Traitement non médicamenteux des troubles du comportement en

Report
TRAITEMENT NON
MÉDICAMENTEUX DES TROUBLES
DU COMPORTEMENT EN EHPAD
ET
CONTENTIONS
DE LA PERSONNE ÂGÉE
Mazoyer A.
Formation continue des équipes - EHPAD Boucard
Mai 2011 - 79 340 Ménigoute
I
EN INTRODUCTION
Traitement non médicamenteux des troubles du comportement en EHPAD et
contentions de la personne âgée.
DE QUOI ON PARLE ?

S.C.P.D. : Symptômes Comportementaux et
Psychiques d’origine Démentielle.
La majorité des troubles en EHPAD entrent
dans ce cadre.

Etude TNM EHPAD – ONRA : large étude qui a
prouvé qu’avec des formations, et un
accompagnement des équipes, on pouvait
significativement diminuer les SCPD en EHPAD.
QUELS OBJECTIFS ?

Avoir une prise en charge adaptée en évitant
toute maltraitance.

Obtenir une équipe plus sereine dans la
gestion de ces troubles.
Eviter le recours à la contention.
 Eviter le recours quasiment toujours délétère
aux médicaments (qui ont souvent des effets
secondaires lourds pour une efficacité
régulièrement discutable).

RÈGLES DE BASE :

1ère règle : un trouble du comportement est
une urgence.

2ème règle : tout trouble peut exprimer une
origine somatique (globe vésical, fécalome,
infection…). Elle doit être évoquée et éliminée.

3ème règle : noter dans le dossier de soins le
contexte de survenue, l’horaire, la fréquence…
C’est capital pour le médecin
RAPPELS SUR LES CONTENTIONS :

La contention au lit ou au fauteuil et les
barrières de lit sont des prescriptions
médicales.

Ces outils exposent à des risques (chutes,
aggravation de confusion, escarres, perte
d’autonomie, maltraitance…)

Avant la mise en place de toute contention, le
médecin, avec l’équipe, doit en évaluer le
rapport risque/bénéfice.
COMMENT ÉVALUER CES TROUBLES ?

La NPI-ES permet l’évaluation et le suivi de ces
troubles du comportement.

Permet de mieux connaître la charge de travail
(et d’épuisement) pour les équipes.

Cet outil commence à être utilisé lors de nos
réunions de synthèse.
II
LE « À FAIRE OU À NE
PAS FAIRE …»
Traitement non médicamenteux des troubles du comportement en EHPAD et
contentions de la personne âgée.
LE « À FAIRE OU À NE PAS FAIRE …»

Un petit guide qui sera à votre disposition pour
tenter d’agir au mieux dans des situations
parfois délicates.

Des évidences, mais pas que…
OPPOSITION ET REFUS DE SOINS

Que faut-il faire ?

Que ne faut-il pas faire ?
C’est à vous…
OPPOSITION ET REFUS DE SOINS
COMPORTEMENT MOTEUR ABERRANT

Que faut-il faire ?

Que ne faut-il pas faire ?
C’est à vous…
A noter : un patient « dément déambulant » peut
faire 20 à 30 km quotidiennement. Les
conséquences somatiques sont donc
potentiellement lourdes.
COMPORTEMENT MOTEUR ABERRANT
AGITATION

Que faut-il faire ?

Que ne faut-il pas faire ?
C’est à vous…
AGITATION
AGRESSIVITÉ

Que faut-il faire ?

Que ne faut-il pas faire ?
C’est à vous…
AGRESSIVITÉ
DÉLIRES ET HALLUCINATIONS :

Que faut-il faire ?

Que ne faut-il pas faire ?
C’est à vous…
DÉLIRES ET
HALLUCINATIONS :
CRIS :

Que faut-il faire ?

Que ne faut-il pas faire ?
C’est à vous…
CRIS :
III
LES CONTENTIONS
d’après le guide HAS : « Limiter les risques de la
contention de la personne âgée »
Je ne suis pas contre la contention… Elle doit juste être
très réfléchie, justifiée et évaluée !
Traitement non médicamenteux des troubles du comportement en EHPAD et
contentions de la personne âgée.
DEFINITION DE LA CONTENTION PHYSIQUE

Différences : entre la contention rééducative
(posturale et active) et la contention physique
passive.

On parle aujourd’hui seulement des
contentions physiques passives.
(elles concernent aussi les contentions pour la
« prévention » des chutes).
DEFINITION DE LA CONTENTION PHYSIQUE
PASSIVE
«La contention physique, dite passive, se
caractérise par l'utilisation de tous moyens
méthodes, matériels ou vêtements qui
empêchent ou limitent les capacités de
mobilisation volontaire de tout ou d'une partie
du corps dans le seul but d'obtenir de la
sécurité pour une personne âgée qui présente
un comportement estimé dangereux ou mal
adapté».
POURQUOI LA CONTENTION PHYSIQUE ?

La crainte de la chute représente le 1er motif de
son utilisation.
« La plupart des soignants pensent que réduire
la contention reviendrait à faire prendre des
risques excessifs ».

Les troubles comportementaux, agitation et
déambulation, correspondent aux autres motifs
les plus souvent cités.

Pas de preuve scientifique de l’efficacité des
contentions lorsqu’elles sont utilisées pour ces
motifs.
ET EN PRATIQUE ?
Contention = prescription médicale + information
du patient et des proches + surveillance +
réévaluation
 Contention utilisée devant l’échec des autres
moyens.

La contention n’est pas là pour palier à un
manque de professionnels (selon HAS).
 Prescription de contention : écrite, datée avec
protocole de surveillance. Normalement à
réévaluer toutes les 24 H.

LES DANGERS DES BARRIÈRES :



Avec les barrières de lits : « le risque de
blessure grave suite à une chute du lit est plus
élevé en cas d’utilisation de barrières de lits »
Elles augmentent l’alitement.
Elles doivent avoir les mêmes précautions
d’usage que tout autre moyen de contention.
COMMENT ÉVITER LES CONTENTIONS ?
En utilisant les conseils présentés
 En mettant les lits le plus bas possible (intérêt
des lits Alzheimer / lits <45 cm de haut)
 En mettant le matelas à terre les soirs de
grosse agitation…
 En éloignant les meubles dangereux
 En laissant les aides techniques et lumières à
proximité
 En stimulant la marche
 Etc.

IV
POUR CONCLURE…
Traitement non médicamenteux des troubles du comportement en EHPAD et
contentions de la personne âgée.
EN CONCLUSION :
Fiches « à faire / à ne pas faire » à utiliser au
quotidien.
 Les « animations flashs » sont un outil utile à
s’approprier.
 Les réunions de synthèse seront l’occasion
d’évaluer (NPI-ES), de faire le point et d’adapter
les façons de faire.
 Bien réfléchir à la contention, la réévaluer très
régulièrement et ne pas oublier d’y associer le
médecin.

Présentation disponible sur le site :
http://medecine.alexis-mazoyer.com
rubrique « EHPAD »
(Mots clés google : alexis mazoyer médecine)
et dans le classeur formation…
REFERENCES :

Site de l’ONRA : site de l’observatoire national sur la maladie
d’Alzheimer
http://cm2r.enamax.net/onra/

Etude TNM (sur le site de L’ONRA):
http://cm2r.enamax.net/onra/index.php?option=com_content&task=view&id=81&Itemid=81

Les fiches présentées (sur le site de L’ONRA) :
http://cm2r.enamax.net/onra/index.php?option=com_content&task=view&id=82&Itemid=0

Recommandations HAS : Limiter les risques de la contention
de la personne âgée :
http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/contention.pdf

Recommandations HAS : Prise en charge de la maladie
d’Alzheimer et des maladies apparentées : interventions
médicamenteuses et non médicamenteuses.
http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/maladie_dalzheimer-_synthese__interventions_medicamenteuses_et_non_medicamenteuses.pdf

similar documents