Investir en RDC - ESI

Report
Investir en RDC
• Plan :
• Les grandes caractéristiques du marché
congolais
• Comment aborder le marché congolais?
• Quelles opportunités?
Les grandes caractéristiques du marché
congolais
• Plus un marché d’investissement qu’un
débouché pour nos exportations.
• Un pouvoir d’achat faible mais variable
selon les provinces. 80% de la population
vit avec moins d’un dollars par jour.
• Mais attention aux statistiques! 80% de
l’économie est informelle!
Caractéristiques du marché (suite)
• Un paradoxe: un pays pauvre mais à très fort potentiel
– En 2007, 8ème pays le plus pauvre alors qu’en 1960 même niveau de
développement que l’Italie ou le Canada
– Un marché de 60 millions d’habitants au cœur du continent africain
– Un taux de croissance de 7% depuis 2003
– Une inflation +/- maîtrisée depuis 2003 autour de 10%
– Un contexte politique à nouveau favorable (réussite des élections
présidentielles et législatives en 2007).
• … et où les Belges sont très attendus.
Les trois clés du succès
1. Avoir accès à la bonne information:
• Sur le marché
• Sur le partenaire potentiel
2. L’accès au financement
3. La formation
Comment trouver une information
objective sur la RDC?
• Mon site web : www.beltrade-congo.be
Et notamment la newsletter Beltrade info
• La Voix du Congo Profond (bi-mensuel)
• Ne pas oublier les nombreux experts
belges et congolais résidents en Belgique
(Musée de Tervuren, Port d’Anvers, KUL,
Institut de médecine tropicale d’Anvers,…)
Comment trouver un partenaire digne de
confiance?
• Plusieurs sources :
– l’annuaire on line : www.pagewebcongo.com
– La base de donnée personnelle de l’AEC
– Les Comités provinciaux dans chacune des
provinces (un annuaire par province sortira
d’ici octobre)
Comment financer son activité en RDC?
• Se renseigner sur les appels d’offre émis par les bailleurs de fonds
publics (BM, UE, BAD + coopérations bilatérales): voir site
www.beltrade-congo.be
• Le CDE offre des financements pour les études de faisabilité et la
formation lors d’un transfert de technologie.
• La banque de développement belge BIO
• Les partenaires privés belges, congolais ou étrangers (y compris le
réseau des congrégations religieuses).
• Les micro-crédits: une activité en plein développement (cfr. La
Procrédit bank ou la TMB).
Quelle solution par rapport aux problèmes
de formation? Comment recruter?
• Bien connaître les universités et différents
centres de formation (ex: l’ISTACHA au
Bas Congo et l’Université du Grabben à
Butembo).
• Il existe quelques bureaux de recrutement
valables.
• Le rôle de la diaspora
Quelles opportunités?
1. L’agriculture
2. Les transports et infrastructures
3. L’eau
4. L’énergie
5. La forêt et l’environnement
6. Le tourisme
Le potentiel agricole de la RDC
L’agriculture congolaise représente
• 50 % du PIB ;
• 70 % de la population active.
alors que
Seulement 10 % du potentiel agricole du pays est
exploité ;
les données éco-climatiques sont partout favorables
à l’agriculture.
Les cultures vivrières
• Grand potentiel pour les semenciers (ex:
Somers seeds)
• La culture de la pomme de terre sur le
plateau des Bateke ou dans le Bas-Congo
avec des rendements de 25 t/hectare à 1$
le kilo.
• Pas d’usine de transformation de tomates
au Bas-Congo et au Katanga.
L’agriculture
périurbaine
L’agriculture
périurbaine
Les cultures pérennes (café, cacao,
huile de palme, caoutchouc)
• Une étude de la banque mondiale de 2006 a montré que
le cacao était un avantage comparatif essentiel de la
RDC par rapport à d’autres pays.
• Le cacao marchand à l’export pourrait représenter
200.000 T/an dans 10 ans
• Le centre de recherche agricole national de
Yangambi détient de la plus grande collection au monde
d’hévéa et un parc à bois de cacao et de café robustat
résistant aux maladies et offrant des rendements
particulièrement élevés (3 tonnes à l’hectare pour le
cacao).
250000
Recettes d'exportation des principaux produits agricoles de la
RD.Congo
Huile de palme
200000
Caoutchouc
Café vert
Huile de palmiste
Son déchets nourriture
Tourteaux de Palmiste
150000
Cacao
Thé
Palmistes
Bananes
100000
50000
61
63
65
67
69
71
73
75
77
79
81
83
73
75
77
79
81
83
85
87
89
91
93
95
97
99
02
07
09
11
13
15
17
19
21
23
25
27
29
0
Le Cacao
La filière huile
de palme
La filière
caoutchouc
Le café
Un exemple de réussite dans
le secteur agricole :
CDI Bwamanda
• Transport fluvial (3 bateaux)
• Transformation
•
•
•
•
•
Usine de cafe
Minoterie
Maïserie
Huilerie
Rizerie
• Provenderie
• Commercialisation (2003)
• Farine de maïs : 6.000 tonnes
• Café : 800 tonnes (Max Havelaar)
• Soya : 150 tonnes
Le potentiel halieutique
• Le potentiel de pêche est de l’ordre de
700.000 tonnes de poisson frais/an
alors qu’aujourd’hui la RDC produit à
peine 100.000 t de poisson/an.
Comment évacuer les produits
agricoles?
• L’agriculture est très dépendante des
transports:
- Transport fluvial
- Routes
- Chemins de fer
- Les aéroports
Traversée de la rivière Ubangi par radeau
Maïs local sur un affluent de l’Oubangui en
attente d’une barge pour Kinshasa
=>Des produits locaux pourrissent le long des
voies navigables, faute de transport d’acheteurs
Vers une restructuration des
transports publics?
• Un secteur dominé à 70% par des entreprises publiques,
comme l’ONATRA, la SNCC, l’Office des routes, la RVA,
la RVF ou la RVM, aujourd’hui moribondes.
• La restructuration de ces entreprises est à l’ordre du
jour du gouvernement que ce soit sous la forme de
contrat de gestion, de partenariat public-privé ou autre
formule encore à définir.
• Déjà au Katanga, la pression des investisseurs miniers,
qui ont commencé à extraire des quantités toujours plus
importantes de minerais, est très forte pour une
restructuration rapide de la SNCC.
Le château d'eau de l'Afrique
• 55% des réserves en eau douce du continent
africain.
• Le fleuve Congo est le second au monde par
son débit (40000 m³/s), après l'Amazone (200
000 m³/s).
• Le Congo et ses affluents constituent le second
bassin le plus étendu au monde après
l’Amazone: on ne fait pas 200km en RDC sans
croiser un cours d’eau.
Le paradoxe de l’eau en RDC
• Paradoxalement la majorité de la
population n’a pas accès à l’eau potable:
• Seulement 22% de la population a accès à
l’eau potable (12% en milieu rural et 37%
en milieu urbain).
Quel rôle pour le secteur privé?
• Le secteur est dominé par 2 entreprises
publiques : la Regideso en milieu urbain et
SNHR en milieu rural.
• De plus en plus de projets eau hors
REGIDESO et SNHR : opportunités pour
des partenariats publics privés
Quelles opportunités d’affaires?
• Sociétés de purification d’eau spécialisées
dans la production d’eau et la mise en
bouteille (ex: Durabilis).
• Distribution et commercialisation de l’eau
• Sociétés d’assainissement et de
traitement des déchets.
• Sociétés de forage
• Fournisseurs d’équipements (pompes,
tuyaux en PVC…)
Hydropur® au Congo :
quelques images
Le potentiel énergétique de la RDC
• Présence de nombreux cours d’eau jalonnés de
chutes et de cascades à travers le pays;
• Potentiel Hydroélectrique
100.000MW
estimé
à
plus
de
– Avec près de 44.000 MW concentrés au seul site d’Inga, à
150km de l’embouchure du Fleuve Congo, dont le débit
moyen est de 42.000 m3/s;
• Près de 3% de ce potentiel est actuellement mis en
valeur avec un taux de desserte nationale de moins
de 10%.
RESEAU ELECTRIQUE HT DE LA RDC ET SITES HYDROELECTRIQUES
NOM DU SITE
[MW]
106 USD
I/E
3.1
1.1
-
ID
ID
1. BAS-CONGO
a. Nsundi Lutete
b. Nsangi
Bosobolo
Zongo
Libenge Gemena
6
12
12
11
13.3
-
AO
PF
F
8 -12
145
Grand Katende
Katende
Tubi-Tubidi
Von François
Musese
Ilebo
Bongandanga
Bolomba
Tshilomba
Kafumbu
Tshimbulu
Mansamba
Abattoir
Kalambayi
Lukenie
Lombele
18-36
15.4
9.1
2.4
1.3
2
64.6
35
35
15
10.6
52
Mbandaka
F
AP
PF
ID
ID
ID
(3a)
Kisalala
Mwenga
Ruwenzori
Elila
Kamimbi
Kimbombo
Kitete
Mwana-Ngoye
Kiliza
3
2.4
0.2
0.4
0.5
1
3
5
8.3
8.2
0.92
12.6
3.5
23.5
-
Wagenia
Babeba
Yangambi
Nepoko
Bengamisa
Bogula
Lepudungu
Zukuma
Wede
Pont Niangara
Petit Séminaire
Bengamisa (8e)
(8c) Yangambi
Babeba (8b) Bafwasende
Isangi
Beni
Tshopo
Wagenia (8a)
Kisangani
Kisalala
(7a)Butembo
Wanie--Rukula
Wanie
Bokungu
Ubundu
Opala
RESEAU EST
Goma
Monkoto
RESEAU OUEST
Kinshasa
MasiManimba
Tshela
0.9
36
1
0.8
5
4.3
218
24
7.5
-
ID
ID
ID
ID
ID
Lukula
SekeBanza
Luozi
Zongo
Sanga
(1a)
Moanda
7.5
9.5
6
1.2
14
13
21
46
1.2
16.5
27
39
82.5
153
126
254
-
AP
ID
ID
ID
ID
ID
ID
ID
ID
Dekese
Kitona
Ilebo
(4f)
(4e)
Bamba KakobolaGungu
(2a)
Popokabaka
(2b)
Kasanza
Feshi
KasongoLunda
Tshikapa
Lungudi
Mweka
Demba
(4d)
Kananga
(4b)
(4a)
Dimbelenge
Mbuji Mayi
Kazumba
Luiza
Kahemba
Tembo
(5d)
67
52
2.9
15.2
57
19
11.5
17
33
17
10.5
ID
ID
F
ID
ID
ID
ID
ID
ID
ID
ID
Lubao (6b) Kongolo
Kyimbi
(6c)
Kabinda
Kabalo
Nyunzu
Mani
(5c) Ngandajika(5b)
(5a)
Kabongo
MweneDitu Luba Kaniama
(6a)
MalembaNkulu
Kalemie
Manono
Moba
Piana Mwanga
Kamina
(6e)
Delportes
Ligne existante 110 - 132 kV
Sandoa
Nzilo 2
Centrales Hydroélectriques existantes
Sites hydroélectriques
Sites identifiés ou étudiés pour micro-centrales
Sites étudiés pour grandes centrales
Centrale thermique existante
Kilometers
300
400
500
Mitwaba
Bukama
Busanga
Nseke
Nzilo
Ligne THTCC Inga - Kolwezi
200
Fizi
Kapanga
Ligne existante 220 kV
100
Mangembe
(5e)
Kilubi
Légende
0
Uvira
Kampene
Portes d’Enfer
Tshala
Lubilanji
Katende
Mungombe
Pangi
Kibombo (7f) Kibombo
Kasongo
(5f)
Ligne en projet
20
20
0.8
9
15
1.2
3
0.8
1.7
1.7
0.5
Lubefu
Lusambo
Luebo
Idiofa
(7e)
Kamimbi
Lodja
Kole
Bulungu
Kindu
KatakoKombe
(5g)
Oshwe
(2c)
Mbanza- (1b)
Mpozo Ngungu Kimvula
Boma Matadi
Inga
Rutshuru
Kalehe
Kabare
Bukavu Ruzizi
Moga
Walungu
Kamanyola
Shabunda Mwenga
(7d) Elila
(5h)
Kikwit
Kenge
Semliki
Lulingu
Kutu
Dilolo
Kolwezi
Bunia
Budana
Mugombe
Ikela
Mushie
Bandundu
Bagata
Soleniama
Mambasa Irumu
Lomela
F
F
PF
ID
ID
ID
ID
ID
8. PR._ORIENTALE
a.
b.
c.
d.
e.
f.
g.
h.
i.
j.
k.
Boende
Mahagi
Djugu
Wamba
Banalia
Inongo
7. KIVU / MANIEMA
a.
b.
c.
d.
e.
f.
g.
h.
i.
Eyala
Kiri
INGA 3 et Gd.
Luba
Portes d’Enfer
Kabeya-Maji
Johnstone
Delportes
Djolu
Ingende
Bikoro
6. KATANGA
a.
b.
c.
d.
e.
Basankusu
Yahuma
Aru
Watsa
Isiro
(8d)
Basoko
Befale
5. KASAI_ORIENT.
a.
b.
c.
d.
e.
f.
g.
h.
Poko
Nepoko
ID
4. KASAI_OCC.
a.
b.
c.
d.
e.
f.
Rungu
Lepudungu
Aketi
Bumba
Lisala
Buta (8g)
(8f)
M’zoro
Pont Niangara
Bambesa
Bogula
Faradje
(8k) Niangara
(8j)
Bomongo
3. EQUATEUR
a. Eyala
Petit Séminaire
Dingila
Businga
Kungu Budjala
Ango
Bondo
Gbadolite
2. BANDUNDU
a. Kakobola
b. Bamba
c. Kitona
Mobayi
Kasenga
M´sha
(6d)
Koni
Likasi
Kipushi
Lubumbashi
RESEAU SUD
Sakania
Energies renouvelables
• Les ressources en énergies renouvelables de la RDC sont par ordre
d’importance :
• hydraulique mais exploité actuellement à 0,1 % du potentiel
• biomasse (thermique, gazéification) et biocarburant (huile de
palme, jatropha, jacinthe d’eau…): mais exploité actuellement à 0,1
% du disponible
• solaire (thermique, photovoltaïque) : très peu exploité
• gaz méthane (lac Kivu) : exploité à 0, 5 % du disponible
• éolien, géothermique (peu de sites): pas encore exploité
Énergies alternatives - Photovoltaïque
Energies alternatives – Hydroélectrique :
au fil de l’eau (hydrauliennes)…
…ou par gravité (turbines Pelton, Banki,
…)
Les biocarburants sont une
filière d’avenir
•
•
•
•
•
Jatropha
Huile de palme
Jacinthe d’eau
Biomasse (déchets végétaux ou de bois)
Canne à sucre (cfr. La Sucrière)
Jatropha à Tshikapa
PUITS de CARBONE
Le Puits de Carbone Ibi-Batéke vise à
associer les productions primaires à
des fabrications agro-industrielles,
apportant ainsi un supplément de
revenus aux populations concernées
tout en constituant une importante
réserve stable de CO2
Pétrole
• Réserves : 187 M de barils.
• Trois Bassins Sédimentaires. Le bassin
côtier est le seul producteur(off shore et
on shore). Les deux autres bassins sont
pratiquement inexplorés (la cuvette
centrale et le graben du Tanganyika);
Le potentiel forestier
• 55 % de la surface du Congo (2.345.000 km²)
est recouverte de forêts (deuxième poumon vert
après l'Amazonie).
• Elles abritent 400 espèces de mammifères,
1.000 espèces d'oiseaux et 10.000 plantes
diverses. Parmi celles-ci, certaines ont des
applications dans les industries
agro-alimentaires, chimiques et
pharmaceutiques.
La forêt est une immense
pharmacie, la savane aussi
Albizia adiantifolia
Afromomum
sanguineum
Antibiotique (infections urinaires,
toux, angines), Apéritif, les
racines sont utilisées en
gynécologie dans le placenta
previa, les feuilles en décoction
sont utilisées contre la
tuberculose pulmonaire ,
bronchite, le fruit intervient
comme aphrodisiaque.
Carica papaya
Les racines en décoction
interviennent contre la malaria, la
jaunisse, l’hépatite, l’hypotension,
la blennorragie. Les feuilles en
macération ou en infusion
interviennent dans le traitement
de la malaria, la jaunisse,
l’hépatite, l’amibiase, les ascaris.
Le fruit intervient dans
l’avitaminose A. et E. les graines
des fruits murs en infusion
contiennent une proportion élevée
de la papaïne et interviennent
dans le traitement des parasites
et vers intestinaux.
Colocasia esculenta
Les tubercules frais en cataplasme interviennent
dans le traitement des abcès, cuits en
thérapeutique diététique comme aliments des
diabétiques (hyperglycémies) et les diarrhées
alimentaires.
Une BIODIVERSITE emblématique
Le potentiel touristique de la
RDC
• Pas un tourisme de masse mais un
tourisme de niches:
• L’écotourisme
• Le tourisme culturel
Sites éco touristiques,…
La ferme Anderson à Lubero,
Jardin théicole,
Tanganyika blues
Sur les traces de Stanley
Ballade dans les monts de Cristal
Brise de Kinsuka, …
Merci de votre attention

similar documents