s é t a i e n t t e r r a i n p o u r y laisser b â t i r u n e f o r - à ê t r e p r i s p a r leS- a v e n t u r i e r s , à qui lîaillard q u i s ' e n t e n d (¡¿renient à exé- b r u y a n t s . « La t e r r e e n t r e m b l a i t à
p e r la r e t r a i t e a u x M a l g a c h e s t e r r i Alors un v i e i l l a r d à b a r b e b l a n c h e , les m ê m e s q u e celles d e l ' i m m e n s e t e r e s s e !
F l e u r - d ' E b è n e , ç a n t i n i è r e d e la lé-c u t e r nies p e t i t e s i n v e n t i o n s . Bé- u n e lieue à la r o n d e ; o n e û t d i tfiés.
d o n t l e t e i n t était d ' u n b r u n r o u g e â - m a j o r i t é d e s h a b i t a n t s d e Madagas— G é n é r a l ! ce d r ô l e n o u s d é c l a r e gion, v e r s a i t d u talia.
q
u
'
u
n
n
o
m
b
r
e
i
n
f
i
n
i
d
e
c
a
n
o
n
s
,
coun i o w s k i , C a p r i c o r n e , B o l a n d r o n et
(.A suivre).
t r e e t l e s t r a i t s d e la p l u s g r a n d e c a r .
la g u e r r e , m o r d i o n s ! N e p a l a b r o n s
S a n s les r e t a r d s s y s t é m a t i q u e s q u i c o m p a g n i e , t i r e z - v o u s - e n , si v o u s l e u v r i n e s , f a u c o n n e a u x , m o u s q u e t s el
pureté, s'approcha de Béniowski e n
E n g a g é , u n peu m a l g r é lui, p a r le p a s u n e m i n u t e d e p l u s , c r o y e z - m o i ! a v a i e n t e m p ê c h é B é n i o w s k i d e r e v e - p o u v e z !... L o u i s b o u r g , g r â c e à m o i , pistolets, t i r a i e n t e n s e m b l e (1) ». —
r é c l a m a n t la p a r o l e :
c h e v a l i e r du C a p r i c o r n e , d a n s le p e r L:t l u n e é c l a i r a i t seule d e son p a i s i — B a t a i l l o n ! c o m m a n d a B é n i o w s - n i r d e l ' I l e - d e - F r a n c e en t e m p s utile, n ' a u r a p a s fait long feu...
B é n i o s w k i n e ki en f r a n ç a i s , q u e p e r s o n n e ne fasse s a n s la t r a m e p e r f i d e o u r d i e p a r ses
— J e n e s u i s p o i n t d e la G r a n d e - s o n n a g e d e Rù-umini,
Le Gérant : D. PLOUZENNEC.
B é n i o w s k i , c e p e n d a n t , é v a c u a i t la ble éclat le t h é â t r e d e la b a t a i l l e q u i
p
o
u
v
a
i
t
plus
r
e
n
o
n
c
e
r
à
u
n
r
ô
l
e
q
u
i
T e r r e , dit-il, j ' a i vu la l u m i è r e à
ne t a r d a p a s à s ' e n g a g e r s u r t o u t e la
feu s a n s o r d r e ! — Les g u i d e s en n o m b r e u x e n n e m i s , il a u r a i t été ac- p l a c e .
N o s s i - H i b r t d i i m ( S a i n t e - M a r i e ) ; B a -p r é s e n t a i t d e s é r i e u x a v a n t a g e s .
tête ! - - P a r le f l a n c g a u c h e . . . p a s cueilli e n hôte e n v o y é d e Dieu et
Quimper, Imprimerie Cornounillaise.
— B ô l i r c o m m e «les c a n a r d s ! mille ligne.
m j n i p o u r n o u s n'est point u n p r o n ' e û t p a s r e n c o n t r é d è s le p r e m i e r c o r n e s d e l i c o r n e s ! d i s a i t tout b a s
La foi en B a m i n i n ' é t a i t p o i n t p a r - accéléré... m a r c h e !
—
M
o
r
d
i
o
u
s
!
m
e
s
a
g
n
e
a
u
x
,
à
m
o
i
!
p h è t e ; n o u s s o m m e s dis d ' A b r a h a m , t i c u l i è r e aux t r i b u s d e la p r o v i n c e
Certifié par le Girant soussigné.
Les
boucaniers
d'Anossi m o n - pas des obstacles affligeants.
le c h e v a l i e r . N o n , m o r d i o n s ! c a m a - c r i e le vaillant c h e v a l i e r d u C a p r i et n o t r e j o u r s a i n t esl le S a b b a t . d ' A n o s s i . Elle était p a r t a g é e p a r lat r a i e n t la r o u l e .
L o u i s b o u r g s'éleva n é a n m o i n s e n r a d e s !... g a g n o n s le vent !... à p l a t c o r n e , q u i n ' a q u e q u a t r e de ses solChef d e s F r a n ç a i s , q u e l q u e soit ton g r a n d e et p u i s s a n t e n a t i o n d e s SakaQuimper, le
Les t a m b o u r s les s u i v i r e n t e n bat- d é p i t d e lit g u e r r e d ' e m b u s c a d e s et ventre... n o m d ' u n t o n n e r r e !... E n d a t s p r è s de lui.
n o m o u ta r a c e , j ' o f f r e a la f e m m e luves, q u i o c c u p e tout le N o r d - O u e s t tant u n e s o r t e d e c h a r g e .
d e s a s s a u t s r é i t é r é s des t r i b u s d ' a l e n - a v a n t m e s s e r p e n t s !... Gai ! l e s r a - A vingt pas, S a n s - Q u a r t i e r , J a m b e m a l a d e e t à ton e n f a n t l ' h o s p i t a l i t é df M a d a g a s c a r s u r les r i v e s d u c a n a l
m o n e u r s !... L e f o u r c h a u f f e c e t t e d ' A r g e n t el q u e l q u e s a u t r e s , — \
Une s a g a y e , l a n c é e p a r Siloulout, t o u r .
d a n s m a d e m e u r e : c'est u n e c a s e d e M o z a m b i q u e ; elle était i m p l a n - vint se p l a n t e r d a n s la selle d u c h e Le 23 F é v r i e r 1774 d e v a i t ê t r e mé- n u i t !...
q u a r a n t e p a s , J e a n d e P a r i s , Mousp e t i t e ; c a r E l i é z e r n'est q u ' u n s i m p l e tée c h e z les Z a f l l - l t a b è s , les S a m b n - val d e B é n i o w s k i . — Des c l a m e u r s m o r a b l e d a n s les f a s t e s d e l a p e t i t e
Les v é t é r a n s q u i f o r m a i e n t l ' a v a n t - l i q u e d u C a n a d a , P i c d e L a n n i o n et
Vu pour
p é c h e u r ; m a i s p o u r t a n t il a le d r o i t rives, l e s B é l i m s a r a s , l e s B é t a n i m è - m e n a ç a n t e s r e t e n t i r e n t s u r la p l a g e c o l o n i e m i l i t a i r e .
g a r d e s o u s les o r d r e s d u m a j o r glis- S a u r d e D u n k e r q u e , — p l u s loin end e t u e r son bétail l u i - m ê m e , il r e n d nes et p a r m i f o u l e d ' a u t r e s p e u p l a - et d a n s les h a u t e u r s c o u r o n n é e s d e
Une f o r t e b r i s e s o u f f l a i t d u S u d , s a i e n t e n s i l e n c e s u r le sol c a l c i n é c o r e , Guy-Mauve Gobe-l'As, j e u n e ta légalisation de la signature ci-contre
la j u s t i c e à t o u s l e s Z a f t l - l l i b r a h i m des. La r a c e p u r e d e B a m i n i s ' é t a i t bois.
Mairie de Quimper,
le ciel était s a n s nuages, le t e m p s tout c o u v e r t d e c e n d r e s c h a u d e s .
é t a b l i s a u b a s d e c e l t e r i v i è r e , et il a b â t a r d i e d a n s t o u t e s les I r i b u s q u i
sec, la t e m p é r a t u r e é t o u f f a n t e , —
B é n i o w s k i reste a v e c u n p e l o t o n
siège p a r m i les p h i l o u b é s d ' A n t i n i a - ¡ s ' e n d i s a i e n t i s s u e s ; m a i s , p a r u n
peu a p r è s le c o u c h e r d u soleil l e s d e t r e n t e s o l d a t s d a n s le n o r d d e
(t) FLACOL'IIT. Histoire tic- l'iste Madagascar,
r o a . Ma c a s e e s t p e t i t e , m a i s elle i b i z a r r e c o n c o u r s d e c i r c o n s t a n c e s ,
(1 ) Mémoires ile Iiéniowslii, lome il, pnjje 311. s e n t i n e l l e s j e t è r e n t le c r i d ' a l a r m e . L o u i s b o u r g , s u r u n e h a u t e u r , d ' o ù chapitre IX.
FEUILLETON
LE DERNIER
DES FLIBUSTIERS
LB
MAIHB,
ikiltllv*
Paraissai ¿
leVENDRl
L'Union
41 U U ,
DI
• •
Le Numéi o:
KT
Centimi 3
Vendredi 28 Juillet !9S3,
La coupe du t r a vail est la seule qui se
puisse vider Jusqu'au
fond, sans laisser aux
livres un goût de lie.
M"
AHIT!Ht
1?JL x i . J t » M J i .M l f J L J E i
* «
^-rrrrrrm--^ J B W W W W g B L » . v-
LACORDAlRE
riïww
Organe Républicain Démocratique et Régionaliste de l'Ouest
ANNONCES
Réclames
—
Annonces
—
L A
uns
E T RÉCLAMES
(4« page), la ligne. 4 fr.
(3« page),
— . 1 fr.
judic. et volont... 2 fr.
Chronique locale.. 2 fr.
S E M A I N E
FÊTES
DB LA SKMA1NB
SoLBll. fljni JMajli I
Uiir Coacb. Mut. Soir 1
»
50
»
»
Les annonces sont reçues aux bureaux
du tournai. Pour la publiclU extra39, Rue
départementale,
s'adresser,
du Faubourg - Poissonnière, Paris (9').
Tél.: Provence, 41-57.
COMMUNICATIONS
E T
ANNONCES
à QU1MPERLE, 13, quai Brizeux — Tél. 1 - 4 »
COMPTE COURANT POSTAL, RENNES
LA « PACIFIQUE » ALLEMAGNE
D 30 S" Juliette.
1 31 S. Gcrnmin.
ra1 S. Pierre-iVL.
m 'i S. Alphonse.
J 3 S» Lydie.
y 4 S. Dominique.
i b S. Aliel.
14-139
ÉLOQUENCE
MINISTÉRIELLE
VMïft
Les abonnements se paient <favant» et
partent da 1" de chaque mois.
On «"abonne au bureau da Journal, ou en
adressant un mandat-chèque au C/C 14.139,
Rennes.
mnn
ABONNEMENTS (UN AN)
Finistère, Côtes-du-Nord, Morb. 1 2 fr.
Autres départements et colonies. 1 4 fr.
Etranger
;
30'fr,
L'ALLEMAGNE
et ses Colonies
4 20 t»:i2 8 33 21 04 I Nous nous sommes élevés à dif- lorsqu'il prétend le contraire,
Près de Gien,
4'¿3 19 31 U38 2216
22 1« rérentes reprises contre la politi- trompe lourdement. Le désarme
un prêtre et 12 enfants
Le
Parlement
est
en
vacances,
4 24 li) 21) 10 5« 23
(
u
e
(
l
u
38
s e noieut daus un étang
concessions continuelles, nient de la France serait une fo Avant de se séparer, il a voté,
4 25 1U 28 BU »» 1218
12 1S 1
Seize enfants d'un patronage ca4 2« 1« 2« 0 55 13«o|
13110 Pratiquée par la France depuis le lie. Les socialistes sont de bonne tour de bras, sans discussion sé
Il y a quelques semaines, nous blaient propices au succès de son
4 28 1» -Jó 2 02 14 31 traité de paix.
rieuse et réfléchie, sans méthode, les tholique de Gien tLoiret), accompa4 2» 1U 23 2 57 15 23 Petit à petit, nos gouvernements foi, mais cela ne suffit pas : leur projets les plus divers, sur le blé, gnés d'un prêtre, avaient pris place annoncions q u e M. Hugenberg, offensive. Son ambition même, ceerreurs ne se comptent plus dans
délégué allemand à la conférence
successifs o n t laissé rogner les ce / domaine comme dans tant sur le vin et sur les oléagineux ; sur dans une barque „ et traversaient de Londres, avait fait remettre à pendant, lui a été contraire. Deles
baux
commerciaux
et
sur
le
rér
du
Puits,
près
d'Argent-surl'étang
mander à la fois colonies et Rusavantages que nous octroyait ce d'autres.
la Conférence économique un mé- sie, c'était troubler ce principe
des loyers non encore soumis Sauldre.
traité, et cela en échange de quel- « Il ne se passera, sans doute. gime
au droit commun, sur les douanes,
Soudain la barque chavira et les morandum dans lequel le gouverques vagues promesses qui, Dien Pas bien longtemps, avant q u e les potasses, l'outillage national 17 occupants furent précipités à nement allemand demandait soit auquel la Grande-Bretagne reste
entendu, n'étaient j a m a i s tenues. l'Allemagne fasse à nouveau pal- l'amnistie, la tuberculose des bovi l'eau, profonde de 4 à 5 mètres. Le la restitution de ses anciennes co- fidèle : et la manœuvre a échoué.
Que nous nous soyons laissés ier d'elle. Tenons-nous prêts.
dés, les importations, de crustacés et prêtre plongea à deux reprises et lonies africaines, soit la cession Elle sera reprise à la première ocde
berner et tromper une t'ois, deux
les
conserves d'asperges... Un vrai réussit a prendre deux des enfants de vastes territoires en Asie Rus- casion. Plus que les hectolitres
» De tous côtés, les nuages s'a
1CS quin
taux
fois même, c'est pardonnable. moncellent. Les Français doivent pot pourri. D'autant que les discus- qui s'accrochèrent ensuite à la bar se, où l'Allemagne pourrait poursions
chevauchaient,
s'emmêlaient
que
renversée.
Il
replongea
une
troi
Mais que nous ayons persévéré se grouper pour faire face aux
suivre une grande œuvre de colocomme à plaisir. Oh passait de l'exa sième fois, mais ne reparut plus.
La loterie
nationale dans les mêmes errements, voilà accès
de f u r e u r de leur ennemi men du projet sur l'organisation des
nisation, seule solution qui permît tion doit dominer les iébatsT éco( 11
Un
des
enfants,
qui
savait
nager
Le principe d'une loterie nationale| I ' »'est plus excusable,
implacable et féroce. »
mines domaniales de potasse à la réussit également à ramener à la bar- d'augmenter la capacité de paie- nomiques s u r « l'aménagement »
a été décide lors du vote de la derde la production française.
discussion
du projet sur les oléa-que un de ses camarades.
ment de l'Allemagne.
Errarc
humanum
est,
dit
le
nière loi <les finances.
Elle devrait être présente à
gineux. Puis on s'interrompait pour
Des
témoins
de
l'accident
accou
Ce
m
é
m
o
r
a
n
d
u
m
produisit
proverbe
mais,
ajoute-t-il,
perse
Le total de l'émission sera d'un
Londres
aussi. Déjà PU. R. S. S.
parler
de
la
Transatlantique
ou
pour
Il
se
trouvera
peut-être
des
«
dé
et
sauvèrent
les
rurent
sur
les
lieux
Londres
une
vive
émotion
et
le
diabolicum'.
milliard de francs, et le montant des vcrarc
sarmeurs » impénitents qui ne se voter quelques centaines de millions quatre enfants accrochés à la bar- chancelier Hitler comprit la ma- a profité de la menace exposée
lots atteindra au moins 00 % du
Les derniers événements d'Aile laisseront pas convaincre par les de crédit pour l'exposition artisa- que. Les douze autres netits furent ladresse de sa démarche précipi- contre elle pour obtenir l'appui de
montant de l'émission.
commencent d'ailleurs à arguments du professeur Jèze. Il nale de 1937, dans l'état-major de retrouvés plus tard, accrochés com- tée. II fit donc retirer le mémoran- la Grande-Bretagne et faire lever
Que restern-t-il pour le budget, du omagne
laquelle figurent, on le sait, des car me une grappe à la soutane du prêl'embargo qui frappait ses m a r reliquat de 400 millions, quand' on l r u . r i r l e s v e u x des P l u s ardents n'est de pire sourd que celui qui tellistes de la plus belle eau, à coni tre.
Tous les efforts furent inutiles dum et le présenta comme étant chandises à leur entrée dans le
ne veut pas entendre.
aura prélevé 100 millions pour la | pacifistes eux-mêmes.
dû à l'initiative personnelle de
mencer par l'ancien ministre Ber- pour les ramener à la vie.
Royaume-Uni et négocier certains
Caisse des calamités agricoles et les
De passage, dernièrement à
Ihod, l'ancien vlee-président de la
M. Hugenberg.
A
frais d'émission et divers '?
accords
avec ses voisins. La GranQuimperlé, un avocat du barreau
Chambre Léo-Bouyssou et le social La Pologne aurait une issue
Hitler désavouait son représen- de-Bretagne
ne pourrait-elle comde Paris, ancien député commuMais peut-être
écouteront-ils blackboulé Locqiiin.
indirecte
sur
la
Mer
Noire
tant, et bientôt la démission de M. prendre aussi
Election
sénatoriale niste, déclarait que les fortifica- avec plus d'attention une voix qui Ne fallait-il pas, avant d'aller
que, si elle veut
M.
Litvinoff
se
rendrait
prochai
Hugenberg
apportait
rapidement
en
Vendée.
tions de l'Est étaient absolument vient d'outre-Rhin. C'est u n étu- s'ébrouer sur les • plages ou les sta nement à Bucarest et examinerait une confirmation solennelle de ce s'isoler de nous et faire cause
Dimanche dernier, M. le docteur nécessaires, étant donné ce q u idiant allemand qui écrit à un jour lions à la mode 'rattraper le temps avec le gouvernement roumain la
commune, s u r le terrain monéH. D., a été élu
perdu et, surtout, faire patienter possibilité de creuser un canal unis désaveu.
taire, avec les Etats-Unis, elle
nal pacifiste français :
Hitler
avait
atteint
le
but
qu'il
l'opinion 1 Certains des votes émis, sant la Vistule; le Prut et le Dniesterv
accroît la faiblesse d u continent
« On peut aisenient douter de dans
CmPlaCement M
la fièvre de cette lin de session, ce qui donnerait à la Pologne une visait depuis longtemps : exclure sur lequel l'Allemagne, libérée de
^ professeur Jèze, à son tour, la volonté de paix d'Hitler : desont positivement insensés, et l'on ¡issue indirecte sur la Mer Noire.
de son cabinet le ministre de ses dettes p a r u n e escroquerie
qui f u t un ardent partisan du dé- toute façon je ne crois pas qu'ac- s'en apercevra bientôt. D'ici-là, les
l'Economie nationale, représen- monstrueuse, retrouvera sa puistuellement
il
y
ait
u
n
danger.
L
députés du Cartel seront tranquilles
Un cantonnier
+
sarmeinent, vient de confesser ses
tant de la grande propriété.
ant.ra la rtainh ** i*
sance et, une fois de plus, trouentre le Reich et le Vatican. i n u s i o n s défuntes dans le Journal serait à souhaiter que la France lis aviseront ensuite.
qui se trouve là bien à point.
Le désaveu de Hugenberg par blera l'ordre économique e t poliLe Concordat entre le Saint-Siège (/es Finances, à la suite d'un vova- soit très prudente dans sa politiQuand à M. Daladier, d'abord par1
Un avion militaire du centre de Hitler n'avait pas d'autre motif,
que, car presque tout dépend de tagé entre le désir de consolider, au Mourmelon, piloté par le lieutenant car, bien entendu, l'Allemagne tique ?
ngne :
?le 20
Ì a Juillet.
. M. h . a é l é s i s n é n u Vatican, ge en Allemagne
A
la
veille
de
la
clôture
de
la
plus
vite,
son
pouyoir
et
celui
de
cor« La f u r e u r teutonne, écrit-il, son attitude.
Lespiau, accompagné de deux sous
son maigre bilan, il a fini, pressé officiers, se trouva contraint d'atter n'abandonne nullement son pro- Conférence de Genève sur le déUne ligne électriqueUsi
d' une violence que ceux qui
» Dans les universités règne ac ser
par ses amis radicaux, par pousser rir sur le territoire de Saint-Hilaire gramme de revendications colo sarmement, M. Massigli, délégué
Paris-Toura.
n'ont pas vu récemment l'Allcma- tuellement un esprit extraordinai ù la roue.
niales ; et le m é m o r a n d u m que de la France, soulignait la con' ' ,-.
j
de-Grand.
n e uct
Le 19 Juillet, a été inauguré l'ou- M
" e l l e ne peuvent s'imagi- renient belliqueux.
présenta Hugenberg à Londres
Dans son discour* d'Apt, il fait
q u i existe entre les
nel
A
l'atterrissage,
l'appareil
heurta
verture à la traction électrique de la
'» Les étudiants sont presque état des.mljrôlatfljirites (!) réalisations- une ligne électrique à haute tension avait bien été présenté au nom du tradiction
déclarations de certains gouversection du P. O. comprise entre Or-1 » C'est u n e passion maladive forcés de participer à c e qu'on express dont iferofc-fcenons de parler et
en flammes dans la rivèrif gouvernement du'Reich.
nements": '
'
*
leans et Tours, dont l'équipement qui a rendu
' "fous des dizaines de appelle des ' « •wehriiubungen » et de quelques Outres. A l'entendre, la tomba
Suippe.
Depuis 1919, l'Allemagne pourvient d'être complètement réalisé.
Une
fois
de
plus,
disait-il,
ou
millions d'Allemands. Ils sont pos- (exercices de préparation à \ï la situation financière du pays qui
Un cantonnier, M. Robert Hautier, suit une politique extérieure méLe train spécial a parcouru Paris- sédés par une véritable férocité. guerre). J'ai pu jusqu'ici m'en te est le plat de résistance de la plu témoin
a voulu rappeler les engagements
de
l'accident,
entra
dans
lu
thodique, tendant à l'annulation
Tours, soit 231 km., en moins de
part des harangues politiques, n'i
» On a pu juger, pendant la nir écarté, mais j e ne sais si j eabsolument rien de tragique. « D'ex rivière qui atteint une hauteur de complète d u « diktat » de Ver pris dans le traité de Versailles,
deux heures.
guerre, de la cruauté des diri- pourrai continuer, car ma situa trèmement critique » au mois de Fé 1 m. 50 et, avec de grandes difficul- sailles : suppression des dettes et en matière de désarmement.
fond vaseux rendait li
Juifs contre
Allemands. geants allemands et, pendant les tion f u t u r e peut en dépendre. »
» Mais une des difficultés de
vrier, l'état de la trésorerie se serait tés, car le
difficile, il réussit à attein des réparations, égalité des arme- l'heure réside précisément d a n s
/ l n t « n * /i t, ai •%« r. • »
_
1
!
• •
Une « Fédération Mondiale Eco- Idcrniers
mois, de 1la 1ba'rbarie
antiAu moins voilà u n renseigne considérablement amélioré. D'ail sauvetage
dre l'appareil dont la carlingue brû ments, retour des colonies et des les contradictions que l'on consnomique Juive » vient de se fonder sémite.
ment précis et qui n'est pas sus leurs, à quoi bon s'en faire ? Le Pré lait.
provinces ex-allemandes. Dès que tate entre les mots et les faits. La
sident du Conseil qui oublie pour les
à Londres. Le Congrès, qui s'est
» Si p a r malheur, la France pect.
Il prit un des aviateurs sur son l'un des objectifs est atteint, elle situation serait plus aisée si de
besoins
de
sa
thèse
l'emprunt
mendié
réuni ces jours derniers, a adopté était envahie à nouveau le monde
Mais quel dommage que nous
à Londres par son grand argentier, dos et le transporta sur la berge. poursuit le suivant avec une téna- telles contradictions n'existaient
r
boycottage Ses" p Ï 3 K u " Z H ^ ™ 1 Ù L =
™ en soyons réduits à recevoir ces ne nous assure-t-il pas, sans rire, que Deux fois encore, il renouvela son cité remarquable, en ayant r e - pas.
conseils de prudence. Il eût mieux
n'a cessé de donner à son exploit, sauvant ainsi d'une mort cours soit à la menace soit a u
mands dans fous les £>vs
F r i c c t d'horreur. C'est donc une valu ne pas sacrifier nos gages les l'épargne
» Il n'est, pour s'en convaincre
Gouvernement les marques « de la certaine les trois aviateurs, forte chantage.
Jeudi, à Londres, 50.000 Israélites menace
terrible
qui
pèse
sur
notre
ment
commotionnés.
que
de lire le rapport du Comité
plus
certains
de
paix.
plus
émouvante
confiance
>.
Par
ailLa question des colonies, elle des effectifs et certains docuont organisé une manifestation nions- l)A.VS- Chaque Français doit se
leurs, les impôts rentrent bien, les
Le
traité
de
paix
nous
avait
donEn
Afrique
du
Sud
crut pouvoir la liquider une fois ments publics. Us sont suffisamtre pour protester contre la persécu- Iconvaincre qu'il est en danger,
excédents des dépôts dans les cais
10 millions de bêtes pour toutes en faisant insérer par ment éloquents à ce point de vue.
tion des Juifs en Allemagne.
I » Partisan résolu d u désarme- né une camisole de force pour ses d'épargne reparaissent, à tel
maîtriser u n fou furieux. Nous
ment
pendant
de
longues
années,
meurent de soif.
M. Mussolini, dans le texte pri- Il est naturel, dans ces conditions,
Le " travail
volontaire
" je déclare aujourd'hui, après ce avons eu le tort de relâcher ses point que, si cela continue, le Car
tel sera délivré du cauchemar des
Dix millions de têtes de bétail ont mitif du Pacte à Quatre, un arti- que les gouvernements veuillent
en Allemagne,
équivaut que
j'ai vu, que le peuple alle- liens. Il s'apprête de nouveau à échéances ?
péri des suites de la terrible séche- cle libellé comme suit:
à do 8
se replier sur eux-mêmes et choimand est enragé. Il f a u t le tenir commettre les pires folies. Du
resse qui, depuis plusieurs mois,
« Article 4. — Dans toutes les sissent une méthode nlus appromilitaires. .en respect, non par des paroles, moins soyons sur nos gardes, e t Une seule ombre au tableau : Ces sévit dans l'Afrique du Sud. Cette
,,manœuvres
. .
,
maudits « syndicats de contribua mortalité a atteint le 20 % de la tota- » questions européenne e t extra priée, afin de pouvoir, conscients
Voici quel est 1 emploi du temps mais par des actes.
prêts à nous défendre.
bles » et ces « associations bruyan lité du cheptel ovin de l'Union Sud- » européenne, aussi bien que dans de leurs responsabilités, e t après
i n c un
un
«
nmn
/In ttravail
n . . . . . . ! l ....1
i . . !..
I
„
. .
dans
camp
de
volontaire
»
Le
parti
socialiste
français,
tes » de commerçants, qui ne « font Africaine.
» le domaine colonial, les quatre une période d'épreuves, faire les
JEAN LE GALL.
de l'Allemagne du Nord, où une cencommerce que de leur propagande
» puissances s'engagent à adop- premiers pas dans la voie du détaine d'hommes sont logés dans des
Dans
les
régions
septentrionales
contre l'Etat», c'est-à-dire, en trubaraquements :
» ter, autant q u e possible, u n e sarmement. La bonne volonté de
de
la
province
du
Cap,
on
a
enreduction libre, contre M. Daladier.
6 heures, lever ; G h. 30 à 0 h. 30,
Les époux
Mollison
une véritable hécatombe de » ligne de conduite commune. » quelques-uns ne suffit pas. L'opiLa spéculation
cause
Le chef du Gouvernement s'est li- gistré
travail, terrassement pour drainage
détail. Toute la campagne est couL'Angleterre, grande puissance nion publique doit être sûre que,
tombent
des
ravages
en
Amérique
vré
contre
eux,
aux
applaudissede terrains marécageux ; 10 heures
verte de cadavres de moutons. L'ab- coloniale, même sous u n gouver- dans tous les pays, l'esprit de colà
100
km.
de
New-York.
le
volet
ments
d'un
public
trié
sur
à 12 heures, éducation physique
En raison de la crise provoquée
sence d'eau et de provende tue des nement travailliste, trouva cette
comportant des exercices militaires
dans les Bourses américaines par la a une agression qui ne l'honore pas milliers d'animaux chaque jour. De- clause dangereuse pour la stabi- laboration et de "paix est le mêLes
diversion»
i4¿ó4)itU|ue«
¡
et
l'optime. II ne faut pas que l'on crée,
en rangs serrés, avec maniement de
spéculation, et qui a porté le tota
ministériel- n'auront qu'un nombreux agriculteurs et éleveurs lité de son empire et la fit écarter. sur certains points du globe, des
fusil ; 12 à 14 heures, repas, suivi
des pertes subies par les spéculateurs misme
sont
complètement
ruinés.
temps. Et si l'on se réfère au disd'une sieste obligatoire.
a 75 milliards de francs, les autorités cours
Mais l'Allemagne continue à situations contraires à l'esprit
du ministre du
financières des Etats-Unis ont dé- Budget,bourbonnais
Un incendie
14 à 17 heures, exercice en rase
>oser la question de la redistri- dont on se recommande à Genève.
ce
temps
menace
d'être
cidé de restreindre l'activité des opécampagne avec masques à gaz et fuéteint avec du cidre. bution des colonies. Et, vendredi La responsabilité des gouvernerations boursières, tant en ce quicourt.
sils ; 17 heures, repos ; de 1« à 22
Un
incendie
a complètement dé dernier, a été inaugurée, à Ber- ments sera déterminée par l'attiLe projet de « redressement »
concerne les valeurs mobilières que
heures, quartier libre ; 22 heures,
truit deux fermes à Saint-Mandez lin, une exposition coloniale, des- tude de certains d'entre eux, ici
dont
on
parle
est
une
vieille
conles
transactions
sur
les
matières
preappel et coucher obligatoire.
tinée à rappeler aux Allemands représentés. Si la volonté de dénaissance. Sa venue a été aniioncée, (Côtes-du-Nord).
mières.
Des exercices militaires de nuit
L'eau manquant, c'est avec du ci- a nécessité de recouvrer leurs an- tente, de collaboration, de paix se
dès
la
fin
de
Mai,
au
Sénat,
par
M.
ont lieu de temps en temps dans des
Daladier et par son ministre du Bud- dre que l'on combattit le sinistre,
ciennes possessions d'outre-mer. manifeste dans les semaines qui
endroits isolés. Ils comportent des
Il s'agissait de vaincre les répuget.
exercices de patrouille et de reconAprès avoir rappelé la mémoire viennent, alors les conversations
300
hectares
de
forêt
gnances de beaucoup de sénateurs
naissance, avec tir à blanc.
des
premiers pionniers de l'idée entre les gouvernements et M.
flambent e n Corse.
devant un budget en déséquilibre.
Dans le programme d'instruction
coloniale allemande et celle des Henderson seront fécondes. Mais
L'annonce
faite
à
la
Haute-AssemUn
incendie
s'est
déclaré
dans
1?
ont lieu également des exercices de
blée comportait un engagement 'fer- forêt de Marmano et s'est étendu sur soldats morts à la guerre sur les si, au contraire, les j o u r n a u x nous
tir à la cible, au fusil et au revolver.
me. C'est dès les premiers jours de environ 300 hectares. Le village de fronts d'Europe et d'outre-mer, apportent, chaque jour, des faits
La charte N. H. A. (National Beco- Juin que le projet devait être déposé Çardo a été cerné par le feu et c'est M. Sahm, bourgmestre de Berlin, contraires à cet esprit de paix, le
I»9 camp de concentration,
I
very Act), a été signée par le prési- sur le bureau des Chambres. Le vote grand peine que l'on a réussi à pro- a rappelé le mot d u chancelier succès sera douteux et la responantichambre
de la mort.
sabilité de l'avenir incombera aux
dent Boosevelt et adressée à plus de interviendrait avant la clôture de la téger les immeubles.
Hitler : « N'oubliez pas q u e le
141 prisonniers ont été tués, ces I
5 millions de patrons de toutes sor- session ordinaire. Mais, le péril pasgouvernements qui auront favo
droit
le
plus
sacré
est
le
droit
à
En Turquie
temps derniers dans le camp de
tes avec prière de signer le contrat. sé, les ministres ont d'autant plus
la terre que l'on veut cultiver soi- risé une pareille attitude. »
facilement
oublié
leurs
promesses
un
tremblement
de
terre
concentration de Dachau (Bavière) à |
Cette charte institue des salaires
même. N'oubliez pas, non plus,
la suite de tentatives d'évasion.
fait 35 morts
minima et des heures de travail plus qu'ils avaient pris soin de neutraliIl serait temps de parler plus
que le plus beau des sacrifices est
réduites dans l'industrie. Les indus- ser, à l'Officiel, les déclarations comnettement encore à Londres et
De
nombreuses
secousses
sismi
d
u
sang
qu'on
verse
pour
celui
Un raid d'avions
hitlériens
triels et les patrons s'engagent ù par- promettantes.
ques ont été ressenties en Asie Mid'imputer l'échec des négociations
aur
l'Autriche
tir du 31 Août prochain à ne pas
D'autre part, M. Daladier devait, neure, aux environs de Denizli. Qua- conserver cette terre.
internationales a u x puissances
employer de personnes avant moin-, déjà, jouer sa vie ministérielle sur torze villages ont été complètement
» Nous ne demandons pas, nous dont les actes sont contraires à la
Une escadrille de cinq avions vede
seize
ans.
Une
exception
est
faite
l'adoption
accélérée
»
du
«
douzièdétruits.
On
compte
35
morts,
et
les
exigeons ce droit, a proclamé M.
nant de Bavière a survolé la région
pour les enfants de quatorze ans à me de mars », étape décisive, dans pertes en tetes de bétail sont consi- Sahm. Un peuple sans espace suf- paix mondiale, économique et pode Salzbourg et quelques localités
litique, et non pas à ceux qui s'opseize
ans
à
la
condition
qu'ilsne
tyroliennes où elle a laissé tomber
fisant pour vivre tombe vite en posent à des manœuvres dangeLes époux James et Amy Mollison, travaillent pas plus de trois heures la voie de l'assainissement financier. dérables.
un grand nombre de brochures rem- ....
Un accident
partis du Pays de (¡ailes pour attein- par jour et que leur instruction se Sur chaque article du projet gouverdécadence. »
reuses. On juge sur les votes de
nemental, la question de confiance
plies d'attaques contre le chancelier |dre New-York, ont été contraint!
de chemin de fer en Italie.
Dans la question coloniale, l'Al- procédure. Il serait temps de j u poursuive librement. Les employés devait être posée. Elle le fut, une
Dollfuss et ses collaborateurs.
laborateurs. Les I d'atterrir A Bridgcport, A 100 km. de de toutes catégories dans toutes les
Un tamponnement s'est produit
avions de chasse autrichiens ont dû I New-York, par suite de fatigue et de branches de l'activité économique fois,,sur l'ensemble,:après que le pré- entre un train venant de Naples et lemagne ne se sert pas de l'argu- ger les actes. Le mémoire allesident!
du
Conseil
se
fut
assuré
le
ment de la force subie, plaidoirie, mand sur les colonies et la Rusabandonner la poursuite
de
ces
ap
suite
ap-l manque
d'essence.
nque d'essence
et sociale ne travailleront pas plus concours socialiste. Même tactique un autre train venant de Bénévent. par laquelle, sur d'autres points sie était symotomatique. On ne
pareils en raison de la proximité deLes deux aviateurs ont été blessés de quarante heures par semaine, La dans la discussion du budget et dans On compte 8 morts et 20 blessés.
elle a su apitoyer tant de milieux saurait trop souligner le danger
là frontière.
L'appareil est détruit.
durée d'ouverture des magasins et les récents débats. Au surplus, la
acifistes mondiaux.
L'indignation à Vienne est grande
de la mégalomanie qu'il révèle.
70
brebis
carbonisées.
Voici l'avion à son départ d'Angle- autres établissements ne devra pas question
de confiance ne sanctioncontre ce nouveau raid de propa- terre.
En effet, le 25 Août 1921, dans
être réduite à moins de 52 heures nait jamais l'adoption des mesures
Un incendie s'est déclaré dans
gande de l'hitlérisme. Le Conseil des
par semaine.
d'initiative gouvernementale, mais une bergerie, à Sanary, près de Tou- le traité de paix séparé, librement
Willy
Post
ministres a fait immédiatement prélon. 70 brebis ont été carbonisées. discuté et signé par les Etats-Unis
' i bouleversements cartellistes.
Les
industriels
et
patrons
s'engamonde.
senter de nouvelles protestations à a bouclé le tour du
l'Allemagne, celle-ci confirmait
gent,
en
outre,
à
ne
pas
employer
Pourquoi en irait-il autrement à la né.Le fermier est complètement rui- et
Berlin.
Désarmement
!
L'aviateur américain Willy Post, d'ouvriers d'usines ou d'artisans plus
sa renonciation « à tous ses droits
rentrée
d'Octobr»
T
à bord de son avion, à réussi de trente-cinq heures par semaine
et
titres
sur
ses
possessions
d'ouLa désobéissance
civile seul
Les socialistes ne chargeront pas
Une mitrailleuse
qui tire
à faire le tour du monde en 7 jours jusqu'au 31 Décembre. Les ouvriers
tre-mer ». Elle n'a fait alors auva-t-elle
reprendre
18 heures 14 minutes, battant ainsi cependant ont le droit à un travail mieux leurs épaules du poids de me60.000
coups
à
la
minute.
aux Indes ?
de près de 22 heures, le précédent maximum de quarante heures par se- sures impopulaires dans trois mois les » qui s'imposent et qui attein- cune réserve parce qu'elle se sendraient
nécessairement
leurs
grands
qu'aujourd'hui.
Ils
peuvent
bien
lais'
lit
vaincue
et
incapable
d'expanqu'il avait établi lui-même eu maine pendant six semaines au choix
Le mahatma Gandhi aurait l'in- record
n
ser rogner les crédits militaires, ton- électeurs.
Le Japonais Yoshitaro Shimizu,
sion ; seule la faiblesse des alliés
tention de déclencher, dans les pre- e°j
PaS»ie de Gattv, en 1931, en au cours de la période indiquée.
dre les petits rentiers et, dans une
8
Si on veut réaliser l'équilibre du lui a rendu le sentiment de ladirecteur du laboratoire des rechermiers jours d'Août un mouvement 1 .l'H'i's 15 heures 31 minutes,
Pour les employés, les salaires mi- certaine mesure, pressurer .les con- budget, il faudra se résigner à chan- force, — et demain peut-être lui ches physicochimiques, qui porte
de désobéissance civile individuel.
.
M w
nima seront <(e 12 à 15 dollars par tribuables. Ce sont là « de ces mesu- ger de majorité. Or, et c'est ce qu'il en rendra l'usage.
(»on nom, vient d'inventer une mitrailJusqu'ici le gouvernement avait
. .
mussolini,
semaine, suivant l'importance des es faciles à voter et les plus facile- faut surtout retenir de la journée
leuse à tir rapide, permettant de tirer
concentré ses efforts uniquement sur
ministre
de la
Guerre. villes. Les ouvriers seront payés au ment acceptables par le pays » — 'hier, les appels du pied « à la maL'Allemagne doit donc cher- de 10.000 à 60.000 coups à la minute.
la résistance en masse des congresLe général Gnzzera, ministre de h minimum 14 dollars par semaine.
pays socialisant s'entend — dont jorité républicaine», venus de Pro- cher un autre terrain d'action que Aucune poudre n'est employée ponisistes de certaines régions. l)ésor-|Guerre en Italie, ayant démissionné,
parlé M. Lamoureux dans son dis- vence, du Bourbonnais et de TouLe signataire du contrat s'engage
le fonctionnement de cette arme qui
mais l'affaire va être plus compii- le roi a offert la place à M. Musso- a ne pas vendre ses marchandises cours de Saint-Pourçain-sur-Sioulc. iiine, indiquent assez que les mai- la revendication juridique. Elle ne produit aucune détonation. Toute
le
trouve
dans
le
domaine
éconoquée du fait qu'il aura à s'occuperIlini, qui a accepté,
à des prix supérieurs à ceux prati- Mais les socialistes, ne se résoudront es de l'heure n'y sont pas disposés.
force nécessaire du projectile promique. L'anarchie et la division la
d'individus isolés.
I Encore un portefeuille de plus.
jamais aux opérations « chirurgicaqués le l"r. Juillet,
vient de la force centrifuge par le
Marcel PETITJKAN.
ui régnent ù Londres lui seni- mouvement d'un disque.
CE OUI SE PASSE
S1écTdé.
ri" jffigjKff
-H
1
Une charte officielle du Travail
applique aux U.S. A. les 40 heures
,
de
Où roule
l'argent des contribuables ?
Notre confrère
Jean-Clair
Guyot,
dans VEcho de Paris raconte
une
histoire
piquante,
et
malheureusement vraie, qu'il lient <i'un
percepteur clu, centre de la France et qui
montre
avec
quelle
désinvolture
l'Etat dispose de l'argent des
contribuables :
Un s y n d i c a t , ayant d é c i d é un j o u r ,
de réaliser une g r a n d e oeuvre qui
nécessitait une importante c o n s t r u c tion, d e m a n d a ù I Etat une aide d<>
300.001) f r a n c s p o u r c o m p l é t e r lu
somme
nécessaire
à
l'entreprise.
A p r è s enquête et grâce à de sérieux
appuis qui ne font jamais défaut
d a n s le département, l'Etat a c c o r d a ,
non pas le prêt, mais le don des
300.000 f r a n c s d e m a n d é s et le percepteur de l'endroit reçut l ' o r d r e de
verser la s o m m e , c e qui fut fait dans
les délais. Mais entre l ' é p o q u e de la
d e m a n d e et le m o m e n t d u versement
des f o n d s , l ' a c c o r d s'était r o m p u au
sein du s y n d i c a t solliciteur et l'œuvre projetée avait été a b a n d o n n é e .
Qu'on n'aille pas imaginer de vilaines choses. Les intentions du syndicat en question restaient pures." Cela
est si vrai, qu'aussitôt après avoir
r e ç u la s o m m e , il s ' o c c u p a de la bien
p l a c e r , en attendant de l'utiliser. Il
la mit en dépôt dans les caisses de
l'Etat.
Tout cela est très bien. Mais le
c o m b l e , c'est que, depuis, le syndicat
touche régulièrement d ' a p p r é c i a b l e s
revenus que lui verse l'Etat, c o m m e
intérêt du d é p ô t des mêmes trois
cent mille f r a n c s dont il avait été le
généreux donateur !
Un nouvel aspect du péril jaune
• T a n d i s q u e le n o m b r e des naissances
diminue
en
France,
en
Grande-Bretagne, en Allemagne, aux
Etats-Unis, en Russie, il augmente,
au c o n t r a i r e , en
Extrême-Orient,
d'une manière formidable.
Une statistique que c o m m u n i q u e
l'Alliance
Française
pour la natalité
établit qu'il nait c h a q u e année : en
Chine, 14.500.000 enfants ; aux Indes
anglaises, 11.600.000 ; aux
Indes
néerlandaises, 2.000.000 ; aux Japon,
2.100.000.
C o m b i e n faibles apparaissent, à
côté de ces c h i f f r e s , c e u x des nations
e u r o p é e n n e s : en F r a n c e , 722.000; en
Grande-Bretagne, 730.000 ; en Allemagne, 978.000.
L ' E u r o p e entière, sans la Russie,
n'enregistre q u e 7.700.000 naissances
p a r an, presque moitié m o i n s que la
Chine ; l'U. R . S. S. dans son ensemble en c o m p t e 0 millions e n v i r o n , les
Etats-Unis 2.200.000. En outre, la féc o n d i t é d i m i n u e rapidement dans
presque tous les p a y s de r a c e blanc h e , si bien que 1 e x c é d e n t des naissances sur les d é c è s , qui existe en
c o r e en E u r o p e , en Russie, en A m é
rique, d é c r o i t c h a q u e année.
En Extrême-Orient, au contraire,
les e x c é d e n t s annuels ne cessent
d'augmenter. Ils atteignent dès ù présent : aux Indes anglaises, 3.470.000;
aux Indes néerlandaises, 1.140.000 ;
au J a p o n , 940.000.
Le R. P. LE TEXiER
ancien aumônier du 35e A. C.
Il n'est aucun artilleur du 35' A. C.
et dirais-je m ê m e , il n'est aucun soldat de la 22- L). 1., qui ne garde le
souvenir du R. P. Le T e x i e r , qui
vint, dès 1914, malgré son grand âge,
s'engager c o m m e a u m ô n i e r v o l o n taire des artilleurs, et que l'on voyait,
toujours infatigable, m o n t é sur sou
petit cheval, p a r c o u r i r les routes du
Iront.
Ce qu'il fut '? P o u r le savoir, il suffit de se reporter à l'extrait du L i v r e
d'Or du Clergé qui le c o n c e r n e :
« Engagé volontaire en 1S70 et
1914. A été mêlé aux actions suivantes : 1915 : Hébutcrnc, Champagne,
l'ahure ; 1910 : Verdun, Hnrdaumont ; 1918 : Aisne, Paissy, Chemin
des Dçmcs... »
11 fut cité à l ' o r d r e de l ' A n n é e
après les attaques de Champagne, en
Septembre 1915. Blessé, il reçut l.i
Croix de la Légion d ' h o n n e u r , le 22
N o v e m b r e 1915.
A peine remis de ses blessures, on
le retrouve au front en 1910, et il est
à nouveau cité à l ' o r d r e de l ' A n n é e ,
le 12 Juillet 1917.
En Mai 1918, lors de l'attaque
f o u d r o y a n t e des Allemands sur le
Chemin des Dames, il est fait prisonnier à Paissy. Blessé d'un c o u p
de feu par la sentinelle chargée de
la garde des prisonniers, qui croyait
que le Père Le T e x i e r tentait de fuir,
alors qu'il voulait seulement se rendre ù la chapelle de fortune du
c a m p , p o u r y p r e n d r e la Sainte Réserve, il devait s u c c o m b e r à sa blessure, le 12 Août 1918, à Rastatt, au
lazaret du c a m p des Russes.
Ainsi se trouvait réalisé le désir
qu'il me manifestait, eu arrivant
dans la S o m m e : « J'ai pensé qu'il
n'y avait pas p o u r moi une meilleure
lin <le vie que de m o u r i r sur le
c h a m p de bataille, et voilà p o u r q u o i
je suis parti, malgré mes G7 ans. »
Il était naturel que ses c o m p a t r i o tes désirassent garder le souvenir
<lu Père l.e T e x i e r , et un Comité
s'est f o r m é , ayant à sa tète M. le R e c teur de N o y a l - P o n t i v y , et M. C a d i c ,
maire, ancien député, p o u r lui élever
une statue en granit dans son p a y s
natal.
J'ai pensé que c e u x qui ont c o n n u
et admiré l'ancien aumônier, seraient
heureux de p a r t i c i p e r à ce geste de
piété et de r e c o n n a i s s a n c e . Qu'ils
adressent leur o f f r a n d e , si m i n i m e
soit-elle, par c h è q u e postal, à M
l'abbé Savary, v i c a i r e à Noyal-Pon
!ivy (Morbihan). C. C. 155.10, Nantes.
H. B,
LE SUFFRAGE FÉMININ
ET L'ACTUALITÉ
L'ajournement de la question du
suffrage féminin au Sénat et la désignation d ' u n rapporteur d e cette
m ê m e question à la Chambre des
députés d o n n e n t , au vote des femmes, une actualité qu'il y a lieu de
signaler.
A la Chambre, la C o m m i s s i o n c o m pétente se p r o n o n c e en faveur de
l'égalité politique d e s deux séxes,
par 18 voix c o n t r e 0.
Au Sénat, c'est l'attente vaine,
semble-t-il. Or, ici m ê m e , M. Louis
Marin s'est montré souvent le d é fenseur de la cause c i v i q u e d e s femmes tandis qu'il était au Parlement,
dès le c o m m e n c e m e n t des campagnes, un « novateur » et depuis un
apôtre, c'est d o n c suivre une îles
f o r m e s de son activité q u e d e noter
la part c o r d i a l e que lui-même et ses
amis prennent au mouvement féministe français.
C'est ainsi qu'à l ' o c c a s i o n de récentes
réunions
organisées
'par
l'Union Nationale
pour le Vote des
Femmes,
on put entendre, notamment dans le l° r arrondissement (M.
Pierre Taittinger présidait la séanc e ) , M. P h i l i p p e Henriot remémorer
les grandes figures féminines d e notre pays, dans le XVI". M. Evain, M.
de Lasteyrie d o n n e r leur témoignage amical à l'effort d'organisation
méthodique entrepris, au c o u r s d'une
séance plus intime, dans le c a d r e
de l'Ecole P i g i e r ; ce fut M. Le Corla c o l l a b o r a t i o n c i v i q u e , à Versailles M. Gorges B o n n e f o u s , au nom
bciller qui sut appeler les jeunes à
d u p r i n c i p e d'universalité d u suffrage, lit un ardent p l a i d o y e r en faveur du vote f é m i n i n .
Les élus d u Conseil m u n i c i p a l ne
se montrent d'ailleurs pas m o i n s généreux à servir une cause q u i rallie les meilleurs esprits.
Aussi, quand la "présidente de
l'Union Nuitonale
pour le Vote des
Femmes,
la d u c h e s s e d e la R o c h e
f o u c a u l d , é c r i t : « P o u r pénétrer au
» Palais-Bourbon, ou m ê m e
dans
» une salle d e scrutin, nous ne vou» Ions pas, d a n s une poussée vio
» lente, briser les portes... Ennemies
» de la révolte, nous souhaitons que
» la f e m m e reste fidèle à ses d e » voirs, mais nous désirons qu'elle
» s'instruise, qu'elle parle, qu'elle
» vote, qu'elle c o m p t e dans la na» tion » . La sérénité d ' u n e telle d é claration semble d é j à un gage de
victoire. En automne, la Chambre
aura à se p r o n o n c e r . Le Sénat déclinera-t-il
toujours l ' h o n n e u r
de
c o n v i e r les f e m m e s à c o l l a b o r e r à
la gestion d'une cité dont elles sont
les animatrices?
LES YEUXJUI ROUVRENT
Informations
A divers i n d i c e s , il semble qu'on
puisse espérer chez nous, sinon un
red ressèment semblable à celui de
nos voisins britanniques, du m o i n s
un renversement des c o n d i t i o n s poliLes stocks de blés devront être
tiques, dont n'existent e n c o r e que
déclarés entre les i e r et 5 Août.
les p r o d r o m e s , mais qu'il ne faut
pas plus m é c o n n a î t r e qu'exagérer.
L'article VII de la loi du 10 Juil
Citons, à cet égard, quelques pas- iet 1933 portant fixation d'un p r i x
sages de l'article de M. Louis Proust, m i n i m u m ' î o u r le blé et tendant a
à La Volonté du 7 Juin, intitulé : A l'organisation et à la défense du inar
c h é , a prévu qu'au début de chaque
l'horizon
politique : du
nouveau.
^ Commentant un article où M. L.-O. c a m p a g n e agricole tous les détenFrossard constate que la majorité t e u r s de plus de 10 quintaux de blé
r é p u b l i c a i n e va se briser et d é p l o r e et farines devraient faire à la maique, cette cassure une f o i s réalisée, rie de leur r é s i d e n c e la déclaration
il faille sans doute en v e n i r à un des stocks de blé et farines restant
gouvernement de c o n c e n t r a t i o n , M. en leur possession. En c o n s é q u e n c e ,
Louis Proust écrit, qu'à son avis, «il les détenteurs, c o m m e r ç a n t s , meu
est fort possible de dégager à la aiers, minotiers et agriculteurs de
Chambre une majorité capable de vront faire entre le 1 " Août et le
soutenir un g o u v e r n e m e n t dont la 5 Août, à la mairie de leur c o m m u n e ,
politique financière ne serait pas la déclaration des stocks qu'ils ont
presque
uniquement
d'inspiration en leur possession à la date du
socialiste et qui accepterait de reve- 1 " Août.
nir aux saines traditions de sagesse ' Des instructions ont été adressée;
et d ' é c o n o m i e auxquelles la F r a n c e aux préfets et aux directeurs des
a toujours dû son équilibre et sa Services agricoles p o u r ré "1er les
Une série d'importantes mesures
prospérité » .
modalités d e cette opération pour
législatives viennent d'être prises
Puis, il relève, sous la plume de laquelle le Ministre de l'Agriculture
par le Gouvernement prussien, réuni
aux p r é s i d e n t s
des
en Conseil des Ministres extraordi- M. Frossard, cet aveu qu'il qualifie a d e m a n d é
1
naire p a r M. Goering, ministre-pré- lui-même de c a n d i d e , relatif à la der- Chambres d'Agriculture, des Office.
nière résolution prise à la majorité agricoles et d e s grahds groupements
sident de Prusse.
professionnels agricoles, industriel
Ces mesures visent à protéger le par le g r o u p e socialiste :
« C o m m e n t e x p l i q u e r nu'on rejette et c o m m e r c i a u x , d e lui prêter leui
mouvement
national-socialiste, ses
concours.
m e m b r e s et les autorités de l'Etat un budget qui est c e qu on a voulu
Il est bien entendu que la •déclac o n t r e les menées d'éléments enne- qu'il soit et qui, en p r e m i è r e lecture,
a obtenu notre adhésion ? »
ration visée au c o m m u n i q u é ne doit
m i s de l'Etat.
Et cet aveu amène M. Proust à c o n c e r n e r q u e les blés d e la récoltc
Une o r d o n n a n c e autorise le Ministre prussien de la Justice ù c l o r e , d e m a n d e r aux radicaux cartellistes 1932 ou des années antérieures, à
>ar un non-lieu, toutes les p o u r s u i - « c o m m e n t ils s'expliqueront devant l'exclusion de c e u x d e la récolte
es j u d i c i a i r e s ayant pour objet les leurs électeurs sur cette a b d i c a t i o n , 1933 (art. 2 de l'arrêté du 19 Juillet
actes a c c o m p l i s en vue du « triom- de leur p r o g r a m m e p r o p r e en fa- 1933).
p h e de la Révolution nationale et veur d u p r o g r a m m e socialiste.
Suit cette constatation, d'une fran- Exportation compensatrice des blés
de l'avènement du r é g i m e nationalchise et d'une netteté également ré
socialiste » .
Le Journal Officiel
d u 25 Juillet
Çette mesure s'applique, p r é c i s e marquablcs :
p u b l i c un décret du Ministre de
l ' o r d o n n a n c e , « à tous les actes c o u Par une espèce
de snobisme
que l'Agriculture, relatif à l'exportation
pables c o m m i s entre le 21 Mars 1933 je ne puis parvenir
à
comprendre, c o m p e n s a t r i c e d e s blés.
et le 15 Juillet 1933 » .
par une sotte
crainte
de
paraître
V o i c i les 'deux p r i n c i p a u x artiUne s e c o n d e o r d o n n a n c e érige un toujours
moins avancés
que le voi- cles.
Ministère de la Justice et chargé de sin, nous en sommes
venus à nous
AnTioi.iî PiŒMiKR. — Le rembourministère p u b l i c central rattaché au faire les fourriers
du marxisme
et
sement de droits prévu à l'article 20
p o u r s u i v r e tous les agissements des nous poussons
peu à peu la France
d e la loi du 10 Juillet 1933 ne s'ap
e n n e m i s de l'Etat.
sur la voie fatale au bout de laquelle
oliquera qu'aux blés tendres indiLe Conseil des Ministres a été sui- se trouve le régime
soviétique.
gènes et aux farines provenant d e
vi d'une c o n f é r e n c e à laquelle oni
Qu'avons-nous jamais dit d'autre ces blés. En aucun cas, il ne ser
p r i s part les préfets de p o l i c e , les
p r o c u r e u r s généraux, les présidents ici ? Il faudrait, certes, peu d'aveux a c c o r d é à des blés ou 'des farines
de tribunaux et les gradés des mili- aussi sincères pour que, les yeux exportés en suite d ' e n t r e p ô t , d e sou
s'étant dessillés, une' mutuelle c o m - mission cautionnée o u d'admission
ces nationales-socialistes.
préhension rende possible le ras- temporaire.
Ensuite, M. Goering a e x p o s é aux
semblement des r é p u b l i c a i n s et leur
Ce remboursement ne pourra déreprésentants de la presse allemande,
collaboration à l'oeuvre, de salut qui passer le montant d u
droit
de
l ' i m p o r t a n c e de ces mesures et les
attend.
d o u a n e actuellement inscrit au tarif
m o t i f s qui les ont p r o v o q u é e s .
R.
GAUDIN.
en ce qui c o n c e r n e le 'blé.
« Jai i n t e r r o m p u mes v a c a n c e s et
A h t . 2. — Les d e m a n d e s d ' e x p o r j'ai c o n v o q u é le Conseil des ministation d e blés o u d e farines seront
tres en séance e x t r a o r d i n a i r e p o u r
établies c o n f o r m é m e n t aux f o r m u faire la clarté sur un point essentiel.
En marge de l'affaire Seznec les annexées au présent décret.
En effet, on vient de s ' a p e r c e v o i r
que les e n n e m i s de l'Etat n'ont été
Elles seront adressées en triple
matés qu'en a p p a r e n c e . Çà et là, le
exemplaire au Ministre d e l'Agriculc o m m u n i s m e relève sa tête insoture. Il ne sera pas d o n n é suite aux
lente.
d e m a n d e s c o n c e r n a n t des blés pe
saut m o i n s d e 74 kilos à l'hectolitre,
» Des miliciens ont été attaqués
ou d e s farines autres que celles du
jusque dans une salle de tribunal.
type A, d i t de farine entière panifiaJ'ai d é c i d é de sévir a v e c une main
ble, prévue par le décret du 10 Juild e fer. Qui s'attaquera ii l'avenir à
let 1931, c o n c e r n a n t le régime d ' a d c e u x qui font partie du mouvement
national-socialiste le paiera de sa
L'affaire Maurice
Privat-Quémc- mission temporaire des blés tendres.
vie.
ncur-Pouliqueli a eu son épilogue
» Le Conseil des ministres a d é c i - jeudi, devant le Tribunal c o r r e c t i o n Notariat.
d é de soumettre d ' u r g e n c e , au Gou- nel de Brest, qui avait déjà c o n d a m MM. les Notaires d e s arrondisselivre
vernement du R c i c h , une loi insti- né par 'défaut l'auteur du
tuant des c o u r s martiales qui p r o - « Seznec est i n n o c e n t » à verser aux ments d e Quimper, Châtcaulin et
n o n c e r o n t la peine de mort c o n t r e plaignants la s o m m e de 120.000 fr Qui m perlé qui se sont adressés aux
les fauteurs d'attentats, tels que ceux à titre de dommages-intérêts. M. Agents d u T r é s o r pour leurs opéraauxquels je viens de faire allusion, Maurice Privât était c o n d a m n é en tions d e c o n v e r s i o n d e s rentes sont
ainsi que c o n t r e ceux qui porteront outre à 1.000 francs •d'amende et à priés de s'adresser p o u r la liquidaatteinte à la dignité et à l'existence 15 j o u r s d e prison. On sait que M. lion de leurs c o m m i s s i o n s au préside l'Etat. Enfin, c o n t r e ceux qui se Privât fit o p p o s i t i o n à c e jugement dent d e la Chambre, M" Kcrvern.
livrent à une p r o p a g a n d e d'atrocités et eue l'affaire, revenue le 7 c o u - notaire à C r o z o n .
qui peut avoir une
répercussion rant devant le Tribunal c o r r e c t i o n A ceux de " l'Avant "
grave au détriment de l'Allemagne. nel fut mise en d é l i b é r é .
Le Tribunal d e Brest a rendu
» Il n'y aura pas de c i r c o n s t a n c e s
Aux exclus
atténuantes. Q u i c o n q u e
s'attaquera jeudi son jugement. Il estime que lés
de la Carte du Combattant.
aux f o n c t i o n n a i r e s de l'Etat et aux faits r e p r o c h é s à M. Privât sont netmiliciens
nationaux - socialistes
le tement diffamatoires, il c o n d a m n e
Mobilisés d e « l'avant » qui attenpaiera de sa vie.
en particulier c e dernier à verser à dez votre carte d e combattant, ainsi
» A partir d'aujourd'hui et p o u r MM. Quéméneur et Pouliquen la s o m - que ceux dont les 'droits n'ont pas
toujours, il n'y a plus q u ' u n e seule me de 120.000 f r a n c s à titre de d o m - été r e c o n n u s et qui se sont vu refuautorité : la v o l o n t é de l'Etat, qui mages-intérêts et à payer l'insertion ser ou retirer la carte, faites-vous
é m a n e de la c o n f i a n c e sans b o r n e s d u jugement dans dix j o u r n a u x de c o n n a î t r e à la Fédération Nationale
Paris et de Bretagne,
du peuple allemand. >
des « Mobilisés de l'Avant » , dont
Les Hitlériens vont sévir
très rudement
contre les personnes
hostiles au parti
1
Le procès intenté
par MM. Quéméneur et Pouliquen
au romancier Privât
Dans un viovx livre.
Q f J i M P E R j L Ê
Usages et propriétés
de l'oignon
Dans / ' E c h o d u Jardin Potager, de
1749, nous trouvons
les
renseignements suivants
d'après
lesquels
on
pourra juger combien
l'oignon
était
estimé il g a deux
siècles.
Chacun connaît ses usages p o u r la
vie et ses p r o p r i é t é s sont telles qu'il
n'est p r e s q u ' a u c u n mets où il n'en
entre au m o i n s le suc ; et quoiqu'il
y ait des personnes q u i le craignent
son goût étant adouci a v e c les viand e s ou les légumes, est supportable
à ses plus grands ennemis ; il est peu
de bonnes sauces sans le mélange de
l'oignon, il entre dans tous les sucs
de viande, il sert dans les soupes,
d o n n e bon goût au bouillon, se mêle
dans les salades vertes, se mange
aussi en salade, cuit à la braise, seul
ou avec la betterave, les câpres et les.
c o r n i c h o n s ; dans b e a u c o u p de pays
on en est si amoureux qu'on le
mange cru c o m m e une p o m m e ; il
n'est point d e légume enfin d o n t il
se fasse une si grande c o n s o m m a tion.
Ses vertus p o u r la santé ne sont
pas m o i n s remarquables : il est, d e
sa nature, pectoral, apéritif et souverain d a n s plusieurs maladies ;
dans la peste d e Marseille, il a guéri
des pestiférés ; la manière de s'en
servir est de d o n n e r au malade le
suc e x p r i m é d'un o i g n o n d o n t on a
ôté le c œ u r , à la place duquel on a
substitué un peu de T h é r i a q u e et
qu'on a fait c u i r e ensuite au four
ou dans une toifrtière ; aussitôt pris,
on c o u v r e bien le malade et s'il est
assez heureux p o u r suer, il est guéri
sûrement. Pilé avec d u miel et du
sel, il est souverain p o u r les morsures de c h i e n s enragés ; un m é d e c i n
c é l è b r e d e nos j o u r s assure 'de nièmi
qu'un o i g n o n c o u p é par ruelles el
infusé dans un demi-setier de vin
blanc, pris les troiâ derniers jours
d e la lune, est un r e m è d e é p r o u v é
p o u r la néphrétique ; cuit sous la
braise et mangé avec d e l'huile et
du sucre, il apaise aussi la toux et
soulage les asthmatiques ; écrasé
avec un peu de sel et appliqué sur
une brûlure récente, il fait cesser la
douleur et e m p ê c h e qu'il s'y f o r m e
des c l o q u e s ; au premier, on peut en
faire s u c c é d e r un second qu'on fera
c u i r e sous la c e n d r e et qu'on pétrira
en f o r m e d'onguent, on e n v e l o p p e la
partie brûlée avec un linge. Le cneur
d'un petit o i g n o n blanc cuit sous la
c e n d r e et appliqué c h a u d sur uns
dent gâtée apaise assez souvent la
douleur ; dans la migraine, deux
o i g n o n s hâchés menu et i m b i b é s
d'esprit d e v i n , appliqués sur la
tète, d i s s i p e n t le mal ; p i l é et mêlé
avec d u beurre frais, il apaise aussi
les douleurs d ' h é m o r r o ï d e s .
Son jus e x p r i m é , dont on imbibe
un peu d e c o t o n , mis d a n s l'oreille,
arrête les bruissements ; il ôte aussi
les taches d u visage et mêlé avec la
graisse d e p o u l e , il d e s s è c h e les
mules des talons ; on s'en sert enc o r e p o u r laver les blessures d o n t
il calme l'irritation. On guérit sûrement les coliques néphrétiques en
faisant p r e n d r e au malade un d e m i setier de vin blanc dans lequel on
aura fait infuser pendant deux heures un o i g n o n c o u p é en m o r c e a u x el
l'on est heureux quand le mal peut
d o n n e r le temps à cette i n f u s i o n .
Mangé cru o u cuit, il est très bon
c o n t r e les douleurs de rhumatisme
aux reins.
Voilà les p r i n c i p a l e s vertus qui
ont été souvent é p r o u v é e s ; il y en
a d'autres que je passe sous silence
c'est assez dire p o u r faire c o n n a î t r e
le mérite d e cette plante, cependant
le trop grand usage dans les aliments, au sentiment d e quelques médecins, est nuisible en ce qu'il p r o voque des vents et d e s maux d e tête
par les fumées qu'il y porte et il
cause des agitations p e n d a n t le sommeil ; ils l'estiment particulièrement
contraire aux tempéraments b i l i e u x ;
c h a c u n doit s ' a p e r c e v o i r de l'effet
qu'il lui fait et en user en conséquence.
(De la Rubrique
Horticole.)
A
La
couleuvre
Du journal Alpes
et Provence
:
C'est un reptile i n n o c e n t -et d o u x ,
désagréable à r e n c o n t r e r sur son
c h e m i n et pourtant inoffensif. Il ne
siffle que quand"OM l'irrite et m o r d
très faiblement. On le trouve le long
d e s haies h u m i d e s ; il nage très bien
et avec rapidité.
Dans le Midi d e la France, assure
notre c o n f r è r e lie Nid, dans le P o i tou et d a n s la Bretagne, on voit d e s
p a y s a n s manger la c o u l œ u v r e sous
le nom d'anguille 'de haie. Les gast r o n o m e s qui en ont goûté assurent
que c'est un excellent mets. 11 se
prépare c o m m e l'anguille.
On a prétendu qu'il fallait garder
les c o u l e u v r e s parce qu'elles détruisaient les insectes el les vers ; mais
une nourriture qu'elles recherchent
avec avidité, c'est le beefigue, le
rossignol,
la
fauvette ;
or,
ces
oiseaux détruisent en un j o u r plus
d'insectes qu'une couleuvre en plusieurs mois.
La couleuvre poursuit les oiseaux
dans les haies où ceux-ci sont attirés
en plein m i d i par les reflets brillants du reptile. Ils paraissent saisis
d'un' tremblement c o n v u l s i f , de vertige, et se laissent tomber. La couleuvre s'en empare. La facilité d e
dilatation 'des muscles d e ses mâc h o i r e s lui permet d'avaler d ' u n
c o u p un rossignol.
le p r é s i d e n t est notre c o n f r è r e parisien : Etienne Seùrette, p r é s i d e n
h o n o r a i r e d u S y n d i c a t de la Presse
F r a n ç a i s e p é r i o d i q u e ; le vice-^ré
si'dent : le c o l o n e l Bolotte, c o m m a n deur d e la Légion d ' h o n n e u r . Croix
de guerre ; le secrétaire général
M. Maurice Monda ; et le trésorier :
M. N o u r y , d e u x d e nos c o n f r è r e s
qui sont d é j à parvenus à faire rendre la justice à plusieurs milliers de
combattants dont les cartes avaient
été refusées ou retirées illégalement.
l.e siège d e la Fédération des Mobilisés de l'Avant est : 50, Chaussée
d'Antin, Paris (9"). J o i n d r e un timbre pour la réponse.
Les Assises du Finistère.
La quatrième session des Assises
s'ouvrira lundi 1(> O c t o b r e , à 13 heures, sous la p r é s i d e n c e d e M. Cathala.
c o n s e i l l e r à la Cour, assisté d e MM.
Cavellat et Le Zant, juges au siège.
LES P R I X A L ' E C O L E SAINTECROIX. —- La distribution des prix
de l ' E c o l e Sainte-Croix a eu lieu le
samedi 15 Juillet, au patronage SaintC o l o m b a n . Elle a été présidée par
M. Blanchard, recteur de CloharsCarnoct et ancien élève de l'école.
Nous avons remarqué dans l'assistance MM. les c h a n o i n e s
Gadon,
curé-archiprètre de Sainte-Croix, et
Tanguy, recteur de Notre-Dame ;
MM. les
Recteurs
de Pont-Aven,
Querricn, R é d é n é , Baye, L o c u n o l é ,
T r é m é v c n , Le T r é v o u x , etc., MM. de
Boisanger, Pivert, G u y o n v a r c h el diverses autres personnalités.
La lecture du palmarès a été entrecoupée d'intermèdes n o m b r e u x et
variés, formant un p r o g r a m m e vraiment original : chants bretons et
f r a n ç a i s , où l'on put admirer les
voix ravissantes des enfants de Quimperlé, c o n c e r t de v i o l o n s a c c o m p a gnés au p i a n o par le jeune F r a n c i s
Kermanach, ballet de mirlitons dirigé par le petit A n d r é Bouler, pik-up,
chanson lilmée, film de la dernière
kermesse de Kcransker, saynète et
m o n o l o g u e interprétés par Jean Berp a d a c et Guy de Cadenct.
V o i c i un extrait du palmarès :
5" Classe : Henri D e r r i c n , de N.-D.;
Jean Duigou, de Querricn ; Christophe Cohu, de Guiscriff ; F r a n ç o i s
Pilorgé, de T r é m é v c n .
4" Classe : Jean Sellin, de Mellac;
Louis Naour, du T r é v o u x ; Léon
Rannou, de Brest ; L o u i s Vallégant,
de Querricn ; René Ster, de Bannalec.
3" Classe : Isidore P h a r a m i n , de
L o c u n o l é ; Jean Calvar, de Moëlan ;
A n d r é Portier, de R é d é n é ; Ernest
Scaviner, de Pont-Aven.
2" Classe : Lucien Jaffrézou, de
Mellac ; Jean Marion, de Baye ; Joseph Michelet, de Pont-Aven.
l r " Classe : Albert Madigou, de SteCroix ; Pierre Le Gall, de T r é m é v c n ;
R e n é Thersiquel, de Bannalec ; Joseph Le Gall, de Sainte-Croix ; Jean
Bernadac, de N.-D.
Cours Supérieur
: l r " année : Charles 1-avigne, de Sainte-Croix ; Louis
Moru, de L o c u n o l é ; Emile Gragnic,
de N.-I). ; Jean Charlon, de SainteCroix ; Alain Kersalé, d'Argol.
2" année : F r a n c i s K e r m a n a c h , de
N.-D. ; Y v e s Le R o u x , de SainteCroix ; Yves Ligeour, de P o n t - A v e n ;
F r a n ç o i s Brinquin, de Querrien ;
Jenn Berthou, de Pont-Aven.
3" année : Joseph Péron et Jean
Le l î o u z i c , de Querrien.
Certificat
supérieur.
— Aux e x c e l lents résultais publiés par
l'Union
Agricole
du 21 Juillet, il c o n v i e n t
d'ajouter les s u c c è s obtenus au Certificat supérieur de l'enseignement
libre.
V o i c i les n o m s des élèves reçus :
Jean Béchu, de Quiinperlé ; Jean
Berthou, de Pont-Aven ; René Berthou, de Pont-Aven ; Jean Charlon,
de Quimperlé ; Gabriel Le Coq, de
Pont-Aven ;
Robert
Gaudart,
de
Quimperlé ; Jean Landrein, du Trévoux ; Louis Moru, de L o c u n o l é
René R i c o u a r d , de Quimperlé.
DANS' L A
GENDARMERIE.
—
Remise de décorations.
— M. le chef
d ' e s c a d r o n Vouzelles, c o m m a n d a n t
la g e n d a r m e r i e du Finistère, a remis
la médaille militaire à M. Julien D é o d i c , g e n d a r m e en disponibilité a
Quimperlé, et au maréchal des logischef T h o m a s , c o m m a n d a n t la brigade de Pont-Aven.
Nous p r i o n s les deux r é c i p i e n d a i res d ' a c c e p t e r toutes nos félicitations.
AU
TRIBUNAL
CORRECTIONNEL. — La p r o c h a i n e a u d i e n c e c o r rectionnelle aura lieu le samedi 29
Juillet, à 13 h. 30.
Cette a u d i e n c e sera la d e r n i è r e
avant les v a c a n c e s .
UN CYCLISTE SE F R A C T U R E LA
JAMBE. —- V e n d r e d i soir, vers 19
heures, M. A r m a n d Pouvreau, 2-i
ans, électricien, travaillant à la
construction de la nouvelle é c o l e
des filles à Bel-Air, circulait à b i c y clette place
Saint-Michel,
quand
soudain, en voulant éviter un autre
c y c l i s t e , il dérapa et t o m b a lourdement sur le sol.
PHARMACIE
DE
SERVICE. —
D i m a n c h e 30 Juillet, p h a r m a c i e Habrial, 42, place Saint-Michel.
E T A T - C I V I L . — Naissance
: Anatole - Maurice - Corentin
Toër,
rue
Saint-Yves.
Publications
de mariage : ArthurIsidore-Joseph Château, m a ç o n , 5,
rue Clohars, et Marie-Louise
Le
Guyader, s. p r o f . , 7, quai Brizeux.
Mariages
: J e a n - L o u i s Caurant,
monteur en chauffage central, 21,
rue du C o u ë d i c , et Marie-Louise
Faouclier, couturière au Lézardeau ;
. Louis-Joseph S c a v e n n e c , quartiermaître fourrier, rue du Cimetière, et
R a y i n o n d e - Jeanne - Louise
Lacour,
e m p l o y é e de bureau, Kérisole ;
Eugène-Arsène-Ernest Le Theuff,
représentant de c o m m e r c e , 8, rue du
P a r c , Q u i m p e r , et Georgina-JosephMarie Morcrette, s. prof., 3, rue C.ornic-Duchêne.
Décès : Louis Le Prat, 58 ans, c u l tivateur, de Bannalec, 19, p l a c e StMichel ; — Paul-Eugène Le R o u x ,
33 ans, s o u s - o f f i c i e r aux C. O. A.,
villa Mon Désir, rue T h i e r s ; —
Paule-Joséphine Humbert, 34 ans,
épouse D u p a r c , s. prof., de Lorient,
19, place Saint-Michel ; — Célestine
Le Guelt, é p o u s e P h i l i p p o t , 21 ans,
journalière, du T r é v o u x , 19, p l a c e
Saint-Michel.
Dans sa chute il fut sérieusement
CLOHARS-CARNOET
blessé. Le d o c t e u r Miroux, appelé,
constata une frature d o u b l e de la
LA h E N E D I C T I O N D E L A MER
jambe et o r d o n n a le transfert du
A DOUELAN. — D i m a n c h e dernier,
blessé à l'hôpital.
le -clergé d e Clohars-Carnoët a p r o c é d é à la b é n é d i c t i o n de la m e r dans
le petit port de Douëlan, devant une
GEORGES
G U E T foule d e visiteurs a c c o u r u s des quatre c o i n s de la région. Les r o c h e r s
Cil in URGI EN • DENTIS TE
qui surplombent le chenal étaient
- de la Faculte tic l'uria n o i r s d e m o n d e et parmi eux se trouvaient de n o m b r e u x touristes q u i
1 8 , R u e S a v a r y (Maison Nivalin)
avaient tenu à assister à cette c é r é QUIMPERLÉ
m o n i e aussi pittoresque que pieuse.
Consultation* toux 1rs jours, sauf le Inndi
Dès que M. Blanchard, recteur d e
Clohars, a c c o m p a g n é de ses v i c a i res, et de M. l'abbé Furet, p r o f e s seur à Saint-Yves d e Q u i m p e r , a p G R A V E A C C I D E N T D ' A U T O . — paraît sur les hauteurs de la butte
Un taxi c o n d u i t p a r M. Corlay, d o - de « C a y e n n e » , le « garde-à-vous »
micile, 52, rue de Mervilic à Lorient. retentit.
>
et transportant M. Petitjean FranA p r è s une courte p r i è r e sur le
ç o i s , 27 ans, demeurant à Moëlan, se
rendait de Quimperlé à Lorient. 1) quai, la f o u l e envahit les c a n o t s graroulait ' à vive allure lorsque, .vers cieusement mis à sa disposition par
1 h. 30, un peu avant d'arriver au les patrons pécheurs.
Le clergé et de nombreuses perdangereux tournant de T y - R h u n , où
l'on s'en souvient, d e u x m o t o c y c l i s - sonnalités embarquent sur le Mimosa.
Etienne
Tanguy,
pavoisé
tes • lorientais trouvèrent dernière- patron
ment une mort tragique, M. Corlay c o m m e p o u r les grandes fêtes.
Aux accents d u Magnificat,
une
fut ébloui par les phares d'une voiture venant en sens inverse, ii donna longue file de canots, d é y o u y o u s , d e
un c o u p de f r e i n . Mais la voiture, plates, d e baraues d e toutes sortes,
emportée par la vitesse, se retourna s'ébranle vers le large.
A d e u x mille environ d u p o n t , un
complètement, puis alla se c o u c h e r
un peu plus loin sur le côté droit. signal c o n v e n u et tous les bateaux
Les portières s'étaient c o i n c é e s dans s'arrêtent. M. l'abbé Blanchard p r o la v i o l e n c e du c h o c et M. Corlay dut c è d e , selon le rituel o r d i n a i r e , à la
briser les vitres " p o u r sortir de la b é n é d i c t i o n de la m e r , appelant la
voiture. M. Petitjean, p r é c i p i t é con c l é m e n c e divine sur les marins q u i
tre la glace, fut très sérieusement sillonnent l'Océan dans tous les sens.
blessé au bras.
Puis c'est le retour dans le m ê m e
Un boulanger des e n v i r o n s s'est o r d r e vers le port, au chant du c a n d é v o u é p o u r transporter le blessé à tique à la Reine d e s Flots.
P o u r c l o r e la c é r é m o n i e , M. le
l'hôpital
Bodélio.
M. Corlay
ne
nouveau
porte pas de blessures apparentes. Recteur, se tournant d e
Quant à la voiture, elle a été très vers l'immensité bleue, récite un De
e n d o m m a g é e : les portières sont en nrofundis, auquel la foule, recueillie,
pieusement.
Les
marins
f o n c é e s et le c a p o t c o m p l è t e m e n t dé- r é p o n d
collé. Sur la banquette avant et en prient p o u r l'âme de leurs frères displusieurs e n d r o i t s de la carrosserie parus dans les flots.
UNION CATHOLIQUE. —
Les
C é r é m o n i e touchante d a n s sa simon peut v o i r de larges traces de
m e m b r e s d e l'Union catholique qui
plicité.
sang.
n'ont pas e n c o r e versé leur cotisaLES F Ê T E S D U 30 J U I L L E T . —
tion pour 1932-1933 sont priés de se
PAS D E CHANCE ! — Mardi soir, A l ' o c c a s i o n de l'inauguration d u
mettre en règle le plus tôt possible.
vers 18 heures, M. Ange Bertagno g r o u p e scolaire d e Clohars, des
lio, entrepreneur, 19, rue Gambetta, c o u r s e s ont été organisées p o u r d i à Lorient, traversait la ville de m a n c h e p r o c h a i n 30 Juillet.
Quimperlé, se dirigeant sur Lorient,
Il y aura en particulier, à l'issue
lorsque en passant sur le pont du
d u banquet, une c o u r s e -de b i c y c l e t Moulin de la Ville, il a c c r o c h a une
tes internationale, sur un p a r c o u r s
pour Fêtes et Mariages
voiture de tourisme qui circulait en
d e 42 kilomètres et c o m p o r t a n t les
sens inverse, tenant strictement sa
p r i x suivants : 300 fr., 100 fr. et 50
droite.
f r a n c s et d e n o m b r e u s e s p r i m e s d e
Au lieu de s'arrêter, M. Bertagno- passage.
lio continua son c h e m i n .
30, rue des Fontaines, LOIUENT
L'autre automobiliste, mécontent
de cette f a ç o n cavalière d'agir, avisa
le lieutenant de g e n d a r m e r i e , qui
arrivait à passer, et bientôt les gendarmes de Quimperlé se mirent a la
mursuite du délinquant.
Chirurgien-Dentiste
Après avoir p a r c o u r u une b o n n e
—
D. F. M. P.
—
distance sur la route de Lorient, ils
revenaient
bredouilles,
lorsqu'on
MARIAGE. — Mardi dernier, à
11 heures, a été béni, en l'église pa- passant à Saint-Jalmes, on vint les
roissiale N.-D. de l ' A s s o m p t i o n , ¡i avertir qu'un a c c i d e n t venait de s'y
Quimperlé, le mariage de Mlle Geor- p r o d u i r e .
3. Place Hervo, 3
gina Morcrette, fille de Mme MorC'était notre fameux Bertagnolio,
crette si sympathiqucnicnt c o n n u e à qui avait laissé sa voiture devant
r/ ..so
Quimperlé et dans toute la région, •liez M. T o u l i o u , sans avoir pris
avec M. Eugène Le T h e u f f , de Quim- soin de bien serrer ses freins. E m per.
porté par la déclivité de la route,
Une foule de parents et d ' a m i s • véhicule se mit à reculer et vint
GUILLIGOMARCH
avaient tenu à assister à la c é r é m o briser un tréteau près de la maison
nie et à témoigner ainsi leur s y m p a - Nigen.
DISTRIBUTION
DES PRIX.' —
Dans sa journée, Bertagnolio aura
thie aux deux familles. Au choeur
L ' é c o l e libre d e s filles faisait, le d i récolté
pas
m
o
i
n
s
de
quatre
p
r
o
c
è
s
a v a i t - p r i s p l a c e un n o m b r e u x clerm a n c h e 10 Juillet, sa distribution
verbaux.
gé. de Quimperlé et des environs.
solennelle des p r i x . Les maîtresses,
Pas de c h a n c e , vraiment !
En cette heureuse c i r c o n s t a n c e ,
désireuses de t é m o i g n e r leur satisnous adressons à M. et Mme Le
faction à leurs d o c i l e s et laborieuses
Theuff nos meilleurs v œ u x de b o n ACCIDENT DU T R A V A I L . — Jean élèves, et leur r e c o n n a i s s a n c e aux
heur et à leurs parents nos chaleu- Quéré, chef d ' é q u i p e à Kérisole. a n o m b r e u x parents qui s'enorgueillisreuses félicitations.
été blessé à la tête, p a r une échelle sent (et à juste titre) d ' y faire insqui lui est tombée dessus, alors qu'il truire chrétiennement leurs enfants,
LE CONCOURS D E T I R . — Le surveillait la d é m o l i t i o n d'un toit.
avaient p r é p a r é à cette o c c a s i o n une
— Louis Guillou, c o n d u o t e u r à séance r é c r é a t i v e q u i a o b t e n u le
g r a n d c o n c o u r s organisé par la SoKérisole,
s'est
fait
un
l
u
m
b
a
g
o
,
p
a
r
ciété d e tir « La Laïta » se c o n t i n u e
plus c o m p l e t s u c c è s .
et les premières p l a c e s sont 'dispu- suite d'un faux m o u v e m e n t , en c h a r A l'arrivée d e M. le Recteur, a c geant
des
briques
sur
un
c
a
m
i
o
n
.
tées avec acharnement. Au 23 Juilc o m p a g n é de son v i c a i r e , c o m m e n ç a
— Lucien Lévêque, m a ç o n , rue la belle p i è c e de Sainte
let, le classement s'établit c o m m e
Germaine
d o l l a r s , est tombé d'un échafaudage Cousin, interprétée p a r les grandes
suit :
Concours
public. — 1. Pivert Hu- et s'est fracturé la j a m b e droite.
élèves.
15 jours de r e p o s sauf c o m p l i c a
4)crt, 140 points ; 2. Pivert Arthur,
A p r è s le p r e m i e r acte, les p l u s
139 ; 3. Huon F r a n ç o i s , 132 ; 4. Garo lions.
petites exécutèrent un joli chant bien
Yves, 131 (tous quatre d e « La
mimé. A mesure que la p i è c e se déLaïta j.) ; 5. Le Doaré, 129 (la QuimA L'ECOLE PIGIER, 9. rue dea roule, l'intérêt va toujours c r o i s p é r o i s e ) ; fi. Hakspill, 129 (la Quirn- Fontaines LORIENT, l'étude du com sant. On a d m i r e , on applaudit. On
péroise) ; 7. G u y o m a r ; 8. G o u y e c ;
merce est essentiellement pratique n'oubliera pas d e si tôt la vertueuse
9. Barré ; 10. Lannuzcl.
Germaine d o n t le sort malheureux
Concours
vétéran. — 1. Canitainr et rapide, cette étude étant faite fit c o u l e r d e s larmes qui séchèrent
avec
les
DOCUMENTS
REELS
emL o y e r , 70 noints ; 2. J. Bienvenu, 75;
c e p e n d a n t à son apothéose.
3. J. G u i b o u r g , 74 ; 4. Pivert p è r e , ployés dans le Commeroe, l'IndusQuand le rideau t o m b e p o u r la
70.
trie et la Banque.
d e r n i è r e fois, « d é j à fini I » souConcours jeunesse. — 1. J. Le BorPlacement assuré des Elèves.
pire-t-on dans la salle.
gne, 08 points ; 2. J. Lancien, 04 ;
Petites a c t r i c e s de Guilligoniarch,
3. Marzin, 54 ; 4. P o c h e r , 52.
qui nous avez si b i e n c h a r m é s , c e s
Le C o m i t é r e m e r c i e M. Fournier.
T R O U V A I L L E . — M. Gourlay, tail- d e u x mots ne valent-ils p a s une
président d ' h o n n e u r d e « La Laïta » . leur d'habits, rue Jacques-Cartier, à m o i s s o n d e louanges ?
kIu superbe objet d'art breton qu'il Quimperlé, a trouvé, place de la 'RéA p r è s la représentation, M. le R e c o f f r e au p r e m i e r tireur d e « La publique, à Bel-Air, un trench-coat, teur se lève et, en quelques paroles
Laïta » , au c o n c o u r s p u b l i c .
qu'il lient à la d i s p o s i t i o n du p r o - c o r d i a l e s , e x p r i m e les sentiments d e
A la liste d e s n o m b r e u x prix, il priétaire.
tous, félicitant les parents d e l'estifaut également ajouter un joli c h r o me q u ' i l s montrent p o u r leur é c o l e
nomètre offert p a r les cafés « A
Mercuriale «les Marchés libre, les maîtresses de leur admiral'Epée » .
ble dévouement. Félicitant enfin les
du il Juillet 1933.
D i m a n c h e 30 Juillet, avant-der- Vuoile« lallièrcs
1.000 f. CO élèves d e leur travail et leur r e c o m nière séance d e tir.
('»('-Hisses et vaches pleines , . . 1.200
» mandant le souvenir et la r e c o n n a i s Le
Comité.
Porcs (le kilo)
0 •t'J sance, M. le Recteur termine p a r un
Veaux (le kilo)
• :i 50 mot bien paternel p o u r les aînées
M qui vont quitter l'école et souhaite
115
V E R S LA F E T E D'AVIATION. — Froment
»
85
Nous avons déjà a n n o n c é qu'un c o - Seigle
aux enfants d e b o n n e s v a c a n c e s avec
»
Orge
81»
mité p r é p a r e activement le p r o la santé d u c o r p s et de l'âme.
»>
Sarrav.ln
»0
g r a m m e de la fête d'aviation qui Avoine
Ensuite oui lieu la distribution
M
85
doit être d o n n é dans le grand pré Pommes de lerre
. sans cours des prix. Oh, les 'beaux prix ! Merci
de Kerlen, à p r o x i m i t é (le Quim- Folli (les 500 kilos)
» aux généreux donateurs.
2M
perlé, le d i m a n c h e 0 Août.
»
l'aille (les S00 kilos)
120
Six élèves reçurent leur d i p l ô m e
»
58
Sans rien dévoiler des secrets du Son (les 100 kilos), gros
d e Certificat d'études libre, d o n t
M
Son
(les
100
kilos),
détail
70
c o m i t é , nous c r o y o n s p o u v o i r i n d i v o i c i les n o m s :
»
105
quer que le samedi 5 Août, on p o u r r a Farine du pays
Jeanne B o u r d i n , Marie-Anne Cal»
Beurre
salò
(la
livre)
8
visiter les appareils et p r e n d r e part
var,
Marie
I.osbec,
Jeanne-Marie
>1
Ueurre doux (la livre)
5
aux « baptêmes de l'air » .
Penhoat, Erncstine P e n v e r n , José»
Œufs (lu douzaine)
4
Le d i m a n c h e sera plus spéciale- Poulets vieux (la couple)
phine Valégant.
»
30
ment c o n s a c r é aux vols, e x e r c i c e s et Poulets jeunes (lu couple) . .
»
25
La fête a pris fin : elle a réjoui nos
acrobaties diverses.
»
Cidre pur jus
300
c œ u r s . ^S'ous retournerons l'an proT
a cliain.
Cidre ordinala 1
230
Nous en reparlerons.
SPÉCIALITÉ DE CADEAUX
D A R T
Y
Porcelaines - Cristaux - Terres coites
Orlêmrie (¡installa - Coutellerie line
r J . GUIBOURG
NEVEZ
LA F Ê T E DES NATIONS. — Nous
r a p p e l o n s qui1 ht fête des Nations se
déroulera le 13 Août p r o c h a i n , à
l'école Sainte-Barbe, en Névcz.
Il y aura là des r e p r é s e n t a n t s d'un
g r a n d nombre de nations d ' E u r o p e ,
(l'Asie et d'Amérique. On annonce
en particulier la visite du p r e m i e r
ministre de Québec.
Nous ne doutons pas qu'à cette
occasion les Néveziens ne viennent
en foule à Sainte-Barbe.
PHARMACIE II
les résultats détailles des étapes,
L'Auto entend se réserver ce monopole. Tant p i s pour les c o u r e u r s .
mm
Docteur en Pharmacie
3.PlaceCarnot.3
^
Q U I M P E R L É
^
LCCUNOLE
VOL DANS UNE AUTO. — L'autre
jour, M. Victor Thébault, commerçant, (¡4, rue d'Albert, à Paris, actuellement en villégiature au Pouldu, se rendait en auto, avec sa famille, visiter les roches du Diable,
en I.ocunolé.
Ce coin pittoresque dut plaire aux
touristes, qui prolongèrent leur séjour.
A leur retour, ils ne r e m a r q u è r e n t
rien d'anormal, et s'en r e t o u r n è r e n t
au Pouldu.
Mais là, quelle ne fut p a s la surp r i s e de Mme Thébault en constatant la disparition de son sac à m a i n
qui contenait une somme de 1.805
francs.
M. Thébault avait laissé sa voiture
sur le bord de la route, sans avoir
p r i s soin d e , f e r m e r les portières, et,
en outre, sa f e m m e avait commis
l ' i m p r u d e n c e d'y laisser son sac à
main.
. ,
La g e n d a r m e r i e d'Arzano, avisée,
a ouvert une enquête.
PÊCHE INTERDITE. -- Jean-Louis
Guvader, maçon au bourg de I.ocunolé, et son cousin Louis Noblet, man œ u v r e au Pont-Neuf, ont été sucp r i s p a r les g e n d a r m e s alors qu'ils
péchaient la truite à la m a i n .
Ce genre de p è c h e étant i n t e r d i t ,
les deux disciples de Saint-Pierre se
sont vn dresser procès-verbal.
RIEC-SUR-BELON
Ils n'avaient e n c o r e p r i s qu'une
UNE F I L L E T T E ÉCRASÉE PAR
truite. Ce poisson leur coûtera fort
UN CAMION. — l ' n pénible accic h e r à la livre.
dent qui a coûté la vie à une fillette
de 13 ans, s'est produit vendredi
dernier, vers 7 h. 50, en plein bourg
Alexandre C U & Ï A T de Riec, à l'intersection des routes
de Bannalec, Rosbras, Moëlan et
CHIRURGIEN-DENTISTE
Quimperlé.
de In Fucilili! de Mcdecine «le Paru
La petite Yvette Nivaigne, 13 ans
9 . R u e L e b a s . - QUIMPERLÉ
et la netile Pérou, 11 ans, se rendaient à l'école, et se tenaient par
Coniultâtloni
tout lu Jouri i Quimperlé
la main, lorsque, place d e l'Eglise,
nuf I« mercredi i
Banntito
elles virent a r r i v e r un tracteur <b
l'entreprise
Guilbert,
travaillant
actuellement au Moulin Iiélou, en
Riec.
MELLAO
Instinctivement, les fillettes se
C'.MIONNETTE CONTRE ATTE- rejetèrent en a r r i è r e ; malheureuseLAGE. — Samedi dernier, vers 10 ment, de ce coté arrivait également
heures, M. F r a n ç o i s Le Noe, d u i un gros camion de la minoterie
Rouas, en Mellac, conduisait u n i Limbour, de Pont-Aven.
c h a r g e m e n t de sable p r è s de Crei-1 Voyant le danger, le conducteur
zobet, lorsque survint une camion-1 du camion, M. F r a n ç o i s Thiee, oblinétte automobile de la maison Co-I qua le plus qu'il put à droite ; mais
l o m b et Paul, primeurs, à Lorient. les deux e n f a n t s roulèrent sous le
véhicule.
P a r suite, sans doute, d'une fausse
La petite P é r o n passa entre le?
m a n œ u v r e du conducteur, au moment du dépassement, l'aile droite d e l roues et s'en tira avec quelques
écorchuros.
Malheureusela camionnette vint heurter l ' a r r i è r e I légères
de la charrette, qui fut traînée sur ment, sa petite amie, Yvette Nivaigne, fut prise sous les roues et tuée
une certaine distance.
P a r suite du choc, M. Le Noe fut net, ayant eu le bassin écrasé.
violemment projeté sur la chaussée. | M. Quémar, faisant fonctions d e
Le docteur Miroux, de Quimperlé, inaire, et les g e n d a r m e s de Pontqui vint lui d o n n e r ses soins, relevai Aven se r e n d i r e n t sur les lieux.
des blessures sérieuses au genou I D'après l'enquête menée par la
gauche et à la tète.
I gendarmerie, le camion roulait à
Les dégûis matériels sont peu im-l allure modérée.
portants.
! MÉDAILLE MILITAIRE. — M.
Cadoret, c o m m e r ç a n t
au
UN CHEVAL HEURTÉ PAR UNE Pierre
AUTO. — A Mellac, un cheval appar- bourg de Riec, vient de recevoir la
tenant à M. Gallo a été violemment I médaille militaire pour faits de
heurté p a r la voiture automobile d e l guerre.
M. Guyomard, de Riec-sur-Bélon. ! Toutes nos félicitations.
La bête a été sérieusement touchée I
et a été soignée par M. Lancien, vé-l
S'ASSURER A LA Gssmwsz
t é r i n a i r e à Quimperlé.
i
Classement par nations
1.
2.
3.
•1.
5.
France
Belgique
Allemagne
Suisse
Italie
otoi« pour felre m eohetpreeeé de voir*
hull* hebltuelle, ear rien n'etf plu*
diseerieble QUE Ot MANQUER OHUILE
AU MOMENT OE PARTIR.
Votât évltopoa on outro les avariai m 4oanlquaa qui pourraient provenir tftm
gralaaage ineuffieent an ayant eonatamment une riterve d'huile de marqua dont
voua avex pu appréoier lea qualité* et
dont voua tte* aatlafalt.
L'HUILE 0 f e*t vendu* an Tonnelet* d*
SO litre» et *n Bidon* d* 20 lltr** ohes
nos client* dépositaire* dan* tout** le*
villa» de Franee.
Sur la route voua pouves voua la preeurer
en bldona de 2 litre» ehex no* client*
pompiste».
DESMARAIS FRÈRES
4? PUE DES MATHURINS
PARIS
COMPAGNIE
MOELAN-3UR-MCR
à*.
CONTRIBUTIONS DIRECTES. M. le Receveur des C o n t r i b u t i o n s !
Directes de Quimperlé se r e n d r a à |
Moëlan lundi p r o c h a i n 31 Juillet, à
8 h. 30, et y ¡procédera, en présence I
d e s r é p a r t i t e u r s à la révision annuelle des bases d e s Contributions
foncières, de la Contribution mobi-j
lière, des patentes et des diverses
taxes assimilées.
CYCLISTE EN DÉFAUT. — Les
g e n d a r m e s en tournée, le 19 Juillet
c o u r a n t , r e m a r q u è r e n t , traversant le
bourg, un cycliste d o n t la m a c h i n e
était d é p o u r v u e de plaque d e contrôle de l'année. Invité à descendre
de m a c h i n e pour s'expliquer sur la
cause de cette absence de plaque,
le cycliste ne trouva aucune raison
plausible. Procès-verbal.
ETAT-CIVIL. — Xabsunces • : Mar
col Daniélou, à Kervet >i ; Germaine
Tanguv, à Saint-Cado : Simone Melin
à licfdoualcn ; Odile Hélias, au
bourg.
Publications
de mariaycs : Joseph
Lhyvcr, cultivateur à Kerouge, et Joséphine Simon, cultivatrice à Kcratnpelimi; René SoulTez, m a r i n du commerce à Landuc, et Irène Daniélou,
couturière, rue Leuriou, à Quimperlé ; F r é d é r i c Le Toullee, marin-pêcheur à Kerdoussel-Vian, et Marie Le
Goff, s. p., à Kercarn ; Marcel Gouello, m a r i n d e l'Etat, route de Lorient,
à Quimperlé, et J e a n n e Rostrali,
s. p., à I'ont-ar-Laër.
M(iriaf/c : Clovis Gourlaye, marin
de l'Etat, à Kersapins, et Elisa Castaouec, s. p., aux Petites Salles.
Décès : F r a n ç o i s Le Garrec, 72
ans, à Kerdoualen ; Anne-Marie I.e
Delliou, 15 ans, à Kerliguit ; Yves
Orvoen, 49 ans, à Kerguip.
Entrepris»
privée
régit
pur
•
17 Mtrs
1905
C'EST PRÉSERVER L'AVEKER ma
SCAER
VERS UNE BRADERIE. — Depuis
quelque temps des braderies sont
organisées un peu partout dans notre
région. Scaër aussi se devait d'avoir
la sienne.
Le Comité a donc étudié la question, et la b r a d e r i e de Scaër aura
lieu très p r o c h a i n e m e n t . Nous en
reparlerons.
VITESSE EXAGEREE. — M. P i e r r e
Le G..., de Guiscriff, passait à moto
un boni;! do Scaër, à environ 70 kilomètres à l'heure, doublant line voilure automobile qui respectait l'allure prescrite par l'arrêté municipal.
Procès-verbal.
SANS PLAQUE. — MM. P. Louis,
«le Rosporden, et C. François, de
Scaër, ont été r e n c o n t r é s circulant
à bicyclette, à Ty-Goff, en Scaër,
avec (les bicyclettes dépourvues de
plaque de contrôle réglementaire.
VOL. — M. René J o u r d a i n , domestique agricole à Kervégant, en Scaër,
¡1 porté plainte contre X... pour vol
à son p r é j u d i c e d'une somme d'environ 107 f r a n c s et d'un réveil malin. ('.es objets se trouvaient dans
une petite maisonnette un peu isolée
de la ferme.
Une enquête est ouverte.
UN BILLET DE MILLE FRANCS
DISPARAIT. — Mlle Marie-Jeanne
Guillou, demeurant à Lcuhan, s'était
I r e n d u e dans une f e r m e voisine, dans
lia c o m m u n e de Scaër, pour cueillir
(les petits pois.
lau
TRAVAIL SOIGNÉ
S'Y A D R E S S E R
du
MM. C O U L I O U et B R E V I N I , à Quimperlé
livre les lettres de mariage I p a rAi t isoonn rde' ut onu rb, i lellelte dc oe n smt ai ltlae laf r adnicsssac à main, renferme
2 heures après la commandeI p( ¡laancsé udnaen sv aun
lise qu'elle avait déposée
A
loi
Tous rensalgnomonts : SIAgo Social, 87, Rue de Richelieu, Pari», ou é n o »
agents on province et notamment
j
Place Hervo, QUIMPERLÉ
la
Fonds «2o Garantie : 1 Milliard 336 Million*
grenier.
A I Ne sachant sur qui p o r t e r ses
• Isoupçons, Mlle Guillou a porté plainlle à la gendarmerie, qui a aussitôt
' o u v e r t une enquête.
*
LE FAOU
UNE BRESTOISE ÉCRASÉE SOUS
UN CAR. — Mardi matin, »Mme
veuve Marguerite Thomas, 42 ans,
pensionnée de guerre, originaire d e
Hanvec et domiciliée à Brest, avait
p r i s un car S.A.T.O.S. pour se rend r e chez son frère, M. Louis Quentric, au Faou.
A l'arrivée d a n s cette d e r n i è r e
localité, Mme T h o m a s commit l'imprudence
de
vouloir
descendre
avant l'arrêt complet d e la voiture ;
elle fut 'heurtée par la partie a r r i è r e
«lu car -et tomba si malencontreusement à terre qu'une d e s roues d u
lourd véhicule lui passa sur le
corps.
L'aiuilancc alla c h e r c h e r la blessée et la t r a n s p o r t a à l'hospice civil
de Brest, où elle est décédée.
La VII" Foire Nationale d e machines et i n s t r u m e n t s agricoles et voitures automobiles et hippomobiles
avec exposition commerciale, industrielle et artisanale, aura lieu cette
a n n é e les 4, 5, fi, 7 et 8 Août 1933.
avec ouverture officielle le v e n d r e d i I
4 Août. L'entrée d u public sera gratuite.
La Foire-Exposition 'de Montargh I
coïncidera cette année avec le concours agricole départemental, qui
se t i e n d r a le d i m a n c h e 0 Août.
Nous ne saurions trop engager
MM. les industriels et c o m m e r ç a n t s
à p r e n d r e part à cette i m p o r t a n t e
manifestation économique.
I.es emplacements seront imposés
aux exposants. A leur arrivée, les
exposants n'auront ' qu'à d e m a n d e r
leur emplacement au Commissariat
général d e la Foire, installé à la
TAULE
Salle des Fêtes,
\
UN ENFANT SE NOIE DANS
Ces emplacements seront répartis
UNE RIVIÈRE. — Mercredi, à 1« suivant la catégorie d u matériel et
heures, trois e n f a n t s allèrent se bai- (les produits exposés, et d ' a p r è s la
gner d a n s la Penzé.
surface 'du terrain d e m a n d é p a r les
L'un d ' e u x , P i e r r e Puil, âgé de 10 intéressés.
ans, fut e n t r a î n é par le courant el
A l ' e x c e p t i o n ' d e s voitures automodisparut.
biles et hippomobiles, d e s bicycletAprès 20 minutes de recherches, on tes el motocyclettes, et des produits
trouva son cadavre.
c o m m e r c i a u x , oui seront placés à
Le ipauvre enfant était l'aîné d'une (les endroits spéciaux, les machines
famille de 8 enfants.
et instrumejits de chaque exposant
resteront groupés, afin d e faciliter
Ises opérations commerciales.
PLOUAY
Seules les dégustations gratuitas
GRAVE INCENDIE. — T a n d i s que I seront autorisées.
M. Vincent Moëllo, cultivateur à ! Nul ne sera a d m i s à exiposcr, s'il
Kernoneu, était au haut d'une meule I n'est porteur d e son certificat d'adde seigle, le feu prit dans la meule, I mission 'délivxé par le Secrétariat
M. Noëllo n'eut que le t e m p s de des- I général.
cendre.
i Les adhésions d e s Exposants seLes dégâts atteignent 10.000 fi\ I r o n t personnelles ; elles devront être
I.e feu a dû être mis par une étin- I données sur nies formules spéciales
celle échappée de la cheminée de la datées et signées.
Les demandes de renseignements
f e r m e toute voisine.
I.e feu se c o m m u n i q u a à un ap- I c o n c e r n a n t la Foire-Exposition de
pentis couvert de chaume, qui fut I.Montargis doivent être adressées au
détruit, ainsi que des i n s t r u m e n t s I Secrétariat général d e la Foire, à
•l'Hôtel de Ville de Montargis.
agricoles, une brouette, etc.
DIMANCHE 30 JUILLET,
à 14 heures,
à la Pointe île
Trévigtum
en
TliEGUNC,
par autorité
D'UN AUTOCAR
14 CV, 24 places.
de justice,
marque « Latil »
A vendre à l'amiable
UNE MAISON NEUVE
composée de quatre pièces et un
petit
Jardin.
Jouissance p a r mains immédiate.
Pour tous renseignements, s'adresser à M" Gl'IU.ou, notaire à Scaër.
A VENDRE
PLUSIEURS FEBMES
situées sur les
Communes
de IWX-SUR-IÌELON
et de MELLAC,
libres le 29 Septembre p r o c h a i n . .
S'adresser à M" E n : unco pah, notaire à Quimperlé, ou à MM. Haiuîi. el
G t - îiiiît, G, quai du Stéir, Quimper.
BON
LINOTYPISTE
est demandé à l'Imprimerie
Cornouaillaise, à Quimper.
de Qulrrtpor et aux autres principales
lîares du réseau d'Orlóans ; au bureau
de l'Union Nationale des Agences de
Voyages à la «are de Paris-Quai d'Orsay;
aux iprincipales Agences de Voyages.
Etude de M' A. BIGER, Notaire
à Bannalec.
AU H I T
A vendre à l'amiable
FRANÇAIS
UNE ÉCRÉMEUSE FRANÇAISE
Etudes d e M " ETCHÉCOPAR et
ROUSSEL, Notaires à Quimperlé
(Finistère), soussignés, sises à
Quimperlé, rue de Brémond-d'Ars.
n" 13, et quai Brizeux.
en bloc ou en détail,
L a
B e l l e
DE
F e r m e
STANG-KÉRYANNIC
C o m m u n e de BANNALEC
d'une contenance d e 17 hectares 54
ares 96 centiares environ.
TRÈS BONS
BATIMENTS
>'HABITATION &
D'EXPLOITATION
Jardins, Prés et Terres
labourables.
Facilités de paiement et d'échange.
S'adresser : p o u r tous renseignements et visiter, à M" Biger, notaire
à Bannalec ;
Et p o u r traiter, à M. Camille
Siegsel, 7, rue d'Orléans, à Nantes.
Téleph. 150-27, représentant d e M.
Bernard Lévy, flls, '24, rue des Courcelles, Paris.
2513
i
PERFECTION
une merveille,
meilleure des Marques Etrangères.
!..• Il-.l.i.
. ..
Baratta* et Malaxeur«
A
E
N
C
E
R
E
N
A
U
L
T
de Voitures neuves et d'occasion
STATIONS BALNÉAIRES DE LA Twaaoaforaceioti appareil et lesmerreSPRESQU'ILE DE QUIBERON. — Billets
lewtri»»H»tsqu'UTOuspennettrad'obte>lr.
d'aller et retour à prix réduit en 2* et
3* classes, au dinart de Vannes, Lorienl,
Hennebont et Pontiv//. — Ces billets
sptelaux sont délivrés, tous les dimanches et jours de fîtes, du 4 Juin au 24
E t u d e d e M" BARON, Huissier
Septembre 1933, nu départ do Vannes,
à Bannalec.
Lorient, Hennebont et P o n t l w , pour
Plouarnel-Carnac, Sal nt-Plerre-Qu iberon
<
et Quiberon.
VENTE VOLONTAIRE
Ces billets, qui comportent une réduction de 50 % sur le prix de» billets LE DIMANfHE
30 JUILLET
1933,
simples, sont valables pour la journée.
à une heure de
l'après-midi,
Ils peuvent être utilisés dans tous les
trains, aux mêmes conditions que les M* Baron, huissier à Bannalec, probillets ordinaires.
cédera, a u domicile d e M. Louis
Pour tous renseignements, s'adresser
en Scaër,
>;
aux gares d e Vannes, Lorient, Henne- Miniou, à Keranguen,
bont et Pontlvy.
ETÉ 1933. — LORIENT ET QUIMPER,
villes de tourisme. — A l'entrée ou nu
cœur de l a Cornouaillc, cette Arcadle
bretonne si pleine de beautés, Lorient et
Quimper sont les centres d'où peuvent
Il v e n d r a notamment : barriques
rayonner les touristes.
A Lorient, trois circuits automobiles, écrémcuse, 2 charrettes, une b o n n e
fonctionnant à tour de rôle les mercre- voiture anglaise (roues caoutchouc),
dis, jeudis et vendredis, aux prix de 35, h a r n a i s , une jument de six ans, 3 va40 et 45 francs, vont vers Quiberon, Le ches, u n e génisse, foin engrangé
Faouit ou Çoncarneau.
seigle, avoine, sarrasin, rutabagas,
A Quimper, cinq circuits, dont deux p o m m e s d e terre, betteraves, le tout
quotidiens entre le 1 " Juillet et le 13
sur pied.
Septembre, conduisent leurs touristes
Au c o m p t a n t 10 % en sus.
2528
vers la sauvage grandeur de la Pointe
du Rar, la discrète harmonie de la baie
de Montât, le 'massif forestier du Hucl;oat, la souriante vallée de l'Aven, au
on* des rives de l'Odet au nom chantant.
,
p o u r le 29 S e p t e m b r e 1933
Les prix varient de 25 à 50 francs,
mais les touristes prenant leurs billets Une F E R M E de 38 Hectares
pour les cina circuits à la fois n'ont à
payer que 19Ô francs. Il existe, en outre,
située à
TRÊGUNC.
une liaison Qulmper-Brest et retour, biS ' a d r e s s e r à l ' é t u d e de feu M8 de
hebdomadaire du 3 Juillet au 15 Septembre, a a prix de 50 francs par par- P o n f i l l y , n o t a i r e à P o n t - A v e n .
cours simple.
Urgent.
Pour plus amples renseignements,
consulter les prospectus spéciaux ou
s'adresser notamment : Aux Agences de
la Compagnie d'Onléans, 16, boulevard VU VUlIlnili/iJ
ouvrière
des Capucines et 126, boulevard Raspail
ou k l a Maison de France, 101, avenue p o u r t r a v a u x d e c o u t u r e .
des Champs-Elysées, h Paris ; à la gare
S ' a d r e s s e r Magasin C o r b i e r r e .
G
Nos occasions à des prix très intéressants
— :-: sont revisées et garanties :-: —
TÉLÉPHONE 1 • 4 0
Compte Courant
Postal
Rennes 1 4 . 1 8 9
ABONNEMENTS :
ET MARITIME
UN AN
Finistère, C.-du-N.,
Morbihan........ 1 2 f
Autre« dépnrtem.. 1 4
E t r a n g e r , 1 2 f.plui port
(Exécution
de la loi du 23 Octobre
Basse-Ville
Q U I M P E R L É
Apprentissage gratuit - Vente à crédit
des Poulains et des V ë a u i
GUÉRIE par la
• . . »V,
*
. t.
I
Que de pertes occasionnées à la ferme par la diarrhée,
cette maladie qui cause de si grands ravages chez les jeunes
animaux en général, les Poulains et les Veaux en particulier.
|.
; >• ,
Avec la POUDRE SAINT-CHRISTOPHE cette
éventualité n'est pjus à redouter.: .
. 3¿.r - • .
Tous les Agriculteurs-Eleveurs doivent avoir chez eux une
boîte de cette précieuse Poudre.
/c
La b o î t e 9 f r a n c s . Franco par la poste contré mandat de
O
f r . 50.
DÎPOT
QlCliaâAL :
Pharmacie Normale* G. HABRIAL, 42, Place St-Michel - QUIMPERLÉ
LORIENT.
— LIGNES WORMS et C[e
T
«>. •.•»
par Camions et Tracteurs
jusqu'à
22
tonnes
A LORIENT
Licltation
d i t e « Ar-Menez », section B, n" 529,
d ' u n e c o n t e n a n c e de 83 ares.
Cette vente est p o u r s u i v i e en
vertu d'un jugement r e n d u p a r le
Tribunal d e Châteaulin, le 17 Mai
1933, enregistré,
Sur requête présentée p a r Mme
Marie Etienne, ménagère, veuve en
premières J noces d e M. F r a n ç o i s Le
Clec'h, et épouse en secondes noces
de M. Jean Quénet, journalier, et ce
d e r n i e r en' autorité et au besoin en
privé, d e m e u r a n t à Keroullas, en
Plouguer ;' 2° M. Jean-Marie Le
Clec'h, cultivateur à Kersalaiin, en
Plounévézel, subrogé-tuteur des mineurs Marguerite, Jean-Marie, Roger
et Yves-Marie Le Clec'h, issus d u
mariage de feu F r a n ç o i s Le Clec'h
avec ladite dame Marie Etienne et
faisant fonctions de tuteur à cause de
l'opposition d'intérêts existant entre
lesdits m i n e u r s et leur mère tutrice
légale, ayant pour avoué M' Raymond
Delaporte, d e m e u r a n t sur La Plaine,
à Châteaulin,
AGENTS des COMPAGNIES, des MESSAGERIES MARITIMES
des CHARGEURS RÉUNIS et SUD ATLANTIQUE
L'adjudication aura lieu aux jour,
h e u r e et lieu ci-dessus et en présence de M. Jean-Marie Etienne, tailleur d ' h a b i t s , demeurant a u bourg
d e Poullaouen, en sa qualité .de subrogé-tuteur a d h o c d e s m i n e u r s
sus-nommés ou lui d û m e n t appelé.
Et aux clauses et conditions d u
cahier des .charges dressé p a r M' Leclerc, notaire commis, et déposé en
son étude, en la ville de Carhaix, où
toute p e r s o n n e peut en p r e n d r e connaissance.
Châteaulin, le 17 Juillet 1933.
R. DELAPORTE,
Avoué,
Docteur en Droit.
Pour consulter les horaires ' d e s ^ M g M K l f e r t e i i t , d'Ext r ê m e - O r i e n t , d e l ' A f r i q u e Occidentale, d u Brésil et d e la Plata, a i n s i q u e p o u r r e t e n i r les billets de passages, s ' a d r e s s e r :
4 0 , Quai Rohan,
à l'Agence Emile SALMON
\
un apprenti marbrier-tailleur
de pierres, présènté par ses pa-
P o u r i r ô t e t renseígnemitiúts,' s ' a d r e s s e r
M. Emile SALMON, Agent Maritime
40¿ Quai de Rohan — LORIENT
WORMS & C»
d a n s tous l e s a u t r e s p o r t s
D é t a c h e r c e b u l l e t i n e t l ' a d r e s s e r à M. l ' A d m i n i s t r a t e u r d e
l'Union Agricole, 13, q u a i B r i z e u x , Q u i m p e r l é (Finistère).
par
MISE A PRIX : Q f 1 . T . ' ! h 1.500 fr.
S e r v i c e s r é g u l i e r s e n t r e LORIENT, BORDEAUX, BAYONNE, CAEN, ROUEN, L E HAVRE, BOl/LOGNEi. DUNKERQUE,
B R E S T e t l e s p o r t s d e l ' é t r a n g e r . (Un d é p a r t t o u s l e s 14
j o u r s d a n s c h a q u e sens).
Signature
18, place Saint-Michel, QUIMPERLÉ -
VENTE D'IMMEUBLES
Aux lieu et dépendances
de KERGAURANT,
en PLOUGUER,
canton
de Carhaix, arrondissement de Châteaulin, Finistère,
•< ;
(1) Nom, prénom, profession «t «druse compiile.
Edouard 9KONNIER
1884.)
Le lundi vine/t-et-un Août mil neuf
cent trente-trois,
à quatorze heures,
par le ministère d e M" L E C L E H C ,
notaire commis et en son étude, en
la ville d e Carhaix, il sera procédé
à la vente p a r licitation d e s immeubles ci-dessous désignés, en u n lot,
comme suit, et sur la mise à p r i x
suivante :
Agence Maritime Emile SALMON
Je soussigné (1)
Cette vente aura lieu à la requête
de Mme veuve Le Goff. sus-nommée,
et autres,
En vertu d'une o r d o n n a n c e rendue par M. le Président d u T r i b u n a l
civil d e Quimperlé, le sept Juillet
mil neuf cent trente-trois.
Il sera vendu notamment : tables,
chaises, buffet, fourneau, batterie de
cuisine, vaisselle, verres, lits, fauteuils, cuillers, fourchettes, couteaux
armoires, linge, glaces, et quantité
d ' a u t r e s objets.
Au comptant, 10 % en sus.
Etudes de M* Raymond
DELAPORTE, Docteur en Droit, Avoué
à Châteaulin, et d e M" LECLERC,
Licencié en Droit, notaire à Carhaix.
A LOUER
J
p a r suite de décès.
L E . DIMANCHE T R E N T E JUILLET MIL NEUF CENT TRENTETROIS, à treize li\eures, et jours suivants, s'il y a lieu, M" Etchécopar,
notaire à Quimperlé, assisté d e M*
Roussel, son c o n f r è r e , -procédera, au
domicile de M. Louis Le GofF, situé
à Keryostiou
(ciltymin de Tu-Bordeaux), en la commune
de Quimperlé, à la vente aux enchères publiques des objets mobiliers d é p e n d a n t
de la communauté ayant existé
entre Mme Marie-Anne Péron et M,
Louis Le Goff, son mari, d é c é d é à
Quimperlé, le vingt-sept Décembre
mil neuf cent trente-deux, et d e la
succession de M. Le Goff, décédé, et
aussi de la communauté ayant existé
entre l u i et Mme M a r i e J e a n n e Le
Balch, sa p r e m i è r e épouse.
r e n t s , chez M. J o n c o u r t iils, Quimperlé.
.
D R E U M O M T
Armes - Coutellerie - Pêche - Sports
25 — RUE DES FONTAINES
Téléphone
— 25
1-88
spécialisé poor tons les Articles de Pèche
pour la Truite, Saumon, Brochet, Carpe, etc...
Des articles très péchants des l r e s marques
Ballons — Chaussures — Maillots
Culottes — Bas — Gants de But — etc.
F O O T - B A L L
d e
T A B L E
ayant une
CLIENTÈLE P A Y S A N N E
ont intérêt à faire leur
publicité dans l e journal
préféré à la campagne.
L'UNION AGRICOLE
E S T CE JOURNAL
C'est l e journal local l e
¿j j plus répandu dans 111
|| l'arrondissement. .

similar documents