Les théories du vieillissement cognitif

Report
Psychologie du vieillissement: Patrick Lemaire
Les théories du vieillissement
cognitif
Camille Atlan et Nadia Touati
master 1 année 2010/2011.
Contraintes empiriques à la
théorisation
Une bonne théorie suppose :
-une description et une explication du phénomène
-avoir pour objet d'étude un phénomène nouveau
respect des principes:




principe de puissance explicative
une théorie est d'autant plus importante ou plus puissante
qu'elle explique un nombre élevé de phénomène
principe d’économique explicative
une théorie est préférable à une autre lorsqu'elle
comporte moins de postulats
I-Théorie non computationnelle:
théorie du ralentissement cognitif.

1) Postulat: part de l’observation d’une diminution de la VT de
l’information avec l’âge . cette diminution diffuse le déclin des
performances dans plusieurs domaine cognitifs.

(Salthouse 1996)
Âge
Mécanisme
du temps
limité
Mécanisme
de la
simultanéité
PERFORMANCES
COGNITIVES
I-Théorie non computationnelle:
théorie du ralentissement cognitif.
2)Hypothèse du temps limité :
 moins les participants ont de temps pour réaliser la tâche
plus on devrait observer une différence entre jeune et âgé .
 Les jeunes obtiendraient plus vite un niveau de performance
maximum.




3) Validation empiriques:(tâche de reconnaissance indicé)
jeunes et âgées réussissent mieux la tâches lorsque le temps
de présentations augmentait.
Les jeunes atteignent plus vite leurs performances maximales
et sont moins affectés par la durée de présentation.
I-Théorie non computationnelle:
Test de ralentissement générale:
Graphe
de
Brinley
ms
2500
TR âgés = 1.53 (TR jeune)
2200
1900
Performances
adultes
Âgés
1600
1300
1000
ms
600
800
1000
1200
1400
Performances des adultes jeunes .
1600
I-Théorie non computationnelle: théorie du
ralentissement cognitif.
Test de ralentissement spécifique:
 manipulation expérimentale:
 comparait 2 conditions :une avec le processus et l’autre
sans.
 Exemple: le séquençage:
 5+4+2-3-2+9 ;
 [(5+4)+(2-3-2)+9] (contrôler l’ordre des opérations)
Test ralentissement spécifique
Graphe de Brinley : performances des âgés en fonction des
jeunes sur des problèmes arithmétiques
ms
2900
Problèmes complexes TR âgés = 1.72 (TR jeunes)
2600
2300
2000
Performances
adultes
Âgé
1700
problèmes simples TR âgés =1.53 (TR jeunes)
1400
1100
750
950
1150
1350
Performance des adultes jeunes .
1550
ms
II-Théorie computationnelle symbolique
:SPAN.(speed , parallelism , activation, noise)

Objectif :expliquer la réduction de la VT de l’information
avec l’âge => déclin des capacités en MDT . (Byrne 1998)
Postulat 1: théorie mécanique:
Description de la réalisation de la tâches par une série
d’étape.
Postulat 2: théorie symbolique:
Système de production (voir système mémoire Anderson )
Postulat 3: mécanisme clé :activation des informations.
Dépend: stimulation , le niveau d’activation de base , la
vitesse de propagation , quantité de bruit.
Mécanismes de l’épreuve des codes selon la
théorie SPAN(Byrne 1998)
Encoder
la cible
Mouvements
oculaires
Encoder
la table
Cible
présente ?
oui
Comparer
la cible
Répondre
non
Répéter
la table
Mouvements
oculaires
Encoder la
cible
II-Théorie computationnelle symbolique
:SPAN.(speed , parallelism , activation, noise)
Implémentations computationnelles :
L’activation des connaissances se fait progressivement
et en fonction de plusieurs paramètres.
 Mise en place d’une équation
 Le paramètre de propagation (γ) est cruciale plus il est
élevé plus le système traite rapidement l’informations,
donc moins d’oublis d’informations partielles et moins
de bruit .

Temps de réalisation de l’épreuves des codes
par le modèle SPAN en fonction du paramètre
Gamma.

Résultats
Latences
(en ms)
2000
1800
1600
1400
1200
1000
800
600
1.00
0.95
0.9
Gamma
0.85
0.80
III-Théorie computationnelle non symbolique : la
théorie de la neuromodulation de Li et coll.

Postulat 1:
◦ le système cognitif doit bien représenter l’information et bien la
faire circuler .
◦ L’information doit être claire et précise ,pas confondu à une
autre et rapidement récupérable.
◦ L’information doit être rapidement activé sans dégradation.
◦ Suppose un bon système neuronal.

Postulat 2:mise en jeu d’une chaine d’événement sur:
◦ Le niveau psychologique :capacité de traitement de l’information
baisse avec l’âge =>déclin des performances dans tous les
domaines
◦ Le niveau neurobiologique: âge=> déclin de la synthèse et de la
transmission des neurotransmetteurs .
III-Théorie computationnelle non symbolique : la
théorie de la neuromodulation de Li et coll.

Postulat 3:
Dégradation des
systèmes
dopaminergiques
Augmentation du
bruit neuronal
Diminution de la
distinctivité corticale
Diminution de la
transmission
neuronale
Réduction des capacités
de traitement de
l’information
Diminution des
performances cognitives
III-Théorie computationnelle non symbolique : la
théorie de la neuromodulation de Li et coll.

Implémentation computationnelle
Cellules d’entrée
…

Cellules intermédiaires
…

Cellules de sortie
…

Évolution de l’activation d’une cellule jeune ou
âgée en fonction de la stimulation et du
paramètre G
Activation
1
Jeune
âgée
0.75
0.5
0.25
0
-6
-4
-2
stimulation
0
2
4
6
RESULTATS.
Performances en rappel des réseaux jeunes et âgés différent
par le paramètre G à différentes étapes de l’apprentissage.
Li et al 2000.
0.7
Probabilité de Rappel
0.6
0.5
0.4
jeunes
âgés
0.3
0.2
0.1
0
15
25
35
Sessions
Interaction âge x interférence dans les modélisations
computationnelles de LI et al 2000.
Nombres d’essais pour
apprendre
16
14
12
faible interférence
10
forte interférence
8
6
4
2
0
jeunes
âgés
Cosinus (qualité du rappel )
Interaction âge x difficulté dans les
modélisations computationnelles de Li et al
19991
0.98
0.96
0.94
jeunes
âgées
0.92
0.9
0.88
petites
moyennes
grandes
Taille des listes de paires de mots .
Conclusion

Cette approche apporte des connaissances de la cognition
et du vieillissement cognitif qui permettront de mieux aider
les personnes âgées.

Questions empiriques
Mieux comprendre les stratégies utilisés pour accomplir
des différentes tâches cognitives
Etudier les bases neuronales des mécanismes mnésiques.
Se renseigner sur les mécanismes de compensation mis en
œuvre par les personnes âgées.
Utilisation de méthodes directes ou indirectes




Développements des théories attendus
Avantages des modèles computationnels:





Fournissent une explication claire de la mécanique
cognitive .
Spécifiques et précis.
Pas forcement limités à des tâches , phénomènes
particuliers ou simples.
Permettent d’évaluer la cohérence interne d’une théorie.
La nécessité et la suffisance d’une théorie peuvent être
aisément évaluées dans ces modèles.
Merci de votre attention

similar documents